Navigation – Plan du site
Études & travaux
Approches disjonctives de l'image et du texte

La relation texte-image dans les pièces gothiques

De la pensée conceptuelle des imprimeurs à l’expérience du lecteur
Marion Pouspin

Résumés

À travers le prisme des gravures des pièces gothiques, cet article met en perspective une nouvelle approche des relations texte-image, celle qui étudie la manière dont ces relations peuvent affecter l’expérience du lecteur. Ces livrets imprimés en lettres gothiques dès le dernier tiers du XVe siècle et tout au long du XVIe siècle, composés d’un nombre limité de feuillets et illustrés d’une ou deux figure constituent un corpus intéressant à plusieurs égards pour saisir l’agir social des relations texte-image. Afin de produire rapidement et à moindres coûts ces livrets à bon marché, les typographes réutilisent des images qu’ils puisent dans un stock de gravures, en sélectionnant celles qui correspondent le mieux, à leurs yeux, au sujet traité dans l’ouvrage, que ce soit en lien avec un passage ou un mot employé dans le titre ou dans le texte imprimé, en écho avec le ton – satirique, parodique, politique, religieux – de la brochure, sinon par rapprochement ou association d’idées. De par l’emplacement « hors texte » des images et la pratique du réemploi des bois, les pièces gothiques offrent une grande variété de relations texte-image. Et ces relations ne sont pas sans effet sur les lecteurs. Non seulement le poids des mots et les figures imprimées modulent la réception des textes mis en livrets et accompagnent le lecteur dans l’accomplissement d’un fait social (prière, communion dans la peine et la joie de la vie des rois et reines de France, réformation des mœurs), mais les liens eux-mêmes créent des écarts et des dissemblances et interfèrent dans la réception de ces brochures : en prédisposant le lecteur à ce qu’il s’apprête à lire, en le guidant dans sa lecture et en orientant ou réorientant son attention vers tel ou tel passage, telle ou telle action du roi et de son armée ; en infléchissant la compréhension du « message » délivré dans le livret. L’analyse des différents degrés de relation entre ces gravures et les textes imprimés, ainsi que l’étude des permanences et des variations de ces liens mettent ainsi en évidence, tout à la fois, les modes de pensée et les mécanismes qui président à l’illustration de ces imprimés. Les pièces gothiques sont de bons témoignages du mode de pensée associatif et connotatif des imprimeurs aux xve et xvie siècles dans la composition et illustration de ces ouvrages populaires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans Art and Agency, paru de manière posthume en 1998, Alfred Gell prétend jeter les bases de la pr (...)
  • 2 David S. Areford, The Viewer and the Printed Image in Late Medieval Europe, Farnham/Burlington, Ash (...)
  • 3 Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 2005 (1ère édition, 1978) (...)
  • 4 Kathryn Kerby-Fulton et Maidie Hilmo, The Medieval Reader: Reception and Cultural History in the La (...)
  • 5 Jonathan J. G. Alexander, Medieval Illuminators and Their Methods of Work, New Haven/Londres, Yale (...)

1Si les ouvrages les plus récents sur les images médiévales, influencés par les travaux des anthropologues tels que Alfred Gell1, ont bien montré la capacité active des images à agir sur leurs spectateurs2, des chercheurs anglo-saxons et américains ont étudié la manière selon laquelle les relations texte-image affectent l’expérience du lecteur. S’inspirant des thèses de Hans Robert Jauss et de ses disciples sur la réception3 – bien qu’elles eussent concerné au premier chef le domaine littéraire –, ils cherchent à dépasser l’approche contextualisée des images au profit d’une approche culturelle et visuelle des livres en démontrant que non seulement les images elles-mêmes, mais aussi les liens que celles-ci nouent avec le texte modulent la position de leur récepteur4. Cette préoccupation était, il est vrai, déjà en germe dans les travaux de Jonathan J.G. Alexander sur le travail des enlumineurs et sur les mécanismes et les choix qui président à l’illustration des manuscrits dans l’Europe médiévale5.

  • 6 Précisant certaines conclusions de ma thèse – celles qui sont centrées sur les images des pièces go (...)
  • 7 La « vignette » est, pour les historiens du livre, les bibliophiles et les libraires, la petite gra (...)
  • 8 Quoc Trung Tran, Du livre illustré au texte image. Image, texte et production du sens au xvie siècl (...)

2C’est cette nouvelle approche des relations texte-image, – celle qui étudie la manière dont ces relations peuvent affecter l’expérience du lecteur – , que je propose de mettre en perspective dans cet article, à travers le prisme des gravures des pièces gothiques6. En effet, ces livrets imprimés en lettres gothiques dès le dernier tiers du xve siècle et tout au long du xvie siècle, composés d’un nombre limité de feuillets et illustrés d’une ou deux figures, guère plus, constituent un corpus intéressant à plusieurs égards pour saisir l’agir social des relations texte-image. Si avec l’imprimerie naît l’image multiple que l’on répète dans un même volume ou que l’on réutilise dans d’autres publications, ce réemploi des figures est tout particulièrement manifeste dans les pièces gothiques. Celui-ci s’impose dans la production de ces brochures, moins en raison de contraintes techniques, comme la disponibilité des bois, mais plutôt pour répondre à la stratégie éditoriale retenue : il s’agit de publier rapidement et à un moindre coût de minces publications à bon marché. La plupart de leurs gravures ont ainsi déjà servi et servent encore à illustrer d’autres types d’ouvrages. Elles occupent des emplacements privilégiés, qui sont moins déterminés par le sujet représenté que par la mise en pages standardisée de ces livrets : la règle qui semble s’imposer à partir des années 1500 est une « vignette7 » unique placée au centre du feuillet, généralement repoussée hors du texte, au premier feuillet sous le titre (ou « vedette ») de la brochure, sinon au verso du premier feuillet ou à la dernière page du livret (recto/verso). Du fait de leur emplacement « hors texte », la plupart des images gravées dans les pièces gothiques ne jouent aucun rôle de structuration du texte et de soutien de la lecture contrairement ce qu’a observé Trung Tran Quoc dans le livre illustré au xvie siècle8. Le réemploi des gravures et leur emplacement « hors texte » créent des écarts et des dissemblances entre le texte et l’image qui agissent sur l’expérience du lecteur.

3Dans quelle mesure les relations entre les textes et les gravures mis en livrets gothiques affectent et transforment l’expérience du lecteur ? L’analyse des différents degrés de relation entre ces images et les textes, puis l’étude des permanences et des variations de ces liens permettront de mettre en évidence, tout à la fois, les modes de pensée et les mécanismes qui président à l’illustration de ces imprimés et leurs effets sur leur public.

1. Les relations texte-image dans les pièces gothiques : permanences et variations

  • 9 S. v. « Illustration », dans Alain Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Pari (...)

4Emprunté au latin illustratio, le terme « illustration » a d’abord été appliqué à la rhétorique (« action d’éclairer, de rendre brillant ») avant de prendre le sens, en latin chrétien, de « glorification » et d’« inspiration ». Son champ sémantique s’élargit encore au xixe siècle pour englober « l’ensemble des techniques mises en œuvre pour illustrer les textes, le genre artistique, et le fait d’illustrer un texte9 ». Au-delà de l’objet matériel, cette définition présuppose une relation hiérarchisée entre les deux composantes du livre, l’écrit et le figuré, tandis que le discours propre de l’image est nié. Dès les années 1980, lorsque l’illustration cesse d’être l’apanage des historiens du livre et gagne le champ de l’histoire des textes, la question de la place et de la portée des images se pose. Les codes iconographiques et textuels dans les pièces gothiques sont-ils complémentaires ? Quelles relations entretiennent les textes et les gravures mis en livrets gothiques ?

1.1 Les différents degrés de relations texte-image au sein des pièces gothiques

  • 10 De tels écarts entre le texte et l’image demeurent rares dans les pièces gothiques. Parmi les quelq (...)
  • 11 Dans le corpus des pièces gothiques, les quelques images créées pour des brochures spécifiques conc (...)

5L’essentiel des figures gravées dans les pièces gothiques consiste en des images appropriées au texte accolé et non pas des images spécifiques, qui auraient été systématiquement fabriquées pour illustrer une brochure particulière. Dès lors, le rapport qu’elles entretiennent avec le texte est plus ou moins étroit. Entre les deux extrêmes, un degré zéro où l’image semble absolument insignifiante au regard du texte10 (le choix d’une telle image correspond peut-être à des critères matériels, tels la taille ou la disponibilité des bois, à moins que ce ne soit la relation texte-image qui résiste à notre analyse) et une image précisément adaptée à un texte, voire qui lui est spécifique11, on peut distinguer sept degrés intermédiaires :

  • 12 Meyer Schapiro, Les Mots et les Images, Paris, Macula, « La littérature artistique », 2000, 208 p. (...)
  • 13 Lentree de la royne de france faicte a Abeuille le neufuiesme iour Doctobre, [Paris, Guillaume Vari (...)
  • 14 (L)A vie des vnze mille // vierge, Paris, Jean Trepperel, in-4° goth., 6 f°, [s.d.] – Paris, Biblio (...)

61. Dans les pièces gothiques, l’image et le texte nouent le plus souvent une relation thématique ou « générale », pour reprendre les termes de Meyer Schapiro12. Tantôt ce lien thématique est lâche, lorsque l’image retient seulement le thème général de la brochure ou un aspect du récit : une figure religieuse pour un texte pieux ou le récit d’un fait religieux, une image à sujet militaire pour une brochure relative à un événement de cette nature. Tantôt cette relation est étroite, lorsqu’elle se double d’un souci de conformité entre l’événement relaté et la scène représentée ou entre l’identité du protagoniste principal du récit et celui de l’image. Ainsi, la figure du cortège centré sur une femme, sinon une reine, entrant à cheval dans une cité illustre deux livrets de l’entrée de Marie d’Angleterre en 151413. Une scène de mariage princier est insérée dans une brochure relative à un mariage royal, une scène de bataille dans un opuscule contenant précisément le récit d’une bataille, ou encore l’image des vierges folles et des vierges sages dans le livret hagiographique consacrés aux saintes « vierges », telle sainte Ursule14.

  • 15 (L)A iournee de la bataille fai =// cte pres de rauane le. ixe. io[ur] / Dauril iour de pasq[ue]s. (...)

72. Lorsque l’image renvoie abstraitement à un passage du texte, si ce n’est au titre de la brochure, et ce avec plus ou moins de conformité entre les détails iconographiques et textuels, la gravure entretient une relation référentielle indirecte avec le texte, c’est-à-dire sans que celui-ci ne se réfère à la gravure. Par exemple, l’image du roi de guerre, qui, brandissant son épée vers le ciel, met en fuite une armée, renvoie implicitement à un passage du récit sur l’action chevaleresque du roi qui « estoit le premier à cheval »15.

  • 16 Le Temple de mars, [Paris, Le Petit Laurens], in-4° goth., 8 f°, [vers 1491-1492] – New York, Pierp (...)
  • 17 Pierre Gringore, La chasse du cerf des // cerfz Compose par pierre Gringore, [Paris], in-8° goth., (...)
  • 18 Sermo[n] ioyeux // de la patience des femmes obstinees contre // leurs marys, Paris, Jean Bonfons, (...)

8Des images retiennent le sens littéral d’un texte, pris au mot. La figure du dieu Mars sur un char, qui est placée au titre de deux éditions du Temple de Mars, en est un bon exemple : elle retient le sens littéral du texte imprimé en représentant le protagoniste annoncé par le titre de la brochure, Mars le dieu des batailles, et non pas celui qui est dissimulé sous cette métaphore, à savoir Louis XII16. De même, les gravures de la pièce allégorique sur le pape Jules II reprennent le sens littéral du pamphlet de Pierre Gringore en donnant à voir des scènes de la chasse au cerf, directement empruntées à l’édition des Deduits de la chasse des bêtes sauvages et des oiseaux de proie de Phébus17. L’image noue un rapport sémantique avec le texte, en particulier avec le titre de l’ouvrage. Cela apparaît plus clairement encore dans le Sermon joyeux de la patience des femmes obstinées contre leurs maris18 : en dépit du titre, ce livret contient un monologue satirique, dirigé contre les travers et les vices des femmes, qui ne suit absolument pas la rhétorique des homélies. La page de titre est décorée d’une scène de prédication, placée sous le mot « sermon » qui la sous-tend.

  • 19 La vie saint iehan baptiste, [Lyon, Jean Dupré ?], in-4° goth., 6 f°, [vers 1488-1492] – Paris, Bib (...)
  • 20 Image reproduite dans Marion Pouspin, Publier la nouvelle..., op. cit., p. 321 (figure n° 40).

93. La relation référentielle indirecte peut être renforcée par la proximité de l’image avec le passage du texte auquel elle se réfère. Dans quelques types de brochures, l’image occupe un emplacement dans l’ouvrage et prend ainsi un sens particulier. Insérée dans le texte typographique, elle résume dans des représentations uniques les rubriques et les épisodes narratifs qu’elle illustre. Ainsi, dans la Vie de saint Jean-Baptiste historiée, neuf gravures mettent parfaitement en image les scènes annoncées dans les rubriques et qui se jouent dans le poème19. Par exemple, sous le titulus « Comment le chief du glorieux amy de dieu monseigneur saint Jehan Baptiste fut mis dedans vng plat et le presenta la fille de Herodes à sa mere laquelle le frappa sur l’ueil », l’image donne à voir une jeune fille qui présente une tête d’homme posée dans un plat à un roi et une reine ; cette dernière tient un couteau au-dessus de la tête coupée20. Une telle relation texte-image est essentiellement attestée dans les quelques brefs romans de chevalerie, les Vitae historiées, les ars moriendi et les danses macabres imprimés sous forme de livrets gothiques.

  • 21 Sensuyt la re =// plicque faicte par les // dames de Paris [con]tre celles de lyon, [Paris, Jacques (...)
  • 22 Danièle Sansy, « Texte et image dans les incunables français », Médiévales 22-23, printemps 1992, p (...)

104. Bien que l’essentiel des figures gravées dans les pièces gothiques ne soit pas des images spécifiques, mais réemployées d’un ouvrage à un autre et placées hors du texte, plusieurs procédés permettent d’adapter les gravures à leur nouveau contexte textuel et d’intensifier ainsi la relation référentielle entre le texte et l’image. Au premier rang de ces procédés d’adaptation, on a l’ajout d’une légende ou d’un texte manuscrit ou imprimé. Généralement réduite à un ou quelques mots, cette inscription est soit placée au-dessus ou au-dessous de la gravure, soit insérée dans l’image, dans les phylactères, les cartouches, les rôles, ou dans le champ de l’image, cet espace non délimité par la matrice. Jouant un rôle analogue à celui des tituli des manuscrits, l’écrit ajouté à ou inséré dans l’image donne à celle-ci son autorité et aide le lecteur à reconnaître et à comprendre le sujet représenté, telles les dames « de Paris » et « de Lyon » qui s’opposent alternativement dans les répliques imprimées du débat21. Ces légendes permettent de pallier la polysémie des figures et de les adapter au texte22.

  • 23 La gravure d’illustration en Alsace au xvie siècle, Cécile Dupeux, Jacqueline Lévy, Jean Wirth (dir (...)
  • 24 Images reproduites dans Marion Pouspin, Publier la nouvelle..., op. cit., p. 324 (figure n° 43-44).
  • 25 Meyer Schapiro, Les mots et les images..., op. cit., p. 170.

