Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Éditions & traductions

Les Errances de frère Félix, pèlerin en Terre sainte, en Arabie et en Égypte

Paris, Classiques Garnier, 2014
Sylvie Bazin-Tacchella
Référence(s) :

Les Errances de frère Félix, pèlerin en Terre sainte, en Arabie et en Égypte, t. III et IV, éd. Jean Meyers, Michel Tarayre, Classiques Garnier, 2014, 436 et 366 p.

Entrées d’index

Mots clés :

récit de voyage, voyage

Keywords :

journey, travel book

Parole chiave :

narrativa di viaggio, viaggio

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Jérusalem, Saint-Sépulcre, Terre Sainte, Errances de frère Félix, Evagatorium

Index des médiévaux et anciens :

Félix Fabri, Frère Félix
Haut de page

Texte intégral

1Après avoir édité en 2013 les traités 1et 2 (tome I) et les traités 3 et 4 jusqu’à l’arrivée à Jérusalem (tome II) du monumental récit de voyage en Orient, l’Evagatorium de frère Félix Fabri, sous le titre des Errances de frère Félix, Jean Meyers et Michel Tarayre nous ont offert en 2014 deux nouveaux volumes, la suite du traité 4 consacrée aux deux journées capitales du 14 et 15 juillet 1483 (tome III) et à la période du 16 au 20 juillet 1483 (tome IV). La publication aux éditions Garnier reprend et enrichit le travail collectif initié par Nicole Chareyron, qui avait abouti à la publication de trois volumes (les deux premiers aux Presses Universitaires de Paul-Valéry et le dernier aux Presses Universitaires de la Méditerranée) et qui s’était poursuivi après la disparition de Nicole Chareyron avec la préparation d’un 4e volume. La réédition du texte latin et sa première traduction intégrale en français permet d’accéder à une œuvre passionnante et touffue, dont le texte latin avait été publié entre 1843 et 1849 par Konrad D. Hassler, mais il avait fallu attendre la fin du xxe siècle pour qu’une première traduction intégrale paraisse en allemand, celle de Herbert Wiegandt et Herbert Krauss (Stadtbibliothek Ulm, 1998).

2Les deux nouveaux volumes suivent les mêmes principes d’édition que les précédents : l’édition critique du texte latin est fondée sur le manuscrit autographe de Félix Fabri (Ulm, Stadtbibliothek, codex 19555, 1-2, 294 et 264 ff.) qui a permis de corriger les mélectures et les omissions de l’édition de K. D. Hassler et d’indiquer dans le texte latin et la traduction tous les passages ajoutés par Fabri, qui montrent qu’il a travaillé sur son texte pendant une longue période, de 1484 à 1494 ou 1495 ; la traduction française est une entreprise collective unifiée qui veut avant tout rester fidèle à l’original latin ; une abondante annotation offre de nombreux rapprochements avec d’autres récits de voyage et donne les références utiles pour identifier lieux, personnes, citations ou allusions. D’utiles index des lieux, des personnes et des sources citées explicitement ou dont Fabri s’inspire directement se trouvent à la fin de chacun des volumes. On peut regretter l’absence de cartes permettant de visualiser les itinéraires maritimes et terrestres du pèlerin, et de localiser les lieux vénérés à Jérusalem et dans ses environs, ainsi que dans les autres lieux de Terre Sainte. S’il n’est pas toujours aisé de définir l’emplacement de certains lieux, dans la plupart des cas il existe une tradition quasi ininterrompue jusqu’à nos jours. Autre regret, en partie seulement compensé par l’index des lieux : il manque une table des matières détaillée à la fin de chaque volume, permettant au lecteur de se retrouver plus facilement dans les Errances.

3Comme dans les deux précédents volumes, le lecteur retrouve un récit de pèlerinage qui réussit à « transmuer le reliquaire architectural et spirituel qu’était alors Jérusalem en un monument littéraire digne de le représenter au plus près de son état », selon une belle formule de N. Chareyron (t. III, Avertissement, p. 8). Le tome III comprend la suite du traité 4, entièrement consacré aux deux journées du pèlerinage à Jérusalem, les 14 et 15 juillet. La première journée, qui commence la veille (« Le quatorzième jour – en faisant commencer la journée le soir du jour précédent, car la procession aux lieux saints est ainsi réglée –, à l’heure où le soleil déclinait, on indiqua à tous les pèlerins d’expédier leur dîner et de se rendre aussitôt sur le parvis ou place qui se trouve devant le l’église du Saint-Sépulcre », Ibid., p. 15), est celle de la visite au Saint-Sépulcre et la deuxième celle de la visite des lieux saints de Jérusalem. L’étirement du traité et des unités journalières est liée à la « stratégie discursive » de Fabri (v. Introduction générale, t. I, p. 23) et à la mise en relief du cœur du pèlerinage qui est Jérusalem. La composition vise à refléter l’errance du pèlerinage, qui conduit à Jérusalem, mais également qui entraîne le pèlerin à l’intérieur de la ville sainte ou autour et à l’intérieur même du Saint-Sépulcre. Ainsi le récit progresse-t-il au gré des étapes de la procession nocturne comme des autres visites, tout en étant constamment interrompu par des digressions, qui est la marque même de l’Evagatorium :

