Navigation – Plan du site

Les « voies aventureuses » des études de littérature française médiévale en Roumanie

Mihaela Voicu et Cătălina Gîrbea

Texte intégral

1Nous nous proposons dans ce qui suit de poser quelques repères du parcours des études médiévales françaises en Roumanie. Pour qu’une période, un courant littéraire, puisse susciter de l’intérêt, il doit au préalable être connu. Le cadre le plus approprié pour la recherche scientifique, c’est l’université, l’enseignement universitaire. C’est pourquoi, dans un premier moment, nous nous pencherons sur l’apparition et l’évolution de l’intérêt pour cette période avant 1990, lorsque les vicissitudes de l’histoire marquent aussi le statut de la recherche scientifique ; une seconde partie sera consacrée aux études médiévales après 1990.

  • 1 D’ailleurs en 1919 cette université fut déplacée à Budapest et ensuite à Szeged.

2Si on la compare à celle des pays de l’ouest ou du centre de l’Europe, la tradition de l’enseignement universitaire en Roumanie est toute jeune : l’université de Bucarest a été fondée en 1864, précédée de quatre ans par celle de Iaşi. Quant à l’université de Cluj, on pourrait affirmer que sa création remonte à 1581, lorsque le prince de Transylvanie Étienne Bathory y fait fonder un collège jésuite. Pourtant ce n’est qu’en 1872 que François-Joseph fait créer l’université de Cluj, dispensant son enseignement exclusivement en hongrois1. Et enfin, ce n’est qu’à la fin de la première guerre mondiale, en 1919, qu’a été fondée l’université de la Dacie Supérieure, qui a connu plusieurs déplacements suite au Diktat de Vienne. En 1945 elle finira par revenir à Cluj.

  • 2 Il est tout aussi vrai que la découverte de la littérature médiévale et l’étude suivie de la public (...)

3S’il est vrai que, au xixe siècle, la plupart des intellectuels roumains, surtout dans les principautés roumaines (Moldavie, Valachie), ont été formés en France, dans la tradition et l’amour de la culture française, leur intérêt va surtout vers la période moderne (xviie-xixe siècles)2. Les débuts de l’enseignement de la littérature médiévale à Bucarest se situent dans l’entre-deux-guerres, grâce au professeur Charles Drouhet. Né en 1879 à Bîrlad, en Moldavie, d’une famille d’origine française dans la lignée paternelle, diplômé des lettres modernes en 1900 à l’université de Bucarest, il est reçu à l’École Normale Supérieure de Bucarest où il obtient l’agrégation de roumain en 1903 et celle de français en 1904. Il continue ses études doctorales en France, sous la direction de Gustave Lanson, soutenant en 1909 sa thèse sur Le poète François Mainard (1583 ?-1646), publiée en 1910 à Paris.

4De retour en Roumanie, il sera nommé professeur au département de français de l’université de Bucarest, poste qu’il occupera jusqu’à la fin de sa vie, en 1940. Humaniste moderne, érudit, doué d’esprit de méthode, Charles Drouhet sera, grâce aussi à sa double origine et formation, un pionnier du comparatisme roumain, contribuant à une meilleure connaissance de la culture roumaine à l’étranger.

5En tant que titulaire de la chaire de littérature française à l’université de Bucarest, Charles Drouhet dispensera, entre 1920 et 1940, des cours couvrant toutes les périodes de la littérature française. Sur la vingtaine de volumes de cours de littérature française lithographiés, rédigés en roumain puisqu’ils s’adressent aux étudiants en lettres et philosophie, réunis à l’époque dans la même faculté, cinq sont consacrés entièrement ou en bonne partie à la littérature médiévale : Villon, Montaigne (1923-1924) ; Le théâtre français depuis ses origines à l’époque classique (1931-1932) ; La poésie lyrique au Moyen Âge suivi des Commentaires de Charles d’Orléans et François Villon (1934) ; La Chanson de Roland. La poésie lyrique médiévale : les troubadours. François Villon (1938), à quoi s’ajoute un chapitre sur les rhétoriqueurs dans le volume consacré à La poésie française du xvie siècle (1938-1939).

  • 3 Parmi d’autres volumes, on peut citer Les Débuts du romantisme français (1927-1928) ; Boileau et Vo (...)

6Comme on peut le remarquer, il ne s’agit pas d’une perspective diachronique et exhaustive de la littérature française, mais chaque année le professeur consacre son cours à une époque ou à un courant littéraire3. La vision de Charles Drouhet sur la littérature française (y compris médiévale) relève de celle de son époque. On y reconnaît la formation classique du disciple de Gustave Lanson à sa manière d’aborder le phénomène littéraire : identification des sources, connaissance du contexte historique et de la biographie de l’auteur étudié, analyse de l’œuvre proprement dite, en essayant d’en surprendre le cachet personnel. Fondés sur un examen attentif des œuvres discutées, sur les méthodes philologiques et de l’explication de texte, ses volumes consacrés à la littérature médiévale ne représentent pas seulement une synthèse de la perspective que l’on avait alors sur cette littérature, mais proposent souvent des points de vue personnels et témoignent parfois d’une intuition remarquable, en plus d’une connaissance profonde des textes.

  • 4 Gustave Cohen, Le Théâtre en France au Moyen Âge, Paris, Rieder, 1928-1931, 2 vol.
  • 5 Le Théâtre français, op. cit., p. 33 (nous traduisons).
  • 6 Paul Zumthor, Essai de poétique médiévale, Paris, Seuil, 1972.
  • 7 Henri Rey-Flaud, Le Cercle magique. Essai sur le théâtre en rond vers la fin du Moyen Âge, Paris, G (...)

7Ainsi, dans ses pages consacrées au théâtre médiéval, Drouhet se montre plus prudent que Gustave Cohen dont il connaît l’étude4, ne se hasardant pas à adopter l’hypothèse d’une scène aux dimensions démesurées, et se limite à affirmer qu’« au cours de la représentation, les acteurs se déplaçaient devant la mansion qui représentait le décor du lieu où se passait l’action à ce moment-là »5, ayant l’intuition du « sémantisme vide » de la scène médiévale, dont parleront plus tard Paul Zumthor6 ou Henri Rey-Flaud7. Il perçoit correctement les causes du déclin des grands mystères (en plus des critiques des protestants et des humanistes) en les attribuant à « l’atmosphère surhumaine », peu apte à la dramatisation. Il retient les qualités dramatiques incontestables de la Farce de Maître Pathelin, qui en font un chef d’œuvre du théâtre médiéval et établit un juste rapprochement entre Le Jeu de la Feuillée d’Adam de la Halle et Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare.

  • 8 Robert Guiette, « D’une poésie formelle en France au Moyen Âge », Forme et Senefiance, Genève, Droz (...)
  • 9 Paul Zumthor, Langue et techniques poétiques à l’époque romane, Paris, Klincksieck, 1963.
  • 10 La poésie lyrique…, op. cit., p. 19 (nous traduisons).
  • 11 Ibid., p. 29 (nous traduisons).

8Bien avant Robert Guiette8 ou Paul Zumthor9, Drouhet assimile le trobar au poïn grec et relève la correspondance secrète entre le mot et la phrase musicale. Si pour lui l’exorde printanier exprime un « sentiment de la nature associé au sentiment d’amour »10, s’il attribue la décadence de cette poésie à l’ascension de la bourgeoisie, il remarque, peut-être avec juste raison, que dans le Nord de la France les premières formes de la poésie lyrique se rattachent à la tradition populaire. Constatant la diffusion européenne du « phénomène troubadour », il conclut : « Cette conquête du monde par la poésie est l’un des plus beaux titres de gloire du Moyen Âge »11.

  • 12 Ibid., p. 134 (nous traduisons).
  • 13 Ibid., p. 181 (nous traduisons).
  • 14 Rappelons aussi que l’essentiel des pages consacrées à Charles d’Orléans et à Villon réside dans le (...)

9Il est vrai qu’il n’aime pas la poésie des xive et xve siècles, jugeant que l’omniprésence des formes fixes traduit un épuisement de l’imagination poétique. Mais peut-on vraiment lui en vouloir de ne pas avoir saisi l’enjeu de la séparation définitive de la musique et du vers, qui fera l’essence de la poésie moderne ? On peut plutôt lui tenir grief d’avoir jugé la création de Charles d’Orléans marquée de maniérisme, de préciosité et de superficialité, même s’il reconnaît que sa poésie est « d’abord une confession sentimentale »12, de ne pas avoir saisi l’impact de notions telles que « nonchaloir », « mélancolie », « ennui » qui traduisent une sensibilité poétique moderne. Sa préférence va de toute évidence à François Villon, dont il offre une biographie très détaillée puisque, selon lui, les détails biographiques éclairent mieux l’œuvre. Il saisit très exactement d’ailleurs le ton spécifique de Villon, le premier à « faire une confession de sa vie »13, qui réside dans l’alliance du pathétique et du comique14.

