Navigation – Plan du site
Études & travaux
Dossier : Le thème médiéval aux États-Unis : entre fascination et répulsion

Avant-propos

Delphine Louis-Dimitrov

Texte intégral

1Ce dossier est issu d’une journée d’étude qui s’est tenue à l’Institut Catholique de Paris le 10 avril 20151. Son objet était d’articuler les enjeux politiques et esthétiques qui sous-tendent les représentations américaines du Moyen Âge, en réfléchissant à la façon dont les débats idéologiques européens qui portent sur cette période se réverbèrent dans les lettres et la civilisation américaines, infléchis et parfois exacerbés par les passions locales.

2Bien que fondamentalement absent de l’histoire américaine, le Moyen Âge occupe une place déterminante dans la construction de l’identité politique, culturelle et littéraire de la jeune nation. Dès le début de leur histoire, les États-Unis le récrivent et le réinventent, se l’approprient dans des textes en tout genre : fiction, poésie, essais, discours politiques et historiographie. Nulle autre période de l’histoire européenne n’éveille cependant autant de tensions dans la pensée américaine que le Moyen Âge. Source d’inspiration et de fascination, il suscite aussi horreur et répulsion, faisant figure tantôt d’idéal, tantôt de contre-modèle.

  • 2 Christian Amalvi, Le Goût du Moyen Âge, 2e éd., Paris, la Boutique de l’histoire, 2002 [1ère éd. : (...)

3Le dossier commence par un détour par la France, détour justifié par l’appropriation par les États-Unis d’Amérique d’une mémoire qui est d’abord européenne, et parfois spécifiquement française. Christian Amalvi, auteur du Goût du Moyen Âge2, présente dans son article les débats idéologiques sur le Moyen Âge qui agitent la France depuis la période romantique. Il souligne que chaque époque depuis la Renaissance a « recomposé les caractères originaux de l’identité médiévale en projetant sur elle ses propres fantasmes, ses obsessions intimes, qui en disent davantage sur ses hantises profondes que sur la réalité historique du prétendu Moyen Âge des ténèbres » – ce qui vaut également pour les différentes époques de l’histoire américaine, comme nous espérons le mettre en lumière dans la suite du dossier. C’est d’abord le manteau de l’opprobre que l’on jette sur cette période. Comme le rappelle Christian Amalvi, la notion de « Moyen Âge » (tempus medium, c’est-à-dire période intermédiaire), inventée par les humanistes du xve siècle pour désigner la période qui sépare les âges glorieux de l’Antiquité de la Renaissance, témoigne de leur « mépris total » pour « une période qu’ils considéraient comme barbare, dépourvue du moindre intérêt sur le plan culturel et de toute beauté sur le plan artistique ». Les philosophes des Lumières, notamment Voltaire dans son Essai sur les mœurs (1756), reprennent à leur compte cette vision dévalorisante pour jeter au rebus une époque « plongée dans les ténèbres de la barbarie et de l’obscurantisme religieux ». Un tournant intervient avec le romantisme, qui fait revivre le Moyen Âge mais de façon très contradictoire. L’article explore la complexité et l’ambivalence de l’image romantique du Moyen Âge, faite d’une fascination pour les « fractures du temps », « pour l’imaginaire, pour l’envers de la raison, pour le côté obscur, nocturne de la vie », mêlée d’aversion pour ses aspects terrifiants, des bûchers de l’Inquisition aux charniers de la Peste noire. Christian Amalvi montre qu’au-delà des perceptions culturelles, l’héritage médiéval constitue un clivage majeur dans la société française de la période romantique jusqu’en 1945 ; il suscite querelles et débats dans les domaines de la politique et de la religion, incarnant un âge d’or pour les défenseurs de la monarchie et de la chrétienté, une période funeste pour les libéraux puis les républicains. L’article souligne enfin que l’image « barbare » et « obscurantiste » du Moyen Âge persiste dans l’inconscient collectif jusqu’aux années 1980-1990, pour céder ensuite la place à une vision bienveillante, si ce n’est idyllique, de la période.

  • 3 Ibid., 2e éd., présentation de l’éditeur.
  • 4 Ibid., 1ère éd., p. 14.
  • 5 « The Young American », dans Ralph Waldo Emerson, Essays and Lectures, New York, Library of America (...)

4Les États-Unis sont les héritiers de ces perceptions polarisées et polémiques. Dès la période révolutionnaire et tout au long du xixe siècle, le Moyen Âge trouve outre-Atlantique de virulents détracteurs, qui reprennent à leur compte la vision de celui-ci comme « trou noir de la civilisation occidentale3 », héritée des philosophes du xviiie siècle. La célébration par ces derniers de « la victoire des Lumières de la Raison sur l’obscurantisme médiéval »4 coïncide fort bien avec les valeurs politiques de la jeune nation, édifiée sur des principes inspirés de la philosophie des Lumières. La critique du Moyen Âge obéit dès lors à des enjeux patriotiques et contribue par contraste à renforcer l’idéal politique auquel les États-Unis veulent s’identifier. On en perçoit l’écho dans cette déclaration d’Emerson, en 1844, où la féodalité est posée comme contre-modèle : « Let us live in America, too thankful for our want of feudal institutions »5. À la faveur des joutes culturelles récurrentes qui opposent les États-Unis à l’Europe dans la seconde moitié du xixe siècle, les auteurs américains, à commencer par Mark Twain, en dénoncent de façon parfois caricaturale la culture simultanément féodale, catholique, barbare et obscurantiste, contre-modèle d’une Amérique démocratique, protestante, civilisée et éclairée.

