Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

La fascination pour Alexandre le Grand dans les littératures européennes (xe-xvie siècle)

Turnhout, Brepols, 2014
François Suard
Référence(s) :

La fascination pour Alexandre le Grand dans les littératures européennes (xe-xvie siècle), tome I, sous la direction de Catherine Gaullier-Bougassas, Turnhout, Brepols, 2014, 678 p.

Entrées d’index

Mots clés :

Alexandre, kafa

Keywords :

Alexander, kafa

Parole chiave :

Alessandro, kafa
Haut de page

Texte intégral

1Ce volumineux ouvrage, qui rassemble les contributions de dix-sept collaborateurs, n’est que le premier d’un ensemble de quatre volumes parus simultanément et consacrés au mythe alexandrin dans les littératures européennes du Moyen Âge.

2Plus d’un demi-siècle après l’œuvre fondatrice de George Cary, The Medieval Alexander (Cambridge, 1956), cet ensemble, élargissant les limites territoriales et linguistiques de la recherche du savant anglais et disposant des résultats d’études récentes, colloques ou parutions individuelles, initiées par Catherine Gaullier dans sa thèse de 1995 et publiée sous le titre Les Romans d’Alexandre. Aux frontières de l’épique et du romanesque (Paris, Champion, 1998), offre un panorama aussi complet que possible des manifestations littéraires du mythe alexandrin au Moyen Âge, étudié sur une durée de six siècles.

3Après une introduction de Catherine Gaullier, qui définit les perspectives des quatre volumes dans lesquels s’affirment les « lignes de force » du succès du mythe médiéval alexandrin, assimilation d’Alexandre « aux valeurs politiques, éthiques et religieuses des différentes cultures » dans un idéal de la royauté, mais de plus « désir de savoir et d’expérimentation scientifique et aussi d’une ouverture rêvée sur des espaces exotiques », ce premier volume se divise en deux parties. La première (p. 25-105) offre un panorama des littératures européennes sur Alexandre, depuis le xe jusqu’au xvie siècle ; la seconde, qui occupe le reste du volume (p. 107-678) est consacrée à la présentation des différentes réalisations de l’héritage alexandrin dans les langues et littératures européennes.

4Dans la première partie, la littérature latine, lien naturel entre l’histoire ou la légende grecque du conquérant et les langues vernaculaires, est étudiée en premier (p. 26-46) ; vient ensuite la littérature de langue française (p. 47-56), puis les littératures italienne (p. 57-62), hispanique (p. 63-69), arabe (p. 70), hébraïque (p. 71-73), anglaise (p. 74-80), allemande (p. 81-91), néerlandaise (92-93), scandinave (94-95), tchèque (p. 96), russe et serbe (p. 97-100), arménienne (p. 101), enfin gréco-byzantine (p. 102-105). Ces notices, dont le développement est généralement limité, visent d’abord à établir un état des lieux, les réalisations étant étudiées de manière approfondie dans la seconde partie du livre.

5Après une introduction de Catherine Gaullier, qui montre le caractère stimulant pour chaque traduction ou invention en langue vernaculaire d’une histoire alexandrine (p. 112-114), cette seconde partie présente d’abord les réécritures médio-latines du Roman d’Alexandre. Alexandre Cizek étudie le texte de Léon de Naples (Nativitas et victoria Alexandri Magni regis) et ses développements ultérieurs, les différentes recensions de l’Historia de preliis et l’Historia Alexandri Magni de Quilichinus de Spolète (p. 115-177). Jean-Yves Tilliette étudie pour sa part la veine épique et historiographique de l’Alexandreis de Gautier de Châtillon, dont il montre la richesse stylistique (p. 178-197).

