Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

Grands Textes du Moyen Âge à l’usage des petits

Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2010
Alexandra Velissariou
Référence(s) :

Grands Textes du Moyen Âge à l’usage des petits, Caroline Cazanave et Yvon Houssais (dir.), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, « Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté », série « Littéraires » n° 23, 2010, 334 p.

Texte intégral

1Ce volume fait suite au colloque organisé par C. Cazanave et Y. Houssais à Besançon les 10 et 11 septembre 2008, et intitulé « Le Moyen Âge et la littérature de jeunesse : créations, re-créations ». Il s’agit d’un ensemble de treize études, regroupées en deux sections et précédées d’une préface de C. Cazanave et d’Y. Houssais, où ces derniers définissent ainsi l’objet du présent ouvrage : il s’agit de s’interroger sur le devenir des grands textes médiévaux ayant été adaptés pour le jeune public, de la fin du xixe au xxie siècle. Pour ce faire, il s’agit de montrer quels spécimens ont été choisis et quel traitement leur a été appliqué. L’accent est ensuite mis sur le rôle important joué par l’institution scolaire dans l’élaboration de ce type de textes, et sur les motifs à l’origine de leur création. C’est en raison des riches possibilités narratives offertes par les textes littéraires du Moyen Âge que ces derniers se sont avérés propices à des adaptations pour enfants. Malgré la nécessité de les réécrire, pour les rendre plus accessibles sur le plan linguistique et structurel, ils sont susceptibles de jouer à la fois un rôle didactique, éthique et ludique. Après un résumé succinct de chacune des études, la préface évoque ce que les auteurs appellent le Nouveau Moyen Âge Jeunesse (NMAJ), c’est-à-dire tous les textes relevant de la réécriture d’œuvres médiévales et destinés aux enfants. À leur double fonction, ludique et éducative, on peut ajouter leur fonction esthétique, témoin l’importance des illustrations. La naissance de ce type d’ouvrages a été largement facilitée par l’existence d’éditeurs et de collections favorables aux réécritures médiévales.

2La première section du recueil s’intitule « Voir et revoir les comportements héroïques ». Elle propose en premier lieu une étude sur les différentes adaptations de la Chanson de Roland, qui s’interroge sur le statut de « monument » de ce texte lorsqu’il est adressé à la jeunesse. M.-M. Castellani s’intéresse au travail de réécriture, notant que les auteurs des premières versions manifestent une volonté de conserver un vocabulaire médiéval, et qu’au fil du temps, le texte de ces éditions se voit réduit tandis que l’appareil de notes s’amplifie dans le but d’expliquer aux jeunes lecteurs certains termes d’histoire, de civilisation, voire certains termes modernes. Est aussi mise en exergue l’importance des illustrations, dont le nombre gagne en ampleur en même temps que le texte se réduit et qui visent à permettre un accès plus aisé au texte. Alors que certaines éditions prônent des valeurs patriotiques, Roland incarnant le héros français par excellence, d’autres offrent le portrait d’un « Moyen Âge chrétien » ou, plus pédagogiques, mettent plutôt l’accent sur le caractère historique et littéraire du texte. La plupart de ces versions ont un point commun : de par son courage hors normes, Roland y est présenté comme une figure exemplaire, un modèle moral à imiter. L’étude suivante (N. Henrard) s’intéresse aux différentes versions du cycle de Guillaume d’Orange, qu’elle répartit en trois catégories : les textes à visée didactique, utilisés dans un cadre scolaire, les textes du même type qui ne sont pas réservés à ce cadre et qui s’adressent aussi bien aux enfants qu’aux adultes, les versions à visée essentiellement récréative et qui ont vu le jour dans des collections réservées à la jeunesse. Il est montré comment, selon les objectifs des adaptateurs et le public visé, selon les époques, l’écriture de ces textes varie, tant au niveau stylistique qu’au niveau du choix des épisodes rapportés. La troisième étude se penche sur la traduction des Quatre Fils Aimon due à François Suard et destinée à la jeunesse. B. Guidot démontre que, dans cette version, le traducteur poursuit plusieurs objectifs : informer, instruire, attirer, séduire et faire rêver le jeune public. S. Baudelle-Michels montre ensuite comment l’histoire des Quatre Fils Aimon est devenue dès le xvie siècle, grâce à ses nombreuses réécritures, un roman de chevalerie susceptible d’enchanter les enfants et un témoin précieux de la démocratisation de la lecture. Sa tradition iconographique a permis tout particulièrement de favoriser sa popularité auprès du jeune public. Les éditeurs des différents remaniements ont souvent eu à cœur de souligner l’utilité du texte pour ce qui est de l’éducation intellectuelle et morale des futurs adultes. Entre autres, le roman permet à ces derniers de distinguer le bien du mal. L’étude de C. Cazanave s’intéresse aux adaptations d’Huon de Bordeaux, depuis 1898 jusqu’à aujourd’hui. Cette période connaît une vingtaine de versions de l’histoire, de formes très diverses et destinées parfois autant aux adultes qu’aux enfants. Provenant de sources variées, l’histoire du Bordelais a été largement diffusée grâce notamment à l’usage qui en a été fait par le milieu scolaire, même s’il ne faut pas oublier qu’elle a également été reproduite sous forme de livres d’art. Le contenu historique et la portée morale du roman, auxquels il faut ajouter une langue remaniée et de nombreuses illustrations, ont contribué à en faire une œuvre pour laquelle la jeunesse a montré un véritable engouement. Adaptée pour mieux correspondre aux idéaux héroïques, psychologiques et moraux de notre époque, l’histoire a aussi été investie d’une dimension ludique croissante. M.-J. Pinvidic propose ensuite une réflexion sur les rapports entre la chanson de Doon de Maience et la littérature de jeunesse. Partant du constat que la légende est aujourd’hui absente des rayons des bibliothèques pour enfants, l’auteur présente les différentes versions du texte du XIVe au XIXe siècle pour se pencher, dans un second temps, sur deux éditions du XXe siècle, celles de Jules Arnoux (1905) et de Jean Mauclère (1937). Ce sont en effet ces deux ouvrages qui relient pour la première fois l’histoire à la littérature de jeunesse. La première édition s’adresse aux enfants, au public en général et aux enseignants. Elle vise à proposer à la jeunesse des leçons de vertu ainsi qu’un message patriotique auquel viennent s’ajouter les réflexions personnelles de l’auteur. L’édition de Jean Mauclère, qui ne rapporte que les Enfances de Doon, s’adresse au public français en général. Écrite dans une langue imitant l’ancien français, elle constitue la traduction quasi littérale de la première partie du manuscrit de Montpellier (ms. H. 247, Faculté de Médecine). Comment expliquer la disparition des éditions pour enfants de ce roman et, plus généralement, le manque d’engouement pour les adaptations épiques ? Plusieurs raisons sont avancées : les valeurs idéologiques véhiculées par la légende, plus précisément l’opposition entre les Chrétiens et les Sarrasins ; les allusions permanentes du texte à Dieu et aux miracles ; la longueur de la narration ; la baisse du niveau de culture générale du jeune public. La dernière étude de la section (J. Dufournet) se penche sur les adaptations du Roman de Renart. L’auteur aborde en premier lieu quelques réécritures de l’ensemble de l’œuvre : les éditions de Paulin Paris (1861), Maurice Genevoix (1958) et Albert-Marie Schmidt (1963). Puis, sont présentées les éditions illustrées de Benjamin Rabier (1909), Pierre Coran (1996), Christian Poslaniec (1998) et Xavier Kawa-Topor (2004). L’étude s’achève sur la description de quelques bandes dessinées ayant repris l’histoire. L’auteur montre l’originalité des différentes versions et le positionnement de chaque adaptateur par rapport au roman médiéval.

