Navigation – Plan du site
État de la recherche
Positions de thèse

Fanny Maillet, Extraire la littérature médiévale : du fonds de l’Arsenal à la “Bibliothèque universelle des romans”

thèse de doctorat préparée en co-tutelle sous la direction de Mme le professeur Joëlle Ducos et de M. le professeur Richard Trachsler, soutenue le 16 juin 2016 à l’Université Paris-Sorbonne.
Fanny Maillet
Référence(s) :

Extraire la littérature médiévale : du fonds de l’Arsenal à la “Bibliothèque universelle des romans”

Notes de la rédaction

Jury composé de Mesdames Maria Colombo Timelli (professeur à l’université Paris-Sorbonne), Joëlle Ducos (professeur à l’université Paris-Sorbonne), Franziska Meier (professeur à la Georg-August-Universität Göttingen), Élisabeth Parinet (professeur émérite à École Nationale des Chartes), Jane H. M. Taylor (professeur émérite à Durham University) et de Monsieur Richard Trachsler (professeur à la Georg-August-Universität Göttingen / Universität Zürich).

Texte intégral

  • 1 En dernier lieu, Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ?, Paris, Seuil, 2014. Sur le pro (...)
  • 2 Voir par exemple le récent volume Médiévalisme, modernité du Moyen Âge, dir. Vincent Ferré, Paris, (...)

1L’histoire de la littérature n’a cessé de renouveler, sinon ses méthodes, au moins ses approches, soit en réaction aux courants en place, soit en accord avec eux. Plus spécifiquement, le domaine de la médiévistique, institutionnalisé avec la création, dans la deuxième moitié du xixe siècle, des premières chaires de philologie romane et de littérature française du Moyen Âge, a vu se succéder diverses manières d’envisager la littérature médiévale, avec ou sans l’apport des disciplines annexes – ou devenues annexes, comme l’histoire de la langue –, diverses écoles qui dessinent aujourd’hui l’histoire de cette discipline, et quelques tournants décisifs dans la manière d’appréhender les sources, les textes. Ainsi la question de leurs origines a-t-elle déterminé pour beaucoup les règles à observer pour leur édition, et plus généralement le comportement du chercheur face au texte, selon qu’il y voit un expédient pour retrouver l’œuvre originelle, ou bien l’une des manifestations de l’œuvre idéale. Qu’elle adopte une posture reconstructiviste ou conservatrice, la médiévistique a appris, au contact des diverses influences qui la traversent, à considérer l’œuvre finie comme une œuvre ouverte, et à assouplir sans cesse les bornes de la période qui l’occupe : l’œuvre médiévale se lit sous le prisme des textes et de leur évolution dans la durée. Comme la Renaissance, le Moyen Âge s’est affranchi du « découpage en tranches » auquel il était soumis depuis la naissance de l’historiographie et se prête désormais volontiers à un regard panoramique qu’ont largement encouragé les études de Jacques Le Goff1. La nécessité d’ajuster la médiévistique aux nouvelles dispositions du long – et large – Moyen Âge se ressent dans l’adoption progressive par la communauté académique francophone de la notion de « médiévalisme », empruntée à l’anglais, dans la création de séminaires et la publication de fascicules dédiés à cette question et, de façon plus diffuse, dans la multiplication des études consacrées à la survivance des textes médiévaux2. C’est à ce point de contact périodologique que le médiéviste est susceptible d’être relayé par ses collègues seizièmistes, dix-septièmistes, etc., suivant la répartition méthodologique toujours en vigueur dans la sphère universitaire.

  • 3 Nouveau Répertoire de mises en prose (xive-xvie siècle), dir. Maria Colombo Timelli, Anne Schoysman (...)

2Après une longue quête des origines de la littérature médiévale au berceau du Moyen Âge, la médiévistique a progressivement reconquis le droit et le devoir d’en étudier les expressions tardives, ce dont atteste par exemple l’intérêt croissant pour les mises en prose récemment honorées par la révision du répertoire de Georges Doutrepont3. Or ce projet suffit à illustrer combien il serait déraisonnable pour le médiéviste investi d’une telle tâche, de bouder le concours de spécialistes issus de disciplines périphériques, comme la littérature comparée et la littérature du xvie siècle. Mais pour être pleinement pertinente, la compréhension de la pérennité des textes médiévaux doit adjoindre au dialogue temporel une composante géographique : la prise en considération des réfractions européennes a toujours consolidé le discours sur la littérature médiévale française ; pour l’étude de sa fortune, elle devient un passage obligé. Au-delà de la question proprement linguistique que soulève le processus de traduction, en particulier lorsqu’il semble échapper à toute logique linéaire, une telle étude ne peut faire l’impasse sur un examen du paysage historiographique international qui révèle des points de rupture esthétiques, périodologiques, culturels très variables, et une conception de la continuité toute relative.

  • 4 Divergence de point de vue que constatait Annie Combes dans le choix des titres au moment d’éditer (...)
  • 5 La Bibliothèque bleue, plus « populaire » mais aussi plus précoce, a connu un peu avant la Biblioth (...)

3Ce flottement dans la détermination des âges du texte invite à se demander où se termine sa genèse et où commence sa réception. En d’autres termes, à quelle étape de son évolution le texte atteint une maturité qui l’élève au rang d’œuvre de référence à partir de laquelle se laissent apprécier ses différentes rédactions. C’est là une question à laquelle est inévitablement confronté le philologue qui optera, face à une tradition textuelle riche, pour tel ou tel manuscrit de base, et à laquelle il est encore confronté, même une fois le canon établi, lorsqu’il doit faire face à ce qui constitue désormais une rédaction particulière4. Les études attachées au sort des lettres médiévales ont habilement détourné le problème de la référence unique en atténuant la ligne de démarcation entre les deux dynamiques en jeu, la diffusion et la réception, dont la rencontre donne lieu à autant de réalisations individuelles. Le chercheur qui s’occupe des récritures de la Bibliothèque bleue n’a plus à se situer d’un côté ou de l’autre de ce mur invisible, qui supposait l’existence d’un trou noir entre les modèles médiévaux et leurs récritures dans cette collection, ou bien entre celles-ci et une ère de réhabilitation somme toute mal définie5.

  • 6 Voir les introductions respectives à La Fabrique du Moyen Âge au xixe siècle, op. cit., Barbara G. (...)
  • 7 Nathan Edelman, Attitudes of Seventeenth-Century France toward the Middle Ages, New York, King’s Cr (...)
  • 8 Outre les nombreuses études disséminées, plusieurs ouvrages collectifs se sont attachés à la questi (...)
  • 9 Isabel DiVanna attire l’attention sur cet aspect commémoratif, recensant, pour le cas de Gaston Par (...)
  • 10 « Sur les traces de Joseph Bédier », tenu les 22 et 23 mai 2014 à la fondation Singer-Polignac, à P (...)
  • 11 Outre l’étude citée supra de Françoise Vielliard pour l’École des chartes, voir la publication des (...)
  • 12 Charles Ridoux a proposé une synthèse empreinte de cette conception cyclique et articulée autour de (...)

