Navigation – Plan du site

Entre réception et histoire des idées : l’histoire des études médiévales comme archéologie de nos passions

Alain Corbellari

Résumé

Un savant d'aujourd'hui ne peut plus se passer de s'interroger sur l'épistémologie de sa discipline. À plus forte raison lorsque son objet est une période aussi passionnément controversée que le Moyen Âge. On aimerait montrer ici que les deux axes de l'histoire des études médiévales et de l'histoire de la réception des représentations du Moyen Âge dans la modernité, qui ne sont que les versants savant et profane d'un même objectif, ne doivent pas s'opposer mais au contraire dialoguer pour constituer une véritable archéologie de notre rapport au Moyen Âge, nécessaire à une science aujourd'hui sortie de l'illusion d'objectivité du positivisme.

Haut de page

Entrées d’index

Parole chiave :

studi medievali, medievistica
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Christian Amalvi, Le Goût du Moyen Âge, Paris, Plon, 1996.

1 Étudier le passé est aujourd’hui devenu un acte militant qui, moins que jamais, ne peut se passer de justifications. A fortiori, se pencher sur une période qui a suscité des réactions de rejet et d’adhésion aussi extrêmes que le Moyen Âge nécessite, de la part du chercheur, une lucidité de tous les instants sur les implications de son choix dans la société et la culture contemporaines. Pour ma part – et je suis bien persuadé de ne pas être le seul médiéviste dans ce cas ! — je ne compte plus les occasions où des journalistes m’ont interrogé sur tel ou tel aspect de mon « goût du Moyen Âge », pour reprendre l’expression de Christian Amalvi1. Tout récemment encore, les revendications « templières » du sinistre extrémiste norvégien Breivik m’ont valu de voir mon opinion s’étaler de manière un peu pataude, dans un supplément dominical fort populaire en Suisse romande : on m’y faisait parler de la « fascination » exercée aujourd’hui par un certain nombre de références médiévales ; fascination qui — précisais-je peut-être imprudemment étant donné l’événement qui avait donné lieu à cet épanchement — ne « manquait pas toujours de noblesse »…

  • 2 Terme allemand. Littéralement « idiot de branche » ; désigne les savants bornés qui ignorent tout c (...)

2 Le temps où la vulgate positiviste permettait de feindre un détachement parfait de ses objets d’étude, et de prétendre que le service de la science mettait le savant au-dessus des passions, est donc aujourd’hui (heureusement) révolu. Cependant, si avoir conscience de ses partis pris permet jusqu’à un certain point de les combattre, il est devenu tout aussi clair que l’on ne peut espérer comprendre l’époque que l’on étudie sans ce minimum d’empathie qui, mal maîtrisé, mène aux plus douteuses dérives. Le chercheur évolue donc toujours sur une corde raide tendue entre les deux massifs de l’indifférence scientiste et de l’adhésion incontrôlée. Ce faisant, il peut enfin porter sur l’histoire de sa discipline un regard d’autant plus lucide et informé qu’il mesure mieux la précarité de sa propre situation dans le champ actuel du savoir. Admettre que la science que l’on pratique n’est pas née d’hier s’avère ainsi la seule façon d’échapper au statut de Fachidiot2, qui menace trop d’universitaires d’aujourd’hui.

3Mais que faut-il entendre exactement par « connaître le passé de sa discipline » ? Dans le cas du Moyen Âge, la question est particulièrement complexe, car d’une part la médiévistique est une subdivision, déjà vénérable, des sciences humaines qui a suscité depuis longtemps sa propre historiographie ; d’autre part, la diversité des réappropriations dont cette époque a fait l’objet au moins depuis le XVIIIe siècle, et leur foisonnement actuel, semblent défier l’analyse. La distinction entre une réception savante et une réception « profane » de tout ce qui nous vient cette époque peut cependant apparaître particulièrement tranchée, comme semble l’attester le fait que les spécialistes de « réception médiévale » se bornent pour l’essentiel à l’aspect profane de celle-ci, venant d’ailleurs généralement eux-mêmes d’horizons plus volontiers comparatistes que rigoureusement médiévistes, alors que l’aspect savant de la question est traitée par des « historiens des études médiévales » qui fraient souvent assez peu avec les comparatistes.

4Le point de vue que j’aimerais adopter ici sera donc résolument œcuménique et aimerait prendre le contre-pied de l’idée d’une séparation radicale des points de vue : à mon sens, une étude de la réception de la chose médiévale dans les âges qui ont suivi celui que l’on a malencontreusement appelé « Moyen » ne peut faire abstraction d’aucun des deux volets — profane et savant — que je viens de distinguer. Pour s’être restreint à la réception profane, Christian Amalvi, dans le déjà cité Goût du Moyen Âge, n’a offert qu’une vision tronquée du retour de l’imaginaire médiéval dans la modernité, au mieux incomplète, au pire complètement anecdotique : négliger, par exemple, un Bédier, sous prétexte qu’il fut professeur au Collège de France, alors que son Roman de Tristan et Iseut fut un des plus grand succès de l’édition française du XXe siècle, c’est se condamner à ne rien comprendre du retour du roman arthurien dans une France républicaine qui n’avait jusque-là juré — médiévalement parlant — que par le chanson de geste. À l’inverse, se livrer à l’histoire du médiévisme sans replacer les travaux érudits dans l’ambiance littéraire et culturelle qui les a portés, c’est faire revenir le spectre du positivisme dans une épistémè qui l’a dépassé depuis belle lurette. Ainsi, refuser d’admettre la part de nationalisme que comprennent les travaux scientifiques de Joseph Bédier et leurs liens avec, par exemple, certains ouvrages de Maurice Barrès, revient assurément à nier l’évidence.

  • 3 Rappelons ici le cas exemplaire de l’opéra, cette forme artistique profondément originale dont les (...)

