Navigation – Plan du site
État de la recherche
Positions de thèse

Ineke Hardy, Les Chansons attribuées au trouvère picard Raoul de Soissons. Édition critique

thèse de doctorat préparée sous la direction de M. le professeur Yvan Lepage, de M. le professeur Pierre Kunstmann et de Mme la professeure Chantal Phan, soutenue à l’université d’Ottawa le 30 septembre 2009
Ineke Hardy
Référence(s) :

Ineke Hardy, Les Chansons attribuées au trouvère picard Raoul de Soissons. Édition critique, thèse de doctorat préparée sous la direction de M. le professeur Yvan Lepage, de M. le professeur Pierre Kunstmann et de Mme la professeure Chantal Phan, soutenue à l’université d’Ottawa le 30 septembre 2009

Entrées d’index

Keywords :

chanson, e-edition, lyric

Index des médiévaux et anciens :

Raoul de Soissons, Thibaut de Champagne
Haut de page

Notes de la rédaction

Jury composé de Mesdames et Messieurs les professeurs Mawy Bouchard (université d’Ottawa), Madeleine Jeay (McMaster university), Rainier Grutman (université d’Ottawa) et Andrew Taylor (université d’Ottawa).

Texte intégral

Consultable sur http://www.uottawa.ca/​academic/​arts/​lfa/​activites/​textes/​ineke

1 Le trouvère picard Raoul de Soissons, né vers 1210 et mort peu après 1272, semblait être mieux connu des historiens que des spécialistes de la littérature. Peu étudié comme poète, il nous a pourtant laissé une quinzaine de chansons. Dix-neuf manuscrits transmettent des chansons attribuées ou attribuables à Raoul, et si cette riche tradition manuscrite témoigne de la grande popularité dont a dû jouir son œuvre, les contrafacta qu’elle a inspirés la confirme. En effet, tout permet de compter Raoul parmi les trouvères les plus doués de l’époque, son œuvre faisant preuve d’un maniement savant des techniques formelles et stylistiques peut-être comparable à celui que l’on accorde au « Prince des poètes » : Thibaut de Champagne, ami et confrère de Raoul. Chevalier, croisé et trouvère, Raoul fut un personnage intéressant et pittoresque dont la vie est assez bien documentée dans les chartes et chroniques.

2 La seule édition de l’ensemble des chansons de Raoul était celle d’Emil Winkler, publiée en 1914 : Die Lieder Raouls von Soissons. Malgré son apport, l’ouvrage comporte des lacunes importantes et est aujourd’hui difficilement accessible. Il nous a donc semblé utile de préparer une nouvelle édition critique de l’ensemble de l’œuvre lyrique de Raoul de Soissons. Nous l’avons conçue sous forme électronique, ce qui, croyons-nous, constitue le moyen par excellence de communiquer l’essentiel du texte médiéval dans sa variance. Le site renferme un riche éventail de ressources multimédia et de données situant les textes dans leur cadre socioculturel, historique et intertextuel. Comme les manuscrits transmettent des mélodies pour chacune des chansons, l’édition peut, espérons-nous, servir de base à une édition musicale sur CD-ROM.

3L’idée d’une thèse sous forme de site web interactif se fonde en quelque sorte sur une remarque de Bernard Cerquiglini qui, en 1989, au tout début de la révolution informatique, prévoyait déjà « un type d’édition d’une œuvre médiévale, issue de cette réunion d’ensembles disjoints qu’est le codex, qui ne serait plus soumise à la structure bidimensionnelle et close de la page imprimée ». Concept frappant en 1996 quand nous l’avons rencontré, il nous a inspirée et incitée à entreprendre la rédaction de l’édition électronique que nous présentons ici (même si les règlements de l’Université d’Ottawa nous ont obligée à soutenir notre thèse sous forme imprimée).

4Dans un premier temps, les possibilités ouvertes par les technologies de l’information ont rendu possible l’affichage côte à côte d’une transcription synoptique, du texte édité et de sa traduction en français moderne. L’effet de cette mise en page est de redonner vie aux témoins rejetés qui, sur support papier, n’existent que par le biais des variantes qu’ils peuvent comporter. Ces dernières, rendues pour ainsi dire orphelines en bas de la page imprimée, loin de leur contexte, sont difficilement utilisables et, à nos yeux, la somme des parties ne produit pas dans ce cas-ci une représentation du tout. La transcription synoptique met en lumière, croyons-nous, la mouvance des textes telle que conçue par Zumthor ; les infobulles que nous avons fournies permettent de comprendre d’un seul coup d’œil la nature des interventions et leurs raisons.

  • 1 Il convient de souligner que les textes imprimés connaissent eux aussi une certaine mouvance, qu’un (...)