4Il est aujourd’hui admis que le Moyen Âge, à défaut d’avoir existé, n’en a pas moins cessé de subsister et d’être redécouvert, de sorte que si l’on voulait situer les premiers temps de sa réception, il faudrait remonter au Moyen Âge même6. Le romantisme aurait peut-être encore l’honneur de sa redécouverte et la médiévistique institutionnelle celui de sa remise sur pied, sans certaines contributions essentielles, comme celles de Nathan Edelman pour le xviie siècle, ou de Lionel Gossman pour le xviiie7. Ces travaux fondamentaux n’ont pourtant pas ouvert immédiatement la voie à l’engouement qui s’observe depuis une vingtaine d’années sinon pour ce long Moyen Âge, pour sa longue réception8. Le phénomène a certainement partie liée avec la revalorisation plus récente, déjà évoquée, des « épigones » de la littérature médiévale, qu’il s’agisse des romans arthuriens tardifs, des mises en prose, des traductions de la Renaissance, ou des récritures de la littérature de colportage. Il n’est pas étranger non plus à l’intérêt croissant des médiévistes pour l’histoire de leur discipline, dont l’orientation biographique révèle que cet intérêt est lui-même galvanisé par la dimension événementielle : les études consacrées à telle ou telle figure représentative de la discipline se font effectivement plus nombreuses à l’approche de leurs dates anniversaire respectives, de naissance ou de mort. Ainsi en va-t-il de Gaston Paris (1839-1903), qui bénéficie depuis le début des années 2000 d’une popularité sans précédent, jusqu’à obtenir le statut de « héros » – d’ailleurs révoqué en doute9 –, aux côtés de Raynouard et Diez ; ou plus récemment de Joseph Bédier (1864-1938) auquel était dédié en mai 2014 un colloque en l’honneur des cent cinquante ans de sa naissance10. Dans la même veine, l’approche institutionnelle se fait aussi sentir11. Plus qu’un goût, l’examen du Moyen Âge sous l’angle de ses spécialistes modernes dénote donc une conception cyclique de l’historiographie de la discipline, qui se cantonne encore beaucoup aux xixe et xxe siècles mais tend de plus en plus à nuancer les bornes chronologiques qui séparent une médiévistique à ses balbutiements d’une discipline en pleine possession de ses moyens12. Enfin, ce regain d’intérêt traduit une nécessité qui va de pair avec l’abattement des cloisons isolant les différentes branches des études littéraires, et qui rejoint encore cet esprit de nuance caractéristique de la recherche actuelle.

5Le contexte académique favorable et sa disposition à examiner les fondements de la discipline toujours plus en amont légitimait presque à eux seuls le choix de dédier une thèse à la question des prémisses de l’historiographie de la romanistique et à celle de l’exploration de la littérature médiévale au xviiie siècle. Partant du principe que la « redécouverte » du Moyen Âge propre aux Lumières anticipe sa redécouverte romantique et ses redécouvertes successives, il apparaît que celle-ci est animée à la fois par l’urgence d’en exhumer les monuments et par la nécessité de les rendre accessibles à un public qui appelait à être défini. Le souci de vulgarisation imprègne donc de très bonne heure le travail d’exhumation des sources, qui trouve un excellent médium dans la pratique des « extraits ». Ni tout à fait récritures, ni tout à fait abrégés, ils connaissent leur heure de gloire avec la Bibliothèque universelle des romans, périodique publié depuis le mois de juillet 1775 jusqu’en juin 1789, au rythme de seize volumes annuels, par les soins d’une communauté d’érudits et d’écrivains particulièrement attentifs à la production médiévale. Parce qu’il se situe à l’intersection des courants par lesquels se définit le médiévalisme naissant, ce périodique fournit un poste d’observation privilégié pour cerner les enjeux et les modalités de cette vulgarisation, entre réception et diffusion. Le travail ici présenté se fixe pour objectif de mettre en lumière l’activité déployée autour de l’élaboration des extraits de la BUR, qui tient lieu de laboratoire des lettres médiévales.

  • 13 John Clapp, « An Eighteenth-Century Attempt at a Critical View of the Novel : the Bibliothèque univ (...)
  • 14 Dès 1993, Guy Demerson constatait au sein d’un même volume ce phénomène de redites dans son compte (...)

6Au moment de commencer notre recherche, il existait déjà une bibliographie substantielle sur la BUR, surtout abordée du point de vue de l’histoire de l’édition, mais aucun ouvrage synthétique sur le corpus des récritures de romans médiévaux n’avait encore paru13. Par conséquent, il manquait encore un éclairage sur les moyens mis en œuvre par la BUR pour confectionner ses « extraits » médiévaux, qui permette d’évaluer leur portée sur notre connaissance et notre compréhension de la littérature du Moyen Âge. Le paysage de la recherche compte en revanche quantité d’études de cas envisageant la fortune des œuvres sous l’abord de leur système propre aux dépens de l’unité fonctionnelle du périodique, même si cette unité doit se révéler être toute relative. Abstraction faite des redites et de la lassitude qu’ont pu faire naître ces études nombreuses14, elles ont contribué à jeter la lumière sur une véritable mine d’informations pour l’historien de l’édition, de la culture, des institutions, comme pour l’historien de la littérature, toutes époques confondues. Tel est l’un des mérites les plus immédiatement appréciables de cette collection : tout s’y trouve, ou presque. Pour donner une idée des objectifs universels auxquels aspirent ses éditeurs, il suffit d’en citer le titre programmatique dans sa longueur : Bibliotheque universelle des romans, ouvrage périodique, dans lequel on donne l’analyse raisonnée des romans anciens et modernes, françois, ou traduits dans notre langue ; avec des Anecdotes et des Notices historiques et critiques concernant les Auteurs ou leurs Ouvrages ; ainsi que les mœurs, les usages du temps, les circonstances particulières et relatives, et des personnages connus, déguisés ou emblématiques.

  • 15 Roger Middleton, « Le Grand d’Aussy’s Erec et Enide », Nottingham French Studies 25/2, 1986, p. 14- (...)
  • 16 Paola Roman, « La letteratura cortese-arturiana ed epico-carolingia nella Bibliothèque universelle (...)

