Navigation – Plan du site
État de la recherche
Essais

Yen-Chu Chen, Ritter, Minne und der Gral. Komplementarität und Kohärenzprobleme im Rappoltsteiner Parzifal

Heidelberg, Universitätsverlag Winter, 2015
Anne Berthelot
Référence(s) :

Ritter, Minne und der Gral. Komplementarität und Kohärenzprobleme im Rappoltsteiner Parzifal, Heidelberg, Universitätsverlag Winter, « Studien zur historischen Poetik» 18, 2015, 370 p.

Texte intégral

1C’est sans aucun doute un texte fascinant que le Rappolsteiner Parzival, titre donné à la compilation présente dans le Codex Donaueschingen 97 et produite par une équipe d’écrivains très préoccupés par la construction de leur image de marque, et très conscients de leur supériorité, ce qui les conduit entre autre à une hypercorrection de leurs sources. Leur entreprise en elle-même, qui consiste à mettre ensemble tous les textes de la constellation du Graal, alors même qu’ils sont originaires de périodes, de langues et de champs culturels différents, est pour le moins intrigante. Le projet de Yen-Chu Chen est donc le bienvenu, puisque les études entièrement consacrées à ce « monstre » littéraire sont rares. C’est d’autant plus frustrant de n’avoir sur un total de 370 pages qu’une soixantaine d’entre elles focalisées sur le texte proprement dit ; la mise en place théorique est franchement trop longue, et l’analyse des disjecta membra qui vont, une fois traduits, composer le Rappolsteiner Parzifal, si pleine qu’elle soit de lectures éclairantes (quoique parfois tirées par les cheveux), finit par donner l’impression qu’on recule délibérément le moment de plonger dans l’œuvre censément au centre de l’étude.

2Dans une longue introduction théorique, l’auteure crée de toutes pièces une aporie pour mieux la résoudre ensuite. En posant le fait que le Rappolsteiner Parzival a été longtemps traité avec un certain mépris par les critiques, en raison de son esthétique « dispersée », elle en rend la réhabilitation nécessaire par le biais de tout un arsenal de concepts philosophico-littéraires, qu’elle manie de manière fort convaincante, mais qu’elle aurait pu s’éviter en se bornant à rappeler l’argument de base des théoriciens de l’école de la réception comme Jauss, à savoir qu’il est bon de prendre un texte pour ce qu’il est, au lieu de lui plaquer des grilles de lecture et des critères inopérants dans son contexte. Tout ce qui concerne la question du principe de non-contradiction, fondamental pour la modernité occidentale, mais à l’épreuve duquel le Rappolsteiner Parzifal échoue lamentablement, celle de la résolution des contrastes en tant qu’elle vient soutenir ou affiner une théologie chrétienne basée sur un système d’oppositions binaires, enfin celle de la naissance et du développement du concept clé pour son étude de complémentarité est fort intéressant, mais n’a aucune nécessité interne, puisque les arguments sont amenés à répondre à une critique que personne n’a ressenti le désir de faire depuis bien longtemps.

3C’est le cas en particulier pour la notion de complémentarité, d’abord présentée comme post-médiévale, et introduite par exemple en peinture par le biais d’une lettre de van Gogh introduisant l’idée de couleurs complémentaires, puis dont on concède qu’elle apparaît déjà dans l’épistémè pré-moderne sur la base d’une hymne d’Ambroise, du Songe de Scipion et de la lecture d’Alain de Lille. On a peu l’impression que l’auteure enfonce des portes ouvertes pour mettre en valeur sa virtuosité critique. Le fait que Walter Haug avait un problème avec les concepts d’« ambi- ou polyvalence », et plus simplement avec l’idée même d’une polysémie des textes, ne signifie pas que c’est encore l’idée dominante de la critique contemporaine. Trop souvent la bibliographie remonte, au mieux, aux années 1980, et il a coulé de l’eau sous les ponts depuis. Le détour par la physique quantique, plus ou moins, et en particulier les développements de Niels Bohr (j’attendais le chat de Shrödinger, il n’est pas venu), est brillant et intéressant, mais Chen n’est pas non plus la première à découvrir la connexion, et cette « nouvelle » physique n’est pas si novatrice que cela dans le domaine de l’esthétique.

