Navigation – Plan du site
Études & travaux
Approches disjonctives de l'image et du texte

Pas d’armes et vide iconographique : quand le texte doit remplacer l’image (xve siècle)

Guillaume Bureaux

Résumés

A l’instar de leurs proches cousins joutes et tournois, les Pas d’armes demeurent des divertissements nobiliaires au fort impact visuel. Eminemment politiques, ils jouent un rôle important dans la mise en scène du pouvoir princier. Basés sur une « fiction de faerie », ils bénéficient de descriptions relativement nombreuses dont le rôle est de soutenir cette théâtralisation de la puissance princière par la mise en avant d’éléments décoratifs et narratifs librement inspirés des romans chevaleresques les plus célèbres. Toutefois, si les Pas connaissent un réel succès à la fin du Moyen Âge, ceux-ci ne furent que très rarement l’objet de représentations picturales. Comment expliquer que ces divertissements, dans leur grande majorité, n’aient pas fait l’objet de représentations iconographiques alors que descriptions de joutes et tournois, ou encore nombre de romans lors de leur mise en prose, se sont vus agrémentés et complétés par des miniatures ?

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une tentative de définition du jeu, voir Roger Caillois, L’Homme et le sacré, 2e édition augme (...)

1Au regard des bibliographies relatives aux divertissements chevaleresques, nous sommes frappés par la tendance des historiens et des littéraires à réunir sous le terme générique de « tournois » tout un ensemble varié de pratiques ludiques1 qui, si elles ont comme base commune le behourd ou tournoi de « mêlée », recoupent des réalités et des modalités d’exécution fort différentes. Là où le behourd est envisagé comme un entraînement martial pratiqué en groupe, la joute donne la primauté aux performances individuelles et à l’entraînement physique. Le Pas, de son côté, constitue un exercice encore différent tant dans sa forme que dans son exécution. Éminemment théâtral et liminaire, transcendant le spectacle des joutes offertes au public par des références explicites aux romans chevaleresques, le cadre du Pas substitue le spectacle entourant la pratique guerrière au combat lui-même.

  • 2 Armand Strubel, « Le pas d’armes : le tournoi entre le romanesque et le théâtral », Théâtre et spec (...)
  • 3 « …il entreprist, par liscence et congiet de tres hault et très puissant prince son souverain seign (...)

2En 1991, Armand Strubel intitule son article « Le pas d’armes : le tournoi entre le romanesque et le théâtral »2. Si cette formulation apparaît comme un peu réductrice au vu des implications politiques que revêtaient les pas d’armes, elle en résume bien le cœur. Le Pas est, dans la conception nobiliaire de la fin du Moyen Âge, tout à la fois un événement martial, un divertissement de cour aux implications politiques et diplomatiques très larges, de même qu’un spectacle théâtralisé basé sur nombre de romans chevaleresques dont les héros vivent ou revivent le temps d’un instant, incarnés par les participants. À l’image des pièces de théâtre, films ou séries basés sur, ou incluant, des êtres légendaires et fantastiques (le nombre d’adaptations cinématographiques et télévisuelles des romans arthuriens en témoigne) nous plongeant avec plus ou moins de succès dans un univers romanesque avec lequel nous sommes relativement familiers, les Pas offraient aux observateurs le même spectacle. Conscients du caractère fictionnel de ce qui se déroulait sous leurs yeux, les spectateurs du xve siècle se prenaient au jeu, se faisaient complices de la « fiction de féérie »3 qui se jouait devant eux.

  • 4 « Le jeu se sépare de la vie courante par la place et la durée qu’il y occupe. Il offre une troisiè (...)
  • 5 Cet exemple est sans doute le plus significatif dans la mesure où les reconstitutions, si elles son (...)

3Comme dans tout divertissement, la fiction ne naît que si les éléments vus et perçus par le public sont en accord avec l’histoire relatée avant ou pendant la représentation du spectacle. Ce sont les décors, les parures et les mises en scène qui contribuent à plonger le spectateur dans un univers hors du temps, ou plutôt placé dans un moment spécifique, encadré par des règles et délimité dans le temps et l’espace. Ce « temps du jeu »4 n’est viable que parce que le spectateur y croit, parce qu’il l’accepte volontiers au vu de l’environnement dans lequel il est placé. Quand en Vendée, au sein du célèbre parc du Puy du Fou, le visiteur assiste au « Signe du Triomphe » ou au « Secret de la Lance », la magie opère parce qu’il est placé dans un environnement spécifique, respectivement le Colisée et le Château du xve siècle, avec des décors (arène, lices et remparts) et des costumes chatoyants et magnifiques5. Le visiteur sait que ce à quoi il assiste n’est que pure fiction et que celle-ci prendra fin. Cependant cela n’empêche pas le spectacle d’avoir lieu, uniquement grâce aux effets visuels et auditifs qui plongent le spectateur dans un univers qui lui fait écho d’une manière ou d’une autre.

  • 6 Voir en particulier la représentation de Palamède dans le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale d (...)

4De fait, celui qui ne peut s’y rendre n’est pas nécessairement capable de prendre la pleine mesure du spectacle offert avec une simple description, qu’elle soit orale ou écrite. Pour pallier ces manques, les images, fixes ou animées, sont essentielles. Elles permettent de visualiser les couleurs, de personnifier les personnages présents dans les descriptions, de se rendre compte de la fiction qui se jouait il y a quelques cinq cents ans. Les images permettent également, de manière flagrante, de combler les vides et les imprécisions des textes, ou encore de donner du sens à un vocabulaire obscur ou galvaudé. Ainsi, la représentation figurée de la parure d’un chevalier ou de l’un des meubles héraldiques constituant ses armes peut « compléter » le texte. Inversement, une image inachevée ou hors des codes iconographiques traditionnels peut être expliquée par le texte. Ainsi, pour prendre un exemple arthurien, Palamède, le fameux rival de Tristan, est traditionnellement décrit et représenté comme portant des armes « d’argent échiqueté de sable »6. Cependant, il est parfois décrit comme arborant un écu à une escarboucle. Alexandra Ilina dit à ce propos : 

  • 7 Alexandra Ilina, « Remarques sur l’iconographie du chevalier sarrasin dans les manuscrits du Trista (...)

Le nom du père de Palamède, Esclabor le Mesconneü, nous évoque une pierre précieuse associée avec l’Orient, l’escarboucle […] Notons, la métathèse Esclabor/escarboucle et le fait que l’escarboucle est aussi un meuble héraldique en forme de cercle, projetant huit rayons. Sa couleur peut varier, de même que sa forme et les terminaisons de ses rayons. Nous proposons une corrélation de détails onomastiques avec la représentation d’un écu porté par Palamède dans quelques enluminures du manuscrit B.N. fr. 99 sur les folios 341v et 346v7.

5L’exemple de Palamède montre clairement le lien invisible et pourtant omniprésent et essentiel dans la relation texte/image. Sans l’image, il est difficile de se figurer précisément ce qu’est l’escarboucle pour les auteurs de ces manuscrits médiévaux. Dans une autre optique, il est peu aisé, en n’ayant que l’image sous les yeux, de déduire que le personnage représenté est Palamède, du fait que ses armes ne sont pas figurées de manière traditionnelle. Là, seuls les textes mentionnant le nom de son père et de celui du chevalier dans le titre précédant l’image ou dans le texte la suivant peuvent permettre de déduire son identité.

  • 8 Cette caractéristique est particulièrement importante quand on sait que la mise en prose du Tristan(...)
  • 9 Voir en particulier Edina Bozoky, « La “Bête Glatissant” et le Graal. Les transformations d’un thèm (...)
  • 10 Voir la mort de Palamède dans le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, français 112, f (...)

6Le cas de Palamède est significatif en ce qu’il incarne des thèmes typiques des goûts des princes du xve siècle : il est à la fois chevalier, sarrasin8, futur converti au catholicisme, symbole de l’amour courtois qui plus est contrarié. En chasse de la Bête Glatissant9, symbole soit du Graal soit du démon selon les versions, après son échec amoureux, Palamède mourra comme un martyr sous les coups de Gauvain après la quête du saint Graal10. La religion, la chevalerie, l’amour sont autant de valeurs intrinsèquement liées à l’art pictural et aux divertissements nobiliaires tels que le pas d’armes. Comment expliquer que ces divertissements éminemment politiques et littéraires n’aient pas, dans leur grande majorité, fait l’objet de représentations iconographiques alors que descriptions de joutes et tournois, ou encore nombre de romans, lors de leur mise en prose, se sont vus agrémentés et complétés par des miniatures ?

1. Un vide iconographique symptomatique d’un déficit de sources

1.1. État des sources

  • 11 Note de l’éditeur, Guillaume Leseur, Histoire de Gaston IV, comte de Foix, éd. Henri Courteault, Pa (...)

7C’est ici que l’on constate dans le manuscrit, au bas du feuillet 62v°, l’interruption dont nous avons déjà parlé dans notre Introduction. Le récit ne reprend au haut du feuillet 63r° qu’avec le chapitre XIV. La fin du chapitre IX manque, ainsi que les chapitres X, XI, XII, XIII en entier ; nous avons pu insérer ici les résumés des chapitres XI, XII, XIII que l’on trouve dans le volume LX des Armoires de Baluze, à la Bibliothèque nationale ; ils nous donnent au moins une idée du contenu de ces chapitres11.

  • 12 C’est notamment le cas des nombreuses éditions et compilations des textes médiévaux réalisées au xi (...)
  • 13 « Les récits d’Olivier de la Marche embrassent une période de cinquante-trois ans, depuis 1435 jusq (...)
  • 14 « Depuis cette époque [après 1483], Olivier de la Marche, devenu vieux, ne remplit plus aucune fonc (...)
  • 15 Une précision est à apporter cependant : pour son chapitre consacré au Pas de Sandricourt, Vulson d (...)