L’œuvre, dans laquelle l’auteur ouvre des fenêtres sur tout et insère à l’infini des digressions de toutes tailles, a de ce fait pris les dimensions d’une encyclopédie, d’une véritable somme, qui n’a plus rien à voir avec les récits modélisés des visites des lieux saints. Dans le livre-éphéméride, l’unité journalière s’avère modulable selon les moments et les lieux traversés : elle peut aller d’un simple paragraphe à plusieurs dizaines de folios telles, par exemple, les gigantesques journées du 13 et du 14 juillet 1483 à Jérusalem. […] Or ce sont les digressions, elles-mêmes extensibles, qui expliquent ces variations de l’unité journalière, puisque, chez Félix Fabri, tout est prétexte à « divaguer » plus ou moins longuement (t. I, Introduction générale, p. 26).

4Les digressions peuvent être de nature très diverse : anecdotiques, affectives et idéologiques, encyclopédiques (géographiques, historiques ou ethnologiques), ludiques et autobiographiques (v. t. I, Introduction générale, p. 26-39). Dans le tome III, l’énumération des rois de Jérusalem (p. 76-77) ou le long développement sur Jérusalem, centre du monde (p. 81-87) constituent des digressions encyclopédiques. Mais la digression peut prendre les dimensions d’un texte autonome comme la description du Saint-Sépulcre intercalée entre deux séquences du récit proprement dit. La description (p. 127-207) obéit à un plan particulier exposé en préambule et essaie de résoudre les contradictions entre ce qui a été vu par les pèlerins de 1483 et ce qui est décrit dans des récits plus anciens. Félix Fabri explique lui-même les difficultés rencontrées dans sa Lettre aux frères d’Ulm (t. I, p. 75) :

Donc, pour pouvoir rendre plus claire et plus riche la description que vous m’avez demandée, je me suis perdu dans le travail pendant la période que j’ai passée au couvent après mon premier voyage ; j’ai parcouru presque tous les livres de l’Écriture canonique et catholique, textes et gloses, j’ai lu en entier les récits de pèlerinage anciens et récents, même ceux des chevaliers, et j’ai examiné attentivement les descriptions antiques et modernes de la Terre sainte ; j’ai tiré de tous ces livres tout ce qui était utile à mon projet et de cette collection, j’ai réalisé un gros volume.

5La troisième partie du tome III relate la visite aux lieux saints dans la ville de Jérusalem et aux alentours. C’est un témoignage exceptionnel sur le pèlerinage organisé par les frères mineurs qui commémore toutes les étapes de la Passion dans un ordre désormais fixé au 15e siècle, avec des prières collectives et des méditations sur les différents lieux indiquées par le Processionnal, régulièrement évoqué par Félix Fabri. Mais ce dernier manifeste également une piété personnelle et un vrai désir de recueillement loin de la masse des pèlerins, comme le montre la nuit passée dans le Saint-Sépulcre après la procession (t. III, p. 95) :

La majeure partie des pèlerins, en effet, ayant allumé des lampes, se promenèrent à leur gré à travers tous les lieux saints dont on a parlé plus haut et ils allèrent tantôt ici tantôt là selon l’inspiration de leur dévotion. […] Il y a d’ailleurs plus de dévotion et de recueillement dans ces visites individuelles des lieux saints que dans la procession commune, qui ne va pas sans presse, bousculade, désordre, chants et plaintes ; là, au contraire, c’est le silence et la paix. Après avoir fait de nouveau le tour, je descendis au lieu de l’Invention de la sainte croix et je lus l’office des matines. J’éprouvais en effet un grand bonheur en ce lieu souterrain, parce qu’il était paisible et en harmonie avec moi ; car le mont du Calvaire et le sépulcre du Seigneur et tous les lieux d’en haut étaient constamment pleins de pèlerins et de tumulte.

