Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Avec son numéro 34, Perspectives médiévales ouvre une nouvelle série, dans un nouveau format, électronique. Créée en 1975 en lien avec la fondation de la Société des langues et littératures médiévales d’oc et d’oïl, la revue Perspectives médiévales voit son premier numéro paraître en juin 1975. La société est présidée par Pierre Le Gentil, son secrétaire général est Daniel Poirion et le responsable de la publication, Robert Deschaux. C’est Daniel Poirion qui signe la présentation du premier numéro, présentation à la fois inquiète et optimiste ; inquiète quant à la place des études littéraires en général dans la société et plus particulièrement de celles à dimension historique ; optimiste par ce geste même de créer une revue ou plutôt un bulletin – je reviendrai sur cette différence – et de lui donner pour titre « Perspectives médiévales ».

2Nous sommes trente six ans après. Grâce à l’impulsion dynamique et ferme de sa présidente, Joëlle Ducos, aux compétences et au dévouement de Sébastien Douchet, rédacteur en chef, Perspectives médiévales s’adapte aux nouvelles technologies et tient à proposer une revue scientifique qui soit l’émanation de la communauté des médiévistes qui enseignent les langues et littératures médiévales dans les Universités françaises et étrangères. Une revue et non un bulletin. L’aspect bulletin, en effet, plus éphémère, est assuré avec efficacité et talent par le site internet de la Société, http://www.conjointures.org. Il permet une communication rapide entre médiévistes, qui informe sur leurs travaux et leurs projets, leurs craintes et leurs espoirs. La revue, elle, veut centrer son intérêt sur une réflexion sur la discipline, sur les manières d’enseigner les langues et littératures, médiévales, sur les orientations de recherches dans ces domaines et leur rapport avec la littérature en général et les sciences humaines, sur les finalités de cet enseignement et de cette recherche. Cette orientation explique le sous-titre qui complète dorénavant pour plus de clarté le titre, « Revue d’épistémologie », que l’on voudra bien lire non comme le signe d’une prétention mais d’une ambition pour nos études.

3Ce premier numéro de la nouvelle série est consacré aux pratiques, méthodes, objets et théories de l’édition de textes. On y trouvera des réflexions sur l’édition de différents types de textes, lyriques, historiques, textes de la pratique comme les comptes ; édition de textes à la traduction abondante ou mince ; bilan d’une grande entreprise d’édition électronique : le laboratoire du français ancien de l’Université d’Ottawa. Aspirant à une confrontation des points de vue et des méthodes qui ont parfois une coloration nationale, la revue fera appel systématiquement au regard de collègues étrangers et accepte des articles en français, en anglais et en italien, n’oubliant pas que dans certains pays notre discipline s’appelle Philologie romane. Le deuxième numéro de la nouvelle série sera orienté vers la littérature et ses méthodes selon le même principe.

4Quant à l’architecture de chaque numéro, elle garde, en dehors des articles, la rubrique comptes rendus et positions de thèse, rubriques riches et utiles. Dès le premier numéro de 1975, Robert Deschaux, responsable de la publication, a donné des comptes rendus. Il est présent dans notre dernier numéro papier, le n° 32 de juillet 2008. J’aimerais saluer son activité et sa fidélité au cours de ces années.

5Penser nos disciplines et nos pratiques, confronter des points de vue, suggérer des voies nouvelles, cultiver les anciennes, Perspectives médiévales se veut au cœur de notre réflexion critique, joyeusement et généreusement. Que la vie électronique de notre revue commence !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacqueline Cerquiglini-Toulet, « Avant-propos », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://peme.revues.org/107

Haut de page

Auteur

Jacqueline Cerquiglini-Toulet

Directrice de la publication – Professeur de littérature du Moyen Âge à l’université Paris-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page