Navigazione – Piano del sito
État de la recherche
Ouvrages collectifs

Orígenes y desarrollo de la guerra santa en la Península Ibérica. Palabras e imágenes para una legitimación (siglos X-XIV)

Madrid, Casa de Velázquez, 2016
Gérard Gros
Riferimento/i:

Orígenes y desarrollo de la guerra santa en la Península Ibérica. Palabras e imágenes para una legitimación (siglos X-XIV), editado por Carlos de Ayala Martinez, Patrick Henriet y J. Santiago Palacios Ontalva, Madrid, Casa de Velázquez, « Collection de la Casa de Velazquez » 154, Madrid 2016, 396 p.

Voci dell'indice

Mots clés :

croisade, guerre sainte

Keywords :

crusade, holy war

Parole chiave :

crocciata, guerra santa

Indice dei nomi medievali ed antichi :

Alphonse X, Beatus de Liébana, Don Juan Manuel, Pierre II le Catholique
Inizio pagina

Testo integrale

1 L’objet du livre est une réflexion d’ensemble sur l’emploi du terme de cruzada, « croisade » et sur la notion de guerra santa du xe au xive siècle en Espagne et au Portugal, à partir de l’analyse des termes qui, dans la documentation subsistante, les définissent, et par l’étude des images qui concentrent à leur façon le sens et l’enjeu de ces termes. Les auteurs rassemblent ici la première phase du projet de recherche mis en oeuvre dans les Journées internationales de la Casa Velazquez en novembre 2013, avec la collaboration de l’École Pratique des Hautes Études et de l’Université autonome de Madrid. L’enquête a porté sur des sources très diverses par leur nature : documents, chroniques, textes doctrinaux, littérature et iconographie, de sorte à établir un corpus systématique avec le plus d’éclairages et de nuances possibles. Mis en contexte comme il convient, du point de vue géographique et chronologique, les éléments de ce corpus sont reconnus comme formant le substrat d’une réalité idéologique propre à tout le Moyen Âge dans la péninsule.

2 Dans ce volume sont rassemblés les travaux de 18 chercheurs : 15 contributions sont rédigées en castillan, deux, celles de Luis Filipe Oliveira, p. 187-205, et d’Isabel Cristina Ferreira Fernandes, p. 311-325, en portugais ; une autre enfin, celle de Patrick Henriet, p. 261-277, en français. La structure de l’ouvrage comprend cinq grands apartados, soit cinq grandes rubriques, qui, dans l’ordre de la durée, du viie au xive siècle dans la péninsule ibérique, envisagent la naissance, la croissance, la légitimation et l’extension de la notion étudiée.

3 Tout d’abord, pour la période qui s’étend du xe au xiie siècle essentiellement, est présenté le discurso originario, soit à la fois « original » et « originel », autrement dit la naissance d’une réalité conceptuelle et terminologique : Alexander Pierre Bronisch (p. 7-30), recourant aux sources des xe et xie siècles, observe la mise en place du concept de guerra santa, tandis que Hélène Sirantoine évoque la guerre contre les musulmans d’après les diplômes de Castille et Léon, au xie siècle et jusqu’à la fin du premier quart du xiie (p. 51-65) ; entre ces deux études, une recherche d’Alejandro Garcia Sanjuan dans les sources arabes du Maghreb et de l’Andalousie, du viiie au xiiie siècle, envisage la notion de fath (« victoire éclatante ») comme expression de la guerre sainte (p. 31-50).

4 La deuxième partie repose sur l’appréciation du discours littéraire et historique, en tant qu’exemple spécifique de sources narratives susceptibles d’être comparées, voire coordonnées avec des réalités extrapéninsulaires telles que la Croisade orientale. David Porrinas Gonzalez présente, p. 69-86, guerra santa et cruzada dans les Lettres entre xie et xiiie siècle ; Francisco Garcia Fitz, p. 87-102, observe dans son progrès, son amplification pour ainsi dire, le desbordamiento de ce concept de cruzada avec le « salto del rey Ricardo » (bien entendu Ricardo Corazon de Leon) - lequel Richard Coeur de Lion marquait les mémoires par ses hauts faits, entre autres au port de Jaffa en août 1192 (et tout cela répercuté dans El Conde Lucanor écrit entre 1330 et 1335 par l’infant de Castille Don Juan Manuel) ; Philippe Josserand commente, p. 103-113, la représentation des Croisades de Terre Sainte et des ordres militaires aux xiie et xiiie siècles dans les chroniques royales de Castille et Léon, représentation modelée par l’imaginaire de la guerre sainte dans les chroniques de Castille, ainsi que le montre Martin F. Rios Saloma, p. 115-124.

