Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Editions & traductions

Folgore da San Gimignano, Cenne de la Chitarra d’Arezzo, Couronnes et autres sonnets

Paris, Classiques Garnier, 2010
Hélène Basso
Référence(s) :

Folgore da San Gimignano, Cenne de la Chitarra d’Arezzo, Couronnes et autres sonnets, édition de Sylvain Trousselard, Paris, Classiques Garnier, « Textes Littéraires du Moyen Âge » n° 15, 2010, 190 p.

Entrées d’index

Mots clés :

sonnet

Keywords :

sonnet

Parole chiave :

sonetto

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Roman de la Rose

Index des médiévaux et anciens :

Folgore da San Gimignano, Cenne de la Chitarra d’Arezzo
Haut de page

Texte intégral

1Avec cet ouvrage, Sylvain Trousselard nous offre à lire un ensemble de sonnets composés en Toscane, vraisemblablement vers le tout début du xive siècle. L’édition des poèmes est accompagnée de leur traduction et complétée d’un fort riche apparat critique. Après une introduction qui éclaire, autant qu’il se peut, la biographie des deux poètes, le contexte culturel de leur production puis présente les pièces ainsi que les enjeux qui président à leur écriture, Sylvain Trousselard en expose la tradition manuscrite (la liste des codices est suivie de leur description précise et de leur comparaison). Un ensemble d’annexes fournit des outils d’investigation précieux au chercheur désireux d’étudier ces textes : tableau faisant apparaître les correspondances à la rime dans les couronnes des mois des deux poètes, index des mots à la rime, index des noms propres, bestiaire, index alphabétique des sonnets comme de leur traduction.

  • 1 p. 30.

2Par son style clair, sans effet, l’introduction délivre avec efficacité et précision les informations disponibles quant aux poètes, au milieu culturel dans lequel ils ont composé, et, plus largement, au contexte historique de cette production. Cependant, cette introduction s’adresse surtout à un public italianisant averti : beaucoup de termes techniques, non traduits, y figurent, et nul glossaire ne permet au néophyte d’en connaître la définition rigoureuse que sous-tend leur emploi chez les spécialistes. Ce vocabulaire est certes évident pour eux, et, à ce titre il peut paraître normal de ne pas l’expliciter. Mais cela pourrait gêner le simple lecteur curieux de poésie que l’éditeur scientifique semble, pourtant, appeler de ses vœux1.

  • 2 Note sur l’édition p. 29-30.
  • 3 Le dessein idéologique poursuivi par les deux poètes est fort bien analysé mais sans que les moyens (...)

3Et il est vrai que c’est là une entreprise d’une grande générosité que de donner à connaître un corpus aussi intéressant, dans une traduction à la fois plaisante et ambitieuse. L’audace de la traduction est pleinement justifiée dans une note par Sylvain Trousselard2 : elle relève d’un choix personnel. Mais s’agissant de poésie, à forme fixe qui plus est, en est-il d’autre, que d’assumer une lecture et une ré-écriture poétique et donc potentiellement re-créative ? On saura gré à Sylvain Trousselard d’affirmer ce parti pris et de l’assumer de façon si convaincante. Certes, pour le non-spécialiste il demeure difficile d’apprécier l’ampleur de l’audace du traducteur, la part de trahison nécessaire et choisie de son geste car aucun commentaire à proprement parler stylistique des sonnets n’est fourni au préalable. Aussi est-il difficile de mesurer combien la traduction respecte, par son travail même de transposition, « les objectifs des deux poètes » (p. 29)3. L’effet de lecture, en tous les cas, est lui, particulièrement réussi. Chose rare en la matière : nous lisons de la poésie, rythmée, cadencée, dont la syntaxe parfois sophistiquée et les rimes choisies reflètent une vraie et féconde recherche formelle. Le souci de la fidélité – qui fort souvent grève les traductions de poèmes du Moyen Âge et les transforme en des textes mornes et plats – n’est pas pour autant oublié. Il est simplement déplacé grâce à un jeu de notes érudites qui fournissent la traduction « littérale » de certains termes ou expliquent le choix même opéré par le traducteur. Le goût pour la poésie et la recherche de précision scientifique sont donc tous deux satisfaits.

