Navigation – Plan du site
État de la recherche
Positions de thèse

Sophie Albert, « Ensemble ou par pieces ». Guiron le Courtois (xiiie-xve siècles). La cohérence en question

Thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme Jacqueline Cerquiglini-Toulet, soutenue le 21 juin 2008 à l’université Paris-Sorbonne
Sophie Albert
Référence(s) :

Sophie Albert, « Ensemble ou par pieces ». Guiron le Courtois (xiiie-xve siècles). La cohérence en question, thèse de doctorat préparée sous la direction de Mme Jacqueline Cerquiglini-Toulet, soutenue le 21 juin 2008 à l’université Paris-Sorbonne

Notes de la rédaction

Jury composé de Mesdames et Messieurs Dominique Boutet (professeur à l’université Paris-Sorbonne), Jacqueline Cerquiglini-Toulet (professeur à l’université Paris-Sorbonne), Christine Ferlampin-Acher, (professeur à l’université de Rennes II), Donald Maddox (professeur à l’université du Massachusetts), Jean-Claude Schmitt, (Directeur d’études à l’EHESS) et Richard Trachsler (Maître de Conférences habilité à l’université de Paris-Sorbonne). Mention très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité.

Texte intégral

1Sous l’étiquette commode de Guiron le Courtois, on désigne une nébuleuse de manuscrits et de textes en prose largement inédits, dont les rédactions s’échelonnent entre les années 1235-1240 et le dernier tiers du xve siècle. Rattaché, d’un point de vue thématique, à la matière de Bretagne, Guiron le Courtois met en scène des héros situés une génération avant l’heure de gloire d’Arthur et de la Table Ronde : l’action prend place à l’époque des « pères ».

2Les copistes médiévaux ont donné des titres divers à cette nébuleuse : roman de Palamède, de Guiron le Courtois ou, plus rarement, de Meliadus de Leonois. Ces désignations fluctuantes trahissent une certaine indécision quant au contenu de Guiron le Courtois. Elles invitent à interroger la cohérence des textes réunis sous ce titre, afin de déterminer dans quelle mesure ils ont pu être lus, copiés ou composés « ensemble ou par pieces ».

3Cette formule apparaît au f° 358d du manuscrit de Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 350, à la fin de la version de base de Guiron le Courtois. Elle pose la question de l’unité de l’œuvre. De fait, le manuscrit 350 apparaît comme la juxtaposition de différentes « pièces ». En particulier, au f° 140r°, le texte s’interrompt au milieu d’une colonne, pour faire place à un blanc d’un feuillet et demi. Quand il reprend, après un changement de main et de cahier (f° 142v°), il est introduit par une miniature qui dépasse par ses dimensions toutes les autres illustrations du volume. Alors débute un récit fort mal raccordé à ce qui précède. Cette rupture narrative autant que matérielle indique l’existence de deux « pièces » principales, également attestée par six autres témoins de Guiron le Courtois.

4À chacune de ces « pièces » correspond, sur le plan narratif, un contenu distinct : après un récit centré sur le roi Meliadus, Guiron surgit sans crier gare, pour occuper durablement le devant de la scène (respectivement § 1-51 et § 52-132 de l’ouvrage de Roger Lathuillère, « Guiron le Courtois ». Étude de la tradition manuscrite et analyse critique, Genève, Droz, 1966). J’ai choisi d’identifier chaque ensemble textuel par le nom de son héros, Roman de Meliadus et Roman de Guiron. Au cours du Moyen Âge, ces deux romans ont été intégrés à divers assemblages. Selon quelles logiques les « pièces » de ces assemblages trouvent-elles à s’articuler ? La question se pose au niveau de la facture des manuscrits, au niveau des frontières assignées à l’œuvre et, dans le cadre de romans arthuriens, au niveau de la constitution du récit.

5Ce dernier aspect, à son tour, en embrasse plusieurs. Pour que puissent exister une continuité et une cohérence narratives entre différents récits, il faut d’abord que leurs temporalités entrent en adéquation. Il faut ensuite que concordent leurs univers ou mondes de fiction, selon la terminologie d’Umberto Eco et de Thomas Pavel. L’organisation de ces mondes de fiction, enfin, dépend étroitement de structures idéologiques spécifiques ; j’entends par là l’adhésion plus ou moins consciente à un certain nombre de valeurs, ordonnées éventuellement en système. Dans un roman arthurien, ces valeurs ne peuvent manquer de rejaillir sur le statut du chevalier errant – sur ses rapports au roi, aux autres membres du corps social, aux autres types de guerriers.