8L’historien des pas d’armes est rapidement confronté à des sources manifestement partielles et le plus souvent partiales. Chaque Pas, qu’il soit angevin, bourguignon, « français » ou impérial, ne nous est connu que par un, voire deux documents originaux. J’exclus, ainsi, les copies pouvant être réalisées postérieurement12 du fait qu’elles n’apportent pas de nouvelles connaissances sur le sujet. De plus, au regard des tableaux suivants que nous avons réalisés dans le cadre de notre thèse de doctorat, nous remarquons une certaine redondance des auteurs faisant office de source principale (et bien souvent unique), de même qu’une quantité restreinte de sources, littéraires du moins. Le cas d’Olivier de la Marche est singulier, concernant la Bourgogne. Inventif, c’est à dire organisateur des fêtes de Philippe le Bon et de Charles le Téméraire, La Marche est un spectateur et un acteur privilégié en plus d’être un grand amateur de ces divertissements. Cependant, son objectivité peut être remise en cause du fait de l’écriture relativement tardive de ses Mémoires, à la fin de la décennie 148013 dans le cas présent, et puisque le but du chambellan bourguignon est de laisser au petit fils du Téméraire, à savoir Philippe le Beau, un témoignage glorieux de ses ancêtres Valois14. Cependant, son indéniable penchant pour les joutes et les tournois font de ses écrits une source de choix quant à la connaissance précise des pas d’armes. D’autres encore sont plus tardives, comme Vulson de la Colombière pour les pas d’armes angevins. Datant du xviie siècle, il ne précise cependant pas ses sources. Si toutefois son œuvre semble fiable et d’une qualité certaine, la question que l’on peut se poser est de savoir à quelles sources il s’est référé, comment il les a traitées (sont-ce de simples copies ? A-t-il opéré quelque modification ?) et surtout pourquoi nous n’y avons pas accès maintenant15 ?

9En Anjou, la situation est plus compliquée. En effet, si leur partialité est manifeste dans certains cas, c’est bel et bien le caractère lacunaire des sources qui pose ici problème. Au mois de juin 1446, organisé juste avant le Pas de Saumur, eut lieu celui du Rocher Périlleux, également appelé Pas de la Gueule du Dragon. Dans l’Histoire de Charles VII, de Gaston du Fresne de Beaucourt, nous trouvons un court paragraphe disant, à propos des règles établies par René d’Anjou : 

  • 16 Gaston du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, t. IV, Paris, Librairie de la Société bibli (...)

qu’aucune dame ni demoiselle ne passeroit par le carrefour où le pas avoit été dressé qu’elle ne fût accompagnée de quelque vaillant chevalier ou écuyer, qui seroit tenu de rompre deux lances pour l’amour d’elle16.

  • 17 « IV. El quarto es, que qualquiera Señora de honor, que por alli passáre ó á media legua dende, que (...)
  • 18 Histoire de Gaston IV…, op. cit., p. 194-195.

10Ce règlement se rapproche tout à fait du 6e chapitre, alinéas 4 et 5, du règlement du Passo Honroso, tenu à Orbigo en 1434 par Suero de Quiñones17. Heureusement, un fragment de l’Histoire de Gaston IV, comte de Foix18, écrite par Guillaume Leseur, son biographe, témoin oculaire des Pas cités, précise :

  • 19 Ibid., p. 194-195.

Le second jour desdites joustes [qui furent faites près du Rocher Périlleux] survint sur les rencs Antoine d’Aubusson, sieur de Montet, dit le petit Trignac, lequel amena une belle jeune demoiselle, cousine de Mlle Marguerite de Villequier, […] Avec Mlle de la Greve, pour la faire passer [près du rocher au dragon] survint sur les rencs messire Pierre de Braizé, comte de Maulevrier, lors senechal de Poitou19.

11Les mentions sont bien maigres pour un événement organisé et utile à une cour princière. C’est là le souci principal des sources angevines, elles sont partielles plus que partiales, à l’inverse des sources bourguignonnes. Cependant, il existe quelques exceptions.

  • 20 La description de ce Pas est incomplète du fait d’une interruption au milieu du chapitre X. Cf. inf (...)
  • 21 Le texte de Leseur ne reprend qu’à partir du chapitre XIV, ce qui induit une perte de témoignage po (...)

Nom du pas d’Armes

Lieu

Date

Sources principales

Pas de Nancy

Nancy

24 avril 1445

Guillaume Leseur, Histoire de Gaston IV, comte de Foix, éd. Henri Courteault, Paris, 1893, p. 145-172

Pas de Châlons

Châlons-sur-Marne

13 juillet 1445

Guillaume Leseur, Histoire de Gaston IV, comte de Foix, éd. Henri Courteault, Paris, 1893, p. 172-19320

Pas de la Gueule du Dragon / du Rocher Périlleux21

Chinon/ Razilly

1446

Guillaume Leseur, Histoire de Gaston IV, comte de Foix, éd. Henri Courteault, Paris, 1893, p. 194-195

Henri Courteault, « Le manuscrit original de l’Histoire de Gaston IV : comte de Foix par Guillaume Leseur : Additions et corrections à l’édition de cette chronique », Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, Paris, Broccard, 1906, p. 197-201

Marc de Vulson de la Colombière, Le vray Théâtre d’honneur et de chevalerie, ou le miroir héroïque de la noblesse, Paris, Augustin Courbe, 1648, p. 81-82

Pas du Géant à la Blanche Dame du Pavillon

Launay

1446

Henri Courteault, « Le manuscrit original de l’Histoire de Gaston IV : comte de Foix par Guillaume Leseur : Additions et corrections à l’édition de cette chronique », Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, Paris, Broccard, 1906, p. 201-202.

Pas de la Joyeuse Garde

Saumur

Juin 1446

Marc de Vulson de la Colombière, Le vray Théâtre d’honneur et de chevalerie, ou le miroir héroïque de la noblesse, Paris, Augustin Courbe, 1648, p. 83-106

Henri Courteault, « Le manuscrit original de l’Histoire de Gaston IV : comte de Foix par Guillaume Leseur : Additions et corrections à l’édition de cette chronique », Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, Paris, Broccard, 1906, p. 192-197

Le Pas d’armes de Saumur dit de la Joyeuse Garde, Saint-Pétersbourg, Bibliothèque nationale de Russie Saltykov-Chtchedrine,

Ma. Fr. F., p. XIV

Pas du Chevalier Aventureux

Bourges

1447/1448

Henri Courteault, « Le manuscrit original de l’Histoire de Gaston IV : comte de Foix par Guillaume Leseur : Additions et corrections à l’édition de cette chronique », Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, Paris, Broccard, 1906, p. 207

Pas de la Bergère / de la Pastourelle

Tarascon

2 juin 1449

Louis de Beauvau, Le Pas d’armes de la Bergère maintenu au tournoi de Tarascon, éd. G. A. Crapelet, Paris, 1828.

  • 22 Les pas d’armes, dont une ou plusieurs représentations existent, sont inscrits en gras dans les tab (...)

Tableau 1 : Sources d’Anjou22

Nom du pas d’Armes

Lieu

Date

Sources principales

Pas de l’Arbre de Charlemagne

Dijon

1443

Olivier de la Marche, Mémoires, t. I, éd. C.-B. Petitot, Paris, Librairie Foucault, 1820, p. 322-363

Pas de la Belle Pèlerine

Saint-Omer

1449

Olivier de la Marche, Mémoires, t. I, éd. C.-B. Petitot, Paris, Librairie Foucault, 1820, p. 455-469

Pas de la Fontaine des Pleurs

Chalon-sur-Saône

1449/1450

Olivier de la Marche, Mémoires, t. II, éd. C.-B. Petitot, Paris, Librairie Foucault, 1820, p. 2-52

Pas du Chevalier au Cygne

Lille

1454

Olivier de la Marche, Mémoires, t. II, éd. C.-B. Petitot, Paris, Librairie Foucault, 1820, p. 164-167

Pas du Compagnon à la Larme Blanche

Le Quesnoy

1458

Georges Chastelain, Chroniques, t. III, Bruxelles, éd. Kervyn de Lettenhove, 1864, p. 462-466

Pas du Perron Fée

Bruges

1463

Manuscrit Lille, Bibliothèque universitaire, 104

Manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 5739

Pas de l’Arbre d’or

Bruges

1468

Jean de Haynin, Mémoires de messire Jean, seigneur de Haynin et de Louvegnies, Mons, Librairie E. Hóyois, « Société des Bibliophiles Belges », 1842, p. 113-118

Olivier de la Marche, Mémoires, t. II, éd. C. B. Petitot, Paris, Librairie Foucault, 1820, p. 317-391

Pas de la Dame Sauvage

Gand

1470

Traicté de la forme et devis comme on faict lez tournois, éd. Bernard Prost, Paris, A. Barraud, 1878, p. 55-95

  • 23 Cf. infra n. 15.

Tableau 2 : Sources de Bourgogne23

1.2. Le Pas de Saumur et le Pas de Sandricourt, les exceptions qui confirment la règle ?

12Pour reprendre le titre de cette première partie, le vide iconographique est tout à fait symptomatique d’un déficit de sources littéraires et comptables. Vulson de la Colombière précise, à propos du Pas de Saumur :

  • 24 Le vray Théâtre…, op. cit., p. 82-83.

le roi de Sicille [René d’Anjou] entreprit des joustes, lesquelles il tint proche de Saulmur, au devant d’un chasteau de bois qu’il fit construire dans une belle plaine, lequel il fit peindre par dehors et par dedans, et le meubla de très riches tapisseries ; et à l’imitation des anciens romans, le nomma le chasteau de la Joyeuse-Garde, où, durant l’espace de quarante jours, luy et la reine Isabelle, et madame Yolande sa fille, et quantité d’autres dames et damoiselles, et notamment la belle et jeune Jeanne de Laval, pour laquelle secrètement il fit et dressa cette emprise avec un grand nombre de grands seigneurs24.

  • 25 La description des Titres de la Maison d’Anjou (séries P 1334-1 à 1354-2) nous donne plus de détail (...)
  • 26 « René par la grace de dieu roy de Jherusalem et de Cecile, duc d’Anjou, per de France, duc de Bar, (...)
  • 27 Le Pas d’armes de Saumur dit de la Joyeuse Garde, Saint-Pétersbourg, Bibliothèque nationale de Russ (...)
  • 28 Trois images de ce manuscrit ont été utilisées par Rose-Marie Ferré dans sa thèse René d’Anjou et l (...)

13Là demeurent plusieurs zones d’ombre et interrogations auxquelles les sources, qu’elles soient littéraires, comptables ou iconographiques (voir tableau 1) ne nous donnent pas de réponses. Quelle taille faisait le château ? Comment était-il construit ? De quelles couleurs était-il peint ? Combien a-t-il coûté ? La dernière question est légitime du fait que, si sa construction est attestée par les comptes de la maison d’Anjou présents aux Archives Nationales25, sous la cote P 1334/6, sa mention est noyée dans l’ensemble des dépenses pour l’année 1446, et son coût est intégré à toute une série de dépenses relatives au Pas, s’élevant à 1200 livres tournois26. Le seul manuscrit concernant ce pas d’armes est, de nos jours, conservé à la bibliothèque nationale de Russie27. Sa particularité est de contenir, en plus de la relation des festivités et des combats, plusieurs représentations des moments clés du Pas, comme la sortie du duc d’Anjou et de sa suite du château en question28. Cependant, les fac-similés étant rares et l’accès au manuscrit original compliqué, du fait de sa situation géographique, il faut avouer que l’historien des pas d’armes doit bien souvent œuvrer sans ces représentations pourtant fort intéressantes et riches en éléments visuels pouvant pallier ou corriger les manques et erreurs potentiels du texte.

