Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Éditions & traductions

Le Roman de Renart

Paris, Honoré Champion, tomes 1 et 2, 2013 et 2015
Roger Bellon
Référence(s) :

Le Roman de Renart, édition bilingue établie, traduite, présentée et annotée par Jean Dufournet, Laurence Harf-Lancner, Marie-Thérèse de Medeiros et Jean Subrenat, Paris, Honoré Champion, « Champion classiques », série « Moyen Âge » 36 et 40), tome 1 (branches I-XI), 960 p., 2013 et tome 2 (branches XII-XX), 732 p., 2015.

Entrées d’index

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Roman de Renard, Roman de Renart, Ysengrimus

Index des médiévaux et anciens :

Guibert de Nogent
Haut de page

Texte intégral

1Cette édition du manuscrit dit de Cangé (Paris, Bibliothèque nationale de France, français 371) du Roman de Renart (désormais abrégé en RdR) constitue un ensemble impressionnant de presque 1700 pages en 2 volumes, pour un total de 22 234 vers répartis en 20 branches. Conformément aux principes de la collection dans laquelle elle publiée, elle comporte, outre l’édition proprement dite, accompagnée d’un choix de variantes, d’un index des noms propres et d’un glossaire, une copieuse introduction de 120 pages et une traduction très largement annotée.

I) Présentation de l’œuvre

2 L’introduction constitue une copieuse et solide introduction littéraire à l’ensemble des textes regroupés sous le nom générique de RdR ; tous les problèmes spécifiques à cette œuvre sont abordés : le RdR est situé par rapport à ses avant-textes (le plus souvent en latin) et à ses Continuations, puis sous le double titre « Renart en son univers » et « Renart en son Roman » sont abordées les thématiques renardiennes ainsi que les structures narratives de base, puis est analysé l’esprit renardien en mettant en avant l’esprit de parodie et de satire. Les éditeurs font ensuite une excellente synthèse sur la tradition manuscrite qui s’achève sur un très utile tableau de concordance de la numérotation des branches dans les principales éditions.

3L’essentiel est fort bien mis en valeur et on se contentera de quelques remarques :

  • 1 Le Roman de Renart, publié par E. Martin, Strasbourg, Trübner ; Paris, Leroux, 1882-1887, tome 1, p (...)
  • 2 L. Foulet, le Roman de Renard, Paris, Champion, 1914, p. 75.
  • 3 E. Martin, Le Roman…, op. cit., tome 1, p. XXVII.

4- au détour d’une note (n. 3, p. 23) les éditeurs rappellent discrètement l’ancienne appellation de « littérature bourgeoise », que l’on retrouve encore dans le Manuel bibliographique de Robert Bossuat paru en 1951 : il vaut mieux parler de conte à rire, même s’il est difficile de classer certaines branches dans le genre narratif bref.
- la spécificité du merveilleux renardien mériterait quelques développements, en particulier ce qu’on appelle le jeu sur la double appartenance et les ruptures d’isotopie, sans retomber dans la formule peu convaincante d’ « anthropomorphisme croissant ». Il conviendrait de mieux analyser comment les auteurs utilisent la nature animale de leurs personnages de deux façons complémentaires : tantôt ils respectent la réalité zoologique, par exemple la différence notable de taille entre le goupil et le loup (à l’origine de la scène du viol de Hersant), tantôt ils jouent sur une sorte de poétique du non-sens en faisant du limaçon le porte-enseigne de l’armée du roi !
- la notion d’ « anthologie » élaborée par Kenneth Varty est très séduisante et apporte des éléments nouveaux, mais il ne faut pas oublier qu’elle fut à ses débuts très critiquée, en raison de son prétendu subjectivisme. Parmi les travaux sur l’organisation des recueils, il faut mentionner ceux d’Ettina Nieboer (« Classes et familles, une tautologie ? Quelques remarques d’ordre méthodologiques à propos de la classification des manuscrits du Roman de Renart », Reinardus 5, 1992, p. 125-142) qui proposent d’affiner le stemma élaboré par Hermann Büttner en distinguant la classe (selon l’ordre de succession des différentes branches pour chaque manuscrit) et la famille (selon le texte retenu pour chaque branche).
- l’édition d’Ernest Martin a une valeur inestimable dans l’histoire de la réception moderne du RdR, mais il ne faudrait pas croire qu’il s’agit de l’édition du manuscrit A : c’est une édition composite par sa source et globalisante par son ambition. Ernest Martin l’affirme clairement : « Mon texte est fondé pour chaque branche sur celui des manuscrits qui paraît se rapprocher le plus de l’original. Ainsi pour la plupart des branches (I à XIV), c’est le ms. A que je reproduis en comblant ses lacunes1 par le ms. D ». Ernest Martin explique ensuite pourquoi il ne suit pas exactement dans son édition l’ordre du ms. A. Mais on remarque que quand il indique qu’un passage « manque dans le ms. A », il n’indique pas clairement s’il s’agit de la perte d’un ou de plusieurs folios ou s’il s’agit d’une coupure opérée par le scribe : ainsi dans la branche II, l’épisode de l’adultère et du viol de Hersant est volontairement oublié par le scribe qui passe directement de la fin de l’épisode de Tiécelin au début de l’épisode du vol des poissons. Ernest Martin va jusqu’à créer de toute pièce une branche, la branche XXIV (« Création et enfances de Renart »), qui n’existe en tant qu’unité indépendante dans aucun manuscrit.
- les travaux de Lucien Foulet sont salués à leur juste valeur, mais ils contiennent une forte part polémique qui en affaiblit parfois la portée : il s’agit de réduire à néant la thèse de Jacob Grimm et celle de Léopold Sudre sur les origines « populaires » du RdR et de démontrer que les textes qui nous sont parvenus sont des originaux et en aucun cas des remaniements d’originaux aujourd’hui perdus. Jean Batany a dénoncé avec humour l’acharnement (qu’il qualifiait de puéril) de Lucien Foulet sur le texte de Guibert de Nogent « corrigé à tort et interprété à faux, [qui] ne nous fournit de renseignements ni sur une ancienne épopée de Renart, ni sur le folklore contemporain »2. La démarche de Lucien Foulet dans son analyse des textes de l’édition Martin aboutit à des résultats parfois déconcertants : c’est ainsi qu’il consacre plus de 20 pages à étudier la branche « Renart médecin » dont il retrouve des avant-textes, mais il expédie la branc « Le duel judiciaire » en deux pages ! Une histoire de la critique renardienne dans la période moderne reste à écrire, ainsi qu’une histoire de la réception du RdR.
- Lucien Foulet utilise abondamment dans sa critique la notion d’imitation et il fustige les imitateurs maladroits et les continuateurs peu doués. Il y a dans son appréciation des textes un a priori jamais vraiment exprimé mais tenace : la branche I représente le sommet de l’art des conteurs de Renart et nous assistons ensuite à une lente et inexorable dégradation ! Ernest Martin ne disait pas autre chose quand il déplorait « les longueurs insipides et les obscénités qui répugnent à tout lecteur » et proposait de restreindre la future édition critique du RdR à « un choix de branches, réunissant tous les contes spirituels et naïfs à la fois, qu’on a loués si souvent et avec tant de raison »3.
- aux concepts réducteurs d’imitation et de continuation, il vaudrait mieux substituer ceux de réécriture et de lecture intertexuelle, concepts autrement plus féconds comme l’a montré l’application faite par Jean Dufournet à la branche XIII « Renart le noir », branche inconnue du ms. de Cangé.
- dans la partie « Renart au xxe siècle », il convient d’ajouter deux films d’animation de qualité fort différente : Le Roman de Renard, long métrage français de marionnettes réalisé par Ladislas et Irène Starewitch, sorti en Allemagne en 1937 et en France en 1941, avec une version restaurée sortie en 2001, et Le Roman de Renart, de Thierry Schiel (2005) : le premier a plutôt « bien vieilli », le second a beaucoup déçu, en partie parce que le scénario est trop influencé par « les ficelles de base » des films de Walt Disney !

II) Édition du texte

  • 4 Ibid. p. VI.
  • 5 M. Roques, Le Roman de Renart, tome 1, p. 110.

5Le scribe du ms. B possède une belle écriture, mais il est peu soigneux et il multiplie les coquilles et/ou les corrections. Ernest Martin notait déjà : « l’écriture du ms. B paraît être d’une seule main, […] elle est très élégante, mais aussi bien fautive »4 et Mario Roques parlait de « corrections indispensables à l’intelligence du texte ou à la régularité du vers »5. Les responsables de la présente édition ont « apporté beaucoup plus de corrections que Mario Roques, et en particulier réparé les lacunes ». On examinera successivement les corrections indispensables à l’intelligence du texte, les difficultés liées à la régularité du vers et enfin la fonction phonétique du tréma.

A) Corrections indispensables à l’intelligence du texte apportées par les éditeurs

1) Faute du même au même

6- Ib 2391-92 Si panse et dist en son corage / que il changera son langage : B porte changera son corage, corr. HL.
- VIII 1035-36 … se vos volez / droit faire, si con vos solez : B porte si con vos volez, corr. LK.
- VIIb 609-10 Serree me vit ou pertuis / si sailli fors par .I. autre huis (B porte pour 610 s’issi fors par .I. pertuis, vers hypométrique, corr. LK).
- IX 175 Le grant chemin laissa (B =* torna, corr. L) a destre / une sente torne a senestre.
- XIX 1751 il l’abatirent tout envers (*de travers, corr. HL) / la corroie ont pris de travers.

2) Faute portant sur une lettre

7- XX 2583 cheval (/un val) (leçon du ms. *cheva, correction faite, comme les suivantes, sans référence à une leçon).
- XIII 609 n’a son per (*pper).
- X 1117 qui le metroit quire or endroit ((*quiere, br. X absente dans K, passage manquant dans L).
- X 1361 ou par usure (*pa usure).
- XVII 349 R. ne fu mie a sejor (*ne fu mic).
- Ib 2834 de mauvés plait (/ fait) (*plit, correction faite, comme les suivantes, par l’éditeur selon une leçon existante ailleurs, ici corr. L).
- VIIb 554 Or cuit qu’Isangrins tenra cort (*qusengrins, corr.LK).
- VIIb 1164 et se je fail, si m’amandez (*si me mandez, corr. LK).
- VIII Ou palés s’en entrent adés (*Ou plés s’en entrent adés, corr. LK).
- VIII 423 bien savoit taire et bien parler (*traire, corr. L).
- XIV 291 de morir (/ venir, *moril, corr. L).
- XVIII 556 mais pran confort (*confor, corr. HL).
- XVIII 87 riche d’avoir (*avor, corr. HL).
- XX 1617 outrageus (*outageus, corr.L).
- Plusieurs corrections restent à faire, avec ou sans appui sur un des ms. de contrôle, pour la simple intelligence du texte.
- I 1264 Mes ce vodroie ge savoir (*vodroi, vers hypométrique).
- X 502 car je li fis croire et antandre (*crore, pas de leçon mentionnée).
- XI 989 qant vos me dontes cestui (*cestu, à la rime avec annui).
- IX 275 errerent (*errierent, leçon de C errerent).
- Ia 1857 et ja estoit l’aube crevee (*abe, leçon isolée de B).
- Ib 2519 chiés un vilain (*vilaint).
- VIIb 793 De sa fame vos redirons (*de sa faame leçon de B, vers hypermétrique).
- XIX 781 toutes voies conment qu’il tort (*toutes vois, 7 syll., corr. L toutes voies).
- XX, 3105 il fist par mi le cors glacier (*pami le cors, corr. H, mais il faut aussi corriger au v. 3094 *pami .I. essart).

8Ces corrections conduisent à se poser la question : faut-il vraiment harmoniser la graphie et corriger ferrir (XX 1607) face à ferir (XX 1610), col (IIIa 414, « chou » c’est la leçon de B) en chol (leçon de L) à cause des leçons chol et chous de B (IIIa 663 et 669) ? Faut-il conserver X 7 c’est la vroie et X 8 l’estoire a vraie (aucune ambiguïté de lecture) ?

3) Oubli réparé de la barre de nasalisation

9- I 359 Quant revinrent de paumoison (*revirent, corr. HL).
- VIIa 525 ne vos en pöez escondire (*escodire, corr. KL).
- X 109 or puisse li vilains (*li vilais).
- X 2179 a tiex poucins fait bon antandre (*atandre, corr. leçon de C, passage manquant dans L).
- XVI 148 antor le jardin (jardi, corr. KL).
- XX 114 granmant (*gramant, corr. H).
Il faut corriger le v. 337 de la br.XI : le ms. porte ronci et il n’y a pas de variante dans l’apparat critique, mais la rime avec Malvoisin impose la correction en roncin.

4) Correction sur un mot entier ou un ordre des mots « incongru »

10- I 297 *devant Renart et le roi plaindre : corr. HL devant le roi de Renart plaindre.
- Ib 2945 et des autres i ot grant *foule (rime avec note) : corr. HL grant flote.
- VI 119 Patou li *rous (/ jorz) : corr. L Patou li ors.
- XI 122 je t’ai veü *charrue prendre : corr. A charité.
- XX 420 Et cil vienent a esperon / au plus que il porent venir / einz ne s’en vodrent *revenir ; revenir est une coquille manifeste : faut-il préférer la leçon de H retenir (rime riche, choix de l’éditeur) celle de L alantir (choix de M. Roques) ?

5) Correction grammaticale

11- VIII 1340 selonc les pechiez qu’il a faiz (*ai, corr. C).
- IX 262 lors ne durras nes en l’onbre (*duras, pas de source de corr. citée, futur simple de durer).
- IX 6, Tant avoit de l’autrui eü (*autrui eüt, corr. L).
- VIII 396 contenir l’estuet (*estut, corr. LK pour la rime avec puet).
- XX 1599 qui vient vers lui sanz atargier (*sant atargier, corr. H).
- Ib 2856 le ms. donne saluent lon si con il durent ; l’éditeur corrige par HL salué l’on si con il durent mais pourquoi maintenir l’on, qu’il faudrait corriger en l’ont.
- Le lecteur se pose toujours la même question : faut-il aller jusqu’au bout de l’harmonisation des formes grammaticales (correction faite sur la forme la plus fréquente ou sur la forme la plus proche) ?
- VIIb 884 ses chiens avoit fait afaitier / ou bois n’avoi sentier ne triege ; faut-il garder avoi qui est probablement une coquille du scribe ?
- VIIb 955 la noise alast si engringnant : alast est incompréhensible, Mario Roques corrige en ala mais omet de signaler qu’il s’agit de la leçon de C et de A.
- IX 115 je les tuaie en traïson : faut-il garder tuaie ? Le a est indiscutable mais c’est peut-être une coquille du scribe (leçon de C tuoie), cf. aux v. 113 et 116 menjoie et au v. 114 trovoie.
- X 826 del costel es costez le poinz : faut-il garder poinz (fautif pour un IP3) ou corriger en point, satisfaisant pour la rime avec ne l’espargne point ?

6) Correction non faite par l’éditeur mais choix discutable

12- I 421 Sire, fait Bruns, vostre merci (/ saisir) : vostre merci est une leçon isolée de B et la leçon de L est préférable pour le sens et pour la rime : vostre plaisir.
- I 311 Qant li rois ot mengié assez / et de plaidier estoit lassez : la correction de mengié en jugié (C) n’est pas vraiment indispensable.
- Ib 2789 De lui ne sai que reprandre / vers li n’ose .I. sol mot randre : le texte de B doit être corrigé pour sai en sait (leçon de H), ce que fait Mario Roques mais faut-il aller plus loin et éditer le couplet de H : de lui ne set mes que respondre / cils n’ose vers li un mot grondre ?
- IX 182 [Belin le bêlier] tant ot mangié que las estoit : L et bcd donnent tant avoit luit (lutter au sens de « saillir les brebis »), plus cohérent, mais la correction n’est pas impérative.
- VIIb 374 ainz ne fina d’esperonner / jusqu’à l’entree d’un val crues, / qant il i vint si entra lues. H donne pour le v. 375 une leçon plus satisfaisante : trusqu’a son castel de Val Crues (cf. v.386 li chastiaus)
- XX 648 la pane est bone de saison : le terme pane est assez rare et de plus la consultation du volume des variantes de Martin montre que pane est une leçon isolée de B, de même que l’absence de et. Faut-il pour cela éditer le texte de HL : la piax est bone et de saison ?

