Navigazione – Piano del sito
État de la recherche
Ouvrages collectifs

D’ailes et d’oiseaux au Moyen Âge. Langue, littérature, histoire des sciences

Paris, Honoré Champion, 2016
Agata Sobczyk
Riferimento/i:

D’ailes et d’oiseaux au Moyen Âge. Langue, littérature, histoire des sciences, textes réunis par Claude Thomasset, dédiés à Claude Gaignebet, Paris, Honoré Champion, « Sciences, techniques et civilisations du Moyen Âge à l’aube des Lumières » 17, 2016, 454 p.

Testo integrale

1Pour pénétrer le monde des oiseaux, il faut retrouver des yeux d’enfant, nous prévient Claude Thomasset dans l’introduction de l’ouvrage qu’il a consacré à la mémoire de Claude Gaignebet (p. 11). Le Moyen Âge est peut-être pour la culture européenne cette enfance qui s’entend si bien avec le monde aviaire, tellement, à l’en croire le recueil en question, les oiseaux y étaient présents.

2Le recueil est divisé, d’une façon un peu arbitraire, en cinq parties : « D’ailes et de mythes, dans les civilisations », « Des oiseaux si proches des hommes », « D’oiseaux et de musique », « L’oiseau symbole, l’oiseau acteur dans les textes », « Des oiseaux pour d’autres usages, pour d’autres aventures ». Les espèces qui occupent la place privilégiée dans les études sont le rossignol, le corbeau et la colombe. Les aspects les plus retenus sont le vol et le chant.

3L’ouvrage se compose de dix-neuf contributions complétées par une bibliographie générale (où l’on peut signaler quelques omissions, comme l’article classique de Michel Zink, « Le monde animal et ses représentations dans la littérature française du Moyen Âge », Actes du xve congrès des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public, Toulouse, 1985, p. 47-71 ou le livre de Jacques Voisenet, Bestiaire chrétien. L’imagerie animale des auteurs du Haut Moyen Âge (ve-xie siècle), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1994), celle de Claude Gaignebet et les index.

4Le recueil s’ouvre par le parcours vertigineux du thème par Claude Gaignebet dans une conférence prononcée dans un séminaire de 2006, dont la thématique dépasse largement l’intitulé (« Autour de l’aigle et du roitelet ») et même le domaine aviaire. Ensuite, Claude Lecouteux indique les pistes possibles de recherche, qui couvrent les domaines les plus diversifiés, de l’onomastique à la météorologie (« L’homme et les oiseaux au Moyen Âge : perspectives pour une approche »), dont plusieurs seront ensuite exploitées à fond.

5Ce qui semble le plus intéresser les chercheurs dans les volatiles, c’est leur aspect mythogène. Celui-ci est tout aussi présent dans la mythologie celtique (Isabelle Olivier, « Sur les ailes de l’oiseau : de la mythologie celtique à la littérature arthurienne ») ou africaine (Sibusiso Hyacinth Madondo, « “Comprendre le langage des oiseaux” : mythanalyse de quelques oiseaux indicateurs et de quelques conirostres ») que japonaise (Chiwaki Shinoda, « Contes de moineaux au Japon »). Son importance dévoile la fascination qu’exerce l’univers des oiseaux, qu’il soit associé à l’air (Joëlle Ducos, « Le roi et l’oiseau. Voyager dans les airs au Moyen Âge » ; Claude Thomasset, « Dédale et Icare : une histoire de père ») ou à l’eau (Karin Ueltschi, « Pedauque »).

6Le discours scientifique (Christine Silvi, « Quand l’homme ressemble à l’oiseau : étude des rapprochements entre les deux “espèces” à partir de quelques versions françaises manuscrites et imprimées de la zoognomonie contenue dans le Secret des secrets attribué à Aristote » ; Danielle Jacquart, « Les oiseaux dans le traitement de la pierre ») se place au croisement de ces représentations mythiques et l’approche plus pratique. Celle-ci révèle la présence des oiseaux dans la vie quotidienne, que ce soit des oiseaux réels (Fleur Vigneron, « Les colombidés : utilité et agrément pour l’homme médiéval » ; Baudouin Van Den Abeele, « Oiseaux dans la maison médiévale : familiers, hôtes forcés, rêves apprivoisés ») ou factices (Alexandre Malgouverné, « “Abat l’oiseau”. Le tir au papegai dans le duché de Savoie à la fin du Moyen Âge »).

7Une place à part a été réservée au chant d’oiseau dans sa relation avec la poésie (Michèle Gally, « Du chant de l’oiseau au chant du trouvère ») et la musique (Jean-Marie Fritz, « Le chant de l’oiseau est-il une musique ? Réponses du clerc, réponses du poète ») ; on retrouve ici l’aspect mythologique (Philippe Walter, « Tristan rossignol. Étymologie et mythologie »).

8Les oiseaux du domaine littéraire, présent déjà dans ces dernières contributions, marquent les deux pôles opposés de celui-ci, le religieux et l’amoureux : ils apparaissent comme emblèmes de nombreux héros de vies de saints (Cécile Le Cornec-Rochelois, « Des oiseaux et des saints : La Légende dorée de Jacques de Voragine ») ou comme signe de l’idylle, aussi bien dans son versant doux (Lunorsola Raffali-Grenat, « Les oiseaux de l’idylle : de la présence aviaire dans le Conte de Floire et Blancheflor ») que douloureux (Jean-Jacques Vincensini, « Du rapace malfaisant au charognard maltraité. Violence animale et barbarie humaine dans l’Escoufle de Jean Renart »).

