Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Editions & traductions

La Prise d’Orange. Chanson de geste (fin xiie-début xiiie siècle)

Paris, Champion, 2010
Jean-Charles Herbin
Traduction de Claude Lachet
Référence(s) :

La Prise d’Orange. Chanson de geste (fin xiie-début xiiie siècle), édition bilingue, texte établi, traduction, présentation et notes par Claude Lachet, Paris, Champion, « Champion Classiques Moyen Âge, », 2010.

Entrées d’index

Mots clés :

chanson de geste

Keywords :

epic

Parole chiave :

canzone di gesta

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Cycle de Guillaume d’Orange, Prise d'Orange, Guillaume Fierebrace 

Index des médiévaux et anciens :

Guillaume de Toulouse, Guillaume (marquis de Provence)
Haut de page

Texte intégral

1Les amateurs du Cycle de Guillaume disposaient depuis longtemps des Rédactions en vers de la Prise d’Orange (éd. Claude Régnier, Klincksieck, Paris 1966, et editio minor, Klincksieck, 7e édition, Paris 1986 [1re éd. 1967]), qui donnent les trois familles dans lesquelles peuvent se répartir les neuf témoins parvenus de la Prise d’Orange (A1, A2, A3, A4, B1, B2, C, E, D). Claude Régnier avait choisi d’éditer la famille A à partir de A1 (BnF, fr. 774).

2L’entreprise de Claude Lachet, qui connaît bien la Prise d’Orange, même s’il reconnaît ce qu’il doit à ses devanciers, est tout autre : comme le requiert la collection qui l’accueille, c’est une édition bilingue qui s’en tient au seul manuscrit A2 (BnF, fr. 1449, sauf les 114 derniers vers empruntés à A3, BnF, fr. 368). Choisir d’éditer A2 est une heureuse initiative, qui ne peut qu’enrichir notre connaissance ponctuelle de la chanson éditée.

3L’introduction propose une rapide étude des manuscrits, justifie le choix du manuscrit de base par les défauts des autres témoins (leçons rajeunies de la famille B, tendance romanesque de C, caractère trop indépendant de D...), mais aussi par la qualité de A2. Un simple sondage laisse apparaître que Claude Régnier a dû intervenir une cinquantaine de fois dans son édition de A1, alors que Claude Lachet l’a fait un peu plus de soixante-dix fois dans son édition de A: la différence n’est donc pas très importante, d’autant plus qu’il s’agit le plus souvent, dans les deux éditions, de retouches minimes. Suivent la liste des résolutions d’abréviations, une vingtaine de pages consacrées à l’étude de la langue du manuscrit A; cette étude rassemble les traits imputables au copiste et les traits attribuables à « l’auteur » (qui auraient peut-être pu être traités à part), puis aborde la versification (qu’il conviendrait peut-être de verser aussi dans un chapitre réservé à la langue de l’auteur ou du rédacteur de A2). Une remarque : les vers 396-399 (en -yé) prolongent de manière fautive la laisse précédente (en ) ; cette faute est commune aux témoins de la famille A, de même que la répétition du même mot d’assonance dans les vers 397 et 398 ; plutôt que de signaler cette situation dans l’étude de langue – ce qui risque de laisser entendre que le rédacteur ne distinguait pas de -yé, alors qu’il s’agit vraisemblablement d’une faute de copie –, une note serait sans doute plus appropriée.

4Une analyse très détaillée précède une belle synthèse des « enjeux et desseins » de la chanson : chanson paradoxale ne répugnant pas à un certain humour ; Guillaume de Toulouse et Guillaume, marquis de Provence comme prototypes de Guillaume Fierebrace ; existence d’une rédaction antérieure probablement bien plus violente ; triptyque constitué par le Couronnement de Louis, le Charroi de Nîmes et la Prise d’Orange ; composition signifiante qui, malgré des hauts et des bas, amène à un dénouement où les manques initiaux sont comblés. Enfin et surtout, renouvellement du genre épique, au moins dans l’esprit : essentiellement parodie qui se traduit par des répétitions, des suppressions, des renversements de motifs, des détournements de conventions, des interversions..., qui métamorphosent « le farouche guerrier qu’est Guillaume en un amoureux timide et plaintif », en « Guillelme l’Amïable » (v. 1562 = « Guillaume au cœur tendre »).

5Tout au long du texte, les notes viennent rappeler l’esprit et l’originalité de la chanson (notamment les notes aux v. 206-07, 248, 356, 370-72, 1083-88, 1383, 1578-82, 1601-05). « Sans fondement historique, sans message idéologique, sans véritable exploit héroïque, la Prise d’Orange est une chanson de geste aussi déconcertante qu’attachante » (p. 72).

6L’édition se termine par un choix de variantes, quatre extraits donnant des passages de B1, C, D, E, un généreux glossaire, un index exhaustif et la liste des proverbes ou expressions sentencieuses. Le texte édité est convaincant (revoir cependant le v. 1292, faux ; d’après l’édition de C. Régnier, il faudrait lire : nos en fu en haïe, ou corriger) et la traduction toujours précise et agréable à lire. C’est là une édition qui rendra grand service au lecteur amateur de chanson de geste, débutant aussi bien que confirmé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Charles Herbin, « La Prise d’Orange. Chanson de geste (fin xiie-début xiiie siècle) », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 08 septembre 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://peme.revues.org/2337

Haut de page

Auteur

Jean-Charles Herbin

Professeur de langue et littérature du Moyen Âge -  Université de Valenciennes

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page