Skip to navigation – Site map
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Yasmina Foehr-Janssens, La Jeune Fille et l’Amour. Pour une poétique courtoise de l’évasion

Genève, Droz, 2010
Marie-Rose Bonnet
Bibliographical reference

Yasmina Foehr-Janssens, La Jeune Fille et l’Amour. Pour une poétique courtoise de l’évasion, Genève, Droz, 2010, 224 p.

Index terms

Mots clés :

fin’amor, chantefable

Keywords :

fin’amor, chantefable

Parole chiave :

fin’amor, chantefable

Works, characters and literary places  :

Aucassin et Nicolette, Floire et Blanchefleur, Pyrame et Thisbée, Nicolette, Yseut

Index of medieval and ancient names :

Chrétien de Troyes, Marie de France, Thomas
Top of page

Full text

1Contrairement à la tradition qui veut que l’on étudie la dame mariée lorsqu’on évoque la fin’amor et la courtoisie, Yasmina Foehr-Janssens s’intéresse ici, surtout, à une figure féminine particulière, celle de la jeune fille, de la pucelle, personnage qui devrait donc, normalement, être exclu de ce jeu entre le mari, la femme et l’amant.

2L’introduction de la première partie, « La fugue et l’amitié », indique d’emblée le problème en mettant en parallèle la jeune fille et l’amour, un peu comme si le fait de poser la question était déjà, en soi, une aberration, car le thème peut paraître anodin, « sans réelle consistance ». Ainsi débute d’ailleurs l’incipit. En prévenant le lecteur, l’auteure écarte tout risque de préjugé. Elle explique aussi le choix du titre, par opposition à la tradition qui associe la jeune fille (la virginité ?) à la mort. Y. Foehr-Janssens déclare donc qu’elle veut redonner à ce personnage controversé au Moyen Âge, ou du moins apparemment sans histoire, ne paraissant pas digne d’en avoir une, puisqu’en devenir, une place différente. Cette quête de la jeune fille s’inscrit dans une autre, plus vaste, qui concerne l’amour au féminin en général, mais aussi la place de la femme dans une société féodale, et masculine, fortement hiérarchisée. La pucelle s’invite dans le domaine de la fin’amor. Ces éléments s’insèrent ainsi dans l’histoire des femmes en général, ou plutôt des femmes « persécutées », maintenues dans un état de mineures. Un autre personnage féminin a précédé, la veuve, elle aussi, apparemment, en dehors du jeu amoureux. Des questions se posent alors quant au rôle que peut jouer la jeune fille dans ce discours courtois, cherchant à faire émerger un peu de densité à ce qui pourrait paraître uniquement comme une entité narrative. L’auteure évoque alors les textes « canoniques » sollicités pour étayer son argumentation. A partir du xiie siècle toute une série de personnages surprenants se révèlent, présentant un intérêt narratif important, et méconnu. Ils s’inscrivent tout à fait dans la représentation de la fin’amor. Le résumé de ce qu’a été l’amour courtois se prolonge par les remarques faites sur ce dernier par les commentateurs du xxe siècle, en commençant par D. de Rougemont. Est mise en avant la relation amour-mort, puis celle de l’amour-désir à travers des lectures plus psychanalytiques. Est rappelé aussi le fait que la fin’amor est une invention littéraire. L’introduction de la première partie continue cette présentation en insistant sur les rapports inversés homme/femme. Mais la dame n’a rien d’actif dans ce jeu. Plusieurs auteurs contemporains, psychanalystes ou non, sont alors interrogés. D’autres enjeux, de pouvoir masculin, de rivalités, interfèrent, apportant un éclairage particulier. Mais la signification quant à la dame est importante, puisqu’elle n’est plus que l’épouse du seigneur, passive bien qu’adorée, mais désormais capable d’éprouver de l’amour, d’avoir des sentiments. Les titres qui articulent la suite de l’introduction sont significatifs du but recherché par cette étude. La première partie développe le sens à donner à la fin’amor en la replaçant dans le contexte de la réalité médiévale, et s’attache à faire ressortir la place accordée à la dame. La deuxième partie de l’introduction s’attache plus à présenter des types de jeunes filles rencontrés dans les textes, ceux d’abord dits « idylliques », ensuite les « chefs-d’œuvre de la littérature dite courtoise ». Les deux premiers, Pyrame et Thisbée, Floire et Blanchefleur, racontent l’amour de deux jeunes enfants. Le premier récit connaît une fin tragique, respectant en cela le modèle ovidien. Mais Thisbée meurt pour n’avoir pas voulu, finalement, obéir aux conventions sociales imposant l’obéissance au père. Le second est plus axé sur l’amour-amitié, et se termine bien. Les autres romans analysés mettent en évidence des points communs entre le sort de ces personnages et celui des héroïnes plus connues, comme Iseut. Les romans de Chrétien de Troyes offrent aussi des exemples intéressants de jeunes filles jouant un rôle pas toujours secondaire dans les rapports féodaux représentés par l’auteur. L’introduction se conclut sur la fin’amor et sur la place de l’amour juvénile de la pucelle, plus ou moins condamné par la société elle-même, et peut-être aussi par la littérature.