5Sous l’influence du romantisme européen et surtout de la publication des romans de Sir Walter Scott, dont le succès aux États-Unis est immédiat, s’éveille cependant une fascination pour le Moyen Âge qui est concomitante de son rejet politique et idéologique. L’engouement pour les romans de Walter Scott suscite un attrait croissant pour un Moyen Âge largement idéalisé. Pauline Pilote souligne l’influence majeure des romans de Walter Scott sur les Leatherstocking Tales de James Fenimore Cooper (1789-1851), le « Scott américain », et sur les récits de l’Ouest (A Tour on the Prairies, Astoria et The Adventures of Captain Bonneville) de Washington Irving (1783-1859). Elle montre comment, à une époque où pourtant les États-Unis cherchent encore à se scinder du passé britannique, ces deux auteurs transposent la vision romantique du Moyen Âge issue des romans de Walter Scott, construite autour de l’idéalisation du code de la chevalerie, sur les terres sauvages et primitives de l’Ouest, faisant de la wilderness une terre de romance et des Amerindiens des figures chevaleresques.

6Comme en Europe, un mythe de l’âge d’or se construit autour du Moyen Âge, perçu comme l’enfance d’une Amérique moderne en quête de racines, d’ancêtres et d’héritages. Le Moyen Âge représente en effet pour certains auteurs une origine fondatrice et donc un enjeu de mémoire – non pas un passé étranger mais un ancrage historique que la jeune république revendique et voudrait se réapproprier. Dans mon propre article, j’étudie la façon dont Washington Irving, dans son fameux « livre d’esquisses », place l’héritage médiéval aux origines de son identité littéraire. Le clin d’œil d’Irving, alias Geoffrey Crayon, à Chaucer, dont il emprunte le prénom, est l’indice de cette quête de racines qui anime l’écriture de tant d’auteurs de l’époque. La présence médiévale, fondatrice, est sous-jacente aux légendes américaines qui prennent forme dans les contes très célèbres du recueil, « Rip Van Winkle » et « The Legend of Sleepy Hollow », premiers jalons de l’épanouissement de la tradition de la nouvelle sur le sol américain. Le passé médiéval offre ici un idiome permettant, paradoxalement, d’aborder des problématiques américaines ; mais il représente aussi, dans un grand nombre d’esquisses, un espace esthétique, la composante majeure d’un pittoresque nourri de ruines ou, à défaut, d’« associations » poétiques et légendaires.

7L’attrait du Moyen Âge, qui atteint son paroxysme au milieu du xixe siècle dans le contexte du renouveau gothique mais perdure après la Guerre de Sécession, touche surtout le Sud où il donne lieu à l’adaptation de textes médiévaux. Patricia Victorin s’interroge sur les enjeux de la réécriture par Sidney Lanier (1842-1881) en 1878 des Chroniques de Froissart, qui relatent la guerre de Cent Ans. Froissart, que la France et l’Angleterre redécouvrent au xixe siècle, incarnerait une mémoire historique que Lanier à son tour réactive et transfère sur le nouveau territoire américain, tout en faisant converger la nostalgie d’un âge d’or médiéval avec celle du Vieux Sud épris de rites aristocratiques et chevaleresques. Elle montre que Lanier établit ainsi un lignage, une filiation allant du Moyen Âge à une vision rétrospective du Vieux Sud émanant du contexte postbellum, en passant par Caxton et Lord Berners aux xve et xvie siècles, puis par les historiens et les romanciers qui redécouvrent Froissart en France et en Angleterre au xixe siècle. Par cette chaîne de translatio, il s’agit, écrit Patricia Victorin, d’« enraciner le jeune lecteur américain dans le terreau d’ancêtres prestigieux », de présenter à la jeunesse les idéaux d’antan, et aussi de tendre au Sud clivé entre l’avant et l’après de la Guerre de Sécession le miroir des mutations chevaleresques du xive siècle et de la Guerre de Cent ans.

  • 6 Mark Twain, Adventures of Huckleberry Finn, New York, Norton, 1985, 1999, p. 145.

