Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

Ovide métamorphosé. Les lecteurs médiévaux d’Ovide

Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2009
Robert Deschaux
Référence(s) :

Ovide métamorphosé. Les lecteurs médiévaux d’Ovide, études réunies par Laurence Harf-Lancner, Laurence Mathey-Maille et Michelle Szkilnik, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2009, 244 p.

Texte intégral

1La fortune médiévale d’Ovide n’en finit pas de susciter des recherches. La lecture attentive des 72000 octosyllabes de l’Ovide moralisé, poème que l’on date du début du xive siècle, entraîne notamment questions et comparaisons.

2Le présent volume réunit les conférences prononcées à ce propos de 2005 à 2007 au Centre d’Études du Moyen Âge de Paris III. L’influence de l’écrivain latin a été mesurée dans des textes qui renvoient aux deux versants de son œuvre : celui de l’Ovide « mineur », poète de l’amour dans ses premières productions, celui de l’Ovide « majeur », auteur des Métamorphoses. D’où les deux parties de l’ouvrage. Dans la première, sous-titrée Réécritures poétiques, cinq conférencières exposent le résultat de leur enquête.

3Simone Viarre évalue en préambule « la survie multiple » du poète dans les écrits latins du Moyen Âge, où il apparaît à la fois comme autorité et comme modèle (p. 21-32).

4Deborah McGrady examine une traduction de l’Ars amatoria datée de la fin du Moyen âge pour souligner le comportement du traducteur-commentateur qui n’hésite pas à s’en prendre aux affirmations contenues dans le texte originel (p. 33-43).

5Anne Paupert rappelle l’importance de la matière ovidienne dans l’œuvre de Christine de Pizan et plus précisément montre avec quelle insistance et quelle véhémence le prétendu Art d’aimer ovidien est condamné dans les poèmes écrits de 1399 à 1405 au nom de la morale chrétienne et de la dignité de la femme (p. 45-67).

6Cynthia J. Brown, d’après l’examen des exemplaires conservés, décrit la filiation entre la version latine des Héroïdes imprimée par Michel Le Noir en 1500 et les éditions ultérieures publiées par le même éditeur, munies de la traduction française d’Octovien de Saint-Gelais afin de répondre à l’attente d’un public moins érudit et attirer la clientèle par de nouveaux procédés de présentation s’affranchissant de la tradition manuscrite (p. 69-82).

7Maud Moussy précise enfin comment est moralisée, dans la bible versifiée de Jean Malkaraume, poète lorrain de la fin du xiiie siècle, l’histoire de Pyrame et Thisbé issue du livre IV des Métamorphoses : elle devient contre-exemple édifiant de modération amoureuse et peut-être image du Christ crucifié et de la Vierge Marie (p. 83-103).

8Plus copieuse, la deuxième partie, Ovidius major, sous-titrée « Les Métamorphoses et l’Ovide moralisé », offre au lecteur sept exposés.

9Marc-René Jung, en introduction, décrit les manuscrits du poème médiéval (contenu et classement) et ses multiples éditions. Il rappelle que ce n’est pas une exégèse de l’œuvre latine mais une sorte de sermon translatant avec plus ou moins de fidélité les passages utiles à un projet d’ordre spirituel, enrichis d’ajouts d’origine latine ou d’emprunts à des textes français (p. 107-122).

10Marylène Possamaï-Pérez, dont la thèse d’État sur l’Ovide moralisé, soutenue en 2004, (voir Perspectives Médiévales 30, p. 155-163) fut publiée en 2006, condense en quelques pages les apports essentiels de son travail : voie pour remonter vers Dieu à partir de signes empruntés au poème d’Ovide, l’œuvre médiévale aurait été conçue par un moine franciscain pour fournir aux prédicateurs des matériaux pouvant aider à une vision chrétienne du monde (p. 123-137).

11Armand Strubel, à partir d’observations précises sur la place, la présentation et le sens de la fable, ainsi que sur les pratiques de l’exégèse biblique, notamment la parabole, illustre la difficulté d’appréhender le mode de fonctionnement de l’écriture de la senefiance dans ce poème médiéval (p. 139-161).

12Bernard Ribemont s’intéresse à la création du monde au début du livre I. Le recours aux écrits théologiques et encyclopédiques permet de préciser l’attitude de l’auteur face au texte correspondant d’Ovide (p. 163-180).

13Sarah-Jane Murray étudie la structure poétique des deux premiers livres de l’Ovide moralisé et plus précisément les procédés été utilisés pour faire surgir une vérité nouvelle tout en préservant les mythes ovidiens ainsi que l’ordre du texte latin (p. 181-200).

14Jean-Yves Tilliette définit l’habileté technique du poète médiéval au livre XV et dernier de son œuvre, particulièrement dans le grand discours de Pythagore sur l’alimentation végétarienne et la transmigration des âmes (p. 201-222).

15Enfin Julia Drobinsky analyse méthodiquement l’iconographie d’un manuscrit lyonnais ayant appartenu au duc de Berry : le contenu et la place des images, où l’emporte l’inspiration mythologique, témoignent d’une réelle tension entre le profane et le religieux (p. 223- 238).

16Conclusion : après lecture de ces travaux, stimulants et le plus souvent élogieux, traduisant l’importance de l’Ovide moralisé à la fin du Moyen âge, on ne peut que souhaiter la réédition prochaine de pareil « monument ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Deschaux, « Ovide métamorphosé. Les lecteurs médiévaux d’Ovide », Perspectives médiévales [En ligne], 33 | 2009, mis en ligne le 17 septembre 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://peme.revues.org/3015

Haut de page

Auteur

Robert Deschaux

Professeur émérite de littérature du Moyen Âge - Université Stendhal Grenoble III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page