Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Éditions & traductions

La Cronique et Histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir (d’après le manuscrit de Londres, British Library, Royal 120 C II)

Turnhout, Brepols, 2013
Matthieu Marchal
Référence(s) :

La Cronique et Histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir (d’après le manuscrit de Londres, British Library, Royal 120 C II), édition critique de Vladimir Agrigoroaei, publiée sous la direction de Claudio Galderisi et Pierre Nobel, préface de Claudio Galderisi,Turnhout, Brepols, « Bibliothèque de Transmédie » 1, 2013, 208 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (xie-xve). Étude et R (...)

1La présente édition constitue le premier volume d’une collection intitulée « Bibliothèque de Transmédie » dont les ambitions et les perspectives sont présentées par les directeurs (Claudio Galderisi et Pierre Nobel) dans un Accessus (p. 5-12), intitulé « Du côté des nains » : cette collection constitue le « volet philologique du projet Transmédie » (p. 9), l’important travail de répertoire des traductions médiévales1. Il s’agit d’ouvrir une collection pour un corpus de translations médiévales inédites ou accessibles dans des éditions anciennes et ne répondant plus aux critères philologiques modernes ; l’objectif avoué est de faire dialoguer l’œuvre vernaculaire en lien avec sa/ses source(s) et de privilégier l’étude d’un acte ponctuel de traduction.

  • 2 Il existe des traductions dans plusieurs langues européennes : le français, l’anglais, l’espagnol, (...)

2L’édition est précédée d’une présentation littéraire d’Apollonius par Claudio Galderisi (« Préface », p. 13-39). Cette savante introduction présente l’ensemble de la tradition d’Apollonius qui comporte pas moins de « 36 versions complètes (29 vernaculaires2et sept latines) […] sur mille ans d’histoire littéraire » (p. 21-22). Selon le préfacier, le succès du texte s’expliquerait conjointement par une « mouvance du discours » et une « stabilité du modèle narratif » (p. 16). Il signale ainsi la richesse et la densité des motifs narratifs de l’œuvre, dont les dimensions sont pourtant proches de celles d’un « récit bref » (p. 17). Claudio Galderisi se concentre ensuite sur diverses caractéristiques du texte, et plus spécifiquement sur les fortunes de mer (p. 19), l’union de la clergie et la chevalerie chez le héros (p. 19) et la place discrète réservée à l’amour (p. 20) ; il met par ailleurs l’accent sur certaines variantes marquantes dans la tradition française (comme l’ajout, dans la version de Vienne, d’un combat contre un chevalier au dragon, dont il montre les origines et la postérité dans la littérature médiévale). L’étude littéraire se poursuit par une étude du voisinage d’Apollonius dans les manuscrits (p. 32-34) et se conclut sur une analyse de l’opacité de la devinette généalogique d’Antiochus (p. 34-38). Ce travail de synthèse, dont la lecture est stimulante, représente ainsi une excellente entrée en matière.

  • 3 Les sigles consacrés par la tradition sont utilement rappelés au préalable sous forme d’un tableau (...)
  • 4 Signalons ici la coquille sur la page de titre (« d’après le manuscrit de Londres, British Library, (...)
  • 5 Charles B. Lewis, « Die altfranzösischen Prosaversionen des Apollonius-Romans », Romanische Forschu (...)
  • 6 Le Roman d’Apollonius de Tyr. Version française du xve siècle d’Apollonius de Tyr, éd. Michel Zink, (...)

3Le texte édité ici s’accompagne de l’apparat philologique traditionnel (introduction littéraire et linguistique, étude codicologique, index et glossaire). L’« Introduction » (p. 43-77) s’ouvre avec pertinence sur une présentation des huit versions françaises3et de la tradition manuscrite de chacune d’entre elles (p. 44-45). L’édition établie dans cet ouvrage se consacre uniquement à l’une des traductions françaises de l’Apollonius, la version dite de Londres, conservée par un manuscrit unique (Londres, British Library, manuscrit Royal 20 C II, f° 210r-236r)4, manuscrit de la seconde moitié du xvsiècle, probablement d’origine bourguignonne. Cette version étudiée autrefois par Lewis5n’est que partiellement inédite puisque les premiers folios du texte (jusqu’au f° 217va) ont été transcrits et traduits par Michel Zink6. Dans la section « Remarques sur le manuscrit » (p. 46-47), l’éditeur présente les caractéristiques codicologiques du manuscrit de base et dresse un tableau utile des abréviations résolues dans la transcription (p. 48) ; signalons toutefois que si l’éditeur repère avec justesse les signes de ponctuation propres au scribe (p. 49), il n’explique malheureusement pas l’usage qui en est fait dans l’établissement du texte.