3La deuxième section, intitulée « Réviser les idées, les croyances, le système éducatif », regroupe six études. M. Novotna propose tout d’abord une réflexion sur les traductions tchèques d’Aucassin et Nicolette, parues dès 1887. Après les avoir présentées, l’auteur s’intéresse plus particulièrement à la première version, celle de Julius Zeyer, qui loin d’être une simple traduction peut être qualifiée de « tableau rénové ». Une étude comparative du texte médiéval et du texte tchèque permet de souligner le travail considérable de J. Zeyer, consistant à poétiser le texte original grâce à l’insertion d’effets stylistiques et à l’influence de l’esthétique de l’Art nouveau. L’article de C. Denoyelle est consacré aux réécritures du Lancelot en prose : deux albums destinés aux enfants, trois romans de jeunesse et deux ouvrages s’adressant aux adolescents ou aux adultes. L’auteur compare la manière dont ces différentes versions traitent l’une des scènes clés de l’histoire : le dialogue de Lancelot et Guenièvre au Pré des Arbrisseaux. L’étude mentionne aussi les illustrations accompagnant ces différents textes. Il apparaît que la plupart des adaptateurs ont modifié le dialogue en question, mettant par exemple l’accent sur le lien amoureux entre les deux personnages. M. White-Le Goff se penche ensuite sur quelques réécritures de la légende mélusinienne pour enfants. Elle s’intéresse ainsi au modèle ayant servi de base à chaque version, à la fidélité de chaque adaptateur par rapport à ce modèle et à l’iconographie de ces ouvrages. L’étude suivante (C. Chase) aborde le cas des livres illustrés traitant de la légende de Merlin et destinés aux jeunes enfants américains. L’auteur y étudie quatre ouvrages écrits de 1986 à 1995, où elle montre aussi l’importance des illustrations. P. Bretel aborde quant à lui le cas du Jongleur de Notre Dame, dont il souligne la présence parmi les livres destinés aux enfants, alors que de manière générale les textes édifiants médiévaux sont absents de la littérature de jeunesse. L’auteur insiste plus particulièrement sur deux ouvrages adressés au jeune public : la version de Jacqueline Mirande (1995) et celle de Robert O. Blechman (2002). Sont ainsi comparés la narration, la structure et les thèmes de ces deux textes. Le dernier article du volume (I. Olivier et G. Plissonneau) est centré sur les adaptations de Gargantua, œuvre qui relève à la fois du Moyen Âge et de la Renaissance. C’est sur cette ambiguïté que les auteurs souhaitent attirer l’attention, en insistant aussi sur le rôle joué par l’iconographie dans les différentes réécritures. À la fin de l’article se trouvent deux annexes décrivant successivement les neuf adaptations de Gargantua, puis recensant les réécritures de la scène de la naissance du géant. Enfin, on trouve une bibliographie succincte sur le sujet de l’article. En somme, il s’agit d’un ensemble de travaux variés et de tonalité joyeuse, sur un sujet d’actualité pouvant séduire aussi bien les chercheurs que les enseignants et tous ceux qui s’intéressent à la littérature de jeunesse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Velissariou, « Grands Textes du Moyen Âge à l’usage des petits », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 13 août 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://peme.revues.org/2185

Haut de page

Auteur

Alexandra Velissariou

Docteur en littérature française du Moyen Âge

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page