5Ce ne sont cependant pas seulement des considérations d’ordre pratique qui nous ont amenée à choisir le support numérique. Caractérisé par sa mobilité (notion qui s’apparente à la mouvance zumthorienne), par sa nature évanescente, par sa capacité d’interactivité et d’évolution et par sa qualité de quasi-oralité, le texte électronique s’oppose diamétralement à l’idée qu’on peut avoir du texte en tant que réalisation figée, du texte-objet tel que nous le connaissons depuis la Renaissance.1 Le texte informatisé rejoint en un sens celui qu’on connaissait au Moyen Âge, tout en faisant resurgir des questions comme celles du plagiat, des droits de la société par rapport à la forme virtuelle du texte, des droits de l’auteur sur son œuvre, de la fonction de l’auteur et de la relation entre celui-ci et son texte. C’est le message du médium.

6Dans un deuxième temps, le support électronique a permis l’affichage d’une gamme de ressources et de données servant à établir le contexte littéraire, historique et socioculturel de l’œuvre de Raoul. Il convient de mentionner, parmi d’autres, les textes supplémentaires (contrafacta), affichés avec la permission des maisons d’édition, et les liens hypertextuels renvoyant à des images de certains manuscrits affichées sur le site du Laboratoire de Français Ancien avec leur transcription, à des images de textes historiques portant sur nos textes et à des ouvrages disponibles en ligne au sein des projets Google Recherche de Livres et Open Library, qui permettent la consultation instantanée de bon nombre d’ouvrages cités. À plusieurs reprises, un lien hypertextuel renvoie à une image du manuscrit pour permettre la vérification de la transcription à un endroit où l’écriture est peu claire. La musique n’est pas absente non plus, grâce à l’aimable accord d’Anne-Marie Deschamps, directrice de l’Ensemble Venance Fortunat. Le lien « contactez-nous » qui accompagne chaque chanson invite à la participation du lecteur. Les textes gagnent ainsi une mouvance au sens zumthorien, dans la mesure où ils s’inscrivent dans l’espace qui s’ouvre au point de rencontre de la transmission et de la réception et qui, en quelque sorte, remplace la frontière qui sépare l’écrit de l’oral.

7En somme, si toute édition implique un choix et, par conséquent, une interprétation particulière et restrictive, nous croyons avoir fourni au lecteur toutes les ressources et tous les outils nécessaires pour lui permettre de se construire un autre texte, une interprétation différente.

8Pour des raisons évidentes, la version imprimée n’a ni l’ampleur ni la richesse de la version électronique. Certains des éléments de la version électronique, tels que les infobulles que nous utilisons pour marquer et expliquer nos interventions, ne sont pas imprimables et les bases de données qui accompagnent l’édition sont trop grandes pour que nous puissions les imprimer (la concordance complète affichée en KWIC, avec le mot clé en contexte, à elle seule remplirait 96 pages de papier). Nous tenons à préciser que dans cette présentation de thèse, nous parlons du site web et non pas de la version imprimée.

9 Avant d’aborder notre projet, nous avons regardé de près les éditions critiques alors disponibles sur le Web. Celles que nous avons trouvées étaient presque toujours les fruits d’un travail d’équipe, avec la collaboration non seulement de philologues et de linguistes mais encore de programmeurs et d’autres spécialistes dans le domaine de l’informatique, profitant en général de l’appui de subventions considérables. Il nous a donc fallu apprendre les techniques nécessaires. Le dessin du site que nous présentons ici est, précisons-le, entièrement le nôtre (les faiblesses techniques éventuelles le sont aussi, bien sûr). Nous l’avons organisé selon une structure hiérarchisée à partir de la table des matières, et ce n’est pas par hasard. Les repères tels que la pagination et l’indexation ont fait leur apparition dès l’invention du codex ; le chansonnier français de Saint-Germain-des Prés (Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 20050), par exemple, débute par une table de chansons. L’invention de l’imprimerie renforce ce besoin de hiérarchiser le livre et encourage le « régime de lecture tabulaire », selon les paroles de Christian Vandendorpe. La lecture du texte numérisé se déroule pour l’essentiel de la même façon que celle du codex, du livre papier, surtout en ce qui concerne les ouvrages savants, qui se lisent dans les deux médias de façon aussi bien linéaire que non-linéaire. Pour guider le lecteur dans son voyage, la table des matières fournit pour ainsi dire les panneaux indicateurs ; elle se trouve à chaque page sous forme de petit menu flottant.