7En vertu de cette universalité, elle offre un terrain d’enquête intéressant pour le médiéviste, en dédiant l’une de ses classes, la deuxième, aux « romans de chevalerie ». L’importance de cette catégorie richement fournie – c’est la classe qui se maintient le mieux, avec celle des romans historiques, durant les quatorze années de publication – a naturellement retenu l’attention des chercheurs. Parmi eux, il convient de citer trois médiévistes dont les travaux présentent à nos yeux un caractère décisif, tant parce qu’ils ont fait progressé les connaissances que parce qu’ils ont orienté l’approche de notre thèse de façon déterminante : les travaux de Roger Middleton présentent l’avantage d’être à la fois d’une précision hors pair et de viser toujours l’intelligence d’un propos qui dépasse l’exhumation des sources, le chercheur mettant sa connaissance des manuscrits, de l’arrière-plan historique et des acteurs de la redécouverte des textes médiévaux au service d’une représentation d’ensemble de cette philologie à ses prémisses15 ; citons également les études de Maria Colombo Timelli, qui ne cessent de modifier le visage de ce pan de la recherche et de souligner les apports des travaux de cette première philologie pour notre propre compréhension des textes médiévaux ; enfin les travaux de Paola Roman, qui a livré le premier tableau conscient, minutieux et exact, de l’ensemble des extraits relevant de la littérature épique et arthurienne, à partir d’une enquête de fond permettant d’identifier nombre des sources utilisées par les rédacteurs de la BUR16.

  • 17 L’ouvrage a paru en 2013 sous le titre Médiévisme et Lumières : le Moyen Âge dans la Bibliothèque u (...)

8Une étude ciblée sur les extraits de romans médiévaux devait se focaliser sur les premières années de publication, où se concentrent les romans dits de « chevalerie », notion déterminante pour la définition de notre corpus. La tranche étudiée correspond plus exactement à la période durant laquelle Paulmy ouvre l’accès de sa bibliothèque aux éditeurs du périodique, se voyant ainsi conférer un prestige exceptionnel puisqu’il possédait alors l’une des plus belles bibliothèques d’Europe et jouissait lui-même d’une certaine renommée auprès des cercles érudits et lettrés. Dans le cadre d’une étude consacrée au Moyen Âge dans la BUR, le choix se portait donc naturellement sur les volumes publiés de juillet 1775, date de son lancement, à décembre 1778, date à laquelle le marquis referme les portes de sa bibliothèque. Pour ce qui regarde notre étude, les bornes s’imposaient du fait de notre point d’ancrage : la bibliothèque du marquis de Paulmy, et de notre propos : l’élaboration des extraits médiévaux et l’élaboration du discours épistémologique qui accompagne ce travail. C’est à ce point d’articulation que notre thèse s’écarte sensiblement de la direction suivie par Véronique Sigu dans sa thèse17 et que nos études respectives peuvent se révéler complémentaires.

  • 18 Roger Chartier, Culture écrite et Société : l’ordre des livres (xive, xviiie siècle), Paris, Albin (...)

9L’un des principaux enjeux de notre travail consiste à mettre au jour une véritable fabrique de l’extrait, qui prend place au sein même de la Bibliothèque de l’Arsenal. Il s’agit de montrer la relation étroite qui lie le collectionneur de livres, Antoine-René Voyer d’Argenson, plus connu sous le titre de marquis de Paulmy, à l’ouvrage immense qu’est la BUR, aux prétentions encyclopédiques et universelles mais dont les implications sont aussi personnelles, voire individuelles. L’examen de la classe des « romans de chevalerie » laisse entrevoir une relation interne entre la bibliothèque toute matérielle de livres médiévaux en la possession du marquis et la Bibliothèque romanesque qui en émane ; de là émerge une dynamique propre aux romans médiévaux, qui invite à discuter le concept proposé par Roger Chartier de « bibliothèque sans murs18 » : la sélection et la présentation des textes médiévaux se révèlent effectivement conditionnées par les limites d’une bibliothèque « à murs ». Le regard que Paulmy porte sur la littérature du Moyen Âge est fonction des aléas de sa propre collection, qui s’étoffe au rythme des acquisitions et alimente à son tour les extraits de la BUR. Il s’agit de rendre compte d’un phénomène à plusieurs vitesses, impulsé d’un côté par l’enrichissement progressif du matériel à disposition, et de l’autre par les interventions successives d’acteurs plus secondaires qui jouent cependant un rôle capital dans l’effort de vulgarisation des œuvres médiévales, soit parce qu’ils en facilitent l’accès au moyen d’éclaircissements de la lettre du texte, soit parce qu’ils prêtent leur plume à la rédaction des extraits.

10Cette dynamique est toutefois impulsée par des facteurs extérieurs au seul amour des livres : le fait que le projet soit inauguré à partir de l’année 1775 ne relève pas du hasard, cette date marquant à la fois l’aboutissement d’un long débat autour de la question du roman, mais aussi la maturité de la bibliothèque du marquis, qui profite donc du double renfort de la théorie et de la bibliophilie pour lancer son entreprise au moment propice. Le roman a désormais reconquis une légitimité qui tend à la vogue, tandis que la formule littéraire des bibliothèques est à son apogée, deux facteurs qui autorisent Paulmy à miser sur le succès commercial de la BUR.

11L’apport du présent travail réside moins dans l’analyse des extraits eux-mêmes qui composent la BUR que dans la présentation des documents ayant servi à leur préparation. Ces documents forment aujourd’hui encore le fonds de la Bibliothèque de l’Arsenal et consistent autant en manuscrits, incunables et imprimés anciens qui fournissent le modèle des récritures médiévales, qu’en brouillons, notices et lettres, annexés ou non aux volumes mentionnés, qui instruisent sur la procédure suivie par le marquis et ses auxiliaires dans la constitution du périodique, autant que sur leur réflexion à l’endroit des œuvres de la littérature médiévale. L’exhumation des sources vise ainsi à illustrer l’aporie entre la valeur matérielle des textes, tenus en mauvaise estime par leur appartenance à une ère barbare, ou « gothique », et leur valeur référentielle, à titre de documents propres à illustrer les mœurs et le « costume » de la nation en germe, mais aussi de monuments littéraires dignes ou non de figurer dans le panthéon des ouvrages « classiques », que la BUR contribue à esquisser et qui lui survit de nos jours.

12Le périodique définit progressivement une image de la littérature médiévale qui, avant d’influer sur l’estime qu’allaient lui porter les générations suivantes, correspond à un véritable puzzle constitué de pièces éparses que les rédacteurs s’efforcent de rassembler puis d’assembler dans une visée homogène.

  • 19 Maria Colombo, « Cligés dans la “Bibliothèque universelle des romans”. Étude et édition », Il Confr (...)