  • 7 L’étude ne comprend pas non plus d’analyse des faits stylistiques.
  • 8 Charles-Théodore Gossen, Grammaire de l’ancien picard, Paris, Klincksieck, 1970 ; Gaston Zink, Morp (...)
  • 9 Nous citons la présente édition par page, puis numéro de ligne : 94,112 signifie donc page 94, lign (...)
  • 10 À l’intérieur d’un mot, [s] devant consonne peut passer à [r] en picard surtout devant [l] et [n] ( (...)
  • 11 Infinitif picard en -ir (Zink, Morphologie, p. 168-169).

4Suivent les « Remarques linguistiques » (p. 49-57), partie qui appelle le plus de commentaires. Tout d’abord, la référence par folio ne facilite pas la lecture de ce chapitre et ne permet pas non plus une identification rapide des formes (il en va de même pour l’« Index des noms » et le « Glossaire »), alors que la transcription a pourtant le mérite d’être numérotée par ligne au sein de chaque chapitre. Plus gênant, dans la structure de l’étude, il faudrait distinguer clairement ce qui ressortit des analyses graphiques et phonétiques (jusqu’à la p. 53), des analyses morphologiques (p. 56) ou syntaxiques (ces dernières étant confinées dans de très courts paragraphes, p. 57)7. Par ailleurs, les faits graphiques alternent sans réelle distinction avec les faits phonétiques (et ce, dès la p. 59) ; de plus, l’étude des graphies ne distingue pas les traits traditionnels (graphies diacritiques ou étymologiques) des phénomènes dialectaux. Cette absence de précision dans l’analyse des faits linguistiques est accrue par la quasi absence de renvois aux ouvrages de référence ; les grammaires de Gossen, Zink ou Fouché8sont pourtant indispensables pour préciser par exemple l’emploi du pronom féminin picard, p. 53 (Gossen, § 63), les formes réduites du futur de avoir et savoir, p. 55 (Fouché, Le Verbe, p. 395-396), la forme de subjonctif imparfait en alaisse p. 55 et p. 56 (Fouché, Le Verbe, p. 341-342 et Gossen, § 71), ou encore les formes sceuist (89-42) et peuist (94,112)9, p. 56, formes faibles du Nord au subjonctif imparfait (Fouché, Le Verbe, p. 347 et Gossen, § 73). Ces mentions auraient donné du poids à plusieurs commentaires assez vagues, du type « graphie répandue en picard » (p. 49), « trait régional picard » (p. 53) ou « formes […] attestées dans le Nord de la France » (p. 55). En outre, l’éditeur ne tire pas toujours profit du travail de son prédécesseur : on note ainsi que plusieurs traits dialectaux signalés par Lewis n’ont pas été repris dans la présente étude (p. 235-236) ; citons, pour les plus importants, les formes histore (104,1), istore (124,46) ou l’absence sporadique d’épenthèse au passé simple en P6 : misrent (87,9). De même, on peut bien souvent compléter les relevés des formes étudiées ; un exemple parmi d’autres : pour le développement d’un e svarabhaktique après un radical terminé par une labiale ou une dentale (Fouché, Le Verbe, p. 401 et Gossen, § 74), Lewis note également perderoit (82,64), renderay (101,28), deveroit (104,9), isteras (120,283). Enfin, d’autres phénomènes auraient également pu trouver place dans cette section, comme l’absence sporadique du e final à la P1 du futur 2 : porroy (109,23), la réduction de la géminée -rr- en -r- : mouras (85,56), mouroit (115,121) ou la forme picarde le, article défini féminin (Gossen, § 63) : le demoiselle (91-10), le voille (86,77), même si l’on peut considérer ici que voile est un substantif masculin. Par conséquent, l’étude n’apparaît pas assez rigoureuse, témoin le § conclusif, p. 57, qui regroupe plusieurs formes dites « picardes » (comme varlet10ou assir11) qui n’ont pas trouvé plus haut d’explications.

