Navigation – Plan du site
État de la recherche
Positions de thèse

Anaïg Queillé, L’Infidélité de la reine des anciens récits celtiques à la matière de Bretagne (xiie-xiiie siècles)

thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme Elisabeth Gaucher-Rémond (Professeur à l’université de Nantes) et soutenue le samedi 30 octobre 2010 à la faculté des Lettres de l’université de Nantes
Anaïg Queillé
Référence(s) :

Anaïg Queillé, L’Infidélité de la reine des anciens récits celtiques à la matière de Bretagne (xiie-xiiie siècles), thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme Elisabeth Gaucher-Rémond (Professeur à l’université de Nantes) et soutenue le samedi 30 octobre 2010 à la faculté des Lettres de l’université de Nantes

Notes de la rédaction

Jury composé de Mesdames et Messieurs les Professeurs Dominique Boutet (université de Paris-Sorbonne), Jean-Christophe Cassard (université de Brest, Bretagne Occidentale), Christine Ferlampin-Acher (université de Rennes 2), Elisabeth Gaucher-Rémond (université de Nantes). Mention très honorable avec les félicitations du jury.

Texte intégral

1Les deux personnages féminins les plus importants de la Matière de Bretagne, ceux de Guenièvre et d’Yseut, sont des personnages de reines adultères. Leur infidélité, associée à leur enlèvement, est un thème essentiel voire fondateur des légendes arthurienne et tristanienne. Fondateur et essentiel sans nul doute parce qu’elles sont reines, ce qui tend à suggérer, avant toute analyse, une dimension socio-politique de leur adultère. L’origine celtique des littératures arthurienne et tristanienne étant désormais largement admise, ces remarques fort simples engagent tout naturellement à une démarche comparative dès lors que l’on prend en compte le nombre impressionnant de reines infidèles qui peuplent les récits des anciennes littératures irlandaise et galloise ; plus précisément, il est bien connu que les prototypes gallois de Guenièvre et d’Yseut, Gwenhwyfar et Essyllt, se distinguent par leur grande beauté et leur tout aussi grande infidélité. Or, depuis le début du xxe siècle et surtout depuis les années cinquante, des travaux de chercheurs celtisants ont montré que de nombreux personnages de reines infidèles dans les contes celtiques médiévaux dérivent d’anciennes figures mythiques, déesses du territoire devenues des personnifications de la souveraineté plus ou moins évhémérisées en tant que reines pseudo-historiques. Il s’agissait de suivre cette piste pour comprendre pourquoi et comment le thème de l’adultère est si prégnant dans ces deux légendes fondatrices du roman médiéval, et pour se demander ce que la représentation si essentielle de l’infidélité de la reine dans les premières œuvres romanesques médiévales de la Matière de Bretagne peut devoir aux anciennes représentations mythiques des contes celtiques de la souveraineté, afin d’en pointer l’héritage mais aussi les écarts significatifs. Ainsi ce sujet s’inscrit-il dans la difficile et passionnante question des rapports du mythe au roman et dans celle, exemplaire à cet égard, des origines du roman.

  • 1 Mais le mythe porté à l’écrit se transmet très souvent dans des récits déjà littérarisés et cela d’ (...)
  • 2 Ces légendes sont représentées dans ce travail par des récits latins et romans choisis pour corresp (...)

2La recherche a été menée en trois étapes successives pour éviter de poser la représentation médiévale comme un préalable à retrouver à toute force dans les textes celtiques. L’étude est ainsi structurée en trois parties qui reproduisent ces étapes et analysent successivement les aspects mythiques1, de la représentation de l’infidélité de la reine dans les anciens contes celtiques de la souveraineté, puis la transmission du substrat mythique de cette représentation aux légendes tristanienne et arthurienne2, enfin les réinvestissements idéologiques et esthétiques de ce substrat dans certains récits fondateurs et/ou représentatifs de ces légendes aux origines du roman aux xiie et xiiie siècles.

  • 3 Le mythe, comme le rappelle A. Siganos, se transmettant à l’écrit sous une forme très souvent litté (...)
  • 4 De toutes les reines des anciens récits irlandais, les deux reines Medb, manifestement associées à (...)
  • 5 P. Jouet, Aux Sources de la mythologie celtique, Fouesnant, Yorann Embanner, 2007, p. 280.