13Mais cette homogénéité ne répond pas aux critères de la chronologie documentaire en vigueur chez les mauristes par exemple, et qu’adopte par défaut la méthode historique, à l’inclusion de la philologie, du xixe siècle jusqu’à nos jours : il s’agit de reconstituer une « histoire suivie » des romans arthuriens, puis carolingiens – Paulmy prévoyait aussi d’ajouter les Amadis –, selon la règle des cycles lignagers et suivant l’ordre chrono-diégétique. La classe dite « des romans de chevalerie » représente en premier lieu un imaginaire qui ne peut cependant se définir sans ses composantes « historiques » ; elle établit un réseau de parentés entre la fiction et ses assises réalistes, à travers la peinture de faits et de personnages ancrés dans l’histoire fabuleuse par un jeu complexe de généalogies romanesques. À cet égard, il convient de montrer l’inévitable interférence entre cette catégorie de textes et les autres classes, la troisième, dite « des romans historiques », mais aussi celle des « romans d’amour » ou encore des « romans de spiritualité », plus propices à accueillir des œuvres aux contours thématiques flous, comme le roman de Cligés qui ne relève ni de la matière arthurienne ni de la matière carolingienne19, tout du moins dans la nomenclature adoptée par la BUR. La volonté de ranger les romans au sein de classes définies se révèle bientôt problématique et donne lieu à des indécisions, des révisions, voire à l’aménagement de nouvelles classes, comme celle des « romans étrangers » qui permet d’élargir l’horizon de la production médiévale à l’« universalité » recherchée.

14C’est donc en premier lieu la dimension heuristique de l’entreprise qu’il convient d’analyser et de mettre en regard avec les principes éditoriaux adoptés : la forme périodique laisse une marge de manœuvre propice à l’exhumation progressive des sources et aux réajustements qui en découlent. Parce qu’il représente le réservoir de l’information épistémologique, le paratexte des extraits fera l’objet d’une attention spéciale. Il nous semblait important de montrer que l’évolution des connaissances de Paulmy et de son équipe s’effectue d’abord dans les marges du texte : le roman médiéval est avant tout un livre, définissable par des critères bibliographiques et matériels, qui s’appréhende donc sous cet angle remarquablement concret et remarquablement étanche à la littérature proprement dite. À travers notre approche des récritures de romans médiévaux, nous avons tenu à rendre compte du caractère péritextuel de l’analyse littéraire, assez frustrant en un sens mais qui prend peu à peu de l’épaisseur à mesure que les membra disjecta s’agrègent pour former un discours suivi, à l’image de la représentation ordonnée qui est proposée des récits arthuriens et carolingiens. L’exploitation des outils éditoriaux, qu’ils soient typographiques ou qu’ils relèvent du paratexte, doit également retenir notre attention dans la perspective de l’évolution des connaissances, mais aussi des révolutions internes qui affectent régulièrement la BUR jusqu’à son interruption en juin 1789.

  • 20 Sur Tressan, l’étude de référence demeure celle d’Henri Jacoubet, Le Comte de Tressan et les origin (...)

15Si la critique a retenu les grandes figures que sont le comte de Tressan ou le marquis de Paulmy, elle a négligé de considérer des acteurs de second plan néanmoins cruciaux dans le fonctionnement de la BUR, ou bien a procédé parfois à des cloisonnements inopportuns et prononcé sur leur rôle des jugements hâtifs20. Il importe donc de leur rendre justice. L’examen de ces personnalités de l’ombre fera ressortir le nom de certains acteurs illustres sur la scène des premières études de médiévistique, savoir Étienne Barbazan, Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye, Pierre-Jean-Baptiste Le Grand d’Aussy, Louis-Georges de Bréquigny, Anne-Claude de Caylus, dont quelques-uns croisent la route de la BUR, directement ou par leur influence en tant qu’autorités érudites.

  • 21 On peut se réjouir de voir bientôt éditée la liste des incunables d’après le catalogue manuscrit, g (...)

16En nous concentrant sur les premiers temps de l’entreprise, marqués par l’empreinte de Paulmy et, de là, par son goût pour les romans de chevalerie, nous proposons de faire le point sur une collection tant livresque que littéraire, en espérant apporter une contribution au travail d’inventaire qui a lieu depuis quelques années au sein de l’Arsenal sous les auspices de la bibliothécaire Martine Lefèvre, et qui reflète la nécessité de recenser les trésors cachés d’une collection exceptionnelle dans l’histoire du livre21.

  • 22 Outre les travaux déjà cités, Élisabeth Jaugin a dédié à la collection des Mélanges deux autres étu (...)

17Son exploitation dans la BUR et les Mélanges tirés d’une grande bibliothèque (1779-1788)22, autre projet d’envergure mené par le marquis de Paulmy après son départ de la BUR, prépare le terrain d’une longue tradition philologique à laquelle les pratiques actuelles sont encore largement redevables. Si la génération de médiévistes représentée par la nouvelle école avec Gaston Paris en tête de file, puis par son élève Joseph Bédier, se détache déjà de celle de Paulin Paris, Francisque Michel, Antoine Le Roux de Lincy, Achille Jubinal, et plus nettement de celle de Jean-Baptiste-Bonaventure de Roquefort, François Just Marie Raynouard, ou Claude Fauriel, c’est là naturellement un effet du temps, mais aussi de l’affirmation d’une discipline constituée en réaction à l’« indiscipline » qui culmine à la fin du xviiie siècle.

18Plus que les représentants d’une « proto-médiévistique », Paulmy, La Curne de Sainte-Palaye, Le Grand d’Aussy, Tressan sont les témoins de l’irréductible indiscipline de la médiévistique, en tout temps. Peut-être le regard qu’ils portent sur les textes médiévaux permettra-t-il de rendre plus sensible la continuité existant entre les différentes générations de théoriciens, d’académiciens, de chartistes, et, idéalement, nous fera-t-il mieux comprendre le regard que nous portons sur les textes.

  • 23 Répondre à l’invitation de Jürgen Voss à renoncer à l’expression artificielle de « Moyen Âge » risq (...)