4Il va de soi que le Rappolsteiner Parzifal, dans la mesure où il constitue une marqueterie de textes juxtaposés plutôt que la fusion en profondeur de sources divergentes, est truffé de contradictions apparemment irréconciliables : en effet, faire coexister dans un même récit les données du Conte du Graal de Chrétien, de ses trois Continuations principales, de ses deux « prologues rétroactifs », l’Élucidation et le Bliocadran, et de la version des faits présentées par le Parzival de Wolfram von Eschenbach, représente en soi un tour de force mais ne va pas sans frictions au niveau des « coutures ». Toutefois, la co-existence, à l’intérieur d’un texte unique comme la Première Continuation, de deux versions incompatibles – du point de vue d’une logique moderne linéaire – d’un même épisode, suggère que ce que Yen-Chun Chen présente comme un problème essentiel n’était peut-être pas perçu comme tel par les auteurs, et les lecteurs contemporains, du Rappolsteiner Parzifal.

5En revanche, le choix effectué par Yen-Chun Chen, qui, une fois franchies les 100 pages de la mise en place de la problématique et des outils conceptuels engagés dans son étude, consacre cinq de ses neuf chapitres (et une conclusion) à l’étude, respectivement, du Conte du Graal, du Parzival, et de chacune des trois Continuations, se révèle finalement contre-productif. Certes, ces lectures des « composants » du Rappolsteiner Parzifal sont orientées vers la manière dont ce dernier les assimile et les fond dans sa masse. Mais l’impression dominante est celle d’une série d’études de cas qui accentue plus qu’elle ne la réduit la perception de l’œuvre considérée comme une mosaïque imparfaite. On trouve dans ces chapitres de très bonnes analyses ponctuelles, en dépit d’un effort constant et un peu trop systématique pour tout transcrire en termes de couplets antinomiques résolus par complémentarité (en particulier en ce qui concerne la dualité du Graal et de l’amour). Ainsi, par exemple, le chapitre VI sur la Première Continuation contient une analyse séduisante selon laquelle la rencontre de Gauvain avec la demoiselle de Lis est le pendant de / la réponse à la rencontre de Perceval avec la demoiselle de la Tente.

6Mais cette interprétation, comme d’autres au fil des pages, semble bien porter sur le texte-source en ancien français et n’apporte pas grand-chose à l’étude centrale. Le chapitre final, qui s’attache à certains aspects particuliers du Rappolsteiner Parzifal, comme les effets d’auto-mise en scène des auteurs, les strophes de poésie amoureuse et la miniature qui illustre le manuscrit, et l’épilogue spécifique de ce monument textuel, est à la fois très intéressant, et un peu décevant, dans la mesure où il ne traite réellement que de ce qu’on pourrait appeler le « para-texte » de l’ouvrage, comme si les analyses précédentes avaient répondu aux questions que l’on pouvait se poser sur son contenu. Au total, cette lecture nous laisse sur notre faim, sans donner l’impression d’en savoir tellement plus sur le Rappolsteiner Parzifal. Le problème vient sans doute du fait que Ritter, Minne und der Gral est plus proche de la thèse de doctorat dont il est tiré que de l’étude critique qu’il aurait pu devenir : un premier volet qui rassemble des données importantes, mais de façon purement descriptive, en quelque sorte, sans jamais donner naissance à une interprétation globale.

7L’ouvrage est de bonne qualité, comme on peut s’y attendre de la part des éditions Winter, malgré quelques erreurs typographiques, en particulier dans les citations en ancien français. Conformément à une certaine tradition allemande, les citations, qu’elles soient de l’anglais ou du français, ou de l’ancien français, du latin et du moyen haut allemand, ne sont pas traduites. La bibliographie est plus sélective qu’exhaustive, et présente un certain de points aveugles assez curieux, en particulier dans le domaine de la critique française récente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Berthelot, « Yen-Chu Chen, Ritter, Minne und der Gral. Komplementarität und Kohärenzprobleme im Rappoltsteiner Parzifal », Perspectives médiévales [En ligne], 38 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 27 avril 2017. URL : http://peme.revues.org/12494

Haut de page

Auteur

Anne Berthelot

Professeur de français et d’études médiévales à l’université du Connecticut – États-Unis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page