3Deux dimensions essentielles dans la représentation celtique de l’infidélité de la reine apparaissent dans le corpus de récits irlandais et gallois sélectionné en première partie comme plus proches d’une logique et d’une structuration mythiques3. Chacune de ces dimensions est associée à une phase du mythe celtique de la souveraineté, mais elles se superposent très souvent dans les textes. En effet, la reine celtique, ancienne déesse de la Terre, conserve de cette origine une dimension sacrée mais est devenue, dans ce qui semble être une phase secondaire du mythe, plus proprement politique, une personnification de la souveraineté du royaume qui confère la royauté au roi « juste et vrai » à travers une hiérogamie. Dans ce contexte, l’infidélité de la reine renvoie à une double nécessité qui explique l’impunité générale de la reine celtique infidèle : en lien avec la première phase du mythe, l’infidélité de la reine correspond symboliquement à la nécessité de la régénération de la terre d’Irlande qui, privée du bon roi, dépérit. Elle est alors associée aux notions de troisième fonction dumézilienne de prospérité, fécondité, jeunesse, expansion de la vie ; cette conception s’exprime à travers des scénarios d’enlèvement de la reine associée à du bétail magique (signe de son lien avec la prospérité et avec l’Autre Monde) et de conceptions illégitimes par des êtres surnaturels. En lien avec la seconde phase du mythe, l’infidélité chronique des reines celtiques comme les deux Medb4 signifie le renouvellement de la souveraineté senti comme nécessaire en raison d’une inadéquation ou d’une défaillance du roi en place, c’est-à-dire, d’une faille dans ce que les anciens Irlandais appellent fir flathemon, la « vérité et justice du roi ». L’enlèvement de la reine par un être de l’Autre Monde symbolise alors plus précisément une mise à l’épreuve du roi dans le cadre de ce qu’on a pu appeler une « coopération polémique »5 entre la royauté de l’Autre Monde et la royauté terrestre, rapport de surveillance, d’initiation et de sanction à la fois : dans une perspective initiatique sensible dans la structuration et les motifs du récit, le roi doit accomplir des épreuves de bravoure et de passage dans l’Autre Monde et établir ou rétablir son fir flathemon à travers une épreuve ultime « de vérité ». Cependant, le rapport de l’infidélité de la reine à l’ordre cosmique est très ambigu : symbolisant le renouvellement de la souveraineté nécessité par la défaillance royale, elle correspond à la conception d’une royauté sentie comme naturellement cyclique et donc à l’ordre des choses ; mais manifestant cette défaillance du roi, elle déclenche le plus souvent une crise politique violente aux conséquences collectives, voire cosmiques, funestes et est même souvent montrée comme fatale.

4Dans une seconde partie, l’examen comparatif d’une deuxième série de récits celtiques qui présentaient à la fois un substrat mythique désormais décelable et reconnaissable et des preuves d’une évolution de la représentation, a ensuite permis à la fois de discerner les contours du substrat mythique conservé dans ces récits latins et romans mais aussi de percevoir certaines évolutions du mythe dès le stade de l’ancienne littérature celtique, perception importante parce que c’est manifestement sous cette forme déjà démythifiée que le substrat mythique s’est transmis. Cette comparaison met en évidence le fait que le Tristan est au confluent d’influences celtiques composites. Sa logique fondamentale dérive des anciennes représentations celtiques de l’infidélité de la reine : l’infidélité d’Yseut est le signe de l’inadéquation de Marc à sa fonction royale, signe qui déclenche une crise politique latente auparavant et dangereuse pour le royaume. Dans cette perspective mythique sous-jacente, la fonction symbolique enfouie du nain Frocin avatar de l’ancien fou celtique, est celle de l’alter ego du roi qui mourait, dans le mythe celtique, d’une mort sacrificielle à la place du roi. Mais cette comparaison met aussi en lumière une évolution extrêmement importante de la représentation de l’infidélité de la reine qui fait de son amant un proche du roi (compagnon, fils ou neveu) successeur potentiel et garant de sa souveraineté. On peut penser qu’au stade des contes celtiques de la souveraineté, cette évolution de la représentation correspond à l’adaptation du mythe au xe siècle aux conditions historiques d’une royauté plus stable. L’influence de cette évolution est concurrencée toutefois dans le Tristan par celle des aitheda (récits d’enlèvement irlandais) qui réinstaure au cœur du récit une rivalité entre l’oncle et le neveu manifestée notamment dans l’épisode de l’enlèvement. Dans la légende arthurienne, le substrat mythique est davantage celui de la tradition ésotérique de l’enlèvement de la reine par un être de l’Autre Monde et de la tradition tragique de la chute du roi déclenchée par l’infidélité de la reine. Les structures narratives de La Mort le roi Artu en particulier reproduisent de façon frappante la logique du mythe originel celtique : l’adultère de Guenièvre y renvoie très nettement à une usure de la royauté d’Arthur, latente encore ; il la manifeste publiquement, déclenche une série d’erreurs en chaîne du roi qui entraînent sa chute tragique avec d’immenses conséquences collectives et eschatologiques pour le monde arthurien. L’introduction de Lancelot dans la légende arthurienne établit le lien entre le substrat celtique tristanien et le substrat celtique arthurien : Tristan (à travers l’héritage de son prototype gallois Drystan), comme Lancelot, conserve quelque chose de l’ancienne fonction mythique du dieu Lug, restaurateur/dispensateur/intronisateur de souveraineté ; l’épisode tristanien de « La Harpe et la Rote », si proche du scénario mythique qui sous-tend la Charrette, témoigne en ce sens : Tristan ramène Yseut enlevée par un ancien « mari » de l’Autre Monde au roi Marc. Ainsi le substrat mythique de la représentation celtique de la reine infidèle s’est-il transmis dans ce corpus roman et latin à travers certains motifs mais aussi et surtout des structures narratives qui en préservent même la logique et une part du symbolisme (la reine enlevée renvoyant à une souveraineté menacée ou contestée).