5 Ce qui fait du Moyen Âge une période particulièrement propice aux approches de réception croisées, et qui, par là même, fonde la légitimité et même l’urgence d’une telle optique, c’est la situation toute particulière de ces mille ans et de leur héritage dans l’évolution de l’Occident. La question est particulièrement aiguë en France, dont la culture a rejeté de manière spécialement violente ces « siècles obscurs » ; mais au fond toute l’Europe est concernée, car le classicisme a fait des ravages partout. Avouons-le nous : ne préférons-nous pas nous dire héritiers de l’Athènes de Périclès, de la philosophie de Socrate et de la démocratie antique plutôt que de la féodalité, de la scolastique et de l’esprit des croisades ? Pourtant quelques évidences doivent nous retenir : la structure de nos noms de famille, comme celle de nos villes, de notre géopolitique, de nos institutions universitaires et, bien sûr, toutes nos pratiques artistiques remontent en droite ligne au Moyen Âge, alors que notre rapport à l’Antiquité est presque toujours médiat : réinvesti, réinterprété, voire réinventé par les nombreuses « renaissances » qui de Charlemagne au XVIe siècle n’ont cessé, sous couvert de les revivifier, de nous éloigner de ces modèles3.

6Le travail de sape du classicisme qui a voulu nous persuader que l’art n’existait pas avant le XVIe voire le XVIIe siècle n’en a pas moins été couronné de succès jusqu’au XIXe siècle et même bien au delà si l’on en juge par les propos monstrueux de Milan Kundera qui, il y a à peine vingt ans, osait écrire les lignes suivantes :

  • 4 Milan Kundera, Les Testaments trahis, Paris, Gallimard, 1992, p. 41-42.

Le roman européen […] a commencé à l’aube des Temps Modernes en Europe. Il y a bien sûr d’autres romans : le roman chinois, japonais, le roman de l’Antiquité grecque, mais ces romans-là ne sont liés par aucune continuité d’évolution à l’entreprise historique née avec Rabelais et Cervantès4.

7Avec ce zèle prosélyte des naturalisés qui se veulent plus idiomatiques que les ressortissants de leur patrie d’adoption, Kundera donne ici la plus parfaite illustration d’une morgue normative rejetant dans les ténèbres extérieures un art dont elle a honte de descendre…

  • 5 Trois grands livres dont aucun n’est très récent, jalonnent déjà les recherches sur cette époque : (...)
  • 6 Je me permets de renvoyer à mon article « Renan médiéviste », Ernest Renan aujourd’hui, Études de L (...)

8 Mais, en fin de compte, on peut dire que le classicisme a aussi eu sur le médiévisme une influence bénéfique, puisqu’il a rendu d’autant plus pugnaces les érudits décidés à battre en brèche une ignorance devenue de règle. La difficulté d’accès aux textes, encore renforcée par ce déni, a ainsi d’emblée fait d’eux des savants, faute d’en faire des esprits à la mode. Le XVIIIe siècle invente ainsi, avec, en France, un La Curne de Sainte-Palaye, un Legrand d’Aussy ou un marquis de Paulmy (on pourrait citer Bodmer en domaine germanique ou Muratori en Italie)5 une variante inédite du vieil art, revivifié par l’humanisme, des grammairiens d’Alexandrie : une philologie appliquée non aux textes consacrés de l’Antiquité, mais aux monuments oubliés de la modernité naissante. À une époque où ce qui allait devenir la critique littéraire était encore tributaire de la rhétorique mondaine, les spécialistes de la littérature médiévale s’imposent ainsi comme les fers de lance d’une saisie rationnelle de l’objet littéraire : à travers un Paulin Paris, un Littré, un Gaston Paris, et même un Ernest Renan, dont la participation à l’Histoire littéraire de la France fut importante6, la littérature de la France médiévale donnera ainsi naissance, à la fin du XIXe siècle, à la discipline de l’histoire littéraire, dont le fondateur, Gustave Lanson, ne s’est pas fait faute d’oublier de citer ses inspirateurs :

  • 7 Gustave Lanson, « La méthode de l’histoire littéraire », Essais de méthode, de critique et d’histoi (...)

La méthode dont je vais essayer de donner l’idée n’est pas mon invention. [...] C’est celle qui, en son esprit du moins et dans ses règles principales, a servi à MM. Alfred et Maurice Croiset pour écrire leur histoire de la littérature grecque, à M. Gaston Boissier pour étudier la littérature latine, à MM. Gaston Paris et J. Bédier pour débrouiller la littérature française du Moyen Âge7.

9 Mon intention n’est bien sûr pas de dresser ici un tableau, même succinct, de l’évolution de la critique littéraire depuis deux siècles ; il me suffira de faire remarquer que la filiation que je viens d’esquisser est exemplaire de l’apport des médiévistes à l’élaboration des méthodes modernes de la critique. Et si je n’hésite pas à dire que cette influence fut capitale, ce n’est pas, je crois, par parti pris de spécialiste myope soucieux de se donner une légitimité en grossissant indûment l’importance du peu qu’il connaît au sein d’un ensemble épistémologique beaucoup plus vaste. La littérature médiévale possède en effet cette particularité structurelle d’être à la fois indissolublement liée, en tant que leur origine, aux littératures modernes et problématiquement séparée d’elles par des changements linguistiques suffisamment profonds pour en interdire l’accès direct aux profanes. La nécessité dans laquelle les médiévistes ont constamment été de redéfinir leur méthodologie par rapport à une critique littéraire mal adaptée à un objet qu’ils considéraient pourtant digne de la même attention les a rendus inventifs, et ils se sont retrouvés plus souvent qu’à leur tour à l’origine de révolutions et d’innovations essentielles de la critique littéraire. La dette avouée par Lanson reflète sans doute la plus massive de ces influences : à une époque où « linguistique » signifiait « philologie comparée », les philologues ont été à l’origine du premier « tournant linguistique » majeur des sciences humaines, et on peut considérer Renan, dont L’Avenir de la Science, « pensées de 1848 » publiées seulement en 1890, a été la bible de deux générations d’érudits, comme le Lévi-Strauss du XIXe siècle : que ses quelques travaux de littérature française aient essentiellement concerné le Moyen Âge est, à cet égard, parfaitement significatif.

  • 8 Parlant ici de littérature, je n’évoquerai pas les historiens, mais, de fait, que serait la science (...)
  • 9 Son article « Littérature médiévale et théorie des genres », trad. de l’allemand par Eliane Kaufhol (...)

