Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

Confessiones et nationes. Discours identitaires nationaux dans les cultures chrétiennes : Moyen Âge-xxe siècle

Paris, Honoré Champion, 2014
Marie-Rose Bonnet
Référence(s) :

Confessiones et nationes. Discours identitaires nationaux dans les cultures chrétiennes : Moyen Âge-xxe siècle, dir. Mikhaïl-V. Dmitriev et Daniel Tollet, Paris, Honoré Champion, 2014, 374 p.

Texte intégral

1Deux journées d’étude sont à l’origine de ce recueil. La première, intitulée « Confessiones et nationes. Traditions confessionnelles dans la formation des discours proto-nationaux et nationaux en Europe : fondements médiévaux, évolutions modernes et effets contemporains », a eu lieu en septembre 2008 à l’université Lomonossov de Moscou (Centre d’études ukrainiennes et biélorusses). La seconde, « Nations et religions », a été organisée le 30 avril 2009 à l’université Paris IV-Sorbonne par l’I.R.E.R. (Institut de Recherche pour l’Étude des Religions).

2De ce volume, qui compare la façon dont se sont constituées les images des identités nationales, trois questions se dégagent : quelle fut l’influence des christianismes « grec » et « latin » sur la construction des discours proto-nationaux au Moyen Âge et à l’époque moderne dans les milieux chrétiens européens ? Quelle fut celle des discours identitaires du Moyen Âge sur les xixe et xxe siècles ? Enfin, de quelle manière les pratiques confessionnelles « latines » et « grecques » ont-elles marqué la construction des discours depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours ? L’ouvrage est composé de trois grandes parties.

3La première partie, « Catholicisme, protestantisme, orthodoxie. Moyen Âge et époque moderne », comporte neuf articles consacrés à des pays et des peuples différents. La Russie est abordée par Eugène Volsky dans « La ‘terre russe’ dans La Geste d’Igor » ; la Pologne par Daniel Tollet (« Le sarmatisme polonais et le défi ruthène aux xvie et xviie siècle ») ; le Saint Empire Romain Germanique par Yuri Evgenievich Ivonin, « « Les notions de ‘national’ et d’‘universel’ dans la conception du Saint Empire Romain Germanique aux xvie-xviiie siècles »), l’Espagne par Sylvère Édouard (« L’Hispania au xvie siècle »). Le cas de la Gascogne, entre Espagne et France, est évoqué par Serge Brunet dans « Perceptions identitaires et nationales dans la France de la première modernité : de la francité et de l’hispanité des Gascons ». Enfin, quatre articles s’intéressent plus spécifiquement à la France (Gabriel Audisio : « Être étranger en France au xvie siècle », Claude Michaud, « Clovis dans la conception de la mémoire nationale en France », Pavel Y. Ouvarov, « Dictateur et patriote : dialogue difficile à travers deux siècles. Raoul Spifame vu par Jean Auffray », et Arlette Jouanna, « Les mutations de la perception de l’identité française au xvie siècle »).

4Les consciences nationales se manifestent bien souvent à travers des œuvres littéraires – La Geste du prince Igor par exemple – qui fournissent des explications d’ordre mythique au nom d’un pays, à sa formation, à son histoire identitaire. Les frontières évoquées appartiennent parfois à une époque révolue, mais sont toujours revendiquées au nom d’un attachement à la terre natale et à celle des ancêtres. Bien souvent, la religion intervient, qui cimente des liens entre habitants d’une même contrée. Ces appels à des racines lointaines excluent alors ceux qui ne pratiquent pas les mêmes rites, la même religion. La Bible peut servir de référent pour justifier que soient considérés comme « étrangers » tous ceux qui n’ont pas les mêmes valeurs. Et l’étranger est alors celui, comme le Gascon, qui présente des traits imposés par d’autres, extérieurs. Par exemple la Gascogne, dans l’esprit des gens, est beaucoup plus étendue qu’elle ne l’était réellement, et cette perception, souvent faussée, englobe des populations qui ne se reconnaissent pas toujours comme gasconnes.