7) Correction non faite mais indispensable

13- I 424 et li rois son conmandement : ce vers n’a pas vraiment de sens. Mario Roques corrige son en au (leçon de I recopiée sur le ms. B par une main plus tardive) mais L donne el conmencement, leçon à retenir.
- I 1495 onques nus d’aus ne s’aresta : leçon isolée de B (trad. erronée : « aucun membre de l’assistance ne l’arrêta »), à corriger selon HL : onques nul d’aus ne salua / dedanz son cuer les desfïa.
- Ia 1866 et prejujié larron praiez : texte de B maintenu mais la forme praiez a disparu du glossaire (pour Mario Roques praiez « saisissez », sans plus d’explication). C’est L qui donne la bonne leçon : et cest malvais larron prenez, avec un déterminant démonstratif à la valeur déictique évidente.
- Ib 2755 ses braz estraint, ses braz detort : répétition plus que suspecte. L offre une leçon qui maintient les 2 verbes : ses poinz estraint, ses mains detort.
- Ib 2865 par foi que doie saint Tomas : le SP doie est inepte et L donne la bonne leçon : foi que je doi saint Tomas.
- VIIb 470 la fouse a petite entree / mais ele est de lonc auques graignor : H remplace de lonc par dedanz, ce qui donne une leçon satisfaisante : « le terrier est étroit à l’entrée, mais il s’élargit à l’intérieur ».
- VIIb 1065 li singins : leçon isolée de B, correction selon KL li singes.
- VIIb 1307 la tingre : leçon isolée de B, on peut admettre la graphie -ing- pour [ig], mais il faut corriger l’article d’après L (li tigre i vint).
- VIIb 1152 : il faut corriger *agencie en agenciee pour la rime avec commenciee.
- VIIb 1216 droit a Mailcrués : il faut corriger *mailcrués en malcrués (leçon de C). D’ailleurs la lecture -il- n’est pas absolument certaine et on pourrait lire un i corrigé ensuite pour devenir le premier jambage de u : on pourrait alors lire Maucrués, toponyme jumeau de Maupertuis !
- IX 377 le texte édité A tant se sont mis en la place (correction non signalée de a tant s’est mis en la place) n’est pas très cohérent ; la meilleure leçon semble celle de L : li lou se sont mis a la trace, mais faut-il corriger lou en leu, graphie unique de B ?
- X 73 je voroie que ors et leus / vos eüsent ore avec eus / cel peliçon : le texte (on est au cœur du drame : Liétart prononce les paroles de malédiction sur son bœuf) est incohérent (vos n’a aucune fonction grammaticale) : la meilleure leçon, pour la cohérence et la rime, est celle de O = je voudroie que leus et ours / vos venissent trere a rebours / cel peliçon.
- X 1802 le ms. B donne qide ce tu que je croie mieuz et la correction est insuffisante (quides ce que), il faut adopter la leçon de C : qides tu que.
- XIV 600 mais n’ai mes covré de vostre estre. On est au premier vers de la première colonne d’un nouveau folio (folio 127a, donc circonstance favorisant les bourdes de copie) et la répétition mais /mes est en elle-même suspecte ! Mais on peut aussi lire mes coure de et considérer que la seule faute est d’avoir oublié d’exponctuer le o. On est tout proche de L : mais n’ai plus cure de votre estre.
- XVII 103 por ce que tu mes niers estoies : *niers = coquille du scribe à corriger par niez (C, pas de texte de contrôle dans L).
- XVII 156 Son oncle regarde, si li dit / « oncels, dist il … : *oncels = coquille du scribe à corriger par oncle (C, pas de texte de contrôle dans L).
- XVIII 339 Fil a putain, traïtres sers / que par les os et par les nerres : une correction est indispensable avec HL (et A) : Fil a putain, traïtres laires / que par les os et par les ners ; cf. v.210 et jure les ous et les ners (/ de travers).
- XIX, 521 : le ms. B donne sire ne creez pas / mais alez belement le pas. Creez est une coquille manifeste, mais l’éditeur donne ne cremez pas, tout en indiquant « creez B, corr. HL qui donnent dotez » ; cremez est en réalité la leçon choisie par Martin, mais elle n’est pas supérieure pour le sens à dotez.
- XX 893 qu’il n’en cherront de cest mois / li oissel quar il sont cortois : cette leçon isolée, à un changement de colonne, est inepte. La bonne leçon est en H : le v. 893 est qu’il ne cherront de cest mal ; le copiste de B transforme le v. 894 pour la rime, mais l’original est : Droins regarda contreval.
- XX 1087 qui mout estre eure cheminoit (« qui cheminait à une heure inhabituelle ») : L donne une leçon plus satisfaisante : qui tot belement cheminoit, tout comme H : qui molt bon eure cheminoit.

14Malgré toutes ces corrections certains passages restent obscurs et on citera seulement :

15- I 640 Ahi ! com vos conduirïez… L’allusion à Saint-Gilles et la mention des poires moles n’est pas claire.
- VIIb 1105-07 ms. bien lisible mais texte pas clair : le passage est attribué dans B au singe et dans d’autres ms. au sanglier et les ms. de contrôle n’offrent aucune leçon satisfaisante.
- VIIb 1658 B donne de plusors sauz out il fait mainz (texte édité par Mario Roques, qui glose sauz « mauvais tours ») ; l’éditeur corrige selon L plus grant tooul out il fait mainz ; K donne si fais desrois a il fait main. La correction n’est guère convaincante.

B) Corrections pour la mesure du vers

16Pour un nombre important de vers, la régularité métrique n’est pas évidente à la lecture du ms. et les éditeurs du ms. B ont été confrontés à 2 problèmes : le cas des vers hypermétriques (9 syllabes) et le cas des vers hypométriques (7 syllabes).

1) Vers hypermétriques (9 syllabes)

17a) Pour un certain nombre de ces vers il faut pratiquer l’élision du -e- central final d’un monosyllabe grammatical devant un mot à initiale vocalique, et pour plus de clarté il conviendrait d’éditer ce -e- entre parenthèses :

18- I 778 li cuers li dist que il avra honte (9 syllabes, que écrit en toutes lettres dans le ms.) : il serait plus clair d’éditer li cuers li dist qu(e) il avra honte, cf. VIII 1150 que il le gart d’afolement, le que, même écrit en abrégé dans le ms., compte pour une syllabe entière et son -e- final ne s’élide pas devant il.
- Ib 2766 que ai ge a faire plus de lui (9 syllabes, que abrégé en q + barre horizontale au dessus) : éditer qu(e) ai ge a faire.
- III 88 quel que el ert, si l’aprivoisoient (que abrégé en q + barre horizontale au dessus) : éditer quel qu(e) el ert.
- VIII 1141 Einz que Isangrin part de l’asaut (que écrit en toutes lettres) : éditer einz qu(e) Isangrin.
- IX 254 ne de aler en pelerinage : éditer ne d(e) aler.
- X 126 que je ai fort et charnue et plate : éditer que j(e) ai fort.
- X 763 por ce est si main la chose emprise : éditer por c(e) est.
- X 1365 ce est li plus honorez del monde : éditer c(e) est li).
- XI 45 que trop par me avras hui grevé : éditer que trop par m(e) avras hui grevé ou adopter la leçon de L qui omet le premier mot : trop part me avras h.g.
- XI 904 ne ai ge autressi bien chanté : éditer n(e) ai ge autressi bien chanté.
- XIII 616 qant vit que overte fu la porte (que écrit en toutes lettres) : éditer vit qu(e) overte fu.
- XIV 377 mais je en oï Isangrin plaindre : éditer mais j(e) en oï Isangrin plaindre.
- XIX 803 por ce aloient ensi serré : éditer por c(e) aloient ensi serré.
- XX 2877 mes metez le en vostre prison : éditer metez l(e) en vostre prison.
- XX 1110 mes ce que en haut monter l’estuet (que écrit en toutes lettres dans B) : éditer mes ce qu(e) en haut monter l’estuet.

19On peut contester une correction de l’éditeur en pratiquant l’élision du -e- de monosyllabe : XIII 4 por ce est fous qui done a perte ; le texte donné par le ms. B est por ce est cil fous qui done a perte, soit 9 syllabes, d’où la correction de l’éditeur selon L. Mais on peut aussi éditer : por c(e) est cil fous qui done a perte, ce qui rend inutile la correction.

20b) pour d’autres vers la juste mesure du vers ne peut être obtenue que par une correction et c’est ainsi que les éditeurs corrigent :

21- III 80 ses deus bestes ne pueent vivre : leçon de B ne pooient donc 9 syllabes, corr. L.
- VII 8 que les genz n’ont gaires usé : leçon de B n’orent donc 9 syllabes, d’où corr. LK, mais il fallait aller plus loin et corriger le dernier mot du vers usé (rime pauvre avec planté) par la leçon de K anté, qui offre une rime plus riche et un sens plus satisfaisant.
- IX 46 s’en dut ma geule estre pendue : leçon de B s’en dut estre ma geule pendu, corr. fragments bd.
- IX 149 si ai fait autres felonies : leçon de B assez ai fait autres felonies, corr. L et bc.
- XIV 471 dom el feroit tenter sa ploie : leçon de B dom ele feroit (9 syllabes), corr. L.

22c) Mais il reste un nombre important de vers hypermétriques (9 syllabes) qu’il convient de corriger :

  • 6 Cf. aussi pour la branche XX les v. 483, 598, 2165 et 2870.

23- I 503 il avoit ja garnie sa fouse : 9 syllabes, correction souhaitable par la leçon de LK garnie avoit mout bien sa fosse.
- I 794 aussi com vos venisiez de Rome : 9 syllabes, correction par la leçon de LK con se tu venoies de Rome (après com il y a un t barré dans B).
- I 897 quan la fame a veüe la perte : 9 syllabes, correction par la leçon de L : quant sa fame vit la grant perte.
- Ib 2761 or ai ge perdue toute joie : 9 syllabes, correction par la leçon de L quant j’ai perdu tote ma joie ou par H or ai perdue toute joie.
- III 143 Cil .IIII. furent bien asanblé : pas de texte de contrôle. Mario Roques corrige pour la mesure du vers furent en sont.
- IIIa 795 volent mais ele n’entra pas anz : 9 syllabes, correction par la leçon de L volent mais el n’entra pas anz.
- VIIa 204 ai eschivee ceste gesine : Mario Roques corrige en eschivé mais sans référence. C’est la leçon de A et de C (vostre gesine).
- VIIb 1038 nos avons oïe la conplainte : 9 syllabes, correction par la leçon de L nos avons oï (oïe = leçon isolée de B et H).
- VIIb 1687 qui Tibert ot batue la pel : corr. LK ot batu la pel.
- VIII 205 Mis sires a perdue la joie : corr. L a perdu ou corr. K mesire a perdue.
- VIII 217 Mis sires a perdu hardement : corr. K mesire a perdu hardement.
- VIII 355 mais bien ai oïe la querele : corr. L mais bien ai oï.
- VIII 1147 qant sa teste a veüe saignier : pas de variante LK, mais leçon de C a veü saignier.
- IX 243 et Diex te beneïe, dist il : 9 syllabes, 2 corrections possibles : leçon de C Diex te beneïe, dist il ou maintien de B sans tréma et Diex te beneie, dist il (c’est le texte édité par Mario Roques).
- IX 410 si en orent perdue la trace : 9 syllabes, corr. L si en ont perdue la trace.
- X 1688 si durement que li sans en saut : pas de variante LK, mais leçon de C si forment que.
- XVII 395 dom il li ot donee la hart : 9 syllabes, corr. L dom il li ot donné la hart. 
- XVIII 1124 sire, foi que je doi ma moiller : corr. L foi que doi.
- XIX 1533-34 bien le cuida adomagier / par ses paroles et domagier. Mario Roques corrige le v.1534 : par sa parole et soi vangier. Il faut noter que et soi vangier est leçon de L (dans B erreur du même au même) mais sa parole ne figure dans aucun ms.
- XX 1074 vos avrez a mangier brieemant : 9 syllabes, il faut corriger brieemant en briemant.
- XX 2130 Chantecler fiert si de maintenant : corr. LH Ch. fiert si durement6.

2) vers hypométriques (7 syllabes)

24a) Pour certains vers la bonne mesure est obtenue par une correction opérée par l’éditeur et on se contentera de citer :

25- I 1406 aus barons plaist mout icest plait (B *plaist icest plait, corr. H).
- IX 122 mais ainz que passast li tierz jor ( B *passast tierz jorz, corr. L).
- XI 648 Conment ? I irai ge a pié ? (B Conment ? *irai ge a pié , pas de référence à une leçon attestée).
- XIV 638 qui por moi ores engingnier (B por moi *ore engingnier, corr. L).
- XX 2309 si que nus hom ne l’aparçut (B si que nus ne l’aparçut, corr. H).

26b) La correction pour obtenir la bonne mesure du vers reste à faire pour :

27- I 1505 mout devroit estre haitiez : 7 syllabes, correction par la leçon de L mout par devroit estre haitiez.
- VIII 609 c’est chose bien conneüe : 7 syllabes, corr. C ce est chose.
- XIX 644-45 Malement li est avenu / malement gient et baaille : 7 syllabes pour le v. 645, corr. L mout durement gient (la répétition de malement est suspecte).
- XIX 1715 par mes iauz, dist il, danz leus : 7 syllabes, corr. L sire leus.

  • 7 F. Vieillard et O. Guyotjeannin, Conseils pour l’édition des textes médiévaux, fasc. 1 : Conseils g (...)

28c) Mais pour de nombreux vers on peut garder le texte de B en conservant dans la prononciation un -e central final qui normalement s’élide quand il est placé devant un mot à initiale vocalique : par souci de clarté, les éditeurs placent un tréma7 sur ce central final qui ne s’élide pas devant un mot à initiale vocalique :

29- III 266 qui j’en donassë une piece.
- IV 89 la facë a esgratinee.
- VIIb 1468 Et Bruns manjuë et goulaie.
- XIII 400 et vers la portë en ala.
- XIII 483 je ne la savroië ou querre.
- XX 48 si regardë et voit venant (cf. H si se regarde).
- XX 528 de lui et grant painë i mestent.
- XX 2151 toz plains d’irë et esmeü.
- XX 3091 qant qu’il pot trairë au destrier (au est la leçon isolée de B, la leçon de famille alpha – traire del destrier – est plus satisfaisante).

30d) Il convient donc de corriger les vers suivants par ajout d’un tréma, dans un souci de clarté pour le lecteur, sur un -e central final qui ne s’élide pas devant un mot à initiale vocalique, même si dans certains cas une correction peut éviter l’ajout du tréma :

  • 8 Cf. aussi pour la branche Ib les v. 2922, 2950, 3002, 3067, 3076 et 3103.
  • 9 Cf. aussi pour la branche VIIb les v. 1518, 1603,1606 et 1711.
  • 10 Cf. aussi pour la branche VIII les v. 242, 383, 496, 652, 754, 859, 899, 905, 1192, 1220 et 1304.
  • 11 Cf. aussi pour la brancheX les v. 796, 838, 877, 995, 1001, 1148, 1314, 1354, 1391, 1445, 1595, 167 (...)
  • 12 Cf. aussi pour la branche XI les v. 525, 698, 990, 1040, 1059, 1061 et 1332.
  • 13 Cf. aussi pour la branche XX les v. 2651, 2808 et 3136.

31- I 14 et la rosë espannissoit, ou correction par la leçon de L et que la rose espannissoit (avec interversion des v.13-14).
- I 107 et espandrë et bien semer, ou corr. H et bien espandre.
- I 280 et la terrë aseüree, ou corr. L dont la terre est esseüree.
- I 986 si li gietë au col les braz, ou corr. L au col li met andous les braz.
- I 1477 mais coument que il doië estre, la leçon HL ne change rien : mais coument qu’il en doië estre.
- I 1569 qu’il enmainë en sa prison, ou corr. CM que il enmaine en sa prison.
- I 1660 qui mout l’aimë et chier le tient, ou corr.H qui mout l’amoit et chier le tint / vint.
- Ib 2283 et si m’atornë en tel guise , ou corr. L et si m’atorne en itel guise.
- Ib 2365 ta tainturë est bien prenant, ou corr. C ta tainture est mout bien prenant.
- Ib 2401 d’estrange terrë est venue, ou corr. H d’estranges terres8.
- II 65 par encostë unes avaines, ou corr. L par decoste d’unes avoinnes.
- IIIa 471 por le songë est tressailliz, ou corr. L por le songe est si esbaïz.
- IIIa 1150 ne fait mië ore a retraire, ou corr. autres ms. ne fait ore mie a retraire.
- IIIa 592 si comence a sommeillier, (7 syllabes) : il faut éditer si comencë a agaitier (corr. par L pour le sens) ou adopter une seconde correction de L : si comença a sommeillier.
- VII 53 du plus jaunë et du plus tendre, ou corr. A et du plus jaune et.
- VII 122 Miaux li vausist estrë en haut , ou corr. ou corr. H mais miauz li vausist estre.
- VII a 167 por enquerrë et por savoir, ou corr. K et por enquerre.
- VIIb la ou la pressë estoit mandre, ou corr. K par la u la presse.
- VIIb 1006 retenuz fusë a bien po, ou corr. KL retenuz i fuse9.
- VIII 7001 ne porroië avoir retrait, ou corr. L et C ne porroie hui avoir retrait.
- VIII 43 Fortune tornë as hardiz, ou corr. C secort les h.
- VIII 15 Tuit font grant joië ou palais, ou corr. K trestuit font g. joie.
- VIII 223 de ceste chosë a fait plaintes.
- VIII 226 au chainnë ou le fist enbatre, ou corr. C chainne ou il le fist10.
- X 230 ses bues arestë en l’aree.
- X 384 s’or me blasmë et se m’an chose.
- X 550-23 dou duel dirë et de l’apans.
- X 707 qant plus oroillë et escoute, ou corr. L et con plus oroille.
- X 784 Ileuc se couchë et estant11.
- XI 2 qui bien doit estrë en mirmoire, ou corr. L qui molt bien doit estre en mimoire.
- XI 112 n’iestes mië encor lassez, ou corr. L n’iestes vos mie.
- XI 423 Et fabula ? Icë est « fable ».
- XI 470 Si s’en retornë en plorant, ou corr. L si s’en est retornez plorant.
- XI 501 de livres portë il planté, ou corr. L de livres porte grant planté12.
- XIII 443 la fousë est grande et parfonde.
- XIII 639 se je la hurë i laissoie.
- XIII 690 ne valent mië .I. boston, ou corr. CL mie .III. boston.
- XIII 715 sanz plus mestrë et riens oster, ou corr. L sanz plus metre, sanz riens oster.
- XIV 59 que selonc l’euvrë et le tens, ou corr. H que selonc le lieu et le tens.
- XIV 346 por ce ne m’i osë enbatre, ou corr. H por ce ne m’os en ordre enbatre.
- XIV 430 qui est de mallë et de fumele.
- XIV 472 en leu de tentë et de noie.
- XIV 502 Hersant poilë et Hersant tont, ou corr. L Hersent escorche, Hersent tont.
- XIV 647 si trovai .IIII. escoufliaus (quatrë).
- XVII 256 de l’erbë et des rains foilluz, ou corr. C de l’herbe et des rainsiaus foilluz.
- XVIII 595 et a batrë et vint volant, ou corr. H et a batre et s’en va volant.
- XVIII 703 ses deüsë engingnier touz, ou corr. H si les deüse.
- XVIII 837 jusque l’amë ou cors me soit.
- XVIII 1054 qu’il se jeuë et cort et saut, ou corr. L quar il se jeue et cort et saut.
- XVIII 1250 Nobles crolë un pou la teste, ou corr. L Nobles crole un petit la teste.
- XVIII 1292 qui est et tandrë et de lait.
- XIX 866 tant ai de l’afairë apris, ou corr. HL tant ai ge de l’afaire apris.
- XIX 1716 mout estes orë outrageus, ou corr. L bien voi vos iestes ostragous.
- XX 1596 lors vousist estrë a Choisi, ou corr. L adonc vousist estre a Choisi.
- XX 340 qant il truevë emi le bois ou corr. H qant trové a emi le bois.
- XX 630 mout ot le vis palë et pers ou corr. HL mout ot le vis et pale et pers. 
- XX 1313 et le sachë et tire et mort.
- XX 1933 qui est de porprë et de soie, ou corr. HL qui est toute pure de soie13.