  • 15 La Poésie française du xvie siècle…, op.cit., p. 10 (nous traduisons).
  • 16 Ibid., p. 5-6 (nous traduisons).
  • 17 Ibid., p. 12 (nous traduisons).

10Le chapitre sur les grands rhétoriqueurs ouvre le volume consacré à la poésie française du xvie siècle. Leurs créations lui apparaissent « d’une banalité exaspérante »15 et leur tentative de renouveler la lyrique vouée à l’échec parce qu’ « ils ne peuvent renoncer au lest du matériau poétique hérité du Moyen Âge et sont entravés par les formes lourdes de la versification médiévale dont ils n’ont pas la force de se débarrasser »16. Pourtant il donne l’impression de saisir l’enjeu de ce mouvement poétique : les rhétoriqueurs ont mis en circulation l’idée que « les vers peuvent avoir une valeur artistique intrinsèque, indépendamment de l’idée qu’ils expriment »17, sans aller jusqu’à la conséquence ultime de son affirmation : pour ces poètes, « la forme fait sens », comme pour Mallarmé, dont Drouhet les rapproche, en leur reprochant, comme à leur illustre « descendant », leur hermétisme.

  • 18 Ibid., p. 14 (nous traduisons).
  • 19 Ibid., p. 18 (nous traduisons).

11La poésie des grands rhétoriqueurs permet à Drouhet de se pencher sur Le Roman de la Rose, auquel ces créateurs empruntent la plupart des ornements. S’il reconnaît dans cette œuvre « un des chefs d’œuvre de la littérature médiévale »18, il est évident qu’à ses yeux les deux auteurs du roman n’ont pas la même valeur. Il passe très vite sur le poète courtois qu’est Guillaume de Lorris et accorde nettement sa préférence à Jean de Meun, l’intellectuel dont la composition est une « somme de la science et de la philosophie médiévales »19. Dans le commentaire de la Chanson de Roland, Drouhet insiste sur la dimension féodale et chrétienne de l’œuvre.

  • 20 Nous avons accordé une place plus importante à cet auteur non seulement parce qu’il fut le premier (...)

12Ce panorama des œuvres de Drouhet20UBO2014-01-25T19:46:00 ayant trait à la littérature française médiévale laisse voir au moins trois grandes absences : si celle des chroniqueurs peut se justifier par l’assimilation de leurs œuvres à l’historiographie, n’appartenant donc pas directement à la littérature, si Le Roman de Renart est pour lui essentiellement une source d’inspiration pour La Fontaine, le silence total sur le roman breton est inexplicable, d’autant plus que l’auteur mentionne à plusieurs reprises les poèmes de la Table Ronde ou Tristan et Yseut. À notre avis, il faut chercher la cause de cette absence dans la formation positiviste, « lansonienne » de l’auteur.

13Il n’empêche que sa perspective sur la littérature médiévale – qui est celle de son époque – est juste, témoignant souvent d’une fine compréhension du phénomène littéraire. Pour ce qui nous intéresse, il eut surtout le mérite d’avoir fait découvrir la littérature française médiévale au public universitaire roumain et d’avoir ouvert la voie à la formation de vrais médiévistes.

14Cela n’allait pourtant pas être immédiat. La guerre allait bouleverser – comme partout en Europe – le cours normal des choses (en 1944-1945 les cours ont été même interrompus à l’université de Bucarest) et après, l’avènement de la dictature communiste allait imposer d’autres dures épreuves. Ce fut toutefois à cette époque tourmentée que l’intérêt pour les études médiévales commença à prendre corps. En 1943, on organisa un séminaire d’exercices de reconstitution de textes en ancien français et, la même année, le professeur Ioan Bacinschi proposait un cours d’histoire de la langue française avec des TD d’explications de texte en ancien français et en provençal, ainsi qu’un cours d’introduction à l’occitan avec des TD de lecture et interprétation de vieux textes en langues romanes.

  • 21 Avant 1948 les professeurs avaient la liberté de choisir une certaine époque, un certain courant, v (...)

15L’année 1948 marque la réforme de l’enseignement en Roumanie, sur le modèle soviétique, avec des conséquences désastreuses pour la formation des jeunes générations. Les effets ne furent toutefois pas entièrement néfastes pour les études médiévales. Comme la nouvelle orientation idéologique rendait suspects, voire dangereux, la plupart des grands auteurs et mouvements littéraires de la fin du xixe et du xxe siècle, à l’exception de ceux qui s’inscrivaient dans ce que l’on appelait le « réalisme critique » ou le « réalisme socialiste », les enseignants furent contraints de se tourner vers les époques plus reculées, accordant la priorité à la littérature ancienne et à l’étude philologique des textes. En outre, la réforme de 1948 imposa l’enseignement diachronique de toute la littérature française, en commençant par le Moyen Âge et la Renaissance21, avec des cours dispensés exclusivement en français puisqu’ils s’adressaient cette fois à des étudiants en philologie, pratique qui s’est maintenue depuis.

16Ce nouvel intérêt pour la littérature ancienne se concrétisa par la parution, en 1958, du premier volume élaboré par les membres du département de français, une Anthologie de textes de la littérature française du Moyen Âge et de la Renaissance (522 p.), sous la direction de Theodosia Ioachimescu, linguiste et romaniste, qui assurait à l’époque le cours de littérature française du Moyen Âge et de la Renaissance. Les textes originaux (ancien et moyen français) sont précédés d’assez amples présentations, rédigées toujours en français.

  • 22 Née à Bucarest en 1929, elle s’établit à Paris après 1990, où elle vit actuellement.
  • 23 Sorina şi Victor Bercescu, Poezia trubadurilor. Introducere, note şi comentarii de S. Bercescu Bucu (...)
  • 24 Sorina Bercescu, Cours de littérature française. Moyen Âge-Renaissance, Editura Universităţii din B (...)
  • 25 Sorina Bercescu, Engels, Despre dezagregarea feudalismului şi apariţia statelor naţionale, Bucarest (...)

17Le premier vrai médiéviste à l’université de Bucarest, dont la passion pour la littérature médiévale et le talent pédagogique remarquable contribuèrent à transmettre à ses étudiants – ensuite jeunes collègues – l’intérêt pour cette époque, fut le professeur Sorina Bercescu22. Auteur – avec son mari, Victor Bercescu – d’une anthologie des troubadours23, dont les traductions en vers relèvent de la prouesse linguistique et rhétorique, elle publia également en 1973 un Cours de littérature française. Moyen Âge – Renaissance24. C’était, en Roumanie, la fin d’un « âge d’or », commencé en 1966, avec le dégel et une certaine ouverture à l’Occident (y compris aux écoles de pensée structuraliste, psychanalytique, aux études de poétique et sémiotique, à la critique thématique), et qui allait se clore malheureusement à la fin de 1972, date du début de la dictature personnelle de Ceauşescu. Si on pouvait jouir d’une certaine liberté, on n’avait pas toute la liberté et il fallait se plier à certaines contraintes idéologiques. L’interprétation du phénomène littéraire devait encore se soumettre aux exigences de la pensée marxiste. Or, en dehors de deux titres25 figurant dans une bibliographie qui en compte plus de cent, Sorina Bercescu ne fait aucune concession servile aux exigences du parti tout puissant. Son livre de 355 pages (dont 190 consacrés au Moyen Âge), rédigé en français, offre un parcours complet de la littérature française du Moyen Âge, en commençant par les premiers textes et s’achevant avec François Villon.

  • 26 Cours de littérature française..., op. cit., p. 155.
  • 27 Ibid., p. 100.
  • 28 Ibid., p. 108.

18Sorina Bercescu refuse d’être tributaire d’une perspective lourdement sociologisante imposée par la conception marxiste. Parfois elle retrouve des méthodes dignes de l’Encyclopédie de Diderot afin d’éluder l’éventuelle censure : elle trouve moyen d’évoquer la priorité accordée par l’époque à la dimension spirituelle sous l’influence de l’Église à propos des … Quinze Joies du mariage, en affirmant que « le recueil exprime la conception ascétique de la vie que cet âge avait cultivée »26. Certes, on ne serait peut-être plus d’accord aujourd’hui pour qualifier Jean de Meun de « rousseauiste avant la lettre » pour avoir fait l’éloge de l’égalité des hommes « pendant l’âge d’or où l’on ne connaissait pas la propriété – source de tous les maux »27, mais on ne peut que souscrire à l’affirmation que « Renart incarne l’aspiration du bourgeois médiéval à la liberté individuelle »28. Les chapitres consacrés à la poésie lyrique (troubadours et trouvères), à Rutebeuf, au roman et à la nouvelle à la fin du Moyen Âge et à François Villon sont un modèle d’exposé académique.