6Plus loin, il évoque son plaisir à revenir à l’endroit où se cacha saint Jacques, à l’emplacement d’une église et d’un cloître dominicains détruits :

Après le départ des pèlerins, je me suis rendu assez souvent à cet endroit ; j’y lisais mon livre d’heures, j’en parcourais les grottes avec attention et quelquefois j’avais l’impression d’être au sein d’une communauté de frères, et j’en avais la joie au cœur.

7Et frère Félix d’énumérer toutes les raisons qui en feraient un lieu adapté à une communauté de Prêcheurs (Ibid., p. 377-381).

8Le tome IV s’ouvre sur le départ de Jérusalem pour Bethléem le 15 juillet au soir. Le récit de Fabri évoque les différentes dévotions sur les lieux saints du trajet, puis l’arrivée à l’église de la Nativité, et les différentes stations prévues par le Processionnal (grotte de Saint Jérôme, crypte de saint Eusèbe, chapelle de la circoncision, chapelle des Mages, grotte de la Nativité, seconde grotte, grotte des saints innocents), le repas et le repos avant l’office de nuit et la grand-messe, la sortie de Bethléem pour visiter l’église et le champ des bergers, puis le retour à l’église de la Nativité, avant de regagner par la même route Jérusalem pour le déjeuner du 16 juillet. Les détails concrets rendent le pèlerinage vivant :

Nous entrâmes alors dans le cloître, nous nous installâmes par petits groupes et nous sortîmes de nos sacs les provisions que nous allions emportées de Jérusalem ; nous mangeâmes et nous bûmes de l’eau (t. IV, p. 85)

9mais la meilleure eau que Fabri ait bu outre-mer ! Félix Fabri décrit tous les lieux saints, mais il s’arrête surtout sur la grotte de la Nativité, « le lieu de la très douce nativité du Christ », marquée par une dalle de marbre blanc dont la bonne odeur enflamme ses sens, comme il le dit, non pas « allégoriquement, dans un sens mystique, mais en vérité j’affirme que je l’ai ressenti ainsi physiquement chaque fois que j’ai appliqué mes lèvres sur la pierre sacrée » (p. 55). Plus loin, il justifie la longueur de sa contemplation par son émotion sensible :

Je l’avoue, je me suis trop égaré de mon propos, mais pardonne-moi, aimable lecteur, de vouloir que tu saches qu’il n’y a pas de lieu sur toute la Terre sainte auquel je sois plus sensible et dans lequel la bonté divine s’offre avec plus d’évidence au pèlerin. » (p. 65)

10On retrouve constamment ce mélange d’érudition et d’esprit critique qui anime frère Félix. Il rapporte ainsi une « histoire puérile » de petits cailloux pareils à des pois blancs au sujet du champ d’Habaquq, qui lui rappelle une « fable » identique d’un champ de son pays, près de Geislingen (p. 29) ; il n’hésite pas à escalader un mur ancien, présenté comme un vestige de la maison de Jacob : « Au fait, un jour où je suis repassé ici, j’ai escaladé le mur et j’ai découvert avec certitude que ce mur était un soutien du canal par lequel les eaux descendaient autrefois à Jérusalem. » (p. 31) ; il s’arrête longuement sur ce que l’on raconte du lait de la Vierge qui s’écoulerait de la seconde grotte et conclut :

Avant d’en faire l’expérience, je me suis souvent demandé d’où ce lait pouvait venir ou par qui il avait été recueilli et conservé, jusqu’à ce que j’apprenne par expérience que ce n’est rien d’autre qu’un liquide suintant d’une roche souterraine. 

11Mais le dominicain par sa foi en la puissance divine n’hésite pas à exalter les vertus du lait virginal qui « fortifia et renforça l’enfant Jésus à tel point que le calice de la passion la plus amère lui fut doux et qu’il put pardonner facilement toute l’injustice dont nous étions responsables. » (p. 77). Dans le volume précédent (t. III, p. 47-49), la sudation merveilleuse des colonnes de la chapelle de sainte Hélène avaient suscité tout un développement de frère Félix qui se terminait ainsi :

Ce que j’ai dit plus haut à propos des colonnes, je l’ai entendu de la bouche de catholiques simples et dévots, et de pauvres femmes dévotes, dont je ne veux pas dédaigner la piété, ni rejeter la dévotion.
Je sais bien que ce qui peut être fait par le travail de la nature ne doit pas être attribué aux miracles. En effet, il existe un certain type de pierre, apparenté au marbre, appelé emdros, d’où dégoutte toujours de l’eau, où qu’elle se trouve dans l’édifice. […] Le commun s’étonne de cela, tenant pour un miracle ce qui n’est pourtant qu’un phénomène naturel. Je pense en fait que ces colonnes sont en emdros, qu’elles ruissellent donc et sont humides naturellement.

