Navigation – Plan du site
État de la recherche
Positions de thèse

Julien Vinot, Répétition et variation de la tradition dans les romans de Hue de Rotelande

thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Gérard Jacquin et de M. Jean-Philippe Beaulieu, soutenue le 22 mai 2009 à l’université de Montréal
Julien Vinot
Référence(s) :

Julien Vinot, Répétition et variation de la tradition dans les romans de Hue de Rotelande, thèse de doctorat préparée sous la direction de M. Gérard Jacquin et de M. Jean-Philippe Beaulieu, soutenue le 22 mai 2009 à l’université de Montréal.

Entrées d’index

Mots clés :

translatio

Keywords :

translatio

Parole chiave :

translatio

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Ipomedon, Protheselaus

Index des médiévaux et anciens :

Hue de Rotelande
Haut de page

Notes de la rédaction

Jury composé de Francis Gingras (président-rapporteur), Francine Mora (examinateur externe), Anne Berthelot (examinateur externe), Joyce Boro (représentant du doyen de la FES). Mention décernée : très honorable à l’unanimité.

Texte intégral

1Hue de Rotelande, poète anglo-normand dont l’activité littéraire se situe dans le dernier quart du XIIe siècle, est l’auteur de deux romans en vers, Ipomedon et Protheselaus. Souvent interrogés par la critique – bien qu’une étude d’ensemble sur l’œuvre de Hue fasse défaut – ces textes posent problème quant à leur classification et à leur interprétation. En effet, les ouvrages de Hue, que l’on ne peut tout à fait considérer ni comme des romans antiques ni comme des romans arthuriens, semblent n’être composés que d’épisodes empruntés à des récits contemporains. S’il est vrai que l’on retrouve des motifs et des personnages connus par ailleurs, Hue n’organise pas ses textes de la même manière que ses prédécesseurs. Sous un double rapport de dépendance et d’innovation, Hue s’approprie différents matériaux pour recomposer un monde romanesque, qui repose en grande partie sur la répétition et la variation des traditions littéraires.

2 Puisque les textes de Hue empruntent et utilisent sans cesse l’espace et la matière d’autres romans, et se développent sur des codes déjà existants, il nous a paru nécessaire d’étudier la manière dont l’auteur ordonne ses compositions et établit un dialogue avec d’autres œuvres. Se plaçant sous le signe de la translatio studii et présentant ses ouvrages comme de simples traductions, Hue joue avec ses modèles référentiels qu’il vide de toute auctoritas. Il montre que cette tradition qui veut que les textes s’écrivent les uns sur les autres, le nouveau sur l’ancien, est de l’ordre du semblant. S’il construit ses textes sur le moule et les recettes du roman courtois, il remet en question les modalités de celui-ci afin de proposer une nouvelle conception courtoise qui donne à ses romans une tonalité égrillarde. Hue ne cesse de tenir un discours réflexif sur sa pratique d’écrivain de façon à souligner le travail de l’écriture qui s’exerce dans ses textes. Il attire l’attention sur son propre rôle d’auteur, sur l’image qu’il donne de lui-même et de sa fonction dans son œuvre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Vinot, « Julien Vinot, Répétition et variation de la tradition dans les romans de Hue de Rotelande », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 23 septembre 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://peme.revues.org/2064

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page