19Nous proposons de suivre un plan simple, qui reflète les trois étapes ayant marqué nos recherches. La première consiste dans l’établissement du matériel de base, qui implique de dépouiller et de rassembler en un corpus lisible la collection « médiévale » du marquis de Paulmy, c’est-à-dire les volumes, manuscrits ou imprimés, anciens et modernes, susceptibles de contenir le « roman de chevalerie » tel qu’il est présenté dans la BUR. Pour éviter des circonlocutions qui nous semblent ne rien apporter au propos, nous parlerons de « roman », de « Moyen Âge » et de « chevalerie », en essayant de circonstancier au mieux chaque emploi23. Mais, disons-le d’emblée, le Moyen Âge de Paulmy est un long Moyen Âge, le roman est une matière narrative qui dépasse amplement le cadre romanesque, et la chevalerie revêt une dimension très concrète assez proche de la définition de l’épopée. En l’absence de catalogue systématique recensant les imprimés de la collection de Paulmy, qui contiennent l’essentiel des « romans de chevalerie », nous avons procédé au dépouillement de ce fonds médiéval en partant du catalogue manuscrit établi du vivant du marquis, à partir de l’année 1775 – c’est-à-dire à partir du lancement de la publication de la BUR­ – jusqu’à sa mort. Nous reproduisons cette partie du catalogue en appendice, en espérant apporter un jour neuf sur une collection encore méconnue, collection de livres précieux pour le médiéviste comme pour le bibliophile, qui est à la source de la Bibliothèque universelle des romans. Notre première partie se propose donc de mettre en lumière le contexte dans lequel l’entreprise de la BUR prend naissance en situant le point d’observation au cœur de l’Arsenal. Cela doit permettre d’identifier les acteurs d’une opération de défrichage longue et minutieuse et de suivre leurs méthodes de travail. Au milieu de ce véritable laboratoire, le marquis apparaît comme le maître d’œuvre de la collection littéraire, en vertu du fait qu’il en fournit les ressources. Nous étudions les implications pratiques du transfert d’une bibliothèque de livres à une bibliothèque littéraire.

20Suivant cette dynamique d’émergence, du fonds livresque à l’édition commerciale, nous envisageons ensuite le processus d’extraction mis en œuvre pour composer les analyses de la BUR en considérant les implications thématiques et historiques du choix de la formule de l’extrait. D’abord ancré dans une réalité pratique, l’extrait indique à lui seul la visée encyclopédique de l’entreprise, mais aussi sa visée érudite : il s’agit pour nous de montrer que l’extrait soutient de longue date le propos scientifique et qu’il est plus spécifiquement l’un des outils des études médiévales. Cette formule éditoriale, exploitée concurremment à d’autres modes de vulgarisation, atteint véritablement le statut de genre littéraire et critique avec la BUR. Il importe ensuite d’examiner le rôle de l’extracteur – de l’« extrayeur », d’après le terme employé dans la collection – qui se positionne comme l’interprète d’un Moyen Âge irrégulier et peu accessible sans les secours d’une critique éclairée. Dans le sillage des travaux de l’Académie, les rédacteurs proposent ainsi de tirer l’enseignement moral des vieux romans en en tirant, littéralement, la substance. Le roman de chevalerie, en amont du roman historique, représente ainsi la souche de la littérature : il mérite à cet égard l’attention de la société polie d’Ancien Régime, mais nécessite également une mise aux normes préalable de la part des éditeurs de la BUR : sorte de passeurs des textes, ceux-ci transforment, calibrent et balisent le roman médiéval, avant de l’offrir à la connaissance du lecteur sous un jour plus engageant et inoffensif, les traits chaotiques de la littérature médiévale se confondant alors à ceux du fonds de livres encore en jachère. Arguant de leur statut intermédiaire entre l’obscurité et les lumières, mais aussi entre l’érudit et l’homme du monde, les éditeurs se livrent à une opération de lissage et de tri qui engage directement leur responsabilité critique. Il convient d’examiner les choix opérés et leurs conséquences sur l’intégrité du roman médiéval, qui met incidemment en question la légitimité d’une vulgarisation des textes littéraires médiévaux, toutes formules confondues (traductions libres, traductions littérales, éditions semi-critiques, etc.)

21La dernière partie montre comment les éditeurs, partant de ce constat de semi-échec, parviennent à rebondir en considérant la formule de l’extrait à l’aune de la chaîne historique. La BUR mise sur les ressorts de la publication périodique pour renforcer la cohésion d’un extrait à l’autre par le biais de renvois, qui permettent de lier les différents représentants de la deuxième classe, les romans de chevalerie, par un trait d’union généalogique. Si le critère biographique est, dès le lancement du projet en 1775, le critère déterminant dans la présentation des romans de chevalerie, la grille de lecture généalogique ne vient éclairer l’ensemble du tableau de famille des héros arthuriens puis carolingiens qu’à la faveur de nombreux égarements rectifiés et d’erreurs corrigées, sans lesquels il n’est pas possible d’offrir une représentation cohérente et suivie de la littérature médiévale. Le discours critique développé dans la BUR tire inspiration de l’imaginaire arthurien auquel il emprunte notamment la figure de l’historiographe, mais se cantonne toujours, ou presque, dans les marges de la littérature : l’éditeur de cette première BUR placée sous l’égide du marquis de Paulmy est, à l’image de son protecteur, un observateur de l’objet littéraire avant d’être un lecteur.

Haut de page

Notes

1 En dernier lieu, Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ?, Paris, Seuil, 2014. Sur le problème des limites du Moyen Âge, l’étude de référence reste celle de Jürgen Voss, Das Mittelalter im historischen Denken Frankreichs. Untersuchungen zur Geschichte des Mittelalterbegriffes und der Mittelalterbewertung von der zweiten Hälfte des 16. bis zur Mitte des 19. Jahrhunderts, München, Fink, 1972. Voir aussi Ludovico Gatto, Viaggio intorno al concetto di Medioevo. Profilo di storia della storiografia medievale, Roma, Bulzoni, 2002, et Jacques Le Goff, « Pour un long Moyen Âge », L’Imaginaire médiéval, Paris, Gallimard, 1985, p. 7-13.

2 Voir par exemple le récent volume Médiévalisme, modernité du Moyen Âge, dir. Vincent Ferré, Paris, L’Harmattan, 2010 (Itinéraires LTC), et Vincent Ferré, « Médiévalisme : le risque d’une lecture fantasmagorique », Fantasmagories du Moyen Âge. Entre médiéval et moyenâgeux, études réunies par Élodie Burle-Errecade et Valérie Naudet, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2010 (« Senefiance » 56), p. 11-19. Vincent Ferré et Michèle Gally résument les lignes de fuite d’une théorisation du médiévalisme francophone en notant que ce vocable englobe étude philologique et démarche de création : « […] ces effets de superposition entre l’ancien et le contemporain interrogent le rapport que nous entretenons, dans notre travail de chercheur, à la mémoire, au temps, à l’anachronisme, à la conscience de notre propre situation idéologique et historique. » (Michèle Gally et Vincent Ferré, « Médiévistes et modernistes face au médiéval », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 1er janvier 2014, consulté le 15 novembre 2014. URL : http://peme.revues.org/5761; DOI : 10.4000/peme.5761). On trouvera dans le même numéro, consacré aux tendances actuelles de la critique en médiévistique, un bilan efficace des enjeux liés à la question de l’histoire des études médiévales par Alain Corbellari « Entre réception et histoire des idées : l’histoire des études médiévales comme archéologie de nos passions », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 1er janvier 2014, consulté le 26 avril 2014. URL : http://peme.revues.org/4366; DOI : 10.4000/peme.4366. Le domaine anglophone réserve depuis longtemps une place à part au « Medievalism », considéré à la jonction des diverses disciplines. Il est mis à l’honneur dans la revue Studies in Medievalism, publiée chez Boydell & Brewer depuis 1979 et toujours active.

