Navigation – Plan du site
État de la recherche
Positions de thèse

Dominique Ancelet-Netter, L’Analyse sémantique du vocabulaire économique et financier de 1355 à 1405 à partir des Miroirs des Princes et du Traité de la première invention des monnaies de Nicole Oresme

Thèse de doctorat ès Arts, spécialité Lettres Modernes de l’Institut Catholique de Paris sous la direction de Mme Nathalie Nabert, soutenue le 29 Janvier 2008 à l’Institut Catholique de Paris
Dominique Ancelet-Netter
Référence(s) :

Dominique Ancelet-Netter, L’Analyse sémantique du vocabulaire économique et financier de 1355 à 1405 à partir des Miroirs des Princes et du Traité de la première invention des monnaies de Nicole Oresme, thèse de doctorat ès Arts, spécialité Lettres Modernes de l’Institut Catholique de Paris sous la direction de Mme Nathalie Nabert, soutenue le 29 janvier 2008 à l’Institut catholique de Paris

Notes de la rédaction

Jury composé de Mme Nathalie Nabert (Doyen honoraire de l’Institut Catholique de Paris) et de MM. Olivier Soutet (professeur à l’université Paris-Sorbonne) et Denis Menjot (professeur à l’université de Lyon II). Mention « Summa cum laude », Excellence.

Texte intégral

1Au Moyen Âge, du xiiie au xve siècle, l’économie est perçue comme un sujet périphérique. Les représentations de l’argent sont quasiment absentes de la littérature comme de l’iconographie. Cependant l’usure est au cœur des débats des théologiens, et les prédicateurs dénoncent l’avarice auprès de populations constamment préoccupées par l’altération des monnaies. Cette thèse a suivi une démarche d’immersion dans un corpus unifié en synchronie pour une approche définitoire des mots de l’argent afin de cerner la perception par l’homme médiéval des « phénomènes » économiques et financiers de son temps. Cette thèse explore ainsi cinq champs lexicaux constitutifs du vocabulaire économique et financier en langue française, à partir d’un corpus de base constitué par le Traité sur l’invention des monnaies de Nicole Oresme en 1355 et de trois Miroirs des Princes, Le Songe du viel pèlerin de Philippe de Mézières, Le Songe du vergié d’Evrard de Tremaugon, ainsi que Le livre des fais et bonnes mœurs du sage roi Charles V de Christine de Pizan et d’un corpus élargi à tous les documents de toute nature, de l’ouvrage littéraire aux documents de la pratique comme les livres de comptes. L’auteur a dépouillé la majorité des productions écrites et traduites en langue d’oïl sur la période 1355-1405 éditées aux xixe et xxsiècles, et a relevé les occurrences des mots du vocabulaire économique et financier afin de procéder à une analyse sémantique complète en utilisant les outils de l’analyse componentielle.

2Une première partie retrace le contexte économique et financier essentiel à la constitution de notre économie de la période 1355-1405, avec l’évocation du contexte politique situationnel. Une deuxième partie est consacrée à l’exposé méthodologique ; les principaux concepts de l’analyse linguistique componentielle sont notamment explicités pour rendre la lecture aisée à tous, notamment aux historiens.

3Après avoir resitué tout au long de l’étude chacun des mots dans leur perspective historique et étymologique dans leur lien contextuel et à l’épreuve des approches discursives contextuelles, l’examen des champs lexicaux du vocabulaire économique et financier a permis d’établir l’émergence ou l’infléchissement de sens sur les quelque soixante-dix mots au total constitutifs de chaque champ lexical de l’impôt, de la monnaie, du revenu et de la dette.

4Les mots des monnaies nationales (mouton, écu, etc.) et internationales (florin, ducat) en circulation en cette fin du xive siècle pris dans leur individualité ont été établis comme strictement monosémiques. Un traitement particulier est réservé au denier, monnaie de compte et « espèce sonnante et trébuchante » qui domine, par sa polysémie, le champ paradigmatique et lexical du vocabulaire de la monnaie à la fin du Moyen Âge. L’ensemble des occurrences du corpus étudié présente la grande diversité des connotations de « monnaie », empruntées pour la plupart au champ lexical de la valeur à la fois financière et morale. Comme nombres d’autres mots du vocabulaire économique et financier, la monnaie est donc au croisement des champs lexicaux de la morale et de l’argent. Les richesses sont, dans leur conceptualisation abstraite signifiée par « argent », vecteur de puissance, de possession et de domination jusqu’à la perversion de l’âme dans le discours médiéval. Le mot « argent » s’est imposé au détriment de son concurrent paradigmatique dans notre langue à cause de la prédominance technique de l’utilisation de ce métal pour la frappe des pièces de monnaie. Il est ainsi démontré comment il agit comme générique pour l’ensemble des mots du vocabulaire du paiement, de l’encaisse et du débours et de la rémunération.