5Entrons désormais dans les détails de l’analyse :

  • Les graphies debvoir, escripvoit, recepvez (p. 51) ont une fonction étymologique, tout comme eubt (p. 55) ou encore bled, bledz (p. 52) et ad (94,16), formes pour lesquelles on observe la conservation d’un « d » étymologique en position finale après voyelle.

    • 12 Philippe Ménard, Syntaxe de l’ancien français, Bordeaux, Bière, 1994.

    Il faudrait rappeler la valeur de l’article indéfini pluriel unes (p. 53) et celle de l’infinitif substantivé relevé (p. 54) : infinitif prépositionnel à valeur circonstancielle marquant la simultanéité (Ménard, § 170)12.

  • Signalons pour le dossier des anciens adjectifs épicènes (p. 53-54) la forme : « de moult fortes questions » (116,169).

  • La graphie -oye- (p. 54) s’explique probablement par le choix d’une lettre d’ornement devant -e.

  • Les formes de passé simple peut, receuprent ne sont pas picardes (p. 56), mais sont les formes traditionnelles en moyen français par unification du radical sur les formes faibles après réduction du hiatus.

    • 13 Christiane Marchello-Nizia, La Langue française aux xive et xve siècles, Paris, Armand Colin, 2005.

    La périphrase aler + infinitif n’est pas vraiment l’équivalent d’un passé simple (p. 56) ; elle a plutôt, lorsqu’elle est utilisée au présent, un « sens inchoatif dans un contexte au passé » et « connaît une assez grande fortune » en moyen français (Marchello-Nizia, p. 409)13.

  • La présence d’une seule forme de l’adjectif possessif précédé d’un déterminant (p. 57) n’est pas suffisante pour affirmer par deux fois (en particulier en conclusion de l’étude) que la langue du copiste « se caractérise par des traits conservateurs » (p. 57).

  • L’étude linguistique manque plus spécifiquement d’analyses syntaxiques. Quelques exemples :

    • 14 Robert Martin et Marc Wilmet, Syntaxe du moyen français, Bordeaux, Sobodi, 1980.

    On note un phénomène intéressant d’asymétrie dans un système hypothétique introduit par quant dans le sens de « au cas où » (Martin-Wilmet, § 102.2°)14 ; la protase est au futur 2 pour marquer le potentiel et l’apodose à l’imparfait de l’indicatif pour la présenter comme indubitable (Ménard, § 267b) : « Et quant aulcun par sa subtilité diroit la declaracion de la dite question, aussi bien leur faisoit trenchier la teste » (83,79-81).

  • On relève par ailleurs un cas de futur historique (Martin-Wilmet, § 145 : « Le MF connaît déjà le futur “historique”, fondé sur un décalage de l’actualité dans le passé ») : « Et quant il eubt dit, Appolin print congié du roy et s’en entra en sa chambre et commencha a estudier [...] et moyennant la grace de Dieu trouvera la declaracion de la dite question » (84,21-24).

  • Ajoutons encore la présence d’un pronom d’intérêt expressif (datif éthique) : « Tue moi Tarcye » (105,16).

  • Signalons enfin deux cas d’anacoluthes (avec parfois un accord ad sensum) : « Voyant Anthigoras il ne fera aultre chose a soy mesmes, puis appela ung sien escuier » (114,116-118) ; « pour quoy, se ton hoste, que tu cuides qu’i soit ton pere et ta mere, te faisoient aucun tort » (103,53-54).

  • 15 « Le traducteur de notre version [devait avoir] sous les yeux un manuscrit latin, qui n’est sans do (...)
  • 16 Jean-Jacques Vincensini, « La Cronique et Hystoire de Appollin, roy de Thir, Nantes, Musée Dobrée, (...)
  • 17 On se pose en effet la question de l’utilité de certaines notes, comme la note a, p. 81, la note b, (...)

6L’introduction se poursuit par l’étude de la source de la traduction (p. 57-62). L’éditeur y rappelle qu’en raison de plusieurs contaminations, il est très difficile de déterminer l’origine de la version de Londres15, ce qui justifie qu’il s’appuie dans ses annotations sur les trois recensions connues. L’utilisation de l’édition du xvie siècle (la VN) dans le « Dossier » n’apparaît pas tout à fait justifiée : certes, la VN a été éditée16et peut être utile à titre de comparaison, mais comme l’indique à plusieurs reprises l’éditeur « il n’y a pas de relation directe entre la VN et la version de Londres » (p. 62) et les deux versions sont probablement issues de « deux sources latines différentes et non encore identifiées » (p. 61). À cet égard, les références à la VN dans les notes de bas de page de la transcription ne sont sans doute pas indispensables17. Par ailleurs, il est ambigu de parler de « deux incunables, l’un de Genève, l’autre de Nantes » (p. 45, cf. p. 62) : il vaudrait mieux parler de deux exemplaires d’une même édition (imprimée à Genève par Louis Garbin).