3Les deux chapitres qui suivent s’attachent à étudier de manière plus précise et plus approfondie ces récits dont les héroïnes portent en elles cette force de l’amour qui les pousse vers celui qu’elles aiment, et qui affrontent alors le regard des autres, et les règles d’une société qui veut faire d’elles des objets d’échange. Il s’agit d’abord de Pyrame et Thisbée et de Floire et Blanchefleur, donc. La première histoire se termine par la mort des deux jeunes héros, mais cela rejoint d’autres récits tout aussi dramatiques. Cette mort par amour est un vieux thème récurrent, dont les réécritures renvoient soit à l’art du poète, soit à des motifs plus courtois, soit même à des interrogations sur les rapports entre l’amour, la religion et la société patriarcale. Sensualité, féminité, masculinité sont au cœur de cette œuvre, à laquelle est comparée la chantefable d’Aucassin et Nicolette. Mais Nicolette n’est pas Thisbée, et s’apparente très rapidement au personnage de la fée. Floire et Blanchefleur raconte à l’inverse des amours enfantines heureuses dans un contexte épique autant que lyrique. L’auteure s’attache à retrouver sous le sens apparent le(s) sens plus profond(s) et les référents culturels qui sous-tendent ce conte.

4Mais Y. Foehr-Janssens s’intéresse aussi à Iseut, ainsi qu’aux pucelles mises en scène par Chrétien de Troyes, pour conclure avec l’œuvre de Marie de France. La deuxième partie, intitulée « Dans les interstices du roman courtois. Thomas, Chrétien, Marie », et composée de trois chapitres, s’éloigne quelque peu du personnage de la pucelle pour développer des aspects de l’amour courtois. Même si les héroïnes ne sont plus des jeunes filles, comme Iseut, leurs rapports au sentiment amoureux ainsi qu’à l’attrait de la mort n’en demeurent pas moins très forts. Quant aux demoiselles de Chrétien de Troyes, certaines s’apparentent aux fées. Elles dénoncent presque la courtoisie qui place la femme sur un piédestal. Mais elles sont là aussi pour remettre en question la morale féodale du plus fort et la morale narrative des œuvres de cette époque. Elles soulignent enfin l’importance de la parole dans des récits où règne bien souvent l’action, et tentent de montrer l’envie de liberté de la femme, aussi bien que du personnage. Quant à Marie de France, elle peint aussi des personnages désireux de liberté, mais d’une liberté « constructive », n’entraînant pas de sentiment de culpabilité. Elle met en scène la figure de la mal mariée, éprise elle aussi d’évasion. Ses héroïnes désireraient être maîtresses de leur destin. Elles s’insurgent contre le mariage imposé et revendiquent le choix et la liberté d’aimer. Marie rejoint en cela les autres auteurs étudiés par Y. Foehr-Janssens qui montrent les limites, ou la grandeur, de l’amour dans une littérature qui révèle des faits de société, ou s’élève contre eux.

5Il est dommage que l’absence de conclusion générale donne une impression d’inachevé à ce livre riche en référents littéraires, renvoyant de plus à toute une série d’auteurs critiques qui donnent un éclairage particulier aux questions posées. Une importante bibliographie complète d’ailleurs cette étude très intéressante d’un personnage qui cherche sa voie/voix dans la littérature courtoise médiévale qui tend à première vue à enfermer la dame dans des contraintes amoureuses sociales et littéraires auxquelles la femme veut échapper.

Top of page

References

Electronic reference

Marie-Rose Bonnet, « Yasmina Foehr-Janssens, La Jeune Fille et l’Amour. Pour une poétique courtoise de l’évasion », Perspectives médiévales [Online], 34 | 2012, Online since 10 September 2012, connection on 20 April 2014. URL : http://peme.revues.org/266

Top of page

About the author

Marie-Rose Bonnet

Docteur en littérature française du Moyen Âge

Top of page

Copyright

© Perspectives médiévales

Top of page