6Selon cette perspective, la fiction véhicule un ordre des valeurs qui contribue à l’ériger en discours singulier. Pour saisir pleinement cette singularité, il convient de resituer le texte littéraire dans son contexte historique, et de le confronter aux autres discours en présence. Mon travail s’inscrit par conséquent dans une visée comparatiste : j’essaie d’appréhender les « pièces » de Guiron dans leurs relations, apaisées ou conflictuelles, avec d’autres productions culturelles contemporaines. À cet effet, j’ai notamment recours aux outils de l’anthropologie sociale et juridique et aux travaux des historiens médiévistes. L’enjeu est de montrer que le texte littéraire a toute sa légitimité dans une histoire anthropologique des représentations.

7Le corpus découle de mon objet : étudier la version de base de Guiron le Courtois et ses « mises en cycle », soit le Roman de Meliadus, le Roman de Guiron et leurs remaniements. L’ensemble totalise une quinzaine de copies, distribuées sur plus de vingt manuscrits.

8La première partie, « L’ordre des faits », examine les procédés de soudure et de rupture, de césure et de lien dont témoignent les manuscrits, à partir d’une question centrale dans la constitution d’un cycle romanesque : celle de la temporalité.

9Le premier chapitre considère le traitement du temps au sein de chaque ensemble romanesque. L’action du Roman de Meliadus vient s’insérer dans un cadre temporel emprunté au Lancelot et au Tristan en prose ; cette dimension intertextuelle s’observe aussi bien pour la construction d’un temps politique (histoire des guerres et des royaumes) que pour la construction biographique des personnages. À l’inverse, le Roman de Guiron apparaît comme une vaste parenthèse, qui se passe presque totalement de références aux repères temporels définis par les avant-textes ; ses héros, inédits, connaissent des destinées inachevées, sans passé et sans avenir.

10Le chapitre II tente de déterminer dans quelle mesure la composition de Guiron le Courtois, depuis les témoins les plus anciens jusqu’aux manuscrits des xive et xvsiècles, procède d’une intention cyclique. Dans la version de base, les seuls indices d’un lien chronologique entre les deux romans se concentrent aux seuils du Roman de Guiron. On relève ainsi, au début de ce second roman, quelques allusions à l’intrigue du Roman de Meliadus. Toutefois ce début, qui entre en contradiction avec plusieurs données du Roman de Meliadus, peut difficilement constituer une « suite » satisfaisante. Aussi plusieurs remanieurs réécrivent-ils la version de base de manière à relier les deux romans par une véritable transition. Ils cherchent d’autre part à combler les silences du Roman de Guiron. Pour ce faire, ils ajoutent à la version de base des prologues qui racontent les « enfances » de Guiron et incluent son parcours dans une trame historiographique. Enfin, la fin du Roman de Guiron ouvre sur l’histoire de la génération suivante, léguant un programme narratif aux continuateurs ; ceux-ci ont rempli ce programme selon des logiques diverses, biographique ou généalogique. En élaborant, au fur et à mesure des additions et des réécritures, un cycle romanesque, les remanieurs font montre d’un souci de complétude. Mais complétude ne vaut pas cohérence, et leurs ajouts laissent percer la sédimentation de plusieurs strates textuelles, correspondant à des mondes de fiction parfois hétérogènes.

11Les développements de cette première partie ressortissent à l’ordre des faits : ils se fondent sur le relevé de données factuelles, analysées selon une approche essentiellement narratologique. Les deux parties suivantes adoptent une perspective légèrement différente. Il s’agit de lire les textes à la lumière de l’anthropologie, afin d’en déceler les systèmes de représentation sous-jacents.

12La seconde partie, « L’ordre des valeurs », étudie les structures idéologiques de Guiron le Courtois. Dans la mesure où chaque roman de la version de base, sous ce rapport, fait système, j’étudie séparément le Roman de Meliadus (chapitre III) et le Roman de Guiron (chapitre IV). De mes analyses, il ressort que les deux romans illustrent la nocivité de l’amour. Mais tandis que le Roman de Meliadus se contente de mettre en échec la viabilité de l’amour courtois, la critique s’étend à la femme dans le Roman de Guiron : ce roman déploie un discours nettement misogyne, qui s’appuie sur des structures exemplaires héritées de la tradition cléricale. Pour le reste, les deux romans s’opposent diamétralement. Alors que le Roman de Meliadus promeut des liens situés sur l’axe vertical – lien hiérarchique entre le roi et le héros, lien généalogique entre le héros et son fils – ces liens sont systématiquement battus en brèche dans le Roman de Guiron. En revanche, ce roman met au premier plan un lien horizontal, l’amitié virile du compagnonnage.

