Navigation – Plan du site
État de la recherche
Ouvrages collectifs

Boccace, entre Moyen Âge et Renaissance. Les tensions d’un écrivain

Paris, Honoré Champion, 2015
Alexandra Velissariou
Référence(s) :

Boccace, entre Moyen Âge et Renaissance. Les tensions d’un écrivain, dir. Sabrina Ferrara, Maria Teresa Ricci et Élise Boillet, Paris, Honoré Champion, 2015, 208 p.

Texte intégral

1Le présent ouvrage rassemble des travaux issus du colloque « Boccace entre Liber et libri. Les tensions d’un écrivain entre Moyen Âge et Renaissance », organisé par le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, et qui s’est déroulé à Tours et à Chinon du 5 au 7 juin 2013 dans le cadre du septième centenaire de la naissance de Boccace. Il a pour objectif d’éclaircir quelques zones d’ombres de son œuvre la plus célèbre, le Décaméron, mais également de souligner l’intérêt de ses écrits dits mineurs. De même, il s’agit ici de montrer l’inscription de l’œuvre de Boccace dans l’espace littéraire européen, notamment français, en rapprochant ses écrits de ceux de Rabelais. La visée globale de l’ouvrage est de démontrer que l’écrivain florentin, véritable « passeur » (p. 14) entre le Moyen Âge et la Renaissance, a nourri son œuvre des tensions inhérentes à son époque, en s’inspirant de la tradition médiévale européenne tout en se tournant résolument vers l’Humanisme naissant.

2Comme le note Sabrina Ferrara dans l’introduction (p. 7-15), l’anniversaire de la naissance de Boccace a été l’occasion de démontrer, plus généralement, l’ancrage de la culture italienne dans une Europe culturelle. Elle rappelle ainsi que l’écrivain a su récupérer la tradition littéraire française et provençale du Moyen Âge en s’inspirant d’André le Chapelain, du Roman de Troie et du Roman de Thèbes, tout comme il a pu servir de modèle aux écrivains des siècles suivants, comme par exemple Chaucer, et ses Contes de Canterbury, Shakespeare, avec Troïlus et Cressida, et pour ce qui est de la littérature française, Marguerite de Navarre, qui place son Heptaméron sous l’autorité de Boccace.

3La visée de ce volume est également de souligner l’existence, dans le passé et dans le présent, d’une Europe profondément culturelle, qui constitue un « lieu d’échanges, de créations, une mosaïque de pensées, d’arts, de savoir-faire, de savoir-vivre et tout simplement de savoirs et non pas uniquement une machine utilitariste » (p. 9).

4L’article de Pascale Mounier (« La position du religieux dans la théorie narrative de Boccace et de Rabelais ») avance l’idée que, malgré les années qui les séparent, les textes narratifs de Boccace et de Rabelais présentent de nombreuses similitudes, notamment pour ce qui est de l’attention qu’ils accordent au domaine religieux. De fait, l’auteur du Décaméron et celui des cinq Livres ont en commun leurs trois types de rapport à la religion. Dans l’introduction de la quatrième journée et la conclusion de son recueil, Boccace défend ce dernier contre les accusations d’impiété qui circulaient certainement avant la publication intégrale de ses nouvelles : il rappelle par exemple que la Bible même contient des histoires parfois aussi licencieuses que les siennes. Pareillement, Rabelais s’oppose violemment aux lecteurs malveillants, qui utilisent la religion à mauvais escient pour critiquer ses écrits. Les deux auteurs, qui notent que leurs œuvres ne s’opposent en rien à la doctrine chrétienne, distinguent nettement la communauté restreinte, positive, formée par l’auteur et ses lecteurs de celle des censeurs, accusée de fausse piété. De même, ils soutiennent tous deux la cause de la littérature profane, qu’ils définissent par rapport à la Bible et par rapport à la littérature antique. Ainsi, leurs œuvres participent vivement à la création d’une sagesse laïque, profane, mais non païenne, que leurs lecteurs peuvent interpréter par le biais des Évangiles.

5Dans son article (« Boccace, Rabelais et la satire du clergé »), Anne Boutet compare la satire religieuse à l’œuvre dans le Décaméron et dans Gargantua, satire qui ferait du recueil de Boccace un prédécesseur de Rabelais. L’homme d’Église constitue tout d’abord une figure comique, stéréotypée et héritée de la tradition médiévale : les deux œuvres se rejoignent notamment pour ce qui est de la dénonciation de la vie dissolue des moines. Ces religieux apparaissent aussi parfois comme des maîtres de la rhétorique, même si leur éloquence participe souvent au comique des intrigues. L’exploitation de la tradition médiévale par Boccace annonce aussi la critique humaniste de l’Église, qui sera effective dans Gargantua. Aussi est-il tentant de suivre Lakis Proguidis, pour qui le Décaméron serait le « premier roman européen », malgré le fait qu’il constitue un recueil de nouvelles.