6La partie consacrée à l’Alexandre français constitue naturellement le plus gros chapitre de l’ouvrage (p. 199-321) : il est l’œuvre de Catherine Gaullier, Hélène Bellon-Méguelle et Janet Van der Meulen. Comme l’indique le titre du chapitre (L’Alexandre français et ses univers littéraires multiples), il s’agit non seulement de faire l’inventaire des réalisations littéraires, mais d’interroger leur signification du point de vue du développement de l’écriture en langue française et de ses différents modes. C’est pourquoi une première section s’intéresse au choix du français pour les textes alexandrins comme instrument de promotion de cette langue, depuis la version d’Albéric de Pisançon jusqu’aux traductions humanistes (p. 199-234), avant d’envisager compilations et libres adaptations (Alexandre de Paris, Thomas de Kent, Histoire ancienne jusqu’à César, Chronique de Baudouin d’Avesnes, Miroir historial, La Bouquechardière de Jean de Courcy, Fleur des Histoires, compilations sur les Neuf preux), puis des traductions plus fidèles (Alexandre en prose, Secret des secrets, Vasque de Lucène et Jacques Amyot), ainsi que des réécritures en moyen français (Renart le Contrefait, Livre de la mutacion de Fortune, Jean Wauquelin, mises en prose des Vœux du paon et du Roman de Florimont), p. 234-289. Reprenant d’un autre point de vue l’étude des œuvres, la section suivante s’attache à décrire la diversité des écritures littéraires, à la fois dans le roman et dans l’histoire (p. 289-303), tandis que la dernière partie présente les différentes continuations, celles des xiie et xiiie s. (Vengeance et Vengement Alexandre, Roman de Florimont, Prise de Defur et Voyage au paradis terrestre), cycle des Vœux du paon et Perceforest au xive siècle, mises en prose de Florimont au xve siècle (p. 303-321)

7Traitant des « Langues et genres littéraires de l’Alexandre italien » (p. 323-362), Michele Campopiano met d’abord en évidence dans le quatrième chapitre le plurilinguisme des textes alexandrins en Italie : le latin y tient une place importante et durable à côté des adaptations en volgare, provenant d’abord de la Vénétie puis de Toscane. L’auteur étudie ensuite les volgarizzamenti en prose, issus majoritairement de l’Historia de preliis, puis les textes en vers inspirés du même modèle. Pétrarque (De viris illustribus), Boccace (De casibus virorum illustrium) et les humanistes recourent aux textes historiques et écrivent en latin. Enfin deux romans en vers, le Triomfo magno de Domenico Falugio (1521) et un poème anonyme resté manuscrit, le premier texte ayant pour source Quinte-Curce, le second affichant la volonté de se démarquer des œuvres populaires, « s’inspirent des nouveaux modèles de la poésie épique italienne des xve et xvie siècles. »

8Le titre donné par Amaia Arizaleta au cinquième chapitre (p. 363-411), « Alexandre aux origines de la langue et de la littérature hispanique » indique d’emblée la perspective de l’auteur. Issue de modèles latins (l’Alexandreis de Gautier, Historia de preliis), français (l’Alexandre de Paris) ou orientaux, la tradition alexandrine espagnole montre le souci, avec ses traductions et adaptations, le souci de mettre à l’honneur une « langue du royaume » qui concurrence le latin dans le domaine de l’écrit. A. Arizaleta analyse ensuite à cette lumière le Libro de Alexandre, « qui irradie toute la production médiévale hispanique » et la quatrième partie de la General estoria, puis quelques réécritures des xive et xve siècles, la Glosa al regimiento de principes, de Juan Garcia de Castrojeriz, ajoutée à la traduction du De regimine principum de Gilles de Rome (1344-1350), et le Victorial de Gutierre Diaz de Games.

9Le chapitre 6 (p. 413-430), œuvre d’Émilie Picherot, expose le cas étonnant du Rrekontamiento del rrey Alisandre, texte manuscrit du xvie siècle écrit en aljamiado, transcription phonétique en alphabet arabe du dialecte roman, qui offre une version romancée de la sourate XVIII du Coran, la sourate de La Caverne.

10Catherine Gaullier présente dans le chapitre 7 (p. 431-450) les sept traductions ou adaptations en hébreu du Pseudo-Callisthène ou de ses dérivés. Composées à partir de versions arabes ou de l’Alexandre français, parfois directement traduites du grec, qui accordent un développement plus ou moins important au récit de la visite d’Alexandre à Jérusalem, tiré de l’Historia de preliis, ces traductions, parfois intégrées à des chroniques, s’inscrivent généralement dans une perspective didactique. Parmi ces textes, le Sefer Alexandrus Makdon d’Immanuel ben Jacob Bonfils se recommande par son originalité, qui associe écriture de la fiction et exploration de nombreuses traditions juives.

