Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Émilie Lasson, Superstitions médiévales : une analyse d’après l’exégèse du premier commandement d’Ulrich de Pottenstein

Paris, Champion, 2010
Karin Ueltschi
Référence(s) :

Émilie Lasson, Superstitions médiévales : une analyse d’après l’exégèse du premier commandement d’Ulrich de Pottenstein, Paris, Champion, « Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge » n° 102, 2010, 560 p. 

Texte intégral

1 « Au Moyen Âge, l’Église récupère, transforme et utilise à son profit les données du paganisme et des traditions populaires. » Cette phrase introductrice plante d’emblée le contexte dans lequel s’inscrit la problématique, à première vue paradoxale, de cet ouvrage, fruit d’une thèse de doctorat préparée sous la direction du Professeur Claude Lecouteux : ce commentaire du Premier Commandement que fait le clerc Ulrich de Pottenstein, (1360-1417 env.) lui donne en effet l’occasion de pointer les croyances et pratiques qui s’en écartent, si bien que son texte constitue un témoignage précieux, pour la postérité, concernant les mentalités de la société de la fin du Moyen Âge, plus particulièrement dans la région de Vienne ; on peut le comparer au rôle que joue le Décret de Burchard de Worms dans l’exploration du paysage mental autour de l’an mil. En effet, bien des croyances et des pratiques superstitieuses survivent et fleurissent au xve siècle, constituant pour la plupart une infraction par rapport au Premier Commandement. « Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face… » (Vulgate : Non habebis deos alienos coram me. Non facies tibi sculptile, neque omnem similitudinem quae est in caelo desuper, et quae in terra deorsum, nec eorum quae sunt in aquis sub terra. Non adorabis ea, neque coles. Exode, 20, 3-5). Ces « dix paroles » ont été traduites par les Septante par déka logoï, d’où le nom de « Décalogue ». L’étude d’É. Lasson dépasse ainsi largement sa discipline d’origine, la germanistique, et englobe les apports de la théologie, de l’histoire, de la sociologie et de l’anthropologie.

2 Une première partie de l’ouvrage étudie minutieusement l’auteur, Ulrich de Pottenstein dans le contexte historique, social et spirituel qui a vu l’émergence de son œuvre. C’est un auteur encore peu étudié, y compris outre-Rhin. Il évolue dans l’environnement de l’université de Vienne (créée en 1365) et de ce qu’on appelle « l’école de Vienne » (Wienerschule), qui se caractérise par le recul de la spéculation théologique au profit de l’élaboration d’une dévotion nouvelle qui met l’accent sur les pratiques religieuses et une vie intérieure vécue dans la droite postérité de Latran IV. L’émergence de la prédication en langue vernaculaire en est une expression. Ulrich a laissé deux œuvres à la postérité : une œuvre exégétique incluant un commentaire du Notre Père, de la Salutation angélique, du Credo, du Magnificat et des Dix commandements d’un côté, et une traduction (du latin en allemand) du Quadripartitus apologeticus… de l’évêque Cyrille de Pergame de l’autre côté.

3 La seconde partie du livre d’É. Lasson est consacrée à l’étude des trois sources essentielles utilisées par Ulrich : la Bible, le Décret de Gratien et la Somme Théologique de saint Thomas d’Aquin. L’investigation est approfondie aussi bien en termes de contenu que de méthode d’argumentation dont Ulrich s’inspire pour bâtir son œuvre. É. Lasson établit des tableaux récapitulatifs des citations faites par Ulrich de ses sources, ainsi que des thèmes de prédilection repris par le clerc viennois et que dégage une analyse quantitative.