  • 18 Comme le rappelle l’éditeur : « le texte oscille souvent entre la nécessité de l’anachronisme et la (...)

7Dans le chapitre concernant les « Remarques littéraires » (p. 62-74), on apprécie la qualité des analyses en lien avec la matérialité du codex (qui comprend également Clériadus et Méliadice avant l’Apollonius) : l’intitulé de la rubrique initiale « histoire des mervilleuses aventures » insiste probablement sur l’unité « chevaleresque » du manuscrit. On lit en outre avec grand intérêt plusieurs analyses très convaincantes sur l’association entre « merveille » et l’omniprésence des larmes (p. 66), sur l’immoralité de l’inceste (p. 67-68) ou encore sur la nécessité de transférer l’histoire dans une nouvelle ère culturelle18.

8Pour la partie « Toilette et établissement du texte » (p. 74-75), un exemple illustrant l’utilisation des points de suspension pour les « rubriques acéphales » aurait été bienvenu pour éclairer l’explication (p. 75). Il nous semble par ailleurs que les appels des notes pour les commentaires sont pour le moins redondants car ils associent un astérisque, le C capital (pour « Commentaire ») et un numéro de notes. Ce système aurait pu être allégé, d’autant que les notes de bas de pages sont appelées par des lettres minuscules a, b, c qui ne peuvent créer de confusions.

  • 19 Les miniatures en couleur du manuscrit sont consultables en ligne sur le site de la British Library

9L’introduction s’achève sur la reproduction en noir et blanc de deux folios du manuscrit comportant deux des trois miniatures illustrant l’Apollonius (p. 76-77)19.

  • 20 On aurait également pu trouver en note une rapide description de ces dernières.

10Le texte est dans l’ensemble bien édité (p. 79-124), même si l’emplacement des trois miniatures du manuscrit (pourtant répertoriées p. 47 ou dans le C39, p. 147) n’est pas signalé dans la transcription20, pas plus d’ailleurs que celui des lettrines (dont on trouve la liste à la note 23, p. 47). On peut regretter en outre l’absence de numérotation des chapitres qui aurait pu permettre de mieux circuler dans le texte. Pour le détail :

  • On ne devrait pas corriger « sy va pourpenser une question en son mauvais courage qu’il la proposeroit » (n. b, p. 82), cas de double complémentation (comme signalé en glose dans la note).

  • La note a, p. 86 est peu explicite : on ne sait pas, sans mention de la leçon rejetée, si « l’erreur du copiste » est une lacune, comme semble le prouver la correction.

  • Les pronoms personnels régimes et réfléchis de P4 et P5 prennent fréquemment la forme no et vo (Marchello-Nizia, p. 177-178) par suite de l’amuïssement du -s final et sans doute par confusion avec le déterminant possessif ; il ne faut donc pas corriger la forme réfléchie après sujet : « nous no combatrons » (86,90), note b, p. 90, ni la forme « il ne vo desplaise » (98,50).

  • Il faudrait corriger il estoit (87,7) en ils estoient.

  • Les notes a, p. 91 et b, p. 114 sont maladroites : il s’agit de la mention traditionnelle d’une réclame lors d’un changement de cahier.

  • Dans la note a, p. 94, « mal ad ce disposee » signifie “qui n’est pas encline à faire qqch” (à savoir, rencontrer des soupirants) ; cette construction courante est tout à fait correcte et n’est pas le fait d’une confusion comme signalé en note (cette remarque est d’autant plus étonnante que disposee est assez bien glosé dans le glossaire).

  • Le tréma sur leües (95,33) n’est pas justifié.

  • Il faut corriger la forme appareilliés (98,30) en appareillies, forme de participe passé féminin picard (Gossen, § 8) : « les viandes furent prestes et appareillies ».

  • On ne comprend pas pourquoi l’éditeur ne corrige pas dans son texte, à deux reprises, une erreur manifeste (d’ailleurs bien signalée en note) portant sur les prénoms des protagonistes (Tarcye pour Archicastre : note a, p. 95 ; notes a et b, p. 96 ; Anthiocus pour Anthigoras, note b, p. 109).