10 Mais les exemples de médiévistes dont l’influence a débordé leur spécialité ne manquent pas au XXe siècle8 : Auerbach, Curtius et Spitzer, maîtres incontestés de la critique allemande sont d’abord des spécialistes du Moyen Âge, et leur disciple Jauss, pur médiéviste également, a élaboré sa « théorie de la réception » à partir d’une réflexion sur les genres littéraires médiévaux9. Et ce n’est évidemment pas un hasard si l’un des théoriciens essentiels à la fois de « l’œuvre ouverte » et de la participation du lecteur à la construction de l’œuvre littéraire, je veux parler d’Umberto Eco, est lui aussi un médiéviste. Paul Zumthor, à partir d’un questionnement tout aussi focalisé que Jauss, est devenu, pour sa part, le grand redécouvreur de la « littérature orale », dont la remise en lumière, dans notre monde post-industriel, ont grandement influencé jusqu’à la pratique de la littérature. Dans le domaine de l’édition de texte, on ne saurait sous-estimer les impulsions essentielles données par des médiévistes comme Joseph Bédier et Bernard Cerquiglini ; la critique génétique doit ainsi tous ses outils à la philologie, dont elle se propose en quelque sorte comme l’inversion en miroir, contestant la nécessité du texte final des écrivains modernes au regard de leurs esquisses et textes préalables, là où les philologues, face aux seuls manuscrits subséquents, pouvaient légitimement douter de la reconstructibilité d’un introuvable original.

  • 10 Voir Jacques Lacan, « L’Amour courtois en anamorphose », Séminaire VII. L’éthique de la psychanalys (...)
  • 11 Voir Emma Jung et Marie-Louise Von Frantz, La Légende du Graal, trad. française, Paris, Albin Miche (...)
  • 12 Claude Lévi-Strauss, « De Chrétien de Troyes à Richard Wagner », Le Regard éloigné, Paris, Plon, 19 (...)

11En Russie, il faut rappeler l’attachement de Propp à un corpus de contes traditionnels, et de Bakhtine à une « culture populaire » trouvant des attaches dans un Moyen Âge certes plus fantasmé que précisément étudié. Dans le domaine de la psychanalyse littéraire, si la référence médiévale est inexistante chez Freud, elle est par contre centrale chez Lacan, qui a fait le sort que l’on sait au concept d’« amour courtois », prétendant y trouver rien de moins que la place même de la Chose10. Quant à la psychanalyse jungienne, c’est sans doute sur les mythes du graal et de Tristan qu’elle a obtenu quelques-uns de ses résultats littéraires les plus probants11. Moins centraux sans doute, mais significatifs tout de même, on rappellera également les travaux de Lévi-Strauss sur le mythe de Perceval, de René Girard sur Chrétien de Troyes ou de Jean Starobinski sur la mélancolie chez Charles d’Orléans, sans oublier l’allusion arthurienne qui termine l’« Essai sur le don » de Marcel Mauss12.

  • 13 Jean Rychner, La Chanson de geste. Essai sur l’art épique des jongleurs, Genève, Droz, « Publicatio (...)
  • 14 Sur Roger Dragonetti, voir le beau volume d’hommages éd. par Jacques Berchtold et Christopher Lucke (...)

12Enfin, certains travaux de médiévistes, bien qu’ils soient davantage restés confinés dans leur spécialités ont su appliquer à leurs objets des méthodologie hautement originales : sans parler des exégètes de l’allégorie, qui étaient évidemment sur leur terrain de prédilection pour gloser cette forme littéraire essentielle dont les répercussions sur la modernité sont, quoique souterraines, plus importantes qu’on ne le croit, on rappellera que Jean Rychner s’est fait, dans son ouvrage sur la chanson de geste13 le promoteur d’un type de structuralisme qui ne doit rien à l’école de Prague, mais dont l’application à l’art épique médiéval a eu une influence essentielle sur l’étude des littératures antérieures à l’imprimerie ; Roger Dragonetti s’est fait, pour sa part, le disciple à la fois de Blanchot et de Lacan pour mener une réflexion très personnelle sur l’anonymat essentiel, et partant sur l’universalité, de la production littéraire du Moyen Âge14.

  • 15 Voir William D. Paden, « Alfred Jeanroy (1859-1953) », Medieval Scholarship. Biographical Studies o (...)

13 Faire l’histoire des études médiévales, ce n’est donc pas seulement évoquer une série de figures du passé, que les spécialistes vénèrent comme leurs grands ancêtres, mais qui n’auraient plus rien d’actuel à nous dire. Une telle entreprise n’aurait en effet pas d’intérêt si elle ne servait qu’à entretenir un esprit de caste et à satisfaire un goût superficiel de la vieillerie et de l’anecdote. De par les enjeux qu’il soulève et les contradictions qu’il révèle (on connaît en effet plus d’un médiéviste qui n’eut qu’un amour très modéré pour les œuvres qu’il étudiait : songeons à Alfred Jeanroy qui ne cessa de dénigrer ces trouvères et troubadours assommants et répétitifs auquel il voua ses efforts durant deux tiers de siècle15), le médiévisme est un observatoire privilégié de l’histoire de la constitution des savoirs, depuis le XVIIIe siècle, dans ce que nous appelons aujourd’hui les sciences humaines. S’étant d’emblée constitué en discipline particulière selon les méthodes éprouvées de la philologie, il a précédé et donc potentiellement influencé une part non négligeable des méthodes expérimentées depuis son émergence. En retour, la littérature médiévale a pu bénéficier d’une palette de types d’interprétations d’une richesse sans exemple et, en dépit de la réputation faite aux médiévistes, dans les années 1960, d’être de « vieilles barbes », il s’est toujours trouvé des spécialistes de la littérature du Moyen Âge pour hybrider leurs anciennes pratiques avec les méthodes les plus modernes, voire — nous venons de l’évoquer — pour en promouvoir certaines.

