Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Éditions & traductions

On Famous Women. The Middle English Translation of Boccacio’s De Mulieribus Claris

Heidelberg, Universitätsverlag Winter, 2015
Alexandra Velissariou
Référence(s) :

On Famous Women. The Middle English Translation of Boccacio’s De Mulieribus Claris, éd. Janet Cowen, Heidelberg, Universitätsverlag Winter, « Middle English Texts » 52, 2015, 132 p.

Texte intégral

1Le présent ouvrage constitue l’édition critique d’une traduction anonyme en moyen anglais du célèbre recueil de Boccace, De mulieribus claris. L’édition se fonde sur le manuscrit Additional 10304 de la British Library. Après une liste des abréviations et des images reproduites dans le volume (les feuillets 7v et 8r du manuscrit en question), l’introduction (p. xi-li) précise que le manuscrit de base constitue l’unique copie connue à ce jour de la traduction versifiée en moyen anglais, qui elle-même n’est qu’une traduction partielle du recueil de Boccace. Il s’agit ici de la troisième édition du texte, qui fait suite à celle, partielle, de Julius Zupitza (« Über die mittelenglische Bearbeitung von Boccaccios De claris mulieribus in der Handschrift des Brit. Mus. Add. 10,304 », Festschrift zur Begrüssung des fünften Allgemeinen Deutschen Neuphilologentages, éd. Julius Zupitza, Berlin, Weidmannsche Buchhandlung, 1892) et celle de Gustav Schleich (Die Mittelenglische Umdichtung von Boccaccios De claris mulieribus, Leipzig, Mayer & Müller, 1924), qui donne l’intégralité du texte en moyen anglais.

2La traduction contenue dans le manuscrit British Library, Additional 10304 est composée de 1792 vers en moyen anglais regroupés en stances de septains. Sont aussi insérées dans la traduction deux strophes élégiaques en latin : la première, longue de quatorze vers, se trouve en tête du poème en moyen anglais ; la seconde, longue de 18 vers, se situe juste après le vers 217 et précède la partie du poème consacrée à Ève. Le terminus ad quem de la composition du texte nous est connu grâce aux évocations du Fall of Princes de John Lydgate, œuvre rédigée entre 1431 et 1438, et à la datation de l’écriture vernaculaire (circa 1440-60). Le manuscrit lui-même, qui contient exclusivement ce poème, est composé de 45 feuillets précédés de deux feuillets vierges et suivis de trois autres feuillets blancs. Il comporte un filigrane en forme d’une lettre gothique (P) surmontée d’une fleur. Le texte est copié dans une écriture cursive, sur une seule colonne de 21 lignes. La reliure est du xve siècle. Le manuscrit provient de la bibliothèque du collectionneur Richard Heber et appartenait au xviiie siècle à une certaine Lady Elizabeth Darcy. L’ex-libris où figure une couronne n’a pas été identifié.

3Pour ce qui est de la source du texte en moyen anglais, l’auteur affirme qu’il a utilisé un texte en latin. Comme le note l’éditrice, on peut aussi supposer qu’il a consulté une version française. Le translateur a également enrichi le texte grâce à l’ajout de références mythologiques et antiques. Même s’il ne les nomme pas explicitement, il cite visiblement Ovide et Virgile. Il pourrait s’agir de citations de seconde main, tirées de sources intermédiaires, ou bien tout simplement d’éléments relevant d’une culture générale.

4Le texte en moyen anglais reprend dans l’ordre les dix premiers chapitres du De Mulieribus Claris, centrés sur les figures féminines suivantes : Ève, Semiramis, Ops, Junon, Cérès, Pallas, Vénus, Io, Isis, Europe et Libye. Dans le reste du texte, l’auteur a procédé à un choix de sujets, traitant successivement des personnages suivants : Camille, Erythrée, Almathée, Circé, Médée, Manto, Sappho, Carmenta, Tamyris, Artémis et Tamaris. En retenant presque exclusivement (Ève constitue l’unique exception du texte) des femmes célèbres issues de la tradition païenne, l’auteur a fait de sa traduction une œuvre inhabituelle par rapport aux autres recueils médiévaux de vies de femmes exemplaires. De par ce choix, on peut le rapprocher du texte de Geoffrey Chaucer, The Legend of Good Women, même si les deux textes n’ont qu’un seul exemple en commun, celui de Médée, et si l’auteur de la traduction ne fait aucune allusion à son prédécesseur. Le texte met en avant plusieurs thèmes : la chasteté, la fidélité conjugale, l’art guerrier, la connaissance, la littérature et l’invention.

5À la fin du texte, le translateur conclut en espérant que la réaction favorable de son lectorat lui permettra de continuer son travail, en en augmentant le volume. Ainsi, son choix aurait pu s’étendre à d’autres vies de femmes célèbres. Grâce à l’utilisation de la langue vernaculaire, le public potentiel du recueil s’est élargi par rapport au texte latin de Boccace, et l’on remarque que l’auteur l’adresse au lectorat féminin en général. Cependant, on ne peut pas limiter la réception du texte au seul public féminin, puisque les exemples de femmes célèbres, qui mettent en avant des connaissances et des activités typiquement masculines, ont également pour objectif d’inciter le lectorat masculin à ne pas se laisser surpasser. Les références à Boccace, et à son modèle, Pétrarque (auteur du De viris illustribus), permettent en outre à l’auteur de se situer, avec Lydgate (le traducteur du De casibus), dans la droite ligne des célèbres hommes de lettres italiens.

6Pour ce qui est de la traduction en moyen anglais proprement dite, l’éditrice remarque qu’elle ne constitue pas une traduction littérale du texte boccacien. L’auteur s’est souvent permis d’abréger ou de développer le matériau narratif original. L’ajout notamment de binômes synonymiques pourrait confirmer l’hypothèse d’un recours à une version française du De mulieribus claris. Le volume contient ensuite une analyse linguistique du manuscrit, que l’éditrice a confrontée à celle du Fall of Princes de Lydgate. Si les deux textes présentent de nombreuses formes communes, il manque au recueil anonyme les traits dialectiaux de la région du Suffolk propres au texte de Lydgate. S’ensuit une riche étude de la versification qui, une fois de plus, permet de comparer la traduction anonyme avec le texte de Lydgate et avec le modèle de ce dernier, le recueil de Chaucer. L’édition proprement dite est suivie de nombreuses notes linguistiques (portant sur les corrections du scribe, les lectures posant problème, les choix de l’éditrice et les choix du précédent éditeur, Schleich), puis de très utiles commentaires littéraires (p. 56-93) explicitant la traduction et la mettant en lien avec les autres recueils déjà évoqués. Le glossaire recense tous les termes dont la forme et/ou l’usage diffèrent des habitudes du moyen anglais. Il est suivi d’un index des noms propres. Le volume s’achève sur une bibliographie succincte recensant œuvres littéraires et travaux critiques sur le sujet. Cet ouvrage, qui a le grand mérite de dévoiler au grand jour un texte relativement peu connu, sera assurément d’une très grande utilité pour tous ceux qui s’intéressent à la tradition des récits de vies exemplaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Velissariou, « On Famous Women. The Middle English Translation of Boccacio’s De Mulieribus Claris », Perspectives médiévales [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 15 janvier 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://peme.revues.org/11582

Haut de page

Auteur

Alexandra Velissariou

Université du Littoral – Côte d’Opale / Unité de Recherche H.L.L.I.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page