13Par-delà ces divergences, les deux romans s’accordent pour mettre en scène un univers « mondain » et un univers de guerriers où les liens d’homme à homme tiennent la première place. Aussi la dernière partie traite-t-elle de « l’ordre des guerriers », entendu de deux manières : d’une part, l’ordre en tant que groupe social distinct, en tant que « classe » ; d’autre part, l’ordre comme système interne de hiérarchisation. Cet ordre, aux deux sens du terme, se rejoue continûment à travers des moments de crises qui revêtent la forme de différents conflits. Deux types de conflits s’avèrent à cet égard particulièrement pertinents : les histoires de vengeance et de mauvaises coutumes.

14Le chapitre V traite du système vindicatoire. Il met d’abord en évidence des lois de fonctionnement communes aux deux romans de la version de base. La vengeance établit et conforte les hiérarchies ontologiques entre « bons chevalier », géants et chevaliers « estranges » ; les conflits entre « bons chevaliers » aboutissent non à des effusions de sang, mais à un pardon dépourvu de toute coloration chrétienne. Les distinctions entre les deux romans sont de l’ordre de la nuance : là où le Roman de Meliadus présente une certaine officialisation de la vengeance, qui s’expose publiquement au cœur de la cité, les héros du Roman de Guiron résolvent leurs conflits en privé, sur les chemins de l’errance. Par ailleurs, le Roman de Guiron invente avec le personnage de Galehaut le Brun une pratique inédite de la vengeance, qui résiste à toute classification : incarnation d’une hybris positive, Galehaut se livre à des vengeances cruelles et démesurées, glorifiées cependant par l’auteur et par ses personnages.

15Le chapitre VI s’attache aux récits expliquant l’origine de péages que le roman, reprenant une expression latine, nomme des « mauvaises coutumes ». Deux modèles majeurs de récits d’origine se dégagent, centré chacun autour d’un fondateur distinct. Dans les récits du Roman de Meliadus, c’est d’abord une offense du roi Uterpandragon, qui appelle réparation ; ensuite, une vengeance donnant naissance à la coutume ; enfin, l’abolition de la coutume, à la génération suivante, par un héros providentiel. Ces récits confirment Uterpandragon dans le rôle de perturbateur que lui confèrent les histoires de coutumes du Lancelot et du Tristan. Le modèle adopté dans les récits étiologiques du Roman de Guiron est passablement différent : à l’origine, non pas un péché du roi, mais l’exploit d’un chevalier, Galehaut le Brun ; ensuite, non pas une vengeance, mais la perpétuation de l’exploit ; enfin, des coutumes dont l’abolition n’a pas cours dans l’espace du récit. La logique de ces récits a été diversement comprise par les remanieurs : en inventant ou en réécrivant des histoires de coutumes, ils combinent les deux modèles de la version de base, les adaptent ou les bouleversent, pour créer un nouvel ordre des guerriers.

16Ces deux chapitres complètent les conclusions de la seconde partie. L’ordre des guerriers du Roman de Meliadus permet de penser la place du roi, roi vengeur, pécheur ou humilié, toujours inférieur en valeur au chevalier errant ; plus radicalement, l’ordre des guerriers du Roman de Guiron est un ordre sans royauté.

17Ainsi, les deux romans de la version de base présentent des divergences notables, que ce soit par leur traitement de la temporalité, par leur rapport aux avant-textes ou par les liens sociaux qu’ils promeuvent. Ils se rejoignent néanmoins dans l’illustration de valeurs « mondaines » et aristocratiques, qui tranchent tant avec les fictions théologiques des romans du Graal qu’avec le développement contemporain de discours et d’institutions proprement monarchiques. Ce constat autorise à qualifier Guiron le Courtois de roman chevaleresque, au sens plein du terme : roman écrit pour exalter les vertus de la chevalerie, sans les clercs et contre le roi. Quant aux remaniements tardifs du Roman de Guiron, ils montrent que l’intégration de ce second roman à un cycle plus vaste implique une mise aux normes, narrative et idéologique, de la matière originelle ; ils désignent par là la spécificité de ce texte autarcique.

18Les annexes présentent l’édition de plusieurs extraits du Roman de Guiron. Afin de dresser un stemma de la tradition manuscrite, je présente conjointement les transcriptions de trois témoins : les manuscrits de Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 350, de Marseille (Bibliothèque municipale, 49.120) et de Privas (Archives Départementales de l’Ardèche, n° I [F. 7]). Ces transcriptions permettent de distinguer deux familles principales. Il apparaît que le manuscrit 350, situé à l’intersection entre les deux familles, ne saurait en aucune façon constituer, sur le plan philologique, un texte de base satisfaisant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Albert, « Sophie Albert, « Ensemble ou par pieces ». Guiron le Courtois (xiiie-xve siècles). La cohérence en question  », Perspectives médiévales [En ligne], 33 | 2009, mis en ligne le 01 septembre 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://peme.revues.org/2789

Haut de page

Auteur

Sophie Albert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page