19Moins sensible à la nouvelle approche linguistique et structuraliste, plus ouverte à la critique thématique, Sorina Bercescu est en premier lieu un historien de la littérature, encore redevable d’une perspective « traditionnelle » dans l’approche du phénomène littéraire. La plupart des chapitres sont organisés sur le même modèle : informations historiques et biographiques sur l’auteur, dans la mesure où nous en disposons, présentation et interprétation des œuvres, suivie de considérations sur « l’art » de l’écrivain (dominantes stylistiques).

  • 29 Histoire de la littérature française, Angela Ion (dir.), Éditions de l’Université de Bucarest, 1980 (...)

20L’étape décisive dans la spécialisation des « médiévistes en herbe » du département de français de Bucarest a été l’élaboration d’un traité d’Histoire de la littérature française29 sous la coordination du professeur Angela Ion, alors directrice du département de français, chaque époque étant coordonnée par le titulaire du cours (Sorina Bercescu pour le Moyen Âge, Silvia Pandelescu pour la Renaissance). La partie consacrée au Moyen Âge (vol. I, p. 27-227) prouve qu’en dépit de la fermeture des frontières et du durcissement idéologique (on se trouvait en pleine dictature personnelle de Nicolae Ceauşescu) les jeunes médiévistes étaient déjà formés et ouverts aux plus nouvelles méthodes de la recherche littéraire, qu’ils appliquent avec rigueur et mesure à la matière étudiée, en proposant des interprétations personnelles qui relèvent plutôt de la recherche originale que de la simple perspective d’un cours académique. Ainsi le chapitre sur les chansons de geste, dû à Anca Christodorescu, accueille avec bonheur les suggestions de la linguistique structurale ; le grand chapitre consacré au récit courtois, réalisé par Mihaela Voicu, met à profit les acquis de la narratologie mais aussi de l’exploitation symbolique du texte médiéval ; les chapitres sur les fabliaux, le Roman de Renart ou le roman et la nouvelle à la fin du Moyen Âge, écrits par Luminiţa Ciuchindel, attestent une maîtrise des techniques de pointe de l’analyse formelle dans l’interprétation des textes narratifs ; le chapitre sur François Villon et la poésie à la fin du Moyen Âge, de Ioan Pânzaru, dévoile, en plus de l’érudition, la parfaite maîtrise des techniques « poïétiques » médiévales et une subtile connaissance de la rhétorique.

  • 30 Cavalerul Lancelot, traducere, prefaţă şi note de Mihail Stănescu, Bucureşti, Albatros, 1973.
  • 31 Yvain – Cavalerul cu leul, traducere, postfaţă şi note de Mihail Stănescu, Bucureşti, Albatros, 197 (...)

21On peut donc affirmer que dans les années 1980 une école d’études françaises médiévales était née, attestée par les thèses de doctorat portant sur la matière médiévale, soutenues à Bucarest à cette époque. La voie fut ouverte par Michel Stanesco, qui défend en 1977 sa thèse remarquable sur le symbole chez Chrétien de Troyes, sous la direction du professeur Paul Miclău. On lui doit également les premières traductions du Chevalier de la Charrette30 et d’Yvain31 toutes les deux précédées ou suivies d’études qui représentent une introduction aux romans de Chrétien de Troyes et à l’esthétique du roman médiéval. Malheureusement, sa décision de quitter la Roumanie en 1979 a empêché la publication de sa thèse et sa participation – au départ très importante – à l’Histoire de la littérature française.

  • 32 Ioan Pânzaru, Cercetare de estetică a oralităţii, Bucarest, Univers, 1989.

22Cette première thèse portant sur la matière médiévale a été suivie par celles de Ioan Pânzaru, La Chanson de geste et le récit oral, soutenue en 1980, publiée en 1989 en roumain sous le titre Cercetare de estetică a oralităţii32, de Luminiţa Ciuchindel, Esthétique et rhétorique dans la poésie lyrique des premiers troubadours, soutenue en 1981 et publiée aux Éditions de l’Université de Bucarest en 1986 et de Mihaela Voicu, Chrétien de Troyes : aux sources du roman européen, soutenue en 1997 et publiée en 1998 aux Éditions de l’Université de Bucarest.

  • 33 Un des meilleurs comparatistes de son temps, le professeur Popa est spécialiste du xixe siècle, par (...)
  • 34 Constantin Pavel, Genres et techniques littéraires dans la France médiévale, Iaşi, Casa editorială (...)
  • 35 Maria Pavel, Le Français avant le xive siècle, Iaşi, Casa editorială Demiurg, 2006.
  • 36 Eadem, Cavalerul Perceval, Iaşi, Casa editorială Demiurg, 1e édition 2004, 2e édition 2011.
  • 37 Anca-Maria Rusu, La poésie française du Moyen Âge, Iaşi, Editura Timpul, 2008.

23Les études médiévales ont connu un parcours analogue dans les deux autres plus grandes universités de Roumanie. À Iaşi, le cours de littérature médiévale a été assuré depuis 1957, date à laquelle la section de français a été recréée, par le professeur Nicolae I. Popa33, relayé à partir des années 1980 par deux médiévistes de formation et de vocation, Constantin Pavel, auteur d’un livre consacré aux Genres et techniques littéraires dans la France médiévale34, et Maria Pavel, auteur d’une thèse sur la Poétique du roman médiéval. La « forme-sens » chez Chrétien de Troyes, spécialiste de l’ancien français, ainsi que l’atteste son livre sur Le Français avant le xive siècle35, à qui l’on doit également la traduction roumaine du Conte du Graal de Chrétien de Troyes36. Anca-Maria Rusu, spécialiste de l’histoire du théâtre en France, est aussi auteur d’un livre sur La poésie française du Moyen Âge37.

  • 38 Français d’origine, il s’établit en Roumanie et fut membre du département de français de l’universi (...)
  • 39 Voichiţa-Maria Sasu, L’Amour dans le lyrisme féminin (Moyen Âge-Renaissance), Iaşi, Casa editorială (...)
  • 40 Eadem, Constante în literatura franceză medievală, Iaşi, Casa editorială Demiurg, 1997.
  • 41 Eadem, De l’amour de l’aventure à l’aventure de l’amour (Moyen Âge-Renaissance), Iaşi, Casa editori (...)

24À Cluj, après les « généralistes » Yves Auger, pendant l’entre-deux-guerres, et surtout Henri Jacquier38, après la deuxième guerre mondiale, le premier spécialiste de littérature médiévale a été Voichiţa-Maria Sasu, auteur d’une thèse sur L’Amour dans le lyrisme féminin (Moyen Âge-Renaissance), soutenue en 197539. Sa solide connaissance de la littérature et du folklore roumains l’a menée à d’intéressants rapprochements thématiques entre les deux espaces dans ses livres Constante în literatura franceză medievală40 et De l’amour de l’aventure à l’aventure de l’amour (Moyen Âge-Renaissance)41.

25En lisant ces pages on peut, à juste titre, se poser une question : pourquoi avant 1989 aucun livre « original » sur la matière médiévale – à l’exception des cours mentionnés – n’a-t-il été publié ? La réponse est tristement simple : pendant la dictature communiste – surtout après 1975, lorsque la dimension nationale de la culture est excessivement valorisée, presque aucune maison d’édition ne prenait la responsabilité de publier des études sur une littérature occidentale (de surcroît le Moyen Âge « sentait le souffre » vu son lien incontournable avec le religieux) et à plus forte raison des livres en français (or il faut souligner que toutes les thèses mentionnées ont été rédigées en français, même si la soutenance se faisait en roumain pour des raisons administratives).

26L’année 1990 marque un repère non seulement du fait de l’ouverture des frontières mais aussi parce que les contacts des médiévistes roumains avec leurs collègues étrangers ont pu se nouer et se consolider et, surtout, de jeunes chercheurs médiévistes ont bénéficié de bourses qui leur ont permis de réaliser des thèses de doctorat, la plupart en cotutelle, dans des centres importants d’études médiévales (par exemple à Poitiers), ce qui a représenté un saut qualitatif remarquable des études médiévales, avec une visibilité et une présence de plus en plus importante des médiévistes roumains au niveau international

  • 42 Dans l’acception qu’en offre la sociologie de la science de Pierre Bourdieu, de « champ de pouvoir  (...)

