Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Éditions & traductions

Les Débuts d’une théorie littéraire en France. Anthologie critique

Paris, Classiques Garnier, 2011
Xavier Leroux
Référence(s) :

Ulrich Mölk, Les Débuts d’une théorie littéraire en France. Anthologie critique, Paris, Classiques Garnier, « Textes littéraires du Moyen Âge » 19, 2011, 214 p.

Entrées d’index

Mots clés :

anthologie

Keywords :

anthology

Parole chiave :

antologia
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage publié par Ulrich Mölk consiste, comme l’indique le titre, en une anthologie de textes « d’intérêt poétologique tirés d’ouvrages narratifs et didactiques des xiie et xiiie siècles » (p. 39). Elle est précédée d’une introduction (p. 9-38) qui favorise l’exploitation critique des extraits recueillis en rappelant brièvement les principaux jalons qui ont marqué l’émergence d’une théorie de la littérature au­ Moyen Âge ou, plus exactement, du Moyen Âge. L’ouvrage compte, comme il se doit, une brève bibliographie (p. 191-193) et un index des noms propres (p. 195-198), mais également et d’une façon très pertinente un index terminologique (p. 199-203) et un index thématique (p. 205-207). Ce volume constitue une version revue et mise à jour d’un précédent travail publié en 1969 sous le titre Französische Literarästhetik des 12. und 13. Jahrhunderts (Tübingen, Niemeyer, « Sammlung romanischer Übungstexte » 54).

2Cette anthologie est composée de 105 extraits, où sont le mieux représentés, suivant le classement choisi par l’auteur « d’après les différents genres littéraires » (p. 39), les chansons de geste (textes 1 à 22), les vies de saints (textes 24 à 33), les romans bretons (textes 39 à 52), les romans courtois non bretons (textes 53 à 67), les récits brefs (textes 69 à 83), la littérature didactique et allégorique (textes 86 à 94) et la littérature historique (textes 95 à 104). On trouve également des textes empruntés à une chanson de croisade (texte 23), à un récit biblique (texte 34), à des épopées antiques (textes 35 et 36), à des romans antiques (textes 37 et 38), à une chantefable (texte 68), au Roman de Renart (textes 84 et 85) et à la rhétorique (texte 105). Comme toute catégorisation générique de textes littéraires, ce classement ne manquera pas d’être discuté. Par exemple, ne serait-ce que par contraste avec les autres textes de Chrétien de Troyes dûment cités et pour ce qu’ils nous apprennent des motivations du narrateur, on pourra regretter que ne soient pas rapportés quelques vers d’Yvain et notamment, dans le prologue, ceux qui conduisent à cette conclusion : « Por ce me plest a reconter / Chose qui face a escouter ». Toujours est-il que ce classement a l’avantage de proposer une organisation raisonnée du recueil dont la discussion même ne manquera pas d’alimenter la lecture critique des extraits réunis. Dans la même perspective, le lecteur se demandera suivant quels critères l’auteur a choisi les passages qui composent finalement ce « choix d’extraits » (p. 39) et l’absence de critères explicites contribuera sans doute à faire de cette anthologie une somme de textes à exploiter sans orientation de lecture préconçue.

3En effet, ces extraits ne sont précédés que d’une brève notice bibliographique où sont indiquées l’édition de base et, éventuellement, d’autres références utiles. Les extraits sont parfois empruntés à d’anciennes éditions que l’auteur semble avoir utilisées avec assez de vigilance. Par exemple, l’extrait de la Destruction de Rome (texte 14) datant de 1873, Ulrich Mölk le reproduit en tenant compte des corrections apportées par Louis Brandin en 1899 et 1938, sans toutefois mentionner les travaux plus récents de Luciano Formisano de 1981 et 1990.

4Ces notices ne contiennent aucune remarque susceptible d’orienter l’analyse du texte ; elles traduisent la volonté de l’auteur de proposer à notre réflexion un matériau brut, une anthologie effectivement critique, en ce sens qu’elle tend à l’objectivité. Un bref commentaire aurait toutefois facilité la recontextualisation de l’extrait, du moins lorsqu’il ne constitue pas le prologue de l’œuvre citée. Il faut donc bien considérer ce choix d’extraits comme un corpus de base proposé par Ulrich Mölk à une étude approfondie qu’il appelle explicitement de ses vœux.

5L’une des caractéristiques de cet ouvrage est d’ailleurs de vouloir « susciter des recherches supplémentaires » (p. 36) plutôt que de rendre compte des analyses et conclusions de son auteur. En bonne méthode, l’introduction se borne donc à revenir sur les problèmes terminologiques qui se posent encore à la critique littéraire, notamment pour aborder les spécificités de la période médiévale. Comme en témoigne la redondance de plusieurs sous-titres dans l’introduction (« Théorie littéraire, critique littéraire, conscience littéraire », p. 9 ; « Conscience littéraire et subjectivité littéraire », p. 17 et « Théorie littéraire – critique littéraire – poétique », p. 23), le texte d’Ulrich Mölk ressasse et considère sous divers angles des notions fondamentales afin d’en expliciter les enjeux. L’auteur s’attarde néanmoins sur deux questions qu’il envisage plus directement en relation avec les textes cités, tout d’abord quand il constate la puissance parodique de certains passages et donc la possibilité d’une critique littéraire implicite (p. 26-30), ensuite quand il réexamine trois prologues jugés plus significatifs (p. 30-34). La dernière partie de cette introduction (p. 34-38) rend compte assez brièvement de l’état de la recherche sur le sujet qui occupe l’auteur et manifeste sa grande générosité intellectuelle par les onze pistes d’étude qu’il fournit au lecteur en guise de conclusions. Ces suggestions sont autant de perspectives d’études dont le développement, en s’appuyant sur cette précieuse anthologie critique, donnera tout son sens au titre programmatique de ce volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Leroux, « Les Débuts d’une théorie littéraire en France. Anthologie critique », Perspectives médiévales [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 15 janvier 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://peme.revues.org/11649

Haut de page

Auteur

Xavier Leroux

Université de Toulon 

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page