Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Madeleine Tyssens, « La tierce geste qui molt fist a prisier ». Études sur le cycle des Narbonnais

Paris, Classiques Garnier
François Suard
Référence(s) :

Madeleine Tyssens, « La tierce geste qui molt fist a prisier ». Études sur le cycle des Narbonnais, Paris, Classiques Garnier, « Recherches littéraires médiévales 9 », 2012, 238 p.

Entrées d’index

Mots clés :

chanson de geste

Keywords :

epic

Parole chiave :

canzone di gesta

Œuvres, personnages et lieux littéraires :

Aliscans, Aymeri de Narbonne, Cycle des Narbonnais, Guillaume d’Orange
Haut de page

Texte intégral

1Le présent recueil peut être considéré comme une véritable somme sur la Geste des Narbonnais, c’est-à-dire l’ensemble des chansons de geste consacrées à Aymeri de Narbonne et à ses enfants, notamment à Guillaume, dit Guillaume d’Orange, le plus illustre d’entre eux. C’est en effet à ce cycle que Madeleine Tyssens a consacré une grande partie de ses travaux avec, aux deux extrémités de sa carrière, son étude sur La Geste de Guillaume d’Orange dans les manuscrits cycliques (1967) et l’édition du Roman en prose de Guillaume d’Orange, en collaboration avec Nadine Henrard et Louis Gemenne (2000 et 2006).

2On trouvera ici rassemblés et choisis par l’auteur comme les plus significatifs de ses travaux douze articles, rédigés entre 1965 et 2002, qu’on peut classer en trois catégories : études philologiques et codicologiques, études de textes ou d’ensembles de textes, problèmes d’histoire littéraire. Une même conviction, que l’auteur exprime dans sa préface, est présente dans ces différents domaines : « Une approche méthodique permet […] de remettre en perspective les divers stades d’une évolution qui a matérialisé dans l’écriture des projets de transmission et de renouvellement des vieilles chansons, pour les remettre au goût du jour […] ou pour assurer la cohérence logique et formelle d’un ensemble cyclique donné […] Au terme de cette approche, on peut entrevoir la configuration des archétypes ».

  • 1 Édité ultérieurement par Duncan McMillan : La Chevalerie Vivien, éd. critique D. McMillan, texte re (...)

3C’est la conclusion qui est tirée, par exemple, dans « Typologie de la tradition des textes épiques », qui ouvre la première série (p. 45-55) : « l’archétype existe, nullement aléatoire […] c’est de lui que procèdent, au terme d’une filière qu’on peut le plus souvent reconstituer, les témoins que nous possédons encore » (p. 55). Les modalités des évolutions constatées sont étudiées dans plusieurs articles codicologiques, dont trois sont consacrés à Aliscans : « Aliscans, Fragment B.N. fr 934 » (étude et édition, p. 181-204), « Encore Aliscans : les enseignements du manuscrit Savile1 » (p. 205-218), « La version franco-italienne d’Aliscans » (p. 219-234). Ces études montrent qu’un travail combinatoire peut être réalisé par les copistes entre une version remaniée et une forme plus archaïque (p. 204), que plusieurs versions peuvent ainsi être confrontées en vue d’une édition critique (p. 216), les variations ainsi obtenues contrastant avec la stabilité de la chanson d’Aliscans dont « la tradition est très compacte : c’est bien le même texte qui nous est transmis par les divers témoins » (p. 234).

4À propos de la pratique de l’édition de texte, l’article « Philologie “chevronnée”, nouvelle philologie » (p. 133-180) rappelle, à propos de l’édition par Duncan McMillan de la Chevalerie Vivien, les principes de l’édition critique mises en cause par les tenants d’une reproduction brute du document médiéval dans toutes ses versions, document conçu d’abord comme vivier d’indications morphologiques et lexicales (« nouvelle philologie »). Les éditions de la « philologie chevronnée » visent avant tout à donner à lire un texte, ce qui suppose choix des leçons et présence d’un apparat critique permettant la comparaison des témoins (p. 176). Elles ne récusent évidemment pas l’usage de l’informatique – qu’avait déjà adoptée D. McMillan – mais ne visent pas à proposer, à propos d’un texte, un corpus exhaustif, ce qui reviendrait à « confondre édition et base de données ».

Haut de page

Notes

1 Édité ultérieurement par Duncan McMillan : La Chevalerie Vivien, éd. critique D. McMillan, texte revu corrigé et complété par J.-Ch. Herbin, J.-P. Martin et Fr. Suard, Aix-en-Provence, Senefiance 39-40, deux tomes, 1997, 750 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Suard, « Madeleine Tyssens, « La tierce geste qui molt fist a prisier ». Études sur le cycle des Narbonnais », Perspectives médiévales [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 11 septembre 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://peme.revues.org/2848

Haut de page

Auteur

François Suard

Professeur émérite de littérature du Moyen Âge – Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page