14 Bien sûr, la tradition des « états de la question » est ancienne et n’est pas réservées aux médiévistes ; dès 1957, cependant, un Per Nykrog, dans le chapitre introductif de son maître livre sur Les Fabliaux, se livrait à un historique inhabituellement profond et précis des travaux consacrés depuis le XVIe siècle aux contes à rire du Moyen Âge. Il y avait indubitablement là, au delà d’un passage obligé de l’exégèse traditionnelle, l’amorce d’un questionnement sur les raisons qui président à la réémergence d’une littérature dans une succession données de moments épistémologiques.

15 Déjà en 1912 Joseph Bédier incluait dans le troisième tome de ses Légendes épiques une centaine de pages destinées à faire « l’historique des théories » sur la chanson de geste. La place stratégique de cet exposé, en prélude à son analyse de La Chanson de Roland, et son orientation polémique — il s’agissait d’abord de réfuter une théorie que Bédier présentait intentionnellement comme massivement partagée depuis le XVIIIe siècle — masquaient le caractère épistémologique de ce développement. Mais, à bien y regarder, une fois constatée la tendance générale de Bédier à mettre historiquement en perspective les théories qu’il défendait, on se retient mal de penser que l’objet littéraire médiéval est peut-être, au fond, particulièrement propice à ce type d’approches.

  • 16 Albert Pauphilet, « Le mythe du Moyen Âge », Le Legs du Moyen Âge, Melun, Librairie d’Argences, 195 (...)
  • 17 Voir, entre bien d’autres ouvrages, Régine Pernoud, Pour en finir avec le Moyen Âge, Paris, Seuil, (...)

16 Ni Bédier ni Nykrog, cependant, n’ont consacré un livre entier à évoquer l’histoire de leur discipline et, encore une fois, on ne confondra pas cette propension avec celle, constatable chez plus d’un médiéviste, à faire occasionnellement le point sur la question hautement polémique de l’évolution de « l’image du Moyen Âge » à travers les temps. C’est en effet toujours, dans ce cas, l’image « profane » de l’époque médiévale qui est mise en avant ; le chapitre introductif du Legs du Moyen Âge d’Albert Pauphilet16 reste à cet égard l’un des plus beaux exemples de ce type d’exercice, auquel les historiens se sont encore davantage livrés17.

  • 18 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, Paris, Minuit, 1980.

17 Le livre que l’on peut véritablement mettre au point de départ d’une véritable réflexion sur l’histoire des études médiévales est le Parler du Moyen Âge de Paul Zumthor, publié en 198018, même si, à vrai dire, l’ouvrage tient davantage du pamphlet avec fortes implications autobiographiques, que de l’essai historique. De fait, on y trouve guère plus que les éléments épars d’une histoire encore à faire. Mais l’impulsion donnée n’en fut pas moins décisive : s’interrogeant sur les fondements de sa vocation et le retard (supposé : Zumthor ne choisit sciemment que des exemples repoussoirs pour mieux asseoir sa thèse) des études médiévales face à d’autres domaines, l’auteur de l’Essai de poétique médiévale affirme la nécessité de mettre en perspective les acquis du médiévisme pour les dépasser. Réglant ses comptes avec ses maîtres et avec lui-même, il nous offre en fin de compte un autoportrait en mouvement qui est lui-même devenu un objet d’histoire, témoignage essentiel de l’état d’esprit de l’un des plus grands médiévistes du XXe siècle à un moment charnière de son évolution spirituelle.

  • 19 Antoine Compagnon, La Troisième République des Lettres, de Flaubert à Proust, Paris, Seuil, 1983.
  • 20 Voir Antoine Compagnon, Le Démon de la Théorie. Littérature et sens commun, Paris, Seuil, « La Coul (...)

18 Moins chargé émotionnellement et plus explicite méthodologiquement, La Troisième République des Lettres, publié trois ans plus tard par Antoine Compagnon19, m’apparaît comme le pendant nécessaire du livre de Zumthor : quoiqu’il n’évoque guère la littérature médiévale (sinon pour citer très fugitivement ceux en qui Lanson reconnaissait ses inspirateurs majeurs : Gaston Paris et Bédier), cet ouvrage est véritablement celui qui a assis, en France, la légitimité d’une histoire intellectuelle de la critique. Héritier iconoclaste du structuralisme barthésien, Compagnon, qui allait quelque années plus tard stigmatiser le « démon de la théorie »20, mettait en lumière la carrière, minutieusement reconstituée, du fondateur de l’histoire littéraire pour ensuite opposer ses conceptions à celles de Proust et de Flaubert. Il y avait bien, dans cette entreprise, du « contre Lanson », dans la lignée du Contre Sainte-Beuve proustien, mais la minutie de tout le travail historique de Compagnon tendait, dans le même mouvement, à légitimer paradoxalement le lansonisme, l’ironie de l’intitulé de la première partie, « Lanson sa vie son œuvre », ne contrebalançant pas tout à fait l’évident sérieux et le gain heuristique de l’enquête.

  • 21 C’est là, on s’en souvient, le sous-titre du livre publié par Bédier en 1929 chez Champion sur l’éd (...)
  • 22 Bernard Cerquiglini, Éloge de la variante, Paris, Seuil, « Des travaux », 1989.
  • 23 Le débat a suscité les volumes collectifs suivants (le dernier cité représente à l’heure actuelle l (...)
  • 24 Leurs ouvrages dans l’ordre chronologique : Alain Corbellari, Joseph Bédier écrivain et philologue, (...)