11Les typographes des pièces gothiques recourent à d’autres procédés encore pour créer des images nouvelles à partir d’un nombre limité de bois gravés. Ils privilégient des procédés d’adaptation qui n’exigent pas d’intervention sur le matériel typographique, conformément à leur volonté de produire rapidement et à moindres frais des brochures à bon marché : ils fragmentent ou, au contraire, assemblent des planches, sans en modifier les motifs en les regrattant, en les échoppant ou en les regravant. S’ils n’aboutissent pas à des assemblages aussi complexes que ceux qui sont imprimés dans les éditions strasbourgeoises23, ils combinent des personnages en pied, disposés de part et d’autre d’un bandeau, d’un élément architectural ou d’un arbre24. Ce procédé permet de mettre en scène la joute verbale que le texte imprimé transcrit, la parole étant suggérée tout à la fois par le face-à-face et par le rôle ou le phylactère dont chaque personnage est affublé. Parce qu’ils accueillent rarement le mot écrit, ces rouleaux et phylactères fonctionnent davantage comme des « signes de parole » que comme des « véhicules » de la parole25.

  • 26 Elizabeth Armstrong, Before Copyright : The French Book-Privilege System, 1498-1526, Cambridge, Cam (...)
  • 27 C’est le cas par exemple de La préparation de l’armée du grant Turcq, Contre le Sophie, Roy de Pers (...)

125. Cette relation référentielle indirecte se double parfois d’une relation d’« autorité ». Deux tendances se dégagent : d’une part, l’image de l’auteur-scribe ou de l’auteur songeant au milieu de ses livres est souvent envisagée lorsque le nom du compositeur est mentionné dans le titre, le texte ou le colophon de la brochure ; d’autre part, l’écu armorié est couramment employé lorsque l’identité de son propriétaire est mentionnée dans le titre ou le texte du livret. Si l’écu est parfois inséré dans les éditions affichant un privilège d’imprimer et de vendre, en particulier ceux qui sont délivrés par l’Hôtel du roi, le couple écu de France/édition officielle qu’a suggéré Elizabeth Armstrong26 n’est pas entièrement valide : toutes les éditions avec privilèges ne contiennent pas d’écu de France et les écus ne s’affichent pas exclusivement sur les pièces accréditées de privilège. Il ressort de l’analyse systématique des gravures des pièces gothiques que l’image héraldique est le plus souvent employée lorsque le possesseur des armoiries représentées est l’auteur ou le destinataire du texte mis en imprimé (telle une lettre du roi de France ou une bulle pontificale par exemple), sinon le patron du poète compositeur. Ainsi, l’écu d’Anne de Bretagne est inséré dans les pièces composées par les secrétaires de la reine (André de La Vigne, Germain Brixe). Plus ponctuellement, on observe que dans quelques brochures éditées par l’atelier situé à l’« Escu de France », l’écu aux armes du roi de France se « substitue » à la marque typographique (au sens de « tenir lieu de ») en occupant la place qui lui est d’ordinaire réservée27.

136. Assez rare dans le répertoire des pièces gothiques est la relation référentielle directe, c’est-à-dire lorsque l’image transcrit visuellement le texte accolé tandis que celui-ci renvoie expressément le lecteur à la figure gravée. Ainsi, extraite d’un livre d’Heures, une Annonciation est placée en regard du texte qui se réfère à elle en ces termes :

  • 28 Guillaume Flameng, Deuote exortation // pour auoir crainte du gra[n]t iugement de Dieu, co[m] // po (...)

Vous qui voyés icelle pourtraicture
Arrestez vous pensant profondement Que Dieu le filz qui print nostre nature Viendra tenir l’extreme jugement Arrestez vous considerant commeut [sic] Trouver il fault ou net ou plain d’ordure Pe[n]sez ces motz vivés honnestement Et ne perdés le temps qui si peu dure
Icy voyez la vierge Marie tres benigne
Thronés, vertus, tendans à Dieu le mains [sic] Tous prestz d’onyr [sic] la sentence divine Qui se doit bref donuer [sic] sur les humains La seront tous angez, sainctes, et saincts
La court celestielle illec s’assemblera Que ferés vous povres pecheurs mondains Quant le plus juste à ce jour tremblera [...]28.

  • 29 Les ditz des oysenax [sic] : // Et des bestes par hystores, Châlons, Étienne Bally, in-4° goth., 10 (...)

14Parfois l’image est annoncée par des distiques, à l’exemple de la Vie historiée de saint Mathurin. Dans les quatre éditions gothiques connues de cette Vita versifiée, chaque épisode de la vie du saint s’achève par un distique du type « L’hystoire apres monstre l’estat / De ce beau miracle se fait », annonçant la représentation de la scène narrative (historia) qui vient d’être décrite. Mis en retrait par des pieds-de-mouche, ces distiques servent de rubriques et de légendes aux gravures : ils suggèrent que l’illustration a été prévue par l’auteur de ce poème, à moins qu’il ne s’agisse d’éléments paratextuels ajoutés par le typographe, pratique attestée dans l’édition de lettres de nouvelles. Il est vrai que les imprimeurs n’hésitaient pas à annoncer d’emblée dans le titre d’une brochure la présence d’« hystoires », alors que le texte n’en fait aucunement mention, à l’instar des Dits des oiseaux et des bêtes par histoires29.

  • 30 LA contenance de la // table imprimee Nouuellement, [s.l., s.n.], in-8° goth., 4 f°, [s.d.] – Chant (...)
  • 31 La co[m]plai[n] =// te de Venise. // Haa riche cite, tu soufras // cest este, [Paris, Jacques Nyver (...)
  • 32 De nombreux minces recueils de noëls-parodies ont été publiés au xvisiècle. Ce sont des cantiques (...)
  • 33 Plusieurs pièces gothiques sur la manière dont les femmes mariées ou les filles à marier doivent se (...)
  • 34 Par exemple, l’image au titre de plusieurs éditions du Débat de la dame et de l’écuyer donne à voir (...)

157. Un dernier type de lien entre le texte et l’image peut être observé au sein du répertoire des pièces gothiques. La circulation et la copie des bois ne parviennent pas à fournir suffisamment de figures dans un temps et à un coût de revient limités pour exclure la pratique du réemploi. De là, les imprimeurs réutilisent nécessairement des images qu’ils choisissent selon plusieurs critères. Outre le critère thématique qui, on l’a vu, peut se croiser à d’autres paramètres (l’identité sexuée du personnage, l’action représentée, etc.), les typographes procèdent également par rapprochement ou association d’idées. Ainsi, il arrive qu’une scène narrative ou qu’un thème iconographique n’illustre pas un passage du texte et ne retienne pas non plus le thème du livret, mais connote plutôt une idée tacite dans le texte : l’image de la Cène pour illustrer une brochure didactique et morale sur la manière dont les enfants doivent se tenir à table30 ; l’échange ou la réception d’une cédule pour l’édition d’un traité31 ; une Nativité ou une gravure développant des thèmes complémentaires, tels que l’adoration des bergers (Luc 2, 15-21), l’adoration des mages (Mat. 2, 1-12) et l’annonciation de l’ange aux bergers (Luc 2, 8-15), dans les éditions de noëls32 ; une image d’enseignement pour un livret délivrant une doctrine ou une leçon de « policement » des mœurs33 ; ou encore une scène de conversation entre deux personnages pour un débat, une complainte ou tout texte supposant une déclamation, un discours, une prise de parole34.

  • 35 (S)Ensuyt lentree et couronne =// ment du Roy nostre sire en sa // ville de Napples faicte le xxii. (...)
  • 36 (L)Ouenge de la victoire // et conqueste du royau =// me de Napples, [Lyon, Matthias Huss], in-4° g (...)
  • 37 La venue de Charles VIII en Italie est considérée par les Juifs opprimés comme le signe d’une déliv (...)

16Ces associations d’idées sont d’une grande richesse pour saisir la pensée du typographe qui, imprégné de son imaginaire et des idées répandues à l’époque, choisit telle image parmi le stock de bois gravés disponibles. La gravure du combat de David contre Goliath qui décore un livret sur la prise de Naples par Charles VIII en constitue un très bon exemple35. Le texte ne fait aucunement allusion au roi biblique. Toutefois, cette image est cohérente avec le texte, si on étudie le contexte historique de la conquête du royaume de Naples par Charles VIII. Par son expédition italienne, ce roi renoue avec l’héritage davidique (le royaume de Naples et la Terre sainte). Cette relation entre le roi actuel et le roi biblique est présente dans tous les esprits, tant dans le royaume de France qu’en Italie. Dans un mystère joué lors de l’entrée de Charles VIII à Troyes en 1486, le combat de David contre Goliath préfigurait la lutte de Charles VIII contre les Turcs. En 1494, Marsile Ficin compose un texte en l’honneur de ce roi au sujet de la reconquête du royaume de Naples, conçue comme une croisade pour délivrer Jérusalem. Peu de temps après, un frère franciscain écrit lui aussi un ouvrage sur Charles VIII dans lequel il attribue les qualités davidiques à la maison royale de France. L’expédition de Charles VIII cristallise les espérances messianiques. « Tremblez, tremblez me[m]meluz, sarrazins, Juifz, mescrea[n]s, marra[n]s, paya[n]s, turq[ui]ns », s’exclame l’auteur d’une pièce de circonstance, qui assimile le roi de France au Prince des prophéties chargé par Dieu de chasser les tyrans et les infidèles36. Charles VIII est considéré par ses contemporains comme un libérateur et le Messie attendu. Lors de son entrée à Naples, le 22 février 1495, la cité prend, pour un jour, l’apparence d’une nouvelle Jérusalem qui accueille Charles comme le Messie, le « roy des roys » annoncé par les prophéties37. C’est à la lumière de l’essor des attentes messianiques et de cette relation nouée entre Charles VIII et David que cette gravure prend tout son sens. Le choix de cette image est révélateur de la familiarité de l’imprimeur avec les interprétations messianiques et avec les prophéties qui ont servi à légitimer l’expédition du roi.

1.2 Variations et permanences des relations texte-image

  • 38 Sur l’approche sérielle, voir en particulier l’article de Jérôme Baschet : « Corpus d’images et ana (...)

17Pour cerner les formules d’illustration éprouvées par les compositeurs des pièces gothiques, l’approche sérielle est nécessaire38. La série doit porter tout à la fois sur les différents contextes d’insertion d’une même gravure ou d’un même sujet iconographique et sur l’ensemble des figures qui décorent un même ouvrage. Dès lors, il s’agit de repérer les permanences et les écarts. Le sens d’une image peut venir de ces régularités ou dissemblances. Ainsi, outre la prise en compte de l’épaisseur historique d’un motif, l’analyse des divers contextes d’insertion d’un bois gravé est essentielle pour pouvoir bien cerner les choix iconographiques opérés par les typographes et saisir les indices connotatifs des images – ceux-là mêmes qui interfèrent dans les relations texte-image et dans la réception de l’œuvre.

  • 39 Comme saint Mathias et sa hallebarde (Paris, Bibliothèque nationale de France, Arsenal, 4-H-6668 ; (...)
  • 40 Comme saint Laurent sur le gril (Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Rés.D.415, 4 ; PGD-211), Je (...)

18Le rapport texte-image varie non seulement selon le sujet représenté et son traitement iconographique (image narrative détaillée ou schématique), mais aussi en fonction de plusieurs critères combinatoires : l’emplacement de la gravure dans la brochure, le type de texte et le lieu de production du livret. En effet, d’une manière générale, les figures insérées dans l’ouvrage nouent des relations plus étroites avec le texte qui leur est accolé que celles qui sont placées en page de titre. De même, la plupart des représentations prodigieuses sont spécifiques aux « canards » qu’elles illustrent, tout comme les figures des brefs romans de chevalerie et celles des livrets hagiographiques qui donnent à voir le saint évoqué, identifié par ses attributs39ou son martyre40. Au contraire, les figures stéréotypées des pièces dramatiques et des facéties, placées au début ou en fin de la brochure, entretiennent une relation plus ténue avec le texte, une relation essentiellement thématique.

19À cela s’ajoutent des habitudes de mise en pages, variables selon les centres d’imprimerie : les éditions anversoises insèrent d’ordinaire des images dans le texte, images qui sont plus circonstanciées que les publications françaises. En revanche, l’époque de la production du livret n’apparaît pas comme un facteur déterminant dans les relations texte-image. Les livrets hagiographiques, dont la production s’étend sur plus d’un siècle, sont de bons exemples de cette permanence du rapport texte-image sur un temps long. En effet, parce que la production de ces livrets s’est standardisée, la nature des images qu’ils contiennent et leur emplacement sur la page imprimée ne varient guère : la figure du saint continue à être placée sous le titre et les petites gravures d’angles introduisent régulièrement les oraisons et les antiennes.

1.2.1 Une image pour plusieurs textes : des relations image-textes variables, mais une signification générique de l’image

  • 41 LA terrible [et] espoue[n]table comete la[que]lle apparut le .xi. Doctobre // lan .M.ccccc. xxvii. (...)
  • 42 La deploration de la Cite // de Genefue sur le faict des hereticques // qui lont Tiranniquement // (...)
  • 43 COPIE DVNE // Lettre venue de Naples contenant les terribles [et] mer =// ueilleux Signes [et] prod (...)

20Le lien unissant les deux composantes d’une pièce gothique, l’écrit et le figuré, n’est pas propre à une gravure. Une même image peut être utilisée dans plusieurs livrets et nouer avec ces textes des relations différentes, allant du simple lien thématique à la relation référentielle directe. L’image de la foudre tombant sur une ville est sur ce point exemplaire : en 1527, elle illustre étroitement le récit du prodige survenu à Lyon41 ; puis vers 1535, elle est censée représenter la colère divine qui risque de s’abattre sur la cité de Genève si les « anguenotz » ne cessent de bafouer sa renommée42, avant de servir à représenter les prodiges apparus à Naples en 153843 (Fig. 1).

Fig. 1 : Phénomène céleste représentant tantôt les brandons de feu apparus au-dessus de Lyon, tantôt la colère divine frappant la ville de Genève, ou encore la foudre ressentie à Naples.

Image extraite de LA terrible et espouentable comete laquelle apparut le .xi. Doctobre lan .M.ccccc.xxvii. en Vvestrie region Dalemaigne (Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Rés.D.36, 9, f° a2v).

  • 44 (L)A iournee de la bataille fai =// cte pres de rauane..., op. cit. Image reproduite dans Marion Po (...)
  • 45 Dans ses multiples contextes d’insertion au sein des Grandes Chroniques de Vérard (1493), cette ima (...)
  • 46 (L)Ordre qui fut tenue [sic] a lobse // que [et] funeraille de feue, tres excelle[n]te et tres de / (...)
  • 47 Lobseque du feu roy // De France Loys douziesme de ce nom, [Paris, Guillaume Nyverd], in-8° goth., (...)
  • 48 (L)Ordre qui fut tenue [sic] a lobse // que [et] funeraille de feue, tres excelle[n]te et tres de / (...)
  • 49 Lobseque et enterrement du Roy, [Paris, s.n.], in-8° goth., 8 f°, [post 1 I 1515] – Paris, Biblioth (...)
  • 50 La deploration // sur le trepas de feu monseigneur le Daul =// phin de France. Auec lepi- taphe dud (...)
  • 51 Rozier historial, Paris, Couteau pour François Regnault le Jeune, 1522 – Paris, Bibliothèque nation (...)
  • 52 Le trespas, obseques, [et] onterreme[n]t de tres haults, tres puissant, [et] tresmagnanime Francois (...)