5 Le moment-clé pour la compréhension de cette guerre sainte intérieure, influencée par l’idée de croisade, est à situer autour de la bataille de Las Navas de Tolosa, entre un rassemblement de troupes du Maghreb et d’al-Andalus sous commandement almohade d’une part, et d’autre part une coalition d’États chrétiens de la péninsule aidés de croisés venus de l’Europe entière, au Castillo de la cuesta (de nos jours Castro Ferral, dans la province de Jaén), le lundi 16 juillet 1212. Les contributions ici rassemblées partagent un même souci d’examen sémantique en analysant prioritairement les écrits des chancelleries royales et papale. C’est l’occasion de coordonner les discours du règne de Pierre II, dit « le Catholique », roi d’Aragon et comte de Barcelone, à l’étude desquelles procède, p. 127-153, Martin Alvira Cabrer, et ceux des chancelleries castillane, avec la contribution de Carlos de Ayala Martinez, p. 155-185, papale (Innocent III), dans le propos de Damian J. Smith, p. 207-218, tandis que Luis Filipe Oliveira, p. 187-205, évoque le patrimoine et le rôle des ordres militaires au Portugal au cours du xiiie siècle.

6 La quatrième partie poursuit l’analyse au « bas » Moyen-Âge – à partir du xiiie siècle – où la notion de croisade est marquée par une nouvelle appréhension terminologique : à l’époque, la légitimation de la guerre sacrée, d’après les sources documentaires et historiques, paraît d’une moins urgente nécessité, ce qui ne signifie pas du tout la faiblesse dans la perspective de la justification. Le modèle paraît être le règne d’Alphonse X (1252-1284), exaltant le passé non sans élaborer un nouveau discours. Trois contributions dans cette partie se complètent : un exposé de Benjamin Weber, p. 221-233, en forme de bilan provisoire sur l’usage au Moyen Âge du terme de cruzada et sur sa légitimation ; une étude de la même notion au temps d’Alphonse le Sage, par José Manuel Rodriguez Garcia, p. 235-245 ; enfin, par Carlos Barquero Goni, p. 247-257, une étude de propos similaire (sur la guerra santa) dans les sources de l’ordre de l’Hôpital, du xiie au xve siècle, où l’on distingue entre l’ennemi de l’intérieur et l’adversaire religieux d’Orient.

7 Au cinquième apartado, pour finir, on choisit l’angle de l’art visuel et iconographique afin de procéder à des rapprochements. Il s’agit moins d’une illustration ou d’un complément que d’une confirmation du propos par la démonstration que l’image, en sa plasticité, peut révéler ce que le discours de chancellerie ou celui de l’histoire, en leur encorsetamiento, leur « tenue de contention », n’ont pas la capacité d’exprimer : miniatures et sculptures sont éloquentes. Patrick Henriet (p. 261-277) reprend la question d’un discours anti-islamique dans les enluminures du Commentaire de l’Apocalypse de Beatus de Liébana, pour conclure à une « timide tendance (…) en marge du texte biblique ». Fermin Miranda Garcia (p. 279-296) analyse le langage visuel de la guerre sainte dans la zone occidentale des Pyrénées ; p. 297-310, J. Santiago Palacios Ontalva parle franchement de « Batallas pictoricas y escultoricas », en se demandant si, dans la péninsule ibérique, on trouve des représentations belicas, « guerrières » de la cruzada ; enfin, p. 311-325, dans un exposé très riche en images, Isabel Cristina Ferreira Fernandes étudie l’iconographie de la guerre sainte en territoire portugais, du xiie au xive siècle.