  • 4 Introduction p. 23.
  • 5 On regrettera que la tradition antérieure des couronnes ne soit que rapidement évoquée ; mais aussi (...)
  • 6 Cf. introduction p. 21-22.
  • 7 Cf. introduction p. 17-20.

4Ces notes disposées, judicieusement, en bas de page pour chacun des sonnets ne contentent pas pour autant toute la curiosité de qui s’intéresse aux formes poétiques. Elles ne permettent pas d’apprécier pleinement les quelques éléments fournis en introduction quant à l’écriture des textes. Dans la présentation liminaire de chaque ensemble de poèmes, certaines références et comparaisons à la littérature médiévale d’expression française notamment attirent l’attention. Ainsi Sylvain Trousselard rapproche l’emploi de l’allégorie dans les sonnets de l’armement du chevalier de celui qui en est fait dans le Roman de la Rose4. Cette remarque pleine d’intérêt demeure malheureusement quelque peu allusive et, de par son degré de généralité, vague. Nous pouvons regretter que Sylvain Trousselard ouvre ainsi une piste d’analyse passionnante sans fournir les éléments qui permettraient de l’apprécier précisément. De même, on aurait aimé lire sous sa plume érudite quelques données concernant l’histoire des « couronnes et guirlandes littéraires », qui n’est guère évoquée que par des renvois bibliographiques succincts5. Certes, le choix même de l’édition qui présente la couronne des mois, la guirlande des jours, les sonnets de l’armement du chevalier, puis les sonnets politiques de Flogore et les fait suivre de la parodie, par Cenne, de la couronne des mois, suggère à lui seul l’importance de ce corpus pour appréhender le travail « sériel » à l’œuvre dans la poésie du xive siècle. Il offre un nouveau matériau où jauger l’efficace du procédé de la reprise de mêmes moules formels. Celle-ci est dynamisée par un travail de combinaison, d’enchâssement dans des listes closes, produisant un effet de construction au carré, de jeu de miroirs entre contenu/contenant6. Mais c’est aussi la notion de reprise transgressive, de détournement par la parodie que met en lumière l’édition conjointe des deux poètes arétins. C’est d’ailleurs un des points qu’étudie avec une grande précision Sylvain Trousselard, s’appuyant et sur l’analyse des textes et sur une réflexion théorique profonde7.

5Au final, Couronnes et autres sonnets est un ouvrage stimulant, susceptible de s’adresser aussi bien aux chercheurs intéressés à la poésie du xive siècle et à ses modes de production, qu’à ceux qui s’interrogent sur les interactions de la vie et de la poésie, notamment dans le domaine politique. Enfin, l’ouvrage peut aussi apporter beaucoup à une réflexion sur la traduction.

Haut de page

Notes

1 p. 30.

2 Note sur l’édition p. 29-30.

3 Le dessein idéologique poursuivi par les deux poètes est fort bien analysé mais sans que les moyens scripturaires, les procédés poétiques qui le soutiennent soient vraiment explicités (p. 16, 19, 26, 28).

4 Introduction p. 23.

5 On regrettera que la tradition antérieure des couronnes ne soit que rapidement évoquée ; mais aussi que sa postérité ne soit mentionnée qu’en quatrième de couverture par une référence à Zanzotto qui n’est pas développée dans le corps de l’ouvrage. Mais sans doute le désir de proposer un ouvrage bref a empêché l’auteur d’y déployer toutes les perspectives scientifiques auxquelles il a pu réfléchir à l’occasion de ses travaux antérieurs.

6 Cf. introduction p. 21-22.

7 Cf. introduction p. 17-20.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Basso, « Folgore da San Gimignano, Cenne de la Chitarra d’Arezzo, Couronnes et autres sonnets », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 13 août 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://peme.revues.org/2329

Haut de page

Auteur

Hélène Basso

Maître de Conférences en langue et littérature du Moyen Âge - Université d'Avignon

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page