5Mais nulle part dans ce corpus latin et roman, la reine n’est un pur symbole. Globalement, la représentation de l’adultère de la reine s’éloigne ainsi de la nécessité sémantique du mythe et de sa clôture narrative et idéologique. Ce substrat mythique devient prioritairement un substrat narratif, réinvesti dans un contexte culturel différent et avec des intentions idéologiques et esthétiques propres. La dimension politique essentielle au mythe celtique a évidemment favorisé le réinvestissement de la représentation de l’infidélité de la reine par les idéaux féodo-monarchiques, courtois, chevaleresques, chrétiens et augustinistes. C’est bien davantage l’orientation politique de ces idéaux qui est exprimée dans ce corpus roman et latin que leur orientation purement morale. La notion d’intérêt du royaume mis en jeu par le châtiment de l’adultère de la reine, suscite (dans Tristan et La Mort Artu notamment) une réécriture fortement modalisée dans laquelle les idéaux féodo-monarchiques (le bien du royaume intérêt primordial pour le roi et ses vassaux) et augustinistes (la nécessité du consensus, les idéaux de pax et de justitia, d’harmonia concordia) et même l’impératif courtois du secret se rejoignent. Alors, parce que le roi (Marc ou Arthur) est montré comme prêt, lorsque l’adultère et sa honte sont révélés à tous, à privilégier son propre intérêt sur celui du royaume, c’est sur lui davantage que sur les amants adultères que tombe le blâme féodo-monarchique et augustiniste (et on voit combien les structures narratives du mythe celtique, stigmatisant la défaillance royale, pouvaient être réinvesties par ces intentions idéologiques). Au demeurant, cette réécriture idéologique ne semble pas éliminer toute dimension symbolique du personnage de la reine : on peut notamment se demander si la sérénité absolue de l’auteur de la Charrette face à l’adultère de la reine avec Lancelot, la relative indifférence de l’auteur de La Mort Artu face à l’adultère en lui-même (c’est la folie qui est le péché), si la faveur dont Lancelot jouit dans tous ces romans ne s’expliquent pas précisément en partie par cette dimension symbolique conservée et une volonté de promotion de la chevalerie, le « partage » de la reine y symbolisant un idéal d’équilibre entre le pouvoir monarchique et le « bras » de la chevalerie.

6La perte de l’ordre symbolique et de la nécessité sémantique mythiques induit un radical changement de statut narratif du thème de l’adultère de la reine, changement qui lui-même entraîne un traitement esthétique radicalement différent : éloigné de l’ordre symbolique du mythe celtique, l’adultère de la reine devient une histoire d’amour interdit entre des personnages qui tendent à être représentés comme des personnes. Le thème désormais s’inscrit dans l’ordre de l’humain, du concret, de pratiques sociales et judiciaires et son traitement tend alors à développer tout particulièrement une double dimension psychologique et dramatique et, à travers le point de vue toujours sympathique aux amants, un nouveau rapport de l’individu à la loi s’esquisse. Cette mise en œuvre romanesque d’histoires d’adultère de la reine associée à des intentions idéologiques diverses selon les auteurs débouche sur l’expression de visions différentes : de l’ambiguïté béroulienne partagé entre l’évidence de l’amour-passion situé au-delà du droit et la conscience du dommage individuel et social qu’il entraîne à la vision théologique de l’auteur de La Mort Artu pour lequel l’adultère est une « folie » mondaine de plus à inscrire au tableau de la déréliction du monde arthurien, trop terrestre, en passant par la représentation lumineuse et idéalisante de l’amour absolu dans Le Chevalier de la charrette, dont l’irréalité est signalée par la distance humoristique d’un Chrétien de Troyes. Par là, par cette maîtrise et ce jeu conscient de l’écriture pour exprimer des visions singulières de l’adultère de la reine, la réécriture médiévale du thème mythique celtique de l’infidélité de la reine dans les textes les plus romanesques de ce corpus manifeste déjà cette « subjectivité littéraire » que M. Zink considère comme l’acte de naissance de la littérature.

