Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Editions & traductions

Prophetiae Ambrosii Merlini Expositio. Édition et traduction d’un commentaire latin des prophéties de Merlin d’après le ms. Dublin, Trinity College 496

Paris, Classiques Garnier, 2011
Anne Berthelot
Référence(s) :

Prophetiae Ambrosii Merlini Expositio. Édition et traduction d’un commentaire latin des prophéties de Merlin d’après le ms. Dublin, Trinity College 496, éd. et trad. C. Lukas Bohny et Emmanuelle Métry-Perone, Paris, Classiques Garnier, « Textes Littéraires du Moyen Âge » n° 16, 2011, 132 p.

Entrées d’index

Mots clés :

prophétie, traduction

Keywords :

prophecy, translation

Parole chiave :

profezia, traduzione

Index des médiévaux et anciens :

Geoffroi de Monmouth
Haut de page

Texte intégral

1Les Prophetiae Merlini de Geoffroy de Monmouth, initialement conçues comme une partie de son Historia regum Britanniae mais rapidement publiées « en avant-première » du texte (pseudo-)historique, ont suscité un très vif intérêt parmi les milieux cléricaux du Moyen Âge et ont donné lieu à de multiples commentaires, souvent partiels. Ce corpus n’a pour ainsi dire jamais été édité, et le volume publié par C. Lukas Bohny et Emmanuelle Métry-Perone, de ce point de vue, constitue une excellente initiative. S’inscrivant dans la collection des « Textes Littéraires du Moyen Âge » des Classiques Garnier que dirige Richard Trachsler, cette édition-tradition de l’Expositio Merlini Prophetiarum du Mansucrit de Dublin, Trinity C. 496, est précédée d’une brève mais dense préface du directeur de collection qui dégage les problèmes inhérents au texte et invite la critique à se pencher sur d’autres représentants de ce corpus négligé.

2Conformément aux paramètres de la collection, les auteurs présentent leur manuscrit et justifient leurs choix éditoriaux dans une introduction relativement mince. Le corps du volume, constitué de l’édition du texte avec traduction en regard, est complété par des notes qui identifient les multiples citations ou références à d’autres ouvrages historiographiques contemporains soit du texte, soit du commentaire. Une bibliographie, un index des noms propres et un index rerum et locorum qui contient essentiellement des noms de lieu, complètent l’ouvrage.

3L’édition est basée sur des principes assez minimalistes qui réduisent autant que faire se peut les interventions au niveau du texte fourni par le manuscrit. Les auteurs soulignent leur choix de s’en tenir à la version du texte de Geoffroy que contient Dublin, Trinity College 496, et le justifient raisonnablement par le fait que c’est cette version qui fait l’objet du commentaire, et non pas le texte élaboré par Jacob Hammer dans son édition de l’Historia regum Britanniae, a variant version edited from manuscripts (Cambridge, The Medieval Academy of America, 1951, VIII-292 p.) De manière analogue, ils justifient la relative lourdeur de leur traduction et sa fréquente confusion en arguant de sa proximité à l’original latin, ce qui constitue un parti-pris tout à fait défendable. Il y a en revanche des questions plus gênantes qui se posent.

4Ainsi, un certain usage des concordances des temps produit un effet de désorientation et reste au total discutable : des imparfaits du subjonctif transposés au présent, d’autres qui deviennent des futurs quand on attendrait des conditionnels… Dans un effort sans doute louable d’éviter les répétitions, les traducteurs en viennent à traduire un même mot de trois façons différentes : qu’ils reprennent la traduction de Laurence Mathey-Maille (Geoffroy de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne, traduction et commentaire, Paris, Les Belles Lettres, 1992, 352 p.) pour les citations des Prophetiae Merlini proprement dites, c’est tout à fait compréhensible et entièrement acceptable. Laurence Mathey-Maille a sans doute ses raisons pour traduire inquietudo par « persécution », et l’usage de ce terme dans les toutes les occurrences du mot latin serait logique, dût-il apparaître parfois un peu exagéré. Mais traduire, à deux lignes d’intervalle, par « trouble » puis par « tourment », qui ne sont pas à ma connaissance synonymes, ne se justifie pas et donne au lecteur une impression de flottement désagréable. Certains passages, de surcroît, sont à la limite de l’incompréhensible, tant la syntaxe est torturée pour refléter celle du latin.

