Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Editions & traductions

Alain Chartier, Le Quadrilogue invectif

Paris, Champion, 2011
Maria Colombo Timelli
Référence(s) :

Alain Chartier, Le Quadrilogue invectif, édité par Florence Bouchet, Paris, Champion, « Classiques Français du Moyen Âge » n° 168, 2011, 148 p.

Entrées d’index

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Lai de la Paix, Quadrilogue invectif
Haut de page

Texte intégral

1Après avoir publié en 2002 la traduction de cette œuvre, fondée sur l’édition d’Eugénie Droz, toujours utile mais souvent défectueuse, Florence Bouchet offre ici l’édition critique du Quadrilogue Invectif, dialogue à quatre voix sur les malheurs de la France en pleine guerre de Cent Ans. Composé entre avril et août 1422, le Quadrilogue a joui d’un énorme succès dont témoigne sa conservation dans 51 manuscrits et un passage précoce à l’imprimé avec au moins trois incunables dont un d’Antoine Vérard, et plusieurs éditions au xvie siècle. Par ailleurs la renommée d’Alain Chartier a dépassé, et de loin, son siècle comme le prouvent les hommages que lui ont rendus Geoffroy Tory, Jean Lemaire de Belges, Clément Marot, Jean Bouchet, Octovien de Saint-Gelais entre autres.

2L’édition de Florence Bouchet s’ouvre par une introduction qui touche particulièrement trois points, en dehors de l’étude littéraire pour laquelle il faudra se reporter au livre de 2002. Premièrement, une analyse de la réflexion politique que « Maistre » Alain propose dans le Quadrilogue, étonnamment moderne dans sa vision de la « chose publique » et du « bien commun », mais aussi de la patrie et de la paix qui ne peut qu’être fille de la concorde civile. La tradition manuscrite – deuxième point abordé dans l’introduction – est, comme on l’a dit, très riche : en se fondant sur le répertoire de James Laidlaw (1966), Florence Bouchet donne une liste synthétique des manuscrits, en les regroupant en fonction de leur contenu, puis une description plus approfondie des huit témoins qu’elle a retenus pour son édition. Son manuscrit de base (Paris, BnF fr. 126) est le même de l’édition E. Droz : il ne s’agit pas d’un autographe ni d’un manuscrit copié sous le contrôle de l’auteur, mais d’un des plus anciens et surtout « le moins fautif » (p. XXXV) parmi les témoins conservés. Un troisième chapitre est consacré à l’analyse linguistique de cette copie. Si la conclusion ne surprendra guère les lecteurs ayant quelque familiarité avec les œuvres du xve siècle (« la langue du Quadrilogue invectif offre un très intéressant mélange d’archaïsme et de modernité », p. LIX), soulignons, parmi les traits archaïsants, les traces de déclinaison bicasuelle, de nombreux cas d’article zéro, quelques occurrences de génitif aprépositionnel. La confusion entre les pronoms relatifs que et qui n’étonnant évidemment pas, nous nous demandons s’il était vraiment indispensable de rétablir les formes modernes dans l’édition (cf. p. LV, même choix pour la « confusion » entre se et ce, cf. p. LXII). Le lexique présente lui aussi des traits intéressants (p. LVIII-LIX). J’hésiterais cependant à considérer la forme esclande comme « un [possible] lapsus calami pour esclandre », cette graphie étant bien attestée dans le DMF et dans Godefroy.

3Les « Principes d’édition » sont présentés dans les détails (p. LXI-LXV il n’était sans doute pas indispensable de rappeler que « l’apostrophe n’existe pas dans le manuscrit médiéval », p. LXI). Le texte est accompagné d’un double étage de notes, les leçons rejetées étant séparées des variantes des sept manuscrits de contrôle. Parmi celles-ci, une sélection s’est évidemment imposée dont Florence Bouchet a exposé les critères d’inclusion/exclusion. On regrette ici une certaine confusion dans la présentation qui aurait gagné à être organisée en sections (graphie, morphosyntaxe, lexique etc.).

4La bibliographie (p. LXVI-LXXVI) est raisonnée : elle comprend, en plus des études sur Alain Chartier et le Quadrilogue invectif., deux sections, sur les « contextes littéraires » et sur le « contexte historique et idéologique » qui encadrent très utilement tant l’auteur que son œuvre dans la culture – au sens large – de son temps.

5Le texte est édité avec un très grand soin. Les variantes retenues permettent non seulement de mesurer l’évolution assez rapide que le Quadrilogue a connue mais aussi de se rendre compte des difficultés ressenties par certains copistes vis-à-vis de mots ou de structures qui ont dû leur paraître difficiles et pour lesquels ils ont cherché des solutions, souvent plus banales, mais toujours satisfaisantes. Les notes explicatives, indiquées par des astérisques à l’intérieur du texte, prennent place aux p. 85-112. Même les lecteurs informés et avertis en tireront profit puisqu’elles contiennent, en plus des informations et des commentaires, des renvois bibliographiques ponctuels.

6Le glossaire n’est pas aussi riche qu’on l’aurait souhaité. Pour les 40 premières pages, je signale des mots et locutions tels que (connaistre) a l’oeil (6,18 : « de manière évidente », « clairement »), de longue main (11,15 : « depuis longtemps »), pestilence (22,5 : « malheur »), seicher (sur le pié) (32,24 : « dépérir, perdre sa vigueur », « rapidement, vite »), langoureuse (vie) (33,4 : « pénible », « douloureuse »), (sans) blapheme (33,20 : « sans blâme »), soy subtilier (a mal) (34,26 : « s’appliquer subtilement à quelque chose ») qui, sans être sans doute entièrement opaques pour le lecteur français, me semblent présenter néanmoins le risque d’une mauvaise interprétation.

7L’édition comprend aussi quelques annexes qui complètent profitablement le dossier : la transcription du Lai de la Paix, composé par Alain Chartier vers 1424-1425, selon le manuscrit de Toulouse (p. 133-141), la première rubrique du Quadrilogue selon le manuscrit P4 (qui introduit le « traictié sur le fait de la guerre… par deffunct, venerable, discret et saige maistre Alain Chartier », p. 141), le « preambule » de l’incunable de Colard Mansion (Bruges, s.d. [1477], p. 141-142) et celui de Galliot du Pré (Paris, 1526) suivi de la table des matières (p. 142-146).

8Œuvre importante d’un écrivain des plus prestigieux de son temps, le Quadrilogue invectif méritait bien une édition scientifique qui permette de le relire en le resituant correctement au sein de la production poétique militante d’une époque trouble qui a donné naissance à la Nation au sens moderne du mot.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Colombo Timelli, « Alain Chartier, Le Quadrilogue invectif », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 13 août 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://peme.revues.org/2413

Haut de page

Auteur

Maria Colombo Timelli

Professoressa di lingua francese e di letteratura francese medievale - Università degli Studi di Milano

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page