  • 29 Christian de Mérindol, Les Fêtes de chevalerie à la cour du roi René, Paris, Éditions du Comité des (...)
  • 30 Ibid., p 92 : Par exemple, la figure 11a représente la joute entre Louis de Beauvau et Robert d’Est (...)

14Il faut tout de même noter la présence de seize enluminures issues du manuscrit conservé à la Bibliothèque nationale de Russie dans l’ouvrage Les Fêtes de chevalerie à la cour du roi René de Christian de Mérindol29. Si leur présence est notable et appréciable, il faut avouer que la qualité toute relative et la bichromie noire et blanche rendent la lecture des images fastidieuse et ne permettent pas de discerner avec précision l’ensemble des éléments du décor ou des parures, pourtant nécessaire à l’étude des pas d’armes. Dans ce cas, et sans jugement aucun, s’imaginer ou se représenter les textures et les nuances de couleurs est tout à fait impossible et le texte seul semble plus pertinent. Toutefois, les copies si mauvaises soient-elles ont le mérite de laisser apparaître assez clairement certains éléments, notamment certains cimiers dont les couleurs d’origine relèvent de teintes claires30.

  • 31 « Ce manuscrit est tout en vers, enrichy de plusieurs figures enluminées, il fut dédié au Roy de Fr (...)

15Ce que ces images laissent clairement voir, qu’elles soient en version originale ou en copie, c’est que si le manuscrit n’est pas nécessairement une commande de la part de René, au moins fut-il réalisé par un artiste inconnu31, attaché à la cour d’Anjou. En effet, un simple regard suffit à se rendre compte qu’à chaque joute figurée, le chevalier au premier plan est un membre des tenants, ou défenseurs. De plus, il est remarquable de voir que chaque entrepreneur semble venir systématiquement de la gauche, rappelant les folios 2 et 4, sur lesquels nous voyons René d’Anjou et sa suite sortir du château de bois, situé à gauche de l’image. Son appartenance au camp du duc d’Anjou est signifiée par le recours à une parure équine similaire à celle de René. L’exemple de Louis de Beauvau est le plus détaillé :

  • 32 Ibid., p. 87.

Le seigneur de Beauveau portait pour cimier une hure de sanglier avec le volet a double pointe de gueule, houppé de mesme, avec le bourlet de gueules d’argent et d’azur, le caparasson du cheval de gueule, semé de pensées, comme eurent de mesme tous les tenans32.

16Si les parures des jouteurs défenseurs sont clairement visibles au premier plan, celles des assaillants le sont rarement. Ceux-ci sont en effet figurés cachés par la barrière séparant les combattants, ne laissant apparaître que la tête du cheval et le cimier, celui-ci ne donnant un indice sur l’identité du chevalier qu’en se référant au texte. Sur certaines images, la croupe du cheval et une partie de la housse sont visibles lorsque celui-ci est placé à l’extrémité droite de la barrière. Cette partialité des images a pour but, clairement assumé ou non, de glorifier le duc d’Anjou, sa puissance financière et culturelle, de même que la magnificence de ses chevaliers en signifiant leur importance par leur place au premier plan.

17Autre Pas, autre contexte. Le Pas de Sandricourt, organisé en 1493 à Sandricourt, près de Pontoise, par Louis de Sandricourt se situe quelque peu à part dans l’histoire de ce divertissement, dans le sens où c’est le premier organisé par la cour du roi de France. Si les Pas de Nancy et de Châlons (en Champagne) sont sous l’égide du roi Charles VII, c’est bel et bien le duc d’Anjou qui en est l’instigateur, l’organisateur et l’investisseur principal. Ces Pas jouaient un rôle diplomatique de premier plan pour le roi de France, dans la mesure où ils permettaient de contrecarrer les ambitions territoriales et diplomatiques du duc de Bourgogne, mais le réel bénéficiaire était le roi René. Au Pas de Sandricourt, la situation est tout autre.

  • 33 Barthélemy-Amédée Pocquet du Haut-Jussé, « Les débuts du gouvernement de Charles VIII en Bretagne » (...)

18Entre 1492 et 1494, le roi de France est impliqué dans la signature de trois traités et dans la première guerre d’Italie. Alors qu’il se marie en 1492 avec la duchesse Anne de Bretagne, Charles VIII commence à entreprendre des travaux pour améliorer la gestion du duché breton33. L’un de ces travaux est de confirmer l’abandon des prétentions anglaises sur la Bretagne par la signature du traité d’Étaples le 3 novembre 1492. Si ce traité lui donne une latitude certaine qui confirme son pouvoir sur le royaume de France, l’année 1493 voit le roi s’incliner à deux reprises. Le 19 janvier 1493, le traité de Barcelone restitue au roi Ferdinand II d’Aragon plusieurs territoires du sud du royaume, notamment le Roussillon en échange d’une certaine liberté pour concrétiser ses prétentions aux trônes de Naples, Chypre et Jérusalem. Le 23 mai 1493, Charles VIII signe le traité de Senlis en compagnie de Maximilien d’Autriche. Par ce traité, le roi de France annule son mariage avec Marguerite d’Autriche, fille de l’Archiduc, mariage conclu en vertu du Traité d’Arras de 1482. En épousant Anne de Bretagne et en rompant ses fiançailles avec Marguerite, Charles est obligé de rendre les terres cédées en 1482, à savoir l’Artois, le comté de Bourgogne, le Charolais et une partie des seigneuries annexes du duché de Bourgogne.

  • 34 Philippe Hamon, Les Renaissances 1453-1559, Paris, Belin, « Histoire de France », 2009, p. 320.
  • 35 Le vray Théâtre…, op. cit., p. 147.

19Si ces choix sont politiquement discutables, il n’en demeure pas moins que la volonté de Charles fut de pouvoir se concentrer pleinement dur l’Italie et de faire montre de sa puissance. Puissance considérablement augmentée par la prise de pouvoir en Bretagne et le contrôle d’une des flottes les plus actives d’Europe34. C’est dans cette optique, semble-t-il, qu’a lieu le Pas de Sandricourt du 15 au 20 septembre 149335. Si ce Pas a pour but de mettre en avant la puissance de la cour de France sous le règne de Charles VIII à la veille de la première guerre d’Italie, les enluminures du manuscrit restent classiques, voire quelque peu « ternes » au niveau des détails. En effet, si les différentes étapes et armes du Pas sont fidèlement illustrées, les parures équines et les décors, qui ont pourtant un rôle primordial dans ce genre de divertissement, n’ont pas été mis en lumière par l’enlumineur.

  • 36 Odile Blanc, « Les stratégies de la parure dans le divertissement chevaleresque », Communications 4 (...)
  • 37 Voir par exemple Le Pas de Sandricourt, le manuscrit Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, 3958, f° 9v, (...)
  • 38 Généralement composés de deux parties, ces chapitres regroupent d’une part l’ensemble des règles re (...)
  • 39 « Et Premièrement. Jaques de Coligny, seigneur de Chatillon, & d’Andeloe […] Germain de la Roque, d (...)

20D’après Odile Blanc, le vêtement chevaleresque « n’a pas d’existence autonome. Il doit être pensé et vu avec la housse du cheval, qui semble bien l’élément constitutif de la parure du jouteur »36. En partant de ce postulat, nous pouvons nous étonner de la relative simplicité de la parure des chevaliers représentés dans le manuscrit, parure constituée d’un harnois de joute pour l’humain, d’une housse blanche à motifs, peut-être floraux, rouges pour l’animal défendant, bleue à motifs identiques dorés pour l’animal assaillant37. Cette apparente sobriété des illustrations du manuscrit est en réalité tout à fait représentative des détails donnés par le texte. En effet, les cinq premiers folios du manuscrit du Pas de Sandricourt contiennent les chapitres38 du Pas. À partir du sixième folio débute la relation des combats où est donnée la liste des participants et des affrontements. Toutefois, rien n’est indiqué quant aux parures des chevaliers, qu’ils soient assaillants ou organisateurs. Ainsi, on peut formuler l’hypothèse que l’artiste a délibérément choisi de différencier organisateurs et assaillants, ces derniers étant représentés indépendamment de leur appartenance à l’un des quatre groupes ayant relevé le défi39.

  • 40 Ibid., f° 7r, 8r et 8v.

21Lorsqu’aucun cheval n’est représenté, comme au folio 7, les chevaliers à pied sont tous revêtus de leur harnois de combat, sans distinction clairement établie. Cependant en analysant la composition des images, représentant les chevaliers montés ou non, il est visible que celles-ci sont toujours identiques dans leur organisation. En effet, lorsque les combattants sont démontés40, un château ou un hourd est représenté sur la gauche de l’image, semblant être gardé par un groupe de chevaliers placé juste devant. Ce groupe est souvent dans une position qui semble défensive et toujours en infériorité numérique par rapport à celui qui semble l’assaillir, le nombre supérieur de chevaliers pouvant être un rappel aux quatre équipes venues défier les organisateurs. Ainsi, il semble que ce groupe soit celui des entrepreneurs, comme dans les enluminures du manuscrit du Pas de Saumur, où les entrepreneurs sont constamment représentés sur la gauche de l’image.

2. Le texte indissociable de l’image ? Les pas d’armes comme contre-exemple

22Comme le laisse supposer le titre de la sous-partie précédente, les manuscrits du Pas de Saumur et de Sandricourt constituent des exceptions à la règle et, s’ils sont en excellent état de conservation, ils ne sont pas représentatifs de l’état des sources et récits consacrés aux Pas. Le véritable enjeu qui se pose ici n’est pas tant de comprendre pourquoi les Pas n’ont pas eu le droit à autant de représentations iconographiques que leurs cousins Tournois et Joutes. À cette question, aucune réponse fiable ne peut être apportée. La véritable interrogation est de savoir comment contourner ce vide pour saisir la complexité du programme iconographique de telles festivités. Dans cette partie, le but ne sera pas nécessairement d’y apporter une réponse complète, mais peut-être de jeter les bases d’une étude plus ample sur la question.

2.1. Chapitres et récits, quand la relation image/texte est incarnée par un « texte-image »

  • 41 Laurence Bardin, « Le texte et l’image », Communication et langages 26, 1975, p. 98.