27Les études littéraires médiévales à partir de cette période se développent sous l’influence de plusieurs écoles de pensée européennes, mais également sous le signe de l’interdisciplinarité, qui devient l’un des credo académiques roumains. L’interdisciplinarité acquiert rapidement une place scientifique et institutionnelle centrale, entre autres parce qu’elle est perçue comme une forme de résistance face au savoir parcellaire, à l’enfermement excessif dans un champ disciplinaire42, similaire à la censure épistémique pratiquée par la pensée communiste. Le mot « disciplinaire » tend à perdre de son prestige cartésien, au profit de son sens littéral, qui renvoie à la claustration, à la prohibition. À l’opposé, l’interdisciplinarité, surtout pour le littéraire, apparaît comme un héritage de l’école française post-moderne de Roland Barthes, de Julia Kristeva, de Philippe Sollers, qui convoque au dialogue la littérature, la linguistique, la sociologie et la psychologie. Elle se revendique aussi du courant académique américain des Cultural Studies qui commence à exercer sur l’université roumaine une grande fascination et une influence profonde.

28En somme, la révolution politique et sociale roumaine rapproche encore plus le littéraire de la révolution dans les sciences humaines et littéraires et les sciences du langage, marquées par le déconstructivisme, le linguistic turn, enfin deUBO2014-01-25T19:46:00 ces mouvements épistémiques qui ont abouti à un renouvellement et une réorganisation aussi bien des champs disciplinaires que de leurs objets d’étude. L’ouverture des frontières géographiques et politiques de la Roumanie se double d’un élargissement, pratiqué de manière méthodique, des frontières entre disciplines. Ceci est particulièrement visible dans les travaux scientifiques rédigés depuis vingt ans, mais également dans l’organisation de l’enseignement universitaire, par la création de Masters essentiellement interdisciplinaires, où la littérature se combine avec l’anthropologie, la philosophie ou la didactique. Des cours complémentaires de civilisation ou de philosophie sont également introduits dans les programmes de niveau Licence. L’intérêt pour l’interdisciplinarité, combiné à une longue tradition académique centrée sur l’enseignement exhaustif est une épée à deux tranchants. D’une part, l’école littéraire roumaine excelle dans sa capacité à formuler et traiter des problématiques de portée universelle, de même que certains de ses représentants parviennent à passer brillamment de l’interdisciplinarité à la transdisciplinarité. D’autre part, le danger d’une telle approche est l’éclatement du savoir, non par l’abolition, mais par l’oubli de l’idée de « spécialisation ». Pour contrer les effets de ce genre de problème, l’enseignement universitaire en lettres se concentre depuis quelques années sur la micro-analyse et la formation à la recherche par niches, à côté de l’enseignement encyclopédique, panoramique et de celui de l’histoire littéraire dans la longue durée.

  • 43 Comme par exemple le travail de Luminiţa Ciuchindel, Relais narratifs dans la littérature du Moyen (...)
  • 44 Ioan Pânzaru, Introduction à l’étude de la littérature médiévale française (ixe-xive siècles), Buca (...)

29Dans ce paysage, la notion de « médiéviste », qui met l’accent sur les bornes chronologique au sein de l’histoire littéraire, parvient à s’imposer et combattre celle de « littéraire ». Parallèlement, l’engouement pour l’écriture de l’histoire de la littérature française médiévale continue à se manifester de manière féconde. Ces travaux sont plus que des ouvrages de synthèse. Ils mettent en valeur des inflexions et découpages à travers les paradigmes littéraires médiévaux de manière originale, en privilégiant soit l’approche narratologique43 soit l’approche socio-historique44.

  • 45 Mihaela Voicu, Chrétien de Troyes. Aux sources du roman européen, Bucarest, Éditions de l’Universit (...)

30Plusieurs écoles étrangères, de même que plusieurs autres disciplines ont marqué la médiévistique romaine. La ligne directrice ouverte à Bucarest par le sémioticien Paul Miclău et la littéraire moderniste Angela Ion, qui réunit approches sémiologiques et narratologiques, est continuée par Mihaela Voicu et sa thèse sur les débuts du roman européen45 qui envisage, d’une part, la dimension mythologique de l’œuvre du maître champenois, ancrée dans les récits bretons, et la dimension « poïétique » du roman médiéval, qui met à profit les acquis de la narratologie. L’intérêt de l’auteur pour les diverses facettes du roman médiéval, mettant en lumière l’enjeu théologique de cette littérature, se concrétise aussi dans son recueil d’études Écrire le sens du monde. Essais sur le roman médiéval (Éditions de l’Université de Bucarest, 2004).

  • 46 Esthétique et rhétorique …, op. cit.
  • 47 Pierre Bec, Écrits sur les troubadours et la lyrique médiévale, Caen, Paradigme, 1992.
  • 48 L’Amour dans le lyrisme féminin, op. cit.
  • 49 Maria Pavel, Poétique du roman médiéval. La « forme-sens » chez Chrétien de Troyes, Iaşi, Chemarea, (...)
  • 50 Dana Florean, Amour et mort dans le Tristan en prose, Bucarest, Éditions de l’Université de Bucares (...)
  • 51 Catherine Kerbrat-Orecchioni, Les Actes de langage dans le discours, Paris, Nathan, 2001 ou eadem, (...)
  • 52 La thèse a été dirigée par Claudio Galderisi et s’intitule sous sa formé publiée Amor sans desonor  (...)
  • 53 Par exemple ses recherches sur l’émotionologie : Talent / Maltalent. Émotionologies liminaires de l (...)

31Les recherches pionnières de Luminiţa Ciuchindel46 sous l’influence des travaux de Pierre Bec47 ont contribué à la mise en valeur du formalisme et de l’importance des lieux communs rhétoriques dans la poésie troubadouresque. L’esthétique amoureuse préoccupe également Voichita Sasu (université de Cluj)48. Les travaux de Maria Pavel49 (université de Iasi), se concentrent sur les aspects narratifs dans l’œuvre de Chrétien de Troyes. La thèse de Dana Florean (université de Bucarest) analyse leur agencement dans le Tristan en prose50. Celle de Brîndusa Grigoriu (université de Iasi), soutenue au CESCM de Poitiers, rallie la poétique pragmatique et la « théorie des faces », telle qu’elle est construite par les chercheurs anglophones51, avec l’étude du corpus tristanien52. Elle aboutit à la construction d’un modèle d’analyse littéraire à l’aide des outils linguistiques, à une poétique relationnelle, ligne de recherche continuée dans ses autres travaux53.

32Tous ces ouvrages sont marqués par une forte tendance vers l’approche poétique théorique, les enjeux esthétiques de la recherche apparaissant comme centraux. Ils témoignent également d’un intérêt particulier pour la littérature arthurienne, en partie à cause de son potentiel complexe, de son corps charnu et multiforme, un vrai régal pour l’analyse des structures narratives, en partie grâce à l’influence que les travaux de Michel Stanesco ont exercé sur l’école roumaine même après son départ en France. De même, grâce aux recherches de Luminiţa Ciuchindel et à ses cours, la littérature occitane a trouvé sa place dans la médiévistique roumaine et dans les programmes de Licence du département de français.

  • 54 Ioan Pânzaru, Practiciale interpretarii de text (Pratiques de l’interprétation de texte), Bucarest, (...)
  • 55 Idem, Literatura si interpretarea. Sensul actiunii (Littérature et interprétation. Le sens de l’act (...)
  • 56 John Rawls, A Theorie of Justice, Cambridge, Belknap Press of Harvard University Press, 1971.
  • 57 L’Interprétation. Autour de l’ouvrage de Ioan Pânzaru, Radu Toma, Mircea Dumitru, Sorin Alexandresc (...)

33Les études de littérature médiévale ont également été revigorées par l’articulation de la littérature avec l’anthropologie et l’histoire de l’imaginaire. Cette « nouvelle alliance » rapproche le littéraire non seulement des héritiers du structuralisme français et de ses prolongements anthropologiques, mais également des Cultural Studies. Elle va de pair avec la création dans les années 1990 d’un Master d’anthropologie et littérature au département de français, dont les programmes permettent également des cours optionnels d’histoire de l’imaginaire à la Faculté d’histoire. Cette forme d’interdisciplinarité a influencé les travaux de Ioan Pânzaru, qui se concentrent depuis une quinzaine d’année sur l’interprétation, problématique émergeant par définition au carrefour de plusieurs disciplines. Après avoir fait le tour des mécanismes et enjeux de l’exégèse médiévale, combinant philosophie et littérature, dans un ouvrage publié en roumain54, l’auteur s’éloigne des études médiévales, par un grand saut en diachronie, pour déboucher sur un travail autour de l’interprétation tout court, publié en 201255. Cette recherche, qui croise l’histoire de la littérature avec celle de la théologie et du droit, fortement influencée par la philosophie analytique de l’éthique56 et par la pragmatique, constitue un exemple abouti de la manière dont l’interdisciplinarité parvient à la transdisciplinarité. Elle a suscité rapidement une réflexion conceptuelle tout aussi interdisciplinaire, concrétisée par la table ronde organisée par Radu Toma, professeur de littérature du xxe siècle et spécialiste de théorie littéraire, et les actes de cette rencontre57.