5Par ailleurs, ces études montrent que la religion investit les notions de dynastie, d’État, de royaume, notions qui seront assimilées notamment à travers la figure du monarque qui devient progressivement le symbole de la nation. La construction d’une nation, très lente et progressive, a également besoin, pour se former, de la reconnaissance d’un ancêtre mythique – tous les articles, pratiquement, le montrent –, qu’il s’agisse des Maccabées, de Clovis, d’Énée ou d’autres personnages puisés aussi bien dans la Bible, dans la mythologie égyptienne qu’ailleurs.

6Certes il est difficile d’appréhender les notions du passé avec nos conceptions actuelles. En particulier, la notion de nation, sous l’Ancien Régime, diffère de la nôtre, et ses spécificités s’enracinent dans les profondes mutations que les pays européens ont connues au xvie siècle. En témoigne le sens du mot « nation » qui a évolué au fil des siècles. L’étymologie latine rappelle que le terme renvoie d’abord au lieu de naissance. C’est dans les universités que se développe cette idée d’appartenance à un même groupe issu de la même région, locuteurs d’une même langue, laquelle forge une identité plus que des frontières. Dès le xvie siècle, de nombreux auteurs témoignent de « cette aspiration à l’unité linguistique autour de la langue d’un souverain ». Langue, politique et religion s’entrecroisent bien dans les choix des poètes de la Renaissance. D’où la notion de « petite patrie » qui naît alors, parallèlement à la « grande ». Tous les pays sont concernés, finalement, par ce phénomène.

7Les articles de cette première partie établissent donc les liens entre nation, langue et religion, entre dynastie et pouvoir. Le patriotisme, idée qui se construit lentement, découle de tous ces éléments. La question de l’identité se pose dans chacune de ces neuf études qui tentent de développer les raisons qui président à la formation de cette identité à partir d’exemples précis, détaillés. Les mythes d’origine puisés aussi bien dans la Bible que dans les mythologies, échafaudés très tôt par les monarques, le sont à des fins politiques. La littérature contribue aussi à cette différenciation par des traits de caractère attribués aux uns et aux autres, insistant parfois sur l’époque charnière que fut le xvie siècle dans la construction de ces notions.

8La deuxième partie, « Églises et nationalismes à la fin du xviiie et xxe siècles », aborde à travers six communications l’époque moderne. Trois interrogent les relations en France entre religions et États : Christian Amalvi, « Catholicisme et nationalisme. Les métamorphoses nationalistes de Jeanne d’Arc de la Troisième à la Quatrième République : 1870-1946 », Ekaterina-N. Moiseeva, « Rhétorique nationaliste et facteur confessionnel dans le discours de l’empire français du dernier tiers du xixe siècle », Pierre-Yves Kirschleger, « Les protestants français devant la nation. Nationalisme, universalisme et européanisme xixe-xxe siècles ». Les trois premiers articles abordent ces notions pour la Pologne-Lituanie : Daniel Tollet, « La lutte contre les ‘dissidents’ religieux dans la confédération polono lituanienne au xviiie siècle », mais aussi pour la Russie : Michel-V. Dmitriev, « La ‘Sainte Russie’ des textes folkloriques russes (xviiie-xxe siècles) : un concept ‘national’ ou confessionnel ? », enfin pour l’Ukraine : Alfons Brüning, « Religion and nation : the idea or the ‘chosen people’ in writings of the Kievan Cyrill-and-Method Society in their European historical context ».