32e) Lorsque le -e final est placé à une pause importante du vers devant un mot à initiale vocalique , la question de la nécessité d’un tréma se pose et on peut considérer que celui-ci n’est pas indispensable pour que ce -e final échappe à l’élision et compte comme une syllabe :

33- I 270 or dont, dit Noble, au dëauble (ou dit Noblë ?).
- II 347 Renart, biau frere, ou vas tu ?
- VIIa 535 c’est outre ; a el entendez.
- XI 424 alez, dant prestre, au deable !
- XIX Sire, a aler m’en desir,
- XIX 1879 si le baise et si l’acole.
- X 1404 Biau sire, or me dites donques.
- X 1279 a moi nuire, a moi grever.

C) Fonction phonétique du tréma

34Le tréma sert à marquer la diérèse et on distinguera pour la clarté le cas des verbes de celui des substantifs, adjectifs et adverbes.

1) Substantifs, adjectifs et adverbes

35Le tréma est utilisé pour distinguer le terme monosyllabique chiens (cf. VIIb 1289) du terme dissyllabique lïens (cf. VIIb 1290) : se par reliques ou par chiens / ne puet cheïr en nos lïens. On peut distinguer plusieurs séries :

36a) Adjectifs en -ieus(e) ou -ios(e) : le tréma est nécessaire pour marquer que la finale en -ïeus(e) est dissyllabique : anvïous X 2197, anuïous X 2198, religïous XI 906 et 1226 ; il faut donc lire : Ib 2276 qui mout fu precïeuse et chiere (precïeuse : 3 syllabes + -e central final) ; precïeus Ib 2282, glorïous II 394, religïeus (4 syllabes), XI 124 et religïous Ib 3239.

37Une occurrence pose problème : XIX 1384 qui mout sont precieuses et chieres : la mesure du vers est juste si on considère que precieuses (sans tréma, donc sans diérèse) compte pour 3 syllabes, mais si on veut aligner la prononciation de precieuses sur la prononciation la plus courante des adjectifs de ce type, il faut adopter la leçon de LH et C : qui sont precïeuses et chieres. 

38Mais un adjectif comme mortieus XIII 298 (forme dialectale de morteus, cas sujet singulier au masculin de mortel, donc 2 syllabes) ne doit pas porter de tréma, la séquence graphique -ieu- notant une seule syllabe (simplification d’une ancienne triphtongue).

39b) Les substantifs en -ïon : la finale de ces mots est dissyllabique, donc ces termes (tous féminins, sauf cïon XVIII 1464) portent obligatoirement un tréma : XVII 328 mais fai moi or confaissïon (4 syllabes) ; XI 166 Tibert, par ta confessïon (4 syllabes). Il convient alors de lire : aflicïons VIII 1098 (4 syllabes), dannacïon XIV 322, estacïons VIII 1428, escorpïon XX 2072, 2096 et 2105 (« scorpion »), escrepïon Ia 1908 (« instrument de torture »), passïon XII 134 et XIV 640, et temptacïons VIII 1427 ; bien entendu il faut corriger en lïon les quelques formes dépourvues de tréma (IX 43, VIII 1, cf. I 7 en la cort Noble le lïon).

40c) Finale en - ïen : sauf pour quelques mots comme chien, cette finale est dissyllabique : crestïen IX 88 et XIX 790 (et crestïenté XIX 1125, XVIII 544), encïen XIX 789, fisicïen XIX 1506 ; et il faut lire rectoriëns VIII 482 (cf. rectorïens VII b 1153), darrïen (3 syllabes) VIII 1435 (cf. darïen XIX 937), Troïen (3 syllabes) VIII 1311 (3 syllabes : Einz Troïen n’orent tel joie) et lïens VIII 481 (cf. lïens VIII 1488 et X 1079).

41d) Il faut harmoniser l’usage du tréma : on a vezïé ((3 syllabes, IIIa 595 : et vezïez a grant merveille) et vezïez (3 syllabes, X 1077, XI 998, XVIII 929). Il faut donc lire vezïé (IIIa 1032 : encontre vezïé recuit) et vezïez (VIIb 557 : car mout ert vezïez et sages). Il faut également modifier la graphie dans le glossaire.

42Le terme vïande étant dissyllabique (VIIb 840 restoremant de sa vïande), il faut donc lire : et Hersant por prandre vïande (IX 300b) et et la vïande descreüe (XIII 150) ; de même il faut lire marïage (VIIb 589, 3 syllabes + -e central final) et crïasture (3 syllabes + -e) I 1455 ; en revanche pour viaire (2 syllabes + -e final) le tréma n’est pas indispensable : et li viaires li nerci (I, 1025) et aussi VIII 88, XIX 543.

43Pour seel (I 955) ou sael (« sceau » I 1006, « seau » II 340 et XII 389), vael (XI 285 et XVIII 913) ou veel (XVIII 1239), fael (IX 215) et chael (I 1005 et IIIa 847) termes tous dissyllabiques, le tréma n’est pas nécessaire pour marquer la diérèse (il faut lire seel XII 418). Mais quand ces termes sont pourvus d’un -s morphologique, le tréma devient obligatoire pour ne pas faire de la séquence graphique -iaus ou -eaus une lecture en une seule syllabe : sëaus (2 syllabes, « seaux ») II 385, XII 409 et XII 412, vëaus XI 894 (2 syllabes). De même il faut lire ne vos garra de mes chëaux (I 1548, chëaux = 2 syllabes) cependant que chaiaus (IIIb 1346) se prononce en 2 syllabes sans l’aide d’un tréma.

44Le terme diable compte en FM 1 syllabe + -e caduc final, mais en ancien français il compte toujours 2 syllabes + -e central). Cependant la multiplicité des graphies du scribe oblige à la prudence. La graphie dïable (XVII 315) marque bien le caractère dissyllabique, mais il faut lire dëauble (texte édité de XX 1324) en I 270, II 355, IV 113 et 130, XI 99, XVIII 201 et 1043 et XIX 299, et dëaublie en XIV 64. De même il faut lire dïauble (XI 1249 et XX 1132) en VIIa 163 et XX 339. Quant aux formes de graphie complexe deable (Ib 2632…), deablie (I 940 et 1601, Ia 1843), doiable (Ib 2550, VIIa 269…), daiable (I 1160), daiaubles (IIIa 1319…) et daaublie (VIIa 508), le tréma n’est pas utile.

45e) Adverbes en -ment : il faut toujours se référer à la forme adjectivale correspondante : pas de problème pour hardïement (4 syllabes) X 1950, XI 1257 et XX 2078 et il faut corriger *hardiement de VIIa 257. Pour menuëment (4 syllabes, VIII 1256 et VIIb 1692), il vaudrait mieux éditer menüement et lire menüement en XIX 1100. Voirement (XX 2349), priveement (Ia 2008), irieement (4 syllabes, XX 330, 2156 et 3072) et lieement (XX 761 et 1913) sont des formes régulièrement graphiées, comme les formes dites picardes irïement (XIX 982 et 739) et lïement (Ib 3243). Quant à briement (VIIb 1030 li sanglers li respont briement, donc 2 syllabes, et aussi XX 842, I 799 et Ib 2931), le tréma est inutile puisque la séquence graphique -ie- note l’ancienne diphtongue réduite à une semi-consonne suivie de la voyelle tonique.

46f) La transcription du phonème [œ] créé par la simplification d’une diphtongue issue du [o] ouvert tonique libre du latin.C’est pour la transcription du résultat du [o] ouvert tonique libre du latin que les scribes ont le plus hésité et que les éditeurs n’ont pas toujours bien harmonisé leurs pratiques : pour le bœuf du français moderne, s’il n’y a qu’une forme graphique pour la forme sans -s (buef, X 99, XVI 716…), on rencontre pour la forme avec accident phonétique dû à la présence du -s deux formes différentes : bues dans toute la br. X (37 .VIII. bues a sa charue avoit, 54…) et bués dans les autres branches (XVI 95 si con de vaches et de bués). Pour l’œuf du français moderne, le scribe a joué de l’élasticité de la graphie : pour la forme sans -s on trouve seulement oef (IX 228 cist siecles ne vaut pas .I. oef et XIV 640 .I. traïtre qui por un oef), mais pour la forme avec -s on a 4 graphies attestées :

47- oes : et Pinte qui pont les oes gros (I 300),
- oués : ou ele avoit repout ses oués (IIIa 730, à la rime avec chesne crués),
- ués : de berbiz et de lait et d’ués (XVI 96, à la rime avec bués),
- eus : cele qui les gros eus ponoit (IIIa 398, et IX 303).

48Si la graphie oe pour noter [œ] fermé ne pose pas de problème pour oef, elle est plus problématique pour oes, qu’on pourrait confondre avec la graphie de [o] + -e central final dans un mot comme oes (« oies »), attestée en VIIb 1420 et X 2206 : oes, chapons, coc blanc ne noir, et la graphie oés serait plus limpide. De même la graphie ue de bues et de crues (X 447 et 450, et aussi XI 176) gagnerait en clarté à être remplacée par , graphie de toutes les autres branches.

49Mais à partir du moment où la graphie ue transcrit [œ] (cf. aussi uevre XIV 341, 1 syllabe + -e central final), les éditeurs utilisent à juste titre un tréma quand ue transcrit la séquence [ü] en hiatus devant un -e- central interne : hüerie X 572 (3 syllabes + -e central final) et druërie XIV 215.Il faut lire aussi dou püent rous (I 1399) et saintüere (4 syllabes) en VIIb 1282 et XIX 482 (cf. saintuaire XIX 929) et jüedi (3 syllabes, IX 203).

50La graphie eu pour transcrire [œ] est attestée quoique plus rarement, cf. neuve (VIIa 252) ou euvre (VIIb 522). On la rencontre 4 fois (VIIb 491, 1626 et 1666, I 1252) pour veue [œ] + -e central final et bien entendu le tréma est obligatoire pour noter -e- central + [ü] en hiatus : veüe participe passé au féminin singulier de veoir, seür (2 syllabes) XVIII 694 ou seürté (3 syllabes) I 570.

51De la même façon, du moment que oe en position interne sert à noter [œ], il convient, pour noter la voyelle [o] en hiatus devant un -e- central interne ou une voyelle tonique, d’utiliser le tréma comme dans le nom propre Röenel (3 syllabes, VIIb 1235). On lira donc pröesce X 1445, 2 syllabes + -e central final), öen (2 syllabes, IX 233) et pöez (VIIb 665). Pour l’adverbe söef / souef, une harmonisation des graphies rendrait la situation plus simple : il faut lire söef en XVIII 580 et souef en VII 145 et XX 3229. Lorsque l’adjectif agu est employé au féminin, le tréma s’impose pour conserver l’autonomie de u, comme on le voit dans roches agües (I 1553), danz agües (Ib 3206 et 3212) et cornes agües (XIII 21). Et il faut lire fievre agüe (XIX 1651).

2) Formes verbales

52On peut distinguer plusieurs séries :

53a) pour les verbes en -ier dont la base se termine par -i : il faut distinguer les verbes crier, oblier et prier des autres verbes. Les verbes crier (escrier) oblier et prier (-ier = 2 syllabes en français moderne, 2 syllabes en ancien français). L’usage du tréma n’est pas nécessaire, même pour les formes de passé simple pria oblia escria où il y a diérèse comme en français moderne, sauf :

  • 14 Dans le glossaire le tréma est systématiquement omis aux p. 651-52 du tome 2 et il faut lire conchï (...)

54- pour les formes de futur comme reprïerons (I 1504, 4 syllabes). Cf. proieriez (I 1504, 3 syllabes), où le tréma est inutile,
- pour la forme de P6 de l’indicatif présent crïent (de >crier, 1 syllabe + -e caduc final), afin de la distinguer de la forme de P3 de l’indicatif présent crient (de cremir, 1 syllabe avec nasalisation de la voyelle tonique) : crïent (ou escrïent) I 1409, Ia 1865, IIIa 680, VIIb 998, XII 119… ; crient I, 705, 974, 1213 et 1657, Ia 1938, Ib 3125, VII 246, VIII 62, IX 171, X 272, XIV 586, XVIII 688, XIX 60 et XX 1000. Pour escrient (VIIb 991) le tréma, sans valeur discriminante, n’est pas obligatoire, mais il faudrait éviter les disparates d’une branche à une autre ou à l’intérieur d’une même branche : oublïa (3 syllabes) X 1945 et oublia (3 syllabes) Ia 1875, pria I 1490 et X 528 et prïa X 976.
- pour les autres verbes en ->ier (-ier = 1 syllabe en français moderne, mais 2 syllabes en ancien français) le tréma est obligatoire partout (sauf à la P3 de l’indicatif présent lie, fie : 1 syllabe + -e central final) en particulier pour les verbes lïer et fïer afin de bien distinguer lïé (participe passé de lïer, 2 syll.) de lié (adjectif « joyeux », 1 syllabe) et fier (infinitif, 2 syllabes) de fier (adjectif « farouche», 1 syllabe). Il convient donc de lire affïer (3 syllabes) XIX 1366, devïé Ib 2058, espïé XIX 1346, conchïer14 (3 syllabes) VIIb1717, conchïees I 56, conchïera (4 syllabes) Ib 2596 et XIX 432 (cf. XVII 397 et VIIb 1470), lïez (2 syllabes) XIV 84, VIIb 1086.

55b) Pour les verbes dont la base se termine par la voyelle -u, la terminaison -uer étant dissyllabique en français moderne comme en ancien français, le tréma n’est pas nécessaire sauf pour distinguer le verbe süer (2 syllabes) du substantif suer (1 syllabe) et pour les formes de futur et de conditionnel comme tüerai (3 syllabes). Il convient donc de lire tuer X 1907, X 1997 et XI 281 (comme I 128, Ib 3094 et IX 200), tüez IIIa 1044 (comme Ib 2332, IV 127 et XIII 412), remuer I 1260 et X 1908, huer XI 614 et ruer XI 238 et 247.

56c) Quelques verbes complexes.

57À la P6 un tréma est nécessaire lorsqu’il y a élision de l’un des 2 -e- dans la séquence graphique -ie + -ent ou -ue + -ent : la P6 de l’indicatif présent de asseoir est ainsi asïent (3 syllabes) I 1670, et à côté de pueent (2 syllabes, I 1255, Ia 1884,) on trouve pour la P6 de l’indicatif présent la forme püent (2 syllabes, avec tréma indispensable, I 1267, II 101, VIIa 364). Il faut donc éditer püent (et non puent) en VIIb 1718, VIII 122, XVIII 1100 et XIX 1857.

58Pour la P5 de l’indicatif présent de pooir, vu que dans oef (IX 228 et XIV 640) le groupe oe sert à noter la voyelle [œ] fermé issue de la simplification d’une diphtongue (issue du [o] ouvert tonique libre du latin), le tréma est indispensable sur le o pour noter la diérèse du o de la base po- et du -e de la désinence tonique -ez : pöez (2 syllabes) : il convient donc d’éditer pöez en II 296, V 43, VII 39, VIII 113…

  • 15 On constate que dans la variante H du premier vers (tout pres de Renart aidïer), la valeur métrique (...)

59Le verbe aidier compte pour 2 ou pour 3 syllabes. Il convient d’utiliser le tréma dans le second cas : XX 2778 trestuit sont por Renart aidier mais XX 2767 s’esmurent por lui aidïer15 et aidier (2 syllabes) IX 370, XX 997, XX 2581 et 2778, II 456, IIIa 1105, XIX 123 et 776, aïdier ( 3 syll.) XX 2573 et 2767, XIV 407.

60Le tréma a une fonction discriminante essentielle pour distinguer 2 verbes homographes en ancien français : le verbe auner (« mesurer avec une aune », puis par métaphore « frapper avec un bâton», 2 syllabes) en Ib 2299 : une aune / dont il voloit un drap auner), XIX 687 (mout li aunent mal ses buriaus) et le verbe aüner (« rassembler » 3 syllabes ) : aünez en I 553 (puis midi / ai ge toz mes maus aünez), VIIb 1317, IX 372 et XIV 198 (un mulon de faing aüné).

61Il existe d’autres verbes avec tréma indispensable dans le radical : raüser Ib 2685, IIIa 880, jeüner I 1526… Cf. jeünerez (4 syllabes) XVIII 348 et puïr (2 syllabes) Ia 1749, II 460 et XIX 1778 (il faut corriger *puir) ; mais pour le verbe aorer IIIa 1364 le tréma est inutile.

62Le verbe du français moderne fuir se présente en ancien français avec 2 graphies : fouir (2 syllabes) XIII 142, XIV 165, XVII 236 et 340 et XX 585, et foïr (2 syllabes donc tréma indispensable) I 1541, I 1644, XVIII 1011, XX 1258 et XX 2204. Le tréma est indispensable pour oïr et il faut lire XIV 584 que j’oï chanter en .I. broil.