23Dans l’état actuel des connaissances en sémiologie, l’image apparaît comme un univers à la complexité redoutable : ses lois sont mal connues. Cela par opposition à la parole linguistique, qui semble plus accessible, mieux apprivoisée… Or l’une et l’autre apparaissent souvent ensemble (image soulignée ou complétée par un texte, ou texte illustré) et parfois étroitement mêlées41.

24Les exemples des Pas de Saumur et de Sandricourt montrent que l’image illustrant le manuscrit représente en quelque sorte un miroir du récit, reflétant aussi bien ses abondants détails que ses lacunes manifestes. Le rôle de l’image, dans le cas des manuscrits relatifs aux divertissements nobiliaires, est également d’exalter la puissance et la richesse de la cour dans laquelle ils ont lieu, de même que celle du commanditaire, généralement lié à la cour en question :

  • 42 Le Pas de Sandricourt, op. cit., f° 1r.

Ce sont les armes qui ont esté faites au Chasteau de Sandricourt prés Pontoise le 16. iour de Septembre 1463 lesquelles ont esté par moy Orleans, Heraut de Monseigneur le Duc d’Orleans, veues avec les Officiers d’Armes du Roy nostre Sire, & redigées & mises par escrit a la verité, ainsi que chacun l’a peû voir selon le contenu de leurs articles, & accomplissement de leursdites armes. Et ce qui m’a plus contraint de publier & mettre leursdits faits par escrit, si a esté pour la grande ardeur de prouesse dequoy i’ay veû leurs nobles cœurs si tres pleins, que d’entreprendre & faire ce-dit combat & toutes choses chevalereuses audit Chasteau de Sandricourt, pour tousiours donner courage à tous nos nobles hommes de vouloir s’exercer & faire faits d’armes, pour fouir & eschever le nom d’estre appellé oysif, & me semble que le plus grand mal-heur qui puisse venir en un Royaume tres-Chrestien, là ou tant & si grande abondance de toute Chevalerie, & fleur de Noblesse y a […]42.

Il est visible ici que le manuscrit du Pas de Sandricourt a été réalisé, textes et enluminures, par le héraut de Louis II duc d’Orléans et futur Louis XII, dans le but de mettre en avant la grandeur du royaume de France, de son roi et de sa noblesse à laquelle Louis appartient. Dans son cas, l’image joue le rôle de témoignage de cette magnificence. Cependant, d’autres récits non enluminés jouent le même rôle :

  • 43 Traicté de la forme et devis comme on faict lez tournois, éd. Bernard Prost, Paris, A. Barraud, 187 (...)

Hault, puissant et vertueux prince, monseigneur le conte de Bresse et de Baugy, à vous se recommande en toute humilité celui qui est tout vostre, la Marche. Et pour ce que je sçay que vous avés le cœur eslevé à oyr et sçavoir toutes choses honnourables et dignes de loenges, et principalement par inclination de amour et d’affection, vostre désir est de sçavoir du bon estat et de la disposition de ceste noble maison de Bourgongne, dont vous estes parent, et que je scay bien que c’est la maison du monde dont vous désires avoir meilleurs nouvelles, et meismement du tamps passé, et des œuvres que font messigneurs vos cousins, vos sochons et vos serviteurs estans en ceste noble maison, dont il y a tel nombre et sy grant quantité que vous sçavés, et lesquelz, à toute bonne chière et à toutes honnourables exercices, vous désirent, demandent et regrètent sur tous les signeurs de ce monde43.

25De nos jours, aucune image du Pas de la Dame Sauvage (Gand, 1470) n’existe, ou du moins, n’est connue. Il n’est cependant pas certain que le manuscrit ait originellement comporté d’illustrations. En revanche, ce qui est certain à la lecture de l’introduction au récit du Pas, c’est que ce récit introductif remplit la même fonction que le texte précédent, à savoir la mise en lumière de la gloire d’une maison. Ici La Marche adresse son texte à Philippe, comte de Bresse et de Baugy, cousin du duc Charles le Téméraire par sa grand-mère Marie de Bourgogne. La date de rédaction de ce document n’est pas connue. Cependant, à partir des années 1480, La Marche met en place une entreprise de glorification de la Maison de Bourgogne dans le but d’éduquer le jeune Philippe le Beau. Il pourrait s’agir ici d’un travail parallèle dont le but serait de rendre compte des prouesses réalisées par l’un des chevaliers bourguignons, ici le chambellan Claude de Vaudray, comme symbole d’une cour plus éclatante encore.

26À la lecture du récit du Pas, le nom de Philippe de Bresse n’apparaît pas parmi les participants ni parmi les spectateurs. En partant du postulat que le manuscrit n’était pas enluminé, comment donner la mesure au lecteur des glorieuses armes ayant eu cours durant l’année 1470 ?

27Pour répondre à cette question, il faut revenir sur la composition des documents existants, manuscrits ou non. De manière globale, les récits « post-Pas » sont strictement agencés en fonction de ce que les auteurs tentent de conserver d’un récit à l’autre : présentation de l’organisateur, mention du lieu et de la date, « Aventure », règles, description des combattants et des faits d’armes réalisés, description des festivités et cérémonie de clôture. Bien évidemment, quelques variantes existent, mais cela reste tout à fait minime et n’a pas de conséquences sur le caractère formel du récit :

  • 44 Ibid., p. 56-58.

Et pour parfaire la cause pour quoy je vous escrips présentement, c’est en effect pour vous advertir et faire sçavoir d’un pas, par manière de gracieuses armes, fait et acomply à bastons rabattus par messire Glaude de Vaudray, seigneur de l’Aigle, conseillier et chambellam de monseigneur le duc de Bourgongne ; lequel, messire Glaude, meu de bon voloir et gentil couraige, fist cryer et publier, dès le mois de décembre, en la ville de Bruxelles. Et a esté fait et exécuté cestui pas en ceste bonne ville de Gand, en la présence de mondit seigneur et de madame la duchesse, de grand signourie, et de beaucops de peuples, comme vous povez assés sçavoir. Et pour ce que je seay que désires d’estre adverti bien au long de ceste matière, je commenceray à escripre comme le pas fut cryé par le roy d’armes de Brabant et lut par Charolois, le hérault, au lieu et ou temps dessusdit. Et dont, cy-après, s’ensièvent les chappitres de cestui noble pas44.

  • 45 Cf. infra n. 38.

28À regarder le texte de La Marche, les premières étapes du récit sont bel et bien là : présentation de l’organisateur, mention du lieu et de la date, annonce des chapitres45. Dans le cas d’un récit non illustré, les chapitres, composés des règles et de l’« Aventure » ont un rôle majeur, et plus particulièrement la deuxième partie puisque c’est elle qui contient l’ensemble des références littéraires utilisées pour la préparation du Pas, de même qu’elle vient placer acteurs et spectateurs dans un univers spécifique. Cette deuxième partie se présente le plus souvent sous la forme d’un texte dont le narrateur prétend être une noble dame mystérieuse pour l’honneur de laquelle l’entrepreneur décide ou est obligé de tenir le Pas en question. Le nom de cette dame, facilement assimilable à une fée, change selon les situations : Belle Pèlerine, Pastourelle, Dame Inconnue, Dame du Perron Fée, Dame de l’Île Scellée, Dame Sauvage… C’est une dame de haute lignée, en général fort belle, mystérieuse, qui a su convaincre le chevalier entrepreneur de tenir un Pas en son nom, soit par sa beauté, par un subterfuge ou par sa magie. C’est le cas du Pas de la Dame Sauvage.

  • 46 Philippe de Lalaing est l’organisateur du Pas du Perron Fée, qui a eu lieu à Bruges au mois de févr (...)
  • 47 Le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, français 5739, f° 136v.
  • 48 Ibid., f. 137v.

29La rencontre avec la dame doit toujours se présenter comme fortuite : Philippe de Lalaing46, en 1463, au gré de ses pérégrinations dans un royaume merveilleux (qui n’est autre que le pays de Bourgogne) approche d’un perron solitaire placé au bout d’un étroit chemin bordé de deux plans d’eau47, uniquement guidé par sa foi et son courage. Il décide de s’arrêter dans la grotte à proximité du perron, où il rencontre un nain lui proposant soit de faire demi-tour dans la nuit noire et dangereuse en abandonnant armes et cheval, soit de se porter prisonnier d’une dame inconnue de lui qui ne le libérera que s’il tient un Pas en son nom48. N’écoutant que son courage et ne pouvant se résoudre à abandonner les symboles de sa fonction de chevalier, à redevenir un homme quelconque en somme, Lalaing décide de se constituer prisonnier et de relever le défi qu’elle lui propose.

  • 49 Le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, français 5739 et manuscrit Lille, Bibliothèqu (...)
  • 50 Le Pas du perron fée…, op. cit., p. 17-18.
  • 51 « Monseigneur Phelippe de Lalaing […] après qu’il eut lut en plusieurs notables livres, ou tres vol (...)

30L’exemple du Pas du Perron Fée est caractéristique de notre sujet. Il existe deux versions manuscrites principales49 et six copies plus ou moins partielles50, mais aucune n’est enluminée. Cependant, cette absence d’image est compensée par un foisonnement de détails, aussi bien concernant l’aventure que les chevaliers eux-mêmes. Philippe de Lalaing, outre la Bible, a lu les aventures d’Alexandre le Grand, des chevaliers de la Table Ronde et en particulier celles de Lancelot et de Perceval51. Ces ouvrages quasiment éducatifs, ou en tout cas faisant partie intégrante de la littérature que chaque chevalier doit avoir lue pour se forger un modèle de vie, jouent un rôle particulièrement décisif dans l’organisation du Pas. Les influences se retrouvent en particulier dans l’Aventure puis au cours des combats qui ont lieu au cours même du Pas. Spectateurs et participants assistent donc au passage de la fiction présente dans les chapitres à la réalité du divertissement chevaleresque. De manière globale, le texte relatant le déroulement du Pas parvient, si ce n’est à nous plonger entièrement dans la fiction, au moins à donner nombre d’éléments permettant de s’imaginer ce passage d’une réalité à l’autre.

  • 52 Traicté de la forme et devis …, op. cit., p. 58.
  • 53 Ibid, p. 59.
  • 54 Ibid, p. 60.

