Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Editions & traductions

Gaston Paris-Joseph Bédier. Correspondance

Florence, Edizioni del Galuzzo, 2009
Denis Collomp
Référence(s) :

Gaston Paris-Joseph Bédier. Correspondance, Ursula Bähler et Alain Corbellari (éd.), Florence, Edizioni del Galuzzo, 2009, XXIX et 184 p.

Entrées d’index

Parole chiave :

corrispondenza, medievista
Haut de page

Texte intégral

1Paraît ici le premier volume d’une collection, « L’Europe des philologues », consacrée à la correspondance entre les grands romanistes au tournant des xixe et xxe siècles sous l’égide de la Fondation Ezio Franceschini (on reconnaîtra les pratiques typographiques italiennes à l’absence d’espace fine avant et après les doubles signes de ponctuation ainsi qu’à quelques coupes de syllabes comportant un e muet). Ce projet participe de l’étude historique de la philologie romane développée depuis quelques décennies.

2Les deux biographes des célèbres médiévistes donnent ici un ensemble de soixante-dix-neuf échanges épistolaires entre les deux hommes de 1886 à 1902, complété par sept lettres entre Bédier et la veuve de Gaston Paris. La répartition annuelle des courriers conduit à numéroter les notes comme celles d’autant de « chapitres ».

3Sans même prendre en compte la longueur des lettres, l’évidente disproportion dans le nombre de courriers conservés (un tiers pour Paris, deux tiers pour Bédier), alors que la correspondance souligne à l’évidence l’existence d’autres lettres du maître, fait naître un doute dans l’esprit du lecteur ; six mois à peine après la mort de Paris, Bédier, bien que conscient de l’intérêt scientifique de la démarche, objecte à Madame Paris, désireuse de rassembler la correspondance de son mari, la crainte de voir pratiquer par les destinataires ce qu’on appelle actuellement en biblio-économie du désherbage : n’aurait-il pas lui-même détruit certaines lettres dans lesquelles le débat d’idées ne lui convenait pas, quand on sait qu’il supportait mal les critiques, comme le soulignent certaines notes ? Le silence de Paris étant plus grand à partir de 1894, il se peut également que le mode de communication ait évolué du fait de l’installation de Bédier à Paris.

4L’ensemble des abondantes notes éclaire l’échange et ses lacunes et plus largement les autres relations au sein du petit monde philologique contemporain. L’aveu simple et modeste de l’impossibilité d’élucider certaines allusions ou d’éclairer des détails biographiques ne saurait occulter l’extrême érudition de l’apparat critique et surtout l’important travail de recherche dont il découle. Pour répondre à quelques interrogations, nous soumettons aux éditeurs quelques solutions suggérées par le fait que Bédier cite souvent donc de mémoire et donc approximativement :

  • p. 116, note 56, il pourrait s’agir du Résumé des travaux législatifs de la chambre des députés pendant la cinquième législature (1889-1893), préparé par les soins du secrétaire général de la Présidence, Paris, Imprimerie de la Chambre des Députés / Motteroz, 1893 ;

  • p. 152, note 5, il semble qu’au xixe siècle on faisait allusion en le déformant au vers du Misanthrope (acte II, scène 7) : « hors qu’un commandement exprès du roi me vienne, (/ De trouver bons les vers dont on se met en peine, / Je soutiendrai toujours, morbleu ! qu’ils sont mauvais, / Et qu’un homme est pendable après les avoir faits. »). On en trouve trace sous la plume de François Guessard « à moins qu’un ordre exprès du roi ne vienne » dans son « Examen critique de L’Histoire de la formation de la langue française par M. Ampère », Bibliothèque de l’École des Chartes, 1842, tome 3, p. 88 ; l’expression est prêtée également à Auguste Comte, se référant expressément à Alceste en déformant de même la citation, par Pierre Laffite, professeur au collège de France, dans « Auguste Comte examinateur d’admission à l’Ecole polytechnique », Nouvelles annales de mathématiques 3e série, tome 13 (1894, p. 74). Sans doute que l’expression circulait ainsi, même si on ne la trouve pas en ces termes dans les dictionnaires contemporains, mais qu’intuitivement Bédier tente de la rétablir en alexandrin.

5Par ailleurs, nous ferions une autre interprétation du « cher laïus » (p. 129, note 20) : dans sa lettre, Paris a dû écrire qu’il aurait fait un laïus quant à l’orientation des futurs recherches de Bédier s’il en avait eu le temps (comme souvent dans ses lettres), ce qui fait déplorer par Bédier que ce laïus soit resté au fond de l’encrier.

6L’introduction, éclairante et nuancée sur les rapports entre les deux philologues, ne mentionne pas dans les critères d’édition un respect particulier de l’accentuation originale (hormis pour Mahoû, p. 168, note 17), ce qui fait s’interroger sur l’usage de l’accent grave dans « possèderions » p. 35, et « complèteraient » p. 120, note 79, citation de Brunetière : pratique réelle de Bédier pour le premier cas, préfiguration d’un usage qui tend actuellement à se répandre, ou simple erreur typographique, comme on peut aussi le penser pour le second ?

7On pardonnera à l’auteur de ces quelques lignes, aixois de naissance, de cœur et par profession de s’émouvoir du tropisme parisien dont souffre Bédier (voir notamment ses remarques sur Gillet, p. 146), peut-être plus légitime à son époque, dans sa quête d’une maîtrise de conférences (« Trou pour trou, autant vaut peut-être Fribourg qu’Aix », p. 85). À certains égards, ce trait comme les considérations pécuniaires, les inimitiés qui se dessinent, certains clichés n’ont pas un caractère si ancien de « vieux pourana » qu’ils surprennent les universitaires du xxie siècle.

8Plus intéressante est la perception qui se dégage de cette correspondance d’une république des lettres philologiques et romanes, qui permet de nuancer la vision de guerre froide franco-allemande qu’on peut avoir de la période. Cette publication et l’analyse qui la précède éclairent les rapports entre les deux hommes, qui se sont succédé au Collège de France, faits de sollicitations par le disciple et de sollicitude du maître, et viennent atténuer les reproches longtemps adressés à Bédier de « meurtre du père ».

9On ne peut que souscrire à la formulation de Michel Zink dans sa préface : « Une lecture qui est aussi une plongée délicieuse dans le temps perdu de nos ancêtres philologues. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Collomp, « Gaston Paris-Joseph Bédier. Correspondance », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 13 août 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://peme.revues.org/2209

Haut de page

Auteur

Denis Collomp

Maître de Conférences en langue et littérature du Moyen Âge - Aix-Marseille université

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page