21Si le degré de conformité entre l’image et le texte change selon les contextes d’utilisation d’une figure, on observe néanmoins une signification relativement invariable des images dans tous leurs contextes d’insertion. La signification d’une image est d’une certaine manière devenue générique, et l’image, conceptuelle. Par exemple, l’image du roi-chevalier brandissant son épée et mettant en fuite une troupe armée connote toujours l’idée de victoire royale, du moins de prouesse chevaleresque, que ce soit dans la brochure sur la bataille de Ravenne en 151244 ou dans ses multiples emplois dans les Grandes Chroniques de France publiées par Vérard45. Une telle valeur connotative ne nous apparaît pas aujourd’hui aussi évidente que celle de l’effigie d’Anne de Bretagne dont la gravure originale et ses copies suggèrent invariablement l’idée d’obsèques royales. En effet, la figure de l’effigie royale constitue une image spécifique au livret des funérailles d’Anne de Bretagne dont elle illustre indirectement un passage46. Réemployés un an après pour le récit des obsèques du roi Louis XII, les détails figuratifs de ce bois – mis à part l’emblème de la reine qui pare le dais – ne contredisent pas le récit de cette cérémonie funéraire. L’essentiel est ici de figurer une effigie royale tenant lieu du « corps dudit deffunct » porté sur un char funèbre47. Une copie de ce bois a été successivement insérée dans un autre compte-rendu des funérailles d’Anne de Bretagne48, dans un autre livret de pompe funèbre de Louis XII49 et, enfin, dans une pièce de circonstance sur les obsèques du dauphin François50, fils du roi François Ier. On connaît deux autres copies encore de cette gravure, l’une servant à illustrer le récit des funérailles de Louis XI dans le Rosier historial51, l’autre étant insérée en 1547 dans un livret en lettres rondes sur les obsèques de François Ier52. C’est dire que cette image est devenue générique et stéréotypée. De la même manière, la figure du météore évoquée précédemment connote toujours l’idée de manifestation de l’ire divine. On pourrait multiplier ce type d’exemples attestant une sorte d’indice connotatif et de signification interne ou inhérente aux images telle qu’elles apparaissent dans les pièces gothiques et dans les ouvrages imprimés que j’ai consultés.

  • 53 Meyer Schapiro, Les mots et les images..., op. cit., p. 31.
  • 54 Hélène Toubert, Un Art dirigé. Réforme grégorienne et iconographie, Paris, Cerf, 1990, p. 19-36. Ci (...)

22En raison de cette permanence du sens générique d’une image, la signification de celle-ci est immédiatement reconnaissable, quel que soit le texte qu’elle « illustre » et son emplacement dans l’ouvrage. C’est ce que Danièle Sansy avait déjà observé au sujet des scènes religieuses et des images des saints dans les incunables français : ces figures n’illustrent pas exactement un passage narratif du texte, mais renvoient plutôt au thème de l’ouvrage ou au personnage mentionné dans celui-ci. Leur signification ne découle pas de leur contexte d’insertion, contrairement à ce qu’a prétendu Meyer Schapiro53. Ce sont des images immédiatement reconnaissables quel que soit leur emplacement dans le texte, dans la mesure où elles font parties de ce que Hélène Toubert appelle la « mémoire iconique de tous les chrétiens »54. En revanche, que ce soit pour les figures religieuses ou profanes, c’est bien du contexte d’insertion que découle l’identification précise des personnages et du lieu de l’action.

1.2.2 Des images pour plusieurs éditions d’un même texte : le poids d’une « tradition iconographique » sur le choix des gravures ?

  • 55 Par exemple, les relations texte-image sont très variables dans les éditions des Songes de Daniel. (...)
  • 56 Les trois éditions du récit du sacre de Louis XII, par exemple, affichent au titre soit l’image du (...)
  • 57 Des chercheurs ont observé que l’illustration des éditions de textes hérités du Moyen Âge est coura (...)

23La relation qu’une même image peut entretenir avec les différents textes dans lesquels elle est insérée est très variable. Qu’en est-il de cette variation du point de vue du texte : le lien texte-image est-il propre à un texte ? Beaucoup de textes mis en livrets gothiques nous sont connus par plusieurs éditions, mais celles-ci n’affichent pas obligatoirement les mêmes bois ou des figures aux motifs analogues. Et dès lors, les relations texte-image varient selon sont tantôt variables55 tantôt identiques56 en fonction du thème iconographique des gravures. Contrairement aux éditions soignées de textes médiévaux qui font preuve de grands efforts d’adaptation57, la majorité des imprimeurs-libraires n’envisagent pas l’illustration des pièces gothiques selon un « programme » iconographique. Le choix des gravures est avant tout déterminé par d’autres facteurs : selon les possibilités offertes par leur matériel typographique, ils choisissent l’image qu’ils estiment correspondre le plus au thème du livret, à un mot ou à un passage du texte, sinon à une idée tacite dans le texte à imprimer.

24On remarque, toutefois, que quelques rééditions proposent des images similaires, voire identiques, comme si les éditeurs étaient pétris de modèles d’illustration ou cherchaient à suivre la tradition iconographique d’un ouvrage. De bons exemples nous sont donnés par les éditions aujourd’hui conservées de la Belle dame qui eut mercy : ces brochures comportent systématiquement en page de titre des images analogues associant un homme et une femme, censées tenir lieu de la « belle dame » et de son amant. Dans les publications de l’Enfant sage à trois ans, les vignettes représentent aussi invariablement une conversation entre un homme (l’empereur) et un enfant (l’enfant sage). Pour se rapprocher au mieux de l’exemplaire dont ils s’inspirent, les imprimeurs recourent à des procédés, utilisés dans des proportions fort variables dans les pièces gothiques :

  • 58 Dominique Coq, « La vie de saint Mathurin de Larchant et ses éditions anciennes (1495 ?-1640) : un (...)

251. La réutilisation des gravures : il arrive qu’un imprimeur réédite une pièce gothique avec les mêmes figures ou qu’il emprunte auprès d’un confrère les bois que ce dernier avait utilisés dans une édition de ce texte. À moins que ces matrices n’aient été léguées ou rachetées avec la boutique. Dans les rééditions, des séries entières de bois sont ainsi régulièrement utilisées de génération en génération, parfois jusqu’à leur dégradation presque complète. À cet égard, la Vita historiée de saint Mathurin est tout particulièrement intéressante : sur près de quatre-vingt années, les rééditions de la Vie de saint Mathurin sortant des presses de l’atelier de la veuve Caron-Nyverd-Montreuil ont invariablement été illustrées avec la même série de seize gravures, celles des dernières rééditions témoignant du processus de dégradation qui les affectent58.

  • 59 Pour les références bibliographiques de ces pièces gothiques, voir Marion Pouspin, Annexe : réperto (...)

262. La copie : à l’échelle de l’ensemble de la production imprimée, les imprimeurs n’hésitent pas à copier les figures de l’édition qu’ils prennent en modèle ou qu’ils entendent concurrencer. Parmi les pièces gothiques, l’image des trois arboriculteurs en train de greffer des arbres témoigne bien de cette pratique de la copie : dans les années 1490, les ateliers de Pierre Le Caron et Jean Trepperel éditent chacun un petit traité de jardinage sur les Manières d’enter et planter en jardin illustré d’une scène de greffage presque identique. Vers 1528, Alain Lotrian réédite ce texte et propose une autre version encore de cette image59.

27Au demeurant, dans les pièces gothiques, l’usage de la copie reste très limité. Ce procédé, qui exige l’élaboration d’une image spécifique et accroît inéluctablement le temps et le coût de fabrication de l’imprimé, devait contredire les aspirations que les éditeurs avaient placées dans ces petites publications. L’iconographie des pièces gothiques est rarement envisagée en fonction de programmes iconographiques mais plus volontiers déterminée par les contraintes techniques et le mode de pensée associatif et connotatif des typographes (selon le thème, un mot ou un groupe de mots, sinon une idée développée dans le texte).

2. Les mécanismes d’illustration des pièces gothiques et ses effets sur leurs récepteurs

28L’analyse des relations texte-image met en lumière les mécanismes d’illustration des pièces gothiques : le choix des images relève moins d’une éventuelle tradition ou d’un « programme » iconographique auquel l’imprimeur envisagerait de se conformer, mais d’avantage des choix éditoriaux qui président à la publication de ces brochures à bon marché et des modes de pensée connotatif et associatif des typographes. Cette mise en images des pièces gothiques codifie, guide, oriente, voire réoriente la lecture de ces imprimés et module ainsi l’expérience qu’en font les lecteurs/auditeurs/spectateurs.

2.1 Les figures gravées dans les pièces gothiques : une nouvelle manière de penser l’image ?

2.1.1 La mise en images des pièces gothiques : entre critères éditoriaux et pensée conceptuelle des imprimeurs

  • 60 Jeanne Veyrin-Forrer, « Fabriquer un livre au xvie siècle », Le livre conquérant, du Moyen Âge au m (...)
  • 61 Marion Pouspin, Publier la nouvelle..., op. cit., p. 106-111.

29De celui qui choisit les images à insérer dans ces livrets, nous ne savons rien. On estime qu’à l’époque de leur production, à un moment où le livre est encore presque entièrement élaboré au sein de l’atelier typographique, c’est l’imprimeur qui détient la majeure partie des pouvoirs de décision60. Le compositeur choisit alors parmi un stock de gravures les images qui « illustreront » ses publications. Le choix opéré doit tenir compte des contraintes (capacités techniques), des propriétés du public visé (attentes, compétences) et de la stratégie éditoriale retenue. Si l’édition de pièces gothiques a dû se présenter pour certains comme une stratégie commerciale ponctuelle consistant à utiliser à l’occasion l’une de leurs presses pour éditer de petits travaux d’un rapport facile et dégager un pécule substantiel nécessaire à la publication d’ouvrages plus ambitieux, elle représente pour d’autres une véritable politique éditoriale. Ces brochures peu coûteuses, rapides à éditer et d’un débit facile devaient être assez rentables pour que des officines se spécialisent dans ce type de publication sur plusieurs générations : à Paris, les Le Caron-Nyverd, ainsi que l’atelier Trepperel-Janot lié aux Le Noir, Lotrian et Marnef, dont l’entreprise a été poursuivie par les Saint-Denis-Sergent-Bonfons ; à Lyon, les firmes des Mareschal-Chaussard et des Nourry-Sainte-Lucie61. Le choix des gravures s’oriente alors vers des images « passe partout » que l’on réemploie d’un ouvrage à un autre et que l’on imprime généralement en noir et blanc – la réalisation d’un bois spécifique à une brochure et l’usage de la couleur, qui impliquerait un double passage sous la presse, augmenteraient nécessairement le temps et le coût de fabrication. Au-delà de ces critères techniques et économiques, quels mécanismes d’illustration président à l’illustration des pièces gothiques ?

  • 62 Histoire générale de la presse française, t. I, Des origines à 1814, Claude Bellanger, Jacques Gode (...)

30Les images de ces livrets gothiques offrent un témoignage exceptionnel sur la manière dont les imprimeurs pensaient l’illustration de leurs ouvrages. Penser l’illustration, c’est bien de cela qu’il s’agit : toutes les relations entre le texte et l’image que l’on peut observer dans ces livrets (de la relation thématique à la relation référentielle directe) montrent que ces imprimeurs n’étaient pas aussi indifférents « à l’égard de la concordance entre le texte et l’image » qu’on l’a souvent cru62. Si leurs gravures ne sont pas envisagées comme des illustrations exhaustives et fidèles des textes, ni selon des programmes iconographiques à la manière des manuscrits, le choix de ces images disons génériques témoigne d’un mode de pensée assurément associatif et conceptuel.

  • 63 Ernst Hans Gombrich, L’Art et l’Illusion. Psychologie de la représentation picturale, Paris, Phaido (...)
  • 64 (L)E libelle des cinq vil // les dytallye contre // venise, est assavoir, Romme, Naples, Flore[n]ce (...)

31Ce que les images donnent à voir, ce sont en quelque sorte des lieux communs visuels, des représentations abstraites de l’idée de funérailles, d’assaut, d’entrée royale, de mariage, ou encore de dialogue63. Ainsi, à la manière des vues de villes dans la fameuse chronique d’Hartmann Schedel, l’image d’une cité est mise à profit dans plusieurs pièces gothiques : employée tour à tour pour figurer Venise et Naples, l’image donne à voir une ville, elle représente l’idée de ville, tandis que la légende imprimée au-dessus de la figure vient singulariser et actualiser la cité dans son nouveau contexte d’insertion64. L’image gravée évoque plus qu’elle ne donne à voir la réalité des choses. Ces images, en quelque sorte conceptuelles, mettent l’accent sur le général, et les textes accolés sur le particulier.

  • 65 Laetitia Le Guay, Les Princes de Bourgogne, lecteurs de Froissart : les rapports entre le texte et (...)

32Pour « illustrer » son livret, le compositeur choisit alors la gravure qui correspond le mieux à ce nouvel ouvrage, celle qui condense le thème principal de l’imprimé ou qui fait écho à un passage précis du texte. Ces images génériques, disons conceptuelles, ne sont pas réductibles à ces seuls imprimés. On peut les rapprocher des miniatures, qui semblent également suivre certains schémas iconographiques, bien que ces traditions iconographiques ne soient pas constituées une fois pour toutes et homogènes. Dans le livre IV des Chroniques de Froissart par exemple, les scènes de joutes, de mariages, de funérailles, de départs en expédition, de sièges et de batailles reprennent des formules iconographiques65. C’est la proximité de ces images avec une rubrique ou un passage du texte qui singularise la scène représentée. Ce qui constitue véritablement un trait singulier de l’imprimé, et notamment des pièces gothiques, et qui introduit une nouvelle manière de penser, de lire et d’appréhender un ouvrage illustré, ce sont ces figures choisies par association d’idées, ainsi que le réemploi des bois gravés et la standardisation de l’emplacement des images « hors texte ». L’insertion des gravures avant ou après le texte implique en effet une relation distendue entre le texte et l’image qui affecte d’autant l’expérience du lecteur : c’est le consommateur du livret, à la fois lecteur/auditeur et spectateur, qui va établir abstraitement la relation entre l’image et le texte.

2.1.2 Écarts et dissemblances

33Des dissemblances et des écarts entre le texte et l’image sont parfois créés par le réemploi des gravures, en lien avec ce mode de pensée assurément connotatif et associatif. En effet, lorsque l’image sélectionnée pour « illustrer » un nouvel opuscule conserve des détails iconographiques spécifiques à son premier contexte d’insertion, une dissemblance peut s’opérer entre l’image et le nouveau texte qu’elle « illustre ». Par exemple, l’emblème d’Anne de Bretagne s’affiche tour à tour dans des livrets consacrés désormais aux obsèques de rois de France. Toutefois, cette dissemblance ne perturbe nullement la compréhension de la pièce, l’objectif ici étant d’annoncer d’emblée aux lecteurs le thème, voire le genre de ces opuscules : des livrets de cérémonies de funérailles royales.

34Choisies pour le sens générique qu’elles délivrent, les images narratives, qu’elles soient profanes ou religieuses, sont également porteuses de leur propre discours. Chargées de sens, elles complètent, voire infléchissent la compréhension des textes. Les pièces d’actualité publiées sous les règnes de Charles VIII et de Louis XII sont d’une grande richesse pour l’étude de ce discours propre aux images et de leur rapport avec le « message » transmis par les textes imprimés. Contrairement aux livrets gothiques du règne de François Ier qui ne cessent d’être centrées sur les actions sur souverains et privilégient les images héraldiques, les livrets d’actualité antérieurs contiennent beaucoup d’images narratives, représentant les actions du roi et de son armée (entrées solennelles, couronnement, batailles, sièges de villes, etc.). Tirées de romans, de chansons de geste et de livres historiques, ces scènes d’un passé lointain ou imaginaire induisent un décalage entre la réalité présente et la fiction de figures héroïques et intemporelles. Ces images contribuent ainsi à l’interprétation des événements et de la personnalité du souverain, soit en allant dans le même sens que le discours textuel, soit en en proposant une relecture.

  • 66 Charlemagne appartient à l’imaginaire de Charles VIII : il en est le patron. De la même manière, av (...)

35L’assimilation des rois vivants à ces figures réelles ou légendaires prolonge par exemple le discours textuel : dans les pièces d’actualité, Charles VIII et Louis XII y sont fréquemment comparés à Hector, Xerxès, Priam, Jules César, David, Charlemagne ou encore à Saint Louis. En effet, l’identification de ces deux rois à Charlemagne et à Saint Louis devient un topos à la fin du Moyen Âge66. Le réemploi des gravures contribue à ces analogies de Charles VIII et de Louis XII avec les rois de France ayant pris la croix. Le mythe de la croisade de Charlemagne est actualisé et, ce faisant, les guerres d’Italie conduites par ces deux rois de France sont mythifiées.

