Navigazione – Piano del sito
État de la recherche
Éditions & traductions

Jean Miélot, Vie de sainte Katherine

Paris, Classiques Garnier, 2015
Isabelle Fabre
Riferimento/i:

Jean Miélot, Vie de sainte Katherine, éd. Maria Colombo Timelli, Paris, Classiques Garnier, « Textes littéraires du Moyen Âge » 34, 2015, 276 p.

Testo integrale

1Commandée par Philippe le Bon à son « secrétaire » Jean Miélot en 1457, la Vie de sainte Katherine fait partie des nombreuses Vies composées en français au xve siècle à la gloire de la vierge et martyre d’Alexandrie. Elle témoigne aussi du rôle particulier joué par le chanoine de Lille auprès du duc de Bourgogne, dont on connaît le goût pour les beaux livres et les textes français. Deux témoins de cette traduction nous sont conservés : le manuscrit de la Bibliothèque nationale de France, français 6449, destiné à son commanditaire, et le Bibliothèque nationale de France, nouvelles acquisistions françaises 28650, copié par David Aubert pour Marguerite d’York, épouse du fils de Philippe le Bon, Charles le Téméraire. Ces deux copies permettent de prendre la mesure de la dévotion que suscitait la sainte lettrée à la cour de Bourgogne. Elles illustrent aussi une pratique, celle des « translateurs » et remanieurs qui sont aussi des éditeurs et « fabricateurs de livres » dont on peine parfois à mesurer le degré d’intervention dans la réalisation des manuscrits (c’est le cas pour le Bibliothèque nationale de France, français 6449, parfois considéré comme autographe et classé comme « manuscrit auctorial » par l’éditrice). À moins de vingt ans de distance, Jean Miélot et David Aubert relèvent tous deux de cette catégorie. Si c’est au premier, réputé pour ses traductions de textes dévotionnels, qu’on doit la version « en cler françois » rédigée à partir d’une compilation latine du xiiie siècle due à un moine franciscain, c’est bien un autre « escripvain » du Grand Duc, David Aubert, qui vers 1475 fournit la deuxième version du texte, plus ornée et prolixe. Sa réécriture, qui affecte le lexique autant que la syntaxe, constitue un deuxième pallier dans la « translation » d’une matière hagiographique qui se prête aisément aux manipulations stylistiques.

2L’intérêt de la présente édition tient d’abord à ce qu’elle permet de confronter sur pièces deux techniques d’écriture. En donnant le texte intégral de Jean Miélot, puis celui de David Aubert, le tout précédé d’une introduction analysant le rapport entre les deux versions, Maria Colombo Timelli fournit au lecteur une grille d’analyse stylistique qui fait mesurer l’ampleur des interventions de David Aubert et invite à scruter la fabrique même du texte. Si la copie de ce dernier nous est malheureusement parvenue amputée de ses 22 premiers chapitres, la portion survivante laisse tout loisir d’apprécier les procédés d’amplification mis en œuvre par le remanieur (doublets synonymiques, listes, ajout d’adverbes, développement des transitions entre les chapitres…). On apprécie par contraste le style plus sobre de Jean Miélot, qui suit fidèlement son modèle et va jusqu’à calquer sur le latin sa syntaxe et son lexique (culture au sens de « culte, religion », impugnation et choruscation, percus issu de percussus et revolvant, « tournant et retournant dans son esprit, roulant dans sa tête, méditant » plutôt que « retournant sur ses propres réflexions », p. 24) en prenant soin d’expliciter les tournures les plus obscures et en ponctuant son texte de termes rares (oratrie pour désigner l’art oratoire) et régionaux (muyaulx, « muets », pingons, « pigneons », sochon, « compagnon »…).

  • 1 Je renvoie à une communication récente de Jean Lecointe, « Singularités titulaires. Esquisse d’une (...)

3L’introduction pose aussi le problème du rapport des deux manuscrits français à leur source latine perdue. Aucun témoin de la Legenda n’étant conservé, la confrontation avec l’imprimé de 1500 révèle la présence de fautes de copie et de traduction, certaines étant communes aux deux versions, d’autres propres à David Aubert, qui a pu travailler à partir d’une copie ultérieure. Cette présentation est complétée, en fin de volume, par un glossaire et un index des noms propres, ainsi que par des annexes et une bibliographie. Parmi les annexes, signalons l’intérêt que présente la confrontation des deux séries de titres de chapitres (Annexe 2) plus nombreux et développés chez David Aubert, et remarquables en général par leur variété – c’est là une voie d’entrée dans l’étude stylistique qui peut se révéler fructueuse, comme l’ont montré les travaux récents de Jean Lecointe1. On trouvera aussi en fin du volume la transcription d’un fragment du Martyrologe de Jean Miélot (Annexe 3) qui atteste un souci de précision historique et généalogique qu’on retrouve dans les premiers chapitres de la Vie de sainte Katherine.

4L’édition elle-même livre un texte soigneusement mis aux normes éditoriales modernes, mais qui aurait peut-être mérité une annotation plus abondante, tant les textes sont riches et la langue des deux auteurs complexe. Certaines difficultés syntaxiques ne sont pas signalées ni résolues (folios 37v°, 41v°, 52r°). Il manque surtout un repérage précis des sources bibliques et patristiques : ainsi, les « exemples » de Platon et de la Sibylle invoqués par Catherine lors de son débat avec les docteurs (p. 94-95) auraient pu être commentés et situés dans la tradition apologétique chrétienne (chez Justin, Première Apologie 60, 1 et dans le Livre des Consultations de Zacchée, chrétien, et d’Apollonius, philosophe, I, 4, in Migne, P.L. 20, col. 1075, citant le Timée, 36B). A cet égard, le recours à l’édition des Vitae sanctae Katherinae procurée par Arpàd Peter Orbán (Corpus Christianorum. Continuatio Medievalis 119, 1992) aurait pu constituer un appoint utile. On regrettera enfin le caractère parcimonieux du cahier d’illustrations, qui se réduit à deux reproductions, dont l’une en marge du corpus (l’arbre généalogique du Martyrologe de Miélot dans un manuscrit de la Bibliothèque royale de Belgique). Certes, il était précisé dans l’introduction que le manuscrit Bibliothèque nationale de France, français 6449 était entièrement numérisé sur Gallica, ce dont on se félicite, mais le lecteur attentif à l’esthétique du livre et aux rapports entre le texte et l’image aurait été comblé de pouvoir disposer dans le même volume d’une sélection plus fournie parmi les 60 semi-grisailles du manuscrit du Duc et les 14 enluminures du manuscrit copié pour Marguerite d’York, dues à Simon Marmion.

Inizio pagina

Note

1 Je renvoie à une communication récente de Jean Lecointe, « Singularités titulaires. Esquisse d’une typologie des titres de chapitres des romans lyonnais (1530-1540) : au carrefour des responsabilités (auteur, éditeur, lecteur) », dans le cadre de la journée d’étude Lyon et les nouveaux romans à la Renaissance, Lyon, Musée des Beaux-Arts, 23 janvier 2016, org. Michèle Clément et Pascale Mounier.

Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento elettronico

Isabelle Fabre, « Jean Miélot, Vie de sainte Katherine », Perspectives médiévales [Online], 38 | 2017, Messo online il 01 gennaio 2017, consultato il 28 aprile 2017. URL : http://peme.revues.org/12552

Inizio pagina

Autore

Isabelle Fabre

Université Paul Valéry – Montpellier

Articoli dello stesso autore

Inizio pagina

Diritti d'autore

© Perspectives médiévales

Inizio pagina