19 Mais c’est à la limite, une fois encore, du pamphlet et de l’essai historique que le mouvement de réflexion épistémologique ainsi abordé allait rebondir dans le domaine des études médiévales : nouvelles « réflexions sur l’art d’éditer le anciens textes »21, l’Éloge de la variante de Bernard Cerquiglini22 a en effet immédiatement rencontré et stimulé, aux Etats-Unis, la floraison de trois approches jumelées dans un même désir de renouveau des études médiévales : le new medievalism, la new philology et la new codicology. Si le second et le troisième de ces termes évoquent l’application de méthodes nouvelles à la linguistique et à l’édition du texte médiéval, le premier désigne proprement l’historiographie des études médiévales, que ses tenants entendaient examiner dans le but d’en faire l’archéologie, au sens foucaldien du terme, et, si possible, d’en dénoncer les conclusions ethnocentriques et abusivement classicisantes. En quelques années, un nombre impressionnant d’ouvrages a été publié aux Etats-Unis pour fonder, défendre et même critiquer ces nouvelles approches23. Un colloque de Cerisy, en 1994 (dans l’ancien manoir même de Gaston Paris !), fut ainsi l’occasion non seulement de réunir tenants et détracteurs américains du new medievalism, mais aussi d’inviter de jeunes chercheurs européens à participer à leurs débats. Parmi eux, les futurs auteurs des trois synthèses actuellement disponibles en français sur l’histoire des études médiévales : Ursula Bähler, Charles Ridoux et l’auteur de ces lignes24.

  • 25 Michel Zink, Le Moyen Âge et ses chansons ou un passé en trompe-l’œil, Paris, De Fallois, 1996.
  • 26 Ursula Bähler a ainsi beaucoup contribué à faire le lien avec la recherche allemande. Voir le volum (...)
  • 27 Alberto Limentani, Alle origini della filologia romanza, Parma, Pratiche, 1991.
  • 28 Patrizia Gasparini, Pio Rajna, Due scritti inediti, Roma, Salerno, 2004 ; Guido Lucchini, Le Origin (...)
  • 29 Piero Boitani, Mario Mancini et Alberto Vàrvaro (éds), Lo Spazio letterario del medioevo. 2. Il Med (...)
  • 30 Romanische Philologie als Herausforderung / Les Défis des études romanes, Willy Jung et Grazyna Bos (...)
  • 31 Voir en particulier Ernst Robert Curtius et l’idée d’Europe, actes du colloque de Mulhouse et Thane (...)
  • 32 Premier titre paru : Gaston Paris – Joseph Bédier, Correspondance, éd. par Ursula Bähler et Alain C (...)
  • 33 Premier titre paru : Joseph Bédier, Philologie et humanisme, articles et préfaces inédits en volume (...)

20 Lui-même proche des philologues américains, Michel Zink a apporté sa pierre à la réflexion en cours25 et est parvenu à fédérer une bonne partie des chercheurs européens en créant au Collège de France le « Groupe de Recherche sur l’Histoire de la Philologie Romane » (GRHPR) qui réunit principalement des chercheurs francophones et italophones, mais entretient également des contacts avec le domaine allemand26. Du côté de l’Italie, où Alberto Limentani avait déjà ouvert la voie depuis plusieurs années27, Patrizia Gasparini, Guido Lucchini et Giovanni Fiesoli ont maintenant publié d’importants travaux28 et un grand projet encyclopédique a vu le jour sous la houlette d’Alberto Vàrvaro29. Du côté allemand, une rencontre a été organisée en 2000 à Bonn30, ville où, par ailleurs, le riche fonds Ernst Robert Curtius a permis de mieux cerner la figure de ce romaniste essentiel31. Enfin, une vaste entreprise d’édition de correspondances est aujourd’hui en cours aux Edizioni del Galluzzo32 et les éditions Garnier ont lancé une collection destinée à accueillir des rééditions d’articles de grands philologues33.

  • 34 En particulier Medieval Scholarship. Biographical Studies on the Formation of a Discipline ; Volume (...)
  • 35 Par exemple : Les Pères du théâtre médiéval. Examen critique de la constitution d’un savoir académi (...)
  • 36 Dont le centenaire de la mort a suscité deux colloques : « Gaston Paris (1839-1903) philologue, méd (...)
  • 37 Voir Paul Zumthor : traversées : première rencontre internationale Paul-Zumthor, 28 septembre au 1e (...)
  • 38 Citons sans espoir d’exhaustivité : « Lire le Moyen Âge ? », Alain Corbellari et Christopher Lucken (...)

21 Une telle liste est évidemment extrêmement partielle : il faudrait citer les volumes de portraits de médiévistes34, ainsi que des projets collectifs plus centrés sur des problématiques précises35 ou sur des individus, tels Gaston Paris36, ou Paul Zumthor dont une Fondation gère actuellement l’héritage, organisant tous les trois ans des colloques aux thématiques de plus en plus élargies, mais dont le premier s’intéressait plus particulièrement à l’œuvre de Zumthor37. Il faudrait surtout revenir sur tous les volumes de « réception médiévale » qui, depuis une quinzaine d’années, ont accueilli des contributions liées à l’histoire des études médiévales38.

  • 39 www.modernitesmedievales.org

22 De fait, je me rends bien compte que, bien qu’ayant affirmé plus haut la nécessité de faire fusionner ces deux domaines de recherches, j’ai essentiellement évoqué jusqu’ici le volet savant de cette problématique. C’est qu’il me semble que l’étude de la « réception médiévale » n’a nul besoin d’être encouragée (le succès de l’Association « Modernités médiévales39 », depuis quelques années, montre que cette question fédère naturellement un nombre toujours grandissant de chercheurs), alors que l’historiographie de la médiévistique a encore à se détacher de l’idée qu’elle ne s’adresse qu’aux seuls spécialistes. De surcroît, elle peut offrir aux études de réception un socle épistémologique dont celles-ci pourraient grandement bénéficier. Je terminerai donc cet aperçu en indiquant quelques d’axes de recherches destinées à mieux baliser un terrain encore assez largement en friche.

  • 40 François Dosse, Histoire du structuralisme, Paris, La Découverte, 1991-1992 (2 vol.).

23 1) La période clé de l’institutionnalisation de la romanistique en France (autour, essentiellement de Gaston Paris) et les quelques décennies qui l’ont suivies sont aujourd’hui bien étudiées, mais il n’en va pas de même des périodes plus récentes et plus anciennes : pour les premières, l’idée que le recul nous manquerait est contredite par le fait que nous bénéficions depuis vingt ans d’une magistrale histoire du structuralisme40 ; la question des rapports entre la médiévistique et la nouvelle critique des années 1950 et 1960 reste ainsi à débroussailler. Quant aux périodes plus anciennes, malgré de bons livres, déjà évoqués, sur certaines grands figures du XVIIIe siècle, presque tout reste à faire, travail particulièrement ardu dans la mesure où le savoir médiéviste avant le milieu du XIXe siècle semble davantage fait d’idées reçues que de connaissances positives ; mais c’est précisément là un préjugé qu’il conviendrait de vérifier.

