Navigation – Plan du site
État de la recherche
Comptes rendus
Ouvrages collectifs

Perceforest. Un roman arthurien et sa réception

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012
Maria Colombo Timelli
Référence(s) :

Perceforest. Un roman arthurien et sa réception, textes réunis par Christine Ferlampin-Acher, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Interférences », 2012, 466 p.

Texte intégral

1Christine Ferlampin-Acher, qui a organisé le colloque à l’origine de ce recueil (Rennes, octobre 2010), est une grande spécialiste du Perceforest, auquel elle a consacré, outre de très nombreux articles ponctuels, une importante synthèse dans Perceforest et Zéphir, propositions autour d’un roman arthurien bourguignon (Genève, Droz, « Publications romanes et françaises » n° CCII, 476 p., 2010), après les deux livres de Sylvia Huot (Postcolonial fictions in the Roman de Perceforest, Woodbrige, Rochester, D. S. Brewer, 2007, 234 p.) et, plus loin dans le temps, de Jeanne Lods (Le roman de Perceforest : origines, composition, caractères, valeur et influence, Genève, Droz/Paris, Giard, « Société de publications romanes et françaises » n° 259 , 1951, 310 p.). Cet énorme roman, qui fait d’Alexandre le Grand l’ancêtre du roi Arthur, peut maintenant être abordé, sinon dans son intégralité, au moins en très grande partie, grâce au courage et à la ténacité de Gilles Roussineau, qui a repris la tâche après Jane Taylor (éditrice du premier livre en 1979 : Le Roman de Perceforest : Première partie, Genève, Droz/Paris, Champion, « Textes littéraires français » n° 279, 512 p.) : l’édition Roussineau compte aujourd’hui onze volumes, parus dans les « Textes littéraires français », Genève, Droz, entre 1987 et 2012.

2Au-delà de sa longueur et de son extrême richesse narrative, Perceforest stimule les chercheurs autour de quelques questions aussi essentielles que sa date, son milieu de composition, son auteur : les avis sont loin d’être concordants, et ce volume en fournit une preuve supplémentaire. Nous suivrons le plan du recueil, en optant pour une présentation raisonnée qui nous évitera de donner un résumé analytique de chaque contribution.

3Les articles regroupés sous le titre « Aux sources du roman-fleuve » (première partie) se concentrent d’abord sur deux lieux stratégiques du récit : le prologue, qui se révèle être une traduction non attestée ailleurs de l’Historia regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth (Géraldine Veysseyre, « Les métamorphoses du prologue galfridien au Perceforest : matériaux pour l’histoire textuelle du roman », p. 31-86) ; l’épilogue, qui intègre, dans une analepse, un texte aussi étranger à la matière romanesque que l’Évangile de Nicodème (Noémie Chardonnens, « De l’apocryphe à la fiction : l’intégration de l’Évangile de Nicodème dans le Perceforest, p. 87-100) ; pour passer ensuite aux sources des aventures de Troÿlus et Zellandine et de Néronès et Nestor dans le livre III : si Emese Egedy Kovács (« Néronès la “vivante ensevelie” et Zellandine la “belle endormie” », p. 101-113) y reconnaît des motifs d’origine folklorique, selon Christopher Lucken, il faut surtout se tourner vers le Roman de la Rose (« Narcisse, Pygmalion et la Belle endormie. L’histoire de Troylus et Zellandine, une réécriture du Roman de la Rose », p. 115-131) ; et enfin au rôle dévolu aux poissons dans trois épisodes particuliers : l’aventure sous-marine d’Alexandre le Grand, les chevaliers-poissons, la Fontaine merveilleuse (Cécile Le Cornec Rochelois, « Des poissons mythiques à l’ichtus divin dans Perceforest », p. 133-146).

4Une deuxième section (« Amour et chevalerie : l’art de la conjointure ») recherche dans quelques thèmes récurrents les fils conducteurs du roman : les questions rattachées au rapport entre amour et chevalerie (Michelle Szkilnik, « La casuistique amoureuse dans le livre V du Perceforest », p. 151-161) ; l’héraldique, qui pourrait offrir une clé de lecture et peut-être des renseignements sur le milieu de composition, sinon sur l’auteur du roman (Catalina Gîrbea, « Pratiques héraldiques dans Perceforest », p. 163-175) ; les fêtes, officielles et privées, qui rythment le récit et le structurent, en offrant une représentation du pouvoir et en même temps une réflexion sur celui-ci (Anne Delamaire, « Le roi s’amuse : célébrations officielles et divertissements privés dans le Roman de Perceforest », p. 177-185), et les nombreuses veillées où dames et chevaliers s’offrent une occasion de parole dans une ambiance plaisante et idéalisée (Corinne Denoyelle, « Belles assemblées et joyeuses veillées dans le Perceforest : structure formelle et thématique des conversations festives », p. 187-202) ; le paysage, qui se fait parlant par des monuments significatifs et merveilleux qui offrent des points de repère géographiques et textuels, parfois opaques pour les personnages, mais toujours transparents pour le lecteur attentif (Brooke Heidenreich Findley, « Interpréter le paysage du Perceforest : forêts, jardins, monuments », p. 203-211) ; et, dans le même cadre, les inscriptions, qui semblent porter en elles-mêmes une réflexion sur la lecture plutôt que sur le seul déchiffrement et l’interprétation (Sandrine Hériché, « La vérité des lettres : inscriptions labiles et chiffrement dans le Perceforest », p. 213-223) ; la généalogie, qui permet de reconstruire à rebours l’histoire des personnages de la Vulgate arthurienne qu’elle restitue à la longue durée (Anne Berthelot, « De la généalogie comme système herméneutique », p. 239-247) ; l’entrelacement, dont l’auteur de Perceforest exploite les ressources afin de restituer le mouvement de la vie (Damien de Carné, « L’entrelacement : une technique narrative à l’épreuve du Perceforest », p. 225-237).