3 Nouveau Répertoire de mises en prose (xive-xvie siècle), dir. Maria Colombo Timelli, Anne Schoysman et François Suard, Paris, Classiques Garnier, 2015 (« Textes littéraires du Moyen Âge » 30). Voir aussi Pour un nouveau répertoire des mises en prose. Romans, chansons de geste, autres genres, sous la dir. de Maria Colombo Timelli, Barbara Ferrari et Anne Schoysman, Paris, Classiques Garnier, 2014 (« Textes littéraires du Moyen Âge – Mises en prose » 3).

4 Divergence de point de vue que constatait Annie Combes dans le choix des titres au moment d’éditer la version particulière de la Charrette, simultanément avec David F. Hult, « Le Conte de la Charrette : version dérimée du Chevalier de la charrette de Chrétien de Troyes », Romance Philology, 57, 2004, p. 127-322, et A. Combes, Le Conte de la charrette dans le Lancelot en prose. Une version divergente de la Vulgate, Paris, Champion, 2009 (p. 15).

5 La Bibliothèque bleue, plus « populaire » mais aussi plus précoce, a connu un peu avant la Bibliothèque universelle des romans un regain d’intérêt qui n’est pas étranger à la prise en considération désormais systématique dans les études médiévales de la fortune littéraire et matérielle des textes ni à l’intérêt toujours croissant pour l’histoire du livre et de la lecture. Voir Lise Andriès, « Les romans de la Bibliothèque bleue de Troyes », Accès aux textes médiévaux de la fin du Moyen Âge au xviiie siècle, éd. Michèle Guéret-Laferté et Claudine Poulouin, Paris, Champion, 2012 (« CCCMA » 12), p. 419-433, et « La Bibliothèque bleue et la découverte du Moyen Âge », La Fabrique du Moyen Âge au xixe siècle. Représentations du Moyen Âge dans la culture et la littérature françaises du xixe siècle, éd. Simone Bernard-Griffiths, Pierre Glaudes, Bertrand Vibert, Paris, Champion, 2006 (« Romantisme et modernités »), p. 831-839 ; les articles réunis dans La Bibliothèque bleue et les littératures de colportage. Actes du colloque organisé par la Bibliothèque municipale à vocation régionale de Troyes en collaboration avec l’École nationale des Chartes, Troyes, 12-13 novembre 1999, éd. Thierry Delcourt et Élisabeth Parinet, Paris, École des Chartes, 2000. Robert Mandrou, De la culture populaire aux xviie et xviiie siècles : la Bibliothèque bleue de Troyes [repr. de l’éd. Paris, Stock, 1964], Paris, Imago, 1999 ; A. Robert, « Aux origines de la Bibliothèque bleue. Quelques réflexions sur la production de Nicolas Oudot », Le Bibliophile rémois 39, 1995, p. 3-5 ; Henri-Jean Martin, « Culture écrite et culture orale. Culture savante et culture populaire dans la France d’Ancien Régime », Journal des savants, 1975, p. 225-282. Pour un aperçu général des titres recensés, voir : Alfred-Félix Morin, Catalogue descriptif de la Bibliothèque bleue de Troyes : almanachs exclus, Genève, Droz, 1974 ; Marie-Dominique Leclerc et A. Robert, Des éditions au succès populaire, les livrets de la Bibliothèque bleue, xviie-xixe siècles. Présentation, anthologie, catalogue, Troyes, Centre départemental de documentation pédagogique, 1986 ; Geneviève Bollème et Lise Andriès, La Bibliothèque bleue. Littérature de colportage, Paris, Robert Laffont, 2003. Lise Andriès s’est penchée plus particulièrement sur le rapport qu’entretiennent ces deux Bibliothèques. Parmi une production profuse, citons au moins « La Bibliothèque bleue et la redécouverte des romans de chevalerie au xviiie siècle », Medievalism and manière gothique in Enlightenment France, ed. by Peter Damian-Grint, Oxford, Voltaire Foundation, 2006 (« SVEC »), p. 52-67.

6 Voir les introductions respectives à La Fabrique du Moyen Âge au xixe siècle, op. cit., Barbara G. Keller, The Middle Ages reconsidered, Attitudes in France from the Eighteenth Century though the Romance Movement, New York – Washington DC – San Francisco, et al., Peter Lang, 1994 (« Studies in the Humanities » 11) et Alicia C. Montoya, Medievalist Enlightenment from Charles Perrault to Jean-Jacques Rousseau, D. S. Brewer, Cambridge, 2013 (« Medievalism » II).

7 Nathan Edelman, Attitudes of Seventeenth-Century France toward the Middle Ages, New York, King’s Crown Press, 1946 ; Lionel Gossman, Medievalism and the Ideologies of the Enlightenment : the World and Work of La Curne de Sainte-Palaye, Baltimora, John Hopkins University Press, 1969. Malgré leur ancienneté, les vœux de Jürgen Voss dans son compte rendu à l’ouvrage de Gossman sont toujours d’actualité : « Lacurne de Sainte-Palaye und die Beschäftigung mit dem Mittelalter im Frankreich der Aufklärung », Francia 1, 1973, p. 699-710, qui appelait un élargissement du champ d’investigation à l’échelle européenne.

