Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

Le Récit idyllique. Aux sources du roman moderne

Paris, Classiques Garnier, 2009
Damien de Carné
Référence(s) :

Le Récit idyllique. Aux sources du roman moderne, Jean-Jacques Vincensini et Claudio Galderisi (dir.), Paris, Classiques Garnier, « Recherches littéraires médiévales », 2009, 216 p.

Texte intégral

1La réflexion sur le « récit idyllique », depuis l’ouvrage fondateur de Myrrha Lot-Borodine (Le Roman idyllique au Moyen Âge, 1913), a repris de plus belle pendant les dernières années, penchée notamment sur la réévaluation des ambiguïtés de « l’idylle » et sur la constitution théorique du « genre » du roman idyllique.

2Sur ces deux questions, le présent volume apporte des éclairages fondamentaux. Dès l’introduction, Jean-Jacques Vincensini pose que ces récits, avant même d’infliger à leurs protagonistes de « terribles souffrances », connaissent « la blessure du désir et l’effroi de la mort ». Il dispose par ailleurs les principaux critères narratifs et idéologiques qui permettent, avec une certaine élasticité, de réunir les textes sous une même bannière générique. Sont retenus comme principaux traits définitoires : la construction textuelle de la « fraîcheur » ; l’inquiétude face à « l’écart sexuel » ; la succession des trois motifs fondamentaux de la mésalliance – les amants voient leur union contredite par les lois matrimoniales –, de la déchéance dans « l’indifférenciation et l’impureté » – que l’on pense à la chair de poulet pourrissante dont l’héroïne de Paris et Vienne se protège du mariage, ou aux activités économiques que sont contraints de pratiquer des amants séparés – et de la « fin des abjections et recréation d’un ordre social, via le mariage ».

3La difficulté de déterminer exactement l’extension du corpus, selon les critères retenus et la variance que l’on tolère dans l’application des thèmes et des motifs, ne saurait surprendre : elle est le gage d’une réflexion générique active, dont du reste les limites ne sont pas propres à la littérature du Moyen Âge, contrairement à ce que l’on dit souvent. En l’occurrence, indiquer les variables du corpus (Pyrame et Thisbé, Floris et Liriopé, Amadas et Ydoine, etc., ne répondent pas à tous les critères retenus), se demander quoi faire de la pastorale antique et notamment Daphnis et Chloé (Romain Brethes), des imprimés tardifs des romans idylliques (Sergio Cappello), ou se demander comment L’Escoufle participe ou non à la perpétuation de l’idéologie et de la structure essentielles du genre (Marion Uhlig) – bref, s’attacher aux tensions qui traversent le paysage générique, c’est mener le nécessaire travail sur les frontières sans lequel le genre se réduit bientôt à une étiquette vide. C’est dépasser l’aporie poétique traditionnelle qui réduit les genres à un unique et préalable idiome, et toute la suite à un dévoiement : pour Myrrha Lot-Borodine, point de roman idyllique après Floire et Blanchefleur, tout comme on opposait usuellement Roland et la dégénérescence immédiate de la chanson de geste, Chrétien de Troyes et la production « épigonique » nécessairement et uniquement parodique, le Lancelot et les proses déréglées qui l’ont suivi, etc.

4On voit donc l’intérêt, pour les études génériques en général, d’une réflexion renouvelée sur le récit idyllique, si mouvant qu’il a parfois revêtu le nom, parfaitement indistinctif et tout à fait inapproprié, de « roman d’aventures ». Après l’introduction, fort dense, de J.‑J. Vincensini, la première série d’articles répond à la question « Un genre ? ». Elle se caractérise par sa puissance théorique.

5La contribution de Claudio Galderisi, « Idylle versus fin’amor ? De « l’amor de lohn » au mariage », part du roman grec pour situer le genre idyllique dans la représentation amoureuse des premières générations littéraires (lyrisme occitan, roman courtois). De nouvelles considérations sur la définition délicate du corpus attaché au « genre » amènent le critique à établir que l’amour comme force idéalisée, atemporalisée, et en cela opposée aux vicissitudes sociales, est le support d’un conflit générationnel dans lequel la jeunesse vainc la génération qui la précède – point commun avec le roman grec. « L’incompréhension physiologique, incompressible, entre nature et société » est le ressort ultime de ces récits. L’empathie toute naturelle qui unit les amants en dépit des circonstances, les conséquences politiques bénéfiques du retour à l’ordre amoureux, enfin le rôle spécifique de l’engien, et notamment féminin, sont d’autres caractères qui, à des degrés divers, distinguent le roman idyllique de celui de Chrétien de Troyes, du roman antique ou de l’érotique des troubadours.