  • 41 L’édition des correspondances, à cet égard, s’avère très précieuses. Celle de Gaston Paris commence (...)
  • 42 Sur un ton quelque peu polémique, Roger-Pol Droit a rappelé dans L’Oubli de l’Inde. Une amnésie phi (...)

242) la médiévistique française n’est évidemment pas isolée dans le grand concert des études médiévales. Il reste non seulement à asseoir ses rapports avec les autres centres d’étude du français médiéval dans le monde41, mais surtout à confronter son histoire à celle des autres philologies médiévales (le volume déjà cité dirigé par Helen Damico mêlait déjà figures de romanistes, d’anglicistes et même de scandinavistes) et même des autres philologies tout court : la France de la Restauration ou l’Allemagne bismarckienne ont ainsi été des foyers d’études formidablement actifs où les savants, toutes disciplines confondues ont procédé des échanges d’idées extrêmement féconds42.

  • 43 Je m’en voudrais de me poser en seul spécialiste de Joseph Bédier. Récemment a paru aux Etats-Unis (...)

253) La science, c’est entendu, est une entreprise collective. Dans les disciplines littéraires, cependant, la personnalité des chercheurs fait parfois d’eux des personnages aussi complexes et fascinants que les écrivains dont ils s’occupent. Même si l’histoire de la médiévistique ne peut pas évoquer que les savants d’exception, ceux-ci n’en méritent pas moins de recevoir un traitement particulier. Je ne me cache pas, pour ma part, d’avoir choisi d’étudier Joseph Bédier parce qu’il était pour moi, à la fois, comme le dit le sous-titre de mon livre, « philologue et écrivain ». Anticipant à la fois la revendication d’écriture d’un Barthes et l’idée derridienne d’une radicale différance de l’écriture par rapport à toute parole (hantise qui informe à la fois sa vision de l’écriture médiévale et l’idée qu’il se fait de sa propre activité écrivante), Bédier prouve par l’exemple que l’étude de la littérature médiévale peut être intimement liée à la tentative de la ressusciter ; et seule une étude complète de sa vie et un exposé complet des idées qui l’ont guidé m’ont semblé à même de rendre justice à l’originalité de ses travaux43. Mais l’auteur des Légendes épiques est loin d’être le seul médiéviste à mériter que l’on reconstitue son parcours intellectuel et humain : Paul Zumthor, en particulier, attend depuis longtemps son biographe. De manière générale, d’ailleurs, tout savant d’une certaine importance mérite que l’on étudie de près non seulement ses travaux mais la façon dont ceux-ci s’enchaînent, surtout s’ils peuvent apparaître de prime abord d’une diversité déroutante, et même la façon dont ils s’intègrent dans son parcours de vie, car plus l’œuvre est riche et complexe, plus elle demande à être ressaisie dans ses racines : la vieille formule « l’homme et l’œuvre » doit en effet être repensée pour que l’unité organique de l’œuvre puisse être entièrement comprise.

  • 44 Voir Charles Albert Cingria. Érudition et liberté, L’Univers de Cingria, Maryke de Courten et Doris (...)

264) Faire des médiévistes des écrivains, c’est donc en même temps se demander s’il ne faudrait pas prendre plus au sérieux qu’on ne le fait généralement la revendication médiéviste de certains écrivains. Le savoir de Richard Wagner en matière d’érudition médiévale était remarquable pour son temps et même si bien des idées qui apparaissent dans ses opéras peuvent aujourd’hui nous paraître loufoques (pensons à la pseudo-étymologie persane du fal parsi), elles ne s’en appuient pas moins sur la science de son temps. Plus proche de nous, le grand écrivain romand Charles-Albert Cingria s’est livré sur les troubadours et d’importants points d’histoire et de littérature médiévales à des recherches peu considérées des spécialistes mais essentielles pour comprendre les attaches profondes d’une œuvre littéraire qui, de Claudel à Jacques Réda, de Jean Paulhan à Pierre Michon, a été saluée comme l’une des plus secrètement fascinante du XXe siècle44.

275) C’est donc bien à une histoire globale que tend une pareille approche, une histoire intellectuelle qui puisse faire leur part à l’irréductibilité des destins individuels comme à l’ampleur des mouvements qui, dans une époque, dans une société donnée, construisent un savoir qui n’est pas seulement objet de science mais aussi objet d’expérience et de jouissance. Le Moyen Âge, moins qu’aucune autre époque de notre histoire, ne peut être envisagé froidement : il est toujours déjà investi par une affectivité qui l’exalte ou le rejette, qui lui donne un poids dans la balance de nos amours et de nos haines. Tant il est vrai que nous avons tous encore quelque chose de lui en nous. Étudier comment le Moyen Âge nous rattrape, comment il nous a rejoints, c’est donc encore et toujours nous étudier nous-mêmes ; l’impact d’un livre comme L’Amour et l’Occident de Denis de Rougemont, d’un cycle lyrique comme L’Anneau du Nibelung de Richard Wagner ou d’une série télévisée comme Kaamelott d’Alexandre Astier ne peuvent se comprendre qu’au prix d’une reconstitution des travaux et des attentes de toute une communauté — chercheurs et publics confondus — pour qui le Moyen Âge a encore quelque chose à nous dire.

Haut de page

Notes

1 Christian Amalvi, Le Goût du Moyen Âge, Paris, Plon, 1996.

2 Terme allemand. Littéralement « idiot de branche » ; désigne les savants bornés qui ignorent tout ce qui n’est pas leur spécialité restreinte.

3 Rappelons ici le cas exemplaire de l’opéra, cette forme artistique profondément originale dont les promoteurs étaient pourtant persuadés de ne faire que ressusciter une pratique antique… dont ils n’avaient pas la moindre notion positive !