  • 58 Sous sa version publiée La Couronne ou l’auréole. Du pouvoir royal à la chevalerie celestielle dans (...)
  • 59 Catalina Gîrbea, Communiquer pour convertir dans les romans du Graal (xiie-xiiie siècle), Paris, Cl (...)
  • 60 Michel Zink, Poésie et conversion, Paris, Presses Universitaires de France, 2003. Voir également Je (...)
  • 61 Dans la ligne de recherche d’Irène Rosier, La Parole comme acte. Sur la parole et la sémantique au (...)
  • 62 Problématiques étudiées depuis plusieurs années par Martin Aurell à partir de l’histoire, voir entr (...)
  • 63 Claudio Galderisi, Une poétique des enfances. Fonctions de l’incongru dans la littérature française (...)
  • 64 Christine Ferlampin-Acher, Merveilles et topique merveilleuse dans les romans médiévaux, Paris, Cha (...)
  • 65 Catalina Gîrbea, Le Bon Sarrasin dans le roman médiéval (1100-1225), Paris, Classiques Garnier, sou (...)

34L’alliance de la littérature avec l’anthropologie civilisationiste et l’histoire de l’imaginaire a posé son empreinte sur la thèse de Catalina Gîrbea (université de Bucarest), soutenue au Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale58. Cette recherche postule l’existence de deux axiologies conflictuelles qui dynamisent les romans arthuriens en vers et prose, dont l’une est centrée sur la royauté et la chevalerie terrienne, et l’autre sur la chevalerie célestielle. Ce travail est complété par un second ouvrage59 consacré aux rapports entre la littérature et la religion dans les romans du Graal, champ de recherche ouvert en France par Michel Zink60, de même qu’à la place des actes de langage dans la conversion spirituelle61. Le filigrane contextuel, l’alliance entre la problématique de la chevalerie et celle de la conversion, les réalités sociales avec lesquelles la fiction entretient un rapport d’interdépendance62, mais également les écarts de la fiction63 et l’appel aux mythes et au merveilleux64, marquent l’approche de Catalina Gîrbea aussi dans sa recherche inédite sur le bon Sarrasin dans le roman65 en vue de l’habilitation à diriger des recherches soutenue au CESCM de Poitiers en juin 2013.

  • 66 Luminiţa Diaconu, L’imaginaire médiéval de la sexualité. Le topos du cœur mangé, Bucarest, Éditions (...)
  • 67 Luminiţa Diaconu, Écrits sur l’imaginaire français français : valeurs culturelles, représentations (...)
  • 68 Eadem, Figures du cœur, de la prouesse guerrière à la fin’amor et à l’adultère, Éditions universita (...)
  • 69 Dolores Toma, Histoire des mentalités et cultures françaises, Bucarest, Éditions de l’Université de (...)
  • 70 Veronica Grecu, Transparence et ambiguïté de la « semblance » : interpréter et traduire les figures (...)

35Si l’anthropologie influence les études arthuriennes roumaines, elle pose également son empreinte sur les recherches occitanes. La thèse de Luminiţa Diaconu (Université de Bucarest) consacrée au topos médiéval du cœur mangé se place au croisement de la littérature avec l’anthropologie du corps66, impliquant aussi une réflexion sociologique et théologique mettant en discussion l’ordre établi. L’auteur a développé la dimension théologique et anthropologique de ce topos dans un recueil d’études67 et, surtout, dans son dernier livre68 qui élargit la réflexion sur le topos du cœur mangé vu comme une transgression des interdits et une affirmation de l’individu. L’empreinte de la direction anthropologique est particulièrement féconde à l’université de Bucarest, comme en témoignent également les travaux des modernistes et contemporanéistes, qu’il s’agisse d’inflexions personnelles dans les histoires culturelles ou d’ouvrages de recherche ciblée69. Cette ligne de recherche commune donne lieu régulièrement à des rencontres et échanges entre les médiévistes et les modernistes ainsi qu’à des tables rondes fécondes. Enfin, l’influence de la linguistique se fait sentir également à travers la traductologie et le comparatisme, illustrés par la thèse de Veronica Grecu (université de Bacau), soutenue au CESCM de Poitiers70.

  • 71 La Chevalerie du Moyen Âge à nos jours. Mélanges dédiés à Michel Stanesco, Mihaela Voicu et Victor (...)

36Les études de littérature française médiévale sont donc traversées par plusieurs axes dynamiques, qui se croisent régulièrement à l’occasion des recherches menées en équipe. Dans cette atmosphère interdisciplinaire, les médiévistes littéraires se sont assez rapidement tournés à Bucarest vers leurs collègues d’autres disciplines, particulièrement vers les philosophes, en fondant en 2003 la première équipe de recherche des médiévistes occidentalistes, à l’initiative de Ioan Pânzaru et de Catalina Gîrbea. La première publication de cette équipe a été le volume collectif de Mélanges dédiés à Michel Stanesco71, à l’initiative et sous la direction de Mihaela Voicu et de Victor Vladulescu (université de Bucarest), spécialiste en sémiotique ayant également travaillé sur la linguistique thomiste. Ce volume consacré à la chevalerie, problématique interdisciplinaire dans sa nature même, a réuni une trentaine de chercheurs roumains et français, et il a donné lieu au premier vrai dialogue international de l’équipe roumaine. En 2006, à partir de ce noyau initial, un Centre d’Études Médiévales a été fondé, grâce entre autres aux efforts de Mianda Cioba (médiéviste hispaniste de l’université de Bucarest) pour lui donner un fondement juridique. Ioan Pânzaru étant appelé à être président de l’Université de Bucarest, Mianda Cioba est devenue la première directrice du CEM, suivie en 2008 à la direction par Mihaela Voicu et en 2012 par Ecaterina Lung, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Bucarest. Comptant lors de sa fondation seize membres, il en réunit maintenant une trentaine, dont plusieurs doctorants et étudiants de Master, littéraires, philosophes, historiens et historiens de l’art occidentalistes, et fonctionne essentiellement par le biais de cycles de conférences mensuelles.

  • 72 Le Rêve médiéval et ses métamorphoses, actes du colloque organisé à Bucarest, 27-28 octobre 2006, M (...)
  • 73 Espaces et mondes au Moyen Âge, Mianda Cioba, Catalina Girbea, Ioana Gogeanu, Mihaela Voicu (dir.), (...)

37Dans l’esprit interdisciplinaire qui l’anime depuis sa fondation, le CEM a organisé plusieurs colloques, avec la collaboration du New Europe College, centre de recherche bucarestois, de même qu’avec celle du CESCM de Poitiers, qui lui a d’ailleurs servi de modèle. Martin Aurell, qui a prononcé une conférence à Bucarest en 2003, a été parmi les premiers médiévistes français qui ont répondu à cet appel à collaboration, bientôt suivi par d’autres collègues. Si le premier colloque avec participation internationale Le Rêve et ses métamorphoses72, a bénéficié de la participation de Michel Stanesco et de Claudio Galderisi, à l’époque directeur du CESCM de Poitiers, la première manifestation scientifique d’ampleur organisée par le CEM a été celle consacrée aux Espaces et mondes au Moyen Âge73. Ouverte par Claudio Galderisi, admirablement conclue par Michel Zink, elle a réuni une quarantaine de participants européens, littéraires, historiens et philosophes. Le colloque voulait explorer la conception médiévale de l’espace comme objet de la connaissance naturelle-empirique et, à la fois, comme ensemble de symboles qui nourrissent le discours théologique, les théories politiques et la littérature édifiante, les constructions identitaires et l’imaginaire poétique. Enfin, le contexte de l’Année Internationale du Dialogue Interculturel a permis de ménager une place spéciale à la contribution de l’humaniste roumain Nicolae Milescu Spătarul et de son journal de voyage en Chine, dans la configuration d’une conscience de l’altérité géographique et culturelle.

  • 74 Matérialité et immatérialité dans l’Église au Moyen Âge, actes du colloque tenu à Bucarest les 22-2 (...)
  • 75 Représentations de l’autorité au Moyen Âge, Mihaela Voicu et Luminiţa Diaconu (dir.), Bucarest, Édi (...)
  • 76 Amitié et hostilité au Moyen Âge, Luminiţa Diaconu et Mihaela Voicu (dir.), Bucarest, Éditions de l (...)