8 Ce travail collectif est de bonne foi. La méthode employée se veut ouverte. On a veillé, pour plus de richesse et d’objectivité, à conserver la variété, respecter le débat, le contraste, et jusqu’à l’apparente contradiction des interprétations. Planteamientos, à savoir « approches » du problème et perspectives d’interprétation, dans leur diversité, sont reçus dans cet ouvrage en commun comme des motifs de vitalité, de richesse et d’objectivité des acquis, comme en définitive une promesse de progrès dans la connaissance du problème posé.

9 Avec probité, précision et non sans nuances, les trois reponsables de l’édition, Carlos de Ayala Martinez, Patrick Henriet et J. Santiago Palacios Ontalva proposent une synthèse des contributions réunies dans l’ouvrage, en composant ensemble un Epilogo très clair et bien construit, p. 327-336.

10 Une liste amplement documentée des fuentes occupe les pages 337 à 350. Il s’agit d’abord des sources arabes (où l’on relève mention de plusieurs éditions, parfois assorties de traductions, du Coran), puis, plus longuement, des sources latines : volumes d’Annales, de 593 à la fin du premier tiers du xive siècle, documents pontificaux, œuvres de saint Bernard et sur saint François, mais aussi chansons de gestes, chansons de croisades et y compris oeuvres littéraires et pièces poétiques.

11 La Bibliographie, pages 351-396 est considérable, presque monumentale. Elle enregistre des travaux en castillan, en portugais, en italien, en français, en anglais, en allemand… De la peinture profane du xiiie siècle à Barcelone, aux ordres militaires, à la croisade albigeoise, à l’idéologie de la cruzada, à sa formation, à sa mise en oeuvre, à la discussion qu’elle suscite, ample est la moisson. L’ouvrage est de la sorte un précieux instrument bibliographique. Une page énumère un certain nombre de travaux de Martin Alvira Cabrer sur les batailles de Las Navas de Tolosa, l’année 1212, et, en 1213, de Muret (sous le règne de Pierre le Catholique). Une autre page recense des études de Carlos de Ayala Martinez sur les entreprises militaires et leurs justifications. Jean Flori (page 366) est bien représenté, par des travaux dont la publication s’échelonne de 1975 à 2012. Une page (371-372) inventorie les recherches menées sur le sujet par Patrick Henriet. De même en va-t-il (p. 373-374) des publications, à partir de 2001, de Philippe Josserand, principalement sur la reconquête et les ordres militaires au royaume de Castille. Trois travaux de J. Santiago Palacios Ontalva sont cités (p. 384), l’un, de 2001, sur les fonctions des forteresses élevées aux frontières de la chrétienté, les deux autres, de 2011 et 2012, sur l’iconographie de la Reconquête et l’image du musulman. Pour le dire en un mot, cette Bibliographie, très ouverte et conduite avec méthode, étonne et suscite l’admiration par l’effort d’exhaustivité et la rigueur pratique de la présentation (par exemple avec la datation donnée souvent après l’identité de l’auteur : on y suit le progrès collectif et pour ainsi dire vivant de la recherche).

12 Regrettera-t-on que, pour rendre plus aisée la consultation de l’ouvrage et plus rapide la circulation dans ses chapitres, on n’ait pas établi d’Index, des notions principalement ? La liste des Sources et la Bibliographie permettent d’engranger une très suffisante moisson. Techniquement et matériellement, cet ouvrage est impeccable. Au point de vue scientifique, l’ensemble est dense, intéressant, stimulant.

Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento elettronico

Gérard Gros, « Orígenes y desarrollo de la guerra santa en la Península Ibérica. Palabras e imágenes para una legitimación (siglos X-XIV) », Perspectives médiévales [Online], 38 | 2017, Messo online il 01 gennaio 2017, consultato il 22 ottobre 2017. URL : http://peme.revues.org/13170

Inizio pagina

Autore

Gérard Gros

Université d’Amiens

Articoli dello stesso autore

Inizio pagina

Diritti d'autore

© Perspectives médiévales

Inizio pagina