Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Editions & traductions

Le Cheval volant en bois. Édition des deux mises en prose du Cleomadès d’après le manuscrit Paris, BnF, fr. 12561 et l’imprimé de Guillaume Leroy (Lyon, ca 1480)

Paris, Classiques Garnier, 2010
Stéphane Marcotte
Référence(s) :

Le Cheval volant en bois. Édition des deux mises en prose du Cleomadès d’après le manuscrit Paris, BnF, fr. 12561 et l’imprimé de Guillaume Leroy (Lyon, ca 1480), éd. par Fanny Maillet et Richard Trachsler, Paris, Classiques Garnier, « Textes littéraires du moyen âge n° 14 », série « Mises en prose 2 », 2010, 330 p.

Entrées d’index

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Cheval volant en bois, Clamadès, Cleomadès, Meliacin ou le cheval de fust

Index des médiévaux et anciens :

Adenet le Roi, Girard d'Amiens, Guillaume Leroy, Philippe Camus
Haut de page

Texte intégral

1Le titre complet de l’ouvrage tel qu’il figure sur la première de couverture des éditions Classiques Garnier renseigne très exactement sur son contenu. Il s’agit en effet de l’édition de deux remaniements en prose de la seconde moitié du xve siècle des 18699 octosyllabes du Cléomadès d’Adenet le Roi, trouvère de la fin du xiiie siècle (éd. A. Henry, O. d’Adenet le Roi, t. 5, Bruxelles-Paris, 1971 puis Genève, Slatkine, 1996). L’un des intérêts de ce travail est de nous offrir ensemble la version attribuée au Wallon Philippe Camus, conservée dans le seul ms. BnF, fr. 12561 (vers 1450-1460), et celle qui nous a été transmise par plusieurs imprimés, dont celui de Lyon sorti des ateliers de Guillaume Leroy vers 1480 (BnF, Rés-Y2-151) ; cette seconde version nous est également parvenue dans un ms. (Oxford, Bodleian Libr., Lyell 48) dont le papier porte des filigranes qui le datent du milieu du xve siècle, ce qui le ferait antérieur à l’imprimé, mais les éditeurs montrent de façon convaincante (p. 23) qu’il fut copié sur l’imprimé lyonnais. Au chapitre des caractéristiques générales, ajoutons que ces deux remaniements réduisent fortement la matière narrative de départ, et le second (Clamadès) plus encore que le premier (Cleomadès), puisqu’il est de moitié moins long (p. 28).

2Je ne résumerai pas l’histoire bien connue de ce cheval volant et de ceux qui le montent (un prince, une princesse, un méchant magicien), dont l’origine présumée serait un conte arabo-persan retouché en Espagne (p. 31) et qui devint en France, non seulement le Cleomadès d’Adenet, mais aussi le Meliacin ou le cheval de fust de Girard d’Amiens (éd. P. Aebischer, TLF 212, 1974 et éd. A. Saly, CUER MA Senefiance 27, 1990), contemporain du précédent mais dont la fortune littéraire sera bien différente (p. 34). Rappelons seulement que Cléomadès/Clamadès est le fils du roi d’Espagne et que la seconde des deux versions présentées ici sera traduite en castillan, avec quelques modifications, dont la suppression des chansons, et imprimée à Burgos en 1521. La renommée de ce roman et de ses mises en prose, tant en Espagne qu’en France, sera grande, puisqu’il inspirera Cervantès et que le comte de Tressan en proposera encore une adaptation en 1777.

3Je ne vais pas non plus m’attarder sur les grands mérites de l’excellente édition qui nous est procurée par Fanny Maillet et Richard Trachsler, qui satisfera amplement la curiosité, philologique et littéraire, des lecteurs. Les textes (Cleomadès, p. 125-219 et Clamadès, p. 223-267), soigneusement établis, sont entourés d’un appareil critique riche, précis et intelligent (c’est-à-dire jamais péremptoire). La copieuse introduction (p. 9-121) comporte les rubriques attendues – descriptions codicologiques, sources et relations entre les témoins, analyse, étude littéraire (dont une étude de la variation du matériel onomastique, p. 51), étude de la langue (dont quelques remarques lexicales courtes mais suggestives) – tandis que l’après-texte (p. 269-328) comporte, outre les notes, les index et les glossaires (sélectifs mais de très bonne facture), une table des occurrences de compte et histoire, un lexique des termes de civilisation (bougon, crennequin, taloche, etc.) et une ample bibliographie. Bref, il s’agit d’un instrument de travail de grande qualité et je n’hésiterais pas à recommander comme textes d’études dans nos universités ces œuvres légères, mais agréables à lire, écrites en un moyen français de bon aloi, picardisé, ma non troppo.