38À partir de cette manifestation, les collègues historiens de l’art de l’université Charles-de-Gaules Lille 3 ont proposé au CEM de co-organiser avec leur université et le New Europe College un autre colloque, deux ans plus tard, sur la matérialité et l’immatérialité dans l’Église au Moyen Âge. Les actes ont été publiés74 dans la collection Medievalia, fondée par le CEM en 2009 dans le cadre des Éditons de l’Université de Bucarest. Cette rencontre a élargi le dialogue interdisciplinaire, en englobant l’histoire de l’art, qui avait été quelque peu négligée ; il a également attiré au sein du CEM des spécialistes de l’art et de l’histoire des Pays Roumains. D’autres manifestations du Centre ont réuni principalement les membres roumains du CEM, autour de problématiques interdisciplinaires telles l’autorité75 ou l’amitié et l’hostilité76 au Moyen Âge.

  • 77 Temps et mémoire dans la littérature arthurienne, Catalina Gîrbea, Andreea Popescu, Mihaela Voicu ( (...)

39Pendant que le CEM prenait son essor, la branche roumaine de la Société Internationale Arthurienne connaissait également un nouveau et fécond développement. Fondée avant la chute du régime communiste, grâce à l’initiative du professeur Paul Miclău, à la faveur d’un colloque en France, elle permit aux médiévistes de l’université de Bucarest de s’y rattacher, sans toutefois pouvoir collaborer avec la SIA autrement qu’en tant que « présence muette » sur la liste des membres, en raison de la fermeture des frontières. Après 1989, au Congrès International de la SIA tenu à Durham en 1990, elle a été ravivée, sous la présidence de Sorina Bercescu, avec Mihaela Voicu comme secrétaire. Dans un premier temps, seule Mihaela Voicu a réussi à participer aux Congrès de la Société et à entamer un dialogue avec les autres arthurianistes ; elle a été rejointe depuis 1999 par Voichiţa Sasu de l’Université de Cluj. En 2008, durant le Congrès de Rennes, la branche roumaine, plus nombreuse grâce à l’intérêt des jeunes médiévistes, a été revigorée, sous la présidence de Mihaela Voicu, avec Catalina Gîrbea comme secrétaire. Un colloque international de la branche a eu lieu en 2010, structuré autour du Temps dans la littérature arthurienne77, problématique examinée aussi bien en synchronie qu’en diachronie, rappelant selon la belle perspective de Paul Ricœur que le temps est de manière intime lié au récit. À partir de ce colloque, l’université de Bucarest s’est engagée à organiser le xxive Congrès de la SIA en 2014.

40Au terme de ces pages, en posant un regard rétrospectif sur le passé et surtout sur le présent des études médiévales françaises en Roumanie, on peut affirmer que les médiévistes roumains ont trouvé leur voie et que, pour eux, suivre l’aventure médiévaliste n’est plus un hasard, mais un beau destin.

Haut de page

Bibliographie

Amitié et hostilité au Moyen Âge, Luminiţa Diaconu, Mihaela Voicu (dir.), Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2013.

Anthologie de textes de la littérature française du Moyen Âge et de la Renaissance, Theodosia Ioachimescu (dir.), Bucarest, 1958, 522 p.

Martin Aurell, « Complexité sociale et simplification rationnelle : dire la stratification au Moyen Âge », Cahiers de Civilisation médiévale, 48, 2005, p. 5-15.

Martin Aurell, La Légende du roi Arthur, Paris, Perrin, 2007, 692 p.

Pierre Bec, Écrits sur les troubadours et la lyrique médiévale, Caen, Paradigme, 1992, 388 p.

Sorina Bercescu, Engels, Despre dezagregarea feudalismului şi apariţia statelor naţionale, Bucarest, ESPLA, 1958.

Sorina Bercescu, Marx-Engels, Despre artă, Editura Politică, Bucarest, vol. I, 1966, vol. II, 1967.

Sorina Bercescu, Cours de littérature française. Moyen Âge-Renaissance, Editura Universităţii din Bucureşti, 1973.

Sorina şi Victor Bercescu, Poezia trubadurilor. Introducere, note şi comentarii de S. Bercescu, Bucureşti, Albatros, 1979, 128 p.

Pierre Bourdieu, La Distinction : critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979, 670 p.

La Chevalerie du Moyen Âge à nos jours. Mélanges dédiés à Michel Stanesco, Mihaela Voicu, Victor Vladulescu (dir.), Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2003, 470 p.

Luminiţa Ciuchindel, Esthétique et rhétorique dans la poésie lyrique des premiers troubadours, Éditions de l’Université de Bucarest, 1986, 296 p.

Luminiţa Ciuchindel, Relais narratifs dans la littérature du Moyen Âge et de la Renaissance, Bucarest, Editura Fundaţiei România de mâine, 2001, 136 p.

Gustave Cohen, Le Théâtre en France au Moyen Âge, Paris, Rieder, 1928-1931, 2 vol. , 80 p., 112 p.

Chrétien de Troyes, Cavalerul Lancelot, traducere, prefaţă şi note de Mihail Stănescu, Bucureşti, Albatros, 1973, 194 p.

Chrétien de Troyes, Yvain – Cavalerul cu leul, traducere, postfaţă şi note de Mihail Stănescu, Bucureşti, Albatros, 1977, 106 p.

Lidia Cotea, À la lisière de l’absence. L’imaginaire du corps chez Jean-Philippe Toussaint, Marie Redonnet et Eric Chevillard, Paris, l’Harmattan, 2013, 210 p.

Luminiţa Diaconu, L’imaginaire médiéval de la sexualité. Le topos du cœur mangé, Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2006, 284 p.

Luminiţa Diaconu, Écrits sur l’imaginaire français : valeurs culturelles, représentations et transgressions symboliques, Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2009, 304 p.

Luminiţa Diaconu, Figures du cœur, de la prouesse guerrière à la fin’amor et à l’adultère, Éditions universitaires de Craiova (Universitaria), 2012, 220 p.

Charles Drouhet, Le poète François Mainard (1583 ?-1646), Paris, 1910.

Charles Drouhet, Villon, Montaigne, Bucarest, 1923-1924.

Charles Drouhet, Les Débuts du romantisme français, Bucarest, 1927-1928.

Charles Drouhet, Le Romantisme, Bucarest, 1930.

Charles Drouhet, Le théâtre français depuis ses origines à l’époque classique, Bucarest, 1931-1932.

Charles Drouhet, La poésie lyrique au Moyen Âge suivi des Commentaires de Charles d’Orléans et François Villon, Bucarest, 1934.

Charles Drouhet, Boileau et Voltaire, critiques littéraires, Bucarest, 1934-1935.

Charles Drouhet, La Chanson de Roland. La poésie lyrique médiévale : les troubadours. François Villon, Bucarest, 1938.

Charles Drouhet, La poésie française du xvie siècle, Bucarest, 1938-1939.

Charles Drouhet, Le Réalisme, Bucarest, 1938-1939.

Louis Dumont, Essai sur l’individualisme : une perspective anthropologique sur l’idéologie moderne, Paris, Seuil, 1983, 268 p.

Espaces et mondes au Moyen Âge, Mianda Cioba, Catalina Girbea, Ioana Gogeanu, Mihaela Voicu (dir.), Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2009, 470 p.

Christine Ferlampin-Acher, Merveilles et topique merveilleuse dans les romans médiévaux, Paris, Champion, « Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge » n° 66, 2003, 568 p.

Dana Florean, Amour et mort dans le Tristan en prose, Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2005, 262 p.

Claudio Galderisi, Une poétique des enfances. Fonctions de l’incongru dans la littérature française médiévale, Orléans, Paradigme, 2000, 260 p.

Catalina Gîrbea, La Couronne ou l’auréole. Du pouvoir royal à la chevalerie celestielle dans la légende arthurienne (xiie-xiiie siècles), Turnhout, Brepols, 2007, 604 p.

Catalina Gîrbea, Communiquer pour convertir dans les romans du Graal (xiie-xiiie siècle), Paris, Classiques Garnier, 2010, 482 p.

Catalina Gîrbea, Le Bon Sarrasin dans le roman médiéval (1100-1225), Paris, Classiques Garnier (à paraître).

Veronica Grecu, Transparence et ambiguïté de la « semblance » : interpréter et traduire les figures du déguisement au Moyen Âge, Demiurg, Iasi, 2006, 188 p.

Brîndusa Grigoriu, Talent / Maltalent. Émotionologies liminaires de la littérature française, Craiova, Universitaria, 2012, 202 p.

Brîndusa Grigoriu, Amor sans desonor : une pragmatique pour Tristan et Yseut, Craoiva, Universitaria, 2013, 304 p.

Robert Guiette, « D’une poésie formelle en France au Moyen Âge », Forme et Senefiance, Genève, Droz, p. 9-32.

Histoire de la littérature française, Angela Ion (dir.), Éditions de l’Université de Bucarest, 1980, 3 vol. ; 2e édition, Editura Didactică şi Pedagogică, 1982, 2 vol. , 332 p., 334 p.

L’Interprétation. Autour de l’ouvrage de Ioan Pânzaru, Radu Toma, Mircea Dumitru, Sorin Alexandrescu (dir.), Polirom, Bucarest (à paraître).

