Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

Les Centres de production des manuscrits vernaculaires au Moyen Âge

Maria Colombo Timelli
Référence(s) :

Les Centres de production des manuscrits vernaculaires au Moyen Âge, dir. Gabriele Giannini et Francis Gingras, Paris, Classiques Garnier, « Rencontres », 136, 2015, 252 p.

Texte intégral

1Issu des journées d’étude qui se sont tenues à l’université de Montréal les 24 et 25 octobre 2013, ce volume souhaite fournir quelques éléments de réponse à une question délicate, à savoir – selon l’intitulé même de ce recueil – l’identification et, dans la mesure du possible, les caractéristiques des centres de production des manuscrits en langue française entre xiie et xve siècle. Dans ce but, des disciplines diverses mais convergentes (langue, iconographie, codicologie, littérature, philologie) sont convoquées et les résultats de leurs enquêtes croisés ; et si ceux-ci ne sont pas toujours formels ou définitifs, c’est l’apport méthodologique que l’on retiendra, dans la mesure où il pourra s’appliquer fructueusement à bien d’autres productions médiévales. Tel est le cas, en ouverture déjà, pour la brève réflexion de Maria Careri, centrée sur le rapport, parfois contradictoire, entre données codicologiques et linguistiques entrant en jeu dans la localisation d’un manuscrit (« I luoghi della produzione manoscritta in francese del xii secolo », p. 11-18).

2Les manuscrits contenant des fabliaux constituent soit le point de départ, soit le sujet, de quelques articles. Deux contributions concernent les manuscrits M et Z (sigles du NRCF), certainement d’origine anglo-normande ; dans la première, Beatrice Barbieri se concentre en particulier sur leur contenu : trilingues, ces deux recueils réunissent quelques fabliaux, ainsi que des textes « utilitaires », et semblent par là désigner un contexte privé (« Les ‘manuscrits de fabliaux’. Typologies et lieux de production en domaine anglo-normand », p. 19-35). Dans la deuxième, Isabelle Delage-Béland souligne plutôt leur organisation interne, qui révèle des critères formels (textes en vers / textes en prose), mais aussi un principe d’accumulation, ainsi que la présence de textes et de fabliaux d’origine insulaire (« Des ‘bibliothèques personnelles’. Copie, compilation et matière du livre anglo-normand », p. 37-58). Centré sur les rares manuscrits – quatre au total – où des fabliaux côtoient les poèmes du Reclus de Molliens (Carité et Miserere), l’essai d’Ariane Bottex-Ferragne vise à découvrir ce qui pourrait faire l’unité d’un groupe autrement disparate : plutôt qu’une provenance très douteuse de la région de Tournai, des indices matériels et littéraires semblent pointer vers une perspective didactique fondée sur le critère de la brièveté (« De la production à la réception : le Reclus de Moliens en morceaux dans les recueils de fabliaux », p. 139-160). Spécialiste de l’enluminure, Alison Stones décrit une douzaine de manuscrits de fabliaux illustrés ou décorés : datés entre le début du xiiie et le début du xive siècle (un seul du siècle suivant), ils proviennent de centres de production déjà bien connus, entre Paris, le Nord de la France, l’aire anglo-normande et l’Italie (« Notes sur le contexte artistique de quelques manuscrits de fabliaux », p. 217-252).

3D’autres articles portent plus spécialement sur une ville, un auteur, voire la production d’un atelier déjà bien cernée. Olivier Collet se concentre ainsi sur un centre culturel aussi important qu’Arras, en posant trois questions : le rôle de la cour comtale dans la production littéraire et livresque entre 1250 et 1300/1320, sous Robert II et sa fille Mahaut ; la production manuscrite arrageoise et son rapport avec les œuvres d’auteurs locaux ; la diffusion de cette même production manuscrite. La conclusion est assez nette : le rôle joué par les comtes ne peut pas être affirmé, ni même une relation stricte entre activité livresque et littérature locale. Quant au ms. fr. 25566 de la Bibliothèque natioale de France, qui rassemble entre autres les œuvres d’Adam de la Halle, de Jean Bodel et d’autres auteurs arrageois, il représente plutôt « une sorte de monument d’un renom littéraire en train de s’éteindre » (« Le recueil BnF, fr. 25566 ou le trompe-l’œil de la vie littéraire arrageoise au xiiie siècle », p. 59-87, cit. p. 68). À partir de l’analyse des cinq manuscrits qui réunissent l’œuvre poétique de Watriquet de Couvin et de leur aire de production / diffusion, Julien Stout élabore l’hypoyhèse de la constitution du recueil des œuvres de ce trouvère autour du noyau constitué par le Dit du roi, et donc en rapport avec le monarque et l’autorité de Philippe VI de Valois (« Sire trouvère et roi trouvé. Aspects géographique, poétique et politique de la production des manuscrits de Watriquet de Couvin », p. 175-199). Avec Isabelle Arseneau on passe au xve siècle, notamment à la production du « Maître de Wavrin » : à ses yeux, les manuscrits sortis de cet atelier lillois – sur papier et illustrés par des dessins aquarellés bien connus des spécialistes de la littérature « bourguignonne » – se caractérisent tout particulièrement par « une certaine ouverture au ludisme et à l’humour » (« Les mises en prose de l’atelier du Maître de Wavrin : pistes et réflexions », p. 201-215, cit. p. 214).

4Pour terminer, deux articles sont plutôt centrés sur des manuscrits recueils, résultats d’opérations diverses et souvent difficiles à décerner. Ainsi, Gabriele Giannini interroge les manuscrits Arsenal 3114 et 3122 ; Bibliothèque nationale de France, fr. 24431 et fr. 17177 : le croisement de données historiques, codicologiques, littéraires et linguistiques, permet de résoudre un cas particulier, mais surtout de l’encadrer dans des perspectives beaucoup plus larges (histoire des textes et des manuscrits, de leur transmission, d’une production locale) (« L’Arsenal 3114 et la production de manuscrits en langue vernaculaire dans l’ancien diocèse de Soissons, 1260-1300 environ », p. 89-135). Gaëlle Morend Jaquet compare deux recueils composites qu’il est possible de rapprocher sous certains aspects (réalisés entre fin xive et début xve siècle, ils réunissent des unités codicologiques diverses et autonomes à l’origine), mais qui se différencient sensiblement par les choix de leurs « réviseurs », l’un s’étant appliqué à adapter les textes à l’ensemble qu’il produit, l’autre assemblant simplement des pièces éparses (« La matière dans tous ses états. Du recueil révisé au livre recomposé : les cas des mss Paris, BnF, fr. 1593 et Genève, BGE, 179bis », p. 161-173).

5Sans constituer une véritable monographie, ce volume ramène la réflexion sur une réalité dont l’existence est aussi sûre que difficile à cerner à tant de siècles de distance – les ateliers dont les manuscrits médiévaux sont sortis –, en invitant une fois de plus les critiques d’aujourd’hui à ne pas faire abstraction de la matérialité de la transmission dans les études des textes, quelle que soit leur angle d’attaque – linguistique, littéraire ou autre. Il faut donc savoir gré à G. Giannini et à F. Gingras d’avoir voulu insister sur la pluridisciplinarité nécessaire et sur le dialogue entre spécialistes pour que les études progressent même sur des textes ou des auteurs apparemment déjà bien connus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Colombo Timelli, « Les Centres de production des manuscrits vernaculaires au Moyen Âge », Perspectives médiévales [En ligne], 37 | 2016, mis en ligne le 31 août 2016, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://peme.revues.org/12174

Haut de page

Auteur

Maria Colombo Timelli

Université Paris IV-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page