  • 67 Sur l’état de l’artillerie durant la première guerre d’Italie, voir l’article de Philippe Contamine (...)
  • 68 Laetitia Le Guay, Les princes de Bourgogne..., op. cit., p. 133.

36En revanche, la réutilisation d’images fondées sur les armes d’autrefois et représentant les faits et gestes de Charlemagne, Saint Louis ou Godefroy de Bouillon et de leurs compagnons crée un écart entre ces représentations d’un passé plus ou moins lointain, réel ou mythique, et les événements contemporains qu’elles sont censées désormais représenter. Ces images donnent à voir les armes de jadis et l’artillerie y demeure discrète, ce qui ne correspond plus guère à la réalité. Le perfectionnement technique de l’artillerie française, son importance et son efficacité avaient d’ailleurs frappé les Italiens en 149467. Un tel décalage est partagé par les miniatures de quelques manuscrits, comme les Chroniques de Froissart par exemple, dont les images de bataille se fondent sur l’armement d’antan68. Le heaume, désormais remplacé par le bassinet, y est encore représenté ; le suzerain est montré entouré de ses vassaux en armes, alors que l’organisation de l’armée a évolué vers une armée de professionnels soldés. Là aussi, quelques canons sont pris en compte, mais de manière très discrète. Dans les brochures comme dans les Chroniques de Froissart, l’illustration se fixe alors sur une image idéale des expéditions militaires et des batailles, donnant une vision assurément chevaleresque des événements.

  • 69 (P)Lusieurs ge[n]tiles =// ses de maistre Fra[n]coys villon auecque // le Recueil et istoires [sic] (...)

37Plus rarement dans les pièces gothiques, l’image contredit le texte. C’est le cas notamment dans l’une des éditions des Repues franches : ce livret traite des laissés-pour-compte, alors que l’image placée sous le titre, qui noue un lien thématique générique avec le texte, présente une scène de banquet où la table est bien garnie69.

2.2 Quels effets la mise en images des pièces gothiques produit-elle leurs lecteurs/auditeurs/spectateurs ?

38Au-delà de la question des fonctions des figures gravées dans ces brochures (leur dimension publicitaire et attractive, leur valeur pédagogique, leur rôle mémoriel, émotif ou comme accompagnement d’un fait social ou d’un acte dévotionnel), il s’agit surtout d’analyser ici la manière selon laquelle les relations textes-images et les mécanismes d’illustration des pièces gothiques affectent l’expérience de leurs récepteurs.

2.2.1 L’image codifie la lecture

  • 70 Roger Chartier, Culture écrite et société : l’ordre des livres (xive-xviiie siècle), Paris, Albin M (...)

39L’image placée en page de titre, cette vignette-frontispice, semble directement s’adresser à l’acheteur ou au lecteur éventuel, attirant son regard sur l’étal du libraire. Métonymique, elle renvoie le plus souvent à la totalité du texte, et ce non pas en juxtaposant des registres qui feraient référence aux épisodes successifs de la narration, mais plutôt en se focalisant sur un aspect (l’aspect guerrier d’une pièce d’actualité sur les guerres d’Italie par exemple) ou en signalant la matière générale de l’opuscule (un livret religieux, une relation prodigieuse, etc.). Comparable à la « vedette » (titre du livret imprimé) qui annonce d’entrée de jeu le sujet traité par l’ouvrage, la figure gravée en page de titre constitue un « protocole de lecture »70, où l’esprit peut s’acclimater à ce qu’il va lire.

40La vignette-frontispice annonce au lecteur ce qu’il va lire et le prédispose, voire guide la compréhension de cette nouvelle lecture. Par exemple, l’image d’une chevauchée ou une scène de joutes annonce au lecteur qu’il est en présence d’un livret d’entrée royale. En effet, dans les livrets d’entrée, la signification des images est strictement générique. Contrairement aux relations festives manuscrites, les livrets gothiques d’entrées solennelles ne montrent ni le roi recouvert d’un dais à la manière du saint sacrement le jour de la Fête-Dieu, ni les enfants de la ville acclamant la personne royale comme le Christ entrant dans Jérusalem le jour des Rameaux. Les gravures se focalisent essentiellement sur l’accueil par les notables de la ville ou donnent à voir une scène d’entrée tout à fait stéréotypée, que le compositeur s’efforce de faire correspondre avec l’identité du principal protagoniste. Et il est fréquent que ce soit une simple chevauchée ou une scène de joutes qui ouvrent ces livrets d’entrée, en référence à la procession et à la cavalcade du prince dans la ville ou aux joutes organisées dans les jours suivants pour célébrer l’entrée solennelle. De la même manière, l’image générique du baptême de Clovis avertit le lecteur d’un compte-rendu d’une cérémonie du sacre ; et la figure d’un saint, d’une Vita.

  • 71 Sur les images de la femme à la fin du Moyen Âge et au xvie siècle, voir Françoise Borin, « Arrêt s (...)

41Les gravures insérées dans les brochures relevant de la littérature moralisante montrent bien le fonctionnement de ces vignettes-frontispices qui « illustrent » moins qu’elles ne prédisposent le lecteur et codifient sa lecture. La plupart de ces images ne contribuent pas à la dimension pédagogique affichée par les textes édités ; elles ne participent pas à véhiculer les normes de comportements et les savoirs qui y sont énoncés. Alors que l’iconographie des xive et xve siècles, c’est-à-dire de l’époque de la composition de bien des substrats des pièces gothiques, rendait compte du rôle domestique de l’épouse (la femme paysanne apparaît vêtue du tablier, faisant la lessive, la cuisine, confectionnant le fromage, tondant les moutons et participant aux veillées, la quenouille à la main), la majorité des figures placées en page de titre des facéties ne participent pas à l’exposition d’un modèle féminin71. Les innombrables gravures utilisées par les compositeurs pour « illustrer » ces brochures représentent plutôt des personnages en train de dialoguer (bien souvent l’amant et l’amante), sinon une religieuse donnant une leçon à une jeune fille. De telles figures dénotent l’idée de joute verbale ou de transmission d’un message, voire d’un enseignement. Elles servent à annoncer au public la nature du texte imprimé, voire le bénéfice à tirer de la lecture ou de l’audition de celui-ci : une leçon morale, un enseignement.

  • 72 Voir Marion Pouspin, Annexe « Répertoire des pièces gothiques... », op. cit., « Sermon joyeux de sa (...)

42Parfois ce n’est pas simplement le sujet représenté, mais le réemploi même de l’image qui charge celle-ci d’un certain sens et qui donne au lecteur le ton de la pièce gothique qu’il s’apprête à lire. Tel est le cas des livrets satiriques et parodiques, farces, sotties et débats. Cela est particulièrement net dans les sermons et pronostications parodiques où les gravures traduisent littéralement la personnalité du principal protagoniste (un poisson pour saint Hareng, un oignon pour saint Oignon)72 ou représentent un sot avec sa marotte. Si ces figures de sots, celles d’hommes ivres et vomissant, de personnages grimaçant ou se bagarrant, offrent immédiatement une interprétation dévalorisante du sujet représenté et donnent d’emblée le ton parodique ou satirique du texte imprimé, la valeur satirique de certaines images ne vient pas des scènes qu’elles donnent directement à voir mais de leur premier contexte d’utilisation. Les images de femmes et d’enfants en train de tirailler des hommes, par exemple, ne montrent pas d’attitudes ridicules et n’exagèrent ni ne déforment aucun trait des personnages. Mais, empruntées au très misogyne Matheolus, c’est le réemploi qui charge ces images d’un discours antiféministe, un discours que le lecteur ne pouvait saisir, il est vrai, que s’il avait déjà vu ces mêmes figures dans cette autre littérature et s’il les reconnaissait.

2.2.2 Une réception guidée et modulée par l’image

  • 73 (L)A iournee de la bataille fai =// cte pres de rauane..., op. cit.
  • 74 Ces notions de « mots évaluatifs » et « axiologiques », empruntées à la linguiste Catherine Kerbrat (...)

43De par leur propre discours et leur relation plus ou moins ténue avec le texte, ces images orientent ou réorientent les lecteurs et leur lecture vers une certaine compréhension et interprétation du texte et du « message » délivré dans le livret. Ainsi, dans la brochure sur la bataille de Ravenne (1512), l’image d’un roi en armure qui, épée levée, met en fuite une troupe ennemie, renvoie implicitement à un passage du récit sur l’action chevaleresque du roi qui « estoit le premier à cheval »73. Cette figure du roi de guerre attire l’attention du lecteur vers ce passage et met en valeur les prouesses et les qualités physiques du roi qui y sont relatées. Dans ces « nouvelles » militaires imprimées, l’image cristallise la vaillance du roi sur le champ de bataille, vaillance que les moralistes des xive et xve siècles plaçaient parmi les premières vertus du prince idéal. À la manière des textes eux-mêmes, qui sont riches en termes « évaluatifs » et « axiologiques »74 – tantôt laudatifs à propos du roi de France et de ses troupes, tantôt négatifs à l’égard des ennemis –, les images de ces brochures sont subjectives et contribuent à glorifier les rois de France et les actions politiques qu’ils mènent. En donnant à voir un roi entrer de manière triomphale dans une ville, ou celle d’un roi, arme au poing, en train de mettre en échec une armée ennemie, ces figures gravées délivrent une image valorisée du roi de France et sont promptes à amener leurs récepteurs vers la célébration du roi de France. L’image prend ainsi part au discours élogieux véhiculé par le texte imprimé et contribue à sa manière à soutenir la politique royale et à rehausser le prestige du roi et de la France.

  • 75 Complainte tres piteuse de dame chestiente sur la mort du feu roy charles huitiesme, [Paris, Pierre (...)
  • 76 ¶ Le triumphant ordre de larmee // francoise pour passer les mons co[n] // duicte par le tres valeu (...)

44De plus, les compositeurs insèrent également des gravures au sujet religieux dans certaines des « nouvelles » politiques et militaires. Elles accompagnent les formules de prière sur lesquelles s’achèvent ces livrets d’actualité et que les lecteurs sont enjoints de prononcer en l’honneur du roi ou de la reine. Avec ces prières appuyées sur des gravures pieuses, les pièces font entrer leurs lecteurs dans l’action, en les invitant à soutenir la cause royale. Ainsi, l’épitaphe de Charles VIII, qui enjoint de prier pour l’âme de ce roi, comporte en page de titre l’image d’un catafalque autour duquel prient des religieux, au-dessus de l’inscription Pro defunctis ad vespe75. De même, dans un livret d’entrée de l’archiduc d’Autriche (1501), une scène de crucifixion accompagne une prière que le lecteur doit prononcer afin que Dieu intervienne en faveur du roi pour le succès à venir de sa campagne militaire : « supplions le roy des roys leur donner si bonne vigueur qu’ilz viennent au dessus de leur entreprinse et qu’ilz puissent obtenir victoire. Amen »76.

  • 77 Hans Belting, Image et culte..., op. cit., p. 99 ; Sixten Ringbom, Les images de dévotion (xiie-xve(...)
  • 78 ¶ La deploration de la Royne de France. // Composee par Maistre laurens des moulins, [Paris, Guicha (...)
  • 79 (L)A Deliberation // des trois estatz de france sur // lentreprinse des Angloys et // suysses, [Par (...)

45Si ces figures gravées participent d’une certaine manière à l’acte de dévotion auquel le lecteur est invité, d’autres gravures tendent à jouer un rôle psychologique en sollicitant l’affectivité de leurs spectateurs77. Par exemple, l’image de la Mort terrassant un homme, en tête du livret qui invite le lecteur à prier pour la défunte Anne de Bretagne, est propice à provoquer un choc visuel et émotif dans la mesure où ce motif macabre trouve un écho dans la piété tourmentée de l’époque marquée par l’angoisse du salut individuel78. Renvoyant abstraitement le lecteur vers un passage particulier de l’épitaphe où il est question de « deplorer la mort qui trop nous picque », cette gravure invite tout à la fois à déplorer la mort de la reine et à méditer sur sa propre finitude79.

46Douées d’une capacité active à infléchir les comportements et les esprits, les images, tout comme les textes des pièces gothiques, se veulent ainsi agissants : par le « poids des mots » et des images choisies, les lecteurs/auditeurs sont mis dans une disposition émotionnelle particulière les amenant à communier dans la peine ou l’admiration de la monarchie de France.

  • 80 La terrible et // Merueilleux signe qui a este veu sur la // ville de Paris, auecque vent grand // (...)

47De la même manière, les images des livrets de prodiges modulent la réception de leurs lecteurs. Plus que les récits des prodiges qu’elles donnent à lire, les images des livrets tendent à ébranler les consciences, à infléchir les comportements des hommes pour les rendre conformes à l’ordre voulu par Dieu. Ces images traduisent visuellement le texte imprimé : reprenant à leur compte les analogies et les associations d’idées opérées dans le récit, les figures gravées donnent à voir le signe tel qu’il a été perçu et décrit par des témoins. Ainsi, dans une pièce sur le monstre de 1528, ce qui est décrit tantôt comme un « serpent » tantôt comme un « terrible et espoventable [sic] dragon » avec une « teste grosse comme vng muitz » et une « queue longue de deux aulnes », est représenté en page de titre sous les traits d’un dragon survolant une ville et dont la bouche jette « feu et flambe »80. Si l’association de l’image et du texte est le plus souvent lâche, ce qui suppose que le lecteur-auditeur établisse lui-même abstraitement la relation qui lie l’image au passage de la narration qui lui fait écho, l’image du prodige condense en un même lieu le récit de la manifestation extraordinaire. Par l’image, le prodige prend corps. Et placée en page de titre, l’image – si évocatrice et suggestive qu’elle soit – devait directement frapper l’imagination et susciter l’effroi du lecteur/spectateur. En donnant à voir la créature ou le phénomène décrit dans le texte, les gravures amènent leurs lecteurs à faire l’expérience de l’effroi du prodige, une expérience semblable à celle des témoins relatée dans le livret.

  • 81 Le journal d’un bourgeois de Paris sous le règne de François Ier, 1515-1536, texte établi, présenta (...)
  • 82 Pétrarque, Rerum memorandum libri, texte établi, présentation et notes par Giuseppe Billanovich, Fl (...)

48Frappant directement l’imagination et l’affect (en suscitant un sentiment d’horror), la mise en image du prodige permet aussi son inscription dans la mémoire, plus encore que l’écriture et l’audition. C’est grâce à un livret vendu « publiquement en ce temps par la ville » de Paris et à la « figure pourtraictée » du prodige qu’il contient que le Bourgeois de Paris a mémorisé le récit d’une naissance monstrueuse81. Déjà au xive siècle, c’était par l’« image peinte » de jumeaux siamois vue durant son enfance que Pétrarque a pu se souvenir de cette naissance perçue comme prodigieuse82. Les figures des prodiges constituent des images mémorielles, c’est-à-dire des lieux de mémoire cristallisant, dans des représentations uniques, une histoire (l’apparition prodigieuse) et un enseignement (un appel à un comportement plus moral). Par sa capacité active à toucher l’affect de son spectateur, la gravure est prompte à fixer dans la mémoire l’image mentale que le lecteur-auditeur s’est faite à l’audition ou à la lecture du récit prodigieux.

2.2.3 Une réception interférée par le réemploi des images

  • 83 Michael Baxandall, Painting and Experience in Fifteenth Century Italy. A Primer in the Social Histo (...)
  • 84 (L)a bataille et // Assault de Gennes donne par le trescrestien roy de fra[n]ce // Loys .xii. de ce (...)