63Pour les verbes dire et ocire, l’usage le plus courant est de placer un tréma sur le i devant une voyelle : les éditeurs hésitent pour la P6 de l’ind. prés. entre dïent I 1482, Ia 2131 et 2248, IIIa 679, VI 91, X 946, XII 79, XIV 375 et XV 1 (et contredïent XX 485), et dient IX 411, XIX 213, XX 2962 et 3115.

64Pour la P3 du subjonctif présent, les éditeurs hésitent entre dïe X 978, XI 1278 et 1303, et die XI 1051, XIV 528 et XX 1278.

65Pour la P4 du subjonctif présent, sur le modèle de dïons (2 syll.) XX 1649, il faut lire en VIIa 537 dïon ou dïons (2 syllabes).

66Pour le verbe ocire le tréma est obligatoire pour l’impératif présent ne l’ocïez XX 2885 (3 syllabes), pour l’indicatif présent (en système hypothétique avec seront) se vos l’ocïez (3 syllabes) XX 2882, mais pour l’imparfait de l’indicatif (en système hypothétique avec avrïez) on trouve la graphie ociiez XX 2875 (3 syllabes).

67d) Les désinences morphologiques -ions / -iez de P4 et P5 :

68Ces désinences sont pratiquement toujours monosyllabiques pour les formes de subjonctif présent ou imparfait, donc le tréma est inutile : subjonctif présent (XVIII 781 tant que praie puisions (2 syllabes) trover / dont nos puissions desjeüner, XVIII 799 ne poïssiez avoir duré), subjonctif imparfait (III 315 se nos nes eüsions perdu, Ib 1931 Tant veïssiez bestes venir). Il faut noter la présence de quelques radicaux archaïques : chantisiez XVIII 578, gardisiez XVIII 665, portisiez (3 syllabes) XIII 295 et en particulier de 2 formes en -iens : alisiens (3 syllabes) XIX 920 et semisiens (3 syllabes) XIII 45. Enfin 2 formes sont intéressantes pour l’histoire de la graphie : faiissiez (3 syllabes, IIIa 1394), graphie originale pour feïssiez et feüssions (3 syllabes, VIIb 897) forme analogique de seüssions.

69Ces désinences sont presque toujours dissyllabiques pour les formes d’imparfait de l’indicatif et de conditionnel présent, donc le tréma est indispensable : imparfait de l’indicatif (XI 1432 avïons mises nos sentences, XIX 570 que me volïez decevoir / qant entendre me faissïez, XI 1102 que chevauchïez le chevalchevauchiez serait une forme d’indicatif présent, XVIII 343 bien me quidïez avoir prisquidiez serait une forme d’indicatif présent), conditionnel présent (XI 639 escole porrïons tenir : cf. porïons XVIII 886, VIIb 661 por qu’estïez donques si fole / qu’an sa maison alïez sole / des que vos n’estïez s’amie ?). Il faut donc corriger par l’adjonction d’un tréma un certaine nombre de formes dans lesquelles les désinences de P4 et P5 sont dissyllabiques. On lira donc : pour l’imparfait abaissïons I 104 (*abaissions, 4 syllabes), avïez XIII 169, XIV 659, I 206, Ib 3177 et 3203 (mais Ib 3163 aviez est la graphie correcte pour 2 syllabes), creïez XIII 367, estïez I 335, gardïez XIII 367, prenïez Ib 3178 et tenïez Ib 1912 et pour le conditionnel arïez Ib 3204 (*ariez, 3 syllabes), cuiderïez I 640, dirïez VIIb 1070, istrïez I 1377, porrïons VIIb 1656, porrïez I 1378, XIII 366, I 54, randrïons XX 2661 et vodrïez (*vodriez, 3 syllabes) XI 442, I 100 et 1123.

70Mais pour ces formes d’imparfait de l’indicatif et de conditionnel présent on rencontre également un nombre notable de formes qui doivent pour la bonne mesure du vers être comptées comme monosyllabiques (donc sans tréma) : XI 388 de moi voliez (2 syllabes) avoir la pel, XIII 645 se vos estiez (2 syllabes) vis escorchiez, XVII 165 dont porriez (2 syllabes) faire vo plaisir, I 46 vos n’i porriez (2 syll.) riens conquester (mais I 54 vos porrïez asses miauz dire). En XIII 43, le ms. B porte : or devrions panre tel porpens. Si l’on considère que devrions compte pour 2 syllabes, le vers est juste et la correction par L (or devons panre tel porpens) ne s’impose pas. D’ailleurs il arrive que les variantes jouent sur les 2 valeurs métriques des désinences de P4 et P5, combinées souvent à l’expression ou à la non-expression du pronom personnel sujet : Ib 3093 que faissïez (3 syllabes) por moi chanter : la variante en H introduit le pronom sujet vos : que vos faisiés (3 syllabes) por moi chanter, Ib 3164 et vos faissiez (2 syllabes) tel deshonor ; on pourrait imaginer une variante (introuvable dans les ms. connus) de type et faissïez (3 syllabes) tel deshonor !, XII 318 puis qu’avriez vestue la gone (2 syllabes) mais C (3, 146) qant avrïez vestu la gonne.

71On terminera ces observations sur le texte édité par le relevé des quelques lectures fautives :

72- il convient de lire I 73 Se l’uns tout l’autre, si li rande (et non *Se li uns tout, ce qui rend le vers hypermétrique).
- lire I 309 qu’i li avoit la cuise traite (*qu’il li avoit, ce qui ne change rien au sens) ; il faut corriger traite (leçon attirée par traite en fin de vers suivant) en fraite (HL).
- lire I 941 dans la leçon de B donnée en note et non retenue mout part est (et non *est esté) grant deablie (vers hypométrique). La correction adoptée vient de H (et non de HL, cf. p. 908, dernière ligne) : mout part est ore grant deablie, mais le vers est alors hypermétrique (deablie = 3 syllabes + -e final). Il convient d’adopter la leçon de L : con ore oi ci grant deablie. 
- lire I 1186 cil dist : je l’avoie oublié : *et cil dist, ce qui rend le vers hypermétrique, oublié comptant pour 3 syllabes, même sans tréma.
- lire I 1356 s’encor i venoit dant Grinbert (*s’encor venoit, ce qui rend le vers hypométrique).
- lire I 1363 bien set ne se puet or desfandre (*bien set ne se puet desfandre).
- lire Ia 1761 par la qeue vos ting as danz (*vos ting ge as danz, qui rend le vers hypermétrique).
- lire Ib 2496 que nus gugleres ne t’en tort (*ne tou tort).
- lire Ib 2750 je vos trairoie (*traieroie).
- lire Ib 3002 tire et retire, riens ne vaut (*riens ne li vaut, ce qui rend le vers hypermétrique).
- lire VIIb 759 et tex qui en sont corocié (*tex qui , ce qui rend le vers hypométrique).
- lire VIIb 1360 lor conpaingnes en deus parties (*conpaingnies, ce qui rend le vers hypermétrique).
- lire VIIb 1367 sor la fouse s’iert arestez (*si ert arestez qui rend le vers hypermétrique).
- lire VIIb 1475 fors de laianz (*fors de laanz : il y a un i suscrit entre les 2 a).
- lire VIII 31 Renart a l’antrer de la porte (*antree, ce qui rend le vers hypermétrique, cf. XIX 438, a l’antrer de setenbre).
- lire IX 154 enchargiez : le ms. porte bien enchargieiz mais le second i est clairement exponctué.
- lire IX 296 bien sai qu’i (*que) nos herbergera.
- lire IX 441 que por . L . marc d’argent (*por . I . marc, ce qui donne un vers de 6 syllabes !).
- lire XI 1456 car fox neïs n’en iert ja sage (*neïs ne n’iert).
- lire XIV 332, note 3 : .XX. foies le jor lou jor ou .XXX. (B) ; rien n’indique l’origine de la correction de foies en foiees (pour la bonne mesure du vers).
- lire XIX 571 qant entendre m’i faissïez (*me).

73Quelques corrections n’ont pas été signalées dans l’apparat critique :

74- I 327 Girarz dou Fraine : le ms. B donne dou fraite. On trouve dans la traduction (tome1, p. 143) « Girard du Fraite », et dans le glossaire (tome 2, p. 619) le nom Girarz dou Fraine est traduit par « Girard du Fraite ».
- I 443 a sel ou a grafe : le ms. B donne a sel et a grafe (origine de la leçon éditée ?).
- I 643 vos m’eslieriez : B donne vos m’eslieirez.
- I 865 qui aprant si bien a barat. B donne après aprant un groupe de 2 lettres : la première, exponctuée, est un g et la seconde est peu lisible (Mario Roques y voyait un e, peu probable). On peut y voir un a mal formé, et comme il y a au-dessus du g un minuscule i suscrit on peut lire : qui aprant ja si bien a barat (9 syllabes). On est proche de la leçon de C, juste pour la métrique et probablement la bonne : qui aprant ja si bien barat.
- VIIb 711 li pape (le ms. donne la pape).
- IX 377 A tant se sont mis en la place : le ms. donne : a tant s’est mis en la place (7 syllabes).
- XVIII 1419 art et guise (/ prise) : le ms. donne clairement guile, et guise est la (bonne) leçon de L.

75Certaines correction s’avèrent inutiles :

76- I 1669 : le ms. porte lievent avec i nettement exponctué. Il suffit de le signaler et la correction devient sans objet (levent).
- Ib 2415 : le mot Paris est bien répété deux fois, mais le second Paris est barré d’un trait horizontal de la main du scribe et non d’une main plus récente.
- VII 48 : le ms. porte bien li vins mais le second i est clairement exponctué et on lit li uns.
- X 1143, note 2 : le ms. porte bien enavaie, mais le 1era est exponctué, donc la correction est inutile.
- X 1254, note 4 : le ms. porte bien quider, mais le r est exponctué, donc la correction est inutile.
- XI 364 : le ms. porte mal voisoin avec o nettement exponctué : il suffit de le signaler et la correction devient sans objet (Malvoisin).
- XX 3198 XX 3196 la lecture monchier (qui conduit l’éditeur à corriger en mout chier) est très discutable : on peut aussi lire mlt, abréviation de l’adverbe transcrite en mout, ce qui rend inutile la correction.

77Enfin certaines coquilles devraient disparaître d’une réimpression :

78- lire I 437 en . I . vaissel (*en un I vaissel).
- lire I 1185 Ensi as tu (*Ensi as-tu).
- lire Ib 2568 si li a dit (*i li a dit).
- lire IIIa 562 volïez (*voliëz) et IIIa 675 escrïent (*escriënt).
- lire IIIb 1358 melodie (*mélodie, correcteur orthographique trop zélé ?).
- lire VIIa 272 pere (*père).
- lire VIIb 1283, 1456, 1655 et 1718, IX 156, 229 et 254 aler (*aller) (mais Ib 2985 le ms. porte bien aller gesir).
- lire VIIb 1188 et 1327 maniere (*manière).
- lire VIIb 1281 viaut (*viant).
- lire VIIb 768 dou tref roial (*sou tref).
- lire V 80 le nés (*le nes)- lire Ia 1978 mout (*mot).
- lire IX 442 que por .I. marc d’argent / n’en retornast mie Hersant (*retornast mie .I. Hersant).
- lire X 1765 par pou que ne m’a mort gité (* par pou que que ne).
- lire XI 1135 faissïez (*faïssiez, c’est un imparfait de l’indicatif).
- lire XI 1177 eüssiez (*eussïez).
- lire XI 1227 pouez (*povez).
- lire p. 906 du tome 1, variante du v. 601 danz L. qui soloit vendre C (*H).
- XIV 342 lire donroit (*donrait), correction HL de doroit.
- lire XIV 15, note 3 : faillir B (*aillir).
- lire XIX 506 par dessus (*par-dessus).
- lire seure XIX 698 (*seüre, rime avec pleure).
- lire par dessus XIX 506 (*par-dessus).
- lire XIX 936 aorer (*adorer).
- lire XIX 1627 ne m’a savor (*ne m’a de savor).
- lire XIX 1742 sous ciel n’a ne fievre ne goute (*sous ciel n’a fievre ne goute).
- XX 2810 lire Mais Noble i eüst le meschief ; *Nobles rend le vers hypermétrique et le ms. comporte l’abréviation .no.

79Pour l’index des noms propres, la consultation en serait facilitée par la séparation des noms propres de personnes et des noms propres de lieux, et pour le très riche glossaire, on indiquera seulement que p. 723 il convient de séparer l’entrée veue et l’entrée voie, les 2 termes étant totalement indépendants pour l’origine et pour l’emploi.

III) Traduction

80Plus encore que pour toute œuvre médiévale, traduire le RdR constitue une entreprise délicate : le texte de fiction est adossé à des réalités politiques sociales et économiques qui ne nous sont plus familières (combien d’étudiants peuvent encore dire sans hésiter ce que signifie « herser » ?) et il s’enracine dans un contexte idéologique et religieux qui n’est plus le nôtre ; les références religieuses que les étudiants de naguère arrivaient encore à décrypter sans trop de difficultés deviennent hermétiques aux générations actuelles. Enfin la notion de registre de langue (soutenu, familier, vulgaire…) n’est pas évidente pour le vocabulaire médiéval des pratiques sexuelles.

A) Remarques

81La traduction se lit aisément et elle n’est jamais pesante ; on y trouve des formules heureuses :

82- « et corrigez-moi si je me trompe » (VIIb 1164 et se je fail, si m’amendez).
- « plaisir remis, plaisir enfui » (X 252 qui aise atant, aise li fuit ).
- « Pour moi, je suis bon chrétien… » (XI 394 et je sui en ferme creance).
- « Seigneur, il m’a déshonorée, c’est vrai, mais je ne suis pas coupable pour autant car il m’a prise de force » (VIIa 530 Sire, il est voirs qu’il m’a fait honte / mais n’i ai mie tant mesfait / endroit ce que force m’a fait).
- « nous aurons beau dire, le malheur ne peut être réparé par des mots », (VIIa 536 Ja cist mesfaiz n’iert amandez / par chose que nos en dïon), mais cist est escamoté (« le malheur que je viens de vivre ») et la traduction proposée pourrait alors être comprise comme l’énoncé d’une vérité générale.

83On relève aussi des expressions bien adaptées :

84- « mais le loup lui avait causé bien des pertes » (XV 14 mais mout li fist plusors domages).
- « elle écarte largement les jambes pour bien montrer son anatomie, tête en bas et derrière en l’air » (VI 137-39 Ele a fait large enforcheüre / por bien mostrer cele nature, / son chief mist bas pour estuper). On ne pouvait pas trouver expressions plus appropriées pour traduire dommages et nature !
- mar l’asausistes (VIIa 429) « vous allez payer cette violence » et mar i fui cous (VIIa 311) « tu te repentiras de m’avoir fait cocu » : l’adverbe mar, de traduction toujours très délicate, est bien rendu.

85On fera sur l’ensemble de la traduction quelques remarques classées, d’abord sur les realia agricoles :

86- les pois : On avoit ja les pois soiez / et li pesaz estoit loiez / et amassez et trait en voie (VIIa 347-49) : il ne s’agit pas des petits pois, mais des pois ou haricots secs. À l’automne les tiges de ces haricots (le pesaz) sont coupées (c’est le verbe soier, du latin secare, « couper » donc « faucher » ou « moissonner ») puis liées en petits fagots qui sont transportés à la ferme et déliés dans un endroit bien aéré. Les haricots secs seront égrenés à la demande tout au cours de l’automne, de l’hiver et du printemps. La culture des haricots destinés à être consommés secs a perduré pendant toute la période de l’agriculture vivrière : il s’agit d’une culture facile mais très exigeante en main d’œuvre pour semer, sarcler, « ramer » (pourvoir les plants grimpants de tuteurs), cueillir et égrener les pois. Mais dans ce type d’agriculture la main d’œuvre familiale – gratuite par définition – ne manque pas… La culture du petit pois (légume vert donc fragile à conserver) n’apparaît qu’après le Moyen Âge. Dans la branche IV, on ne parle pas des pois mais des feves (II 367) comme nourriture de base des moines.
- grange I 1172 : grange appartenant à des religieuses sur le chemin de Maupertuis à la cour, et II 67 : grange attenante à une abbaye de moines blancs. Ce n’est pas pas seulement la « grange » au sens du français moderne (cf. note 1 de la p. 317) mais aussi un ensemble plus ou moins vaste de bâtiments agricoles destinés à abriter les animaux, les récoltes et le matériel agricole. Le terme semble réservé aux exploitations dépendant d’une institution monastique. Cf. aussi Ia 2041 le cortil derriere la granche : là le sens qu’il faut retenir paraît être le sens moderne restreint (bâtiment où l’on stocke les récoltes, en particulier les gerbes de blé avant le battage).
- noreçons (I 1175) et norreture (II, 77) : dans les deux cas le terme a un sens concret et désigne les jeunes animaux que l’on élève (c’est le sens de norrir en ancien français) soit pour le renouvellement du cheptel, soit pour la vente ou la consommation personnelle. Dans la branche X, Liétart promet à Renart de lui réserver tous les animaux de son élevage et jure qu’il ne vendra jamais nuli point de la norreture (v. 2013).