4 La troisième partie est proprement consacrée à l’analyse des superstitions. Elle s’édifie sur une étude préalable très fine et très bien documentée de la notion de superstition (définitions, origines, terminologie) dans les sphères respectives du latin et de l’allemand, en vue de mettre en évidence les particularités de l’évolution des mentalités en cette fin du Moyen Âge dans la région viennoise. À partir de là est établie une classification appliquée au commentaire du Premier Commandement d’Ulrich. Basé sur une investigation lexicale et comparative, l’examen est structuré à partir d’une « taxinomie raisonnée » des superstitions et se trouve constamment confronté et comparé à d’autres auteurs évoluant dans cette sphère (Henri de Langenstein, Nicolas de Dinkelsbühl, Thomas Peutner…) afin de montrer à la fois les idées dans l’air du temps et l’originalité d’Ulrich : observation des signes (ciel, augures, actes, rencontres, rêve, temps dans les deux sens du terme), divination (astrologie, nigro- ou nécromancie, sorts – dés, cire, plomb, tirage à la courte-paille – chiromancie, aéro,- géo- hydro- et pyromancie) et pratiques magiques (par le truchement du livre saint, de bénédictions, du crucifix, de reliques, de l’eau bénite, de l’eucharistie ; par la fabrication ou l’utilisation d’objets magiques), autant de points qui sont analysés minutieusement à travers une grille de sous-rubriques rigoureuse.

5 Une annexe bien utile propose un dictionnaire des superstitions offrant non pas des définitions mais des sources traitant des pratiques référencées (pour en donner un petit aperçu citons quelques entrées : aéromachie, aiguille, alp, amulette, animaux, art notoire, astrolabe, bougie, bref, ceinture, cendre, changelin, cire, cohorte nocturne, conjuratuer, dé, dent, filer, flèche, foudre...).

6 Cet ouvrage, rigoureux, riche et très agréable à lire, ne manquera pas d’intéresser les médiévistes de tous horizons, germanistes bien sûr, mais aussi romanistes, anthropologues, théologiens et historiens, à la fois par son sujet et par l’exemplarité de la pratique de la pluridisciplinarité mise en œuvre ; celle-ci trouve ici non seulement une illustration, mais elle l’incarne. Cette étude contribue ainsi efficacement à établir des ponts entre les différentes disciplines en traitant un sujet au cœur d’un mouvement intellectuel et littéraire européen, puisque le souci d’édification et le didactisme par le biais de l’outil vernaculaire s’observe partout en Europe. Mais l’ouvrage est également riche en apports sur des questions aussi fondamentales que les considérations sur une langue encore non stabilisée et les fluctuations par rapport aux référents et aux différents auteurs qui l’utilisent ; la mise en évidence de la richesse et des nuances du vocabulaire des superstitions, ainsi que des problèmes de traduction qui sont inhérents à ces champs lexicaux et qui reflètent bien plus que de simples enjeux de langue ; les considérations sur le rapport du latin avec les langues vernaculaires romanes d’un côté, germaniques de l’autre, ou encore l’articulation entre compilation, citation et invention personnelle ; la délicate frontière entre ce qui relève du religieux et ce qui est de la magie ; la valeur complexe et ambiguë de concepts comme le songe (est-il d’origine divine ou diabolique ?) ; la stupéfiante et en même temps évidente parenté entre prêtre et magicien, etc.

7 Certains développements méritent une mention particulière : les réflexions sur les signes, le temps et les augures qui font un point synthétique et assez exhaustif sur ces questions ; le développement sur le pouvoir magique des mots ; la distinction très claire et argumentée entre nécromancie et nigromancie et leurs rapports, étude toujours sous-tendue par la problématique de la traduction et du passage du latin en allemand, ainsi que la recherche d’une possible équivalence.

8 É. Lasson nous offre ici un très beau travail qui sera utile à des chercheurs de multiples horizons ; il est également prometteur d’une belle carrière de chercheuse et témoigne de la vitalité, contre vents et marées, des études germaniques et des contributions essentielles qu’elles fournissent à la médiévistique en particulier, à l’étude des mentalités et de l’anthropologie en général. Ce travail dit ainsi aussi l’urgence qu’il y a de continuer à assurer dans ce domaine en particulier la formation de spécialistes et par conséquent de ménager leur place dans le système universitaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karin Ueltschi, « Émilie Lasson, Superstitions médiévales : une analyse d’après l’exégèse du premier commandement d’Ulrich de Pottenstein », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 10 août 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://peme.revues.org/2123

Haut de page

Auteur

Karin Ueltschi

Professeur de langue et de littérature du Moyen Âge - Université de Reims Champagne-Ardenne

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page