8Que la fascination pour le Moyen Âge subsiste dans le « Nouveau Sud », à l’ère de la modernité, voilà qui porte l’ire de Mark Twain à son comble. Dans les chapitres XL et XLVI de Life on the Mississippi (1883), il déplore que le Sud, contrairement au Nord, n’ait su se dégager de l’influence délétère de Walter Scott et de ses romances médiévales. Le syndrome de Walter Scott (« the Sir Walter disease »), attachement pathologique du Sud aux fictions médiévales, serait selon lui à l’origine de son incapacité à entrer dans la modernité, et donc de la Guerre de Sécession. Le rejet politique d’un monde médiéval perçu comme l’incarnation du mal absolu – « meedyevil »6 – s’accompagne pourtant chez lui d’une fascination esthétique inavouée pour un Moyen Âge qui semble placé hors du temps. De plus, lui qui dans ses œuvres de fiction n’a de cesse de pourfendre le Moyen Âge et se plaît à en brosser, sans craindre les écueils de la caricature, une image obscurantiste et barbare, est pourtant l’auteur d’une vie de Jeanne d’Arc très élogieuse et idéalisée.

9Jennifer Kilgore-Caradec s’interroge sur le paradoxe par lequel un écrivain comme Twain, athée déclaré, en vient à publier – anonymement pour prévenir toute lecture ironique – un ouvrage consacré à une sainte, nourri qui plus est de la lecture attentive de nombreuses sources historiographiques. Or, en Jeanne d’Arc convergent ici l’histoire du Moyen Âge et celle des États-Unis. Twain présente en effet la Pucelle d’Orléans comme une figure patriotique et surtout comme une incarnation de la démocratie exprimant des idéaux politiques américains tels que la résistance face à la tyrannie, dont firent preuve les colonies face à l’Angleterre lors de la Guerre d’Indépendance ; mais sa célébration est aussi le vecteur d’une critique de la politique expansionniste des États-Unis dans les années 1890, où Twain voit un reniement de ces idéaux. Jennifer Kilgore-Caradec s’intéresse plus particulièrement à l’étonnante proximité de Mark Twain et de Charles Péguy, dont la Jeanne d’Arc paraît en 1897 ; les deux textes, qui reposent sur l’utilisation de sources historiographiques communes (Michelet et Quicherat notamment), exprimeraient par ailleurs l’engagement politique de leurs auteurs pour la défense de Dreyfus et en faveur des valeurs démocratiques.

10La tension entre fascination et répulsion qui fait l’ambivalence de la relation des États-Unis au Moyen Âge s’articule autour de la notion d’altérité, cruciale pour le médiévalisme. Vincent Ferré en étudie la généalogie et la signification dans un article qui vient clore le dossier en en dégageant un axe de réflexion critique. Il rappelle que le nom du Moyen Âge (medium aevum), forgé à la Renaissance, le désigne comme fondamentalement différent des périodes antérieures et postérieures ; pour les historiens américains Paul Freedman et Gabrielle Spiegel, il est ce contre quoi la modernité se définit. La perception s’inverse dans le discours critique à la fin du xixe siècle, où le Moyen Âge est désormais considéré comme l’origine de la modernité, puis l’accent est de nouveau mis sur sa différence dans le dernier quart du xxe siècle. Comme l’explique Vincent Ferré, Paul Zumthor (dans son Essai de poétique médiévale, 1972) et Hans Robert Jauss (dans « The Alterity and Modernity of Medieval Literature », 1977) placent alors le concept d’altérité au cœur de leurs réflexions sur la littérature médiévale, en étudiant notamment son articulation dialectique avec ceux de familiarité (Zumthor) et de modernité (Jauss) ; le concept, repris ensuite par des critiques américains, se trouve cependant profondément altéré par son transfert depuis l’Europe vers les États-Unis. Vincent Ferré considère enfin l’interdisciplinarité du concept d’altérité et de la dialectique entre distance et familiarité, point de rencontre et de dialogue entre l’histoire et la littérature.

11Les articles réunis ici témoignent de l’importance de cette dialectique de la distance et de la familiarité chez les auteurs américains : le Moyen Âge est bien cette période radicalement autre en laquelle les États-Unis d’Amérique reconnaissent pourtant une origine, un âge d’or et un idéal perdu. Ce dossier donne aussi la mesure de l’inextricable tissage de l’histoire et de la littérature dans la période de fondation et de maturation de l’identité américaine qui s’étend d’un bout à l’autre du xixe siècle.

Haut de page

Notes

1 https://www.fabula.org/actualites/le-theme-medieval-dans-l-amerique-des-xixe-et-xxe-siecles_67892.php

2 Christian Amalvi, Le Goût du Moyen Âge, 2e éd., Paris, la Boutique de l’histoire, 2002 [1ère éd. : Paris, Plon, 1996].

3 Ibid., 2e éd., présentation de l’éditeur.

4 Ibid., 1ère éd., p. 14.

5 « The Young American », dans Ralph Waldo Emerson, Essays and Lectures, New York, Library of America, 1993, p. 230.

6 Mark Twain, Adventures of Huckleberry Finn, New York, Norton, 1985, 1999, p. 145.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Louis-Dimitrov, « Avant-propos », Perspectives médiévales [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 15 janvier 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://peme.revues.org/10646

Haut de page

Auteur

Delphine Louis-Dimitrov

Institut Catholique de Paris, UR « Religion, Culture et Société » - EA 7403 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page