87Le vocabulaire technique de la justice, en particulier les termes soi clamer, apeler quelqu’un, amender un mesfai, l’esgart de la cort, la clamor (plus rarement conplainte), est bien rendu et la traduction n’appelle pas de commentaire, à l’exception de quelques remarques très ponctuelles :

88- De ce qu’Isengrins l’a resté / tele amendise l’en fera / com vostre cort esgardera : rester et amendise (I 226-28) sont bien traduits (« pour ce dont Isengrin l’accuse, il en fera réparation ») mais « selon l’avis de votre cour » est trop faible : l’esgart c’est la décision de justice rendue par la cour : « selon le verdict de la cour ».
- Se prover le [Renart] puis, jel pandrai (VIII 292 ) « Si je peux le convaincre de ces crimes, je le ferai pendre » : prover signifie ici « apporter des preuves de sa culpabilité ».
- Reprendre ou sorprendre signifient en contexte judiciaire « prendre en flagrant délit » : c’est le verbe approprié pour le viol de Hersant et « j’ai surpris » pour je repris (VIIb 618) est bien faible. De même pute provee (II 225) « espèce de salope » est bien faible : mot-à-mot c’est « putain prise en flagrant délit» : le vers suivant (o Renart t’ai ici trovee) reprend l’idée et la complète : « putain que je viens de prendre ici en flagrant délit en compagnie de Renart ».
- De ma grant honte porchacier (VII 635) : il faut se rappeler que dans la mentalité médiévale la première victime du viol d’une femme mariée, c’est le mari ! Mais la traduction proposée « pour la déshonorer » ne tient pas compte de la correction faite par l’éditeur-traducteur qui remplace la leçon de B sa par celle de L ma !
- Amende, amender, amendise : pour ces termes l’essentiel c’est la notion de réparation, cf. la bonne traduction de VIIb 1052-54 « on pourra alors décider de la réparation » (conment sera de l’amendise) « par un jugement en bonne forme ». Cf. aussi VIIb 847-48, mais on observe que dans « nul ne fait réparation s’il n’a d’abord commis un méfait » (XVII 122 nus n’amende s’il ne mesfait) « d’abord » est un rajout du traducteur pour la clarté.
- Les vers suivants (XVII 123-4) s’a amande m’en loist venir, / ferai la vos a voz plaisir sont traduits par : « s’il m’est permis de faire amende honorable, je le ferai selon votre bon vouloir » ; or la notion de réparation est totalement absente de l’expression faire amende honorable si l’on suit le TLF :« Amende honorable : peine infamante qui, sous l’Ancien Régime, obligeait le coupable à reconnaître publiquement son crime et en demander pardon. P. ext., lang. cour., fam. Aveu public d’une faute dans l’intention de se faire pardonner ».

89Le vocabulaire des pratiques sexuelles, licites ou illicites (adultère), librement consenties ou contraintes (viol), mériterait une étude exhaustive. On peut néanmoins distinguer 3 strates dans la façon de désigner ces pratiques, chacune de ces strates posant au traducteur des problèmes spécifiques :

90a) L’emploi d’un vocabulaire neutre (qu’on pourrait qualifier de policé) et plus évocateur que franchement descriptif. Ainsi la nuit nuptiale de Renart et de sa nouvelle épouse Fière (Hermeline est morte, Noble est tenu pour mort depuis la fausse dépêche fabriquée par Renart) est expédiée en deux vers : lor delit font a mout grant joie / jusqu’au demain qu’il ajorma (XX 2410-11) « ils s’adonnent en grande joie à leur plaisir jusqu’au lendemain à l’aube ». Le viol de Hersant peut être évoqué, par la victime ou par les protagonistes de l’action en justice, en termes neutres, dont la traduction est souvent délicate :

  • 16 Cf. aussi VIIa 532 force m’a fait (il m’a prise de force).

91- dans la prière de Hersant (avant le duel judiciaire) et que Renart vaintre le puisse / qui mout soef li fist la chose / en la tesnere ou iert enclose (VIII 916-18) la traduction « qui lui avait fait l’amour » est trop précise. « Faire l’amour » est familier et mout soef signifie « avec une très grande délicatesse ».
- Lors de la commission du viol, la traduction de la formule du conteur puis li saut sus, liez et joianz / si li fait tot les iauz voiant (VIIa 403-4) n’est pas très heureuse : « puis il lui saute dessus, plein d’allégresse, et jouit d’elle, ouvertement ». L’euphémisme de tot faire est ici mal rendu. De même « puis ils remettent cela » pour Et l’afaire ont reconmencié (VIIa 421) n’est guère satisfaisant et le passage au registre familier élimine l’euphémisme.
- Lorsqu’Isengrin évoque devant le roi le viol de son épouse, la traduction de descovenue (VIIb 638) par « mésaventure » est un peu faible. Mais plus loin (641, si li blamai mout ceste affaire) le sens est bien vu et le ton fort juste : « je lui ai reproché sa conduite ». Le vers précédent est plus que délicat à traduire : Je les sorpris a la montee (640). Sorprendre a une connotation juridique assurée (« prendre en flagant délit ») mais le terme montee pose problème. Monte est attesté dès le xiie siècle au sens d’accouplement animal (chevaux, bovins, on dit que l’étalon monte la jument) et il est probable que l’auteur joue du passage d’un monde à l’autre. Mais comment traduire ? « Quand il était sur elle » dénote un état et non une action, mais « quand il la grimpait » est hors-sujet dans le contexte solennel de la clamor.
- Pour la mention du viol, c’est le registre de la force qui est mis à contribution : la traduction de que vos a force l’asaillites (VIII 567) paraît d’un ton trop familier (« tu l’as prise de force »16). Une formule comme « tu lui as fait violence » paraît mieux correspondre à la situation sans affaiblir de sens de a force. La traduction de quant il a force li vost faire / a force li fist li rous (I 34-35) par « quant il voulut la violer, il la viola bel et bien » est tout à fait judicieuse et ne trahit ni la lettre ni l’esprit du texte, tout comme pour esforcier (VIIb 673).
- Pour le verbe baisier, les auteurs de Renart jouent évidemment sur le glissement de sens, attesté (dès le xiie siècle), du sens premier « appliquer, presser ses lèvres sur quelque partie d’une personne (notamment la bouche, avec mouvement actif de caresse, succion, préhension, etc.) ou sur quelque objet la symbolisant, en signe d’amour » au sens dérivé de définition plus brève « posséder charnellement quelqu’un ». Le verbe est employé dans la scène de l’adultère, d’abord dans la demande pressante et sans équivoque de Hersant : acolez moi, si me baisiez (VIIa 237) « prenez-moi dans sos bras, donnez-moi de baisers », puis lors du passage à l’acte : Renart en demaine grant joie / et vient avant si l’a baissie / Hersant a la cuisse haucie/ a qui plaissoit mout son ator (VIIa 240-43) « Renart plein de joie s’avance et l’embrasse. Hersant lève la cuisse, sa compagnie lui plaît fort. » Mais ator peut être compris au sens plus large de « comportement », euphémisme pour désigner l’adultère que Renart est en train de commettre.
- Pour l’accomplissement de ce que les moralistes et les théologiens appelaient « le devoir conjugal », on rencontre le plus souvent la formule la plus neutre possible gesir a la coste de. Pour la déclaration solennelle d’Isengrin ja mes ne gerrez a ma coste / qant receü avez tel oste (VIIa 313-14) le traducteur évite à juste titre le tour trop familier « coucher avec qqn » : « tu ne coucheras plus jamais à mes côtés, après avoir accueilli un tel hôte ». le tour « partager ma couche » aurait pu également servir. Ce tour se retrouve deux fois (et il est traduit de la même façon) dans la fin de l’épisode de « Renart jongleur ». Renart l’emploie pour Hermeline qui s’apprêtait à épouser Poincet (Ib 3079-80) et un peu plus tôt (Ib 2936-37) c’est Hersant qui jure que ja mes ne gerra a sa coste, le possessif sa ayant pour référent Isengrin escoillié. Le tour gesir a aucun semble moins solennel et il est bien traduit par « coucher avec », mais la traduction du projet de Renart (a lui gesir et faire de lui son plaisir, VIIa 389-90), quand il voit Hersant coincée dans l’entrée du terrier, comporte une inexactitude (« se priver du plaisir de coucher avec elle et d’en jouir »), le mot-à-mot étant « de coucher avec elle et de faire d’elle tout ce qu’il veut », sans aucune référence au plaisir de la copulation ! Pour la scène du retour au foyer d’Isengrin escoillié, il est d’abord question d’aler gesir (Ib 2678), bien rendu par « aller au lit », puis Hersant précise son attente : d’abord si faites ce que vos savez ((Ib 2696), puis einz vos covient la chose faire (2700) et enfin ce qui covient et qu’a totes fames avient ((2701-2). Pour les deux premières formules, la traduction va de soi, et pour la troisième on a « ce qu’il faut faire et qui convient à toutes les femmes ». On retrouve ensuite non plus le verbe gesir, mais le verbe couchier avec deux constructions différentes : soi couchier enprés aucun (2786 : « coucher à ses côtés ») et couchier a aucun (2785 « coucher avec lui ») pour désigner de façon neutre (et facile à traduire) l’accomplissement du devoir conjugal.

92b) L’emploi de termes qui relèvent pour nous du registre familier, vulgaire ou même trivial mais qui appartenaient au vocabulaire médiéval de base.

  • 17 On retrouve le verbe foutre en emploi transitif direct pour l’épisode du viol de la reine : aux v.  (...)

93- Con, cul et foutre : dans la branche XIII le traducteur utilise systématiquement, pour les différentes « interventions » de Renart, « con » et « cul » pour traduire les termes con et cul. Le premier est noté « trivial » par le TLF pour désigner les organes génitaux externes de la femme mais le Petit Robert observe qu’il relève surtout du vocabulaire érotique et est employé pour « sexe de la femme » ou « pubis de la femme ». Ailleurs les traducteurs traduisent systématiquement con par « con » : en con trover pas ne faillites (VIII 568) « tu as bien trouvé le con ». Il arrive d’ailleurs que les termes con et cul disparaissent lorsque réapparaît le corps animal de la louve et la traduction enregistre bien le changement : « Mais Renart saisit sa queue de ses dents et la retourne sur sa croupe pour dégager les deux orifices » (VIIa 400-402 Et Renart prist la qeue as denz / et li reverse sor la crope / et les .II. pertuis li destoupe).
- Pour le verbe foutre (vieilli et trivial au sens sexuel, selon le Petit Robert) les traducteurs ont choisi la traduction par « baiser » dans sa connotation vulgaire de « posséder charnellement » : et dit que cous estoit lor pere / fotue avoit lor mere VIIa (631-32) « il a dit que leur père était cocu et qu’il avait baisé leur mère ». D’ailleurs dans la scène de l’adultère, les louveteaux ont seulement dit à leur père : il dist que vos estes cous (VIIa 297), et Isengrin a aussitôt compris en condamnant Hersant : et uns autres vos a foutue (VIIa 306) « et un autre t’a baisée »17. Mais dans un autre passage : qu’aie fait tel desconvenue / que ma conmere aie foutue / plus bas de l’oil si con vos dites (VIII 583-85) la traduction par « au point de me laisser commettre l’inconvenance de baiser ma commère plus bas que l’œil comme vous le dites » introduit une ambiguïté que ne possède pas le verbe foutre en ancien français, qui appartient uniquement au registre sexuel. 
- Le terme coille apparaît dans deux épisodes : pour l’entrée de Tibert dans la maison du prêtre (br. I) et pour le vol de la vielle (br. Ib). Les traducteurs hésitent entre le singulier (rare et vieilli en français moderne) et le pluriel, catalogué trivial par le TLF et vulgaire et familier par le Petit Robert. Pour désigner la coille au provoire (I 893, « les couilles du prêtre »), le conteur semble se lancer dans un concours de synonymes, ce qui oblige le traducteur à suivre le mouvement : à la première apparition du prêtre, il tint s’endoille (1 886, « tenant son andouille ») puis Tibert se défend en vaillant chevalier : aus danz et aus ongles fandanz / li adouba un des pandanz (I 895-96). La traduction de ces deux vers comporte deux difficultés : comment rendre l’image implicitement véhiculée par pendanz, et comment traduire adouber qui désigne le fait de frapper violemment sur l’épaule avec le poing (plus tard frapper avec le plat de l’épée) le chevalier que l’on adoube ? La traduction proposée (« il lui arrange l’une de ses bourses avec ses dents et ses ongles tranchants ») dissout totalement la notion de coup violent. Le mot revient un peu plus loin dans le monologue de Tibert, associé à une autre image : Mais un des pandanz n’a il mie / vengié en ai bien sa paroche : / ne sonera mes c’une cloche. (I924-26). La traduction reprend à raison le même terme : « mais il lui manque une de ses bourses ».
- Dans l’épisode durant lequel Isengrin subit le même sort que le prêtre, on retrouve le verbe pendre associé aux attributs sexuels de l’homme : [ li matins ] Isangrin a pris par la coille, / enpaint et sache et tire et roile, / tot erraige ce que il pant (Ib 2619-21, « le mâtin attrape Isengrin par la couille, pousse, tire, secoue, agite et arrache tout ce qui pend ». La scène de la mutilation est sans saveur et l’essentiel est dans la suite, lorsque l’objet pendant devient l’objet manquant pour le mari escoillié (Ib 2628) qui rentre au foyer : et cil se torne et le tate / ileuc ou la coille soloit / estre par raison et par droit / ne trova mie de la coille (Ib 2712-15 : « il se tourne de l’autre côté et elle tâte l’endroit où se trouvait normalement et logiquement sa couille mais elle ne trouve rien »). Il est ensuite question d’andoille (terme déjà vu) puis dans la déploration de Hersant de la riens que je plus amoie (Ib 2762), « rendu sobrement par « l’objet que j’aimais plus que tout ».

94c) Le déchaînement de l’outrance verbale. La traduction de la branche XIV rend très bien compte du déchaînement verbal de Renart et de son confesseur dans la transgression des tabous linguistiques et des règles de bienséance admises dans le roman courtois : tout le registre du bas corporel est mis à contribution par le conteur pour faire de Hersant le prototype de la « vieille femme en chaleur », lassata sed non satiata ! On ne peut pas tout citer :

95- « une vieille aux fesses croulantes qui ne peut même plus retenir ses pets » (v. 438-39).
- « il n’y a pas de garçon qui ne l’ait ramonée » (v.450).
- « il m’est arrivé souvent de foutre quinze fois. Je tire bien vingt coups les uns après les autres… » (v. 575-77). Le passage sur la grande « fente » de Hersant (la ploie v.469-78) est justement traduit et commenté judicieusement par la mention des modernes « sex-toys » !

96On relève quelques cas de sur-traduction, à la limite de la paraphrase :

97- ai eschivee ceste gesine (VIIa 204) « je ne vous ai pas rendu visite à vos relevailles ».
- ne voloit mes de tel mestier / vivre con il avoit vescu (IX 4-5) « il ne voulait plus vivre de tels expédients ».
- que il a en ses genbes traites (VIII 864) « pour se protéger les jambes ».

98Mais aussi des cas de sous-traduction :

99- De ce tin ge Grinbret a sage : que… (I 989 ) « Grimbert fut des plus avisés, je crois, quand… ». L’ambigüité du verbe « croire » en français moderne rend mal le tour tenir a, qui exprime une certitude.
- Tibert covient que il se taise / car Renart est mout corrociez (IIIa 930d-31) : « devant la mauvaise humeur du goupil, Tibert juge bon de se taire » ; « juger bon » est bien faible pour traduire la notion de nécessité absolue qui constitue le sémantisme de base de covenir. On propose : « Tibert est bien obligé de se taire » ou « Tibert ne peut que se taire ».
- Por moi faire laidure et honte (VIIa 219) « pour qu’ils me couvrent de honte » : laidure désigne un dommage physique et peut être vu comme un euphémisme pour « assassinat ». On propose « pour me faire disparaître de façon ignominieuse ».
- Et puis que je pris seignor / me refist il enchauz grangnor (VIIb 60-4) « Et depuis que je suis mariée il m’importune encore plus ». Enchaucier signifie dans le vocabulaire amoureux « poursuivre qqn de ses assiduités afin d’obtenir des faveurs amoureuses ».
- si me honi / tant com li jeus li abeli (VIIb 611-12) « il a abusé de moi aussi longtemps qu’il en a eu envie » : la notion d’humiliation (pour la victime) disparaît ainsi que celle de jeu pour le coupable.
- il se painent de lui chacier (VIIa 362) : « ils le pourchassent de bon cœur » ; soi pener a un sens bien plus fort « faire tous les efforts possibles, même si cela est douloureux ».
- se Renart / ne les en giete par son art (IX 299-300) « si Renart ne trouve pas un artifice pour les tirer d’affaires », « artifice » ne convient pas ici pour la ruse multiforme du héros.
- assez fu mieux que en prison (IX 357) « le loup se retrouve emprisonné ». Le tour comparatif à valeur d’euphémisime n’est pas rendu.
- il est cheüz en male trape (VIII 30 ) « le voilà en fâcheuse posture ! », traduction bien faible pour un moment dramatique : Renart est à la cour de Noble et il risque d’être condamné et pendu sur-le-champ, cf. v. 101-102.
- « Leur inimitié est regrettable » est bien faible pour laiz est que soient ennemi (VIII 1004). De même « il a eu de la chance » pour bien li cheï de s’aventure (VIII 1467), « je ne subirai le moindre dommage » pour n’avrai ne honte ne domage (XVIII 396) et « tous les ennuis possibles » pour anui et honte (XVIII 972). La formule « car Renart réfléchit à la façon de leur causer des ennuis » constitue une traduction approximative de car Renart panse en son corage / que chascuns i laira son gage (VIIb 1439-40) : le verbe panser ou soi porpanser marque bien la réflexion qui conduit à l’élaboration d’un plan. Ici le futur dans la complétive en que marque que le plan est prêt et que l’exécution peut commencer.

100On terminera cette série de remarques en constatant que des « petits mots » sont parfois oubliés dans la traduction : dans « vous aurez pléthore de confesseurs» (ja en avrez a grant planté XVII 333), le ja n’est pas traduit et c’est l’occasion d’utiliser le futur 2 : « vous allez bientôt avoir … » ; encor n’est pas traduit en VIIb 1492 et certes en Ia 2092. Enfin on peut discuter de l’emploi en français moderne comme adverbe temporel de avant et après :

101- XIX 1204 « il ne s’arrête pas avant ».
-
XI 889 « Ensuite ils chantent leurs antiennes ensemble. Après Renart dit le verset et Tibert répond de travers ».
- XI 999 « Renart qui était plus malin dit qu’il sonnerait avant ».

