Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

Les Manuscrits médiévaux témoins de lectures

Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2015
Catherine Nicolas
Référence(s) :

Les Manuscrits médiévaux témoins de lectures, études recueillies par Catherine Croizy-Naquet, Laurence Harf-Lancner, Michelle Szkilnik, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2015, 258 pages.

Texte intégral

1Dans la lignée de Sarah Huot et de Keith Busby, qui avaient ouvert la voie à une nouvelle approche du codex, l’ouvrage dirigé par Catherine Croizy-Naquet, Laurence Harf-Lancner et Michelle Szkilnik revient sur le lien qui unit la forme du volume à l’histoire de ses usages, en se donnant pour objet la recherche des « indices de la manière dont ont été lues et interprétées les œuvres qu’il contient » (p. 9). Le programme est ambitieux – avec plus de six siècles de production (depuis les manuscrits carolingiens jusqu’aux premiers incunables), deux langues (latin, français et manuscrits bilingues), des objets multiples (recueil, ensemble de manuscrits, collection d’un individu ou d’une bibliothèque), des points de vue variés (celui du copiste, de l’enlumineur, de l’imprimeur, du lecteur bien réel qui annote ou corrige le texte, etc.) et des approches diverses (de l’histoire des bibliothèques, à la généalogie, en passant par la codicologie, ou le commentaire littéraire) – et courait le risque de la dispersion. Toutefois, l’introduction de Michelle Szkilnik recentre les objectifs du volume autour de trois figures qu’elle identifie : le « lecteur bien charnel », celui qui a porté de annotations sur le manuscrit ou a laissé des traces de sa lecture ; l’auteur, dans la réception que les copistes font des textes (autorités latines, autorité plus incertaines ou fictives comme Merlin), dans la façon dont les recueils inventent une vie exemplaire à l’auteur et imposent un sens à sa vie (poète martyr, amant courtois, pécheur converti, etc.) et dans les personnalités des grands écrivains qui limitent la liberté des compilateurs en gardant le contrôle sur leurs œuvres ; les éditeurs, enfin, ou les concepteurs de manuscrits, qui règlent la production du codex et la mise en place du programme iconographique. L’organisation des articles se fait, un peu artificiellement, autour des lieux de production ou de consommation du codex – le lecteur est traqué dans la bibliothèque, dans le scriptorium, dans le cabinet de l’auteur, et dans l’atelier de l’enlumineur –, révélant des figures qui font émerger, dans leur juxtaposition, le lecteur médiéval.

2La première partie de l’ouvrage s’intéresse aux lecteurs des bibliothèques publique (celle du collège de la Sorbonne dans la contribution de Gilbert Fournier) ou privée (celle de Charles V dans celle de Marie-Hélène Tesnière) au tournant des xive et xve siècles. Le premier se propose d’« interroger les modalités d’accès des lecteurs aux livres et [de] caractériser les emprunts en fonction du milieu d’origine de l’emprunteur » (p. 17). Il concentre son étude autour d’un lecteur « extra domum », extérieur à l’institution, le parlementaire Simon de Plumetot (1371-1443) dont il retrace l’activité, depuis ses emprunts de manuscrits à la bibliothèque jusqu’aux copies des œuvres de Richard FitzRalph qu’il fait ou fait faire pour sa propre bibliothèque. Le lecteur qui se dessine témoigne d’une « curiosité intellectuelle et d’un investissement hors du commun » qui servent une sensibilité civique qui rappelle celle des premiers humanistes italiens et de l’humanisme français de la première moitié du xve siècle. De son côté, Marie-Hélène Tesnière recense et analyse finement les ouvrages de la bibliothèque royale de Charles V (fondée en 1372) qui portent des tables des matières ou des systèmes de références destinés à une lecture sélective du manuscrit. Elle examine notamment le manuscrit particulier du roi (Besançon, Bibliothèque Municipale, 434) pour montrer comment, à côté de la lecture de consultation et de la lecture magistrale pour le roi et son entourage, se développe un mode de lecture nouveau : la « lecture savante de consultation ».