Catherine Kerbrat-Orecchioni, Les Actes de langage dans le discours, Paris, Nathan, 2001, 200 p.

Catherine Kerbrat-Orecchioni, « Théorie des faces et analyse conversationnelle », Le Parler frais d’Erving Goffman, Robert Castel, Jacques Cosnier et Isaac Joseph (dir.), Paris, Minuit, 1989, p. 155-179.

Mariella di Maio, Il cuore mangiato. Storia di un tema letterario dal Medioevo all’Ottocento, Milan, Guerini e Associatti, 1996, 164 p.

Matérialité et immatérialité dans l’Église au Moyen Âge, actes du colloque tenu à Bucarest les 22-23 octobre 2010, Stéphanie-Diane Daussy, Catalina Gîrbea, Brindusa Grigoriu, Anca Oroveanu, Mihaela Voicu (dir.), Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2012, 482 p.

Ioan Pânzaru, Cercetare de estetică a oralităţii, Bucarest, Univers, 1989, 418 p.

Ioan Pânzaru, Introduction à l’étude de la littérature médiévale française (ixe-xive siècles), Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 1999.

Ioan Pânzaru, Practiciale interpretarii de text (Pratiques de l’interprétation de texte), Bucarest, Polirom, 1999, 250 p.

Ioan Pânzaru, Literatura si interpretarea. Sensul actiunii (Littérature et interprétation. Le sens de l’action), Bucarest, Polirom, 2012.

Constantin Pavel, Genres et techniques littéraires dans la France médiévale, Iaşi, Casa editorială Demiurg, 2004, 228 p.

Maria Pavel, Poétique du roman médiéval. La « forme-sens » chez Chrétien de Troyes, Iaşi, Chemarea, 1996, 192 p.

Maria Pavel, Le Français avant le xive siècle, Iaşi, Casa editorială Demiurg, 2006, 144 p.

Maria Pavel, Cavalerul Perceval, Iaşi, Casa editorială Demiurg, 1e édition 2004, 2e édition 2011, 200 p.

John Rawls, A Theorie of Justice, Cambridge, Belknap Press of Harvard University Press, 1971, 608 p.

Représentations de l’autorité au Moyen Âge, Mihaela Voicu et Luminiţa Diaconu (dir.), Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2011, 184 p.

Le Rêve médiéval et ses métamorphoses, actes du colloque organisé à Bucarest, 27-28 octobre 2006, Mianda Cioba, Luminiţa Diaconu (dir.), Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2008, 288 p.

Henri Rey-Flaud, Le Cercle magique. Essai sur le théâtre en rond vers la fin du Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1973, 336 p.

Irène Rosier, La Parole comme acte. Sur la parole et la sémantique au xiiie siècle, Paris, Vrin, 1994, 370 p.

Anca-Maria Rusu, La poésie française du Moyen Âge, Iaşi, Editura Timpul, 2008.

Voichiţa-Maria Sasu, L’Amour dans le lyrisme féminin (Moyen Âge-Renaissance), Iaşi, Casa editorială Demiurg, 1997, 156 p.

Voichiţa-Maria Sasu, Constante în literatura franceză medievală, Iaşi, Casa editorială Demiurg, 1997, 116 p.

Voichiţa-Maria Sasu, Littérature et civilisation françaises, Cluj, Presa Universitară Clujeană, 1997, 232 p.

Voichiţa-Maria Sasu, De l’amour de l’aventure à l’aventure de l’amour (Moyen Âge – Renaissance), Iaşi, Casa editorială Demiurg, 2006, 292 p.

Michel Stanesco, Jeux d’errance du chevalier médiéval. Aspects ludiques de la fonction guerrière dans la littérature du Moyen Âge flamboyant, Leiden, Brill, 1988, 248 p.

Temps et mémoire dans la littérature arthurienne, Catalina Gîrbea, Andreea Popescu, Mihaela Voicu (dir.), Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2011, 486 p.

Dolores Toma, Histoire des mentalités et cultures françaises, Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2002, 160 p.

Jean-René Valette, La Pensée du Graal. Fiction littéraire et théologie, Paris, Champion, « Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge » n° 85, 2008, 794 p.

Mihaela Voicu, Chrétien de Troyes : aux sources du roman européen, Éditions de l’Université de Bucarest, 1998, 316 p.

Mihaela Voicu, Histoire de la littérature française du Moyen Age (xe-xve siècles), Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2003, 178 p.

Michel Zink, Poésie et conversion, Paris, Presses Universitaires de France, 2003, 342 p.

Paul Zumthor, Langue et techniques poétiques à l’époque romane, Paris, Klincksieck, 1963, 224 p.

Paul Zumthor, Essai de poétique médiévale, Paris, Seuil, 1972, 518 p.

Haut de page

Notes

1 D’ailleurs en 1919 cette université fut déplacée à Budapest et ensuite à Szeged.

2 Il est tout aussi vrai que la découverte de la littérature médiévale et l’étude suivie de la publication des manuscrits remonte en France également au xixe siècle.

3 Parmi d’autres volumes, on peut citer Les Débuts du romantisme français (1927-1928) ; Boileau et Voltaire, critiques littéraires (1934-1935) ; Le Romantisme (1930) ; Le Réalisme (1938-1939).

4 Gustave Cohen, Le Théâtre en France au Moyen Âge, Paris, Rieder, 1928-1931, 2 vol.

5 Le Théâtre français, op. cit., p. 33 (nous traduisons).

6 Paul Zumthor, Essai de poétique médiévale, Paris, Seuil, 1972.

7 Henri Rey-Flaud, Le Cercle magique. Essai sur le théâtre en rond vers la fin du Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1973.

8 Robert Guiette, « D’une poésie formelle en France au Moyen Âge », Forme et Senefiance, Genève, Droz, p. 9-32.

9 Paul Zumthor, Langue et techniques poétiques à l’époque romane, Paris, Klincksieck, 1963.

10 La poésie lyrique…, op. cit., p. 19 (nous traduisons).

11 Ibid., p. 29 (nous traduisons).

12 Ibid., p. 134 (nous traduisons).

13 Ibid., p. 181 (nous traduisons).

14 Rappelons aussi que l’essentiel des pages consacrées à Charles d’Orléans et à Villon réside dans les commentaires, menés dans la plus authentique tradition française de l’explication de texte, perdue malheureusement par la suite en Roumanie.

15 La Poésie française du xvie siècle…, op.cit., p. 10 (nous traduisons).

16 Ibid., p. 5-6 (nous traduisons).

17 Ibid., p. 12 (nous traduisons).

18 Ibid., p. 14 (nous traduisons).

19 Ibid., p. 18 (nous traduisons).

20 Nous avons accordé une place plus importante à cet auteur non seulement parce qu’il fut le premier en Roumanie à se pencher sur la littérature française médiévale mais aussi parce que ses cours lithographiés sont difficilement accessibles.

21 Avant 1948 les professeurs avaient la liberté de choisir une certaine époque, un certain courant, voire un certain auteur, sans se soucier de la succession chronologique.

22 Née à Bucarest en 1929, elle s’établit à Paris après 1990, où elle vit actuellement.

23 Sorina şi Victor Bercescu, Poezia trubadurilor. Introducere, note şi comentarii de S. Bercescu Bucureşti, Albatros, 1979.

24 Sorina Bercescu, Cours de littérature française. Moyen Âge-Renaissance, Editura Universităţii din Bucureşti, 1973.

25 Sorina Bercescu, Engels, Despre dezagregarea feudalismului şi apariţia statelor naţionale, Bucarest, ESPLA, 1958 et Marx-Engels, Despre artă, Editura Politică, Bucarest, vol. I, 1966, vol. II, 1967.

26 Cours de littérature française..., op. cit., p. 155.

27 Ibid., p. 100.

28 Ibid., p. 108.

29 Histoire de la littérature française, Angela Ion (dir.), Éditions de l’Université de Bucarest, 1980, 3 vol. ; 2e édition, Editura Didactică şi Pedagogică, 1982.

30 Cavalerul Lancelot, traducere, prefaţă şi note de Mihail Stănescu, Bucureşti, Albatros, 1973.

31 Yvain – Cavalerul cu leul, traducere, postfaţă şi note de Mihail Stănescu, Bucureşti, Albatros, 1977.

32 Ioan Pânzaru, Cercetare de estetică a oralităţii, Bucarest, Univers, 1989.

33 Un des meilleurs comparatistes de son temps, le professeur Popa est spécialiste du xixe siècle, particulièrement de la poésie, et n’a pas de publication sur la matière médiévale.