10Quant à notre façon d’éditer les textes, précisons d’abord que si nous nous sommes inspirée d’une pensée de Bernard Cerquiglini, cela ne veut pas dire que nous plaçons notre édition sous son autorité ou sous celle de la « nouvelle philologie », qui le présente comme son inspirateur. En fait, nous avons suivi une voie moyenne, pragmatique, entre conservatisme, interventionnisme et abstentionnisme. C’est un compromis du genre que propose Yvan Lepage, une méthode qui ne s’inscrit ni ne cherche à s’inscrire dans telle ou telle théorie mais qui, dans mon esprit, convient aux chansons de trouvères et à celles de troubadours. La nature des textes, on le sait, joue un rôle capital, car chaque texte appelle sa solution philologique, chaque texte est un cas d’espèce requérant une approche particulière. Éditer un recueil de chansons n’est pas éditer un long texte narratif et l’objectif n’était pas d’éditer un chansonnier dans son intégralité ni d’ailleurs d’étudier l’ontologie du texte médiéval ou le statut de l’auteur. Le but de l’édition était d’offrir des textes qui se prêtent à la lecture et à l’étude et, dans le cas des chansons, qu’on aimerait faire chanter.

11Si on souhaite ainsi donner « un » texte, même si ce n’est pas « le » texte, on voit difficilement comment procéder si ce n’est en suivant la méthode du manuscrit le meilleur, approche qui est d’ailleurs très courante dans le domaine de la lyrique courtoise. Cela dit, nous avons tendance à regarder les chansonniers comme des anthologies chacune sortie d’un scriptorium particulier, régie par une politique éditoriale particulière et fournissant des textes en vigueur à une date particulière. Ainsi, il ne s’agit pas d’une cohérence seulement externe mais aussi interne et c’est pourquoi nous avons recouru autant que possible à un seul manuscrit. Tout compte fait, nous avons, quand cela était possible, opté pour N, manuscrit qui donne en général des textes soignés et qui transmet plus de strophes que K, même si certaines d’entre elles ont l’air d’avoir été ajoutées après coup. Cela ne veut pas dire bien entendu que nous n’avons pas fait exception à ce principe quand un autre témoin nous a semblé sensiblement supérieur ou qu’il était plus complet, comme dans le cas de R1267, R2063 et R2107. Si ces décisions éditoriales semblent porter atteinte à l’idée de l’unité du manuscrit comme anthologie, c’est encore la conception pragmatique de l’édition qui nous a guidée.

12 Respecter le caractère individuel des témoins implique un deuxième principe, celui d’éviter autant que possible les mélanges. Nous parlons de la pratique de choisir une certaine source à partir de ses qualités relatives puis d’y insérer des strophes et des vers transmis par un ou plusieurs autres témoins parce qu’ils manquent dans le ms. de base. Telle est l’approche suivie par Winkler et, à nos yeux, les textes hybrides qui en sont le produit ont peu de valeur.

13 Tous les textes édités ont été traduits en français moderne – démarche qui nous a paru indispensable. D’après notre expérience de pigiste, le processus de traduction tend à souligner toute confusion de sens, toute atteinte à la syntaxe et à la grammaire, tout endroit problématique dans le texte en question, et le travail nous a été utile par rapport aux interventions que nous avons jugées souhaitables (mettant en avant le critère d’intelligibilité plus que la notion de faute).

14 Ayant traduit les textes, nous avons opté pour un index lemmatisé plutôt que de fournir un glossaire. Cet index lemmatisé à son tour nous a servi de base dans la préparation des concordances, des statistiques distributionnelles et des index que nous joignons à cette édition. Nous offrons ces bases de données dans l’espoir qu’elles en inspireront d’autres, travail qui pourra sensiblement approfondir notre compréhension de la lyrique courtoise et de l’ancien français.

15 Somme toute, les principes essentiels qui nous ont guidée dans notre travail sont la transparence et le contexte. Ainsi, toutes les décisions éditoriales sont clairement indiquées et l’ensemble des données et des documents utilisés est disponible au lecteur, et le site renferme une biographie détaillée et un riche éventail de matériaux, de liens, d’images et d’autres textes portant sur ceux de Raoul. Notre approche représente une voie moyenne, pragmatique plutôt que théorique, qui convient aux chansons de trouvères et à celles de troubadours ; l’édition qui en résulte se veut à la fois une contribution à la littérature du Moyen Âge et une ressource de recherche.

16 Ajoutons que l’édition n’est pas définitive et ne le sera jamais : on la corrigera au besoin, on y ajoutera des données de recherche, dont la musique. Elle s’inscrit ainsi dans la tradition lancée par les scribes d’antan.

Haut de page

Notes

1 Il convient de souligner que les textes imprimés connaissent eux aussi une certaine mouvance, qu’une édition peut différer de l’autre, que la mise en page (qui peut influencer la réception) peut changer, mais on ne saurait nier que l’instabilité du texte électronique découle de sa nature même (ce qui, par ailleurs, pose un problème de conservation).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ineke Hardy, « Ineke Hardy, Les Chansons attribuées au trouvère picard Raoul de Soissons. Édition critique », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 24 septembre 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://peme.revues.org/2468

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page