5La fréquence des occurrences du vocabulaire fiscal (aides, impôt, tonlieu, etc.) est la plus élevée du vocabulaire économique et financier dans le corpus élargi des Chroniques. L’analyse sémantique du vocabulaire fiscal révèle d’une part que celui-ci participe également d’un vocabulaire moral, assez peu technique et encore moins technicien car même les chroniqueurs, qui relatent les faits et semblent tenus à une certaine objectivité du récit, portent implicitement ou explicitement un jugement sur les impôts perçus comme lourds, pesants, « mauvais ». Le parallèle a été établi entre une fiscalité galopante toujours mal perçue par les hommes du temps et le foisonnement lexical et polysémique en cette fin du xive siècle des mots de l’impôt, considérés comme des maux rendus plus ou moins nécessaires selon les discours régaliens. Car le discours politique et « économique » médiéval est étroitement lié dans ces deux facettes à l’expression du pouvoir régalien, l’impôt et la monnaie, à côté du développement économique des villes et des bourgeoisies urbaines.

6La spécialisation du vocabulaire du revenu marque l’amplification de l’émergence des métiers urbains : clercs, greffiers, notaires, domestiques, artisans, population dont la substance des revenus est en devenir monétaire. Parallèlement, le discours sur la nature des gains et des profits et sur leur légitimité s’accompagne chez les penseurs politiques d’un développement des connotations liées aux termes génériques du revenu. Ainsi « bénéfice » est à l’intersection des deux champs sémantiques de la morale et de la finance, comme tant d’autres mots du vocabulaire financier. Par ailleurs, dans le champ lexical du revenu, la distinction des paradigmes, s’opère par les traits sémiques connotatifs sur la nature des liens entre ceux qui versent le revenu et ceux qui le perçoivent. Plus le lien s’apparente à un lien de service, de vassalité ou d’allégeance, plus le caractère d’appartenance au vocabulaire fiscal est fort. Revenu pour celui qui le perçoit, redevance pour celui qui le paie, les mots du revenu domanial ou personnel sont ainsi polysémiques dans l’architecture du vocabulaire du revenu, avec une articulation forte autour du trait sémique du « dû ». Le revenu et la redevance, symboliques des liens féodaux, peuvent aussi participer ainsi du vocabulaire de la dette.

7Le discours « économique » le plus précis et le plus important au Moyen Âge est celui sur la dette et l’usure. Il bénéficie effectivement du solide étayage théologique depuis le xiiie siècle que les auteurs du corpus central connaissent. Le vocabulaire de la dette est l’illustration la plus aboutie de l’axe sémantique du dû. Au niveau symbolique, comme sur le plan contextuel, le vocabulaire économique et financier du Moyen Âge, en particulier celui de la dette recouvre les traits sémiques dénotatifs de celui de la morale, issue des débats des théologiens sur l’usure qui se traduit donc au plan sémantique par une association avec des syntagmes adjectivaux négatifs qualifiant l’usure. Dans l’ensemble des éléments discursifs du corpus, aucun propos neutre sur l’usure ne figure. L’association de « usure » avec tout le vocabulaire du mal est systématique chez Philippe de Mézières. Et toutes les différenciations subtiles des théologiens se retrouvent grâce à l’analyse structurale sémantique dans les traits sémiques distinctifs d’« usure » et de « prêt ». Le sème dominant de l’usure n’est pas le prêt mais le trait sémique pertinent dominant de l’usure est le profit indu. L’usure est particulièrement pourfendue dès le xiie siècle, par les prédicateurs, pour ce profit injustement acquis, ainsi que ceux qui exercent les rares métiers de l’argent émergents en cette fin de Moyen Âge, changeurs et surtout banquiers dont cet ouvrage constate et analyse la première occurrence en langue française.

8Au plan co-textuel, le vocabulaire économique et financier du Moyen Âge participe d’un fonctionnement sémantique autour des traits sémiques de l’échange et de la dette, très exactement, du « dû ». Ceci est représentatif d’une pensée occidentale médiévale, opposant la spiritualité du divin à la matérialité peccamineuse de l’argent, alors que nombre de sèmes dénotatifs sont communs aux deux champs lexicaux de l’argent et de la morale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Ancelet-Netter, « Dominique Ancelet-Netter, L’Analyse sémantique du vocabulaire économique et financier de 1355 à 1405 à partir des Miroirs des Princes et du Traité de la première invention des monnaies de Nicole Oresme », Perspectives médiévales [En ligne], 33 | 2009, mis en ligne le 24 septembre 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://peme.revues.org/2796

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page