49L’image gravée étant multipliable, l’expérience qu’en fait le spectateur – cette expérience que cherchait à saisir Michael Baxandall à travers la peinture du Quattrocento – se trouve transformée par rapport aux autres médias visuels comme la peinture et la sculpture83. Le réemploi des bois martèle les mêmes images, ces images que le lecteur peut voir et revoir dans des contextes variés. Le lecteur-spectateur peut ainsi reconnaître cette figure déjà vue mais qui n’est plus tout à fait la même, du fait non seulement de sa dégradation au fil des utilisations, mais aussi de son nouveau contexte d’insertion, voire de l’ajout d’une légende, d’une inscription ou – plus rarement – de la couleur. Certes, le récepteur peut tirer un certain plaisir de cette reconnaissance, mais le réemploi n’est pas sans effet sur l’appréhension des images gravées. Cela crée des dialogues entre des épisodes narratifs qu’un lecteur-auditeur aurait vus illustrés par une même figure, à l’exemple des figures épiques qui illustrent tantôt une bataille dans un roman de chevalerie, tantôt un événement bien réel de la guerre d’Italie dans une brochure d’actualité. Ainsi, la Bataille et assault de Gennes donné par le tres chrestien roy de france Loys XII est illustrée d’un bois, dont l’usage répété est attesté dans des romans de chevalerie produits par le même atelier typographique ou une officine appartenant au même réseau commercial/familial (Ogier le Danois, le Galien restauré, le preux chevalier Artus ou encore la Conquête de l’empire de Trésibonde)84.

50De tels dialogues interfèrent dans l’appréhension et la compréhension de ces épisodes narratifs par le lecteur-auditeur : la réalité présente tend à se mêler à la fiction de figures héroïques et intemporelles. En reproduisant ces mêmes images dans des contextes différents, on obtient toute une série de dualités : celles de la fiction et de la valeur documentaire (les images d’un passé mythique vs celles illustrant un présent réel), du générique et du particulier (l’image réemployée et conceptuelle vs l’événement précis et unique qui est relaté), du banal et de l’original, du répétitif et du singulier.

Conclusion

51Le corpus des pièces gothiques offre une grande variété de relations texte-image. De par l’emplacement « hors texte » et la pratique du réemploi des bois, l’association du texte et de l’image est le plus souvent lâche. C’est le lecteur qui doit abstraitement établir la relation qui lie l’image au passage ou aux termes de la narration qui lui fait écho.

52La mise en images des pièces gothiques révèle les mécanismes d’illustration et les stratégies éditoriales qui président à la fabrication de ces brochures : afin de produire rapidement et à moindres frais ces livrets à bon marché, les typographes réutilisent des images qu’ils puisent dans un stock de gravures, en sélectionnant celles qui correspondent le mieux, à leurs yeux, au sujet traité dans l’ouvrage, que ce soit en lien avec un passage ou un mot employé dans le titre ou dans le texte imprimé, en écho avec le ton – satirique, parodique, politique, religieux – de la brochure, sinon par rapprochement ou association d’idées. Ces relations textes-images et les choix iconographiques opérés par les typographes sont de bons témoignages du mode de pensée associatif et connotatif des imprimeurs aux xve et xvie siècles dans la composition et illustration de ces ouvrages populaires.

53Ces relations texte-image ne sont pas sans effet sur leurs récepteurs. Non seulement le poids des mots et les figures imprimées dans les pièces gothiques modulent la réception des textes mis en livrets et accompagnent le lecteur dans l’accomplissement d’un fait social (prière, communion dans la peine et la joie de la vie des rois et reines de France, réformation de ses mœurs), mais les liens eux-mêmes qui se nouent entre le texte et l’image, ainsi que les dissemblances et les écarts que cela crée, interfèrent dans la réception du texte : en prédisposant le lecteur à ce qu’il s’apprête à lire ; en le guidant dans sa lecture et en orientant ou réorientant son attention sur tel ou tel passage, telle ou telle action du roi et de son armée ; en infléchissant la compréhension du « message » délivré dans le livret. Ces relations ténues entre l’écrit et l’image, ainsi que le réemploi ou la copie de bois, qui martèlent les mêmes figures et créent des décalages et des dialogues entre des temporalités différentes, contribuent à la signification même des images et à la formation d’une mémoire iconique des lecteurs.

54À travers ce présent article, on peut saisir que les différentes méthodes d’analyse des images et de leurs relations avec le texte sont complémentaires et combinatoires. Qui veut cerner non seulement les liens texte-image mais aussi le sens même et l’agir social des images doit se confronter tout à la fois à l’analyse sérielle, diachronique et synchronique, à l’approche contextualisée et à l’étude matérielle de l’objet-image. À travers le prisme des pièces gothiques, il est clair qu’il ne faut certes pas minimiser le sens inhérent à l’image – l’image produit du sens –, mais qu’il ne faut pas non plus écarter pour autant l’étude sérielle et la prise en compte des contextes (textuels, historiques, spatiaux, sociaux) qui nous permettent de saisir les mécanismes d’illustration et les modes de pensée qui président à leur élaboration. Les problématiques des littéraires, des linguistes et des sociologues sur la réception nous offrent ainsi de nouvelles réflexions pour renouveler l’approche de la dynamique texte-image.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

(L)a bataille et // Assault de Gennes donne par le trescrestien roy de fra[n]ce // Loys .xii. de ce no[m], auec la trayson que les geneuois ont // suy de faire. Et aussi la complainte desditz geneuois, [Paris, Pierre Le Caron], in-4° goth., 4 f°, [post IV 1507] – Paris, Bibliothèque nationale de France, manuscrit, nouvelles acquisitions françaises 7647 (f° 21-24) ; Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Z-Fontanieu-156. (PGA-68a)

(L)A co[m]plai[n]te // de lescuÿer // a la dame nouuellement imprime, Lyon, Barnabé Chaussard, in-8° goth., 16 f°, [1530] – Paris, Bibliothèque nationale de France, fonds Rothschild, IV.9.55. (PGL-45)

La co[m]plai[n] =// te de Venise. // Haa riche cite, tu soufras // cest este, [Paris, Jacques Nyverd], in-8° goth., 4 f°, [vers 1508] – Paris, Bibliothèque nationale de France, fonds Rothschild, IV.9.69 (11). (PGA-72b)

Complainte tres piteuse de dame chestiente sur la mort du feu roy charles huitiesme, [Paris, Pierre Le Dru], in‐4° goth., 4 f°, [post 7 IV 1498] – Paris, Bibliothèque Sainte Geneviève, OE XVe s. 754 (5). (PGA‐45a)

LA contenance de la // table imprimee Nouuellement, [s.l., s.n.], in-8° goth., 4 f°, [s.d.] – Chantilly, Musée Condé, IV-D-126. (PGL-60f)

COPIE DVNE // Lettre venue de Naples contenant les terribles [et] mer =// ueilleux Signes [et] prodiges aduenuz au lieu // [et] Ville de Pozzol distant dudict // Naples de sept mille, Lyon, Pierre de Sainte-Lucie, in-4° goth. et rom., 4 f°, [post 5 X 1538] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.K.1314. (PGA-337)

Gilles Corrozet, Sensuyuent les // Regretz et complainte // de Nicolas Clereau. Auec // la mort dicelluy, Paris, Alain Lotrian/Antoine Bonnemère, in-8° goth., 4 f° , [s.d.] – Chantilly, Musée Condée, IV-D-068. (PGA-191b)

(L)A Deliberation // des trois estatz de france sur // lentreprinse des Angloys et // suysses, [Paris, Atelier Trepperel], in-8° goth., 8 f°, [vers 1513] – Paris, Bibliothèque nationale de France, fonds Rothschild, IV.9.69 (15). (PGA-117a)

La deploration de la Cite // de Genefue sur le faict des hereticques // qui lont Tiranniquement // opprimee, [Lyon, Pierre de Sainte-Lucie], in-8° goth., 4 f°, [post 27 VIII 1535] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés p.Ye.138 ; Séville, Bibliothèque Colombine, 4.1.4 (7). (PGA-120b)

¶ La deploration de la Royne de France. // Composee par Maistre laurens des moulins, [Paris, Guichard Soquand], in‐8° goth., 16 f°, [post 9 I 1514] – Paris, Bibliothèque nationale de France, fonds Rothschild, IV.9.69 (15. (PGA‐120b)

La deploration // sur le trepas de feu monseigneur le Daul =// phin de France. Auec lepi- taphe dudit sei =// gneur et vng dizain a la loue[n]ge du Roy // Treschrestien pour sa constance co[n] // tre fortune et mort. Ensem // ble lepitaphe du Con // te Dampmar // tin, [s.l., s.n.], in-8° goth., 8 f°, [post IX 1536] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Ye.3819 ; Paris, Bibliothèque nationale de France, fonds Rothschild, IV.3.244. (PGA-319)

Les ditz des oysenax [sic] : // Et des bestes par hystores, Châlons, Étienne Bally, in-4° goth., 10 f°, [entre 1493-1503 ?] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés p.Ye.344 (Incompl. : [4] f°) ; New York, Pierpont Morgan Library, ChL 1611A. (PGA-116b)

(L)E doctrinal des fem // mes mariees, [Paris, Antoine Caillaut], in‐4° goth., 6 f°, [vers 1490‐1495] – Chantilly, Musée Condé, IV‐E‐017. (PGL‐122c)

Le doctrinal des // femmes maries [sic], Paris, Jean Trepperel, in‐4° goth., 6 f°, [vers 1492‐1493] – Paris, Bibliothèque nationale de France, fonds Rothschild, IV.4.127. (PGL‐122d)

(L)E doctrinal des // filles, [Paris, Antoine Caillaut], in‐4° goth., 6 f°, [vers 1490‐1491] – Paris, Bibliothèque nationale de France, fonds Rothschild, IV.4.70. (PGL‐123b)

Le doctrinal des nouelles [sic] mariees, Lantenec, Jean Crès, in‐4° goth., 6 f°, 5 X 1491 – Nantes, Musée Dobrée, 454. (PGL‐123c)

Sensuyt la re =// plicque faicte par les // dames de Paris [con]tre celles de lyon, [Paris, Jacques Nyverd], in-8° goth., 4 f°, [vers 1520] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Ye.3008. (PGL-301b)

(S)ensuyt le depart // et Reno[n]ceme[n]t da // mours : lequel est // moult vtille et prouffitable pour ieunes gens // qui se veulent garder de folle amour nouuel // lement imprime a paris. iiii. // On les ve[n] d a Paris en la rue neuue nostre // Dame a lenseigne de lescu de France, Paris, Veuve Jean Trepperel, in‐4° goth., 18 f°, [vers 1518‐1522] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés M.Ye.63. (PGL‐94)

(S)Ensuyt lentree et couronne =// ment du Roy nostre sire en sa // ville de Napples faicte le xxii. iour de // Feurier mil. CCCC.iiixx. et xiiii, [Paris ou Rouen, Baptiste Bourguet], in-4° goth., 4 f°, [post 22 II 1495] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Lb28.1 (7) ; Paris, Bibliothèque nationale de France, manuscrit, nouvelles acquisitions françaises 7644 (f° 155-157) (incompl.). (PGA-30)

Lentree de la royne de france faicte a Abeuille le neufuiesme iour Doctobre, [Paris, Guillaume Varin], in‐8° goth., 4 f°, [post 9 X 1514] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés. Lb29.50. (PGA‐126a) 

Lentree de la Royne a Ableuille, Paris, Guillaume Mart, in‐8° goth., 4 f°, [post 9 X 1514] – Paris, Bibliothèque Mazarine, 8° 35476 Rés. (PGA‐126b)

Cest la tresnoble et tresex =// celle[n]te victoire du roy nostre // sire Loys douziesme de ce // nom quil a heue moyenant layde de Dieu sur les venitie[n]s // a la iournee de Caraualz. et semblablement sur // les villes de. Treuy : Bresse : Cresme : // Cremone : et aultre villes et : // chasteaux de sa duche // de millan. ¶ Lordre du camp des venitiens auec le nombre // des gensdarmes et noms des cappitaines, [Lyon, Noël Abraham], in‐4° goth., 8 f°, [post 14 V 1509] – Paris, Bibliothèque nationale de France, fonds Rothschild, IV.4.29 ; Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Lb29.31 A. (PGA‐85c)

Guillaume Flameng, Deuote exortation // pour auoir crainte du gra[n]t iugement de Dieu, co[m] // pose par venerable [et] discrete p[er]so[n]ne maistre. Guil =// laume flameng chanoine de langres, [Paris, Michel Le Noir], in-4° goth., 6 f°, [vers 1497] – Paris, Bibliothèque nationale de France, fonds Rothschild, IV.4.136. (PGD-80)

Pierre Gringore, La chasse du cerf des // cerfz Compose par pierre Gringore, [Paris], in-8° goth., 8 f°, [vers 1510] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Ye.1319. (PGA-103)

Le journal d’un bourgeois de Paris sous le règne de François Ier, 1515-1536, texte établi, présentation et notes par Victor-Louis Bourrilly, Paris, Picard, 1910.

(L)A iournee de la bataille fai =// cte pres de rauane le. ixe. io[ur] / Dauril iour de pasq[ue]s. Mil. // ccccc. [et]. xii. auec lordonna[n] // ce faicte a milla[n] a le[n]tree du corps mon // sieur de nemours dont dieu ait lame, [Paris, s.n.], in-8° goth., 4 f°, [post 17 IV 1512] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Lb29.40. (PGA-111)

(L)E libelle des cinq vil // les dytallye contre // venise, est assavoir, Romme, Naples, Flore[n]ce, Ge[n]nes, [et] Millan // Fait et compose Par maistre Andre de la vigne // secretaire de la royne, [Lyon, Noël Abraham], in‐4° goth., 8 f°, [1509] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprim », Rés.Ye.1039. (PGA‐87)

(L)Ouenge de la victoire // et conqueste du royau =// me de Napples, [Lyon, Matthias Huss], in-4° goth., 6 f°, [post 20 II 1495] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Ye.1055. (PGA-24a)

Lobseque et enterrement du Roy, [Paris, s.n.], in-8° goth., 8 f°, [post 1 I 1515] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Lb29.54. (PGA-130d)

Lobseque du feu roy // De France Loys douziesme de ce nom, [Paris, Guillaume Nyverd], in-8° goth., 8 f°, [post 1 I 1515] – Paris, Bibliothèque Mazarine, 8° 35480 Rés. ; Paris, Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, Rés.550519 INC. (PGA-130c)

(L)Ordre qui fut tenue [sic] a lobse // que [et] funeraille de feue, tres excelle[n]te et tres de // bonnaire princesse Anne p[ar] la grace de Dieu royne de Fra[n] // ce duchesse de Bretaigne, tant aux eglises q[ue] au chemin // depuis Blois iusques a labaye de Sai[n]ct Denis en France, [Paris, Guillaume Nyverd], in-8° goth., 8 f°, [post 3 II 1514] – Paris, Bibliothèque Mazarine, 8° 35475 Rés. (PGA-119b)

Pétrarque, Rerum memorandum libri, texte établi, présentation et notes par Giuseppe Billanovich, Florence, G. S. Sansoni, 1943.

Gaston Phébus, Déduiz de la chasse, Paris, Antoine Vérard, [vers 1507] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.S.153.

(P)Lusieurs ge[n]tiles =// ses de maistre Fra[n]coys villon auecque // le Recueil et istoires [sic] des Repues // franches nouuellement // Imprimee, Lyon, Veuve Barnabé Chaussard, in-4° goth., 22 f°, [1532] – Paris, Bibliothèque nationale de France, fonds Rothschild, IV.4.182. (PGL-302i)

Le premier volume des croniques de france. nouuellement. Imprimez a paris de France, Paris, Antoine Vérard, 10 IX 1493 – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, RES FOL-L35-7 (1).

