Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Friedrich Wolfzettel, La Poésie lyrique du Moyen Âge au Nord de la France (en annexe : France et Italie). Études choisies

Paris, Honoré Champion, 2015
Marie-Geneviève Grossel
Référence(s) :

Friedrich Wolfzettel, La Poésie lyrique du Moyen Âge au Nord de la France (en annexe : France et Italie). Études choisies, Paris, Honoré Champion, « Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge » 113, 2015, 362 p.

Texte intégral

1Le beau livre que le Professeur Friedrich Wolfzettel consacre à La Poésie lyrique du Moyen Âge au Nord de la France réunit vingt de ses études, publiées de 1980 à 2011. Ainsi, il retrace le cheminement exemplaire d’une recherche qui justifia ce que l’auteur définit comme une fascination. Ces quelque trente années ont compté dans le progrès qu’enregistrèrent les études sur ce champ particulier de la littérature médiévale : être élève d’Erich Köhler et découvrir l’art des trouvères à travers les thèses de Robert Guiette, Roger Dragonetti, puis Pau Zumthor, ne pouvaient que susciter à la fois de « l’admiration », fût-ce celle du « jeune néophyte », et une certaine « méfiance » à propos de « l’uniformité formelle », présentée comme la clef susceptible de nous faire comprendre un art dont la difficulté expliquait le petit nombre de travaux qui lui avaient été consacrés. S’ajoutait à cela, comme le note l’auteur, les préjugés, venus du lointain Romantisme, mais toujours vivaces, sur la précellence des troubadours, peu propices à susciter l’intérêt pour leurs épigones du Nord.

2Comme le Livre, cher à l’imaginaire du Moyen Âge tardif, le volume d’études ici présentées tient du recueil. Ce n’est pas la succession des publications de l’auteur qui en a dirigé la composition très réfléchie, mais un ordre fondé sur la chronologie historique et qui y puise sa signification : nous partons des « trouvères classiques », autour de la fin xiie siècle-1230, puis nous passons à la seconde moitié du xiiie siècle, autour de cinq grands poètes. Cette première partie se clôt sur deux études génériques – pastourelles et domaine religeux – avant, comme finale de ce chapitre, une huitième étude sur l’apparition de la ville, qui est décor dans le texte, mais qui est surtout le champ social nouveau auquel destiner le poème.

3À ces 137 pages succèdent 150 pages, réunies sous le titre de la Seconde Rhétorique, ces neuf études s’offrent au lecteur comme un chiasme de la première partie : trois se consacrent à une thématique, l’abondance rhétorique, le poème-cadeau, l’appréhension de la réalité dans le texte poétique ; puis six autres, à un poète, Machaut, Christine de Pizan (deux fois), Charles d’Orléans (trois fois).

4Enfin une dernière partie, sous le titre d’Annexe, France et Italie, présente en 60 pages trois études, sur la question de la conscience historique dans la lyrique, l’École Sicilienne, enfin la prééminence de la lumière dans ces poèmes. Le décalage chronologique entre les deux pays fait que la poésie italienne se charge plus tôt des prémices de l’art moderne, sans que soit oublié l’héritage, qui a permis les transformations.

5L’ordre du recueil est donc significatif, la seconde partie, à laquelle s’ajoute l’Annexe, pesant plus lourd que la première, tandis que tout un réseau de correspondances tisse ses fils entre les diverses études, la ville, le problème de la subjectivité, le rôle du poète, le public et ses évolutions. Le propos tient alors d’une recherche sur la nature de la poésie et sur sa progression dans l’Histoire dont l’influence ne saurait se nier. L’Annexe, enfin, où la sobriété du style ne dissimule pas l’admiration, souligne combien ce recueil d’Études est aussi l’expression d’une personnalité de chercheur, avec toutes ses convictions.

6Qu’un trouvère puisse posséder son individualité poétique, voilà qui ressort bien des cas étudiés. Conon de Béthune est lu sous l’angle de son inspiration sarcastique et mordante, son œuvre est rapprochée des sirventés, ce que ses échanges avec les troubadours ne font que corroborer. Poète aux structures formelles insolites, Conon appartient à la strate la plus ancienne de la lyrique d’oïl, encore tout imprégnée de l’exemple troubadouresque. D’autres travaux ont souligné que la personnalité poétique de Conon se retrouvait dans sa carrière politique, certains ont poussé l’hypothèse jusqu’à dire que la minceur de l’œuvre qui nous est parvenue s’explique par le choix sélectif de chansons typiques, car ses contemporains eux-mêmes auraient eu une « certaine idée » du personnage. On le voit, Conon ne cesse pas de nous interroger.