12En revanche, son scepticisme éclate au sujet du commerce des reliques des saints Innocents :

Ce commerce me parut suspect et pour ainsi dire insultant, fourbe et abusif ; c’est pour cette raison que je me suis tourné vers un homme d’expérience et que j’ai approfondi avec lui la question de savoir ce qu’il fallait penser de ces corps d’enfants vendus par le sultan […] Et c’est ainsi que les fidèles du Christ sont abusés et dépossédés de leur argent. Car ces infidèles connaissent notre ardent désir de posséder des reliques, et c’est pourquoi ils proposent du bois sensé provenir de la sainte Croix, mais aussi des clous, des épines, des os et toutes sortes de choses de ce genre, afin d’abuser les imprudents et de les dépouiller de leur argent. (t. IV, p. 81).

13Ce qui ne remet nullement en cause à ses yeux le pouvoir des reliques et celui des lieux saints, puisque son récit continue d’égrener comme celui de ses prédécesseurs les dévotions rendues et les indulgences reçues.

14De la même manière que la description du Saint-Sépulcre avait été intercalée entre le récit de la visite au saint Sépulcre et celle des saints lieux dans Jérusalem et dans ses alentours une longue description de Bethléem vient s’enchâsser entre la visite à Bethléem et la nouvelle nuit près du Sépulcre, dans l’intervalle du repos pris par les pèlerins :

Après le déjeuner, nous nous installâmes pour nous reposer parce que la nuit précédente, nous avions veillé près de l’étable du Seigneur, et que, la nuit suivante, nous allions veiller à nouveau près du tombeau de notre très saint Seigneur. Suit la description de Bethléem. (Ibid., p. 107)

15Après une digression sur la construction des noms de lieu en hébreu et en allemand (p. 109-113), frère Félix compare les différents états du lieu de la naissance du Christ jusqu’à son époque (p. 119-153). Sa relation de la deuxième nuit passée dans le Saint-Sépulcre est surtout l’occasion de présenter la cérémonie de l’adoubement des chevaliers du Saint-Sépulcre (p. 161-165) et un éloge de la chevalerie du Saint-Sépulcre en quarante points (p.165-185). Frère Félix insère également un sermon qu’il a donné aux seigneurs nouvellement adoubés pour les exhorter à accomplir ce à quoi ils se sont engagés (p. 189-193). On trouvera dans la suite du volume la relation du pèlerinage vers les monts de Judée et la maison de Zacharie, lieu saint de la Visitation, occasion d’une longue digression au sujet d’une polémique sur l’Ave Maria qu’il conclut par un « Mais je me suis assez égaré sur le sujet ! » (p. 207-215). Après avoir évoqué le lieu de la naissance de Jean-Baptiste, le pèlerin détaille les difficultés rencontrées pour se rendre au Jourdain, les discussions avec le patron et le truchement. Il rapporte sa peur de mourir sans les habits de son ordre lors du bain dans le fleuve, puis s’interroge longuement sur les accidents fréquents lors du bain, ainsi que sur les superstitions liées à l’eau du Jourdain et sur l’interdiction de la transporter sur les navires (p. 255-263). Il conclut :

La preuve que ce n’est que superstition, c’est que l’on en découvre beaucoup qui ont transporté de cette eau, même s’ils ont bien mal agi puisque le pape l’a interdit. Mais je me suis bien assez égaré en passant du bain dans le Jourdain à la navigation sur la Méditerranée.

16Bien des découvertes attendent encore le lecteur qui prend la peine d’emboîter le pas de frère Félix dans ses errances géographiques et livresques. On reste fasciné par cette aventure à la fois singulière et collective et par l’œuvre que le religieux d’Ulm en a tirée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Bazin-Tacchella, « Les Errances de frère Félix, pèlerin en Terre sainte, en Arabie et en Égypte », Perspectives médiévales [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 15 janvier 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://peme.revues.org/10526

Haut de page

Auteur

Sylvie Bazin-Tacchella

Professeur de langue médiévale – université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page