La preparation // de larmee du // grant Turcq, // Contre le Sophie, Roy de Perse, [s.l., s.n.], in‐8° goth., 4 f°, [post 25 V 1534] – Chantilly, Musée Condé, IV‐B‐072 (2). (PGA‐296)

Rozier historial, Paris, Couteau pour François Regnault le Jeune, 1522 – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Fol. L35.35.

Sermo[n] ioyeux // de la patience des femmes obstinees contre // leurs marys, Paris, Jean Bonfons, in-8° goth., 4 f°, [vers 1547] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Ye.4840. (PGL-322d)

Sermon ioyeulx de // la vie saint Ongnon. // Co[m] ment Nabuzarden le maistre cuisinier le // fist martirer. auec les miracles q[ui]l fait chas // cun iour, [Paris, Alain Lotrian et Veuve Trepperel], in‐8° goth., 4 f°, [vers 1520] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Yf.2922. (PGL‐324)

Le Temple de mars, [Paris, Le Petit Laurens], in-4° goth., 8 f°, [vers 1491-1492] – New York, Pierpont Morgan Library, ChL 1471T. (PGL-248b)

(L)E temple de mars, Lyon, Martin Havard, in‐4° goth., 8 f°, 18 XII 1502 – Paris, Bibliothèque nationale de France, fonds Rothschild, IV.4.174. (PGL‐248e)

LA terrible [et] espoue[n]table comete la[que]lle apparut le .xi. Doctobre // lan .M.ccccc. xxvii. en Vvestrie region Dalemaigne, [Lyon, Pierre de Sainte-Lucie], in-4° goth., 4 f°, [post 5 IV 1528] – Paris, Bibliothèque de l’école nationale supérieure des Beaux Arts, fonds Masson, n° 682. (PGA-218a)

LA terrible [et] espoue[n]table comete la[que]lle apparut le .xi. Doctobre // lan .M.ccccc.xxvii. en Vvestrie region Dalemaigne, [Lyon, Pierre de Sainte-Lucie], in-4° goth., 4 f°, [post 5 IV 1528] – Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Rés.D.36, 9 ; Londres, British Library, g. 6697 (4). (PGA-218b)

La terrible et // Merueilleux signe qui a este veu sur la // ville de Paris, auecque vent grand // clarte [et] lumiere, tempeste [et] fouldre, et // aultre signe, lesquez ont este veu p[ar] plu // sieurs lieux. Et principallement en la // ville de Paris, [et] a este veu p[ar] plusieurs // gens : [et] estoit sur leure de dix heure de =// uant minuict, [et] fust le.xxi iour de Ia[n] =// uier. Mil cinq cens [et] trente, [Paris, Alain Lotrian], in‐8° goth., 4 f°, [post 21 I 1531] – Paris, Bibliothèque de l’école nationale supérieure des Beaux Arts, Fonds Masson, n° 22 (PGA‐278b)

Le trespas, obseques, [et] onterreme[n]t de tres haults, tres puissant, [et] tresmagnanime Francois, Paris, Robert Estienne, 1547, f° a1 – livret aujourd’hui non domicilié dans un fonds de bibliothèque (Fairfax Murray, FB 177).

¶ Le triumphant ordre de larmee // francoise pour passer les mons co[n] // duicte par le tres valeureux prince // monssieur Le conte de sainct pol // chef de ladicte armee. // Et aussi les mo[n]stres faictes a lion // Et les ordo[n]nances royalles auec // les monitions des viures, [Rouen, Robert Brenouzet], in-8° goth., 4 f°, [post 8 VI 1528] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés 8.Lb30.50. (PGA-221)

¶ La vie de saint // harenc [sic] glorieux martir [et] co[m] // me[n]t il fut pesche en la mer et // porte a dieppe, [s.l., s.n.], in‐8° goth., 4 f°, [vers 1530] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Ye.3022. (PGL‐370a)

La Vie de sainct Ie// han Baptiste, nouvellement imprime a Paris, Paris, [Jean Trepperel], in‐8° goth., 4 f°, [vers 1500] – Chantilly, Musée Condé, IV‐D‐099. (PGD‐210h)

(L)A vie des vnze mille // vierge, Paris, Jean Trepperel, in-4° goth., 6 f°, [s.d.] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Arsenal, Rés.4-H-6460 (6). (PGD-230)

la. vie. // et legende de mon // sieur saint lanre[n]s [sic] // auec lantienne et oroison, [Rouen, Richard Auzoult], pour Richard Macé [à Caen], in‐4° goth., 6 f°, [entre 1500 et 1506] – Aix‐en‐Provence, Bibliothèque Méjanes, Rés.D.415, 4. (PGD‐211)

(L)A vie [et] lege[n]de de monsieur sai[n]ct // Mathias apostre auecques lan // tienne [et] oraison, [Rouen, Richard Goupil] pour François Regnault (à Paris), in‐4° goth., 4 f°, [1507‐1511] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Arsenal, 4‐H‐6668. (PGD‐218)

la vie sai[n]cte // Katherine, Paris, Jean Trepperel, in‐4° goth., 23 f°, [entre 8 VII 1497 et 15 XI 1498] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Ye.820. (PGD‐195b)

La vie Saint Fabien // et saint Sebastien, Paris, Denis Meslier, in‐4° goth., 6 ff.n.c., [post 15 XI 1491] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Ye.817. (PGD‐203a)

La vie saint iehan baptiste, [Lyon, Jean Dupré ?], in-4° goth., 6 f°, [vers 1488-1492] – Paris, Bibliothèque de l’école nationale supérieure des Beaux-Arts, fonds Masson, n° 687, New York, Pierpont Morgan Library, 76423. (PGD-210a)

Sources secondaires

Jonathan J. G. Alexander, Medieval Illuminators and Their Methods of Work, New Haven/Londres, Yale University Press, 1992, 204 p.

David S. Areford, The Viewer and the Printed Image in Late Medieval Europe, Farnham/Burlington, Ashgate, 2010, 312 p.

Elizabeth Armstrong, Before Copyright : The French Book-Privilege System, 1498-1526, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, 318 p.

Jérôme Baschet, « Corpus d’images et analyse sérielle », Les images dans l’Occident médiéval, sous la direction de Jérôme Baschet et Pierre-Olivier Dittmar, Turnhout, Brepols, « L’Atelier du médiéviste » n° 14, 2015, p. 319-332.

Michael Baxandall, Painting and Experience in Fifteenth Century Italy. A Primer in the Social History of Pictorial Style, Oxford, Oxford University Press, 1974, 166 p.

Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral et al., Histoire générale de la presse française, t. I, Des origines à 1814, Paris, PUF, 1969, 634 p.

Hans Belting, L’image et son public au Moyen Âge, Paris, Gérard Montfort, 1998, 282 p.

Françoise Borin, « Arrêt sur image », Histoire des femmes en Occident, t. III, xvie-xviiie siècle, Georges Duby et Michelle Perrot (dir.), Paris, Perrin, 2002, p. 235-296.

Roger Chartier, Culture écrite et société : l’ordre des livres (xive-xviiie siècle), Paris, Albin Michel, 1996, 240 p.

Ivan Cloulas, Savonarole ou la révolution de Dieu, Paris, Fayard, 1994, 530 p.

Dominique Coq, « La vie de saint Mathurin de Larchant et ses éditions anciennes (1495 ?-1640) : un exemple de la fortune du genre hagiographique au premier siècle de l’imprimerie », Larchant, 10 000 ans d’histoire. Catalogue de l’exposition « Larchant » organisée par le château-musée de Nemours et l’Association culturelle de Larchant, Nemours/Larchant, Château-musée/Association culturelle, 1988, p. 148-156.

Les Cultures à l’œuvre. Rencontres en art, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005, 414 p.

David Freedberg, Le pouvoir des images, Paris, Gérard Monfort, 1998, 502 p.

Chiara Frugoni, « La femme imaginée », dans Christiane Klapisch-Zuber (dir.), Histoire des femmes en Occident, t. II, Le Moyen Âge, p. 488-511.

Alfred Gell, Art and Agency. An Anthropological Theory, Oxford, Clarendon Press, 1998, 272 p.

Ernst Hans Gombrich, L’Art et l’Illusion. Psychologie de la représentation picturale, Paris, Phaidon, 2002 (6édition française), 386 p.

La Gravure d’illustration en Alsace au xvie siècle, t. I, Cécile Dupeux, Jacqueline Lévy, Jean Wirth (dir.), Grüninger Jean 1, 1501-1506, Strasbourg, Presses de l’université de Strasbourg, 1992, p. 15-29.

Sabine Griese, « “Dirigierte Kommunikation”. Beobachtungen zu xylographischen Einblattdrucken und ihren Textsorten im 15. Jahrhundert », Das illustrierte Flugbatt in der Kultur der Frühen Neuzeit, Harms Wolfgang (dir.), Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, « Mikrokosmos » n° 50, 1998, p. 75-99.

Alexandre Y. Haran, Le lys et le globe, mécanisme dynastique et rêve impérial en France aux xvie et xviie siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2000, 378 p.

Nicole Hochner, Louis XII. Les dérèglements de l’image royale (1498-1515), Seyssel, Champ Vallon, 2006, 308 p.

Kathryn Kerby-Fulton et Maidie Hilmo, The Medieval Reader : Reception and Cultural History in the Late Medieval Manuscript, New York, AMS Press, 2001, 256 p.

Id. et Linda Olson, Opening up Middle English manuscripts : literary and visual approaches, Ithaca/Londres, Cornell University Press, 2012, 392 p.

Didier Le Fur, Louis XII : un autre César, Paris, Perrin, 2001, 330 p.

Laetitia Le Guay, Les princes de Bourgogne, lecteurs de Froissart : les rapports entre le texte et l’image dans les manuscrits enluminés du livre IV des « Chroniques », Paris/Turnhout, CNRS/Brepols, 1998, 260 p.

Ruth Samson Luborsky, « Connections and Disconnections between Images and Texts : The Case of Secular Tudor Book Illustration », Word and Image 3/1, 1987, p. 74-85.

Laurence Harf-Lancner, « L’illustration du roman de Mélusine de Jean d’Arras dans les éditions du xve et du xvie siècle », Le livre et l’image en France au XVIe siècle. Actes du colloque organisé à l’université Paris-Sorbonne le 17 mars 1988 par le centre V. L. Saulnier, Paris, Presses de l’École normale supérieure, « Cahiers V. L. Saulnier » n° 6, 1989, p. 29-55.

Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 2005 (1ère édition, 1978), 334 p.

Catherine Kerbrat-Orecchioni, L’Énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin/Masson, 1997, 290 p.

Samuël Krauss, « Le roi de France Charles VIII et les espérances messianiques », Revue des études juives 51, 1906, p. 87-95

Walter J. Ong, The Presence of the Word: Some Prolegomena for Cultural and Religious History, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1981, 360 p.

La Performance des images, Alain Dierkens, Gil Bartholeyns, Thomas Golsenne (dir.), Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles, « Problèmes d’histoire des religions » n° 19, 2010, 260 p.

Marion Pouspin, « Les "pièces d’actualité politique" françaises : Événements, représentations et mémoire », Images re‑vues. Histoire, anthropologie, histoire de l’art 5, 2008, en ligne : http://imagesrevues.revues.org/111

Marion Pouspin, Publier la nouvelle. Les pièces gothiques, histoire d’un nouveau média (xve-xvie siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, « Histoire ancienne et médiévale » 140, 2016, 634 p., dont Annexe « Répertoire des pièces gothiques imprimées aux xve-xvie siècles », en ligne : http://www.publications-sorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100137810&fa=author&person_id=6143.

Sixten Ringbom, Les images de dévotion (xiie-xve siècles), Paris, Gérard Montfort, 1995, 116 p.

Marian Rothstein, « Disjunctive Image in Renaissance Books », Renaissance and Reformation 2, 1990, p. 101-120.

Danièle Sansy, « Texte et image dans les incunables français », Médiévales 22-23, printemps 1992, p. 47-70.

Meyer Schapiro, Les Mots et les Images, Paris, Macula, « La littérature artistique », 2000, 208 p.

Hélène Toubert, Un Art dirigé. Réforme grégorienne et iconographie, Paris, Cerf, 1990, p. 19-36.

Quoc Trung Tran, Du livre illustré au texte imagé : image, texte et production du sens au xvie siècle, thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme le Professeur Mireille Huchon, soutenue en 2004 à l’université de Paris IV-Sorbonne. 1 volume, 418 p. ; Id., « Le texte illustré au xvie siècle, stratégie éditoriale ou création littéraire ? », dans Brigitte Ouvry-Vial et Anne Réach-Ngô, L’acte éditorial. Publier à la Renaissance et aujourd’hui, Paris, Éditions classiques Garnier, « Études et essais sur la Renaissance. Série Pratiques éditoriales » n° 1, 2010, p. 59-98.

Jeanne Veyrin-Forrer, « Fabriquer un livre au xvie siècle », Le Livre conquérant, du Moyen Âge au milieu du xviie siècle, Roger Chartier, Henri-Jean Martin (dir.), Paris, Fayard, 1989, p. 336-369.

Haut de page

Notes

1 Dans Art and Agency, paru de manière posthume en 1998, Alfred Gell prétend jeter les bases de la première véritable théorie anthropologique de l’art en faisant table rase des théories précédentes, notamment celle de Forge. Alfred Gell, Art and Agency. An Anthropological Theory, Oxford, Clarendon Press, 1998, 272 p. Brigitte Derlon et Monique Jeudy-Ballini ont revisité la théorie d’Alfred Gell dans l’introduction du collectif Les cultures à l’œuvre. Rencontres en art, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005, 414 p.

2 David S. Areford, The Viewer and the Printed Image in Late Medieval Europe, Farnham/Burlington, Ashgate, 2010, 312 p. ; Hans Belting, L’Image et son public au Moyen Âge, Paris, Gérard Montfort, 1998, 282 p. ; La Performance des images, Alain Dierkens, Gil Bartholeyns, Thomas Golsenne (dir.), Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles, « Problèmes d’histoire des religions » n° 19, 2010, 260 p. ; David Freedberg, Le Pouvoir des images, Paris, Gérard Monfort, 1998, 502 p. ; Sabine Griese, « “Dirigierte Kommunikation”. Beobachtungen zu xylographischen Einblattdrucken und ihren Textsorten im 15. Jahrhundert », Das illustrierte Flugbatt in der Kultur der Frühen Neuzeit, Harms Wolfgang (dir.), Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, « Mikrokosmos » n° 50, 1998, p. 75-99.

3 Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 2005 (1ère édition, 1978), 334 p.

4 Kathryn Kerby-Fulton et Maidie Hilmo, The Medieval Reader: Reception and Cultural History in the Late Medieval Manuscript, New York, AMS Press, 2001, 256 p. ; Id. et Linda Olson, Opening up Middle English manuscripts: literary and visual approaches, Ithaca/Londres, Cornell University Press, 2012, 392 p. ; Ruth Samson Luborsky, « Connections and Disconnections between Images and Texts: The Case of Secular Tudor Book Illustration », Word and Image 3/1, 1987, p. 74-85 ; Marian Rothstein, « Disjunctive Image in Renaissance Books », Renaissance and Reformation 2, 1990, p. 101-120.

5 Jonathan J. G. Alexander, Medieval Illuminators and Their Methods of Work, New Haven/Londres, Yale University Press, 1992, 204 p. Cet ouvrage renouvelle nos connaissances de l’enluminure médiévale depuis les travaux d’Otto Pächt.

