Navigation – Plan du site
État de la recherche
Essais

Pascal Vuillemin, Une Itinérance prophétique. Le voyage en Perse d’Ambrogio Contarini (1474-1477)

Paris, Classiques Garnier, 2016
Michèle Guéret-Laferté
Référence(s) :

Pascal Vuillemin, Une Itinérance prophétique. Le voyage en Perse d’Ambrogio Contarini (1474-1477), Paris, Classiques Garnier, « Bibliothèque d’histoire médiévale » 16, 2016, 226 p.

Entrées d’index

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Venise

Index des médiévaux et anciens :

Ambrogio Contarini, Casimir IV, Ivan III, Josafat Barbaro, Uzun Hasan
Haut de page

Texte intégral

1Si l’activité diplomatique des Vénitiens est ancienne – les premiers rapports d’ambassadeurs au Sénat qui ont été conservés datent du xiiie siècle ‒, elle acquiert un regain d’importance et revêt un enjeu décisif après la conquête de Constantinople par les Ottomans en 1453, puis le désastre de Négrepont en 1470 : l’extension de la domination turque menace en effet directement le commerce de Venise en Méditerranée.

2C’est dans ce cadre qu’il faut situer l’ambassade confiée par la Seigneurie en décembre 1473 à Ambrogio Contarini, chargé de se rendre en Perse pour rencontrer Uzun Hasan, chef de la tribu turkmène des Moutons blancs, qui s’est rendu maître de toute la Perse quelques années auparavant. Uzun a lui-même engagé le combat contre les Turcs en 1472, mais après quelques victoires, une première défaite le conduit à interrompre ses opérations militaires ; c’est afin de conclure une alliance efficace et de l’enhardir à reprendre le combat que Venise envoie successivement plusieurs ambassadeurs, dont Josafat Barbaro, qui part juste un an avant Contarini avec un ensemble de pièces d’artillerie pour le souverain perse.

3Contarini était pour sa part un « homme de terrain » ; fils d’un riche marchand patricien, il exerçait ses activités commerciales à Constantinople lorsqu’il fut fait prisonnier par les Turcs en 1463 et relâché un an plus tard, puis il participa à la défense de Négrepont. Les directives qu’il reçut du Sénat avant son départ pour la Perse furent très précises ainsi que l’itinéraire qu’il devait suivre. Toutefois, si à l’aller il put à peu près s’y plier, passant d’abord par la Pologne où il rencontra Casimir IV afin d’obtenir son assistance logistique dans la lutte contre les Turcs, puis gagnant la Perse par Caffa et la Géorgie, le voyage retour fut beaucoup plus long et périlleux, et en grande partie improvisé. La prise de Caffa par les Turcs contraignit Contarini à faire un détour par la mer Caspienne, puis il gagna Moscou par Astrakhan, où il s’en fallut de peu qu’il ne soit réduit en esclavage. Il profita néanmoins de son séjour en Russie pour améliorer les relations entre Venise et le duc de Moscovie Ivan III.

4Comme le montre Pascal Vuillemin, l’intérêt de ce récit dépasse de beaucoup sa portée « pittoresque », même si la part d’informations sur les régions que le voyageur traverse n’est pas négligeable et nous renseigne aussi bien sur les pratiques alimentaires et vestimentaires des peuples qu’il croise que sur les villes et les paysages vus sur sa route. Selon l’historien, la relation a d’abord un objectif diplomatique puisque, même si elle a été rédigée quelques années après le retour et qu’elle est distincte du rapport confidentiel fait au Sénat, elle n’en montre pas moins la difficulté de la tâche pour le voyageur partagé entre un certain devoir de réserve et le désir de témoigner. Le deuxième intérêt de la relation est d’ordre stratégique, Contarini étant soucieux de délivrer des informations utiles aussi bien dans le domaine commercial que dans le domaine militaire. La troisième caractéristique que Pascal Vuillemin révèle par une étude minutieuse du texte et surtout par une connaissance solide du contexte – lui-même est en effet spécialiste de l’histoire de l’Église italienne aux xive et xve siècles ‒, c’est sa dimension spirituelle. Dans la réécriture de son voyage, Contarini subsume sa mission diplomatique à une missio chrétienne, comme le montre d’abord le rôle qu’il entend jouer pour favoriser l’unité des chrétiens lors de son séjour en Pologne ou à Moscou, au moment même où pèse la menace turque, comme le prouvent aussi les termes qu’il emploie pour raconter son expérience qui s’apparente souvent à une peregrinatio pro Christo, voire à une imitatio Christi.

5Le livre de Pascal Vuillemin présente deux avantages précieux : d’abord, celui de nous offrir une « traduction critique » du texte de Contarini. En effet, la seule traduction française dont nous disposions jusqu’ici était celle de Pierre Bergeron dans ses Voyages faits principalement en Asie dans les xiie, xiiie et xive siècles (1735), qui s’appuyait sur l’édition fautive de Paolo Ramusio, tandis que notre traducteur a recours à l’editio princeps de 1487, en la comparant aux rééditions de 1524 et 1543. Le second avantage de ce volume est de nous fournir, dans une copieuse introduction, toutes les clés pour comprendre le texte, grâce d’une part à la mise en place fort bien renseignée du contexte historique et d’autre part à une tentative très convaincante de « lire entre les lignes » afin de dégager ce qui anime Contarini dans la rédaction du Viazo. Le seul regret que l’on puisse formuler concerne l’absence d’une carte géographique qui nous aurait permis de suivre les tours et détours accomplis par le voyageur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michèle Guéret-Laferté, « Pascal Vuillemin, Une Itinérance prophétique. Le voyage en Perse d’Ambrogio Contarini (1474-1477) », Perspectives médiévales [En ligne], 38 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 22 mai 2017. URL : http://peme.revues.org/13300

Haut de page

Auteur

Michèle Guéret-Laferté

Université de Rouen, CÉRÉdI

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page