Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Karin Ueltschi, Petite histoire de la langue française. Le chagrin du cancre

Paris, Imago, 2015
Maria Colombo Timelli
Référence(s) :

Karin Ueltschi, Petite histoire de la langue française. Le chagrin du cancre, Paris, Imago, 2015, 270 p.

Entrées d’index

Mots clés :

histoire du français

Keywords :

history of French
Haut de page

Texte intégral

1Cette Petite histoire de la langue française est l’œuvre d’une médiéviste qui, revenue à sa formation de linguiste, veut partager avec ses lecteurs la passion pour une langue dont l’histoire pourrait se lire – c’est au moins la vision de Karin Ueltschi – comme une longue suite d’oppositions : son émergence du latin vulgaire (Chapitre I, Premières collisions) présuppose une évolution basée sur la conscience d’une différence ; ses Balbutiements (Chapitre II), à savoir ses premiers témoignages écrits, seraient le reflet de la mise en place de deux « camps » (le mot se lit p. 38) : univers des lettrés maniant le latin, établis principalement dans les monastères, vs monde des jongleurs, des laïcs, des villes ; les dialectes de l’ancien français seraient d’autre part à l’origine de « querelles » profondes (p. 58) dont le francien est enfin sorti vainqueur. Et encore : opposition vers-prose lorsque le français se met « en quête » d’une forme d’expression non seulement littéraire (Chapitre III) ; puis Platon contre Aristote, arts libéraux contre arts mécaniques, querelle du Roman de la Rose… Au risque de paraître fastidieux, signalons encore : « la bataille des accents » dans le chapitre IV, intitulé La Génération ‘Erasmus’, l’opposition Français écrit, français parlé (titre du chapitre V, consacré aux querelles du xviie siècle), les « collisions » (p. 151) des xviiie et xixe siècles, période qui voit la naissance de la figure tutélaire de ce livre, ce « cancre » victime de la mise en place de l’orthographe française (chapitre VI). On en arrive ainsi aux Modes contemporaines (Chapitre VII) et aux « crises » qui caractérisent notre temps.

2Si l’on essaie de ramener la Petite histoire de Karin Ueltschi aux catégories traditionnelles – l’auteure nous pardonnera de nous y rapporter – on reconnaîtra que ce livre se veut en même temps une histoire externe du français, qui parcourt les étapes principales de sa diffusion, d’abord en France, puis à l’étranger (de Brunetto Latini à la francophonie d’aujourd’hui), et une histoire interne, attentive à signaler les moments essentiels de son évolution, graphique et lexicale surtout, mais non exclusivement ; des textes sont aussi cités à l’appui, dans le but d’offrir quelques échantillons de la langue d’autrefois dont des traces si nombreuses et si profondes subsistent en français moderne.

3Œuvre d’une médiéviste passionnée, disions-nous, qui consacre consciemment la plupart de ses pages à ce Moyen Âge qui lui est cher, un Moyen Âge surtout qui seul permet de comprendre tant d’aspects de la langue d’aujourd’hui. Une lecture de la diachronie comme une lutte continuelle entre deux pôles opposés, sans être entièrement dépourvue de bases, risque parfois de schématiser un peu les questions, mais l’engagement de Karin Ueltschi en défense des disciplines historiques, l’histoire de la langue au premier chef, et les qualités même de son expression, sa langue luxuriante et imagée, riche en métaphores filées, seront certainement à même d’entraîner et de fasciner ses lecteurs, et en particulier le lecteur curieux non spécialiste, qui se laissera volontiers entraîner tout au long d’un parcours où Rabelais et l’abondance inégalée de sa langue sont si souvent proposés comme guide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Colombo Timelli, « Karin Ueltschi, Petite histoire de la langue française. Le chagrin du cancre », Perspectives médiévales [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://peme.revues.org/10293

Haut de page

Auteur

Maria Colombo Timelli

Université Paris IV- sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page