8 Outre les nombreuses études disséminées, plusieurs ouvrages collectifs se sont attachés à la question, ici donnés dans l’ordre chronologique : Barbara G. Keller, The Middle Ages reconsidered, op. cit. ; Topiques romanesques : réécritures des romans médiévaux (xvie-xviiie siècles), études réunies par Élisabeth Gaucher et Frank Lestringant, Ateliers 22, 1999 ; De l’usage des vieux romans, éd. Ugo Dionne et Francis Gingras, Études françaises 42/1, 2006 ; La Réception de la littérature en moyen français aux xvie-xviie-xviiie siècles, Actes du IIIe colloque sur la littérature en moyen français, Milan, 21-23 mai 2003, Milano, Università cattolica del Sacro Cuore di Milano, Analisi linguistica e letteraria 12/1-2, 2004 ; Medievalism and manière gothique in Enlightenment France, op. cit. ; La Fabrique du Moyen Âge au xixe siècle […], op. cit. ; Le Moyen Âge au miroir du xixe siècle (1850-1900), ouvrage coordonné par Laura Kendrick, Francine Mora et Martine Reid, Paris, L’Harmattan, 2003, qui met l’accent sur la polymorphie du Moyen Âge au xixe siècle, d’où la question des Moyen Âges ; Mémoire des chevaliers. Édition, diffusion et réception des romans de chevalerie du xviie au xxe siècle, études réunies par Isabelle Diu, Élisabeth Parinet et Françoise Vielliard, Paris, École des Chartes, 2007 (« Études et rencontres de l’École des Chartes » 25) ; Alicia C. Montoya, Medievalist Enlightenment, op. cit. Il est intéressant de constater que la focalisation choisie peut s’appliquer à un siècle ou s’étendre à une plage de temps beaucoup plus vaste, mais qu’aucune n’a la prétention d’embrasser le phénomène de réception par excès, du Moyen Âge à nos jours. Citons enfin Accès aux textes médiévaux […], op. cit. Même s’il n’excède pas les bornes du xviiie siècle, il a le mérite d’inviter à reconsidérer le rapport entre réception et sources, celles-ci constituant moins un point de départ qu’un point d’arrivée. La structure du volume suit cependant l’ordre chronologique traditionnel.

9 Isabel DiVanna attire l’attention sur cet aspect commémoratif, recensant, pour le cas de Gaston Paris, le numéro de la Revue des langues romanes paru en 2002, le colloque organisé par Michel Zink en 2003 (« Le Moyen Âge de Gaston Paris »), ainsi que les travaux d’Ursula Bähler, Alain Corbellari, Jacqueline Cerquiglini-Toulet et Philippa Kim. Voir Isabel DiVanna, Reconstructing the Middle Ages : Gaston Paris and the Development of Nineteenth-century Medievalism, Cambridge, Cambridge Scholars Publishing, 2008, p. xii. Entretemps a paru un volume d’actes élargissant le champ d’étude aux représentants de la romanistique allemande, historiquement et politiquement indissociable de la romanistique française. Françoise Vielliard revient sur l’établissement d’une « légende dorée » de l’histoire de la philologie romane et, pour ce qui regarde le trio Paris-Raynouard-Diez, sur « cette version mythique qui construit l’histoire de la philologie romane à l’aide de trois héros et de deux pays », citant Ursula Bähler. Françoise Vielliard, « “La docte Allemagne” ou le regard de l’École des chartes sur la philologie romane en Allemagne avant 1870 », Bartsch, Foerster & Cie. La première romanistique allemande et son influence en Europe, éd. Richard Trachsler, Paris, Classiques Garnier, 2013, p. 145-178 (p. 146 pour la citation). C’est encore l’approche biographique qui est adoptée lorsque le spectre s’élargit aux domaines allemand – en atteste cette dernière publication – et suisse : Portraits de médiévistes suisses (1850-2000). Une profession au fil du temps, études réunies par U. Bähler et R. Trachsler, avec la collaboration de Larissa Birrer, Genève, Droz, 2009. Voir aussi, pour le domaine français, l’étude de Charles Ridoux, Évolution des études médiévales en France de 1860 à 1914, Paris, Champion, 2001 (« Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge » 56).

10 « Sur les traces de Joseph Bédier », tenu les 22 et 23 mai 2014 à la fondation Singer-Polignac, à Paris. Organisé par Alain Corbellari, ce colloque réunissait des spécialistes déjà convoqués lors du colloque « Gaston Paris ». Voir Corbellari, « Pourquoi mettre la philologie en biographies ? », Érudition et Fiction, dir. Éric Méchoulan, Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 129-138. Léon Gautier n’a toutefois pas attendu une telle distance pour écrire ces biographies de critiques et historiens ; seulement la mort, pour certains, comme Michelet : Portraits du xixe siècle, 4 tomes, Paris, Sanard et Derangeon / A. Taffin-Lefort, 1894-1895, t. II.

11 Outre l’étude citée supra de Françoise Vielliard pour l’École des chartes, voir la publication des leçons inaugurales prononcées par les grands noms à avoir fréquenté le Collège de France : Moyen Âge et Renaissance au Collège de France. Leçons inaugurales, éd. Pierre Toubert et Michel Zink, avec la collaboration d’Odile Bombarde, Paris, Fayard, 2009. La présentation sous l’angle biographique se justifie pleinement compte tenu de l’aspect individuel de ces communications.

12 Charles Ridoux a proposé une synthèse empreinte de cette conception cyclique et articulée autour des deux axes biographiques et institutionnels : Évolution des études médiévales en France de 1860 à 1914, Paris, Champion, 2001.

13 John Clapp, « An Eighteenth-Century Attempt at a Critical View of the Novel : the Bibliothèque universelle des romans », Publications of the Modern Language Association 25, 1910, p. 60-96 ; Roger Poirier, La « Bibliothèque universelle des romans » : rédacteurs, textes, publics, Genève, Droz, 1969 (Histoire des idées et critique littéraire 158) ; Angus Martin, La Bibliothèque universelle des romans (1775-1789) : présentation, table analytique et index, Oxford, Voltaire Foundation, 1985 (Studies on Voltaire and the Eighteenth Century [aujourd’hui SVEC] 231). On lira également la notice substantielle et régulièrement mise à jour du Dictionnaire des journaux (1600-1789), dir. Jean Sgard, dans l’édition électronique (http://dictionnaire-journaux.gazettes18e.fr/). Voir en dernier lieu l’étude de Fabio Marinai, « La Bibliothèque universelle des romans (1775-1789). Genesi e sviluppo di un’idea », Rivista di Letterature moderne e comparate 68, 2015, p. 1-32, dont nous n’avons malheureusement pas pu faire usage dans le présent travail pour l’avoir découverte tardivement – merci à Madame Colombo de nous l’avoir indiquée –, mais qui vient nourrir avec profit l’enquête relative aux personnalités qui ont pris part à l’entreprise. Fabio Marinai est également l’auteur d’un addendum consistant sur la diffusion italienne de la BUR, complétant la notice du Dictionnaire des journaux.

14 Dès 1993, Guy Demerson constatait au sein d’un même volume ce phénomène de redites dans son compte rendu à Nouveaux destins des vieux récits. De la Renaissance aux Lumières, Presses de l’École Normale Supérieure, 1992 (« Cahiers V. L. Saulnier », 9), publié dans le Bulletin de l’Association d’étude sur l’humanisme, la Réforme et la Renaissance 36, 1993, p. 106-108. L’ouvrage recensé contient en effet à la suite trois articles regardant de près ou de loin la BUR : Luce Guillerm, « Deux “belles infidèles” : ruptures et continuités. Les Amadis de Gaule d’Herberay des Essars et du comte de Tressan » (p. 91-106) ; Muriel Brot, « Nouveaux lecteurs, nouvelles histoires. Du récit de la Renaissance à sa réécriture dans la Bibliothèque universelle des romans » (p. 107-122) ; Élisabeth Jaugin, « Le marquis de Paulmy au travail : de l’extrait à l’invention romanesque » (p. 123-138). Si la présence de telles études dans un ouvrage traitant de la réception des textes était alors déjà perçue comme une évidence, il est exagéré de dire que leur multiplication suscite aujourd’hui la lassitude, mais c’est un risque à envisager.