5Les questions liées à la transmission et à la fortune de Perceforest font l’objet des contributions réunies sous l’intitulé « Manuscrits et imprimés, du xve au xviie siècle : Perceforest et sa réception » (troisième partie). Gilles Roussineau réaffirme, sur des bases philologiques, l’existence d’une première rédaction datant du xive siècle et refuse la paternité du Perceforest tel que nous le connaissons à David Aubert (« Réflexions sur la genèse de Perceforest », p. 255-267), alors que Christine Ferlampin-Acher revient sur ses propres hypothèses – rédaction « originale » ou profond remaniement du texte au xve siècle et attribution possible à David Aubert – à travers l’examen de l’épisode centré sur la jument Liene (« La jument Liene dans Perceforest : un galop d’essai de la Bretagne à la Bourgogne », p. 269-285). La circulation voire la réception du roman sont abordées par Sophie Albert, qui interroge à ce sujet le manuscrit Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 363, contenant une version amplifiée de la dernière partie de Guiron le Courtois (« Les souvenirs de Perceforest dans le manuscrit de Paris, BnF, fr. 363 », p. 287-299), puis par Denis Hüe qui retrouve dans la Table d’Honneur célébrée dans une ballade de Jean Meschinot un écho de la table du Franc Palais (« La Table d’Honneur, un motif aristocratique de la fin du Moyen Âge », p. 301-316) ; preuve enfin du succès que le roman rencontre au xvie siècle, les éditions – complètes ou partielles –, les traductions en italien et en espagnol, et l’influence que le roman exerce sur les Contes amoureux, Gérard d’Euphrate, l’Alector de Barthélémy Aneau (Alexandra Hoernel, « Réécriture(s) et réception du Perceforest au xvie siècle », p. 317-333). La transmission partielle de Perceforest, à travers l’extrapolation de l’histoire du Chevalier doré, fait l’objet de deux contributions : l’une de Jane Taylor, qui analyse le travail de réécriture et de réaménagement opéré par l’auteur anonyme de la version parue en 1541 chez Denis Janot (« Profiter du Perceforest au xvie siècle : la Plaisante et amoureuse histoire du Chevalier doré et de la pucelle surnommée Cœur d’acier », p. 355-369), l’autre de Marie-Dominique Leclerc, qui s’occupe de sa réception – limitée à dire vrai – au sein de la Bibliothèque Bleue (deux éditions troyennes, l’une de 1611, l’autre de 1620 : « Le Chevalier doré ou comment déconstruire l’entrelacement de Perceforest », p. 371-394). Mais la réception du roman se fait aussi au-delà des Alpes, comme le prouve l’édition du Parsaforesto imprimée en 1558 à Venise, restée sans suite (Francesco Montorsi, « Le Parsaforesto et son contexte éditorial », p. 395-406), et trouve un dernier écho en France dans un extrait paru en janvier 1776 dans la Bibliothèque Universelle des Romans (Fanny Maillet, « Perceforest démantibulé dans la Bibliothèque Universelle des Romans : des noms, douze vœux, un lai », p. 407-420). Un aspect particulier, examiné dans les manuscrits B et C et dans l’édition Galliot du Pré de 1528, est abordé par Huei-Chen Li : « L’abréviation et son lien avec la ponctuation dans les versions manuscrites et imprimées du roman de Perceforest », p. 335-354.

6Le volume se clôt sur une interrogation de Stéphane Marcotte, portant sur la possibilité de traduire Perceforest dans la langue d’aujourd’hui, interrogation basée sur l’observation empirique des degrés de proximité entre les formes du moyen français et leurs correspondants en français moderne (« Traduire le Perceforest en français contemporain ou la question du seuil en traduction intralinguale », p. 421-438).

7Signalons pour conclure le riche apparat complémentaire réuni par Christine Ferlampin-Acher : introduction générale, paragraphes liminaires à chacune des trois parties, conclusion et bibliographie finale, qui offre un point de départ essentiel pour toute recherche ultérieure sur ce roman que l’on n’a certainement pas fini d’explorer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Colombo Timelli, « Perceforest. Un roman arthurien et sa réception », Perspectives médiévales [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 30 janvier 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://peme.revues.org/5224

Haut de page

Auteur

Maria Colombo Timelli

Professeur à l’Università degli Studi di Milano - Italie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Perspectives médiévales

Haut de page