31Le cas du Pas de la Dame Sauvage est sans doute l’un des plus immersifs. Dans les premières pages, l’auteur met en avant le caractère honorable et courageux de Claude de Vaudray se faisant appeler le « Compaignon de la Joyeuse Queste », qui décide de quitter le « riche royaume d’Enfance » (en réalité la Bourgogne) afin de prouver son courage dans un royaume « gasté, maigre et stérile qu’on appelle Jonesse »52. Dans ce royaume où il erre plusieurs jours durant, il se voit défait et mis à bas de son cheval par le chevalier Regard, gardien de la plaine de Plaisance dans laquelle Vaudray vient de pénétrer. Gravement blessé, il est transporté dans un ermitage nommé Bel Accueil, au sommet de la montagne Grâce53. Là, il est soigné par la Dame Sauvage qui, usant de sa magie, lui permet une guérison rapide et lui ordonne de rentrer chez lui et de tenir un Pas en son honneur, en guise de remerciement54.

32Le jour du Pas, la place du marché de Gand fut préparée pour accueillir les armes ; des lices, des hourds et deux portes furent installés afin que le champ soit clos et que tous les nobles gens puissent assister aux combats. Afin de favoriser la mise en place de l’univers fictionnel, nombre d’éléments rappelant la nature furent intégrés au décor :

  • 55 Ibid, p. 68.

Item : et à l’opposite des dames, estoit une haulte porte ordonnée pour l’entrée du chevalier entrepreneur. Et surcelle haulte porte, avoit ung hourc, ordonné et pare moult honnestement, lequel fut préparé pour servir, comme cy-après vous sera devisé. Et fut ledit hourc, la porte et la tente, dont cy-après sera escript, parés d’arbres et de verdure, comme s’il partist de ung boys55.

33Le point d’orgue du spectacle, comme semble le montrer le texte, est l’arrivée dans les lices de Claude de Vaudray, accompagné d’une suite de parade peu ordinaire :

  • 56 Ibid., p. 71-72

Tantost après, fut la porte de l’entrepreneur ouverte, lequel fist son entrée par la manière qui s’ensieult. Premièrement, marchoient devant luy deux hommes sauvages qui estoient trompettes, et avoient grandes bannières d’azur à deux VV, en lettre de cyfre, l’un d’or et l’autre d’argent. Et après, venoient deux autres hommes sauvages, chascun menant devant, en une main, une haghenée blanche, en selle de drap d’or très-richement ; et sur chascune haguenée avoit une femme sauvaige, dont ceste qui estoit au costé dextre avoit à son col pendu le targon d’azur, painct à la Dame Sauvaige, qui estoit ordonné pour le pris de celui qui fierroit le plus beau cop de lance à cestui pas. Et l’homme sauvaige qui la menoist par la bride, en sa dexce main, tenoit une grant bannière plantée en une lance, paincte des VV, et de cyfres, à la manière des trompettes de hommes sauvaiges. Item et l’autre femme sauvaige avoit à son colle riche manicle qui estoit ordonné pour le pris de cellui qui fierroit mieulx d’espée, comme il est ès chappitres ci-dessus escrips. Et l’omme sauvaige qui menoit ladite femme par la bride, tenoit en sa main senestre ung penon d’azur aux lettres et cyfres dessusdites. Et n’est pas à oublier que les hommes et les femmes sauvaiges estoient tous de poil d’or moult bien fait ; et estoit moult estrange chose à les veoir. Et n’y avoit différence en l’abillement des femmes sauvaiges et des hommes, sinon que les deux femmes estoient habilliées chescune d’une mantelinne d’estrange fourme. Et après iceulx, comme entre les deux, venoit le chevalier entrepreneur, lequel estoit armé de toutes armes. Son cheval estoit couvert d’ung veloux vert tout décoppé à fœulles de chesne, que l’on pooit veoir la dobleure qui fut d’un vollet blanc tout parmy. Et samblablement estoient couvertes les deux haguenées des deux damoiselles sauvaiges acompaignans ledit entrepreneur56.

34Au-delà des peintures, des tentures et du décor urbain mettant en avant le « riche royaume d’Enfance », la fiction entre dans la réalité par le biais des personnages, à l’instar des acteurs d’une pièce de théâtre, ou des personnages éminemment charismatiques des romans, médiévaux ou contemporains. L’imagination se déclenche bien souvent à la lecture d’un roman ou d’un récit qui fait écho pour le lecteur, si bien que ce dernier se retrouve inexorablement dans une sorte de lieu transitoire, à la frontière du réel et de l’imagination. Il a la sensation, sans pourtant disposer d’images, de vivre l’aventure du héros, sans pour autant en oublier la réalité physique et le fait empirique qui se déroule autour de lui et auquel il assiste. L’expérience liminaire de la lecture est clairement présente pour le lecteur contemporain comme elle devait l’être pour celui du Moyen Âge. À lire le récit de l’entrée en lice de l’entrepreneur, ce qui interpelle, parce que cela fait écho à la fiction vécue par Vaudray, c’est la présence des hommes et femmes sauvages qui, avec la parure du chevalier et les décorations tout autour, rappelle l’enjeu du Pas pour Vaudray : défendre l’honneur de celle qui lui a, semble-t-il, sauvé la vie.

35En définitive, la lecture de ce type de récit est aisée pour le commanditaire qui, habitué aux codes de son temps, peut se faire rapidement une image de ce à quoi il n’a pas assisté par l’intervention d’un texte très descriptif et rédigé dans un style qui invite tout à fait au voyage mental. Il en va de même pour le lecteur contemporain et plus encore pour l’historien, bien souvent habitué aux documents littéraires, qu’ils soient laïques ou religieux. En effet, étudier les récits des Pas tels que celui du Perron Fée ou de la Dame Sauvage dont il a été question précédemment, ne pose pas de difficultés majeures tant les descriptions sont précises, tant les détails sont nombreux. Ainsi, il semble que ce soit l’organisation même du récit qui favorise cette compréhension, par ses références constantes aux romans chevaleresques, dont la lecture, au moins partielle, est nécessaire pour appréhender des divertissements tels que les Pas. Une fois le cadre littéraire posé, la description des parures, des décors et des combats est facilitée par les différentes mentions, comme celles des hommes et femmes sauvages, faisant directement écho à la sphère fictionnelle précédemment mise en place. De fait, l’absence d’image n’est pas tant préjudiciable que cela tant l’imaginaire entre ici en jeu. Séparables l’un de l’autre, texte et image se suffisent à eux seuls, le premier palliant l’absence de la seconde par un environnement propice à la construction d’une iconographie littéraire ; en somme par l’établissement d’un « texte-image ».

2.2. Les apports d’une iconographie extérieure

36Nonobstant que le texte-image qui constitue le récit du Pas semble se suffire à lui-même en l’absence d’iconographie, le recours aux images extérieures à ce genre de divertissement peut soit contribuer à la compréhension du récit quand celui-ci est complexe, soit éclairer l’historien quant à la présence de certains éléments pouvant révéler l’évolution de la culture nobiliaire en cette fin du Moyen Âge.

  • 57 Voir en particulier la traduction réalisée par James O’Keefe, Buile Shuibhne (The Frenzy of Shuibhn (...)
  • 58 Gaëlle Zussa, « Merlin. Rémanences contemporaines d’un personnage littéraire médiéval dans la produ (...)
  • 59 Cf. infra, n. 51.
  • 60 Albrecht Dürer, Portrait d’Oswald Krell, Munich, Alte Pinakothek, 1499.

37Concernant ce deuxième point, le Pas de la Dame Sauvage constitue, à nouveau, un bon exemple. Le thème de l’homme sauvage, au cœur de ce Pas, est récurrent dans la littérature médiévale. Le Buile Shuibhne, récit irlandais du ixe siècle57, présente l’homme sauvage comme un personnage étrange aux pouvoirs prophétiques et poétiques. Bien souvent, l’homme sauvage, par sa nature éminemment sylvestre, par son lien avec la nature est assimilable à Merlin58. La présence de ce personnage hautement symbolique traduit l’influence des romans chevaleresques dans l’éducation nobiliaire59. Mi-homme mi-démon, Merlin représente l’étranger, l’autre étrange, cristallisant peur et fascination. La femme sauvage qui sauve Vaudray d’une mort certaine par sa magie est assimilée à une enchanteresse, à un druide puisant ses pouvoirs dans la nature pour accomplir des actes merveilleux. Toutefois, l’iconographie médiévale semble se focaliser uniquement sur le caractère étrange de l’homme sauvage, recouvert d’une fourrure animale, souvent de grande taille et brandissant une arme contondante. Deux des exemples les plus caractéristiques sont les volets extérieurs du triptyque contenant le portrait d’Oswald Krell60. Ici, les deux hommes sauvages sont représentés debout, sur un sol recouvert d’herbes en tous genres, recouverts d’une fourrure verte, pour le premier, dorée pour le second. Chacun est placé sous des croisillons végétaux, brandissant, d’une main, un bâton noueux.

  • 61 Hans Burgkmair, The Fight in the Forest, Washington, National Gallery of Art, 1500-1503.

38Symbole d’étrangeté, l’homme sauvage devient, à la fin du Moyen Âge, une épreuve qualifiante mettant en lumière le courage chevaleresque. Le combat dans la forêt d’un chevalier esseulé face à un très grand homme sauvage est un motif symboliquement fort. La représentation qu’en fait Hans Burgkmair au début du xvi e siècle montre, au premier plan, un chevalier esseulé faisant montre d’un courage exceptionnel face au monstre armé un tronc d’arbre. Cette représentation sert au renforcement du motif du chevalier courageux, intrépide, puisqu’au second plan, un chevalier et deux personnages difficilement identifiables, gisent au sol, apparemment sans vie61.

  • 62 Florent Pouvreau, Du Poil et de la Bête. Iconographie du corps sauvage à la fin du Moyen Âge (xiiie (...)
  • 63 Voir notamment la tapisserie Couples d’hommes et de femmes sauvages dans un jardin, Réunion des mus (...)

39Si l’homme sauvage, dans l’iconographie médiévale, est symbole d’étrangeté et de courage, à l’instar des géants (Goliath en tête), la femme sauvage est de son côté l’incarnation du désir et de la fertilité62. Qu’elles soient décrites couvertes d’une fourrure comme dans les chapitres du Pas de 1470, ou qu’elles soient représentées vêtues d’une robe végétale comme dans certaines tapisseries63, les femmes sauvages sont apparentées à la nature foisonnante, régénératrice, nourricière et créatrice de vie et d’amour. Sorte de personnages féériques bénéfiques, elles substituent les vertus féminines qui fascinaient les hommes de la fin du Moyen Âge à leur apparence/leur nature bestiale. L’apparition du sauvage dans la culture nobiliaire est concomitante de l’apparition de la figure de la pastourelle dans la première moitié du Moyen Âge.

  • 64 Joël Blanchard, « La pastorale et le ressourcement des valeurs courtoises au xve siècle », Cahier d (...)

