Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Essais

Claude Machabey-Besanceney, Le « martyre d’amour » dans les romans en vers de la seconde moitié du douzième à la fin du treizième siècle

Paris, Champion, 2012
Marylène Possamaï
Référence(s) :

Claude Machabey-Besanceney, Le « martyre d’amour » dans les romans en vers de la seconde moitié du douzième à la fin du treizième siècle, Paris, Champion, 2012, 353 p.

Entrées d’index

Mots clés :

roman, martyre d’amour

Keywords :

novel, love martyr

Parole chiave :

romanzo, martirio d’amore

Index des médiévaux et anciens :

Collier de la Colombe
Haut de page

Texte intégral

1Cette étude porte sur les romans écrits en vers par un romancier amant au XIIe et au XIIIe siècles, et sur l’appropriation du motif lyrique du « martyre d’amour » par le romancier médiéval, à la recherche d’une langue de l’amour.

2Une première partie part à la recherche de cette langue romanesque de l’amour : dans un premier chapitre, l’auteur enquête sur les origines du motif en s’appuyant sur des « histoires d’amour » de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge, en passant par un traité d’amour arabe, le Collier de la Colombe, et par différents types de textes, traités mystiques, romans, poèmes lyriques. Un deuxième chapitre cherche à définir le lyrisme médiéval dans ses rapports avec l’amour, la fin’amor particulièrement. Un troisième chapitre étudie comment se fait le passage et quels sont les liens entre poème d’amour et roman d’amour.

3Dans une deuxième partie, l’auteur montre comment le « martyre d’amour » permet aux écrivains médiévaux de partir « en quête du moi » : l’examen plus détaillé des contes de Pyrame et Thisbé et de Narcisse, ainsi que du personnage de Tristan et des lais de Marie de France, débouche sur la distinction entre un « je » lyrique et un « je » romanesque – ce dernier permettant aussi aux auteurs comme Renaut de Beaujeu un « jeu narratif », visible déjà dans ce « nom d’auteur ». S’appuyant ensuite sur le Roman de la Rose dans ses relations avec le mythe de Narcisse, et sur le Roman de la Poire et ses liens avec Pyrame et Thisbé, Cl. M.-B. peut relier « écriture d’amour et don de soi ».

4Une troisième partie, comme un bilan et un approfondissement, propose une définition de « l’art d’aimer », montrant d’abord qu’aimer, c’est écrire : la « quête de la voix » se situe « entre la lyre et le lire », et la « traversée de l’espace amoureux » constitue l’une des étapes de « l’épreuve du romancier » - une autre étape étant « la stase lyrique » ou l’arrêt, la contemplation « devant la dame ». Le « chant du cœur » est en effet « la voix d’Amour ».

5Enfin, l’ouvrage montre comment le chant donne l’immortalité à l’amour – et à l’amant écrivain. Le « je » devient immortel en racontant son histoire d’amour. Et quand meurt le chant d’amour, la lettre reste en héritage.

6Une abondante bibliographie recense le vaste corpus des œuvres médiévales examinées, du XIIe à la fin du XIIIe siècle – et même jusqu’au XVe siècle, textes des troubadours et des trouvères, textes courts et textes longs. L’étude s’appuie aussi sur les œuvres de l’Antiquité – cependant on comprend mal la présence dans la bibliographie des textes originaux d’Aristote, d’Hésiode ou de Platon, car on sait que les écrivains médiévaux n’y ont pas eu directement accès. Pour la même raison, on s’interroge sur la nécessité de citer le dictionnaire étymologique de la langue grecque. Les textes théoriques latins ont mieux leur place dans cette bibliographie – et aussi les textes arabes sur l’amour. Les études critiques citées sont nombreuses (et elles sont en effet citées abondamment dans le cours de l’ouvrage) – mais curieusement classées nous semble-t-il : nous serions plutôt partie des études générales sur le monde médiéval, pour en venir ensuite aux études générales sur l’amour (ou aux études sur l’amour en général) au Moyen Âge, pour finir par les études plus précises sur les œuvres du corpus. On aimerait aussi un classement thématique des études : cela rendrait la bibliographie plus utile, en particulier dans les « études générales », où semble régner une certaine confusion.

7Un index des œuvres et des auteurs antiques et médiévaux, un index des critiques modernes, et un index des notions (très cohérent, cette fois, avec le sujet), viennent compléter cette étude.

8Compte tenu de la complexité et de l’amplitude du sujet, on pardonnera à l’auteur quelques lourdeurs et maladresses de style, et on mettra sur le compte de sa volonté d’exhaustivité la répétition de données acquises de longue date sur le roman médiéval. 

9En fin de compte l’angle de vue original du travail permet à son auteur d’offrir des réponses nouvelles sur d’importantes questions comme celles du rapport entre le lyrisme et la narration dans les romans médiévaux, ou du rapport entre désir (amoureux) et écriture : « C’est parce que quelque chose n’a pas été vu, ou a cessé d’être vu, que naît le “désir” de le donner à voir, de le montrer, et pour le poète, le désir de “dire”, d’ajouter son surplus, de le faire entendre », écrit l’auteur à la page 94. Cette réflexion peut éclairer aussi bien le Conte du Graal de Chrétien de Troyes ou la Queste du Graal (anonyme) du XIIIe siècle, que la quête de la Rose dans le roman de Guillaume de Lorris. L’influence de la lyrique courtoise sur le roman d’amour en vers est mieux cernée grâce à cette étude, qui çà et là utilise aussi les techniques de « l’école genevoise », des chercheurs médiévistes qui, à partir de Roger Dragonetti et en s’inspirant des travaux lacaniens, s’appuient sur les sonorités des mots pour commenter les textes (voir le titre du chapitre « sous-venirs » ou le commentaire sur « mens-songe » à la page 133). La lecture de l’ouvrage est donc enrichissante pour quiconque veut étudier l’un de ces grands textes du XIIe et du XIIIe siècles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marylène Possamaï, « Claude Machabey-Besanceney, Le « martyre d’amour » dans les romans en vers de la seconde moitié du douzième à la fin du treizième siècle  », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 29 janvier 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://peme.revues.org/5075

Haut de page

Auteur

Marylène Possamaï

Professeur de littérature française du Moyen Âge – université Lyon II

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page