34 Constantin Pavel, Genres et techniques littéraires dans la France médiévale, Iaşi, Casa editorială Demiurg, 2004.

35 Maria Pavel, Le Français avant le xive siècle, Iaşi, Casa editorială Demiurg, 2006.

36 Eadem, Cavalerul Perceval, Iaşi, Casa editorială Demiurg, 1e édition 2004, 2e édition 2011.

37 Anca-Maria Rusu, La poésie française du Moyen Âge, Iaşi, Editura Timpul, 2008.

38 Français d’origine, il s’établit en Roumanie et fut membre du département de français de l’université de Cluj depuis 1925 jusqu’à sa retraite, en 1968. Après une licence en lettres à Paris Sur la philosophie de Jean de Meun – deuxième partie du Roman de la Rose (1923), il s’orienta vers les xixe etxxe siècles, publiant plusieurs études sur Hugo, Bergson, Valéry.

39 Voichiţa-Maria Sasu, L’Amour dans le lyrisme féminin (Moyen Âge-Renaissance), Iaşi, Casa editorială Demiurg, 1997.

40 Eadem, Constante în literatura franceză medievală, Iaşi, Casa editorială Demiurg, 1997.

41 Eadem, De l’amour de l’aventure à l’aventure de l’amour (Moyen Âge-Renaissance), Iaşi, Casa editorială Demiurg, 2006.

42 Dans l’acception qu’en offre la sociologie de la science de Pierre Bourdieu, de « champ de pouvoir », voir entre autres La Distinction : critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.

43 Comme par exemple le travail de Luminiţa Ciuchindel, Relais narratifs dans la littérature du Moyen Âge et de la Renaissance, Bucarest, Editura Fundaţiei România de mâine, 2001 et celui de Mihaela Voicu, Histoire de la littérature française du Moyen Age (xe-xve siècles), Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2003.

44 Ioan Pânzaru, Introduction à l’étude de la littérature médiévale française (ixe-xive siècles), Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 1999 ou Voichiţa Sasu, Littérature et civilisation françaises, Cluj, Presa Universitară Clujeană, 1997.

45 Mihaela Voicu, Chrétien de Troyes. Aux sources du roman européen, Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 1998.

46 Esthétique et rhétorique …, op. cit.

47 Pierre Bec, Écrits sur les troubadours et la lyrique médiévale, Caen, Paradigme, 1992.

48 L’Amour dans le lyrisme féminin, op. cit.

49 Maria Pavel, Poétique du roman médiéval. La « forme-sens » chez Chrétien de Troyes, Iaşi, Chemarea, 1996.

50 Dana Florean, Amour et mort dans le Tristan en prose, Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2005.

51 Catherine Kerbrat-Orecchioni, Les Actes de langage dans le discours, Paris, Nathan, 2001 ou eadem, « Théorie des faces et analyse conversationnelle », Le Parler frais d’Erving Goffman, Robert Castel, Jacques Cosnier et Isaac Joseph (dir.), Paris, Minuit, 1989.

52 La thèse a été dirigée par Claudio Galderisi et s’intitule sous sa formé publiée Amor sans desonor : une pragmatique pour Tristan et Yseut, Craoiva, Universitaria, 2013.

53 Par exemple ses recherches sur l’émotionologie : Talent / Maltalent. Émotionologies liminaires de la littérature française, Craiova, Universitaria, 2012.

54 Ioan Pânzaru, Practiciale interpretarii de text (Pratiques de l’interprétation de texte), Bucarest, Polirom, 1999.

55 Idem, Literatura si interpretarea. Sensul actiunii (Littérature et interprétation. Le sens de l’action), Bucarest, Polirom, 2012.

56 John Rawls, A Theorie of Justice, Cambridge, Belknap Press of Harvard University Press, 1971.

57 L’Interprétation. Autour de l’ouvrage de Ioan Pânzaru, Radu Toma, Mircea Dumitru, Sorin Alexandrescu (dir.), sous presse aux éditions Polirom, Bucarest. 

58 Sous sa version publiée La Couronne ou l’auréole. Du pouvoir royal à la chevalerie celestielle dans la légende arthurienne (xiie-xiiie siècles), Turnhout, Brepols, 2007. Ce travail, qui a été guidé par Claudio Galderisi et Martin Aurell, est redevable à la fois des travaux de Michel Stanesco sur la chevalerie (Jeux d’errance du chevalier médiéval. Aspects ludiques de la fonction guerrière dans la littérature du Moyen Âge flamboyant, Leiden, Brill, 1988), des thèses d’Albert Pauphilet sur la place de la théologie dans la Queste del saint Graal, de l’anthropologie de l’individualisme (illustrée par exemple par Louis Dumont, Essai sur l’individualisme : une perspective anthropologique sur l’idéologie moderne, Paris, Seuil, 1983) et des thèses sur la complexité sociale médiévale (Martin Aurell, « Complexité sociale et simplification rationnelle : dire la stratification au Moyen Âge », Cahiers de Civilisation médiévale, 48, 2005, p. 5-15).

59 Catalina Gîrbea, Communiquer pour convertir dans les romans du Graal (xiie-xiiie siècle), Paris, Classiques Garnier, 2010.

60 Michel Zink, Poésie et conversion, Paris, Presses Universitaires de France, 2003. Voir également Jean-René Valette, La Pensée du Graal. Fiction littéraire et théologie, Paris, Champion, « Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge » n°85, 2008.

61 Dans la ligne de recherche d’Irène Rosier, La Parole comme acte. Sur la parole et la sémantique au xiiie siècle, Paris, Vrin, 1994.

62 Problématiques étudiées depuis plusieurs années par Martin Aurell à partir de l’histoire, voir entre autres La Légende du roi Arthur, Paris, Perrin, 2007.

63 Claudio Galderisi, Une poétique des enfances. Fonctions de l’incongru dans la littérature française médiévale, Orléans, Paradigme, 2000.

64 Christine Ferlampin-Acher, Merveilles et topique merveilleuse dans les romans médiévaux, Paris, Champion, « Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge » n°66, 2003.

65 Catalina Gîrbea, Le Bon Sarrasin dans le roman médiéval (1100-1225), Paris, Classiques Garnier, sous presse.

66 Luminiţa Diaconu, L’imaginaire médiéval de la sexualité. Le topos du cœur mangé, Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2006, travail réalisé dans le champ de recherche ouvert par Mariella di Maio, Il cuore mangiato. Storia di un tema letterario dal Medioevo all’Ottocento, Milan, Guerini e Associatti, 1996.

67 Luminiţa Diaconu, Écrits sur l’imaginaire français français : valeurs culturelles, représentations et transgressions symboliques, Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2009.

68 Eadem, Figures du cœur, de la prouesse guerrière à la fin’amor et à l’adultère, Éditions universitaires de Craiova (Universitaria), 2012.

69 Dolores Toma, Histoire des mentalités et cultures françaises, Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2002 ou, plus récemment, la thèse de Lidia Cotea, À la lisière de l’absence. L’imaginaire du corps chez Jean-Philippe Toussaint, Marie Redonnet et Eric Chevillard, Paris, l’Harmattan, 2013.

70 Veronica Grecu, Transparence et ambiguïté de la « semblance » : interpréter et traduire les figures du déguisement au Moyen Âge, Demiurg, Iasi, 2006.

71 La Chevalerie du Moyen Âge à nos jours. Mélanges dédiés à Michel Stanesco, Mihaela Voicu et Victor Vladulescu (dir.), Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2003.

72 Le Rêve médiéval et ses métamorphoses, actes du colloque organisé à Bucarest, 27-28 octobre 2006, Mianda Cioba, Luminiţa Diaconu (dir.), Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2008.

73 Espaces et mondes au Moyen Âge, Mianda Cioba, Catalina Girbea, Ioana Gogeanu, Mihaela Voicu (dir.), Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2009.

74 Matérialité et immatérialité dans l’Église au Moyen Âge, actes du colloque tenu à Bucarest les 22-23 octobre 2010, Stéphanie-Diane Daussy, Catalina Girbea, Brindusa Grigoriu, Anca Oroveanu, Mihaela Voicu (dir.), Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2012.

75 Représentations de l’autorité au Moyen Âge, Mihaela Voicu et Luminiţa Diaconu (dir.), Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2011.

76 Amitié et hostilité au Moyen Âge, Luminiţa Diaconu et Mihaela Voicu (dir.), Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2013.

77 Temps et mémoire dans la littérature arthurienne, Catalina Gîrbea, Andreea Popescu, Mihaela Voicu (dir.), Bucarest, Éditions de l’Université de Bucarest, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mihaela Voicu et Cătălina Gîrbea, « Les « voies aventureuses » des études de littérature française médiévale en Roumanie », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://peme.revues.org/3964 ; DOI : 10.4000/peme.3964

Haut de page

Auteurs

Mihaela Voicu

Université de Bucarest - Roumanie

Cătălina Gîrbea

Université de Bucarest - Roumanie

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page