7La thématique du souvenir étudiée chez Thibaut de Champagne et Gace Brulé, son maître, s’attache à cerner la question complexe de cette subjectivité que l’on dit née au xiiie siècle. L’auteur souligne l’ambiguïté fondamentale du traitement de la mémoire chez Thibaut. Sans doute est-ce aussi que les motifs du Grand Chant et la sémantique n’arrivent pas à coïncider parfaitement dans notre esprit moderne, tant il paraît difficile de détacher la vérité poétique de la réalité vécue, quand bien même l’on sait que « l’essence » de l’amour et sa « réalité » ne sont pas des objets identiques au regard de la poésie. On peine à communier, comme le fit l’auditoire des trouvères, avec l’« idéalisme masochiste » d’un « univers clos », que métaphorise la prison, avec un art dont la « temporalité factice » répond à son « statisme spatial ». Cette construction « factice » relève bien du pur jeu d’écriture qu’analysait Robert Guiette. Thibaut en marque « l’apogée, non le dépassement », tandis que, chez Gace « représentant tant soit peu archaïsant » de la lyrique, résonne encore l’écho affaibli de la lyrique d’oc « autrement vivante ». Il s’avère difficile d’employer des termes exempts de toute connotation péjorative en ce qui concerne les trouvères « classiques ».

8La sympathie est plus aisée avec la très forte personnalité poétique de Richart de Fournival, qui fut un brillant esprit et un poète spirituel. Son persiflage et ses sourires entendus éclairent parfaitement le jeu ironique qu’il mène avec la fine amour, à laquelle il ne croit guère, et l’art du chant qu’il pratique en musicien averti, tout en confessant qu’il ne faut surtout pas en faire « l’instrument de ses pensées secrètes ». Richart est vraiment un clerc. Adam de la Halle, de son côté, que la quatrième étude nous montre partagé entre la Cour, un milieu où il avait toute sa place, et la ville d’Arras, à la fois chérie et vilipendée, est déjà indubitablement un poète d’une autre époque. Son extraordinaire talent, musical comme poétique, justifie le terme de maistre qu’il revendique. Les fines analyses de ses vers nous le montrent ici comme un homme des deux rives qui ne se résout pas vraiment au choix. Rutebeuf, qui succède à Adam dans les analyses, est au centre de l’épineuse question de la lyrique comme chant ou comme dit. Ce ne sont ni les formes strophiques ni la thématique, par exemple didactique, qui permettent de poser des frontières. Parmi les poésies de Rutebeuf, combien ont été chantées ? Le Grand Chant impliquait le public raffiné et étroit des cercles courtois. Cette ars poética, déniée au vulgus profanum, ne peut survivre dans la ville au public pluriel et anonyme – sinon comme chanson des rues ? – propose le Professeur Wolfzettel. Cette analyse, riche et profonde, nous rappellerait au besoin qu’on ne peut juger sur les mêmes critères les trouvères classiques et les poètes citadins comme Rutebeuf.

9La relecture sous l’angle « folklorique » de la pastourelle, où bergers et bergères sont des « médiateurs entre nature et culture » souligne la différence avec les pastourelles occitanes ; l’aspect moqueur de ce registre, visitant plaisamment le domaine élementaire et orgiaque des amours printanières, les très intéressants parallélismes avec l’aube et surtout la reverdie, ancrent l’étude dans le regain d’intérêt qui entoure actuellement ce registre.

10On est content de lire l’étude suivante sur la chanson religieuse, quasi toujours présentée comme calque plat et parasite du Chant profane. Selon le modèle cistercien qui voyait dans l’amour humain ce qu’il faut dépasser, mais qui n’en reste pas moins pré-figure, on se trouve devant ce qui est avant tout une poésie de conversion. La chanson dévote tient une place trop importante dans les Chansonniers (notamment le Burgerbibliothek, 389 de Berne) pour être traitée en quantité négligeable. On notera l’affirmation que, non moins que la chanson des rues adressée au vaste public des villes, la chanson religieuse, « méditative », fait éclater le cadre étroit de la cour. Cette idée récurrente nous guide dans la démarche que la première partie du livre déroule pour le lecteur. Une notation sur les Béguines rappelle, à très juste titre, que cette lyrique fut souvent de voix féminine.