4 Milan Kundera, Les Testaments trahis, Paris, Gallimard, 1992, p. 41-42.

5 Trois grands livres dont aucun n’est très récent, jalonnent déjà les recherches sur cette époque : Henri Jacoubet, Le Comte de Tressan et les origines du genre troubadour, Paris, PUF, 1923 ; Lionel Gossman, Medievalism and The Ideologie of the Enlightenment, The World and Work of La Curne de Sainte-Palaye, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1968 ; Geoffrey Wilson, A Medievalist in the Eighteenth Century : Le Grand d’Aussy and the « Fabliaux ou Contes », La Haye, Nijhoff, 1975

6 Je me permets de renvoyer à mon article « Renan médiéviste », Ernest Renan aujourd’hui, Études de Lettres, 3 / 2005, p. 3-6.

7 Gustave Lanson, « La méthode de l’histoire littéraire », Essais de méthode, de critique et d’histoire littéraire, rassemblés et présentés par Henri Peyre, Paris, Hachette, 1965, p. 31.

8 Parlant ici de littérature, je n’évoquerai pas les historiens, mais, de fait, que serait la science historique du XXe siècle sans un Marc Bloch, un Johan Huizinga, un Emmanuel Leroy-Ladurie, un Georges Duby ou un Jacques Le Goff ?

9 Son article « Littérature médiévale et théorie des genres », trad. de l’allemand par Eliane Kaufholz, Théorie des genres, Paris, Seuil, « Points », 1986, p. 37-76, figurait à l’origine dans le tout premier numéro de la revue Poétique.

10 Voir Jacques Lacan, « L’Amour courtois en anamorphose », Séminaire VII. L’éthique de la psychanalyse, Paris, Seuil, 1986, p. 167-184.

11 Voir Emma Jung et Marie-Louise Von Frantz, La Légende du Graal, trad. française, Paris, Albin Michel, 1988, et Michel Cazenave, La Subversion de l’âme. Mythanalyse de l’histoire de Tristan et Iseut, Paris, Seghers, « L’esprit jungien », 1981

12 Claude Lévi-Strauss, « De Chrétien de Troyes à Richard Wagner », Le Regard éloigné, Paris, Plon, 1983, p. 301-324 ; René Girard, « Amour et haine dans Yvain », Géométries du désir, Paris, L’Herne, 2011, p. 15-47 ; Jean Starobinski, « L’encre de la mélancolie », La nouvelle Revue française, 11, 1963, p. 410-423 ; Marcel Mauss, « Essai sur le don », Sociologie et Anthropologie, Paris, PUF, 1966, p. 143-279.

13 Jean Rychner, La Chanson de geste. Essai sur l’art épique des jongleurs, Genève, Droz, « Publications romanes et françaises », 1955.

14 Sur Roger Dragonetti, voir le beau volume d’hommages éd. par Jacques Berchtold et Christopher Lucken, L’Orgueil de la littérature : autour de Roger Dragonetti, Genève, Droz, « Recherches et rencontres », 1999.

15 Voir William D. Paden, « Alfred Jeanroy (1859-1953) », Medieval Scholarship. Biographical Studies on the Formation of a Discipline ; Volume 2 : Literature and Philology, Helen Damico (éd.), New York & London, Garland, 1998, p. 227-239.

16 Albert Pauphilet, « Le mythe du Moyen Âge », Le Legs du Moyen Âge, Melun, Librairie d’Argences, 1950, p. 23-63.

17 Voir, entre bien d’autres ouvrages, Régine Pernoud, Pour en finir avec le Moyen Âge, Paris, Seuil, 1977, et Jacques Heers, Le Moyen Âge, une imposture, Paris, Perrin, 1992.

18 Paul Zumthor, Parler du Moyen Âge, Paris, Minuit, 1980.

19 Antoine Compagnon, La Troisième République des Lettres, de Flaubert à Proust, Paris, Seuil, 1983.

20 Voir Antoine Compagnon, Le Démon de la Théorie. Littérature et sens commun, Paris, Seuil, « La Couleur des idées », 1998.

21 C’est là, on s’en souvient, le sous-titre du livre publié par Bédier en 1929 chez Champion sur l’édition du Lai de l’Ombre.

22 Bernard Cerquiglini, Éloge de la variante, Paris, Seuil, « Des travaux », 1989.

23 Le débat a suscité les volumes collectifs suivants (le dernier cité représente à l’heure actuelle la conclusion de la querelle), « The Legitimacy of the Middle Ages », Stephen G. Nicols (éd.), Romanic Review, Special Issue, 79/1, 1988 ; « The New Philology », id. (éd.), Speculum, Special Issue, 65/1, 1990 ; Towards a synthesis, essays on the New Philology, Keith Busby (éd.), Amsterdam/Atlanta, Rodopi, 1993 ; The future of the Middle Ages, Medieval French Literature in the 1990s, William D. Paden (éd.), Gainesvile, University Press of Florida, 1994 ; Medievalism and the Modernist Temper, Ralph Howard Bloch et Stephen G. Nichols (éd.), Baltimore and London, Johns Hopkins University Press, 1996 ; Alte und neue Philologie, Martin Glessgen et Franz Lebsanft (éd.),Tübingen, Narr, 1997.

24 Leurs ouvrages dans l’ordre chronologique : Alain Corbellari, Joseph Bédier écrivain et philologue, Genève, Droz, « Publications romanes et françaises », 1997 ; Charles Ridoux, Évolution des études médiévales, en France de 1860 à 1914, Paris, Champion, 2001 ; Ursula Bähler, Gaston Paris et la philologie romane, Genève, Droz, « Publications romanes et françaises », 2004.

25 Michel Zink, Le Moyen Âge et ses chansons ou un passé en trompe-l’œil, Paris, De Fallois, 1996.

26 Ursula Bähler a ainsi beaucoup contribué à faire le lien avec la recherche allemande. Voir le volume qu’elle a dirigé: Éthique de la philologie / Ethik der Philologie, Berlin, Berliner-Wissenschafts-Verlag, « Studien des Frankreichzentrums der Albert-Ludwigs-Universität Freiburg », 14, 2006.