Deux questions se posent. 1°) En quoi la pastorale ressource-t-elle la représentation de l’amour ? En ceci que les amours dans ces derniers avatars ne sont pas soutenus par une loi morale et que n’importe quoi peut advenir. Il y a place pour tout et l’amour a tous les emplois, accepte tous les habillements. 2°) Pourquoi à la fois le choix et la fragilité de la pastorale ? Avec la représentation hors espace et hors temps du bonheur, il s’agit de se perdre dans un rêve que menace cependant un péril extérieur, la brièveté du temps, les contraintes du monde social ou la puissance même des représentations de l’amour64.

  • 65 Le vray Théâtre…, op. cit., p. 83.
  • 66 Le Pas d’armes de Saumur, dit de la Joyeuse Garde, op. cit., f°4.

40Dans le cas de la Dame Sauvage de Claude de Vaudray, celle-ci cristallise les vertus curatives et nourricières de la nature dont elle est issue, tout en incarnant cet amour passionnel et désintéressé ressenti par un chevalier envers sa dame. L’amour inconditionnel, courtois, envers une dame, dont l’identité est gardée secrète dans de nombreux cas, est l’un des traits caractéristiques de la noblesse médiévale. L’un des cas les plus marquants est celui de Lancelot envers Guenièvre qui, s’il finit par être découvert, est vécu pendant longtemps dans le secret. Un parallèle peut ici être fait avec ce qui se passe en 1446, en Anjou. Le duc René organise le Pas de la Joyeuse Garde, dont la richesse du manuscrit reflète le faste et la richesse. L’auteur précise que le roi de Sicile tint son Pas en présence de « la belle et jeune Jeanne de Laval, pour laquelle secrètement il fit et dressa cette emprise »65. De vingt-quatre ans sa cadette (il avait trente-sept au moment de la tenue du Pas), elle est sa dame et l’accompagne jusque dans les lices, comme le montre le folio 4 du manuscrit66. À l’image de Tristan, René finit par vivre son amour, après plusieurs années d’idylle secrète, avec celle pour qui il a engagé l’honneur de sa famille et de sa cour, pour qui il a fait montre d’une magnificence presque sans pareille.

Conclusion

41Réaliser une recherche sur les pas d’armes amène inexorablement l’historien à devoir « jongler » entre des sources partielles, partiales et une iconographie en demi-teinte qui, lorsqu’elle est présente, n’est que le reflet du niveau de détail donné par le récit qui substitue une beauté de l’image à une relative absence d’informations visuelles. Le Pas de Sandricourt en est l’exemple parfait. Cependant, le faible nombre d’images ne permet pas de pouvoir mettre en lumière l’ensemble des récits de Pas. Heureusement le texte, dans la plupart des cas, se suffit à lui-même tant sa construction, imprégnée de littérature chevaleresque et de détails, permet au lecteur de se représenter aisément les scènes qui lui sont présentées.

  • 67 Alice Planche, « Du tournoi au théâtre bourguignon, le pas de la Fontaine aux Pleurs à Chalon sur S (...)
  • 68 Olivier de la Marche, Mémoires, op. cit., t. II, p. 5.
  • 69 Ibid., p. 6.
  • 70 Tenture de la Dame à la Licorne, Paris, Musée de Cluny, fin du xve siècle. Voir en particulier la t (...)

42Toutefois, le recours à une iconographie extérieure au thème du Pas peut apporter un éclairage sur l’évolution de la culture nobiliaire et faciliter la compréhension de certains thèmes. Le Pas de la Fontaine des Pleurs, organisé par Jacques de Lalaing au moment du Jubilée de 1450, est considéré par certains chercheurs en littérature comme l’un des plus complexes symboliquement67. Dans ce dispositif dédié à la Vierge Marie, l’élément le plus chargé symboliquement est la représentation de la Dame des Pleurs, allégorie de la Mère du Christ. Placée dans un pavillon, elle est représentée, peinte, tenant son enfant dans les bras. À droite de l’image, une belle dame richement vêtue est représentée, en pleurs. Les larmes de la femme semblent ruisseler jusqu’au côté gauche afin de se déverser dans une fontaine surplombée d’une licorne68. Les targes représentant chaque arme proposée aux chevaliers souhaitant relever le défi étaient « semees de larmes bleues : et pour ces causes fut la dame nomee la Dame des Plours »69. La description rappelle la célèbre tenture de la Dame à la Licorne, et en particulier la sixième partie nommée « Mon seul désir »70. On y retrouve la licorne, la dame, les larmes et le pavillon. Symbole de générosité, elle fait écho au sacrifice de la Vierge qui a donné son fils pour sauver les âmes des mortels. Les larmes sont également là pour symboliser sa peine. Cependant, le recours seul aux images de la tenture et à celles de la Vierge ne sauraient uniquement expliquer les thèmes développés par Jacques de Lalaing, thèmes que les spécialistes de la littérature médiévale ne peuvent expliquer complètement. C’est là une des limites du recours aux images extérieures en l’absence d’une iconographie spécifique. Cependant, dans la majorité des cas, leur apport est non négligeable, en complément du « texte-image ». Celui-ci semble bien être l’élément qui définit la spécificité et la singularité du Pas par rapport aux autres divertissements chevaleresques, rendant le recours aux images si ce n’est inutile, au moins dispensable.

Haut de page

Bibliographie

Laurence Bardin, « Le texte et l’image », Communication et langages 26, 1975, p. 98-112.

Odile Blanc, « Les stratégies de la parure dans le divertissement chevaleresque », Communications 46, 1987, p. 49-65.

Joël Blanchard, « La pastorale et le ressourcement des valeurs courtoises au xve siècle », Cahier de l’Association Internationale des Études Françaises 39-1, 1987, p. 7-20.

Edina Bozoky, « La “Bête Glatissant” et le Graal. Les transformations d’un thème allégorique dans quelques romans arthuriens », Revue de l’histoire des religions 186-2, 1974, p. 127-148.

Roger Caillois, L’Homme et le sacré, 2e édition augmentée de trois appendices sur le sexe, le jeu, la guerre dans leurs rapports avec le sacré, Paris, Gallimard, 1950, rééd. 1963, 252 p.

Henri Courteault, « Le manuscrit original de l’Histoire de Gaston IV : comte de Foix par Guillaume Leseur : additions et corrections à l’édition de cette chronique », Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, Paris, Broccard, 1906, p. 197-201.

Christine Ferlampin-Acher, « L’épée du perron et la croix dans la Queste del Saint Graal », Méthode ! 7, 2004, p. 17-32.

Rose-Marie Ferré, René d’Anjou et les Arts. Le Jeu des mots et des images, Turnhout, Brepols, 2012, 548 p.

Erika Fischer-Lichte, Performativität. Eine Einfürung, Bielefeld, Éditions Kulturwissenschaft, 2012, 240 p.

Gaston du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, t. IV, Paris, Librairie de la Société bibliographique, 1888, 464 p.

Arnold Van Gennep, Manuel de Folklore français contemporain, t. I, Les Cérémonies périodiques, cycliques et saisonnières, 1, Carnaval-Carême, Pâques, Paris, Picard, 1947, 1416 p.

Georges Chastelain, Chroniques, t. III, éd. Joseph Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, F. Heussner, 1864, 500 p.

Guillaume Leseur, Histoire de Gaston IV, comte de Foix, éd. Henri Courteault, Paris, Renouard, 1893-1896, 440 p.

Roberte Hamayon, Jouer, une étude anthropologique à partir d’exemples sibériens, Paris, La Découverte, « Bibliothèque du Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales [MAUSS] », 2012, 370 p.

Philippe Hamon, Les Renaissances 1453-1559, Paris, Belin, « Histoire de France », 2009, 620 p.

Johan Huizinga, Homo Ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu, Paris, Gallimard, 1951, 344 p.

Alexandra Ilina, « Remarques sur l’iconographie du chevalier sarrasin dans les manuscrits du Tristan en prose », La Chevalerie en représentation, Journée d’étude organisée par Guillaume Bureaux à l’Institut Historique Allemand de Paris, le 19 avril 2016, à paraître dans Francia, 2018.

Jean de Haynin, Mémoires de messire Jean, seigneur de Haynin et de Louvegnies, éd. Renier Chalon, Mons, Librairie E. Hóyois, « Société des Bibliophiles belges », 1842, 350 p.

Jean-Pierre Jourdan, « Le sixième sens et la théologie de l’amour. Essai sur l’iconographie des tapisseries à sujets amoureux à la fin du Moyen Âge », Journal des savants 1, 1996, p. 137-159.

Louis de Beauvau, Le Pas d’armes de la Bergère maintenu au tournoi de Tarascon, éd. Georges-Adrien Crapelet, Paris, Crapelet, 1828, 150 p.

Christian de Mérindol, Les Fêtes de chevalerie à la cour du roi René, Paris, Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1993, 194 p.

Evelyne Van Den Neste, Tournois, joutes et pas d’armes dans les villes de Flandre à la fin du Moyen Âge 1300-1486, Paris, École des Chartes/Champion, « Mémoires et documents de l’École des Chartes » n° 47, 1996, 412 p.

Olivier de la Marche, Les Mémoires de messire Olivier de la Marche, éd. Claude-Bernard Petitot, Paris, Librairie Foucault, 1820, t. I, 478 p., t. II, 560 p.

Olivier de la Marche, Hardouin de la Jaille, Antoine de La Sale, Traicté de la forme et devis comme on faict lez tournois, éd. Bernard Prost, Paris, A. Barraud, 1878, 260 p.

Le Pas du perron fée (édition des manuscrits Paris, BnF fr. 5739 et Lille BU 104), éd. Chloé Horn, Anne Rochebouet et Michelle Szkilnik, Paris, Champion, « Classiques Français du Moyen Âge » n° 169, 2013, 316 p.

Alice Planche, « Du tournoi au théâtre bourguignon, le pas de la Fontaine aux Pleurs à Chalon sur Saône, 1449-1450 », Le Moyen Âge 81, 1975, p. 97-128.

Barthélemy-Amédée Pocquet du Haut-Jussé, « Les débuts du gouvernement de Charles VIII en Bretagne », Bibliothèque de l’École des Chartes 115, 1957, p. 138-155.

Florent Pouvreau, Du Poil et de la Bête. Iconographie du corps sauvage à la fin du Moyen Âge (xiiie-xve siècle), Paris, Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 2015, 328 p.

Pedro Rodriguez de Lena, Libro del passo honroso, defendido por el excelente caballero Suero de Quiñones, Madrid, 1783, 68 p.

Armand Strubel, « Le pas d’armes : le tournoi entre le romanesque et le théâtral », Théâtre et spectacles, hier et aujourd’hui, Moyen Âge et Renaissance (115e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Avignon, 1990), Paris, Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1991, p. 273-284.