6Giovanna Angeli se penche ensuite sur les avatars du « couple enfantin » dans une série de textes qui va de Pyrame et Thisbé à Aucassin, en passant par le lai des Deuz Amanz et Floire et Blanchefleur, en montrant comment la « fantaisie gémellaire » à l’œuvre dans ces amours portées par des correspondances remarquables entre les deux jeunes gens retravaille un motif éminemment incestueux.

7Dans « Le paradis retrouvé : pour une typologie du roman idyllique », Friedrich Wolfzettel donne à son tour, avec l’éclairage d’une documentation germanophone assez peu lue en France, comme il le souligne lui-même, des clés pour déterminer des éléments de fonctionnement essentiels du roman idyllique. À la différence du roman arthurien, qui connaît des intrigues dialectiques relancées par des « crises », le roman idyllique tend à revenir au même initial, sans passer par la problématisation du moi. La reconquête d’un paradis initial constitue l’arrière-plan mythique sur lequel se déploient les amours enfantines, même si c’est sur ce point-là au premier chef que la contamination croissante des genres attaquera la spécificité du roman idyllique.

8« Le raffinement de la souffrance ‘idyllique’ » , étude de Jean-Jacques Vincensini consacrée à Pierre de Provence et la belle Maguelonne, applique brillamment à ce texte les postulats développés par l’introduction : la création du désordre retravaille le désir pour le rendre à nouveau réalisable dans sa terre de départ ; le parcours des personnages est bien peu « idyllique » et confronte les amants à ce que l’auteur a appelé ailleurs « l’abjection » ; enfin, en guise de supplément, le roman idyllique représente une « mise en cause de la matrimonialité » distincte de celle qu’opère le roman courtois : dans celui-ci, « le preneur de femme » est visé, à travers le thème de l’adultère, alors que c’est « le donneur de femme » (père, parent) qui est la cible profonde du récit idyllique.

9Pour la deuxième partie du recueil, les auteurs se concentrent sur des problèmes génériques posés par des textes individuels. Romain Brethes insiste sur la difficulté d’appréhender la signification de Daphnis et Chloé, tout en y reconnaissant cependant une dialectique entre nature et société, ou plus exactement ici urbanité.

10Marion Uhlig a, depuis sa contribution dans ce recueil d’articles, publié Le Couple en herbe, contribution majeure à l’étude du genre idyllique, bien au-delà de L’Escoufle et de Galeran de Bretagne, qu’elle y analyse plus spécialement. Son présent article, « L’idylle en péril : amour et inconduite dans L’Escoufle de Jean Renart », relit avec brio ce roman souvent qualifié de « réaliste » pour montrer que le schéma du roman idyllique, quoiqu’opératoire, y est considérablement revisité, et poussé à quelque limite. La gémellarité enfantine des amants laisse la place à une évolution et une différenciation du fait de l’âge, qui à son tour engendrent une sensualisation remarquable du sentiment amoureux. La nature, au lieu de manifester l’innocence, comme dans les romans idylliques exemplaires, est le lieu où la sexualité affleure, comme à Toul, lors de la séparation. Puis les trajectoires divergent au risque de « disloquer le schéma traditionnel », tant les activités économiques et quasi courtisanes d’Aélis contreviennent à l’image attendue d’une héroïne idyllique. Le schéma est sauvé in extremis par Guillaume et par la convocation de la mémoire, mais le parcours a montré que penser L’Escoufle comme un texte interrogeant le substrat idyllique était sans doute plus pertinent que d’y voir un « réalisme » bien plus difficile à mobiliser pour rendre compte de tous les aspects du récit.

11Les quatre derniers articles du volume s’intéressent à la réception tardive du roman idyllique : Anna Maria Babbi sur la propagation et l’évolution européennes de Paris et Vienne et de Pierre de Provence, François Piazza sur la réinterprétation particulière, historiquement conditionnée, des thèmes idylliques dans le Roland Furieux, Sergio Cappello sur la réception des romans idylliques au xvie siècle, où apparaissent à la fois une relative indistinction des différentes veines romanesques, mais aussi des spécialisations par éditeur et par format. Enfin, La Fontaine clôt le recueil, et le cercle historique ouvert par Longus, à travers l’étude de la réécriture de Pyrame et Thisbé dans Les Filles de Minée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien de Carné, « Le Récit idyllique. Aux sources du roman moderne », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 08 septembre 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://peme.revues.org/2227

Haut de page

Auteur

Damien de Carné

Maître de Conférences en langue et littérature du Moyen Âge - Université Nancy II

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page