Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Editions & traductions

Jean Wauquelin, La Manequine

Paris, Classiques Garnier, 2010
Yasmina Foehr-Janssens
Référence(s) :

Jean Wauquelin, La Manequine, éd. de Maria Colombo Timelli, Paris, Classiques Garnier, « Textes littéraires du Moyen Âge » n° 13, 2010.

Entrées d’index

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

La Belle Hélène de Constantinople, Manekine, Manequine
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Maria Colombo Timelli, « Pour une nouvelle édition de La Manequine en prose de Jean Wauquelin : que (...)
  • 2 Œuvres poétiques de Philippe de Rémi Sire de Beaumanoir, Paris, F. Didot, 1884, t. 1, p. 265-366, h (...)
  • 3 Jean Wauquelin de Mons à la Cour de Bourgogne, sous la dir. de Marie-Claude de Crécy, Turnhout, Bre (...)

1Avec l’édition de Maria Colombo Timelli, La Manequine de Jean Wauquelin devient une œuvre à part entière, et nous ne pouvons que nous en réjouir. La pertinence de cette entreprise éditoriale a été discutée par son auteure dans un article du Moyen Français paru en 20061 et c’est aussi sur cette question que s’ouvre le volume 13 des Textes littéraires du Moyen Âge (« Justification d’une édition critique », p. 11-12). Il est vrai que ce texte occupait jusqu’à présent une place modeste dans l’histoire littéraire. Publiée pour la première fois en 1884 par Hermann Suchier en annexe du roman en vers de Philippe de Rémi, sire de Beaumanoir2, la mise en prose de Wauquelin apparaît plutôt comme une œuvre subsidiaire, un document de seconde zone qui n’a pour lui ni l’ancienneté ni l’originalité du roman souche et ne vaut que parce qu’il documente la survie de la matière romanesque des xiie et xiiie siècles à la cour de Bourgogne au temps de Philippe le Bon. Comme le rappelle Maria Colombo Timelli (p. 20, note 4), l’existence éditoriale des mises en prose commence à l’ombre des éditions de leurs textes sources. L’essor des études sur le xve siècle a permis un changement de perspective. La parution chez Droz des éditions de l’Érec en prose par Maria Colombo Timelli en 2000, de La Belle Hélène de Constantinople de Jean Wauquelin par Marie-Claude de Crécy en 2002 et du Cligès en prose par Maria Colombo Timelli en 2004 témoignent des mutations en cours. On est plus enclin aujourd’hui à reconnaître dans les mises en prose des objets littéraires à part entière qui témoignent du goût et des projets artistiques du milieu bourguignon, ainsi que du maniement de la langue littéraire et de la fabrique d’un imaginaire narratif à la fin de la guerre de Cent Ans. Jean Wauquelin « translateur et escripvaing de livres » (Suchier, op. cit., p. XCI) n’est plus un simple agent de la translation culturelle, un passeur de textes ; il est en train de devenir, au plein sens du terme, un auteur du xve siècle, auquel on consacre des volumes d’études3. Tant et si bien que la publication de cette édition vient en quelque sorte sanctionner l’accession de la mise en prose au statut d’œuvre romanesque, acquiesçant sans doute, par delà les siècles, au vœu de l’auteur qui la présente comme une « composition » singulière conçue pour « l’embellissement [de l’histoire] » (Jean Wauquelin, Prologue, p. 109).

  • 4 À propos de la possibilité que la Manequine ait été composée sur la base du ms. de Paris, BnF, fr.  (...)
  • 5 Sur cette question, je me permets de renvoyer à Y. Foehr-Janssens, La Veuve en majesté : littératur (...)

