Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Sophie Albert, « Ensemble ou par pieces. » Guiron le Courtois (xiiie-xvsiècles). La cohérence en question

Paris, Champion, 2010
Michelle Szkilnik
Référence(s) :

Sophie Albert, « Ensemble ou par pieces. » Guiron le Courtois (xiiie-xvsiècles). La cohérence en question, Paris, Champion, « Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge » n°98, 2010.

Entrées d’index

Mots clés :

cycle, guerrier

Keywords :

cycle, warrior

Parole chiave :

ciclo, guerriero
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Guiron le Courtois » : étude de la tradition manuscrite et analyse critique, Genève, Droz, 1966.
  • 2 Guiron le Courtois : roman arthurien en prose du XIIIe siècle, thèse de doctorat dirigée par R. Lat (...)
  • 3 On citera en particulier l’édition partielle réalisée sous sa direction : "Guiron le courtois". Une (...)

1Alors que certains grands cycles en prose du xiiisiècle comme le Lancelot-Graal et le Tristan en prose, voire le Cycle Post-Vulgate, sont depuis de nombreuses années l’objet d’études multiples et minutieuses, le touffu roman de Guiron le Courtois restait, depuis l’étude pionnière de Roger Lathuillière1 mal connu, en dépit des travaux de Venceslas Bubenicek2 et de Richard Trachsler3. Cette méconnaissance tient en grande partie au fait que cette somme romanesque est très partiellement éditée. Mais si personne n’a encore osé s’attaquer à l’édition globale de Guiron, c’est aussi à cause des redoutables difficultés que posent à la fois sa structure et sa tradition manuscrite. Deux livres, parus à quelques mois d’intervalle et tous deux issus de thèses de doctorat, sont venus heureusement éclairer le fonctionnement et l’évolution de Guiron le Courtois. L’un est l’étude de Barbara Wahlen, L’Écriture à rebours. Le Roman de Meliadus du xiiie au xviiie siècle (Genève, Droz, 2010) qui examine la partie du roman consacrée à Meliadus ; l’autre, l’étude de Sophie Albert qui prend en compte l’intégralité du récit.

  • 4 Le terme de "nébuleuse" est utilisé à deux reprises par S. Albert p. 8.
  • 5 Manuscrit que Roger Lathuillière avait pris comme texte de référence et que S. Albert adopte comme (...)
  • 6 S. Albert reproche à B. Wahlen d’utiliser le terme de "première partie" pour renvoyer au Roman de M (...)

2Ce que nous appelons par facilité le Roman de Guiron le Courtois est en effet la somme de diverses pièces, dont les deux principales sont le Roman de Meliadus et le Roman de Guiron, pour reprendre les titres qu’utilise S. Albert. Encore la géométrie de ces pièces et la manière dont elles sont cousues varient-elles grandement d’un témoin manuscrit à l’autre. Certains manuscrits ne comportent ainsi que Meliadus ou que Guiron ; d’autres les copient à la suite l’un de l’autre mais sans se soucier de les associer en un tout cohérent ; d’autres cherchent au contraire à atténuer l’hétérogénéité de l’ensemble et à constituer ainsi un véritable cycle romanesque, ajoutant en amont ou en aval des appendices de longueur parfois importante. C’est à ces configurations multiples que s’intéresse l’ouvrage de S. Albert. Comme l’indique le titre, il cherche à établir si cette « nébuleuse » de textes4 constitue un ensemble ayant une unité propre ou s’il s’agit plutôt de la juxtaposition de récits indépendants. S. Albert étudie aussi bien la composition que la réception des textes : ont-ils été écrits indépendamment ou en relation les uns avec les autres ? Lus comme un tout ou comme une collection de récits arthuriens ? Selon elle, Guiron le Courtois, dans la version de base donnée par le manuscrit Paris BnF fr 3505, est constitué de deux récits distincts, centrés pour l’un autour de Meliadus, pour l’autre autour de Guiron, que tout oppose : leur rapport à la tradition arthurienne, leur traitement du temps, les voies narratives qu’ils choisissent, l’idéologie qu’ils développent. Cette conclusion, solidement étayée, confirme l’intuition de beaucoup de chercheurs et justifie le choix qu’avait fait B. Wahlen de n’étudier que le Roman de Meliadus qui forme bien un tout ayant sa propre cohérence6.

3Les remaniements ultérieurs, ajouts « frontispices », continuations, transitions, visent pour la plupart à homogénéiser l’ensemble, non sans ouvrir paradoxalement de nouvelles failles et mettre finalement en évidence l’irréductible hétérogénéité du Roman de Meliadus et du Roman de Guiron.