15 Roger Middleton, « Le Grand d’Aussy’s Erec et Enide », Nottingham French Studies 25/2, 1986, p. 14-41 ; « Le Grand d’Aussy’s unpublished extraits », Nottingham French Studies 26/1, 1987, p. 19-65 ; « Le Grand d’Aussy and the Bibliothèque universelle des romans », Nottingham French Studies, 27/1, 1988, p. 1-12.

16 Paola Roman, « La letteratura cortese-arturiana ed epico-carolingia nella Bibliothèque universelle des romans (1775-1789) », Annali di Ca’ Foscari : Rivista della Facoltà di Lingue e Letterature Straniere dell’Università di Venezia 29/1-2, 1990, p. 185-220. Roman Paola a consacré par ailleurs une étude, également excellente, aux récritures de textes italiens dans la BUR : « La Bibliothèque universelle des romans. Diffusion de la littérature italienne en France au xviiie siècle », Heurs et Malheurs de la littérature italienne en France. Actes du colloque de Caen, 25-26 mars 1994, éd. Mariella Colin, Université de Caen, Centre de recherche en langues romanes, 1995, p. 11-23.

17 L’ouvrage a paru en 2013 sous le titre Médiévisme et Lumières : le Moyen Âge dans la Bibliothèque universelle des romans, dans la même collection qui a vu paraître l’ouvrage d’Angus Martin, à la Voltaire Foundation d’Oxford.

18 Roger Chartier, Culture écrite et Société : l’ordre des livres (xive, xviiie siècle), Paris, Albin Michel, 1996, chap. 4 : « Bibliothèques sans murs ».

19 Maria Colombo, « Cligés dans la “Bibliothèque universelle des romans”. Étude et édition », Il Confronto Letterario 40, 2003, p. 277-306.

20 Sur Tressan, l’étude de référence demeure celle d’Henri Jacoubet, Le Comte de Tressan et les origines du genre troubadour, Paris, Presses universitaires de France, 1923, qui lui a dédié une autre étude : Comment le xviiie siècle lisait les romans de chevalerie, Grenoble, Xavier Drevet, 1932. Sur Paulmy, outre l’ouvrage de référence d’Henry Martin, Catalogue des manuscrits de la bibliothèque de l’Arsenal, op. cit. (désormais abrégé en Catalogue), voir les travaux d’Élisabeth Jaugin : Les « Mélanges tirés d’une grande bibliothèque » (1779-1788) : au croisement de l’histoire de l’édition et de l’histoire littéraire, thèse de 3e cycle, Paris-IV Sorbonne, 1987, ANRT, Lille-3, 1990 ; « Le marquis de Paulmy au travail […] », art. cité. Martine Lefèvre et Danielle Muzerelle lui prêtent une attention soutenue depuis une trentaine d’année, soit conjointement : « La bibliothèque du marquis de Paulmy », Histoire des bibliothèques françaises. Les bibliothèques sous l’Ancien Régime. 1530-1789, éd. Claude Jolly, Paris, Promodis, 1988, t. II, p. 302-315, soit indépendamment : Danielle Muzerelle, « Le marquis de Paulmy, ses ambassades, ses idées, ses voyages », Voyages de bibliothèques. Actes du colloque des 25-26 avril 1998 à Roanne, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 1999, p. 183-192. Nous citerons les autres études de ces deux auteurs de manière circonstancielle par la suite.

21 On peut se réjouir de voir bientôt éditée la liste des incunables d’après le catalogue manuscrit, grâce au projet développé au sein de l’Arsenal. Voir Martine Lefèvre, « Les incunables du marquis de Paulmy », Le Berceau du livre imprimé. Autour des incunables, éd. Pierre Aquilon et Thierry Claerr, Turnhout, Brepols, 2010, p. 257-265. L’intérêt pour cette partie inédite des documents de Paulmy est déjà sensible au xixe siècle chez le conservateur de la bibliothèque Paul-Lacroix (voir chapitre suivant, p. 25), auquel une journée d’études a été dédiée récemment à l’Arsenal : « Paul Lacroix. L’“homme-livre” du xixe siècle. L’ermitage mondain du bibliophile Jacob à l’Arsenal », Journée d’études BnF / CRISES / PLH, Bibliothèque de l’Arsenal, 20 mars 2015, et : « Paul Lacroix, Le “roman-histoire” du xixe siècle », Journée d’études CRISES / PLH / RIRRA 21, site Saint-Charles, Montpellier, 29 janvier 2016.

22 Outre les travaux déjà cités, Élisabeth Jaugin a dédié à la collection des Mélanges deux autres études, qui recoupent en substance les informations données dans sa thèse : « La lexicographie comme amusement dans les Mélanges tirés d’une grande bibliothèque », Autour de Féraud : la lexicographie en France de 1762 à 1835. Actes du colloque international organisé par le G.E.H.L.F. les 7, 8 et 9 décembre 1984, Paris, ENS de Jeunes filles, 1986, p. 233-242, et « Les Mélanges tirés d’une grande bibliothèque : une collection injustement méconnue ? », Bulletin du bibliophile, 1991, p. 381-403. Moins connus que la BUR, les Mélanges ne s’invitent que rarement dans les discussions scientifiques.

23 Répondre à l’invitation de Jürgen Voss à renoncer à l’expression artificielle de « Moyen Âge » risquerait de ne rendre notre propos que plus artificiel. Voss, rappelons-le, appelait à une petite révolution méthodologique en rompant avec une terminologie creuse à ses yeux : « […] le chercheur critique renoncera comme un bon styliste à la formule commode et sans signification de “moyen âge” et il essaiera d’exprimer les résultats acquis et résumés par lui d’une façon aussi appropriée que possible. Lenain de Tillemont déjà a montré que c’est faisable. » Jürgen Voss, « Le problème du Moyen Âge dans la pensée historique en France (xvie-xixe siècle) », Revue d’histoire moderne et contemporaine 24, 1977, p. 321-340.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Maillet, « Fanny Maillet, Extraire la littérature médiévale : du fonds de l’Arsenal à la “Bibliothèque universelle des romans” », Perspectives médiévales [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://peme.revues.org/11875

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page