6 Précisant certaines conclusions de ma thèse – celles qui sont centrées sur les images des pièces gothiques –, ce présent article met en lumière les relations texte-image dans les incunables et les livres imprimés dans la première moitié du xvie siècle. Je me permets ainsi de renvoyer le lecteur à la récente publication de la version remaniée de ma thèse, menée sous la direction de Mr le Professeur Jean-Claude Schmitt : Marion Pouspin, Publier la nouvelle. Les pièces gothiques, histoire d’un nouveau média (xve-xvie siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, « Histoire ancienne et médiévale » 140, 2016, 634 p. Pour toutes les pièces gothiques mentionnées en notes dans ce présent article, les caractéristiques bibliographiques sont indiquées de la manière suivante : titre court (les abréviations sont développées et indiquées entre crochets), le lieu de publication, l’adresse typographique, le format, le nombre de pages, la date de publication (lorsque celle-ci est identifiée à partir des éléments textuels ou paratextuels, elle est mentionnée entre crochets), la localisation précise de l’exemplaire utilisé. Chaque référence comporte également l’abréviation du type de livret – PGA pour pièce gothique d’actualité, PGD pour pièce gothique de dévotion, PGL pour pièce gothique relavant de la littérature morale ou moralisante et PGM pour pièce gothique sur les savoirs techniques et les manières de faire – et son numéro de classement telle que la brochure est répertoriée dans le volume 4 de ma thèse (non publié, mais bientôt saisi informatiquement et mis en ligne).

7 La « vignette » est, pour les historiens du livre, les bibliophiles et les libraires, la petite gravure placée en tête (ou en fin) d’un livre ou d’un chapitre.

8 Quoc Trung Tran, Du livre illustré au texte image. Image, texte et production du sens au xvie siècle, thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme le Professeur Mireille Huchon, soutenue en 2004 à l’université de Paris IV-Sorbonne. 1 volume, 418 p. ; Id., « Le texte illustré au xvie siècle, stratégie éditoriale ou création littéraire ? », L’Acte éditorial. Publier à la Renaissance et aujourd’hui, Brigitte Ouvry-Vial et Anne Réach-Ngô (dir.), Paris, Éditions classiques Garnier, « Études et essais sur la Renaissance. Série Pratiques éditoriales » n° 1, 2010, p. 59-98.

9 S. v. « Illustration », dans Alain Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaire Le Robert, 2000 (3e édition), t. I, p. 1066-1067.

10 De tels écarts entre le texte et l’image demeurent rares dans les pièces gothiques. Parmi les quelques exemples recensés, on a l’image de la plante à trois pousses qui, insérée au titre du livret sur la mort de Nicolas Clereau, ne semble avoir aucune pertinence avec le texte. Gilles Corrozet, Sensuyuent les // Regretz et complainte // de Nicolas Clereau. Auec // la mort dicelluy, Paris, Alain Lotrian / Antoine Bonnemère, in-8° goth., 4 f°, [s.d.] – Chantilly, Musée Condée, IV-D-068 (PGA-191b).

11 Dans le corpus des pièces gothiques, les quelques images créées pour des brochures spécifiques concernent toujours des récits d’« événements-ruptures », événements qui interrompent le cours de la nature (prodiges) ou qui voient l’introduction d’éléments nouveaux (effigie, monuments éphémères lors d’une entrée solennelle), si ce n’est pour imiter l’image de l’édition ou du manuscrit pris en modèle. Voir infra, p. 11-12, ainsi que Marion Pouspin, Publier la nouvelle..., op. cit., p. 314-316 et p. 333-337.

12 Meyer Schapiro, Les Mots et les Images, Paris, Macula, « La littérature artistique », 2000, 208 p. Cet ouvrage se veut une petite histoire de l’étude anthropologique des relations texte-image, sorte de défense et illustration du regard pour la prise en compte de l’écriture et de ses diverses manifestations lorsque celle-ci se fait présente dans l’art.

13 Lentree de la royne de france faicte a Abeuille le neufuiesme iour Doctobre, [Paris, Guillaume Varin], in‐8° goth., 4 f°, [post 9 X 1514] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés. Lb29.50 (PGA‐126a) ; Lentree de la Royne a Ableuille, Paris, Guillaume Mart, in‐8° goth., 4 f°, [post 9 X 1514] – Paris, Bibliothèque Mazarine, 8° 35476 Rés (PGA‐126b). Image reproduite dans Marion Pouspin, Publier la nouvelle..., op. cit., p. 318 (figure n° 37).

14 (L)A vie des vnze mille // vierge, Paris, Jean Trepperel, in-4° goth., 6 f°, [s.d.] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Arsenal, Rés.4-H-6460 (6) (PGD-230).

15 (L)A iournee de la bataille fai =// cte pres de rauane le. ixe. io[ur] / Dauril iour de pasq[ue]s. Mil. // ccccc. [et]. xii. auec lordonna[n] // ce faicte a milla[n] a le[n]tree du corps mon // sieur de nemours dont dieu ait lame, [Paris], in-8° goth., 4 f°, [post 17 IV 1512] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Lb29.40 (PGA-111).

16 Le Temple de mars, [Paris, Le Petit Laurens], in-4° goth., 8 f°, [vers 1491-1492] – New York, Pierpont Morgan Library, ChL 1471T (PGL-248b) ; (L)E temple de mars, Lyon, Martin Havard, in‐4° goth., 8 f°, 18 XII 1502 – Paris, Bibliothèque nationale de France, fonds Rothschild, IV.4.174 (PGL‐248e). L’image du dieu Mars sur son char (PGL-248e) est reproduite dans Marion Pouspin, Publier la nouvelle..., op. cit., p. 320 (figure n° 39).

17 Pierre Gringore, La chasse du cerf des // cerfz Compose par pierre Gringore, [Paris], in-8° goth., 8 f°, [vers 1510] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Ye.1319 (PGA-103). Les quatre bois de cette pièce d’actualité ont déjà servi dans l’édition parisienne des Déduiz de la chasse (Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.S.153).

18 Sermo[n] ioyeux // de la patience des femmes obstinees contre // leurs marys, Paris, Jean Bonfons, in-8° goth., 4 f°, [vers 1547] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Ye.4840 (PGL-322d).

19 La vie saint iehan baptiste, [Lyon, Jean Dupré ?], in-4° goth., 6 f°, [vers 1488-1492] – Paris, Bibliothèque de l’école nationale supérieure des Beaux Arts, fonds Masson, n° 687, New York, Pierpont Morgan Library, 76423 (PGD-210a).

20 Image reproduite dans Marion Pouspin, Publier la nouvelle..., op. cit., p. 321 (figure n° 40).

21 Sensuyt la re =// plicque faicte par les // dames de Paris [con]tre celles de lyon, [Paris, Jacques Nyverd], in-8° goth., 4 f°, [vers 1520] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Ye.3008 (PGL-301b).

22 Danièle Sansy, « Texte et image dans les incunables français », Médiévales 22-23, printemps 1992, p. 47-70 ; Marian Rothstein, « Disjonctive Images in Renaissance Books », art. cité, p. 102-110 ; Meyer Schapiro, Les mots et les images, op. cit., p. 127 et suiv.

23 La gravure d’illustration en Alsace au xvie siècle, Cécile Dupeux, Jacqueline Lévy, Jean Wirth (dir.), t. I, Grüninger Jean 1, 1501-1506, Strasbourg, Presses de l’université de Strasbourg, 1992, p. 15-29 ; Marian Rothstein, « Disjonctive Images in Renaissance Books », art. cité, p. 111-115 ; Danièle Sansy, « Texte et image... », art. cité, p. 64.

24 Images reproduites dans Marion Pouspin, Publier la nouvelle..., op. cit., p. 324 (figure n° 43-44).

25 Meyer Schapiro, Les mots et les images..., op. cit., p. 170.

26 Elizabeth Armstrong, Before Copyright : The French Book-Privilege System, 1498-1526, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, p. 152.

27 C’est le cas par exemple de La préparation de l’armée du grant Turcq, Contre le Sophie, Roy de Perse (Chantilly, Musée Condé, IV-B-072 (2) ; PGA-296) et du Départ et Renoncement d’amours (Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés M.Ye.63 ; PGL-94).

28 Guillaume Flameng, Deuote exortation // pour auoir crainte du gra[n]t iugement de Dieu, co[m] // pose par venerable [et] discrete p[er]so[n]ne maistre. Guil =// laume flameng chanoine de langres, [Paris, Michel Le Noir], in-4° goth., 6 f°, [vers 1497] – Paris, Bibliothèque nationale de France, fonds Rothschild, IV.4.136 (PGD-80), f° a2.

29 Les ditz des oysenax [sic] : // Et des bestes par hystores, Châlons, Étienne Bally, in-4° goth., 10 f°, [entre 1493-1503 ?] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés p.Ye.344 (Incompl. : [4] f°) ; New York, Pierpont Morgan Library, ChL 1611A (PGA-116b).

30 LA contenance de la // table imprimee Nouuellement, [s.l., s.n.], in-8° goth., 4 f°, [s.d.] – Chantilly, Musée Condé, IV-D-126 (PGL-60f).

31 La co[m]plai[n] =// te de Venise. // Haa riche cite, tu soufras // cest este, [Paris, Jacques Nyverd], in-8° goth., 4 f°, [vers 1508] – Paris, Bibliothèque nationale de France, fonds Rothschild, IV.9.69 (11) (PGA-72b).

32 De nombreux minces recueils de noëls-parodies ont été publiés au xvisiècle. Ce sont des cantiques pieux chantés en l’honneur du Christ et qui expliquent les mystères de la religion. Parmi ces noëls, on distingue, d’une part, les cantiques d’inspiration chrétienne sur la naissance de Jésus-Christ ou les événements qui l’entourent et, d’autre part, les chants aux thèmes profanes et sans référence à la Nativité. Le noël français est une chanson contrefaite, une chanson-parodie, qui reprend des airs populaires profanes qu’elle pourvoit de paroles pieuses. Pour les références et les descriptions bibliographiques de ces livrets, je renvoie le lecteur à l’annexe de mon livre : Annexe « Répertoire des pièces gothiques imprimées aux xve-xvie siècles », en ligne : http://www.publications-sorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100137810&fa=author&person_id=6143.

33 Plusieurs pièces gothiques sur la manière dont les femmes mariées ou les filles à marier doivent se comporter sont illustrées d’une scène d’enseignement : soit l’image de la religieuse délivrant une leçon à une ou deux jeunes filles, soit le magister cum III discipulis. Voir les éditions du Doctrinal des femmes mariées ou du Doctrinal des filles, notamment : Paris, Bibliothèque nationale de France, fonds Rothschild, IV.4.127 (PGL-122d) ; Chantilly, Musée Condé, IV-E-017 (PGL-122c) ; Paris, Bibliothèque nationale de France, fonds Rothschild, IV.4.70 (PGL-123b) ; Nantes, Musée Dobrée, 454 (PGL-123c).

34 Par exemple, l’image au titre de plusieurs éditions du Débat de la dame et de l’écuyer donne à voir un homme et une femme, si ce n’est deux figures mises en regard, dont les gestes et l’attitude des personnages suggèrent l’échange de parole, un débat. Un exemple parmi tant d’autres : (L)A co[m]plai[n]te // de lescuÿer // a la dame nouuellement imprime, Lyon, Barnabé Chaussard, in-8° goth., 16 f°, [1530] – Paris, Bibliothèque nationale de France, fonds Rothschild, IV.9.55 (PGL-45).

35 (S)Ensuyt lentree et couronne =// ment du Roy nostre sire en sa // ville de Napples faicte le xxii. iour de // Feurier mil. CCCC.iiixx. et xiiii, [Paris ou Rouen, Baptiste Bourguet], in-4° goth., 4 f°, [post 22 II 1495] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Lb28.1 (7) ; Paris, Bibliothèque nationale de France, manuscrit, nouvelles acquisitions françaises 7644 (f° 155-157) (incompl.) (PGA-30).

36 (L)Ouenge de la victoire // et conqueste du royau =// me de Napples, [Lyon, Matthias Huss], in-4° goth., 6 f°, [post 20 II 1495] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Ye.1055 (PGA-24a), f° a2.

37 La venue de Charles VIII en Italie est considérée par les Juifs opprimés comme le signe d’une délivrance prochaine, d’autant plus que Savonarole annonce le commencement d’une nouvelle ère théocratique dont il voit l’auteur dans la personne de ce roi. Le royaume de France s’est servi des prophéties anciennes et récentes pour légitimer l’expédition italienne du roi de France. Sur l’interprétation messianique de la campagne italienne de Charles VIII, voir l’article de Samuël Krauss, « Le roi de France Charles VIII et les espérances messianiques », Revue des études juives 51, 1906, p. 87-95. Sur la mythisation de Charles VIII par Savonarole et sur la cristallisation des espoirs italiens sur le roi de France, voir Ivan Cloulas, Savonarole ou la révolution de Dieu, Paris, Fayard, 1994, 530 p. ; Alexandre Y. Haran, Le lys et le globe, mécanisme dynastique et rêve impérial en France aux xvie et xviie siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2000, 378 p.

38 Sur l’approche sérielle, voir en particulier l’article de Jérôme Baschet : « Corpus d’images et analyse sérielle », dans Les images dans l’Occident médiéval, sous la direction de Jérôme Baschet et Pierre-Olivier Dittmar, Turnhout, Brepols, « L’Atelier du médiéviste » n° 14, 2015, p. 319-332.

39 Comme saint Mathias et sa hallebarde (Paris, Bibliothèque nationale de France, Arsenal, 4-H-6668 ; PGD-218) ou sainte Catherine représentée avec la roue de son supplice manqué, l’épée de son martyre et tenant un livre en référence à sa science (Paris, Imprimé, Rés.Ye.820 ; PGD-195b).

40 Comme saint Laurent sur le gril (Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Rés.D.415, 4 ; PGD-211), Jean-Baptiste et sa décollation (Chantilly, Musée Condé, IV-D- 099 ; PGD-210h), sainte Catherine décapitée, tandis qu’un ange emmène son âme – deux anges selon la tradition, l’un pour le corps et l’autre pour la tête – (Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Ye.820 ; PGD- 195b) ou encore, saint Sébastien percé de flèches (Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Ye.817 ; PGD-203a).

41 LA terrible [et] espoue[n]table comete la[que]lle apparut le .xi. Doctobre // lan .M.ccccc. xxvii. en Vvestrie region Dalemaigne, [Lyon, Pierre de Sainte-Lucie], in-4° goth., 4 f°, [post 5 IV 1528] – Paris, Bibliothèque de l’école nationale supérieure des Beaux Arts, fonds Masson, n° 682, fig. au f° a2v (PGA-218a) ; LA terrible [et] espoue[n]table comete la[que]lle apparut le .xi. Doctobre // lan .M.ccccc.xxvii. en Vvestrie region Dalemaigne, [Lyon, Pierre de Sainte-Lucie], in-4° goth., 4 f°, [post 5 IV 1528] – Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, Rés.D.36, 9 ; Londres, British Library, g. 6697 (4), fig. au f° a2v (PGA-218b).

42 La deploration de la Cite // de Genefue sur le faict des hereticques // qui lont Tiranniquement // opprimee, [Lyon, Pierre de Sainte-Lucie], in-8° goth., 4 f°, [post 27 VIII 1535] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés p.Ye.138 ; Séville, Bibliothèque Colombine, 4.1.4 (7), fig. au f° a1 (PGA-120b).

43 COPIE DVNE // Lettre venue de Naples contenant les terribles [et] mer =// ueilleux Signes [et] prodiges aduenuz au lieu // [et] Ville de Pozzol distant dudict // Naples de sept mille, Lyon, Pierre de Sainte-Lucie, in‑4° goth. et rom., 4 f°, [post 5 X 1538] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.K.1314, fig. au f° 1 (PGA-337).

44 (L)A iournee de la bataille fai =// cte pres de rauane..., op. cit. Image reproduite dans Marion Pouspin, Publier la nouvelle..., op. cit., p. 320 (figure n° 38) et dans Marion Pouspin, « Les "pièces d’actualité politique" françaises : Événements, représentations et mémoire », Images re‑vues. Histoire, anthropologie, histoire de l’art 5, 2008, en ligne : http://imagesrevues.revues.org/111 (figure n° 4).