3Le second volet s’intéresse au lecteur dans le scriptorium, avec les trois contributions de Richard Trachsler, Maximilian Diesenberger et David Ganz. Le premier revient sur l’immense corpus des Prophéties de Merlin et sur les tentatives de décryptage qui en ont été faites dans les commentaires latins puis dans les traductions françaises de l’œuvre. Il repère en particulier le manuscrit British Library, Add. MS 45103, qui propose une traduction en vers et une interprétation des prophéties : le commentaire prend ici la forme de gloses en attente d’être copiées dans le vers, dans l’espace laissé entre deux vers, ou dans les marges, quand elles n’ont pas été coupées par les relieurs. Ce sont autant de traces d’exégètes vernaculaires qui ont essayé, par leur traduction, de lever les obscurités de ces textes énigmatiques. Maximilian Diesenberger reste lui aussi dans l’atelier du copiste pour saisir au plus près les conditions de la fabrication d’un manuscrit hagiographique (Bayerische Staatbibliothek, CLM 4554) : entre les choix initiaux reflétés par la table établie par le premier copiste et les deux autres phases de rédaction, plus tardives et sous une autre main, se dessine toute l’histoire d’une congrégation prise dans les incertitudes politiques d’une région passée sous domination carolingienne. David Ganz, enfin, s’intéresse aux copies carolingiennes des œuvres de Virgile et à leurs gloses. Il identifie des gloses d’époque carolingiennes dans le manuscrit 165 de Berne (gloses qui révèlent des préoccupations contemporaines du glossateur), le manuscrit d’Oxford Auct. F. 2 8 (indication du milieu des glossateurs) et le manuscrit de Valenciennes, Bibliothèque Municipale, 407, dont il donne une très utile transcription (gloses d’un lecteur anonyme de l’époque carolingienne).

4Dans la troisième partie, le propos se recentre sur la figure de l’auteur, mais de l’auteur tel qu’il est montré par le manuscrit qui présente ses œuvres. Qu’il s’agisse d’un manuscrit autographe ou supposé tel ou de manuscrits préparés par un compilateur, les traces laissées dans les manuscrits trahissent un intérêt précoce du public pour la figure de l’auteur – même avant les grandes figures du xive et du xve siècles –, et une vraie pertinence de l’étude de la réception de ces manuscrits. Le premier des quatre articles ici réunis fait ainsi émerger les figures de Marie de France en rapport avec son frère supposé, Thomas Beckett (British Library, MS Harley 978), de Robert de Blois (Paris, Arsenal, 5101), d’Adam de la Halle (Paris, Arsenal, 25566) et de Rutebeuf (Paris, Bibliothèque nationale de France, français 837). Milena Mikhaïlova-Makarius démontre avec beaucoup de finesse comment le travail de compilation construit une figure d’auteur en associant vie et œuvre de l’auteur, biographie et bibliographie, vie de l’auteur et vie exemplaire, avec à l’horizon le modèle des vies de saints. Clothilde Dauphant continue cette exploration avec les figures de Guillaume de Machaut, de Froissart (Paris, Bibliothèque nationale de France, 830 et 831) et d’Eustache Deschamps édité par Raoul Tainguy (Paris, Bibliothèque nationale de France, français 840). Sylvie Lefèvre, quant à elle, revient à nouveaux frais sur le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, nouvelles acquisitions françaises 10057 (ms Barrois ; ms F) et sur la version du Jean de Saintré d’Antoine de la Salle qu’il propose. Après avoir rouvert les dossiers de l’écriture autographe et de la place problématique du manuscrit Barrois dans la tradition, elle analyse sa mise en page et son découpage en chapitre en le comparant avec le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, nouvelles acquisitions françaises 20234 pour montrer que les deux versions opposées révèlent dans Jean de Saintré moins un récit que le lieu de la théorisation d’un nouveau roman. Le dernier article, de Virginie Minet-Mahy et Jean-Claude Mühlethaler, se penche sur le Livre d’Amis de Charles d’Orléans comme témoin de l’écriture et de la lecture croisées que pratiquaient les poètes dans le milieu de Blois. Partant des traces lisibles dans la mise en page des rondeaux, ils dégagent la possibilité d’une « lecture pour l’autre », d’une performance à voix haute, qui ferait des poèmes des petits sketches qui recourraient à des gestes et des modulations de voix ; mais aussi d’une lecture plus intime, plus personnelle, attentive aux pictogrammes et aux petits symboles portés sur le texte du manuscrit. L’étude des textes qui forment le « Concours de Blois » – dont on a pu penser, sans doute à tort, qu’il avait réuni les poètes dans un moment de création collective – et la présentation précise des relations qu’ils entretiennent avec le reste du recueil mettent au jour l’idée d’une création poétique appuyée sur une lecture fine et personnelle du recueil en entier préalable à la création poétique. La composition des poèmes apparaît donc comme un dialogue, non pas entre des poètes réunis, mais entre un poète et les poèmes de ses prédécesseurs. Il y a donc bien jeu d’écriture, réponse aux textes préexistants, mais dans un rapport plus intime à l’ensemble du recueil et des poèmes lus. Les questionnements soulevés, sur la lyrique, sur la sincérité, le mensonge, la tromperie en milieu de cour montrent comment l’exercice de style ouvre une réflexion sur l’écriture courtoise et permet aux deux critiques de revenir sur les modalités de l’écriture de la poésie lyrique en milieu de cour au xve siècle.