102Les traducteurs font largement appel aux termes et expressions de la langue familière sans que l’on puisse toujours fixer la frontière entre ce qui est familier et ce qui est vulgaire. On relèvera parmi les formules heureuses :

103- « il lui fera sa fête » il li fera domache (II 476).
- « fils de pute, sale péquenot » fiz a putain, vilains engrés (XVIII 324).
- « sale pute, ordure, espèce de salope » pute orde vis, pute provee (II 225).
- « vous êtes salement amoché, votre pelisse est fichue » vos estes malement bailliz / vostre peliçon est failliz (XX 1347-48).
- « tu me fis tourner en bourrique » la me menas tu conme fol (VIII 713 et aussi X 482).
- « tu bus jusqu’à en être complètement saoul ! que tant beüs que tu fus ivres (VIII 718 ).
- « je serais vraiment un pauvre type, un bon à rien » mout seroie malvais failliz (X 256).
- « je veux tailler une bavette avec vous » je me voil derainier a vos (XI 68).
- « il me ferait bien vite estropier et amocher par son palefroi » il me feroit tost defoler / et laidir a son palefroi (XI 507).

104Mais il arrive que ce choix ne soit pas des plus heureux, par exemple :

105- « celui qui rompra la paix, si on l’attrape, ne sera pas à la fête ! » qui la fraindra, s’il est tenuz, / mout malement sera venuz (I 280-81g) : l’emploi de termes familiers détonne pour l’avertissement solennel du roi aux éventuels briseurs de trêve et de paix jurée.
- « Renart est au mieux de sa forme » Renarz fu bien en sa vigor (Ia 1705) : dans un contexte de parodie épique évidente, la traduction de ce vers d’intonation manque de solennité.

106Il faut mentionner quelques calques peu satisfaisants :

107- aux v. 575 et 645 de la branche I, traduire foretier par « forestier » est ambigu ! Le TLF n’a pour entrée que l’adjectif forestier / forestière et il donne pour l’emploi substantivé (au masculin) les deux sens de « personne qui habite la forêt » et de « celui qui est chargé de la conservation de la forêt ». Le personnage de Lanfroi est plutôt un bûcheron.
- « la prêtresse » (VIII 201 la prestresse) n’est pas mentionné dans ce sens dans le Petit Robert.
- « andouille » (andoille, Ib 2716 et 2732) n’est pas très heureux pour désigner le membre viril d’Isengrin, le pénis en langage médical ou la verge ; « saucisse » n’est pas plus heureux.
- « si vous acceptez de suivre mon conseil » se volez croire mon conseil (IX 342) : conseil c’est le plan proposé après réflexion.
- « et comme elle (Madame, Hersant) est vraiment épaisse et grosse » (ma dame) qui mout est voir espese et grouse (VIIa 466).
- « et il demande qu’on lui fasse droit de Renart » et dist que droiz li soit tenuz / de Renart (VIII 320).
- « j’ai trop longtemps souffert ton orgueil et ton impudence » trop ai soffert ton grant orgoil et ton desroi (VIII 786).
- « il crie merci au nom des reliques » merci quiert por les sainz (VIII 1287).
- « qui menait grand deuil » au grant duel qu’il en a eü (VIII 1356).
- « le bœuf n’est pas trop endommagé » Rognel n’est gueres enpoiriez (X 682).
- « il cueillit je ne sais combien de bâtons » et coilli ne sai quanz bastons (XI 609).
- « car la nuit, qui était sombre, leur fit perdre l’aventure dont Tibert devait pâtir » car la nuit qui estoit oscure lor fit deperdre l’aventure qui li estoit a venir (XI 1373).
- « grande est la démesure de Renart » mout est Renart de grant derroi (XIX 614).
- « outrage » outrage (XVIII 1397 ), en fait « abus de pouvoir ».
- « si tel est votre plaisir » qant vos vient a plaisir (XVIII 1213 ), cf. « selon votre bon vouloir » pour a voz plaissir (XVII 124).

108Quelques passages méritent une discussion :

109- de l’argent fu mout convoitous (Ia 2123 ) « il était très avide de richesses » : la traduction repose sur la valeur « gnomique » du passé défini. Mais on peut aussi donner au verbe un valeur ponctuelle : « le roi désirait au plus haut point avoir cet argent » (celui qu’Hermeline vient d’apporter).
- cil qui est sorpris d’amor (VIIb 764) « celui qui est victime de l’amour ». Le mot « victime » est mal choisi (cf. Dufournet « celui qui agit sous l’empire de la passion » et Strubel « celui qui agit sous l’impulsion de l’amour »).
- que ce larron voil acrochier (Ia 1810) « car je veux faire sortit ce misérable de son repaire » : accrochier signifie ici « accrocher au gibet », c’est donc une variante pittoresque de pendre.
- mais li essonbres de la couche / ne laissa veoir Isengrin (Ib 2556-57) « mais l’ombre du lit l’ [le mâtin couché prés du feu] empêche de voir Isengrin ». On peut aussi comprendre, en l’absence de pronom personnel ayant pour référent le mâtin, « mais l’ombre du lit empêche Isengrin de voir le mâtin » donc Isengrin se croit (faussement) en sécurité !
- tant .. que (II 413) la traduction de tant que + indicatif par « jusqu’à ce que » + subjonctif prête à confusion.
- Renart c’est force et force soit (VIIa 408) « C’est un viol, Renart, et vous me violentez » : les deux verbes sont mis sur le même plan alors que l’un est à l’indicatif et l’autre au subjonctif, marquant la résignation de la victime.
- selonc l’esgart de ma maison (VIIb 704 ) « selon les habitudes de ma maison ». Esgart signifie « examen, délibération, décision ». En fait il faudrait inverser les vers 703 et 704.
- por biau servir ai le col frait (VIII 456) « on me brise le cou pour mes bienfaits ». Le col n’est pas le cou auquel on va passer la hart mais l’expression désigne l’épuisement physique (« j’ai le corps brisé ») de celui qui s’est fatigué à rendre service aux autres. On peut aussi interpréter servir dans le sens féodal : le vassal s’est épuisé dans le service dû à son seigneur. Cf. VIII 138 la char rompue (« le corps moulu ») quand Renart évoque ses voyages (imaginaires) pour trouver un remède destiné à guérir le roi. On retrouve cette idée dans la bouche de Brun sous une formulation proverbiale : de bien fait col frait (X 266) et le vers suivant l’oriente vers l’ingratitude de la personne que l’on a servie ; mal por bien l’a en por service.
- « Renart peut faire son salut, cela dépend de lui » sauver se puet, s’a lui ne tient (VIII 1398). Passage compliqué qui demande une explication.
- « le travail, entrepris par de telles gens, fut rapidement mené à bien » Tost fust la chose a droit point mise / qui de tel gent fust entreprise (XIII 89-90). La traduction proposée considère que les deux fust sont des graphies de la P3 du passé défini. Mais au vers suivant on trouve la forme fu. On peut aussi considérer qu’il s’agit de formes d’imparfait du subjonctif à valeur hypothétique et comprendre « le travail qui serait entrepris par de telles gens serait rapidement mené à bien ». On peut aussi voir un tour exclamatif, sur le modèle du tour qui lors veïst : « comme il serait rapidement mené à bien, le travail qui serait entrepris par de telles gens ! ».
- homage et foi : A cestui mot la foi li rent / li vilains et Renart la prent (XVIII 407-8) est traduit par « Sur ces mots il rend hommage à Renart, qui l’accepte » et un peu plus loin si li fait homage en plorant (XVIII 429) est traduit par « [il ] lui rend hommage en pleurant, ce qui fait que les deux composantes de l’engagement vassalique sont mal distinguées.

B) Notes de bas de page

110La traduction est accompagnée d’un abondant appareil de notes placées en bas de chaque page, d’une consultation plus aisée que lorsqu’elles sont renvoyées en fin de volume. Aucune de ces notes n’est superflue ou inutile, mais on ne discerne pas facilement quel est le public visé, ce qui explique que l’on trouve aussi bien des notes très érudites et fort précieuses pour le chercheur que des notes de vocabulaire indispensables pour les étudiants et des notes d’éclaircissement, à destination de tous les lecteurs, destinées à faciliter la circulation dans la vaste forêt des 22 000 vers du ms. B. Quelques remarques seulement, au fil des branches :

111Tome I, branche I :

112- p.155, note 2 : la leçon de B (qui sont plus fel que hermeçons) peut être maintenue si l’on comprend que qui a pour antécédent les os et non li garçon. Hermeçon est alors traduit par « hameçon », ainsi défini par le TLF : « Petit crochet de métal, armé d’une ou de plusieurs pointes, qu’on fixe au bout d’une ligne et qu’on garnit d’appât pour prendre du poisson ».
- p. 173, v.852-53 : le célibat des prêtres ne s’impose que très lentement, surtout pour le clergé rural : du point de vue idéologique, l’Église construit progressivement et impose la notion d’incompatibilité entre les deux sacrements que sont le mariage (pour les laïcs) et l’ordination (pour les clercs), et du point de vue pratique les évêques craignent que les prêtres « mariés » ne distribuent à leurs enfants les biens propres attachés à une église paroissiale, ce que les textes ecclésiastiques appellent « le patrimoine du Crucifié ».
- p. 185, note 3 : le méfait de Renart (faire tomber Isengrin dans un piège à loup) ne peut pas être celui de la branche XV puisque Renart est absent de cette branche et qu’Isengrin est seul face au prêtre Martin. Il s’agit d’un méfait inconnu des textes qui nous sont parvenus, tout comme, dans la même confession, le comportement de Renart envers les mercenaires qu’il avait engagés (v.1095-1109).
- p. 201, v. 1339 : il faudrait signaler qu’à partir de ce moment (fin de la demande de Grimbert) jusqu’au départ de Renart de la Cour (1483), chaque manuscrit propose sa version propre du procès de Renart : ainsi la proposition de commutation de peine, venant de Grimbert dans B, est faite directement par Renart dans A.

113Tome I, branche Ia :

114- p. 223, note 2 : il faudrait développer l’idée que « comme les confessions, les vantardises de Renart permettent au conteur de rappeler d’autres épisodes » en introduisant la notion d’intertextualité et celle du pacte de lecture entre le conteur et ses auditeurs-lecteurs.
- p. 223, note 2 : dans la branche XIII il n’est pas question de l’annonce de la paix jurée qui aurait fait descendre Rousseau l’écureuil de son arbre. Quant à l’aventure de Pelé le rat (v. 1743-46), elle ne figure dans aucun des manuscrits qui nous sont parvenus.
- p. 241, v. 2031-44 : le testament de Renart a une portée satirique évidente par la juxtaposition des legs : le chastel (v. 2033), la grant forteresce (v. 2035), puis deux essarz (v.2033b et 2040).
- p. 249, note 2 : il faut noter l’inflation numérique. Le cortège funèbre de dame Coupée ne comporte que cinq membres, celui de Pelé le rat en comporte plus de cent ! La mise en scène romanesque respecte la réalité zoologique : les volailles d’un côté, les rats et les souris, on a là l’essentiel de la nourriture du goupil. Les campagnes médiévales constituent un biotope parfait pour le goupil en raison de l’omniprésence (même sur les sols les plus ingrats ou les altitudes les plus élevées) de la culture des céréales, qui attire et nourrit en abondance les souris et les rats.

115Tome I, branche Ib :

116- p. 367, note 1 : dans la branche XIII (« Renart le noir », branche inconnue du ms. B) Renart se teint volontairement en noir (ici le déguisement est accidentel) mais le conteur néglige le travestissement du langage. On est là dans un schéma bien connu des textes épiques et romanesques : un personnage A se déguise et interroge le personnage B qui ignore qu’il parle à A.
- p. 303, v. 3115. Il faudrait signaler à cet endroit le début du dernier épisode de la branche Ib : le « combat des dames » (cf. v. 3221 ou, selon la jolie formule de Jean Batany, « le crépage de chignons ») fait d’un déchaînement verbal accompagné d’un déchaînement de violence peu commun.
- p. 311, note 1. La formule plaisante « retour à la case départ » mériterait d’être explicitée de façon plus technique ! C’est le retour à une situation « euphorique », donc le héros est disponible pour de nouvelles aventures.

117Tome I, branche II :

118- p. 313, note 1. C’est l’occasion de rappeler la différence grammaticale entre les deux formules : si m’aïst Diex est une proposition indépendante ouverte par un adverbe et avec sujet grammatical postposé, c’est une formule de souhait (« que Dieu me vienne en aide ») par laquelle on appelle sur soi l’aide Dieu. Se Diex m’aïst est un tour abrégé de proposition hypothétique (jamais de subjonctif présent après un se hypothétique) signifiant mot-à-mot « s’il est vrai que je souhaite que Dieu me vienne en aide ». Ce tour sert le plus souvent à appuyer la véracité d’une affirmation.
- p. 315, note 1. Il faut rapprocher ce passage de celui de la branche I (v. 465-66) dans lequel c’est Brun qui s’en va l’amble : allure naturelle de l’ours ou allure contrainte de la monture de Brun ? Dans ce cas, cette allure calme transcrit la tranquillité d’esprit de Brun, messager sûr de son bon droit et assuré du succès de sa mission.
- p. 341, v. 474-75. Il faut noter l’intention parodique du conteur dans l’emploi des termes porz et marche (venus tout droit de la géographie épique) pour désigner ce que les scientifiques appellent « le territoire » de chaque animal.

119Tome I, branche III :

120- p. 343, notes 2 et 3, p. 345, note 1. Le traducteur réussit la prouesse de donner une excellente synthèse de tous les travaux critiques (et ils sont nombreux !) consacrés aux 18 vers du prologue de cette branche.
- p. 349, note 2. Ce récit de la création des animaux est triplement original : par sa place dans le prologue du RdR : l’estoire de Renart remonte plus haut que le Conte du Graal (qui remonte aux temps christiques de la crucifixion), il va jusqu’à la période adamique ; par la subordination totale de l’animal à l’homme : ce dernier crée les animaux pour ses propres besoins (mestier, 45), après avoir reçu de Dieu le pouvoir de création ; par la priorité dans le temps accordée à la brebis et au chien, conformément aux données actuelles de l’histoire de la domestication ! Mais la source de ce récit reste introuvable. Il s’agit probablement d’un récit apocryphe, vraisemblablement écarté très vite des recueils de récits bibliques en raison de son caractère peu « orthodoxe ».
- p. 353, note 1. Il faut signaler que les vers 113-152 sont propres au ms. B et ne figurent ni dans CM ni dans le fragment n.

121Tome I, branche IIIa :

122- p. 367, note 1. C’est en emploi pronominal (soi traire) que le verbe prend le sens de « se déplacer », mot-à-mot « imprimer un mouvement à soi-même ». Cf. VII, 127 : Renart invite Tiécelin à s’approcher de lui (ça vos traiez !).
- p. 377, note 1. Cette note très complète sur le songe de Chantecler devrait être remontée au tout début du passage dès le v. 445 (conmença li cos a songier). Il faut noter ici un « retournement » du symbolisme onirique habituel. Charlemagne voit des animaux mais n’identifie pas qui sont ses ennemis « déguisés » en animaux. Chantecler ne voit pas que ce qui le menace : c’est tout simplement un animal.
- p. 403, note 1. Le texte de L donne une jolie formule pour l’hypocrisie : bien set son corage covrir (« il sait bien recouvrir – cacher à la vue d’autrui – ce qu’il y a au fond de son cœur »).
- P .411 : une note paraît nécessaire au v. 1130 pour signaler que mesquerra est la forme avec métathèse du futur simple (P3) de mescroire.

123Tome I, branche IIIb :

124- p. 415, note 1. Le « peut-être » est de pure précaution rhétorique ! La note 1 de la p. 467 et la note 1 de la p. 477 parlent clairement de parodie : il y a bien référence parodique au roman courtois. La mervoilleuse avanture (v. 1168) annoncée n’est que la découverte fortuite d’une grant andoille (v. 1168) ! La raillerie sur la religion viendra plus loin quand l’andouille sera appelée chose saintefie (v. 1261) puis saintime chose en loi (v. 1274).
- p. 425,v. 1358. Les aboiements des chiens sont vus par Tibert comme une douce melodie (v. 1358), celle d’une procession qui parcourt la campagne. On a là un procédé venu de l’Ysengrimus et qui consiste à faire une lecture cléricale de tous les événements : on retrouvera ce procédé plus loin (cf. tome 2, p. 163, note 1) avec le grillon qui est appelé par Renart clerc parce que l’animal passe son temps à chanter !

125Tome I, branche IV :

126- p. 439, note 2. Le synode diocésain (cf. p. 431) était un rassemblement périodique du clergé paroissial autour de l’évêque et des « cadres » de l’évêché. Son but était surtout d’améliorer la formation intellectuelle du bas clergé, à une époque où il n’existait aucun lieu de formation pour le clergé paroissial (les séminaires sont une création d’après le concile de Trente). La participation au synode était une obligation, passée en proverbe : ou enviz ou volentier, couvient au sane aler le prestre (I 456-57). Mais les prêtres de campagne prenaient quelques libertés avec cette obligation et les archives ecclésiastiques signalent de nombreux cas de curés arrivant en retard et parfois éméchés (pour cause d’arrêts fréquents dans les auberges) à la première séance du synode !

127Tome I, branche V :

128- p. 441, note 1. Cette note mériterait d’être étoffée puisque la branche V est la première, dans la disposition propre au ms. B, des 4 branches-fabliaux, ces courts récits d’où Renart est à chaque fois absent et où le personnage principal est Isengrin. Deux de ces récits, (« Isengrin et les deux béliers », « Isengrin et la jument ») figurent déjà dans l’Ysengrimus et constituent autant d’étapes dans la déchéance d’Isengrin et sa marche inexorable vers la mort (cf. pour la br anche XVI la note 1 de la page 139 du tome 2). Il conviendrait également de signaler que les v. 13-18 ne présentent pas un enchaînement très cohérent, mais aucune variante ne propose un texte satisfaisant.

