Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Adrian Armstrong, Sarah Kay, Une muse savante ? Poésie et savoir, du Roman de la Rose jusqu'aux grands rhétoriqueurs

Paris, Classiques Garnier, 2014
Anna Gęsicka
Référence(s) :

Adrian Armstrong, Sarah Kay, Une muse savante ? Poésie et savoir, du Roman de la Rose jusqu'aux grands rhétoriqueurs, Paris, Classiques Garnier, « Recherches littéraires médiévales », 2014, 328 p.

Texte intégral

1Ce livre très intéressant propose une synthèse des recherches menées par Adrian Armstrong et Sarah Kay, en collaboration avec un groupe de chercheurs liés au projet « Le savoir poétique en France à la fin du Moyen Âge » (« Préface », p. 7).

2L’ouvrage est construit de façon réfléchie et transparente. Il s’ouvre par une « Préface » (p. 7-9), où les auteurs expliquent les circonstances et étapes de son élaboration, suivie d’une longue « Introduction » (p. 11-40). Dans celle-ci, le lecteur trouvera formulée la thèse du livre : « En effet, la poésie ne se contente pas de transmettre ce que l’on peut raisonnablement appeler “le savoir”. Par ses propres procédures de réflexion et d’autoréflexion, elle façonne ce savoir et détermine la réception. C’est de ce rapport intime entre la production lyrique et le savoir en France (ou en français) de la période comprise entre environ 1270 et 1530 que s’occupe le présent livre » (p. 14). Les auteurs manifestent leur distance par rapport à la conviction populaire que c’est la prose qui « aurait accaparé le marché en termes de vérité et de savoir », en soulignant – au contraire – « une nouvelle dimension [de la poésie] en tant que moyen de réflexion et de savoir » dans le monde francophone du Moyen Âge tardif (p. 13). Les pages qui suivent comportent une esquisse historique de l’expansion de la prose et de l’évolution des formes et fonctions de l’expression poétique à cette époque. Dans une perspective historique et théorique, les auteurs y analysent les notions opératoires : vers et « poetrie », exposent et justifient les raisons de leur choix de la période littéraire et expliquent le concept éponyme de savoir en relation avec la vérité.

3La section analytique de l’ouvrage est constituée de deux parties, contenant chacune trois grands chapitres divisés en sous-chapitres. La première partie est intitulée « Situer le savoir ». Les chapitres suivants sont consacrés à la situation de la poésie au Moyen Âge tardif (« Une présence persistante : le vers après la prose », p. 43-69), au vers en tant que moyen d’expression historiographique (« Poésie et histoire », p. 72-96) et au vers en tant que porteur de la réflexion (« Poésie et pensée », p. 97-129). La seconde partie de l’ouvrage porte le titre « Transmettre et façonner le savoir ». Les chapitres suivants se concentrent sur le savoir « encyclopédique » véhiculé par la prose et par le vers (« Un savoir sur le monde », p. 133-173), les formes et procédés poétiques de la mise en œuvre (« Savoir et pratique poétique », p. 175-212) et les formes et enjeux de la réception communautaire (« Communautés textuelles », p. 213-253).

4Une très bonne conclusion récapitule de façon synthétique et exhaustive les résultats de l’examen. L’ouvrage, pour le grand profit du lecteur, est complété par trois index (« Index des œuvres, auteurs et genres », « Index des lieux, institutions, personnifications et personnages », « Index des thèmes et des notions »).

5Il faut souligner le soin porté par Adrian Armstrong et Sarah Kay à expliciter de la façon la plus claire possible la perspective adoptée. Ceci se manifeste, principalement, dans les renvois fréquents à d’autres fragments du livre où divers aspects d’une même question sont mieux développés. Les auteurs annoncent explicitement le but de chaque chapitre et résument l’argument des chapitres précédents. Chaque chapitre se termine par une conclusion synthétique. Quelquefois, et cela est un peu irritant, les auteurs vont jusqu’à énoncer les effets d’une analyse menée dans les chapitres que le lecteur n’a pas encore lus (par exemple p. 89, 99). Pourtant, même si le lecteur peut, parfois, avoir l’impression d’un style un peu trop « scolaire », ou, parfois, d’une certaine incohérence du discours (souvent interrompu par ces « autoréférences »), grâce à cette méthode il ne se perd sûrement pas dans la multitude des exemples examinés, et ne manquera aucune nuance importante du raisonnement. Au contraire, il est continuellement guidé par les auteurs.

