Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Éditions & traductions

Le Pas du Perron Fée. Édition des manuscrits Paris BnF fr 5379 et Lille BU 104

Paris, Honoré Champion, 2013
Anne Berthelot
Référence(s) :

Le Pas du Perron Fée. Édition des manuscrits Paris BnF fr 5379 et Lille BU 104, éd. Chloé Horn, Anne Rochebouet, Michelle Szkilnik, Paris, Honoré Champion, « CFMA » 169, 2013, 316 p.

Entrées d’index

Mots clés :

pas d’armes

Keywords :

pas d’armes

Parole chiave :

torneo

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Pas du Perron Fée

Index des médiévaux et anciens :

Philippe de Lalaing
Haut de page

Texte intégral

1Le Pas du Perron Fée est un objet fascinant en ce qu’il nous ouvre des aperçus largement inédits sur ce que l’on pourrait considérer comme les RPG (Role Playing Games) de la fin du Moyen Âge. En effet, en quoi consiste le « Pas » ? En une mise en scène élaborée de jeux chevaleresques, où, comme le disent les éditrices, l’essentiel n’est pas tant les combats ou les coups portés, mais bien les costumes et l’appareil des combattants – mais cette mise en scène relativement simple sur le plan de l’événementiel est paradoxalement introduite par un effort de « mise en fiction » passablement élaboré, qui revisite la tradition des grands romans du xiiie siècle, fût-ce pour y prélever seulement une situation canonique, celle de la prison du chevalier entre les mains d’une dame « faee ».

2À ce titre, le Pas du Perron Fée n’est pas tant un objet littéraire qu’un artefact dont la valeur tient aux révélations qu’il offre sur la vie culturelle et curiale dans l’espace bourguignon des années 1460. Dans ce cas précis, il est particulièrement intéressant de comparer les différents « comptes-rendus » conservés de l’événement, dont le degré d’intérêt pour le porche narratif est très variable, alors que le nombre des témoins qui nous restent témoignent d’un vif intérêt pour la manifestation en elle-même. Les éditrices recensent en effet huit manuscrits contenant une version du Perron Fée, qu’elles répartissent en trois rédactions, tout en précisant bien qu’il ne s’agit pas d’un stemma de manuscrits à partir d’une source commune, mais de relations indépendantes les unes des autres. Cette relative richesse interroge, dans la mesure où il est peu probable qu’un événement de ce type, si prestigieux et socialement important puisse-t-il être, conserve une pertinence au-delà des quelques mois qui suivent la performance proprement dite.

3Le Pas du Perron Fée se divise en trois parties : la première, comme on l’a dit, est l’« argument » narratif de l’entreprise ; la deuxième est la description, journée par journée et participant par participant, des joutes et combats prescrits par les « statuts d’armes » du Pas. La troisième enfin est le récit de ce qui suit ces combats : la proclamation des résultats, la remise des prix, la fête courtoise culminant avec un banquet somptueux, et la remise à chacun des participants d’un « brevet » poétique à mi-chemin entre la louange et la prophétie. Certains manuscrits abrègent considérablement la première partie, d’autres (ou parfois les mêmes) escamotent entièrement la section des brevets, ou n’en mentionnent, en marge des noms de leurs destinataites, que leurs deux ou trois premiers mots, comme s’il s’agissait de notes de référence renvoyant à une version plus complète bien connue du rédacteur.

4Les éditrices ont accompli un travail remarquable : leur introduction procure au lecteur peu averti les bases lui permettant de situer historiquement et culturellement le document considéré, et expose les raisons qui ont amené au choix des deux manuscrits édités, Paris Bibilothèque nationale de France, français 5739, unique représentant de la rédaction C, et Lille Bibliothèque Universitaire 104, représentant de la rédaction B, apparemment la plus populaire. Elle propose également des explications et des éclaircissements concernant les intentions des rédacteurs, et des compilateurs des manuscrits, en présentant le contenu complet de ceux-ci. Cette section descriptive est prolongée par une étude de la langue des manuscrits, et par un exposé relativement étoffé des principes de l’édition. Suivent les textes des deux manuscrits, chacun accompagné de ses propres notes (6 pages pour Paris, 13 pages pour Lille). Plusieurs annexes complètent le volume : d’abord, l’édition de la portion du manuscrit Cambrai Bibliothèque Municipale 1114, seul représentant de la rédaction A, qui s’écarte le plus des deux autres versions. Ensuite, un tableau synoptique présentant l’ordre de passage des combattants des différentes épreuves, puis un autre rendant compte de l’attribution des brevets aux différents participants. Finalement, un index des noms propres et un glossaire copieux (plus de 42 pages) contribuent à familiariser le lecteur avec un matériau passablement exotique.

5Si utiles que soient ces annexes, en particulier la deuxième et la troisième, qui permettent de confirmer la stabilité des données dans les différentes versions du Pas, le lecteur reste un peu sur sa faim en ce qui concerne les notes et l’index des noms propres : bien sûr, il n’était pas question de rédiger des notes deux fois plus longues que le texte mais, personnellement, j’ai à plusieurs reprises éprouvé une certaine frustration en ne trouvant pas la réponse à une des multiples questions suscitées par un texte souvent énigmatique. De même, l’index des noms propres est un outil inestimable, mais pas assez détaillé compte tenu de la complexité des parentèles et alliances politiques qui sont en jeu au fil des journées du Pas.

6Au total, cet assez mince volume (316 pages, dont à peine 120 consacrées aux textes du Pas du Perron Fée proprement dits) est à la fois un modèle en son genre et un exercice virtuose dont l’utilité n’apparaît pas clairement. Peut-être est-ce à la mesure du Pas lui-même : pourquoi convoquer un prologue romanesque qui, tout particulièrement dans le manuscrit de Lille, convoque toute une bibliothèque arthurienne afin de construire un scénario très élaboré, pour consacrer ensuite l’essentiel de la relation à l’énumération des rencontres guerrières entre Philippe de Lalaing et ceux qui choisissent de frapper l’un des trois écus ? Quelle est même la logique de ces « statuts d’armes » qui font se succéder en douze jours des joutes suivies de batailles à l’épée (dont la longueur est sévèrement limitée), des joutes en tenue de guerre, et des joutes en tenue de joute, sans que jamais aucune explication de ces choix ne soit suggérée ? S’il est clair que les rédacteurs des versions A et C sont plus intéressés par la description minutieuse des costumes et des cortèges que par le cadre narratif du Pas, comment s’explique la relation détaillée du manuscrit de Lille, énumérant avec soin les lectures de Philippe de Lalaing qui l’ont conduit à élaborer cette fiction chevaleresque, et courtoise ? Et en définitive, quels sont les enjeux de cette entreprise, comment Philippe de Lalaing ressent-il les délais et les modifications qui lui sont imposés par le duc de Bourgogne, quelle est la portée de la fête, la signification profonde des brevets, et celle des “cortèges” qui défilent lors des journées du Pas et durant la fête finale ? Si l’on n’est pas entièrement convaincu, à la lecture, par la valeur esthétique et l’intérêt littéraire du Pas du Perron Fée, on ne peut en revanche qu’être fasciné par les aperçus qu’il fournit sur un phénomène de civilisation représentatif de la fin du Moyen Âge, et qui nous demeure singulièrement opaque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Berthelot, « Le Pas du Perron Fée. Édition des manuscrits Paris BnF fr 5379 et Lille BU 104 », Perspectives médiévales [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 15 janvier 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://peme.revues.org/10879

Haut de page

Auteur

Anne Berthelot

Professeur de français et d’études médiévales à l’université du Connecticut – États-Unis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page