Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Éditions & traductions

Les Quinze Joies du mariage

Paris, Gallimard, 2016
Maria Colombo Timelli
Référence(s) :

Les Quinze Joies du mariage, traduction et édition de Nelly Labère, établissement du texte médiéval par Albert Pauphilet, édition bilingue, traduction nouvelle, Paris, Gallimard, « Folio classique » 6164, 2016, 398 p.

Entrées d’index

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Cent nouvelles nouvelles, Facéties, Novellino, Quinze joies de mariage

Index des médiévaux et anciens :

Guillaume Tardif, Poggio Bracciolini
Haut de page

Texte intégral

1Après sa grosse thèse (Défricher le jeune plant. Étude du genre de la nouvelle au Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 2006), Nelly Labère s’était déjà confrontée à la traduction des nouvelles médiévales dans un recueil paru dans cette même collection (Nouvelles du Moyen Âge, 2010, « Folio Classique » 5130), qui comprenait, entre bien d’autres récits, les trois premières Joies, le prologue et l’épilogue. Elle complète maintenant ce premier essai par une traduction intégrale annotée et accompagnée de quelques annexes.

2Composées à une date toujours discutée qui doit se situer entre la fin du xive et le début du xve siècle, les Quinze Joyes de mariagede, et non pas du, selon l’intitulé médiéval – jouissent d’une certaine fortune critique depuis quelques années : après l’édition fournie par Jean Rychner en 1967 (Genève, Droz, « TLF » 100), une édition et traduction intégrale a paru en 2009 (éd. par Michèle Guéret-Laferté, Sylvain Louis, Carmelle Mira, trad. par Isabelle Bétemps et Carmelle Mira, Publications des universités de Rouen et du Havre), alors que les Classiques Garnier ont réédité en 2010 l’ancienne édition de François Tulou (1910) qui en attribuait encore la composition à Antoine de La Sale ; Claudio Galderisi a aussi fourni une traduction en italien il y a maintenant une vingtaine d’années (Roma, Memini, 1996). Toujours d’actualité dans la mesure où il met à l’avant les malheurs du mariage, le sujet attire évidemment encore les lecteurs d’aujourd’hui, après une fortune médiévale relative (quatre manuscrits conservés), un passage précoce à l’imprimé qui lui a assuré une diffusion bien plus vaste (pas moins de 13 éditions anciennes échelonnées entre 1479 et la fin du siècle suivant selon le Universal Short Title Catalogue (www.ustc.ac.uk), auxquelles on ajoutera l’édition de 1620 par François de Rosset), et la réception scientifique du xixe (cinq éditions au moins).

3Il est vrai que les « nouvelles » réunies par l’auteur anonyme dont l’identité, cachée sous une charade, demeure mystérieuse, gardent leur actualité justement à cause du fait que – loin de peindre la « réalité du quotidien » et donc de témoigner d’un moment précis de l’histoire de la culture – elles peignent un « réalisme » fondé surtout sur la parole et sur le langage (p. 14). La Préface de Nelly Labère fait le point sur ce qu’elle appelle « une énigme de l’histoire littéraire » (auteur, public, date, destinataire), sur ce « réalisme du quotidien » qui permet de lire toujours avec plaisir cette « comédie de mœurs » (p. 14), sur le titre, qui comme on le sait renvoie au Quinze joies de la Vierge, sur la tradition misogyne au sein de laquelle le recueil doit être situé, sur la célèbre image de la « nasse » et sur quelques mots-clés (la locution « à l’aventure », les substantifs « jeu » et « cousin », qui se retrouve souvent, et avec la même acception de ‘cocu’, dans les Cent nouvelles nouvelles). Le paragraphe sur la traduction (p. 31-39) comprend aussi la présentation du texte de base : plutôt que fournir une nouvelle édition fondée sur le manuscrit de Rouen (Bibliothèque Municipale, Y.20, utilisé par tous les éditeurs précédents), Nelly Labère a préféré avoir recours à l’ancienne édition de Pierre Jannet (Paris, 1853, disponible sur Gallica) telle qu’elle a été reproduite en 1952 par Albert Pauphilet (Poètes et Romanciers du Moyen Âge, Paris, Gallimard, p. 489-570) ; un tel choix, discutable en soi (« P. Jannet – comme le rappelle Jean Rychner p. LX de son édition – l’a utilisé [le manuscrit de Rouen], mais sans rigueur et sans avertir des modifications qu’il y apportait »), paraît encore plus étonnant lorsqu’on apprend que l’éditrice a proposé en annexe (p. 382-395) les variantes, « non pas entre les manuscrits et les éditions anciennes, mais entre les trois éditions modernes » (Jannet / Pauphilet, Rychner, Guéret-Laferté et al.). Il faut dire que certaines de ces « variantes » sont porteuses de sens et ne sont donc pas sans conséquence sur la traduction : ainsi, dans le prologue (p. 42), l’homme se jette dans une prison « plaine de larmes, de gemissemens et d’angoisses » (Jannet / Pauphilet), alors que la leçon du manuscrit, et donc de l’éd. Rychner, est moins chargée : « plaine de plours » ; ou encore (p. 46), l’homme qui, de façon insensée, oublie son bien propre « mesmement quant il le peut faire sans dommage d’autrui », le fait « sans blecer ne faire dommage a aultre » selon le manuscrit (et Rychner) : la traduction proposée garde néanmoins la trace de cette dernière leçon (« même lorsqu’il le fait sans blesser autrui », p. 47). Il serait fastidieux d’allonger la liste : le lecteur doit simplement être averti du fait – et Nelly Labère n’aura pas manqué de le prévenir – qu’il a ici accès à la traduction d’un texte tel qu’il a été établi au milieu du xixe siècle.

4La traduction elle-même est très agréable : fidèle au sens et au registre de langue plutôt qu’aux mots et aux tournures prises singulièrement, elle sait néanmoins garder un profond lien avec le texte médiéval, quitte à devoir s’accompagner de notes qui illustrent certaines réalités (les « relevailles » après un accouchement, p. 97 ; les « chausses » p. 113 ; le statut du « clerc » p. 255, etc.).

5Le « dossier » qui complète le volume comprend une chronologie des xive-xve siècles (p. 343-354) signalant les événements historiques majeurs et les œuvres littéraires, avec une attention particulière pour les nombreux recueils de récits brefs composés en Italie et en France entre le Novellino (fin xiiie siècle) et la tradution des Facéties de Poggio Bracciolini par Guillaume Tardif (ante 1496). Suit une « notice » (p. 355-363) qui reprend les questions littéraires et philologiques sur l’origine et la diffusion du recueil, une bibliographie (p. 364-370), des notes au texte (sur des renvois littéraires, des notions de civilisation médiévale, ainsi que des commentaires sur la traduction, p. 370-382), et les « variantes » auxquelles on a fait allusion (p. 383-395).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Colombo Timelli, « Les Quinze Joies du mariage », Perspectives médiévales [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://peme.revues.org/12135

Haut de page

Auteur

Maria Colombo Timelli

Université Paris IV-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page