11Ce sont les pratiques littéraires de la réécriture qu’examine Margaret Bridges dans le chapitre 8 (p. 451-490), réservé aux Lettres anglaises. Elle étudie le passage du latin au vieil puis au moyen anglais, avec les hésitations ou les manifestations d’indépendance qui s’affirment progressivement à l’égard de cette langue du savoir. Elle montre ensuite, à travers le Kyng Alisaunder (fin xiiie) l’apparition du romance, puis l’œuvre monumentale de Gilbert Hay (Buik of King Alexander the Conquerour, 1460) la variété à la fois littéraire et linguistique des réécritures inspirées par les œuvres françaises, dont les auteurs tantôt restent discrets à l’égard de leurs sources, tantôt au contraire les commentent, restant avant tout des traducteurs ou faisant œuvre, comme Gilbert Hay, de compilateur. Une dernière partie du chapitre étudie les œuvres d’un point de vue stylistique, romans allitératifs (Wars of Alexander), romans rimés (Kyng Alisaunder) et roman en prose (Prose Life of Alexander).

12C’est aussi la part prise à la formation d’une identité linguistique et littéraire qu’interrogent Sophie Masse et Christophe Thierry dans le neuvième chapitre, consacré aux textes alexandrins en langue allemande (p. 491-570) Leur étude comporte trois moments. Ils font d’abord l’inventaire des textes, depuis l’Alexander de Lamprecht (milieu du xiie siècle) jusqu’au Puech des grozzen Alexander (Livre d’Alexandre le Grand) de Hartlieb (milieu du XVe siècle), en montrant l’affermissement progressif de la conscience linguistique des traducteurs (p. 492-508). Une deuxième partie (p. 509-540) étudie les sources des œuvres recensées et l’attitude des auteurs à l’égard de celles-ci. Dans un troisième temps (p. 541-570) les œuvres sont étudiées du point de vue des genres littéraires dont elles se rapprochent. Lamprecht et ses continuateurs (Vorauer Alexander, Strassburger Alexander) ont partie liée avec l’écriture romanesque ; Ulrich von Etzenbach compose un texte aux aspects chevaleresques et courtois, où apparaissent certains traits religieux, alors que Rudolf von Ems prend une certaine distance à l’égard des valeurs courtoises et se rapproche à certains moments de l’historiographie, lui qui est par ailleurs l’auteur d’une Weltchronik. Au xive s., Seifrit pratique une esthétique de la brevitas, partagée par l’auteur du Grosser Alexander, qui met en valeur une dimension didactique et morale, tout comme la Cronica Alexandri des grossen Konigs ; Hartlieb, de son côté, présente son texte comme une chronique. Les auteurs soulignent en conclusion l’influence de l’historiographie sur la tradition alexandrine germanique.

13Les six chapitres suivants, nécessairement plus brefs, traitent des adaptations dans le reste des langues européennes. Dans les adaptations néerlandaises (chapitre X, p. 571-588), Janet van der Meulen montre la place majeure des Alexanders geesten de Jacob van Maerlant (1258-1260), tirées essentiellement de l’Alexandreis et empruntant aussi à des sources diverses, à l’exception du roman français : elles seront réutilisées plusieurs fois par la suite, ainsi que le Miroir historial de Vincent de Beauvais. Paraphrasées en prose, elles deviendront l’Alexander de Groote plusieurs fois imprimé à la fin du XVe s. Alexandre tient aussi une place notable dans le Spiegel historiael et la Rijmbibel de Van Maerlant. Les Vœux du paon (Roman van Cassamus, vers 1310) eurent un succès considérable.

14Les adaptations scandinaves (chapitre XI, dû à Torfi H. Tulinius, p. 589-595) sont représentées par le texte norrois de l’évêque Brandur Jónsson, l’Alexanders saga (avant 1264), issue de l’Alexandreis et la version suédoise du Konung Alexander (après 1375), issu de l’Historia de preliis.

