Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Editions & traductions

La Fille du comte de Ponthieu. Nouvelle du xiiie siècle. « Roman » du xve siècle

Paris, Champion, 2010
Alexandra Velissariou
Traduction de Roger Dubuis
Référence(s) :

La Fille du comte de Ponthieu. Nouvelle du xiiie siècle. « Roman » du xve siècle, trad. Roger Dubuis, Paris, Champion, « Traductions des classiques du Moyen Âge » n° 85, 2010, 240 p.

Texte intégral

1Le présent ouvrage propose la traduction en français moderne de deux textes en prose rapportant la légende de la fille du comte de Ponthieu : la version du xiiie siècle et la version du xve siècle telle qu’on la trouve dans le Roman de Jean d’Avesnes. Le volume contient également la traduction d’un exemplum pouvant être relié à la légende, le Dit des Annelets. L’introduction rappelle qu’il existe trois versions médiévales de l’histoire : la rédaction primitive (vers 1200-1220) d’un auteur anonyme, la version remaniée de la fin du xiiie siècle, qui s’insère dans une chronique intitulée Histoire d’outre-mer et du roi Saladin, et enfin, la version du xve siècle, intégrée au Roman de Jean d’Avesnes et peut-être inspirée de la seconde version du xiiie siècle. La présente traduction se base sur ces deux derniers textes. L’ouvrage rappelle ensuite les principaux éléments du récit : le viol de la fille du comte de Ponthieu sous les yeux de son mari alors que le couple partait en pèlerinage ; la tentative d’assassinat effectuée par l’épouse honteuse envers son mari ; la punition infligée par le comte de Ponthieu, à savoir l’enfermement de sa fille dans un tonneau, qui est ensuite jeté à la mer ; le mariage de la dame avec le sultan d’Aumarie ; l’arrivée du Comte, de son fils et du mari de la dame, faits prisonniers en Aumarie ; la ruse inventée par la dame pour les libérer et pour regagner avec eux la France. Roger Dubuis pose ensuite le problème du genre de ces trois textes : alors que ceux du xiiie siècle sont assurément des nouvelles, celui de la fin du Moyen Âge est à considérer, faute de mieux, comme un « roman » au sens traditionnel du terme. L’introduction s’achève sur un rappel des différentes œuvres modernes inspirées de la légende et relevant à la fois des domaines du roman, de la poésie et du théâtre. Ce sont là autant de preuves montrant que l’histoire a connu un franc succès jusqu’au xviiie siècle, avant d’être tirée de l’oubli grâce à l’édition de Clovis Brunel (Paris, Champion, 1923), qui donne à la fois les versions du xiiie siècle et du xve siècle. C’est cette édition qui a servi de base à la présente traduction.

2La traduction de la version remaniée du xiiie siècle occupe cinquante pages du volume. À la fin du texte, le traducteur cite la fin de la version de base, c’est-à-dire du manuscrit A (Paris, BnF, fr. 770), qui, en une phrase, annonce le sujet à suivre. Est aussi citée la fin de la version du manuscrit B (Paris, BnF, fr. 12203), qui fournit au lecteur davantage d’informations sur le descendant de la fille du Comte de Ponthieu, Saladin. La présence de ces deux variantes est du plus grand intérêt pour le lecteur, dans la mesure où le texte du manuscrit B insiste sur les origines françaises du célèbre sultan.

3S’ensuit le prologue du Roman de Jean d’Avesnes, où l’auteur rapporte que c’est en lisant un livre en latin qu’il a eu l’idée d’écrire son texte, qui constitue donc la traduction française d’une histoire déjà existante. Ensuite, il invoque la bienveillance de son lectorat. Comme le note Roger Dubuis, ce sont là quelques constantes des prologues et épilogues de la littérature narrative du xve siècle.

4Le volume propose ensuite la traduction de la seconde partie du Roman de Jean d’Avesnes, soit l’histoire de la fille du comte de Ponthieu. La présence dans le roman de cette aventure se justifie par le fait que Jean d’Avesnes est le père du comte en question. Cette version est beaucoup plus longue que le texte remanié du xiiie siècle (elle occupe quatre-vingt-dix-neuf pages du volume) et elle se caractérise entre autres par la présence abondante de descriptions de tournois et de batailles, ainsi que par une insistance sur la profondeur psychologique des personnages.

5Ces deux versions de la légende sont parfaitement complétées par une bibliographie recensant les études majeures la concernant. À cela s’ajoutent deux index, des noms de personnes et des noms de lieux.

6Le volume a aussi le grand intérêt d’offrir au lecteur la traduction du Dit des Annelets, un petit poème du xive siècle écrit en alexandrins et qui fut édité au xixe siècle par Achille Jubinal (Paris, Édouard Panier, 1839-1842). Comme le rappelle le traducteur, ce petit exemplum présente de nombreux thèmes communs avec la légende de la fille du comte de Ponthieu, mais sa visée moralisante constitue une différence fondamentale par rapport aux autres versions du texte et explique également la présence importante d’adresses au public. Nous savons gré à Roger Dubuis d’avoir pensé à faire connaître au public ce petit texte, qui constitue un témoin essentiel de la circulation des thèmes et des sujets au Moyen Âge. En fin de volume, le traducteur donne une généalogie des personnages, depuis Jean d’Avesnes jusqu’à la fille du comte de Ponthieu. Une note supplémentaire précise également l’ascendance de Saladin. L’ensemble du volume est enrichi de notes expliquant avec une grande clarté la traduction de certains passages, et éclairant efficacement les contextes culturel et géographique entourant les différentes versions du texte. Il constitue un apport précieux pour les chercheurs, les étudiants et, plus généralement, pour les amateurs de la littérature médiévale, qui permettra de faire connaître une histoire révélatrice des mentalités et des préoccupations de nos ancêtres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Velissariou, « La Fille du comte de Ponthieu. Nouvelle du xiiie siècle. « Roman » du xve siècle », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 26 septembre 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://peme.revues.org/2318

Haut de page

Auteur

Alexandra Velissariou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page