Haut de page

Notes

1 Mais le mythe porté à l’écrit se transmet très souvent dans des récits déjà littérarisés et cela d’autant plus lorsque le passage à l’écrit a été tardif, ce qui est le cas de l’ancienne culture celtique. Ainsi, parmi les nombreux récits irlandais et gallois qui content de l’enlèvement et de l’infidélité de la reine, beaucoup sont déjà engagés dans un processus de littérarisation et de démythification. Il a donc fallu distinguer les récits, qui, par leur symbolisme, leurs structures narratives étroitement limitées par la nécessité sémantique et parfois, leur déroutante obscurité, semblaient les plus proches d’une logique mythique originelle et ceux qui, au contraire, par des expansions et un travail littéraire souvent rationalisant ou psychologisant, semblaient s’en éloigner. Se sont alors dégagés des récits irlandais ou gallois qui, à la fois par leur substrat mythique et par l’évolution du mythe qu’on y observe, constituent de manifestes jalons dans la transmission de la représentation mythique celtique de la reine infidèle au roman médiéval tristanien et arthurien, : en effet, ces textes déjà engagés dans un processus de littérarisation et de démythification sont plus proches des récits romans arthuriens ou tristaniens que les récits qui font l’objet de la Première Partie ; mais, et c’est l’objet de cette thèse que de le montrer, l’interprétation de cette deuxième série de textes celtiques comme de celle des récits du corpus roman et latin dépend étroitement de la comparaison avec la logique et les structures narratives des représentations mythiques analysées dans la Première Partie de ce travail, qu’il s’agisse de convergences ou d’écarts .

2 Ces légendes sont représentées dans ce travail par des récits latins et romans choisis pour correspondre au critère thématique de l’infidélité de la reine mais aussi aux critères chronologique et générique (critères imposés par le projet d’approcher la question des origines du roman). Il s’agit des récits fondateurs de la légende arthurienne : les récits historiographiques de l’Historia regum Britanniae de Geoffroi de Monmouth, et surtout sa transposition en langue romane : le Roman de Brut de Robert Wace ainsi que la Vita Merlini (1138) de Geoffroi de Monmouth également, curieuse œuvre au confluent de l’historiographie et de l’hagiographie très proche encore du fonds oral gallois ; les romans en vers représentés par les récits tristaniens et arthuriens les plus proches, selon ce qui ressort de la Première Partie de ce travail, du substrat celtique concernant l’infidélité de la reine : le Tristan de Béroul et les Folies et, pour la matière arthurienne, l’étrange épisode de la Branche III (histoire de Caradoc) de la Première Continuation de Perceval et Le Chevalier de la charrette de Chrétien de Troyes ainsi que l’un des romans arthuriens aux origines du roman en prose : La Mort le roi Artu.

3 Le mythe, comme le rappelle A. Siganos, se transmettant à l’écrit sous une forme très souvent littérarisée (voir « Du mythe littérarisé au mythe littéraire », Mythe et modernité, IRIS 13, Grenoble, 1993).

4 De toutes les reines des anciens récits irlandais, les deux reines Medb, manifestement associées à l’intronisation royale, sont les personnages les plus hauts en couleur de l’ancienne mythologie celtique. Elles se distinguent par la longue liste de leurs « maris » successifs qui ne peuvent devenir rois que par leur choix et leur étreinte.

5 P. Jouet, Aux Sources de la mythologie celtique, Fouesnant, Yorann Embanner, 2007, p. 280.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïg Queillé, « Anaïg Queillé, L’Infidélité de la reine des anciens récits celtiques à la matière de Bretagne (xiie-xiiie siècles) », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 21 septembre 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://peme.revues.org/1744

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page