9Dans cette deuxième partie, les auteurs constatent qu’État et Religion ont des liens extrêmement étroits à l’époque moderne. Bien souvent cette notion, construite dès le Moyen Âge, est reprise au xixe siècle dans une Europe en bouleversements. La tolérance religieuse se heurte bien souvent à l’intolérance, notamment des catholiques, qu’il s’agisse de la France ou de la Pologne. L’assimilation entre la nation et la religion (« la notion de sainte Russie remplace la notion d’Église » par exemple, ou « Religion and Nation is a main theme in almost all of the writings of protagonists of the early Ukrainian national movement ») se constate dans la plupart des pays décrits dans ces articles. Le discours national qui se développe aux xviiie et xixe siècles reprend des idées antérieures, même si certains éléments n’apparaissent qu’assez tardivement, comme le fait que « Catholicisme et nationalisme [soient] une alliance improbable et tardive ». Les théories concernant la Grande Nation, qui ont lentement émergé au long des siècles, se concrétisent en France, par exemple, après la Révolution. Plus tard, les idées religieuses s’agrègeront à ce nationalisme, ou plutôt aux nationalismes. La nation reste un espace homogène (droits et devoirs égaux pour tous, même langue). Mais dans chaque pays, il y a récupération d’idéologies passées, de personnages désormais historiques, qui centralisent les aspirations à appartenir à une même nation. Ces constructions idéologiques se poursuivent du xviiie au xxe siècle. Les religions sont pour beaucoup dans la conception d’une nation, et servent les buts des différents dirigeants qui les utilisent pour fédérer des ambitions bien souvent différentes.

10La dernière partie, « Escapades hors du monde chrétien », est composée de deux articles, celui de Dominique Avon, « Une France catholique en ‘Terre d’Islam’. Les Jésuites en mission dans la première moitié du xxe siècle » et celui d’Eddy Dufourmont, « Nation et religion dans le Japon du xxe siècle : autour du confucianisme ». Elle aborde des pays non européens, mais qui peuvent amorcer des études comparatives entre différentes sociétés.

11Les Jésuites, récusés en France tout au long du xixe siècle, la représentent malgré tout dès qu’ils sont en pays étrangers. S’ils sont mal perçus dans leur pays, ils participent largement à la colonisation, et deviennent par là incontournables. Combattus d’un côté, ils symbolisent ailleurs la lutte contre l’athéisme ou d’autres religions. Missionnaires, ils retrouvent alors la crédibilité qu’ils avaient perdue, en représentant des valeurs hexagonales. Mais tout cela évolue, et la période qui suit la Seconde Guerre mondiale voit se transformer les idéologies, et les Jésuites vont s’adapter aux nouveaux discours qui parcourent les mondes chrétiens et musulmans.

12Le dernier article aborde la question des rapports entre la nation et la religion dans « l’histoire contemporaine de l’Asie de l’Est », notamment au Japon. Le confucianisme est important dans la construction de l’État japonais, aussi bien lors des périodes anciennes que pour la contemporaine. L’auteur étudie donc ces rapports qui ont fait dans un premier temps de l’empereur du Japon un dieu. Mais si cette conception est rejetée après la Seconde Guerre mondiale, l’influence de Confucius n’en demeure pas moins bien réelle. Religion et nation sont donc ici, comme en Europe, étroitement liées, et l’une a participé largement à la construction de l’autre.

13Conclusions : Daniel Tollet fait en dernier lieu une synthèse de toutes ces communications qui ont abordé la notion de nation, fondée sur des conceptions religieuses parfois fort anciennes, allant jusqu’à assimiler la patrie à la terre-mère. Les idées diffèrent selon que l’on se place du point de vue des chrétiens orthodoxes ou des chrétiens latins. Mais toutes les communications mettent en avant l’instrumentalisation de la religion par le pouvoir, ou leur imbrication étroite.

14Chaque communication, extrêmement documentée, est suivie de notes importantes qui proposent en outre une bibliographie abondante. Un index des noms de personnes termine ce volume qui ouvre des perspectives d’études sur des problèmes toujours d’actualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Rose Bonnet, « Confessiones et nationes. Discours identitaires nationaux dans les cultures chrétiennes : Moyen Âge-xxe siècle », Perspectives médiévales [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 13 juillet 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://peme.revues.org/12088

Haut de page

Auteur

Marie-Rose Bonnet

Docteur en littérature du Moyen Âge
Fr
15/01/2016

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page