Michelle Szkilnik, « Mise en mots, mise en images : Le Livre des Faits du bon chevalier Jacques de Lalain », Ateliers de Lille 3 30, 2003, p. 75-87.

Marc de Vulson de la Colombière, Le vray Théâtre d’honneur et de chevalerie, ou le miroir héroïque de la noblesse, Paris, Augustin Courbe, 1648, 640 p.

Gaëlle Zussa, Merlin. Rémanences contemporaines d’un personnage littéraire médiéval dans la production culturelle francophone (fin xxe siècle et début xxie siècle) : origines et pouvoirs [position de thèse], Perspectives médiévales [En ligne], 33, 2009, mis en ligne le 24 septembre 2012, consulté le 16 juin 2016 : http://peme.revues.org/2803.

Haut de page

Notes

1 Pour une tentative de définition du jeu, voir Roger Caillois, L’Homme et le sacré, 2e édition augmentée de trois appendices sur le sexe, le jeu, la guerre dans leurs rapports avec le sacré, Paris, Gallimard, 1950, rééd. 1963 ; Johan Huizinga, Homo Ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu, Paris, Gallimard, 1951. En complément de ces théoriciens du jeu qualifiables de classiques, il est à noter les études suivantes : Erika Fischer-Lichte, Performativität. Eine Einführung, Bielefeld, Éditions Kulturwissenschaft, 2012 ; Roberte Hamayon, Jouer. Une étude anthropologique à partir d’exemples sibériens, Paris, La Découverte, « Bibliothèque du Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales [MAUSS] », 2012.

2 Armand Strubel, « Le pas d’armes : le tournoi entre le romanesque et le théâtral », Théâtre et spectacles, hier et aujourd’hui, Moyen Âge et Renaissance (115e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Avignon, 1990), Paris, Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1991, p. 273-284.

3 « …il entreprist, par liscence et congiet de tres hault et très puissant prince son souverain seigneur et parein, Phelippe duc de Bourgongne et de Brebant, faire un pas sur une fiction de faerie », Le Pas du Perron Fae, le manuscrit Lille, Bibliothèque universitaire, 104, f°22r.

4 « Le jeu se sépare de la vie courante par la place et la durée qu’il y occupe. Il offre une troisième caractéristique par son isolement, sa limitation. Il se déroule littéralement. Il “se joue jusqu’au bout” à l’intérieur de certaines frontières de temps et d’espace », Johan Huizinga, Homo Ludens…, op. cit., p. 26.

5 Cet exemple est sans doute le plus significatif dans la mesure où les reconstitutions, si elles sont critiquables sur certains points et améliorables sur d’autres, ont le mérite d’offrir un spectacle vivant et enivrant, ce qui peut nous donner une vague idée de ce que vivaient les « médiévaux » lorsqu’ils assistaient aux divertissements nobiliaires. Voir http://www.puydufou.com/download.php?document=fr/brochure [consulté le 25 avril 2016]

6 Voir en particulier la représentation de Palamède dans le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, français 99, f°143.

7 Alexandra Ilina, « Remarques sur l’iconographie du chevalier sarrasin dans les manuscrits du Tristan en prose », La Chevalerie en représentation, Journée d’étude organisée par Guillaume Bureaux à l’Institut Historique Allemand de Paris, le 19 avril 2016, à paraître dans Francia, 2018.

8 Cette caractéristique est particulièrement importante quand on sait que la mise en prose du Tristan et sa décoration est concomitante du goût des princes français pour les objets et les parures orientales. Voir à ce propos le Roman de Tristan, Paris, Bibliothèque nationale de France, français 99, f° 143. En 1454, au fameux Banquet du Faisan, le duc de Bourgogne vit arriver « un geant plus grand, sans nul artifice, que je visse onques, d’un grand pié, vestu d’une robe longue de soye verde, rayee en plusieurs lieux : et sur sa teste avoit une tresque, à la guise des Sarrasins de Grenade : et en sa main senestre tenoit une grosse et puissante guisarme, à la vieille façon : et à la dextre menoit un elephant couvert de soye, sur lequel avoit un château […] », Olivier de la Marche, Les Mémoires de messire Olivier de la Marche, t. II, éd. Claude-Bernard. Petitot, Paris, Librairie Foucault, 1820, p. 177. En 1446, en Anjou, le Roi René fit construire, à l’occasion du Pas de la Joyeuse Garde, un magnifique château de bois, décoré de peintures et de tapisseries. De ce château sortirent environ quatre-vingts hommes et animaux dont « premierement deux estafiers (laquais) Turcs, habillez à leur mode avec des longues vestes, & des turbans de damas incarnat & blanc menoient chacun un veritable Lyon, attaché avec une grosse chaine d’argent […] En suitte venoit un Nain vestu à la Turque, sur un beau cheval richement caparassonné […] », Marc de Vulson de la Colombière, Le vray Théâtre d’honneur et de chevalerie, ou le miroir héroïque de la noblesse, Paris, Augustin Courbe, 1648, p. 83.

9 Voir en particulier Edina Bozoky, « La “Bête Glatissant” et le Graal. Les transformations d’un thème allégorique dans quelques romans arthuriens », Revue de l’histoire des religions 186-2, 1974, p. 127-148. Voir également Christine Ferlampin-Acher, « L’épée du perron et la croix dans la Queste del Saint Graal », Méthode ! 7, 2004, p. 17-32. Voir également Claude Roussel, « Le jeu des formes et des couleurs : observations sur « la beste glatissant » », Romania 104, 1983, p. 49-82.

10 Voir la mort de Palamède dans le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, français 112, f°149.

11 Note de l’éditeur, Guillaume Leseur, Histoire de Gaston IV, comte de Foix, éd. Henri Courteault, Paris, Renouard, 1893-1896, p. 193.

12 C’est notamment le cas des nombreuses éditions et compilations des textes médiévaux réalisées au xixe siècle. Il en va de même pour les manuscrits concernant le Pas du Perron Fée, datant de 1463, qui nous est connu par deux manuscrits, chacun ayant donné lieu à des reproductions partielles ou croisées. Voir Le Pas du perron fée (édition des manuscrits Paris, BnF fr. 5739 et Lille BU 104), éd. Chloé Horn, Anne Rochebouet et Michelle Szkilnik, Paris, Champion, « Classiques Français du Moyen Âge » 169, 2013.

13 « Les récits d’Olivier de la Marche embrassent une période de cinquante-trois ans, depuis 1435 jusqu’à 1488, et forment pour l’histoire de Louis XI un complément nécessaire aux Mémoires de Philippe de Commynes, qui ne commencent qu’en 1464, et ne donnent aucun détail sur la jeunesse de ce prince », Olivier de la Marche, Les Mémoires…, op. cit., t. I, p. 3.

14 « Depuis cette époque [après 1483], Olivier de la Marche, devenu vieux, ne remplit plus aucune fonction publique. Attaché au jeune Philippe le Beau, fils de Maximilien et de Marie, il donna tous ses soins à l’éducation de ce prince, pour l’instruction duquel il composa l’introduction de ses Mémoires », Ibid., p. 19.

15 Une précision est à apporter cependant : pour son chapitre consacré au Pas de Sandricourt, Vulson de la Colombière a recopié fidèlement le texte original, présent dans le manuscrit Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, 3958. En effet, en comparant les deux textes, aucune différence n’est visible, si ce n’est une version en français du xviie siècle pour la copie.

16 Gaston du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, t. IV, Paris, Librairie de la Société bibliographique, 1888, p. 182-183.

17 « IV. El quarto es, que qualquiera Señora de honor, que por alli passáre ó á media legua dende, que si non llevare Caballero, que por ella faga las armas yá devisadas, pierda el guante de la mano derecha. V. El quinto es, que si dos Caballeros ó mas vinieren, por salvar el guante de alguna Señora, será rescebido el primero », Pedro Rodriguez de Lena, Libro del passo honroso, defendido por el excelente caballero Suero de Quiñones, Madrid, 1783, p. 4.

18 Histoire de Gaston IV…, op. cit., p. 194-195.

19 Ibid., p. 194-195.

20 La description de ce Pas est incomplète du fait d’une interruption au milieu du chapitre X. Cf. infra n. 11.

21 Le texte de Leseur ne reprend qu’à partir du chapitre XIV, ce qui induit une perte de témoignage pour le Pas du Rocher Périlleux. De plus, aucune autre description plus complète ne semble exister.

22 Les pas d’armes, dont une ou plusieurs représentations existent, sont inscrits en gras dans les tableaux, afin de les différencier des autres. Il est remarquable que nombre de Pas ne sont présents que dans un seul document.

23 Cf. infra n. 15.

24 Le vray Théâtre…, op. cit., p. 82-83.

25 La description des Titres de la Maison d’Anjou (séries P 1334-1 à 1354-2) nous donne plus de détails quant à la création de ce fonds : « Titres de la maison d’Anjou (1103-1534). Rép. num. ms., par A. Lecoy de La Marche, 1870, 9 p. Inv. anal. ms. sur fiches avec index des noms géographiques, de personnes et de matières, par A. Lecoy de La Marche, 1870 : env. 2 000 fiches. [a 289, b 287.] L’index renvoie aux numéros d’ordre des pièces (numéros inscrits en haut et à droite sur les fiches de l’inventaire analytique). Inventaires anciens : PP 33 [Mirot 107], P 1119 [Mirot 9] avec copie en P 1120 et P 1121 [Mirot 10]. Il convient toutefois de noter que ces inventaires anciens sont pratiquement inutilisables, la collection des titres de la maison d’Anjou étant une collection factice constituée au xixe siècle par prélèvement de documents classés initialement sous d’autres cotes, notamment extraits de P 3291 à 350 ». Voir http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/fonds/edi/sa/p/p3.htm [consulté le 22/05/2016]

26 « René par la grace de dieu roy de Jherusalem et de Cecile, duc d’Anjou, per de France, duc de Bar, conte de Provence, de Forcalquier et de Piemont, a touz ceulx que ces presentes lettres verront salut. Comme nostre amé et feal secretaire maistre Guillaume Tourneville […] ; mesmement luy donnasme la charge de faire despence extraordinaire du pas du Perron que huit ans ou environ nous feisme tenir a Saumur et pour ce faire receut tant de notre granetier audit lieu de Saumur que de plusieurs personnes jusques a la somme de 1200 livres tournois », Paris, Archives nationales, P 1334/6, f° 94r.

27 Le Pas d’armes de Saumur dit de la Joyeuse Garde, Saint-Pétersbourg, Bibliothèque nationale de Russie Saltykov-Chtchedrine, Ma. Fr. F., p XIV.