4L’ouvrage de S. Albert est organisé en trois grandes parties. La première est une approche narratologique qui examine d’abord le rapport au temps qu’entretient chacune des deux pièces, puis s’interroge sur leur mise en cycle réalisée dans plusieurs manuscrits. S. Albert porte une grande attention à la matérialité des manuscrits : mise en page, illustration, division en volumes, titres éventuels fournissent des indications précises sur la conception que les remanieurs et copistes successifs se font de cet ensemble divers. Les analyses minutieuses mettent clairement en évidence la différence entre le Roman de Meliadus et le Roman de Guiron : alors que Meliadus est écrit en relation avec le Lancelot-Graal et le Tristan en prose dont il cherche à combler des blancs et qui sont en quelque sorte son avenir, Guiron constitue une parenthèse temporelle n’entretenant que des liens lâches avec l’univers des autres romans arthuriens ; il se présente comme un roman tendu vers un passé qui lui est propre. De même la pratique du récit enchâssé dans les deux pièces révèle une conception différente de l’histoire : histoire orientée dans le cas de Meliadus, temps de l’histoire ignoré dans le cas de Guiron qui offre des fragments de vie détachés les uns des autres. Les continuations, suites, transitions et commencements que des remanieurs ont introduits manifestent pour leur part un souci de complétude, mais non de cohérence narrative.

5La seconde partie s’intéresse à l’idéologie portée par le Roman de Meliadus et le Roman de Guiron, ici encore pour constater les écarts entre les deux récits. Dans une relation de concurrence avec les grands cycles en prose antérieurs, Meliadus trouve sa propre voie entre l’épique et le romanesque et met en scène les tensions entre le roi et le héros pour rétablir et préserver in extremis les liens hiérarchiques qui les unissent. Ce rapport vertical se redouble dans les relations qui unissent père et fils. Guiron en revanche souligne les dysfonctionnements des liens lignagers et sociaux, et privilégie les rapports amicaux entre chevaliers. Roman nostalgique, il célèbre aussi la supériorité des anciens chevaliers sur les nouveaux. Cette analyse conforte les conclusions de la première partie : Guiron apparaît comme un roman plus iconoclaste, peut-être plus audacieux que Meliadus, mettant en place de nouveaux modèles héroïques. Les remanieurs s’efforceront de réduire et de limiter toutes ses innovations. Là où les deux textes principaux de la version de base se rejoignent cependant, c’est dans leur commun scepticisme à l’égard des femmes et de l’amour, même si Guiron développe un discours plus franchement misogyne. Cette mise à l’écart de l’amour est une caractéristique que l’on retrouvera dans les romans chevaleresques tardifs.

6La troisième partie du livre de S. Albert propose une étude de type anthropologique sur le groupe social à l’honneur dans l’ensemble des récits : les guerriers. Elle s’articule autour de deux motifs principaux : la vengeance et la coutume. Bien qu’elle mette en évidence le traitement différent des motifs dans les deux pièces principales de la version de base et dans les remaniements, l’analyse semble toutefois quelque peu en décalage avec les parties précédentes. On perd de vue la question de la cohérence, qui a été l’épine dorsale de la démonstration. Cette étude, intéressante en soi, aurait peut-être pu faire l’objet d’une seconde publication. Le livre ainsi allégé aurait présenté une unité plus forte. Mais peut-être est-ce précisément le caractère hybride de son objet qui a autorisé cette addition.

7Le livre est remarquablement clair, méthodique, émaillé de conclusions précises qui reprennent systématiquement les points de la démonstration. On peut lui reprocher de conserver trop nettement le format de la thèse dont il est issu. Il aurait sans doute gagné à procéder plus rapidement parfois, à piquer davantage la curiosité de son lecteur. Mais il débrouille remarquablement bien un roman complexe dont il présente une interprétation solidement étayée et tout à fait convaincante.

Haut de page

Notes

1 « Guiron le Courtois » : étude de la tradition manuscrite et analyse critique, Genève, Droz, 1966.

2 Guiron le Courtois : roman arthurien en prose du XIIIe siècle, thèse de doctorat dirigée par R. Lathuillière, université de Paris-Sorbonne, 1985. Il s’agit d’une édition partielle du manuscrit A(2). Voir la bibliographie de S. Albert pour les articles publiés par V. Bubenicek.

3 On citera en particulier l’édition partielle réalisée sous sa direction : "Guiron le courtois". Une anthologie, édition, traduction et commentaire de Sophie Albert, Mathilde Plaut et Frédérique Plumet, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2004.

4 Le terme de "nébuleuse" est utilisé à deux reprises par S. Albert p. 8.

5 Manuscrit que Roger Lathuillière avait pris comme texte de référence et que S. Albert adopte comme tel à son tour.

6 S. Albert reproche à B. Wahlen d’utiliser le terme de "première partie" pour renvoyer au Roman de Meliadus (p. 18) et de ne pas s’interroger sur les modalités d’articulation des deux parties. Ce n’est pas l’objet du travail de B. Wahlen et par ailleurs "première partie" peut renvoyer simplement à la disposition manuscrite. S. Albert utilise elle-même l’expression "premier volet" pour désigner Meliadus et "second volet" pour renvoyer à Guiron (p. 190).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michelle Szkilnik, « Sophie Albert, « Ensemble ou par pieces. » Guiron le Courtois (xiiie-xvsiècles). La cohérence en question », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 01 septembre 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://peme.revues.org/284

Haut de page

Auteur

Michelle Szkilnik

Professeur de Littérature du Moyen Âge - Université Paris III Sorbonne Nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page