11Dans sa seconde partie, qui nous mène de Machaut aux grands Rhétoriqueurs, c’est « l’aspect d’originalité » du Moyen Âge tardif français qui est d’abord mis en avant : « le poète se conçoit pour la première fois comme un auteur au sens moderne » (p. 145). Ici, c’est la notion de subjectivité qui sera le fil conducteur. Mais c’est aussi l’étude de l’époque où la poésie, « musique naturelle », se sépare du chant, un fait essentiel. La fierté du poète artisan des mots se substitue à la valeur et au priz du trouveur, qui unissait le texte à la mélodie. Le but étant la persuasion du lecteur, non plus de l’auditeur, le poète s’appuie volontiers sur le socle solide que créent les formes fixes, quand bien même coexiste la démesure caractéristique des Rhétoriqueurs. Le troisième point nouveau et remarquable que souligne l’auteur et qui se retrouve tout au long de ses études sur le Moyen Âge tardif, est le rôle de plus en plus prépondérant accordé au domaine visuel, ainsi chez Machaut et Froissart ; cela conduit même à évoquer une « esthétique du joli » – aux deux sens médiévaux de l’adjectif. Cette joliesse trouve à s’affirmer dans le livre, objet précieux par excellence, trésor subjectif, qu’on offre comme cadeau à l’Aimée, en substitut de soi même.

12Cette prise de conscience du moi subjectif est ce qui conduira l’acte poétique aux temps modernes. Elle est ici nettement reliée au nominalisme, au triomphe de l’aristotélisme. Un peu à la façon d’Adam le Bossu, Machaut représente le poète de la pure tradition courtoise, en même temps que l’ouverture à la « curiosité toute moderne », nourrie par l’expérience personnelle et la réalité. Pour Eustache Deschamp, le monde deviendra le propos : « le dehors vu et regardé par un moi concret ». Pourtant, note l’auteur, le sort réservé à Machaut, généralement apprécié comme musicien plus que comme poète, ne rend pas justice à la haute valeur de sa rhétorique qui le grandissait à ses yeux jusqu’à la maîtrise du créateur : pour lui, c’étaient encore la poésie et la musique, « services divins », qui assimilent le poète aux Bienheureux.

13Si Machaut est le « célébrant de la totalisation », Christine de Pizan use de toute la puissance des moyens rhétoriques pour mettre en scène un moi stylisé. Marquée par l’ambiguïté, son écriture sert à la fois à « divertir » le lecteur et à « masquer » la « conscience de sa subjectivité ». L’échec retracé du sentiment devient celui du code et du langage courtois auxquels s’oppose le moi féminin, corps et cœur, qu’elle propose en exemple.

14Chez Charles d’Orléans, le monde entoure et informe la poésie, avec toute sa force concrète. L’espace où s’enferme le poète, la chambre du cœur, est close à l’Autre, close au dehors, effrayant et attirant tout à la fois, que parcourent les souffles menaçants, où s’agitent les eaux violentes. Au creux du for intime, rempli de meubles et de souvenirs, on peut se faire une demeure douillette et s’attarder à son écritoire pour composer le Livre, journal exact des secrets de l’âme. Dans ces études consacrées au Prince Poète, où la sensibilité à la beauté des poèmes examinés vibre de façon contagieuse, l’écriture du Professeur Wolzettel devient magnifique. On se laisse séduire par les analyses portant sur le Livre de Pensée quand il nous est découvert tel « non seulement un trésor de sagesse et un trésor de souvenance », mais aussi tel « un moyen de réflexion du moi et de l’écriture » (p. 273).

15Ayant établi la progression – ou le progrès – de cette poétique, l’Annexe peut emprunter les routes italiennes pour « prendre du champ » et mieux définir, dans ces quatre siècles, la dialectique entre nouveauté et tradition, non pas entre kainos et neos, mais sous l’accent, déjà présent chez les troubadours, de la « Neuartigkeit des Kuntswerks », comme l’appelait le Professeur Mölk. Longtemps retenu par la force de la tradition ou honteux de sa propre nouveauté au point de la refouler, le « progressisme » ne trouve enfin à s’épanouir que dans le stilnovisme italien (p. 306). La cour sicilienne de l’empereur Frédéric dut peut-être à l’existence d’un « programme culturel » la « récupération élistique » de sa poésie ; mais c’est surtout par leur mainmise sur tous les moyens stylistiques – symboles, métaphores, allégories – afin de faire entrer dans le poème quantité d’images prises dans l’épaisseur concrète du réel, que les poètes siciliens ont pu triompher de l’abstraction jusqu’alors dominante. Cette tendance trouve son éclatante confirmation dans les images flamboyantes de la lumière, du feu et de sa chaleur, que peut incarner la « femme-lumière » dans une poésie devenue « intrument de lumière »

16Ce ne sont là que quelques notations, glanées au fil de la lecture d’un livre de grande richesse et à la subtilité fort personnelle. On saura gré au Professeur Wolfzettel de nous avoir ainsi ouvert sa librairie pour nous conduire parmi les découvertes renouvelées du domaine lyrique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Geneviève Grossel, « Friedrich Wolfzettel, La Poésie lyrique du Moyen Âge au Nord de la France (en annexe : France et Italie). Études choisies », Perspectives médiévales [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 15 janvier 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://peme.revues.org/10647

Haut de page

Auteur

Marie-Geneviève Grossel

Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis – CALHISTE, EA 4343

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page