Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Éditions & traductions

Actes de Pierre de Dreux, duc de Bretagne (1214-1237)

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013
Sylvie Bazin-Tacchella
Référence(s) :

Actes de Pierre de Dreux, duc de Bretagne (1214-1237), éd. Marjolaine Lémeillat, préface Yves Coativy, Presses Universitaires de Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, Rennes, 2013, 294 p.

Texte intégral

1Le travail de Marjolaine Lémeillat s’inscrit dans une série d’études et de publications de sources sur la période des ducs de la maison de Dreux, période où la principauté bretonne se structure mais moins connue que celle de la guerre de succession et du Bas Moyen Âge. Les actes de Pierre de Dreux ont déjà été étudiés et certains ont fait l’objet d’une publication partielle, mais c’est la première fois qu’une publication intégrale est entreprise. Un second volume sera consacré aux actes de ses successeurs. L’introduction retrace le règne de Pierre de Dreux, prince au portrait contrasté, surnommé à la fin du xve siècle Mauclerc, certainement pour ses démêlés avec l’épiscopat breton. Élevé à la cour de France, aux côtés du futur Louis VIII, il sera aboubé en même temps que ce dernier ; il épouse en 1213 l’héritière du duché de Bretagne et tient donc ses droits de son épouse. Il a prêté hommage à Philippe Auguste et montrera fidèle au roi capétien jusqu’au milieu de la décennie 1220. À partir de 1227, Pierre de Dreux participe à quatre rébellions, toutes infructueuses, pendant la régence de Blanche de Castille. Il finit par se soumettre en 1234 et cherche alors à consolider son autorité sur les seigneurs bretons. Il se lance dans des travaux de fortification à Rennes et Nantes et lance la fondation de deux villes nouvelles, Aubin-du-Cormier et Le Gâvre, à la frontière du duché ; il connaît de nombreux démêlés avec l’épiscopat breton pour des affaires de taxes, qui se soldent par plusieurs périodes d’excommunication. Il conserve le pouvoir jusqu’à la majorité de son fils Jean (1237-1286), puis redevient comte de Braine. Il prend part à la croisade conduite par Thibaut de Champagne et à la VIIe croisade. Blessé à la bataille de la Mansourah, le 8 février 1250, il est fait prisonnier ; libéré le 6 mai, il meurt en mer, lors de son retour vers la France le 25 mai.

2Les actes de Pierre de Dreux ont été répertoriés par Jacques Levron en 1929 ; son catalogue précieux, malgré quelques manques ou erreurs, fait état de 283 actes, auxquels ont été ajoutés quatre nouveaux actes ; l’étude systématique du fonds ancien des archives départementales d’Ille-et-Vilaine a permis d’enrichir l’étude de la transmission des actes et la consultation directe des archives de divers dépôts complétée par l’examen de reproductions numérisées a permis de recenser le nombre d’actes originaux de Pierre de Dreux conservés dans ces divers dépôts (tableaux 1 et 2, p. 20). À cela s’ajoutent les copies effectuées par les érudits, parfois seules sources d’actes aujourd’hui disparus, ainsi que certains cartulaires conservés aux Archives Nationales de France. Dans cette édition, ont été retenus tous les actes dont il est l’auteur (95 documents), ainsi que des actes qui le concernent au premier chef, comme les excommunications pontificales (17 documents). Les actes originaux sont écrits en latin, sur parchemin, sans ornementation, sans marge hormis l’emplacement du scellage en bas. Trois modes de scellage (sur lacs de soie, sur double queue de parchemin, sur simple queue de parchemin) sont utilisés sans lien évident avec le contenu de l’acte, mais le plus courant est celui à double queue de parchemin, pour la moitié du corpus des originaux (p. 22). On peut regretter que la présente édition n’offre aucune reproduction d’acte ou du sceau ou contre-sceau de Pierre de Dreux, on se contentera de leur description précise (p. 23-24). L’introduction donne ensuite des informations de diplomatique sur les titulatures utilisées successivement et sur les différentes parties constitutives des actes (p. 25-27). On ne sait rien de précis sur le fonctionnement de la chancellerie de Bretagne au début du xiiie siècle, notamment le nombre d’actes émis. Cependant l’observation des actes montre que la chancellerie utilise un style clair, avec des formules toutes faites. L’étude des différentes mains à partir des originaux permet d’identifier plusieurs rédacteurs. Un itinéraire est établi à partir des actes datés et de chroniques qui indiquent les déplacements de Pierre de Dreux à l’extérieur du duché (p. 31-40).

3Les principes d’édition sont ceux de l’École des Chartes. Chaque acte est numéroté, daté et précédé d’un résumé du contenu. Les sources sont indiquées de façon chronologique : la lettre A correspond à l’original subsistant ou perdu ; les lettres B, C, D, etc. aux copies classées par ordre chronologique ; les lettres minuscules a, b, c aux publications imprimées. Le texte de l’acte est ensuite donné d’un seul tenant, avec les restitutions signalées par des crochets droits et les lacunes par des points de suspension entre crochets. Les actes retenus sont publiés dans leur intégralité. À la suite du texte latin de l’acte, une traduction littérale est donnée – ce qui est très utile pour l’exploitation des documents par des non latinistes. La longueur et le contenu varient fortement d’un acte à l’autre, certains ne comportent que quelques lignes. Le nombre de copies dépend également du contenu et de son importance politique : ainsi l’original de l’acte -1- (1212) fixant le règlement du litige opposant Pierre de Braine à l’abbaye Saint-Jean de Laon a été perdu ; il n’en subsiste deux copies du xiiie siècle, tandis que l’original de l’acte -4- du renouvellement de l’hommage lige de Pierre à Philippe, roi de France en 1213, est conservé, ainsi que 12 copies, certaines anciennes et d’autres de l’époque moderne. Plus de la moitié des actes sont des confirmations de donations, pour l’essentiel au bénéfice du clergé régulier ; envers les seigneurs bretons, « des accords, des confirmations de possession, des promesses de dédommagement, des offres de garantie » ; quelques actes concernent les rapports avec le roi de France. En dehors d’un glossaire réduit à 11 termes, on trouvera à la fin du volume la liste des sources manuscrites et publiées suivie d’une bibliographie (p. 259-274) et surtout un très utile index des noms de lieux et de personne (p. 275-290).

4Cette édition précise et soignée des actes de Pierre de Dreux constitue certes une publication de sources indispensables à l’étude du duché de Bretagne, mais elle offre également des matériaux très intéressants pour la diplomatique et l’histoire des actes juridiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Bazin-Tacchella, « Actes de Pierre de Dreux, duc de Bretagne (1214-1237) », Perspectives médiévales [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 15 janvier 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://peme.revues.org/10507

Haut de page

Auteur

Sylvie Bazin-Tacchella

Professeur de langue médiévale – université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page