15Présentées par Eloïse Adde-Vomáčka comme une réaction au latin des clercs et à l’allemand des cours royales et seigneuriales, les adaptations tchèques (chap. XII, p. 597-604) sont représentées par l’Alexandreida, œuvre à perspective historique, tirée esentiellement de l’Alexandreis et qui fonde l’octosyllabe tchèque, et l’Historie Alexandra Velikého, traduction de l’Historia de preliis, qui se rattache à un courant moraliste séculier.

16Dans le chapitre XIII, réservé à l’Alexandre russe, Elena Koroleva évoque tout d’abord (p. 605-617) les conditions dans lesquelles se constitue, à partir d’influences qui varient au cours des siècles (grec, puis bulgare, puis serbe) la langue littéraire dans laquelle sont écrits deux textes, sources de plusieurs autres : l’Alexandrie des Chroniques (xiie siècle) et l’Alexandrie de Serbie, tous deux issus du Pseudo-Callisthène, à partir du vieux-serbe pour le second. Une deuxième section (p. 617-632), analyse avec soin le caractère des transformations subies par les deux textes dans leurs nombreuses versions successives jusqu’au xviie siècle. Enfin la troisième section (p. 633-637) met en lumière l’originalité de chacune des deux traditions alexandrines russes. Alors que l’Alexandrie des Chroniques est étroitement apparenté au genre historiographique, l’Alexandre de Serbie offre le premier exemple « de ce qu’on pourrait aujourd’hui qualifier de roman ».

17Les versions arméniennes de l’histoire d’Alexandre, étudiées par Giusto Traina (chapitre XIV, p. 639-647), remontent, pour la première (ve siècle), à la tradition grecque la plus ancienne du Pseudo-Callisthène. Au xiiie s., le texte a été assorti de commentaires poétiques sapientiaux (les kafas) : le xvie voit la multiplication des ces kafas, et une version populaire de type folklorique apparaît au xviie s.

18Clôturant ce vaste panorama, l’étude de Corinne Jouanno sur les mutations grecques tardives du Pseudo-Callisthène (chapitre XV, p. 648-678) traite de trois réécritures tardo- et postbyzantines, le Poème du Marcianus graecus 408, de la Rimada et de la Recension ζ. Les deux premières son écrites en vers politiques, dérivent de versions antiques ou proto-byzantines et font encore d’Alexandre un roi païen, alors que la troisième, écrite en prose, fait du macédonien un serviteur de Dieu. Les trois versions connaissent des influences exogènes, comme celle de la littérature chronographique, du livre de Daniel et surtout des romans de chevalerie de l’époque tardo-byzantine : traits oraux, avec les adresses à l’auditoire, place de l’amour et importance donnée aux personnages féminins, tous éléments particulièrement sensibles dans la Recension ζ. Enfin un texte original, l’Histoire d’Alexandre et de Sémiramis, reine de Syrie, connu par des témoins du xvie s., réécrit complètement l’histoire du conquérant, dont l’histoire se superpose à celle de Salomon et de la reine de Saba.

19On ne peut que louer le haut niveau scientifique et la cohérence du travail représenté par les contributions, agrémentées de citations dans la langue originale, accompagnées de traductions, qui sont réunies dans ce premier volume. Elles présentent de manière approfondie un « univers alexandrin médiéval », avec d’intéressantes problématiques, qui se rattachent notamment à la mise en œuvre, à travers les textes alexandrins « naturalisés », d’une conscience littéraire et linguistique des langues vernaculaires. Un seul petit regret. On aurait aimé que l’introduction générale présente de manière plus précise le contenu des quatre volumes, et que le premier de ceux-ci comporte une table des matières destinée à en faciliter le maniement, les divers index étant naturellement reportés à la fin de l’ensemble des ouvrages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Suard, « La fascination pour Alexandre le Grand dans les littératures européennes (xe-xvie siècle) », Perspectives médiévales [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 22 mars 2017. URL : http://peme.revues.org/11971

Haut de page

Auteur

François Suard

Université Lille III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page