9Comme on peut deviner à cette présentation, le recueil est une mine de connaissances sur les volatiles dans tous les domaines de la culture médiévale et au-delà. On voit aussi que les oiseaux dessinent un lien profond qui unit ces différents domaines et différentes cultures.

10D’une culture à l’autre, certains éléments symboliques associés aux oiseaux apparaissent comme immuables. Ainsi, Isabelle Olivier montre comment certains épisodes des romans arthuriens ou des lais peuvent s’éclaircir dans la lumière des traditions celtiques ; il en est ainsi des passages dans Perceval de Chrétien de Troyes qui renvoient à la mythologie corvine des Celtes. Mais certains sujets que la littérature médiévale puise dans la mythologie celte ou ancienne (métamorphoses, tabous, relations entre humains et êtres surnaturels…) se retrouvent dans les contes japonais ou dans les croyances africaines : on y rencontre les mêmes motifs (oiseaux guides, messagers), mais aussi, ce qui est peut-être plus surprenant, la même perception de certains espèces (corbeaux) que dans la tradition européenne (Sibusiso Hyacinth Madondo).

11Sans quitter le continent européen, les oiseaux révèlent des relations qui unissent les éléments en apparence très éloignés : Fleur Vigneron montre par exemple comment le droit coutumier explique l’omniprésence de colombiers dans l’iconographie des calendriers du Moyen Âge finissant, et pourquoi ils marquent le paysage d’un signe positif. Ailleurs, l’image ponctuelle d’un volatile permet de voir très large puisqu’elle s’inscrit dans tout un réseau de significations complexes. Ainsi, le motif du rapace dans l’Escoufle de Jean Renart, placé par Jean-Jacques Vincensini dans un contexte nouveau, montre à quel point « de son essor à son âge flamboyant, la littérature médiévale est restée proche de la férocité d’une partie de ses origines » (p. 296) ; le recours à certaines images de violence révèle une crainte de la destruction qui menace une harmonie toujours éphémère.

12En revanche, ces relations s’avèrent faibles là où on pourrait s’attendre au contraire : le discours sur les qualités de différents oiseaux transmis par les textes encyclopédique ne correspond pas exactement à celui des bestiaires, dans lesquels la colombe incarne la simplicité tandis qu’elle est associée à la luxure chez Jean Corbechon (Christine Silvi, p. 133).

13Bien évidemment, les interprétations proposées ne sont pas sans soulever des questions (toute femme à la fontaine est-elle un avatar de la femme-cygne ? Le relevé des motifs aviaires dans Floire et Blancheflor permet-il d’enrichir l’interprétation de l’idylle ?). Mais, outre qu’il est toujours utile d’apprendre que dans les années 1440, les habitants de Sint-Kruis-Winkel étaient obligés de livrer chaque année au château de Gant un poussin de grue (Baudouin Van Den Abeele, p. 166) ou que les préparations de différents espèces de volatiles étaient considérés comme bénéfiques contre les calculs urinaires (Danielle Jacquart), l’analyse des motifs aviaires s’avère fructueuse en ce qu’elle dépasse souvent le domaine strictement ornithologique. Il en est ainsi de l’article de Claude Thomasset qui met la lumière sur la figure de Dédale, d’habitude obnubilé par son fils, mais tout aussi tragique puisqu’il est « condamné à être prisonnier de ce qu’il crée » (p. 369). L’image fascinante qu’en donnent les passages de Placides et Timeo est impliquée dans des questions très différenciées : face sombre de la sexualité féminine, mélancolie, inventions techniques.

14Finalement, les connaissances concernant le domaine aviaire permettent de voir sous un jour nouveau plusieurs aspects de textes littéraires. Ainsi pour la nature même du chant poétique et sa relation avec celui des oiseaux : selon Michèle Gally, les poèmes des trouvères laissent croire que leurs auteurs ne se voient pas vraiment comme imitateurs d’oiseaux. Le chant du rossignol, lorsqu’il apparait à l’ouverture des poèmes, fonctionne plutôt comme source d’une certaine disposition d’esprit du poète que comme modèle, puisque la langue poétique n’existe pas dans la nature. Aussi, apprend-on de la contribution de Jean-Claude Fritz, la présence des onomatopées qui imitent le chant des oiseaux dans les poèmes est tardive ; troubadours et trouvères ne voient aucun intérêt à ce procédé dont « l’artifice et le subtil devaient compenser la pauvreté inhérente au choix de l’imitation » (p. 238).

15Cela n’empêche pas que le poète puisse partager avec l’oiseau le pouvoir de prophétie. Philippe Walter montre que l’étymologie du mot rossignol trahit le statut mythique de cet oiseau puisqu’elle renvoie à la malvoyance, tellement associée dans la mythologie avec le don divinatoire, qui est par ailleurs reconnu au rossignol dans la littérature médiévale. De cette façon, l’épisode de « Tristan rossignol » du Donei des amants désigne le personnage comme détenteur d’une science suprême.

16Malgré quelques coquilles ça et là, ce recueil s’avère utile aux amateurs d’oiseaux comme aux médiévistes.

Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento elettronico

Agata Sobczyk, « D’ailes et d’oiseaux au Moyen Âge. Langue, littérature, histoire des sciences », Perspectives médiévales [Online], 38 | 2017, Messo online il 01 gennaio 2017, consultato il 21 ottobre 2017. URL : http://peme.revues.org/13345

Inizio pagina

Autore

Agata Sobczyk

Université de Varsovie

Articoli dello stesso autore

Inizio pagina

Diritti d'autore

© Perspectives médiévales

Inizio pagina