28 Trois images de ce manuscrit ont été utilisées par Rose-Marie Ferré dans sa thèse René d’Anjou et les Arts. Le Jeu des mots et des images, publiée chez Brepols en 2012. Il s’agit des folios 6r (représentant la sortie du fameux château de bois), 10v (représentant les juges dans leur loge admirant une joute) et 22r (représentant le bâtard de Charme touchant le perron gardé par deux lions).

29 Christian de Mérindol, Les Fêtes de chevalerie à la cour du roi René, Paris, Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1993.

30 Ibid., p 92 : Par exemple, la figure 11a représente la joute entre Louis de Beauvau et Robert d’Estouteville au Pas de Saumur. Si la tête de sanglier ornant le heaume de Beauvau est, si ce n’est clairement visible, au moins discernable, celui d’Estouteville est méconnaissable sans description précise du texte. Ce cimier était composé d’un bourrelet d’argent, de gueule et d’azur, au volet de même et d’une tête de Maure ceinte d’un diadème d’argent. Pour la description, voir Le vray Théâtre…, op. cit., p. 92.

31 « Ce manuscrit est tout en vers, enrichy de plusieurs figures enluminées, il fut dédié au Roy de France Charles VII par un Abbé qui le composa, qui pourtant n’a pas mis son nom […] », Ibid., p. 86.

32 Ibid., p. 87.

33 Barthélemy-Amédée Pocquet du Haut-Jussé, « Les débuts du gouvernement de Charles VIII en Bretagne », Bibliothèque de l’École des Chartes 115, 1957, p. 138.

34 Philippe Hamon, Les Renaissances 1453-1559, Paris, Belin, « Histoire de France », 2009, p. 320.

35 Le vray Théâtre…, op. cit., p. 147.

36 Odile Blanc, « Les stratégies de la parure dans le divertissement chevaleresque », Communications 46, 1987, p. 53.

37 Voir par exemple Le Pas de Sandricourt, le manuscrit Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, 3958, f° 9v, 11v et 14r. Il est à noter que j’ai commencé l’étude ce de manuscrit.

38 Généralement composés de deux parties, ces chapitres regroupent d’une part l’ensemble des règles relatives aux affrontements, à la manière des règles lors des joutes ; de l’autre, un long texte narratif relate l’aventure plus ou moins extraordinaire ayant amené l’entrepreneur à rencontrer une belle et mystérieuse Dame pour laquelle il décide, ou est obligé, de tenir un passage, contre tout venant afin soit de protéger l’honneur de cette Dame, soit de prouver sa valeur à celle-ci. Dans le cas du Pas de Sandricourt, les chapitres ne contiennent que la partie concernant les règles et la description des différentes épreuves. Voir Le Pas de Sandricourt, op. cit.

39 « Et Premièrement. Jaques de Coligny, seigneur de Chatillon, & d’Andeloe […] Germain de la Roque, dit le bœuf. Et iceux ont combatu les premiers à la barrière perilleuse contre ceux de dedans, tenans le Pas contre tous, lesquels seront nommez cy-apres. Ledit iour furent presentez les Escus de dix Gentils-hommes à Orleans le Herault, lesquels estoient souz la bande de Valois. Et premierement. Guy du Bus […] Sallenoue. Et iceux ont combatu les seconds à la Barriere perilleuse contre ceux de dedans tenans le Pas contre tous. Et le iour dessusdit arriva un heraut du Roy nostre sire, nommé Thouraine, lequel presenta dix Escus armoyez, de dix Gentils-hommes […] lesquels estoient souz la bande de Monseigneur de Beaumont. Et premierement. Antoine Martel, Seigneur de Beaumont […] Le Bastard de Giresme. Et iceux ont combatu le tiers iour à la Barriere perilleuse contre ceux de dedans, tenans le Pas. Ledit iour Charles de Campanes fit presenter son Escu à Orleans le Herault, & les autres qui s’ensuivent. François de Sassenage […] Guillaume de Mery, Marechal des logis de Monseigneur d’Orleans. Et iceux n’ont point combatu à la Barriere perilleuse, ny au Carrefour tenebreux mais ont combatu au champ de l’Espine, & en a Forest desvoyable, comme sy-apres sera desclaré », Le vray Théatre… op. cit., p. 153-155.

40 Ibid., f° 7r, 8r et 8v.

41 Laurence Bardin, « Le texte et l’image », Communication et langages 26, 1975, p. 98.

42 Le Pas de Sandricourt, op. cit., f° 1r.

43 Traicté de la forme et devis comme on faict lez tournois, éd. Bernard Prost, Paris, A. Barraud, 1878, p. 55-56.

44 Ibid., p. 56-58.

45 Cf. infra n. 38.

46 Philippe de Lalaing est l’organisateur du Pas du Perron Fée, qui a eu lieu à Bruges au mois de février 1463. Il est le frère de Jacques de Lalaing, organisateur du Pas de la Fontaine des Pleurs, à Chalon-sur-Saône sur un an entre 1449 et 1450.

47 Le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, français 5739, f° 136v.

48 Ibid., f. 137v.

49 Le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, français 5739 et manuscrit Lille, Bibliothèque universitaire, 104.

50 Le Pas du perron fée…, op. cit., p. 17-18.

51 « Monseigneur Phelippe de Lalaing […] après qu’il eut lut en plusieurs notables livres, ou tres volontiers se occupoit quant il avoit le loisir pour eviter wiseuse, et entre aultres en la Bible, les livres des Rois ou sont contenues les vaillances de David, Judas Machabeus et ses frères et plusieurs aultrez vaillans Juifz, aussy du grant et puissant roy Alixandre de Macedoine et de ses conquestes, du tresvaillant Hector de Troies, […] furent les nobles rois Perceforest, Verpandragon, Artus, le roy Ban de Benoït […] tous les chevaliers de la Table Reonde […] et par leurs grans vaillances, avec le tresbon Grilaad, filz de Lanceloit du Lac, prindrent la plupart fin, comme racontent les livres de Perceforest, de Lanceloit, de Brestan de Cornouailles, de Guiron le Courtois et d’aultres … », le manuscrit Lille, Bibliothèque universitaire, 104, f° 22r

52 Traicté de la forme et devis …, op. cit., p. 58.

53 Ibid, p. 59.

54 Ibid, p. 60.

55 Ibid, p. 68.

56 Ibid., p. 71-72

57 Voir en particulier la traduction réalisée par James O’Keefe, Buile Shuibhne (The Frenzy of Shuibhne) Being the Adventure of Shuibhne Geilt, A Middle-Irish Romance, edited with translations, Introduction, Notes and Glossary by J. G. O’Keefe, Londres, Pub. for the Irish Texts Society by David Nutt, 1913.

58 Gaëlle Zussa, « Merlin. Rémanences contemporaines d’un personnage littéraire médiéval dans la production culturelle francophone (fin xxe siècle et début xxie siècle) : origines et pouvoirs » [position de thèse], Perspectives médiévales [En ligne], 33, 2009, mis en ligne le 24 septembre 2012, consulté le 16 juin 2016 : http://peme.revues.org/2803. Voir également Robert de Boron, Merlin. Roman du xiiie siècle, Paris, Librairie Droz, 1979 ; Evelyne Van Den Neste, Tournois, joutes et pas d’armes dans les villes de Flandre à la fin du Moyen Âge 1300-1486, Paris, École des Chartes/Honoré Champion, « Mémoires et documents de l’École des Chartes » 47, 1996, p. 102. De même, Arnold Van Gennep, Manuel de Folklore français contemporain, t. I, Les Cérémonies périodiques, cycliques et saisonnières, 1, Carnaval-Carême, Pâques, Paris, Picard, 1947 ; Richard Traschler, Merlin l’enchanteur. Étude sur le Merlin de Robert de Boron, Paris, SEDES, 2000 ; Paul Zumthor, Merlin le Prophète. Un thème de la littérature polémique de l’historiographie et des romans, Genève, Slatkine, 2000.

59 Cf. infra, n. 51.

60 Albrecht Dürer, Portrait d’Oswald Krell, Munich, Alte Pinakothek, 1499.

61 Hans Burgkmair, The Fight in the Forest, Washington, National Gallery of Art, 1500-1503.

62 Florent Pouvreau, Du Poil et de la Bête. Iconographie du corps sauvage à la fin du Moyen Âge (xiiie - xve siècle), Paris, Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 2015.

63 Voir notamment la tapisserie Couples d’hommes et de femmes sauvages dans un jardin, Réunion des musées nationaux, 1440.

64 Joël Blanchard, « La pastorale et le ressourcement des valeurs courtoises au xve siècle », Cahier de l’Association Internationale des Études Françaises 39, 1987, p. 8.

65 Le vray Théâtre…, op. cit., p. 83.

66 Le Pas d’armes de Saumur, dit de la Joyeuse Garde, op. cit., f°4.

67 Alice Planche, « Du tournoi au théâtre bourguignon, le pas de la Fontaine aux Pleurs à Chalon sur Saône, 1449-1450 », Le Moyen Âge 81, 1975, p. 97-128. Voir également Michelle Szkilnik, « Mise en mots, mise en images : Le Livre des Faits du bon chevalier Jacques de Lalain », Ateliers, « Cahiers de la Maison de la Recherche, université Lille 3 » 30, 2003, p 75-87.

68 Olivier de la Marche, Mémoires, op. cit., t. II, p. 5.

69 Ibid., p. 6.

70 Tenture de la Dame à la Licorne, Paris, Musée de Cluny, fin du xve siècle. Voir en particulier la tenture nommée « A mon seul désir » dans laquelle on voit, sur le pavillon qui encadre la dame, des larmes-flammes, ou plus simplement un larmier. On se reportera à Jean-Patrice Boudet, « Jean Gerson et la Dame à la licorne », Religion et société urbaine au Moyen Age. Études offertes à Jean-Louis Biget par ses anciens élèves, Patrick Boucheron (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 2000, p. 559. Voir également Jean-Pierre Jourdan, « Le sixième sens et la théologie de l’amour. Essai sur l’iconographie des tapisseries à sujets amoureux à la fin du Moyen Âge », Journal des savants 1, 1996, p. 137-159.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Bureaux, « Pas d’armes et vide iconographique : quand le texte doit remplacer l’image (xve siècle) », Perspectives médiévales [En ligne], 38 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 28 avril 2017. URL : http://peme.revues.org/12792 ; DOI : 10.4000/peme.12792

Haut de page

Auteur

Guillaume Bureaux

Institut Historique Allemand de Paris / Université de Rouen

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page