2La Manequine de Wauquelin, que l’éditrice propose judicieusement de distinguer de la Manekine de Philippe de Beaumanoir par la graphie de son titre (p. 12, n. 6), occupe peut-être une place à part dans la production du bourgeois de Mons. Avec La Belle Hélène de Constantinople, ce texte forme un groupe de romans dont l’intrigue principale repose sur un noyau narratif folklorique, connu sous le sigle AT 706 selon la classification d’Aarne et Thompson. Il s’agit du « conte de la fille sans mains » qui figure parmi les récits mettant en scène des héroïnes persécutées. En dépit des ressemblances qui unissent ces deux romans en prose, on ne peut rien présumer de l’intérêt que Wauquelin a pu nourrir pour le noyau narratif du « conte de la fille sans mains » tant les conditions de la naissance des œuvres restent hors de notre portée. On sait que le manuscrit unique du roman en vers de Philippe de Rémi se trouvait dans la bibliothèque de Charles de Croÿ, le petit-fils du dédicataire de l’œuvre, Jean de Croÿ. La probable commande de l’œuvre par Jean de Croÿ, évoquée par l’explicit du texte (LXIV, p. 223), peut-être due à la disponibilité de ce manuscrit4, doit nous interdire de spéculer sur l’attrait qu’a pu exercer sur Jean Wauquelin une intrigue pleine de rebondissements et d’épisodes propices au pathétique. Ce qui nous reste du prologue nous permet de comprendre que la justification première de l’entreprise est de nature morale. Les malheurs de l’héroïne et les trahisons dont elle est victime illustrent les péripéties de la vie et l’exemple de vertu récompensée qu’offre le récit doit inciter les « princes et vaillans seigneurs [à] pourveoir leur gouvernement » (prologue, p. 109). Le prologue de la Belle Hélène de Constantinople développe à peu près les mêmes arguments en faisant valoir que « par laquelle hystoire […] se pouront ou au moings devront esmouvoir tant nobles comme non nobles en proesse et valeur de bonne renommee, car pour l’un et l’autre sexe, c’est-a-dire pour homme et femme, au gré de Jhesuscrist, elle sera salvable et proffitable (op. cit., p. 14, 37-43). Pour Jean Wauquelin, les aventures pathétiques de la fille sans mains ne se résument pas à de simples contes de bonnes femmes. Elles ont une valeur exemplaire quasiment universelle. La présence conjointe à la cour de Bourgogne d’une Belle Hélène de Constantinople et d’une Manequine en prose témoigne néanmoins de l’intérêt que suscite ce type de scénario littéraire à la fin du Moyen Âge5.

3Si l’édition de Maria Colombo Timelli travaille à la promotion de l’œuvre de Wauquelin, c’est aussi et sans doute surtout par la qualité et l’érudition de la présentation qui en est faite. L’introduction savante et très complète comprend la description du manuscrit (p. 12-15), une notice sur l’auteur et son commanditaire (p. 16-19), une mise au point bibliographique sur les études concernant La Manequine (p. 19-26), une analyse du roman (p. 26-32), une étude sur la réécriture de Wauquelin (p. 32-81) et une étude linguistique (p. 81- 106). Le texte occupe les pages 109 à 223, il est précédé d’une mise au point sur les principes qui ont gouverné son traitement (p. 106-108). Des notes nombreuses et détaillées accompagnent le texte (p. 225-247). Elles sont suivies par un glossaire (p. 249-279), un index des noms de personnages et de lieux, un index des personnifications et pas moins de neuf tables recensant la numérotation des feuillets du ms. de Turin BNU, L.IV, le rapport entre vers et lignes et la répartition du texte en chapitres, la répartition des enluminures, les titres des chapitres, les attaques et les fins de chapitres ainsi qu’un classement de celles-ci, les interventions du narrateur et de l’auteur, les citations latines et proverbes et les lettres insérées dans le corps du texte (p. 281-322). Une bibliographie précise et abondante vient compléter l’ensemble (p. 324-332).