45 Dans ses multiples contextes d’insertion au sein des Grandes Chroniques de Vérard (1493), cette image connote toujours une victoire, sinon des vertus chevaleresques, comme on peut l’observer avec quelques-uns des rubriques ou passages auxquels la gravure renvoie abstraitement : « Le roy Chilperich se combatit contre les Auvergnes qui rebelles se voulloient. Tant les assubgetta qu’il les amena à son regne » (f° 65) ; « en ce temps estoit Bertran conte du palais Theodorich sage et cauteleur homme estoit. Fort en bataille. loyal enuers son seigneur en ce qu’il lui liuroit en garde. Bien se confermoit es meurs et en la maniere du roy » (f° 68) ; Quant il eut la cité prinse » (f° 75) ; ou encore « le roy [Dagobert] vint contre eulx à grant ost et destruit [sic] toute la contrée par feu et par occision » (f° 82-v). Le premier volume des croniques de france. nouuellement. Imprimez a paris de France, Paris, Antoine Vérard, in-2° goth., [273 f°], 10 IX 1493 – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, RES FOL-L35-7 (1).

46 (L)Ordre qui fut tenue [sic] a lobse // que [et] funeraille de feue, tres excelle[n]te et tres de // bonnaire princesse Anne p[ar] la grace de Dieu royne de Fra[n] // ce duchesse de Bretaigne, tant aux eglises q[ue] au chemin // depuis Blois iusques a labaye de Sai[n]ct Denis en France, [Paris, Guillaume Nyverd], in-8° goth., 8 f°, [post 3 II 1514] – Paris, Bibliothèque Mazarine, 8° 35475 Rés (PGA-119b). Image reproduite dans Marion Pouspin, Publier la nouvelle..., op. cit., p. 315 (figure n° 36).

47 Lobseque du feu roy // De France Loys douziesme de ce nom, [Paris, Guillaume Nyverd], in-8° goth., 8 f°, [post 1 I 1515] – Paris, Bibliothèque Mazarine, 8° 35480 Rés. ; Paris, Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, Rés.550519 INC (PGA-130c).

48 (L)Ordre qui fut tenue [sic] a lobse // que [et] funeraille de feue, tres excelle[n]te et tres de // bonnaire princesse Anne..., op. cit., f° 1.

49 Lobseque et enterrement du Roy, [Paris, s.n.], in-8° goth., 8 f°, [post 1 I 1515] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Lb29.54, fig. au f° a1 (PGA-130d). Image reproduite dans Marion Pouspin, « Les "pièces d’actualité politique" françaises : Événements, représentations et mémoire », Images re‑vues. Histoire, anthropologie, histoire de l’art 5, 2008, en ligne : http://imagesrevues.revues.org/111 (figure n° 3).

50 La deploration // sur le trepas de feu monseigneur le Daul =// phin de France. Auec lepi- taphe dudit sei =// gneur et vng dizain a la loue[n]ge du Roy // Treschrestien pour sa constance co[n] // tre fortune et mort. Ensem // ble lepitaphe du Con // te Dampmar // tin, [s.l., s.n.], in-8° goth., 8 f°, [post IX 1536] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Ye.3819 ; Paris, Bibliothèque nationale de France, fonds Rothschild, IV.3.244, fig. au f° b4 (PGA-319).

51 Rozier historial, Paris, Couteau pour François Regnault le Jeune, 1522 – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Fol. L35.35.

52 Le trespas, obseques, [et] onterreme[n]t de tres haults, tres puissant, [et] tresmagnanime Francois, Paris, Robert Estienne, 1547, f° a1 – livret aujourd’hui non domicilié dans un fonds de bibliothèque (Fairfax Murray, FB 177).

53 Meyer Schapiro, Les mots et les images..., op. cit., p. 31.

54 Hélène Toubert, Un Art dirigé. Réforme grégorienne et iconographie, Paris, Cerf, 1990, p. 19-36. Cité par Danièle Sansy, « Texte et image... », art. cité, p. 58.

55 Par exemple, les relations texte-image sont très variables dans les éditions des Songes de Daniel. L’une des éditions reprend l’image stéréotypée de la dame discutant avec un gentilhomme, évoquant seulement l’idée d’échange oratoire. Dans une autre édition, la gravure représente un personnage en train d’écrire, qu’une rubrique identifie à Daniel. Dans d’autres éditions encore, les figures montrent l’apparition en songe de l’archange à Daniel qui, placée au premier recto, semble directement illustrer le titre et le thème de ces brochures.

56 Les trois éditions du récit du sacre de Louis XII, par exemple, affichent au titre soit l’image du baptême de Clovis, soit celle d’une onction royale. Quoique différentes, ces images nouent systématiquement une relation référentielle indirecte au texte : l’une se focalise sur « l’onction de la saincte ampoulle enuoyée du ciel au Roy Clouis premier roy chrestien dont il fut sacré par monseigneur saint Remy alors arceuesque et duc de Reims » et l’autre sur l’utilisation de cette ampoule pour « sacrer les tres crestiens roy [sic] de France ».

57 Des chercheurs ont observé que l’illustration des éditions de textes hérités du Moyen Âge est couramment envisagée selon une tradition iconographique qui remonte souvent aux manuscrits médiévaux, sinon à l’édition princeps. C’est ce qu’a observé Laurence Harf-Lancner sur le roman de Mélusine : les illustrations des éditions de ce roman français copient les bois utilisés dans les éditions antérieures, qui s’inspirent elles-mêmes des miniatures des manuscrits médiévaux de ce texte. Laurence Harf-Lancner, « L’illustration du roman de Mélusine de Jean d’Arras dans les éditions du xve au xvie siècle », dans Le livre et l’image en France au xvie siècle. Actes du colloque organisé à l’université Paris-Sorbonne le 17 mars 1988 par le centre V. L. Saulnier, Paris, Presses de l’École normale supérieure, « Cahiers V. L. Saulnier » n° 6, 1989, p. 29-55.

58 Dominique Coq, « La vie de saint Mathurin de Larchant et ses éditions anciennes (1495 ?-1640) : un exemple de la fortune du genre hagiographique au premier siècle de l’imprimerie », Larchant, 10 000 ans d’histoire. Catalogue de l’exposition « Larchant » organisée par le château-musée de Nemours et l’Association culturelle de Larchant, Nemours/Larchant, Château-musée/Association culturelle, 1988, p. 148-156.

59 Pour les références bibliographiques de ces pièces gothiques, voir Marion Pouspin, Annexe : répertoire des pièces gothiques..., op. cit., p. 124.

60 Jeanne Veyrin-Forrer, « Fabriquer un livre au xvie siècle », Le livre conquérant, du Moyen Âge au milieu du xviie siècle, Roger Chartier, Henri-Jean Martin (dir.), Paris, Fayard, 1989, p. 336-369.

61 Marion Pouspin, Publier la nouvelle..., op. cit., p. 106-111.

62 Histoire générale de la presse française, t. I, Des origines à 1814, Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral et al., Paris, PUF, 1969, p. 33.

63 Ernst Hans Gombrich, L’Art et l’Illusion. Psychologie de la représentation picturale, Paris, Phaidon, 2002 (6édition française), p. 68-71 ; Walter J. Ong, The Presence of the Word : Some Prolegomena for Cultural and Religious History, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1981, p. 53.

64 (L)E libelle des cinq vil // les dytallye contre // venise, est assavoir, Romme, Naples, Flore[n]ce, Ge[n]nes, [et] Millan // Fait et compose Par maistre Andre de la vigne // secretaire de la royne, [Lyon, Noël Abraham], in‐4° goth., 8 f°, [1509] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprim », Rés.Ye.1039 (PGA‐87) ; Cest la tresnoble et tresex =// celle[n]te victoire du roy nostre // sire Loys douziesme de ce // nom quil a heue moyenant layde de Dieu sur les venitie[n]s // a la iournee de Caraualz. et semblablement sur // les villes de. Treuy : Bresse : Cresme : // Cremone : et aultre villes et : // chasteaux de sa duche // de millan. ¶ Lordre du camp des venitiens auec le nombre // des gensdarmes et noms des cappitaines, [Lyon, Noël Abraham], in‐4° goth., 8 f°, [post 14 V 1509] – Paris, Bibliothèque nationale de France, fonds Rothschild, IV.4.29 ; Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés.Lb29.31 A (PGA‐85c). Image reproduite dans Marion Pouspin, Publier la nouvelle..., op. cit., p. 313 (figure n° 34a-b).

65 Laetitia Le Guay, Les Princes de Bourgogne, lecteurs de Froissart : les rapports entre le texte et l’image dans les manuscrits enluminés du livre IV des « Chroniques », Paris/Turnhout, CNRS/Brepols, 1998, 260 p.

66 Charlemagne appartient à l’imaginaire de Charles VIII : il en est le patron. De la même manière, avec Louis XII ressurgit l’image de Saint Louis, aux dépens de celle de Charlemagne. Cette assimilation devient même incarnation lorsqu’une statue de Saint Louis est représentée sous les traits de Louis XII. Sur ce point, voir Didier Le Fur, Louis XII : un autre César, Paris, Perrin, 2001, 330 p. ; Nicole Hochner, Louis XII, les dérèglements de l’image royale (1498-1515), Seyssel, Champ Vallon, 2006, 308 p., en particulier p. 149.

67 Sur l’état de l’artillerie durant la première guerre d’Italie, voir l’article de Philippe Contamine, « L’artillerie royale française à la veille des guerres d’Italie », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest 71, 1964, p. 221-261.

68 Laetitia Le Guay, Les princes de Bourgogne..., op. cit., p. 133.

69 (P)Lusieurs ge[n]tiles =// ses de maistre Fra[n]coys villon auecque // le Recueil et istoires [sic] des Repues // franches nouuellement // Imprimee, Lyon, Veuve Barnabé Chaussard, in-4° goth., 22 f°, [1532] – Paris, Bibliothèque nationale de France, fonds Rothschild, IV.4.182 (PGL-302i).

70 Roger Chartier, Culture écrite et société : l’ordre des livres (xive-xviiie siècle), Paris, Albin Michel, 1996, 240 p., en particulier p. 144.

71 Sur les images de la femme à la fin du Moyen Âge et au xvie siècle, voir Françoise Borin, « Arrêt sur image », Histoire des femmes en Occident, t. III, xvie-xviiie siècle, Georges Duby et Michelle Perrot (dir.), Paris, Perrin, 2002, p. 235-296, ainsi que Chiara Frugoni, « La femme imaginée », Histoire des femmes en Occident, t. II, Le Moyen Âge, Christiane Klapisch-Zuber (dir.), p. 488-511.

72 Voir Marion Pouspin, Annexe « Répertoire des pièces gothiques... », op. cit., « Sermon joyeux de saint Oignon », p. 185 et « Vie (La) de saint Hareng », p. 219.

73 (L)A iournee de la bataille fai =// cte pres de rauane..., op. cit.

74 Ces notions de « mots évaluatifs » et « axiologiques », empruntées à la linguiste Catherine Kerbrat-Orecchioni, permettent de bien cerner et de spécifier en quoi un mot peut être chargé de sens et orienter la réception d’un discours. Un substantif ou adjectif est dit « évaluatif » lorsqu’il est imprégné d’une subjectivité singulière. Un terme évaluatif peut être « non axiologique » (lorsqu’il n’énonce pas de jugement de valeur ni d’engagement affectif du locuteur) ou « axiologique » (lorsqu’il traduit une appréciation ou, à l’inverse, une dépréciation). Ces notions sont certes techniques mais bien plus précises, que ce que l’on appelle à l’ordinaire, d’une manière commode mais très imparfaite, « le poids des mots ». La redondance de ces termes très connotés dans le déploiement des textes imprimés constitue un procédé de persuasion diffuse. C’est ce que Ruth Amossy appelle la « dimension argumentative » par opposition à la « visée argumentative ». Catherine Kerbrat-Orecchioni, L’énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin/Masson, 1997, 290 p.

75 Complainte tres piteuse de dame chestiente sur la mort du feu roy charles huitiesme, [Paris, Pierre Le Dru], in‐4° goth., 4 f°, [post 7 IV 1498] – Paris, Bibliothèque Sainte Geneviève, OE XVe s. 754 (5) (PGA‐45a). Image reproduite dans Marion Pouspin, Publier la nouvelle..., op. cit., p. 455 (figure n° 72).

76 ¶ Le triumphant ordre de larmee // francoise pour passer les mons co[n] // duicte par le tres valeureux prince // monssieur Le conte de sainct pol // chef de ladicte armee. // Et aussi les mo[n]stres faictes a lion // Et les ordo[n]nances royalles auec // les monitions des viures, [Rouen, Robert Brenouzet], in-8° goth., 4 f°, [post 8 VI 1528] – Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Rés 8.Lb30.50 (PGA-221), f° 4v.

77 Hans Belting, Image et culte..., op. cit., p. 99 ; Sixten Ringbom, Les images de dévotion (xiie-xve siècles), Paris, Gérard Montfort, 1995, 116 p., ici p. 23.

78 ¶ La deploration de la Royne de France. // Composee par Maistre laurens des moulins, [Paris, Guichard Soquand], in‐8° goth., 16 f°, [post 9 I 1514] – Paris, Bibliothèque nationale de France, fonds Rothschild, IV.9.69 (15) (PGA‐120b). Image reproduite dans Marion Pouspin, Publier la nouvelle..., op. cit., p. 456 (figure n° 73).

79 (L)A Deliberation // des trois estatz de france sur // lentreprinse des Angloys et // suysses, [Paris, Atelier Trepperel], in-8° goth., 8 f°, [vers 1513] – Paris, Bibliothèque nationale de France, fonds Rothschild, IV.9.69 (15) (PGA-117a), f° a2.

80 La terrible et // Merueilleux signe qui a este veu sur la // ville de Paris, auecque vent grand // clarte [et] lumiere, tempeste [et] fouldre, et // aultre signe, lesquez ont este veu p[ar] plu // sieurs lieux. Et principallement en la // ville de Paris, [et] a este veu p[ar] plusieurs // gens : [et] estoit sur leure de dix heure de =// uant minuict, [et] fust le.xxi iour de Ia[n] =// uier. Mil cinq cens [et] trente, [Paris, Alain Lotrian], in‐8° goth., 4 f°, [post 21 I 1531] – Paris, Bibliothèque de l’école nationale supérieure des Beaux Arts, Fonds Masson, n° 22 (PGA‐278b). Image reproduite dans Marion Pouspin, Publier la nouvelle..., op. cit., p. 400 (figure n° 66).

81 Le journal d’un bourgeois de Paris sous le règne de François Ier, 1515-1536, texte établi, présentation et notes par Victor-Louis Bourrilly, Paris, Picard, 1910, p. 81-82.

82 Pétrarque, Rerum memorandum libri, texte établi, présentation et notes par Giuseppe Billanovich, Florence, G. S. Sansoni, 1943, p. 270.

83 Michael Baxandall, Painting and Experience in Fifteenth Century Italy. A Primer in the Social History of Pictorial Style, Oxford, Oxford University Press, 1974, 166 p.

84 (L)a bataille et // Assault de Gennes donne par le trescrestien roy de fra[n]ce // Loys .xii. de ce no[m], auec la trayson que les geneuois ont // suy de faire. Et aussi la complainte desditz geneuois, [Paris, Pierre Le Caron], in-4° goth., 4 f°, [post IV 1507] – Paris, Bibliothèque nationale de France, manuscrit, nouvelles acquisitions françaises 7647 (f° 21-24) ; Paris, Bibliothèque nationale de France, Imprimé, Z-Fontanieu-156 (PGA-68a).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://peme.revues.org/docannexe/image/12646/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Pouspin, « La relation texte-image dans les pièces gothiques », Perspectives médiévales [En ligne], 38 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://peme.revues.org/12646 ; DOI : 10.4000/peme.12646

Haut de page

Auteur

Marion Pouspin

GAHOM-EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page