4Je termine par une courte sélection d’observations glanées au fil de ma lecture (les mots marqués d’un astérisque sont des occurrences qui ne figurent pas au glossaire et que je signale car elles sont en contexte faussement amicales) : p. 29, emploi erroné d’éponyme « du même nom » (mais emploi correct p. 38 « qui donne son nom à ») ; p. 109, aj. à la liste (donnée comme exhaustive ?) d’occ. de le pron. pers. rég. fém. 28/18 ; p. 127, l. 87, la note correspondante (p. 269) sur la coordination d’une relative à sa principale, qui paraît relativement normale aux éditeurs en moyen français, mériterait une référence justificative ; p. 131, 2/11, *complice, au vu d’ex. similaires du DMF, en contexte militaire, me paraît avoir le sens de « associé », « allié « ; p. 132, 3/4, l’association de deux déterminants démonstratif et possessif faibles (« cestui son retour ») ne me semble pas courante ; p. 147, 12/56, la note correspondante (p. 271) sur ce graphie de ci est frustrante (en l’absence d’autres exemples, j’y verrais plutôt un neutre complément de monter, malgré la rareté de l’emploi tr. monter un animal dans l’ancienne langue (v. Gdf 10,172a) ; p. 154, 17/36, *bien « ce qui est bon pour moi » ; p. 176, 32/46, je ne comprends pas le texte, malgré p. 298b, s. v. Judich : « S. et H. ne me pourroient vengier de ceulz qui ce malefice ont couvé de Judich » ; p. 181, 35/60, je ne comprends pas le texte « je ne say que tu te demandes de moy avoir traÿe » ; p. 227, l. 141, « adoncques trouva le seigneur du chastel qui estoit conté » ; je ne suis pas convaincu par la note de la p. 279 qui récuse la lecture conte au motif que le seigneur du château est le roi de Toscane et qui propose, avec prudence il est vrai, de comprendre conté « mentionné » ; cette interprétation étant peu naturelle, à mon sens, je pense qu’il faut bien lire conte ; j’estime pour ma part peu plausible que le texte, qui nous a présenté Carnuant comme roi et seigneur de Toscane (l. 132), le fasse entrer en scène sous la simple étiquette de « seigneur du chastel » et qu’à tout le moins il aurait usé de son titre de roi comme partout ailleurs ; rien n’interdit de supposer que le roi n’est que l’hôte du château appelé Chastel Noble ou même que ce « seigneur du chastel » qui accueille les visiteurs est le gouverneur militaire de la place (la mention de ce personnage est absente du Cléomadès, p. 150) ; lorsque le roi, alerté par le gardien de sa fille, intervient dans le récit (p. 229, l. 211), absolument rien ne suggère que Clamadès et lui se soient déjà rencontrés ; p. 236, l. 437 et passim, ont « où » ; on pourrait peut-être expliquer cette forme (commentée p. 280) comme le produit étymologique de UNDE, que l’on retrouve dans dont « d’où », ou comme une forme extraite de ce dernier morphème ; p. 246, l. 752, *s’adresser « se diriger vers » ; p. 249, l. 869, « il la querroit avant par tout le monde ains qu’il ne la trouvast » ; tour alambiqué : « il la chercherait d’abord dans le monde entier plutôt que de ne pas la trouver » ou « avant de renoncer à la trouver ? » ; p. 255, l. 1054, quil ; l’explication donnée en note (p. 282) ne me convainc pas et je crois préférable de lire qu’il, avec prolepse du sujet « le mal » ; p. 255, l. 1059, *demander aucun « s’enquérir de, demander des nouvelles de » ; p. 270 et p. 276, notes des § 8,57, 44,6 et 48,8, « Voir Table, 87 », corr. Table 141.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Marcotte, « Le Cheval volant en bois. Édition des deux mises en prose du Cleomadès d’après le manuscrit Paris, BnF, fr. 12561 et l’imprimé de Guillaume Leroy (Lyon, ca 1480) », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 13 août 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://peme.revues.org/2284

Haut de page

Auteur

Stéphane Marcotte

Maître de Conférences en langue du Moyen Âge - Université Paris IV Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page