  • On relève deux exemples supplémentaires de qu’i pour qu’il, reflet de l’amuïssement du [l] final (nous précisons ici l’analyse de l’introduction p. 52-53) ; il faut corriger en conséquence : « quant la dame vit qu’i le luy ottroyoit » (99,62) ; « si se pensa qu’i le laisseroit » (107,13-14).

  • Nous pensons que l’éditeur ne devrait pas corriger son texte en 101,24-25 : « mais en la fin n’y trouva nulle challeur, par quoy il congneust qu’elle fust morte ». Influencé visiblement par la leçon de l’imprimé (signalée dans la note b, p. 101), l’éditeur comprend de la sorte, probablement en faisant à tort de la forme congneust un passé simple de l’indicatif : “il ne trouva aucun souffle vital, d’où il conclut qu’elle était morte“”. Nous pensons qu’il faut garder la leçon originale (où congneust est un imparfait du subjonctif, marquant l’irréel) : « mais en la fin n’y trouva nulle challeur, par quoy il congneust qu’elle ne fust morte », dont le sens serait : “il ne trouva aucun souffle vital grâce auquel il aurait pu conclure qu’elle n’était pas morte”.

  • La note a, p. 103, justifiant la correction d’une lacune, est peu explicite ; par ailleurs, il faudrait corriger fusse en fust dans la partie émendée (« tant que fust mariee ») car le sujet est une P3 (la fille). De même, si l’on souhaite corriger l’indicatif connois en subjonctif présent, il faut privilégier la forme traditionnelle de P2 cognoisses (et non cognoisse) (note a, p. 109).

  • Une forme nous semble mériter une correction (à moins qu’il ne s’agisse d’une coquille) : Après fist venit ung homme (104,13).

  • La locution prendre pis (note c, p. 109) est proche de avoir le pire (“être en mauvais posture”) et signifie “subir une plus grande souffrance”, “avoir une situation pire” (il faut donc revoir la note).

  • Il faudrait corriger la forme agglutinée mefye (115,143) : « je me fye en Dieu ».

  • La note a, p. 116 est tardive car on trouve déjà pour la P2 de l’impératif la forme ayez dans la même locution (avoir mercy) en 84,17 (cf. l’introduction linguistique, p. 52).

  • 21 La consultation du dossier est facilitée par la reproduction des passages du texte commentés.
  • 22 Comme le rappelle l’éditeur (p. 125), « Les commentaires […] ont pour principal objectif d’explique (...)
  • 23 Un regret cependant : il nous semble que la version littérale (VL) est légèrement sous-estimée dans (...)
  • 24 « La version de Londres pourrait être la copie d’un texte qui a circulé, a été lu et a été copié au (...)

11Le « Dossier » (p. 125-180) est sans conteste le point fort de la présente édition21. Il regroupe pas moins de 102 commentaires d’une grande rigueur scientifique, répartis essentiellement en deux catégories : d’une part les commentaires éclairant les choix du traducteur vis-à-vis de sa source et d’autre part des études comparatives ponctuelles avec les autres versions françaises de l’Apollonius22. Ces commentaires, qui ont le mérite d’apporter fréquemment d’utiles compléments bibliographiques, sont d’une grande érudition et prouvent la connaissance précise des versions latines et françaises et des différents manuscrits. Ils sont souvent passionnants et apportent un éclairage fin et pertinent sur les questions abordées23. On pense en particulier aux nombreuses analyses lexicales qui témoignent d’une excellente connaissance de la langue latine et précisent les choix de l’adaptateur dans la réception du texte. On peut citer pour exemple le C21 qui concerne l’abrègement des périples en mer, le C24 qui précise l’usage des monnaies, les C35 et C36 qui insistent sur les phénomènes d’actualisation liés à la pratique de la musique. On objectera toutefois que compte tenu de la contamination des différentes versions, on ne peut certifier que les leçons du manuscrit édité soient imputables à un traducteur ; elles sont peut-être plutôt le fait d’un scribe qui recopie ou remanie une version française24, ce qui pourrait nuancer certains commentaires.

  • 25 On peut regretter cependant l’absence de démarche réflexive sur son établissement.
  • 26 On trouve larrons de mer dans la version littérale.