4La Manequine de Jean Wauquelin nous a été transmise par un manuscrit unique conservé à la BNU de Turin (L.IV.5). Comme bon nombre d’autres précieux témoins, il a été endommagé lors de l’incendie de 1904. Auparavant il avait déjà subi d’importantes mutilations dues à la disparition des miniatures. Le texte se présente selon une division en chapitres qui ont été numérotés en chiffres romains. Les titres de chapitres sont assortis de la numérotation des vers de La Manekine de Philippe de Rémi dans l’édition de Suchier. Cette présentation est très semblable à celle qui avait été adoptée par le premier éditeur, à ceci près que Maria Colombo Timelli a préféré distinguer le prologue des chapitres de la narration et commence par conséquent sa numérotation au moment de l’entrée en narration, alors que Suchier avait attribué le chiffre I au prologue. Les chapitres de la présente édition portent donc toujours un numéro d’une unité inférieure à celui du chapitre correspondant dans l’édition de 1884. Les phrases ont aussi reçu une numérotation qui permet les renvois dans le glossaire.

5Le soin mis à proposer au lecteur un texte édité avec rigueur n’est pas la seule vertu de cet ouvrage très complet. L’étude linguistique ainsi que celle des procédés d’écriture propres au travail de Jean Wauquelin reflètent un examen très approfondi de l’œuvre et les nombreuses annexes donnent accès à la documentation qui a servi de base à la démonstration. L’éditrice détaille la manière dont Jean Wauquelin organise sa matière narrative, structure l’intrigue par chapitre, met en place une « grammaire » de la narration. Elle nous permet d’évaluer avec précision la nature du « procédé d’art » que suppose la mise en prose.

  • 6 Christiane Marchello-Nizia, « Entre Œdipe et Carnaval : la Manekine », dans Philippe de Beaumanoir, (...)

6La profusion de cette documentation centrée sur les procédés génériques et stylistiques de la mise en prose bourguignonne laisse peu de place à une réflexion sur le substrat imaginaire du conte de la fille sans mains et sur le retentissement que pouvait avoir cette matière narrative dans l’univers mental de la cour de Bourgogne. En son temps, la postface que Christiane Marchello-Nizia a donnée à la traduction en français moderne de la Manekine de Philippe de Rémi ouvrait sur un questionnement anthropologique passionnant qu’il serait sans doute utile de reprendre à la lumière des œuvres de Jean Wauquelin6. Nul doute que la parution de l’édition de Maria Timelli Colombo permettra de relancer la recherche à ce propos.

7C’est donc une entreprise parfaitement réussie que nous livre le premier volume de la série « Mise en prose » des « Textes littéraires du Moyen Âge ».

Haut de page

Notes

1 Maria Colombo Timelli, « Pour une nouvelle édition de La Manequine en prose de Jean Wauquelin : quelques réflexions préliminaires », MF 57-58, p. 41-54.

2 Œuvres poétiques de Philippe de Rémi Sire de Beaumanoir, Paris, F. Didot, 1884, t. 1, p. 265-366, http//gallica.bnf.fr.

3 Jean Wauquelin de Mons à la Cour de Bourgogne, sous la dir. de Marie-Claude de Crécy, Turnhout, Brepols, 2006.

4 À propos de la possibilité que la Manequine ait été composée sur la base du ms. de Paris, BnF, fr. 1588, seul témoin du roman de Philippe de Rémi, voir Suchier, 1884, t. 1, p. xcv-xcvi ; Foehr-Janssens, « La Manekine en prose de Jean Wauquelin, ou la littérature au risque du remaniement », CRM 5, 1998, p. 112-113 ; Colombo Timelli, op. cit., MF 57-58.

5 Sur cette question, je me permets de renvoyer à Y. Foehr-Janssens, La Veuve en majesté : littérature et savoir au féminin, Genève, Droz, 2000.

6 Christiane Marchello-Nizia, « Entre Œdipe et Carnaval : la Manekine », dans Philippe de Beaumanoir, La Manekine : roman du XIIIe siècle, mis en français par C. Marchello-Nizia, Paris, Stock, 1980 (Stock + Plus Moyen Âge).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yasmina Foehr-Janssens, « Jean Wauquelin, La Manequine », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 21 septembre 2012, consulté le 27 juin 2017. URL : http://peme.revues.org/2345

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page