27 Alberto Limentani, Alle origini della filologia romanza, Parma, Pratiche, 1991.

28 Patrizia Gasparini, Pio Rajna, Due scritti inediti, Roma, Salerno, 2004 ; Guido Lucchini, Le Origine della scuola storica. Storia letteraria e filologia in Italia (1866-1883), Bologna, Il Mulino, 1990 ; Giovanni Fiesoli, La Genesi del lachmannismo, Firenze, Edizioni del Galluzzo, 2000.

29 Piero Boitani, Mario Mancini et Alberto Vàrvaro (éds), Lo Spazio letterario del medioevo. 2. Il Medioevo volgare, Roma, Salerno editrice, 1999-2005 (5 vol.).

30 Romanische Philologie als Herausforderung / Les Défis des études romanes, Willy Jung et Grazyna Bosy (éd.), Bonn, V&R Unipress, 2009.

31 Voir en particulier Ernst Robert Curtius et l’idée d’Europe, actes du colloque de Mulhouse et Thane, 29-31 janvier 1992, Paris, Champion, 1995 et Earl Jeffrey Richards, Modernism, Medievalism and Humanism : A Research Bibliography on the Reception of the Works of E. R. Curtius, Tübingen, Niemeyer, 1983.

32 Premier titre paru : Gaston Paris – Joseph Bédier, Correspondance, éd. par Ursula Bähler et Alain Corbellari, Firenze, Edizioni del Galluzzo per la Fondazione Ezio Franceschini, « L’Europe des philologues », 1, 2009.

33 Premier titre paru : Joseph Bédier, Philologie et humanisme, articles et préfaces inédits en volume, éd. par Alain Corbellari, Paris, Classiques Garnier, « Recherches médiévales », 4, Série « Magistralia. Leçons et lectures », 1, 2010.

34 En particulier Medieval Scholarship. Biographical Studies on the Formation of a Discipline ; Volume 2 : Literature and Philology, Helen Damico (éd.), New York & London, Garland, 1998 et Portraits de médiévistes suisses (1850-2000) Une profession au fil du temps, Ursula Bähler et Richard Trachsler, avec la collaboration de Larissa Birrer (éd.),Genève, Droz, « Publications romanes et françaises », 246, 2009.

35 Par exemple : Les Pères du théâtre médiéval. Examen critique de la constitution d’un savoir académique, Marie Bouhaïk-Gironès, Véronique Dominguez et Jelle Koopmans (éd.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Interférences », 2010.

36 Dont le centenaire de la mort a suscité deux colloques : « Gaston Paris (1839-1903) philologue, médiéviste grammairien », Teddy Arnavielle (éd.), Revue des langues romanes, CVI/1, 2002 et Le Moyen Âge de Gaston Paris, Michel Zink (éd.), Paris, Odile Jacob, « Collège de France », 2004.

37 Voir Paul Zumthor : traversées : première rencontre internationale Paul-Zumthor, 28 septembre au 1er octobre 2005, Eric Méchoulan et Marie-Louise Ollier (éd.), Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2007, volume qui faisait lui-même suite au volume d’hommages issu d’une journée d’études genevoise donnée peu de temps après la mort de Zumthor : Paul Zumthor ou l’invention permanente, Jacqueline Cerquiglini-Toulet et Christopher Lucken (éd.), Genève, Droz, « Recherches et rencontres », 1998.

38 Citons sans espoir d’exhaustivité : « Lire le Moyen Âge ? », Alain Corbellari et Christopher Lucken (éd.), Équinoxe, automne 1996 ; Le Moyen Âge en 1900, Anne Ducrey (éd.), Lille, « Ateliers », 26, 2000 ; Le Moyen Âge au miroir du XIXe siècle (1850-1900), Laura Kendrick, Francine Mora et Martine Reid (éd.), Paris, L’Harmattan, 2003 ; Mémoires des chevaliers. Edition, diffusion et réception des romans de chevalerie du XVIIe au XXe siècle, Isabelle Diu, Elisabeth Parinet et Françoise Vielliard (éd.), Paris, École des Chartes, « Études et Rencontres », 25, 2007 ; « Le Moyen Âge des imaginations savantes », Marie Blaise (éd.), Revue des langues romanes, 115/1, 2011. Aux Etats-Unis, la revue Studies in Medevalism en était en 2010 à son 18e numéro.

39 www.modernitesmedievales.org

40 François Dosse, Histoire du structuralisme, Paris, La Découverte, 1991-1992 (2 vol.).

41 L’édition des correspondances, à cet égard, s’avère très précieuses. Celle de Gaston Paris commence à être bien défrichée, mais d’autres médiévistes méritent une égale attention. Marta Monda Andronache s’est ainsi occupée de la correspondance de Mario Roques avec ses collègues roumains (thèse sous la direction de Venceslas Bubenicek, Université de Nancy II, 2006).

42 Sur un ton quelque peu polémique, Roger-Pol Droit a rappelé dans L’Oubli de l’Inde. Une amnésie philosophique, Paris, Seuil, 2004, à quel point la France du début du XIXe siècle avait été active dans le domaine des philologies orientales.

43 Je m’en voudrais de me poser en seul spécialiste de Joseph Bédier. Récemment a paru aux Etats-Unis un livre passionnant qui renouvelle l’étude de sa figure en faisant appel à la perspective « post-colonialiste » : Michelle R. Warren, Creole medievalism. Colonial France and Joseph Bédier’s Middle Ages, Minneapolis and London, University of Minnesota Press, 2010.

44 Voir Charles Albert Cingria. Érudition et liberté, L’Univers de Cingria, Maryke de Courten et Doris Jakubec (éd.), Actes du Colloque de Lausanne de 1997, Paris, Gallimard, « Cahiers de la NRF », 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Corbellari, « Entre réception et histoire des idées : l’histoire des études médiévales comme archéologie de nos passions », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 31 août 2016. URL : http://peme.revues.org/4366 ; DOI : 10.4000/peme.4366

Haut de page

Auteur

Alain Corbellari

Universités de Lausanne et de Neuchâtel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page