12L’édition s’achève sur l’« Index des noms propres » (p. 181-182) et le « Glossaire » (p. 183-189) qui répertorie les principales difficultés du texte25. Dans les articles, il faudrait surtout éviter les gloses trop rapportées à leur contexte : ainsi, il faut rendre son sens à congeler (qui ne signifie pas “raidir”) comme l’atteste la suite du texte : « Lors le sang qui estoit gellé pour le froit se commencha a eschauffer pour la chaleur » (101,34-35) ; de même, desenfler (p. 102) signifie bien “dégonfler, faire diminuer l’enflure” du cœur. L’éditeur ne met pas toujours à profit le contenu de ses propres notes lexicales qui sont souvent de grande qualité : ainsi chambouriere (115,137), dont le sens de “domestique, servante” est précisé dans la note C89, est absent du glossaire. De même, en contexte, les mariniers sont des corsaires ou des pirates, des “marins voleurs” (C72)26. Enfin, le houlier (106,4) est le maistre du bordel (106,rubrique), “un homme qui vit de la prostitution de femmes, un maquereau, un proxénète” (C75) et non “un débauché, un ribaud”. Signalons en outre quelques imprécisions : la forme « qui s’en aloit abatant » (113,68-69) n’est pas une « erreur » comme signalé dans le glossaire à l’entrée esbatre, mais une forme de abatre, synonyme de esbatre (cf. les deux exemples signalés dans le DMF). Les folles femmes (117,214) ne désignent pas en contexte des “débauchées”, mais bien des “prostituées”. Il nous semble que les mots ou locutions suivants auraient pu trouver une place au sein du glossaire : service (81,9) “office des morts, office funèbre” ; fleur (81,26) “virginité” ; faire crier que (83,69) “faire une proclamation pour ordonner que” ; mistere (85,47) “signification cachée de qqch” ; proposer la question (85,49) “résoudre” ; mettre le voile au vent (86,77) “appareiller, quitter le port” ; table (88,3) “planche d’un bateau” ; fortuné en mer (94, rubrique) “qui a subi un accident en mer, suite à une tempête” ; lieu publicque (117,214) “maison de prostitution”. On relève par ailleurs un emploi pronominal à sens passif du verbe entendre : « ceste ordonnance ne s’entent point de moy » (114,91), dans laquelle le sujet indique l’objet pour lequel plusieurs interprétations sont données, le complément de spécifiant à qui s’applique ce qui est dit (cf. DMF III.C.4.d) et que l’on peut gloser par “cette règle ne doit pas s’appliquer à moi”. Enfin, une note aurait pu préciser le sens de : « une femme qui feust souffissante a recepvoir l’enfant » (99,71-72), périphrase qui désigne une sage-femme qui se tient en face de l’accouchée pour aider la délivrance et recueillir le nouveau-né (on trouve d’ailleurs le substantif ventriere dans la version littérale).

13La bibliographie fournie qui clôt le volume (p. 191-203) devrait être étoffée des références attendues pour l’analyse de la langue, indispensables dans la section « Outils linguistiques et éditoriaux » (cf. supra).

14En conclusion, cette édition d’Apollonius séduit davantage par la grande richesse de l’apparat critique que par les compléments linguistiques (introduction et glossaire). Elle permet de bien appréhender le travail spécifique de traduction à la fin du Moyen Âge grâce à une minutieuse comparaison entre les textes sources et l’adaptation médiévale, ce qui est conforme aux ambitions affichées de la collection. Grâce à l’abondance du matériau réuni dans cet ouvrage, on voit également tout l’intérêt que l’on pourrait tirer à rééditer les autres versions françaises – et plus spécifiquement la version littérale – dans des éditions savantes répondant aux critères philologiques modernes.

Haut de page

Notes

1 Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (xie-xve). Étude et Répertoire, Claudio Galderisi (dir.), Turnhout, Brepols, 2011.

2 Il existe des traductions dans plusieurs langues européennes : le français, l’anglais, l’espagnol, l’allemand, l’italien, le danois, le grec, le tchèque, le néerlandais. Ces versions en vernaculaire sont rappelées plus loin par l’éditeur (p. 44).

3 Les sigles consacrés par la tradition sont utilement rappelés au préalable sous forme d’un tableau synthétique (p. 41).