5Le dernier volet fait entrer les images dans la discussion. Il réunit deux communications qui visent à montrer comment l’image (enluminure dans le manuscrit ou gravure sur bois dans l’édition) est encore un relais et un guide dans la lecture. Marina Tramet s’intéresse à une famille de manuscrits du Roman de la Violette (ms B : Paris, Bibliothèque nationale de France, français 1374, et C : Saint-Pétersbourg, Bibliothèque Nationale, Q. v. fr. 3 XIV) restée à part des traductions et des adaptations en prose qui ont touché la version « vulgate » de ce roman, et qui présente une réception ancienne du roman et une lecture subtilement différente de celle de la vulgate. Son analyse iconographique montre que, sans aller jusqu’à dire que la transposition iconographique trahit le texte, le choix des images réoriente son interprétation de manière subtilement moralisante et souligne sa valeur de Bildungsroman, comme pour apprivoiser un récit audacieux où Gerbert de Montreuil exploiterait de manière parfois dangereuse la rhétorique courtoise. L’analyse de Florence Bouchet arrive à une conclusion similaire avec un roman autrement plus licencieux : le Roman de la Rose. Elle explore la disposition matérielle du texte, les bois qui l’accompagnent et les traces laissées par les lecteurs (soulignements) afin de voir les différents niveaux de lecture et les tensions qui les animent (affichage ou euphémisation du message licencieux du roman) et de montrer comment la position du lecteur oscille entre apprentissage et polémique. Son analyse, très fine, garde toujours comme horizon la querelle du Roman de la Rose, replace les données matérielles et leur commentaire au plus près des positionnements de lecteurs que la querelle a portées sur le devant de la scène (Christine de Pisan, Pierre Col, Gerson), et met en avant, finalement, un roman difficilement contrôlable malgré les éléments de guidage du lecteur.

6Bien que l’on puisse regretter l’absence d’un index des manuscrits, des œuvres et des auteurs cités, cet ouvrage stimulant montre, encore une fois, combien l’étude des supports matériels et de la mise en page du codex sont fructueux pour la compréhension des œuvres médiévales et de leur réception. Le programme immense annoncé dans l’introduction (six siècles, deux langues, autant de manuscrits) appelle de nouvelles études et, au delà des études cas et des monographies, une synthèse théorique sur le lecteur médiéval.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Nicolas, « Les Manuscrits médiévaux témoins de lectures », Perspectives médiévales [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 15 janvier 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://peme.revues.org/10922

Haut de page

Auteur

Catherine Nicolas

Université Paul-Valéry, Montpellier – CEMM / EA 4583

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page