129Tome, branche VI :

130- p. 447, note 1. Cette note appelle un prolongement sur la notion de mise en cycle de récits à l’origine indépendants, organisés selon les simples lois de la sérialité narrative, comme l’écrivait Jean Batany, à propos de la chaîne des contes du « loup nigaud ». Cette branche fait une utilisation minimale du personnel narratif du RdR : Isengrin est accompagné d’un ours nommé Patous. C’est la femme, qui remplace Renart dans la maîtrise de l’enging, qui est le personnage principal.

131Tome I, branche VII :

132- p. 459, note 1. Note précise et bien documentée sur l’emploi de vassal en contexte narratif.
- p. 463, note 1. Tout ce qui est dit sur la ruse de la mort simulée est parfaitement exact, mais semble mal venu ici : Renart, loin simuler la mort pour tenter de s’emparer du corbeau, joue sur la « vraie » blessure qui date de l’épisode de Tibert et du broion, comme l’explique bien la note 2 de la même page.

133Tome I, branche VIIa :

134- p. 467, note 2. Au vers 157, une analyse rapide serait la bienvenue pour préciser l’agencement narratif des 3 épisodes centraux de la geste renardienne (adultère et viol – escondit manqué – premier procès, le Plait de Renart) selon les arrangements des manuscrits : dans le ms. B, qui adopte l’ordo artificialis, le Plait ouvre le récit et contient une allusion au viol (v. 30-38, mais rien sur l’adultère) et à l’escondit manqué (v. 39-44), épisodes situés plus loin et placés l’un à la suite de l’autre (VIIa et VIIb) alors que ces deux épisodes sont nettement séparés dans le ms. D (l’épisode de l’adultère et du viol manque dans le ms. A qui enchaîne directement le vol des poissons sur la fin de l’épisode de Tiécelin). Les ms. C et M, qui suivent l’ordo naturalis, placent l’adultère et le viol immédiatement après le récit des Enfances Renart ; le récit de l’escondit manqué (unité 9) vient plus loin et fait l’objet d’un traitement soigné : l’auteur compose deux entre-textes de liaison, l’un au début pour remettre en mémoire le contentieux né de la honte dame Hersant (v. 8), l’autre à la fin pour assurer la continuité narrative de l’escondit manqué et du Plait (unité 10) avec l’annonce faite par Isengrin (ouen en mai ferai mon clain, v. 1401). Il faut remarquer que dans le manuscrit B, le titre de la branche VII (c’est la branche com Renart dut jurer le sairement a Isangrin) ne mentionne ni l’épisode de Tiécelin ni celui de l’adultère et du viol de Hersant.
- p. 477, note 1. Il faudrait signaler ici qu’une ponctuation différente est possible : on peut comprendre pour les v. 342-44 (mes ainz que pasat la semaine / lor vint une estrange aventure, / ensi come la voie change) que voie n’a pas un sens concret mais signifie « le cours des choses ».

135Tome I, branche VIIb :

136- On peut discuter la « coupure » entre les deux branches : au v. 561 (choix de l’éditrice) ou au v. 551, qui marque le départ du couple pour la cour ?
- p. 489, note 2. L’analyse du burlesque spécifiquement renardien pourrait être illustrée de quelques exemples, le plus riche se trouvant dans les réplique de Renart à Brun aux v. 946-48 : se vostre peliçon vos poise / ja n’en saiez desconfortez, / il vos sera par tens portez.
- p. 499, note 2. Un éclaircissement ne serait pas inutile sur le droit canonique (ou droit canon).
- p. 503, les v.794-77 méritent une note : Brichemer y expose dans toute sa brutalité la situation de la femme mariée (celi [la femme mariée] a il [le mari] en sa prison).
- p. 535, note 1. Il faut noter la présence de Pelé le rat dans le camp de Renart, mais l’auteur précise que sont regroupés autour de lui trestoz cil de sa maniere (v. 1327).
- p. 545, note 1. La notion de « juxtaposition » mériterait quelques éclaircissements qui pourraient être illustrés par la parodie de l’onomastique épique : la chanson de geste connaît le sarrazin Gasteblé ou le cheval Passecerf. Nous avons ici deux vilains au nom transparent : Brisefouace (1515) et Voide Escuelle (1684) !

137Tome I, branche VIII :

138- p. 559, note 2. Il faudrait préciser pour la comparaison de l’arrivée de Renart (celle du début de la branche VIII et celle du milieu de la branche I, v. 1221 sq.) que dans cette dernière Renart vient à la cour après avoir été dûment mandé 3 fois. Dans « le duel » (dans la version du ms. B) Renart se présente spontanément et le motif du jugement de Renart est ainsi raccourci de l’élément « envoi d’un ou plusieurs messagers à Maupertuis ».
- p. 571, note 1. La plainte de la prêtresse au moment de la mutilation du prêtre par Tibert constitue une parodie volontairement assumée par le conteur du planctus (déploration funèbre) des romans courtois. L’isotopie dominante est celle de la perte (perdre, 205, 208 et 217, faillir, 215) et on note l’absence de tout terme « transparent » comme coille ou escoillier.
- p. 579, note 3. L’aventure de Roonel pris dans un piège caché dans les vignes figure bien dans la branche « Renart médecin », Roonel étant le premier messager envoyé auprès de Renart. Le vers 388 est une reprise du vers 584 de la branche XIX.
- p. 583, note 1. On assiste dans la branche Ia à une très nette dégradation de l’image du roi Noble, mari trompé et juge corruptible et corrompu, alors que dans la branche VIII Noble bénéficie de l’image forte d’un souverain respecté et exerçant pleinement toutes ses prérogatives judiciaires.
- p. 585, note 1. Il faudrait traduire précisément le proverbe tel ne peiche qui encort.
- p. 595, note 1. L’articulation narrative forte de la première partie se situe plus haut au v. 515 : à partir de ce moment-là le roi s’efface et on assiste à un débat direct entre Renart et Isengrin. Isengrin raconte et accuse, Renart se défend à l’aide d’un proverbe et finalement au v. 789 Isengrin demande le congié du roi pour la bataille .
- p. 601, note 1. Dans le premier épisode des aventures de Primaut (branche XIV de l’édition Martin), Renart pousse bien Primaut à boire plus que de raison, mais c’est dans une église et non dans un cellier.
- p. 603, note 2. La mention de la large tonsure faite à Isengrin peut renvoyer, vu que les conteurs semblent confondre dans les rétrospections les mésaventures d’Isengrin et celles de son frère Primaut, soit à la tonsure faite à Primaut dans l’église (toujours dans la première aventure de la branche XIV de Martin) soit à la tonsure faite à Isengrin dans la branche XII du ms. B, cf. v. 324-58.
- p. 605, note 1. Les vers 740-64 renvoient à la deuxième aventure de Primaut : Renart envoie ce dernier vers une charrette de poissonniers pour qu’il fasse le mort et que le scénario du « vol des poissons » (premier épisode de la branche XII) se renouvelle, mais les poissonniers, devenus méfiants, rouent de coups Primaut qui s’échappe difficilement.
- p. 611, note 2. Excellente mise au point historique sur le duel judiciaire.
- p. 639, note 2. La coloration languedocienne du parler de frère Bernard est inconnue des ms. de la famille alpha, des ms. C et M et des ms. dits composites H et O. Elle n’existe que dans les ms. B, K et L, et de plus K et L corrigent les termes losanjador et enperador placés à la rime (v. 1383-84) dans un passage narratif, comme si le conteur s’était laissé prendre par les particularités du langage de frère Bernard ! Dérapage d’un scribe ou raillerie discrète ?
- p. 643, note 1. Il s’agit ici d’un vrai moniage, d’une vraie entrée, sous la contrainte il est vrai et non sur décison personnelle, dans un monastère : le conteur marque cette entrée par l’adoption des codes vestimentaire et alimentaire spécifiques de la vie monastique.

139Tome I, branche IX :

140- p. 657, note 1. Il y a dans les aveux de Renart des faits inconnus des textes qui nous sont parvenus : la parenté de Renart et de Hersant est-elle un fait « inventé » ou faut-il comprendre seror au sens le plus large ? Il en est de même pour l’épisode de Hersant attachée à la queue d’une jument.
- p. 659, note 1. Le pèlerinage de Renart à Rome n’est pas stricto sensu un pèlerinage pénitenciel, c’est-à-dire exécuté pour expier de graves péchés, mais c’est un pèlerinage effectué pour obtenir l’absolution dans le cadre des cas réservés.
- p. 659, note 2. Cf. branche I, 1683-84 : es vos Renart le pelerin / l’escharpe au col, bordon frainin.
- p. 661, note 1. Pour chacun des trois jours des Rogations, le clergé organisait une procession dans les champs autour du village.
- p. 661, v. 181 : le contexte (cf. 189 et la variante de 182) indique qu’il faut traduire moston par « bélier », mâle adulte de l’espèce ovine, utilisé pour la reproduction.
- p. 677, v. 462. La branche IX n’a ni prologue ni épilogue et ce qui est notable c’est l’absence de tout contexte féodal, le roi Noble n’étant mentionné fugitivement qu’une seule foi (v. 43).

141Tome I, branche X :

142- p. 679, note 1. L’analyse très fine des trois époques de la vérité du texte mériterait plus de développement, en liaison avec l’interprétation de chacune des variantes signalées dans la note 2. Il faut noter que cette branche fait appel à un type de merveilleux spécifique, différent du merveilleux renardien ordinaire dans lequel un personnage comme Brun est un grand baron du roi mais redevient un simple animal face aux vilains, sans aucune possibilité de communiquer : dans la branche X Brun parle avec Liétart et négocie avec lui, avant de « retomber » dans la stricte condition animale et de finir dans le lardier du vilain.
- p. 679, note 6. Le RdR adopte un système d’auto-référence : la richesse d’un vilain nouveau venu dans les récits est évaluée à la mesure de celle d’un vilain très connu des auditeurs-lecteurs, celui de la branche IIIa, le « propriétaire » de Chantecler.
- p. 683, note 1. Le seillon de terre est une unité de surface (variable selon les régions dans la France médiévale) mais c’est aussi de façon pragmatique la largeur de terre fraîchement labourée sur laquelle l’agriculteur répand la semence en un seul passage : « le geste auguste du semeur » doit être régulier et la surface à ensemencer à chaque passage bien délimitée. Mais seillon employé seul peut être synonyme de roie (cf. v.595) et désigner la tranchée ouverte dans la terre par la charrue. Au v. 685 et au v. 770 la roie désigne clairement le sillon moderne, cette tranchée ouverte par la charrue d’une extrémité à l’autre du champ.
- p. 701, note 1. Ce proverbe peut se comprendre comme « le mieux est l’ennemi du bien » et il repose sur une comportement observé chez l’animal : la chèvre est un animal délicat qui gratte le sol pour y être couché plus confortablement.
- p. 707, note 4. Il faut ajouter que la rime Noel / sel se lit déjà aux v. 379-80 de la branche XII au tout début de l’épisode de la pêche à la queue.
- p. 771, v. 1492. Il faudrait préciser ce que sont les corroies ; il s’agit de solides lanières de cuir tressées en forme de cercle qui sont accrochées au joug des bœufs et dans lesquelles le laboureur fixe le timon en bois de la charrue. Ainsi les courroies assurent une grande souplesse d’articulation entre le force qui tire et l’objet tiré qui retourne la terre.
- p. 775, v. 1568. C’est le début de ce qu’on peut appeler « l’intermède Timer » (1568-1943). Un personnage secondaire entre dans le ballet infernal de la promesse et de la ruse mais il échoue complètement : non seulement Timer ne parvient pas à capturer Renart mais par la maladresse du vilain il perd une cuisse dans l’opération.
- p. 813, v. 1. Le conteur prétend vouloir se consacrer à un autre sujet ou l’an porra graignor sens prandre : si l’on prend en compte le topos de l’autodénigrement, il faut comprendre qu’il y a un grant sens à son récit et si on admet que le conteur est un prêtre exerçant à la campagne (il est parfaitement au courant des realia de la campagne briarde), on peut se demander si la leçon à tirer de son long récit (on ne peut pas parler de fable), ce n’est pas in fine une condamnation de la cupiditas du vilain, cette soif du « toujours plus », dont Liétart est une parfaite illustration. Liétart essarte pour agrandir son domaine, puis pour sauver son bœuf il se met sous la dépendance totale de Renart et finit par tout perdre jusqu’au dernier œuf.

143Tome I, branche XI :

144- p. 815, note 1. Excellente analyse des différentes instances d’énonciation du conte, analyse à relier à l’épilogue (v. 1450-60) au cours duquel le conteur donne son nom, événement suffisamment rare pour qu’il soit signalé.
p. 815, note 3. Entor ces colz : pourquoi ne pas y voir les « choux » (avec démonstratif épique de notoriété, en emploi parodique) ? Chaque ferme possède dans son jardin clos une plantation de choux, cf. IIIa 382, 414, 663 et 669 (épisode de Chantecler) et XVIII 205 et 208 (épisode du vilain Bertaut). Au v. 414 de la branche IIIa, le ms. B porte la forme col, corrigé par l’éditeur en chol d’après L. Pour la cohérence de cette lecture il faudrait admettre une forte ellipse du récit de cette quête de Renart : au v.16 (la lande) on est encore dans l’espace non cultivé qui cerne chaque village et au v.18 (ces colz) on est bien entré dans l’espace habité de la vile.
-
p. 823, note 3. Il faudrait ajouter que tripalium désigne aussi un appareil de contention pour immobiliser les grands animaux comme le cheval ou le bœuf (sens encore mentionné dans le Petit Robert).
- p. 825, note 2. On a ici un écho au conte populaire appelé « l’unique ruse du chat ». Cf. P. Delarue et M.-L. Tenèze, Le Conte populaire français. Catalogue raisonné des versions de France, tome III « Contes d’animaux », Maisonneuve et Larose, 1976, p. 354 (conte-type 105). Face au goupil qui se vante de connaître mille ruses, le chat réplique que lui n’en connaît qu’une et qu’elle lui suffit pour échapper à la mort : il sait grimper aux arbres ou aux pièces de bois plantées en terre comme la croix de la branche IV. Dans les branches jugées plus récentes, le goupil s’affranchira de cette incompétence naturelle (cf. par exemple branche XX, v. 567-68 : Renart grimpe à un arbre pour dévorer des oisillons, mais l’auteur précise au miauz que pot monta en haut, / au ni en vint que pas ne faut).
- p. 837, v. 379 : le droit canon interdisait aux prêtres la pratique de la chasse. À partir du v. 367 nous retrouvons le merveilleux spécifique de la branche X : Tibert parle avec le curé et négocie avec lui, avant de lui voler son cheval et ses livres.
- p. 877, v. 1041. Renart sert à Tibert la ruse dont il a été victime de la part de Chantecler dans la branche IIIa (v. 688-710) et on retrouve la bivalence de la bouche pour les personnages renardiens : organe de la locution pour l’homme, organe de la préhension pour l’animal.
- p. 885, v. 1199. Il faut noter l’inflation verbale dans les railleries (le gangler, v. 1199) lancées sur Tibert (v. 1066-1196) : on est loin de la brièveté des gas (I, 707) qui accueillent Brun après l’échec de sa mission (I, v. 708-715).
- p. 901, v. 1443. La capture de l’oison vient à point nommé rappeler que Renart était sorti de Maupertuis pour porchacier la nostre vïande (v. 15). On voit que l’ouverture du récit avec le motif de la reverdie inversée devient une convention pour lancer une nouvelle aventure qui ne sera pas nécessairement une quête de nourriture.

145Tome II, branche XII :

146- p. 9, note 2. Le traducteur fait une excellente synthèse sur la lectio difficilior que représente le v. 8 : ne ses doces ne pooit fandre. Le terme dosse (écoin aussi, régionalement) est très clair et c’est l’expression fandre ses doces qui a troublé le scribe de C qui donne une autre version tout aussi crédible : rendre ses dettes ! Il n’empêche que la répétition n’ot que doner ne que despandre (v. 7) et n’ot que doner ne qu’acheter (v. 9) rend le passage suspect.
- p. 11, note 6. À propos du Bestiaire de Pierre de Beauvais, il convient de signaler la récente édition de la version longue : Le Bestiaire. Version longue attribuée à Pierre de Beauvais, édité par Craig Baker, Paris, Honoré Champion (« Classiques français du Moyen Âge » 163), 2010.
- p. 19, note 2. Il faut relever la contradiction entre le dénuement total mentionné au début du récit et l’abondance de bois de chauffage (il orent buche a grant planté, v. 173) mais ce détail ne suffit pas pour prouver l’autonomie primitive des 3 épisodes de la branche : « vol des poissons », « moniage d’Isengrin » et « pêche à la queue » sont unis par des liens forts de composition nécessaire.
- p. 21, v. 177. Le sous-titre « le moniage d’Isengrin » ne doit pas prêter à confusion : à la différence de l’Ysengrimus, Isengrin n’entre jamais dans un monastère et le monastère en question n’existe que par le verbe décepteur de Renart.
- p. 33, note 1. Pour compléter les informations sur les sources de l’épisode, il faut ajouter l’existence d’un conte populaire « étiologique » venu du nord de l’Europe et dont le héros était l’ours (cf. , Le Conte populaire français, tome III, « Contes d’animaux », p. 274, conte-type 2).

147Tome II, branche XIII :

148- p. 43, note 1. Le traducteur rend très bien compte de l’originalité de ce prologue.
- p. 43, v. 20. L’association de plusieurs animaux pour travailler la terre puis la querelle au moment du partage de la récolte constitue un conte populaire bien connu aux multiples ramifications (cf. Le Conte populaire français, tome III « Contes d’animaux », p. 291, conte-type 9 « Le mauvais partenaire »).
- p. 63, note 1, p. 65, note 1 et p. 87, note 1 : très pertinente analyse de l’originalité de l’insertion de la branche « Renart et le roi Conin » à la suite de la branche « Renart magicien ». Dans cette branche, connue seulement du ms. M, la fiction semble se démultiplier à l’infinité puisque Renart, après avoir appris la magie à Tolède, crée à sa convenance des animaux qui viennent peupler et distraire la cour du roi.