4 Signalons ici la coquille sur la page de titre (« d’après le manuscrit de Londres, British Library, ms. Royal 120 C II »). Ce travail n’est pas non plus à proprement parler une « édition critique » comme annoncé à nouveau sur la page de titre : comme le rappellent les directeurs de la collection, « une telle édition ne peut pas être une édition critique, c’est-à-dire fondée sur l’ensemble des manuscrits connus d’une même œuvre » (p. 10).

5 Charles B. Lewis, « Die altfranzösischen Prosaversionen des Apollonius-Romans », Romanische Forschungen 34, 1915, p. 235-242.

6 Le Roman d’Apollonius de Tyr. Version française du xve siècle d’Apollonius de Tyr, éd. Michel Zink, Paris, Le Livre de Poche, « Lettres Gothiques », 2006, p. 266-287.

7 L’étude ne comprend pas non plus d’analyse des faits stylistiques.

8 Charles-Théodore Gossen, Grammaire de l’ancien picard, Paris, Klincksieck, 1970 ; Gaston Zink, Morphologie du français médiéval, Paris, Presses Universitaires de France, 1997 ; Gaston Zink, Phonétique historique du français, Paris, Presses Universitaires de France, 1999 ; Pierre Fouché, Morphologie historique du français. Le verbe, Paris, Klincksieck, 1967.

9 Nous citons la présente édition par page, puis numéro de ligne : 94,112 signifie donc page 94, ligne 112.

10 À l’intérieur d’un mot, [s] devant consonne peut passer à [r] en picard surtout devant [l] et [n] (Gossen, § 50 et Zink, Phonétique, p. 238).

11 Infinitif picard en -ir (Zink, Morphologie, p. 168-169).

12 Philippe Ménard, Syntaxe de l’ancien français, Bordeaux, Bière, 1994.

13 Christiane Marchello-Nizia, La Langue française aux xive et xve siècles, Paris, Armand Colin, 2005.

14 Robert Martin et Marc Wilmet, Syntaxe du moyen français, Bordeaux, Sobodi, 1980.

15 « Le traducteur de notre version [devait avoir] sous les yeux un manuscrit latin, qui n’est sans doute pas parvenu jusqu’à nous, et qui pouvait conserver une version mélangeant les parties de la RSt et de la RB et dans un cas spécifique même de la RA » (p. 60).

16 Jean-Jacques Vincensini, « La Cronique et Hystoire de Appollin, roy de Thir, Nantes, Musée Dobrée, impr. 538. Introduction, édition critique et perspectives », « Qui tant savoit d’engin et d’art » : Mélanges de philologie médiévale offerts à Gabriel Biancioto, éd. Claudio Galderisi et Jean Maurice, Poitiers, CESCM (« Civilisation Médiévale », 16), 2006, p. 509-534.

17 On se pose en effet la question de l’utilité de certaines notes, comme la note a, p. 81, la note b, p. 83, la note b, p. 104 ou encore la note d, p. 101 (qui pousse d’ailleurs l’éditeur à une hyper-correction, cf. infra).

18 Comme le rappelle l’éditeur : « le texte oscille souvent entre la nécessité de l’anachronisme et la tentation de la glose » (p. 70).

19 Les miniatures en couleur du manuscrit sont consultables en ligne sur le site de la British Library.

20 On aurait également pu trouver en note une rapide description de ces dernières.

21 La consultation du dossier est facilitée par la reproduction des passages du texte commentés.

22 Comme le rappelle l’éditeur (p. 125), « Les commentaires […] ont pour principal objectif d’expliquer les choix faits par le traducteur médiéval et d’éclairer sa maîtrise de la langue de l’œuvre source ».

23 Un regret cependant : il nous semble que la version littérale (VL) est légèrement sous-estimée dans les commentaires, au profit des versions latines (ce qui répond bien sûr aux ambitions affichées de la collection).

24 « La version de Londres pourrait être la copie d’un texte qui a circulé, a été lu et a été copié au moins en deux exemplaires » (C64, p. 159).

25 On peut regretter cependant l’absence de démarche réflexive sur son établissement.

26 On trouve larrons de mer dans la version littérale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Marchal, « La Cronique et Histoire des mervilleuses aventures de Appolin roy de Thir (d’après le manuscrit de Londres, British Library, Royal 120 C II) », Perspectives médiévales [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 15 janvier 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://peme.revues.org/11616

Haut de page

Auteur

Matthieu Marchal

Université du Littoral – Côte d’Opale (ULCO)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page