5La difficulté s’accroît du fait que les pages de texte et la traduction ne sont pas véritablement « en regard » ; en raison des notes de bas de page de la traduction, et aussi, mais cela est sans doute inévitable, en raison de sa longueur supérieure à celle du latin naturellement plus concis, il y a souvent un décalage d’au moins un demi-paragraphe entre les deux pages, ce qui oblige à revenir à la page précédente pour vérifier le latin.

6La quatrième de couverture fait état d’ « abondantes notes historiques qui permettent de voir comment a travaillé le commentateur ». Cela me paraît un énoncé très exagéré : il y a effectivement quelques notes historiques, essentiellement des identifications de personnages mentionnés dans le texte latin, mais le lecteur reste largement sur sa faim. Parallèlement, on peut se demander pourquoi les références des textes latins cités par le commentateur à l’appui des Prophetiae ne sont pas fournies en bas de page, parallèlement aux variantes, assez peu nombreuses au demeurant : leur rejet en note à la fin du volume alourdit inutilement le processus de lecture.

7De manière analogue, l’introduction demeure très superficielle, et n’aborde certainement pas tous les problèmes liés à ce commentaire particulier des Prophetiae Merlini, et encore moins ceux que posent l’ensemble des commentaires de ce texte. Peut-être est-ce en partie dû au cahier des charges de la collection, mais encore une fois, le résultat est extrêmement frustrant : la question des intentions de Geoffrey de Monmouth est à peine effleurée, la place du libellum dans le corpus historiographique du xiie siècle n’est traitée que par la bande, par le biais de quelques allusions à des études qui sont censées aller plus au fond des choses.

8Mais ceci nous amène au dernier problème : celui de la bibliographie et des références. Eu égard à l’aspect fourre-tout de la partie « textes médiévaux » de la bibliographie en question, on est en droit de s’étonner de l’absence de la Vita Merlini de Geoffroy – et réciproquement de la présence de Gormont et Isambart. Quant à la partie critique, il est à craindre qu’elle reflète certains partis-pris qui n’ont rien à voir avec l’impartialité académique : on peut s’étonner de n’y pas voir figurer Le Devin maudit : Merlin, Lailoken, Suibhne de Philippe Walter et alii (Grenoble, ELLUG, 1999, 252 p.) mais plus encore l’édition des Prophéties anglo-normandes de Jean Blacker (Anglo-Norman Verse propheties of Merlin, Dallas, Scriptorium Press, 2005, 126 p.). Quant à l’absence de l’ouvrage fondamental de Catherine Daniel (Les Prophéties de Merlin et la culture politique, xiie-xvie siècle, Turnhout, Brepols, « Culture et société médiévales » n°11, 2007, 566 p.), elle ne saurait s’expliquer, à moins de supposer que le manuscrit de ce volume ait été rédigé avant sa publication – une hypothèse démentie par la présence de quelques études ou articles contemporains ou postérieurs au livre de Catherine Daniel (en particulier ceux de Clara Wille). Mais il faut bien avouer que pour un travail sorti en 2011, une bibliographie qui ne contient, sauf erreur de ma part, aucune référence postérieure à 2008, et une grande majorité antérieure à 2000, pose problème.

9Au total, la lecture de ce volume ne va pas sans une certaine frustration : d’un côté, on doit saluer le simple fait que la Pophetiae Ambrosii Merlini Expositio soit désormais disponible dans une édition bilingue ; de l’autre, le travail entrepris n’est pas mené à bien avec toute la rigueur nécessaire, et laisse souvent le lecteur sur sa faim.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Berthelot, « Prophetiae Ambrosii Merlini Expositio. Édition et traduction d’un commentaire latin des prophéties de Merlin d’après le ms. Dublin, Trinity College 496  », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 30 janvier 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://peme.revues.org/5153

Haut de page

Auteur

Anne Berthelot

Professeur de français et d’études médiévales à l’université du Connecticut – États-Unis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page