149Tome II, branche XIV :

150- p. 89, note 1. La formule désignant « le ton de la dérision qu’il [le conteur] va prêter à ses personnages » mériterait plus d’explications.
- p. 89, note 2. Mout remaint de ce que foux pense : la traduction proposée (« les pensées d’un fou restent figées ») est en légère contradiction avec le texte de la note explicative : « les pensées d’un fou ne parviennent pas à exécution », cette dernière formulation me paraissant plus satisfaisante. Je proposerais : « nombreux sont les projets de l’homme insensé qui ne parviennent pas à exécution ».
- p. 95, v.112-13. On peut voir là un premier trait de dérision : l’action est située la nuit dans un monastère, c’est-à-dire pendant le temps du recueillement et de la prière pour les interminables offices de nuit. Or la seule personne qui se lève au milieu de la nuit dans ce monastère n’est pas un moine mais un serviteur (sodoient, v. 112) pour satisfaire un besoin naturel ! On retrouvera le bas corporel au moment de la prière de Renart et des sept pets dédicacés (v. 227-228).
- p. 109, note 4. La formule « le mythe d’Isengrin moine » est heureuse mais demanderait un peu plus d’explications.

151Tome II, branche XV :

152- p. 129, v. 6. Cette branche de 138 vers comporte une singularité dans sa première moitié. On y trouve 5 séquences de 6 vers sur la même rime : v. 1 à 6 rime en -in, v. 11 à 16 rime en -age(s), v. 41 à 46 rime en -ure, v. 47 à 52 rime en -oie (-aie), v. 57 à 62 rime en -er et une séquence de 4 vers sur la même rime, les v. 53 à 56, ce qui fait que du v. 47 au v. 62 on a 16 vers sur 3 rimes seulement. Il paraît difficile de tirer une conclusion de cette constatation, sinon pour saluer la virtuosité du conteur !
- p. 131, note 1. L’angien construit par le prêtre Martin correspond exactement à la loviere dont parle Renart dans sa confession à Grimbert (I, 1070).
- p. 135, note 1. Note érudite et bienvenue sur la référence biblique de la terre fondue et p. 137, note 2 sur les psaumes de pénitence, bienvenue pour les lecteurs dont la culture biblique doit être confirmée.
- p. 137, note 5. La traduction proposée dans cette note paraît la plus satisfaisante : Isengrin se contente d’utiliser au mieux sa force physique et l’expression son enging fait clairement référence à l’angien du v. 46 (cf. aussi angin au v. 23 de la branche XVI).

153Tome II, branche XVI :

154- p. 139, note 1. Il faut ajouter que sur les 4 branches-fabliaux du RdR, seules deux, « Isengrin et la jument » et « Isengrin et les deux béliers », ont un avant-texte dans l’Ysengrimus.

155Tome II, branche XVII :

156- p. 145, note 1. Cette branche donne, plus que toute autre, l’impression d’être faite de pièces et de morceaux, et l’épisode du grillon est parfois incohérent à force d’abréviation. Il faut noter que dans le ms. A cette branche précède l’escondit manqué et elle s’ouvre sur l’épisode du jambon volé par deux vers (Un jour issi de la lande / Ysengrins pour querre vïande ) qui sont la traduction exacte des deux premiers vers latins de l’Ysengrimus.
- p. 147, note 1. Le texte du v. 33 est clair (car je sai bien que c’est joes), mais c’est la fin du vers suivant qui pose problème : après qui vos engoleront les, le dernier mot n’est pas identifiable : on lit un u (ou un v, ou un n ? ) puis un e (ou alors un o très mal formé), un autre e et un s.

157Tome II, branche XVIII :

158- p. 171, note 3. Il y a bien parodie du motif de la reverdie. Plus précisément on a une reverdie à effets inversés alors que dans la branche XII on a une reverdie totalement inversée avec retour de la mauvaise saison et tristesse et désespoir. Pour la composition de ce motif, cf. note 2 de la p. 815 du tome 1.
- p. 173, note 1. L’ouverture du récit est faite de façon classique : manque et déplacement.
- p. 177, note 1. Le portrait du vilain correspond aux stéréotypes de la littérature morale de l’époque avec une variation : dans la branche X Liétart représente la cupiditas (la soif du toujours plus) et ici Berton est l’incarnation de l’avaritia (toujours amasser, jamais dépenser).
- p. 205, v. 593. L’auteur néglige la plus élémentaire vraisemblance : Renart parle pendant plus de 30 vers (v. 538-64 et 582-89) sans que le coq puisse s’échapper de sa gueule et c’est seulement quand il commence à chanter que le conteur parle de bouche ouverte (v. 593) comme si jusqu’à ce moment-là Renart avait été ventriloque !

159- p. 217, note 2. L’affirmation d’une « protestation […] qui sous-entend l’inceste » ne paraît pas adaptée à la situation. Pour comprendre la protestation de Renart il faut remonter à la branche I et à l’audition de Hersant par la Cour. Hersant affirme son innocence et celle de Renart : onques Renart de moi ne fist / que de sa mere ne feïst (v.147-48), mais il y a un jeu sur les mots : au moment de sa naissance, Renart est passé par les voies génitales naturelles de sa mère, les mêmes voies naturelles que Renart amant emprunte pour un rapport sexuel avec son amante ! Il y a une allusion très claire au serment d’Iseut dans la Blanche Lande.
- p. 243, note 1. Très bonne synthèse sur le motif du partage des proies, venu de la tradition de la fable mais « renardisé » avec beaucoup de finesse et d’adresse.
- p. 245, note 3. Le traducteur souligne avec justesse la rareté de la satire politique dans le RdR.

160Tome II, branche XIX :

161- p. 263, note 1. Il est très fréquent (par exemple dans C et M) que le titre donné par le scribe à une branche ne corresponde qu’à un épisode de celle-ci. Dans le manuscrit B, le titre de la branche VII (c’est la branche com Renart dut jurer le sairement a Isangrin) ne mentionne ni l’épisode de Tiécelin ni celui de l’adultère et du viol de Hersant, et pour la branche XII le titre (C’est la branche de Renart com il fu getez en la charrete pessoniers) ne correspond qu’au premier des 3 épisodes.
- p. 263, v.1-14. Le prologue ressemble fort à celui de la branche III et il contient tous les éléments de la topique de l’exorde : l’appel à l’attention, les verbes oïr et dire, le substantif estoire et l’annonce d’un sujet inédit. L’auteur y ajoute le terme mervoilles pour qualifier le contenu de son récit. 
- p. 265, note 1. L’analyse de la structure de la branche met en évidence la capacité d’innovation du conteur : certes, il reprend le schéma « judiciaire », mais ici c’est le roi qui est le plaignant (a vos me claim de Renart, v. 41-2) et Renart est bien mandé. Mais la troisième fois, il s’agit d’une mission officieuse de Grimbert. À l’arrivée de Renart à la cour, le conteur coud parfaitement dans son canevas le contenu d’une fable bien connue.
- p. 269, v. 112-16. Il faut noter l’utilisation du tour épique ja fust se ne fust pour marquer le renversement total de situation que va créer l’intervention de Tibert, ennemi juré de Renart, mais qui exige, contre l’avis d’Isengrin, que l’on suive une procédure régulière.
- p. 269, v. 279-333. Cette scène est une innovation du conteur de « Renart médecin » : la fame Roienel (elle est anonyme et c’est sa seule apparition) y joue le rôle de Cassandre, tandis que Roonel campe sur ses positions de vassal zélé.
- p. 287, v. 443. Le mécanisme de la ceoingnole (piège totalement différent du broion de la branche IIIa, v. 975) mérite quelques explications pour que le lecteur comprenne pourquoi l’animal pris au piège se retrouve pendu par le cou (cf. v. 535, 692-93, 1313, 1536 et 1549).
- p. 309, note 41. Il s’agit d’une des multiples occurrences de l’emploi du procédé du renforcement pittoresque de la négation. Il faudrait réintégrer chou à l’entrée choul du glossaire (p. 650).
- p. 319, v. 968. On constate l’inflation verbale dans le rapport du messager qui a échoué, si on compare le long rapport de Roonel (v. 901-68) et le rapport lapidaire de Brun (branche I, v. 734-35) : faut-il en conclure que les personnages sont devenus, à l’instar de ceux de l’Ysengrimus, d’infatigables bavards ?
- p. 325, note 1. Le personnage du cerf est un personnage « positif » dans la tradition des Bestiaires. Cf. sur ce point les deux ouvrages de J. Voisenet, Bestiaire chrétien. L’imagerie animale des auteurs du Haut Moyen Âge (ve-xisiècle), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1994 et Bêtes et hommes dans le monde médiéval. Le bestiaire des clercs du ve au xiie siècle, Turnhout, Brepols, 2000.
- p. 329 : l’expression vile champestre (1157) aurait mérité du point de vue de l’histoire du vocabulaire une note explicative, d’autant qu’elle est traduite là par « village » et ailleurs (XVIII, 524) par « ferme ».
- p. 335, note 1. Lire « la Saint-Jean », id. tome I p. 509, pour la traduction du v. 904 de VIIb : ces exemples de datation par les fêtes des « grands » saints pourraient être reliés à la copieuse et très utile note de la page 61 (tome II, branche XIII, v. 306) sur le calendrier médiéval qui est à sa base un calendrier religieux. Qui de nos jours peut encore situer sans hésiter le dimanche de Quasimodo ou la Saint-Luc ?
- p. 345, note 1. La monture de Renart (cheval ou mule) acquiert une certaine autonomie durant le voyage (ileuc pest de l’erbe et du fain, v. 1392) mais elle se volatilise à l’arrivée à la cour, contrairement à ce qui se passe dans la branche XX pour l’arrivée de Renart et Grimbert (v. 1738a-38b).

162Tome II, branche XX :

163- p. 375, note 2. Les adverbes maintenant et durement (avec une fréquence légèrement supérieure), tout en participant à l’hyperbole constitutive du genre épique, sont des chevilles commodes pour le conteur.
- p. 375, note 3 et p. 379, note 4. La biographie des enfants de Renart n’est pas simple à établir tant le conteur prend des libertés avec la stricte chronologie : aux v. 1880-1923 les trois enfants se présentent à la Cour et, à la demande de leur père (ce qui n’est pas la procédure habituelle), ils sont adoubés chevaliers par Noble.
- p. 379, note 2. Il paraît plus pertinent de voir 3 parties dans « Renart empereur » :

164o une série d’épisodes de la lutte entre Renart et un autre animal, organisée selon la progression spatiale de Renart depuis Maupertuis jusqu’ à la cour du roi ;
o une chanson de croisade bestournee : Noble doit se défendre contre les païens (emmenés par Musart le chameau) qui ont envahi son royaume ;
o une chanson du cycle des barons révoltés : Renart s’empare du royaume durant l’absence de Noble et ce dernier doit venir assiéger son propre château pour en chasser l’usurpateur.

165- p. 389, note 1. On peut voir dans le changement radical des rapports entre Isengrin et Renart un souci d’innovation de la part du conteur. La grant guerre annoncée dans le prologue de la branche III a épuisé tous ses charmes narratifs et le récit va ouvrir un autre front : l’opposition de Renart et de Noble. Mais les motivations de Renart ne sont pas en priorité politiques (soif du pouvoir, libido dominandi, selon la terminologie augustinienne) : elles sont d’un autre ordre et relèvent de la libido sentiendi. Pour dire les choses de façon triviale, il veut entrer dans le lit de la reine et y prendre définitivement la place de Noble.
- p. 391, note 2. L’essart constitue la frontière mobile, au gré de l’achèvement des travaux de défrichage, entre deux des 3 espaces du paysage médiéval : l’espace cultivé du terroir, occupé essentiellement par la culture des céréales, et l’espace sauvage de la forêt, le centre du paysage étant constitué par l’espace habité de la vile.
- p. 397, note 1. Il s’agit de la branche VIIb.
- p. 399. Le statut d’escuier est un statut limité dans le temps : il s’agit d’un jeune noble en service (non rémunéré) d’apprentissage chez un noble (généralement d’un rang supérieur à celui de son père) pour se préparer à l’adoubement. Une fois adoubé, il devient li nouviaus chevaliers. Le garçon peut être jeune comme l’escuier, mais il n’est pas noble. Il effectue un service rémunéré pour des taches peu gratifiantes : ce temps de service peut durer toute une vie. On parlera alors pour l’adulte de sergent. Au v. 625 de cette branche, le chevalier est accompagné par un escuier et son garçon.
- p. 419, note 7. L’épisode du moineau Drouin constitue un cycle complet : c’est le type même de ce que les folkloristes appellent « le récit équilibrant ». On peut parler d’un cycle de la vengeance, avec 3 personnages bien caractérisés : Drouin la victime de l’enging de Renart, Renart l’agresseur qui deviendra le trompeur trompé et Morin l’instrument de la vengeance, l’adjuvant selon les termes du schéma actanciel.
- p. 421, note 4. La leçon de B (chastaingnes, qui ne se rencontre que dans B et L) doit-elle être maintenue ? La simple présence un peu plus haut du cornillié (v. 763), arbre qui porte des petits fruits rouges comestibles, est un argument fort pour son remplacement par cerises.
- p. 455, v. 1344. Dans le prolongement des notes précédentes qui montraient comment Drouin utilise pour se venger toutes les armes de Renart, il convient de noter ici que Drouin ne manque pas de gaber sa victime en lançant un trait cruel : ci endroit est petit vostre art (v. 1346).
- p. 485, note 1. Le ms. H donne la bonne leçon pour les v.1845-46 : einzçois montons demain matin / Sire renart, ce dist Belin.
- p. 513, note 1. Le rapprochement de la 3e partie de la branche XX et de La Mort le roi Artu doit être poussé plus loin : il y a une dimension parodique voulue de la part du conteur de Renart, par un retour aux sources de la tradition arthurienne, c’est-à-dire au scénario du Brut de Wace (traduction de l’Historia Regum Britaniae) et une dégradation volontaire de l’image de la reine.
- p. 535, note 1. Nouvelle occurrence de renforcement pittoresque de la négation : l’esperon (v. 2647) peut être un objet de grande valeur s’il est en or ou en argent, mais il entre dans la catégorie des objets de valeur dérisoire à cause de sa toute petite taille.
- p. 539, note 2. Il faut préciser que parra est le futur simple de paroir « être visible, se voir » (cf. bien pert que… « il est évident que… »).
- p. 575, note 1 Il faut souligner la rapidité de cette scène finale : au v. 3264 la pendaison de Renart (capturé en flagrant délit de régicide) est imminente, et au v. 3295 c’est la clémence du roi, après 15 vers de plaidoyer de Renart.

166Au final, cette édition du manuscrit de Cangé vient à point nommé : elle ne peut que réjouir les spécialistes du RdR et elle constitue pour les enseignants de l’université un ouvrage commode pour faire lire à leurs étudiants le RdR, trop souvent absent des programmes universitaires des études de Lettres. Elle constitue un grand pas supplémentaire vers une édition critique du RdR et elle offre en outre un matériau homogène sufisamment vaste pour une étude des graphies à une période-charnière (fin du xiiie siècle - début du xive siècle).

167Ce compte-rendu est dédié à la mémoire des trois collègues spécialistes du RdR récemment décédés : Jean Dufournet (co-éditeur de la présente édition), Jean Batany et Jean R. Scheidegger. Leurs multiples travaux d’excellente qualité demeurent, mais eux manquent terriblement au petit monde des Renardiens.

Haut de page

Notes

1 Le Roman de Renart, publié par E. Martin, Strasbourg, Trübner ; Paris, Leroux, 1882-1887, tome 1, p. XXV.

2 L. Foulet, le Roman de Renard, Paris, Champion, 1914, p. 75.

3 E. Martin, Le Roman…, op. cit., tome 1, p. XXVII.

4 Ibid. p. VI.

5 M. Roques, Le Roman de Renart, tome 1, p. 110.

6 Cf. aussi pour la branche XX les v. 483, 598, 2165 et 2870.

7 F. Vieillard et O. Guyotjeannin, Conseils pour l’édition des textes médiévaux, fasc. 1 : Conseils généraux, Paris, École nationale des Chartes, 2001, p. 50-5. Les auteurs parlent de « fonction métrique » du tréma.

8 Cf. aussi pour la branche Ib les v. 2922, 2950, 3002, 3067, 3076 et 3103.

9 Cf. aussi pour la branche VIIb les v. 1518, 1603,1606 et 1711.

10 Cf. aussi pour la branche VIII les v. 242, 383, 496, 652, 754, 859, 899, 905, 1192, 1220 et 1304.

11 Cf. aussi pour la brancheX les v. 796, 838, 877, 995, 1001, 1148, 1314, 1354, 1391, 1445, 1595, 1673, 1747, 1766, 1825, 2074 et 2207.

12 Cf. aussi pour la branche XI les v. 525, 698, 990, 1040, 1059, 1061 et 1332.

13 Cf. aussi pour la branche XX les v. 2651, 2808 et 3136.

14 Dans le glossaire le tréma est systématiquement omis aux p. 651-52 du tome 2 et il faut lire conchïement comme en I, 1107, conchïer, etc.

15 On constate que dans la variante H du premier vers (tout pres de Renart aidïer), la valeur métrique du verbe change et que le tréma est indispensable.

16 Cf. aussi VIIa 532 force m’a fait (il m’a prise de force).

17 On retrouve le verbe foutre en emploi transitif direct pour l’épisode du viol de la reine : aux v. 1854 et 1863 de la branche Ia, le verbe est traduit par « baiser quelqu’un ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roger Bellon, « Le Roman de Renart », Perspectives médiévales [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://peme.revues.org/12054

Haut de page

Auteur

Roger Bellon

Université de Grenoble Alpes

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page