6L’ampleur du corpus soumis par ceux-ci à des analyses minutieuses et la profondeur de l’étude sont impressionnants. Les sources principales embrassent d’abord « une poignée de textes-clés ambitieux (le Roman de la Rose, l’Ovide moralisé, la Consolation de la Philosophie de Boèce) [qui] exercent une fascination forte et constante » (p. 27), puis les œuvres des auteurs différenciés par la forme poétique, la thématique et le tempérament, mais dont la création offre des traits communs dans le cadre du sujet du livre (entre autres Jean Froissart, Christine de Pizan, François Villon, Jean Molinet, Pierre Gringore).

7L’argumentation de ce livre a une structure inductive et déductive : les auteurs retournent sur les mêmes sources ou constatations pour démontrer d’autres perspectives d’une question examinée. Le lecteur y trouvera une riche matière l’invitant à la réflexion sur des facettes intéressantes du lien – perçu du point de vue de la création et de la réception – entre la poésie et le savoir à la période examinée. Les questions suivantes sont abordées : formes de savoir, formes et figures poétiques, relation « je »/public, thèmes récurrents (comme par exemple le temps, la fortune, la mémoire, l’expérience), jeux de langage et jeux intertextuels. Soucieux d’aller au fond du problème, les auteurs ne prétendent pas l’épuiser, mais signalent des incertitudes et des champs d’interprétation toujours ouverts.

8Un autre point fort de ce livre est son abondant appui théorique, anglophone et francophone. Les auteurs situent leur contribution dans un vaste horizon de recherches, en soulignant ce qu’ils y apportent de nouveau. De façon exhaustive, ils exposent les conceptions d’autres chercheurs, prenant par rapport à eux une position polémique ou – au contraire – indiquant ce que leurs propositions leur doivent. Le lecteur y trouvera des notes savantes et une riche bibliographie.

9L’ouvrage d’Adrian Armstrong et Sarah Kay semble s’adresser à deux types de publics. D’une part, il est un outil précieux pour le chercheur débutant qui y trouvera un savoir de base nécessaire pour poursuivre l’exposé. D’autre part, il est un acquis bibliographique important pour le chercheur confirmé, spécialiste de la poésie du Moyen Âge tardif, qui appréciera l’érudition des auteurs, l’originalité de l’approche et la fraîcheur du regard porté sur la relation entre vers et savoir.

10Pour finir, j’ose, avec regret, formuler une critique s’adressant à l’éditeur, bien que – n’étant pas francophone et ne maniant pas moi-même parfaitement la langue française – je ne sois peut-être pas autorisée à le faire. Ce livre est une traduction de l’anglais (le titre original est Knowing Poetry). Dans la version française, affleurent sporadiquement de petites fautes ou incorrections probablement rédactionnelles : fautes de grammaire (« France médiéval », p. 12 ; « les procédés [...] voit », p. 77 ; « Les vers ne possèdent sans doute [...] ni ne rassure », p. 96 ; « les formes d’interactions sociale auxquelles donnent lieu les rondeaux », p. 267 ; « des liens existants entre le Roman de la Rose, Ovide et Boèce », p. 126, « des liens existants entre Fortune et Nature », p. 127), fautes de ponctuation (point manquant, p. 32 ; virgule manquante, p. 73), leçons incorrectes (« parceque », p. 19 ; « gouvernerement », p. 57 ; « son’attrait », p. 91 ; « care », p. 194 ; « historiographieques », p. 208). Cependant, ces faiblesses du texte édité ne diminuent en rien le réel plaisir que fournit au médiéviste la lecture de ce livre important et inspirant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Gęsicka, « Adrian Armstrong, Sarah Kay, Une muse savante ? Poésie et savoir, du Roman de la Rose jusqu'aux grands rhétoriqueurs », Perspectives médiévales [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 15 janvier 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://peme.revues.org/10728

Haut de page

Auteur

Anna Gęsicka

Université Nicolas Copernic - Toruń, Pologne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page