6Francesca Pucci Donati s’intéresse aux Esposizioni sopra la Commedia di Dante, qui constituent le dernier écrit, inachevé, de Boccace. L’article étudie plus particulièrement la partie du texte consacrée au chant VI de l’Enfer de Dante, centré sur le cercle des gourmands : Boccace y oppose un âge d’or perdu, temps primitif où l’homme vivait simplement, à l’époque contemporaine, où l’art culinaire a rendu l’homme gourmand, et par conséquent, coupable de luxure. C’est ainsi que Boccace invite le lecteur à une nouvelle lecture du péché d’Adam, le premier homme gourmand, qui constitue aussi le point de bascule entre ces deux époques.

7Giancarlo Alfano étudie la culture du banquet dans le Décaméron, en tant que dispositif théâtral. De fait, dans le recueil, le rituel du repas, véritable symbole courtois, fait partie de l’histoire-cadre, tout comme des narrations mêmes. En raison de l’insistance de l’écrivain sur la gestuelle des personnages et sur l’espace occupé par les repas, ces derniers apparaissent comme de véritables représentations théâtrales.

8L’article suivant, d’Alessandro Volpe, a pour point de départ le commentaire de Boccace sur la peinture de Giotto, qui figure dans la nouvelle cinq de la sixième journée du Décaméron. L’étude montre comment Giotto, en faisant figurer des objets de l’Antiquité dans un cadre, parvient à créer une illusion pictographique. Plus généralement, il s’agit ici d’interroger les rapports entre l’Antiquité et la peinture gothique italienne.

9Olivia Holmes propose une étude du prologue du Décaméron, de même que des nouvelles II, 1 et VIII, 10. Elle y montre que Boccace, en refusant d’adopter l’attitude misogyne de ses prédécesseurs, n’a pas pour objectif d’écrire une œuvre féministe qui soutiendrait la liberté des femmes. Au contraire, son intention semble être de nier l’existence même d’une littérature didactique typiquement médiévale, d’une littérature éthique, au profit de valeurs esthétiques. La beauté du texte qui importerait davantage que son utilité. C’est précisément ce choix qui ferait de Boccace un écrivain profondément moderne.

10David Canfora s’intéresse à la sixième journée du recueil, centrée sur l’usage de la parole. Il montre que cette partie du livre constitue un pivot permettant une nouvelle lecture des deux nouvelles clés de l’œuvre (la première et la dernière) : ainsi, au lieu de constituer, comme l’a admis la tradition critique, un cheminement du désordre vers l’ordre ou la salvation, le texte montrerait un parcours inverse, grâce à l’ambiguïté de la parole dans ces deux récits.

11Philippe Guérin se penche sur le recours aux « originaux », soit aux sources exploitées par Boccace, dans les Généalogies et dans le Décaméron, et sur la manière dont l’écrivain s’interroge sur l’utilisation de ces modèles. L’article démontre comment l’écrivain dissimule ses sources dans le recueil de nouvelles, laissant au lecteur le soin de les retrouver, alors que, dans les Généalogies, il les revendique ouvertement, préfigurant dès lors la tendance humaniste à renouer avec les textes antiques.

12Dans le dernier article Marco Gurrieri étudie les treize madrigaux de Girolamo Sotto, qui sont la mise en musique, au xvie siècle, des ballate du Décaméron. Imprimeur et éditeur, Sotto fut également compositeur. Il fit publier ces madrigaux au cœur d’un ensemble de cinq livres de musique. Comme le souligne l’auteur, le genre de la ballata n’était plus à la mode au xvie siècle. L’originalité de Sotto est d’avoir réussi à intégrer la forme fixe des poèmes boccaciens dans le genre du madrigal. Son choix des ballate de Boccace est également original, car généralement les compositeurs de son époque mettaient en musique les poèmes d’autres écrivains.

13Cet ouvrage, par sa grande richesse, permettra de faire progresser les recherches sur Boccace et de considérer ses écrits sous un jour nouveau. Il a pour grand mérite de replacer l’œuvre de cet écrivain dans l’environnement culturel de l’époque charnière que constitue le passage du Moyen Âge à la Renaissance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Velissariou, « Boccace, entre Moyen Âge et Renaissance. Les tensions d’un écrivain », Perspectives médiévales [En ligne], 38 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 21 février 2017. URL : http://peme.revues.org/13233

Haut de page

Auteur

Alexandra Velissariou

Université du Littoral – Côte d’Opale (ULCO)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page